Je suis l’Abysse – 20 octobre 2021 de Donato Carrisi

Achat : https://amzn.to/3vrJBsF

L’homme qui nettoie rôde autour de nous. Parmi nos déchets, il cherche des indices sur nos vies.
En particulier sur celles des femmes seules. Une femme lui a fait beaucoup de mal enfant : sa mère.

Chronique : Une intrigue qui ressemble à une bombe à retardement, se déplaçant au rythme de l’inquiétude, s’insinuant dans l’esprit, saisissant jusqu’à la dernière page.
Donato Carrisi, peu enclin à écrire des romans de « terreur », préfère distribuer la peur à petites doses, entre les lignes de chaque page, créant ainsi cette sensation de vertige et de suspense, typique de son style, à laquelle il est impossible de résister.
Trois personnages, l’homme qui a nettoyé, la petite fille à la houppe violette, le chasseur de mouches : un bourreau, une jeune victime du revenge porn, une femme qui accepte le défi : ils n’ont pas de nom mais possèdent une forte identité solitaire et Carrisi est très doué pour délimiter les personnalités sans nécessairement baptiser ses protagonistes.
« Qui êtes-vous ? »
Trois vies qui se croisent et pas par hasard.
Trois solitudes liées par le destin.
Le mal et le bien se poursuivent l’un l’autre.
Les premières pages font froid dans le dos (un enfant risque de se noyer et sa mère l’abandonne là, seul…) ouvrant sur une tension émotionnelle qui conduira à la trappe de l’abîme, faite d’existences conditionnées par le passé et de secrets qui flottent sans jamais sombrer, comme dans une matrice.
Le dernier livre de Carrisi (son onzième, son meilleur roman à mon avis, les ayant tous lus !) se déroule sur le lac de Côme, protagoniste silencieux et occulte, dont les eaux sont une présence imminente qui avale et retourne. Presque toujours…
Mais il existe un autre endroit profond et dangereux : l’internet, ce monde submergé et trouble qui illusionne, séduit et absorbe les vies.
Et il y a la peur et l’amour, enveloppés comme dans une spirale, qui unit ces deux forces primordiales qui semblent distantes et incompatibles.

Comme l’auteur le répète souvent : « Sommes-nous vraiment seuls quand nous sommes seuls ? ».

Un thriller à l’atmosphère noire sur l’imprévisibilité de l’être humain qui, comme dans le précédent, nous rappelle que le mal se cache souvent derrière ceux qui devraient protéger.
Carrisi est mon préféré dans ce genre et je sais que je suis partial, mais je pense qu’il ne me laissera jamais tomber !

Note : 9,5/1

Éditeur ‏ : ‎ Calmann-Lévy (20 octobre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 304 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2702182895

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s