C’est comment l’école ? – Questions/Réponses de Jean-Michel Billioud et Laurent Audouin | 4 juillet 2019

Combien il y a de classes ? A quel âge on rentre en CP ? A côté de qui on s’assoit ? Est-ce qu’on fait du sport ? Avec qui on joue à la récré ? C’est quoi, les devoirs ?… 60 questions pour tout savoir sur l’école élémentaire !
Sur chaque double page, un petit jeu de « cherche et trouve » et à la fin, 6 infos surprenantes sur les secrets de l’école.

Chronique : L’école se termine, les vacances arrivent à grands pas, mais quoi de mieux que ce nouveau livre, des éditions Nathan, à lire durant les vacances pour préparer, la future rentrée scolaire, des petits qui entrent en maternelle ou encore ceux qui vont entrer en CP.
En effet, en 60 questions, l’auteure permet au lecteur de découvrir les secrets de l’école.
C’est extrêmement pédagogique, le texte est précis, simple, bien agencé sur chaque page afin que l’enfant puisse bien comprendre. de plus, les illustrations sont tout simplement magnifiques et aident l’enfant à bien suivre.

Note : 9/10

Chronique de  Sep

 

  • Album: 32 pages
  • Tranche d’âges: 5.0 années et plus
  • Editeur : Nathan (4 juillet 2019)
  • Collection : Questions ? Réponses ! 5+
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2092584391

518mnGsAWrL._SX433_BO1,204,203,200_.jpg

 

Sami Melody – Le bureau des cœurs trouvés – Tome 2 de Cathy Cassidy | 4 juillet 2019

Il y a deux ans, Sami fuyait la Syrie et perdait toute sa famille dans leur traversée de la Méditerranée. Aujourd’hui, il a encore du mal à réaliser qu’il a retrouvé des proches, qu’il fait partie d’un groupe de musique et que la fille de ses rêves s’intéresse à lui… Cette romance naissante est un rayon de soleil pour les Lost & Found formé par Lexie, alors que tout va mal. Loin du succès rencontré à leurs débuts, ils doivent faire face aux conflits et à l’arrivée d’une nouvelle membre au caractère explosif. Arriveront-ils à retrouver l’harmonie pour gagner la grande battle de musique de leur ville ?

Chronique :

J’aime les livres de Cathy Cassidy depuis longtemps, et cela n’a pas fait exception. La série Le bureau des cœurs se concentre sur un membre différent du groupe titulaire, et celui-ci est l’histoire de Sami. Sami est un réfugié qui vient tout juste d’arriver en Angleterre, et son livre voit une nouvelle relation et son implication dans le groupe commence à faire tomber les murs qu’il a érigés autour de lui pour le protéger des expériences incroyablement pénibles qu’il a connues depuis le début de la guerre en Syrie. En plus de cela, l’autre partie principale de l’intrigue est un terrible claviériste qui remplace celui qui a été forcé de partir, et cela a des résultats assez hilarants Les membres du groupe sont tous tellement amusants, et je les adore tous – mon préféré particulier est Marley, mais je voulais que tout se passe bien pour eux, et il n’y a pas un seul des musiciens que je ne peux aimer. Voir les choses du point de vue de Sami était si intéressant, mais aussi tout à fait déchirant dans certains endroits, et les progrès qu’il fait pour faire face à son passé et essayer de construire son avenir sont si réconfortants et émotionnels, tout comme un certain événement imprévu que je ne veux pas gâcher. J’ai hâte de lire l’histoire de Sasha dans le 3ème livre, surtout si l’on tient compte des indices sur les problèmes auxquels elle est confrontée dans ce livre, et franchement j’adorerais avoir un livre pour chaque membre, même si ce groupe est considérablement plus grand que le groupe moyen.

Note : 9/10

 

  • Broché: 272 pages
  • Tranche d’âges: 11.0 années et plus
  • Editeur : Nathan (4 juillet 2019)
  • Collection : Grand format Cathy Cassidy
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2092582801

51uPyqfCIhL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

 

Le garçon au fond de la classe de Onjali Q. Raúf | 27 juin 2019

Avant, il y avait une chaise vide au fond de la classe. Maintenant, c’est la place d’un nouveau : Ahmet. Il est bizarre : il ne parle pas, ne sourit pas et n’aime pas les bonbons ! Mais j’ai enfin compris pourquoi : Ahmet est un réfugié. Il a fui une guerre dans son pays, avec des bombes et des brutes qui font du mal à tout le monde.Plus j’apprends à le connaître, plus j’ai envie de l’aider. Alors, avec mes copains Michael, Tom et Josie, on a élaboré un plan…

Chronique : Il s’agit d’un roman très actuel, qui aborde certaines questions difficiles d’une manière qui aidera les enfants à les comprendre. Avec la crise des réfugiés, un reportage pratiquement nocturne et de nombreux adultes et dirigeants du monde entier, qui font preuve d’un faible niveau de tolérance, cela montre la résilience des enfants à prendre leurs propres décisions.

Elle commence, comme le dit le premier chapitre, par une chaise vide. C’est le début d’un nouveau trimestre et il y a une place libre dans la classe – qui sera bientôt prise par un nouveau garçon, Ahmet. Ahmet vient d’emménager à Londres, la dame qui vient le chercher après l’école ne ressemble pas à sa mère, il ne veut parler à personne et le tyran de l’école le surveille… Cependant, dans un monde troublé et instable, cet enfant solitaire et effrayé a un groupe d’amis, dans sa nouvelle classe, qui sont déterminés à en faire aussi leur ami

C’est un roman qui réchauffe le cœur et qui touche. C’est honnête quand les personnages ont peur des gens qu’ils ne connaissent pas et des situations qu’ils ne comprennent pas. Cela montre aussi la pure ouverture et l’honnêteté des enfants, qui ne portent pas de jugement et sont attentionnés. Il y a une petite touche du Bon Gros géant de Roald Dahl.  C’est un livre merveilleux à lire à une classe à l’école, ou pour ouvrir des discussions sur les réfugiés. Il a aussi un grand sens de ce que les individus peuvent accomplir et de la façon dont un peu de chaleur et de gentillesse redonne tellement plus de bonheur que la haine.

Note : 9/10

 

  • Broché: 320 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 13 années
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (27 juin 2019)
  • Collection : Grand format littérature – Romans Junior
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2075123101

51ptXWDlRgL._SX339_BO1,204,203,200_

 

Test DVD : Le Mystère Henri Pick (10 Juillet 2019) de Rémi Bezançon avec Fabrice Luchini, Camille Cottin

Dans une étrange bibliothèque au cœur de la Bretagne, une jeune éditrice découvre un manuscrit extraordinaire qu’elle décide aussitôt de publier. Le roman devient un best-seller. Mais son auteur, Henri Pick, un pizzaïolo breton décédé deux ans plus tôt, n’aurait selon sa veuve jamais écrit autre chose que ses listes de courses. Persuadé qu’il s’agit d’une imposture, un célèbre critique littéraire décide de mener l’enquête, avec l’aide inattendue de la fille de l’énigmatique Henri Pick.

Chronique : Quelle heureuse surprise…Le film n’est absolument pas formaté, et nous prend souvent à contrepied….Il est plus en mode thriller que comédie, ne soyez pas surpris…C’est presque une enquête à la Agatha Christie, sur une supercherie littéraire…Le style du film m’a fait penser à un des films du regretté Bernard Rapp, par son intrigue et son élégance de scénario ….On ne peut deviner où va le film à priori…Avertissement, ce n’est pas une comédie pleine de jeux de mots et de traits d’esprit, ce qu’on pourrait attendre de la présence de Lucchini. Pourtant celui ci assure , voire rassure, c’est le cas de le dire, et il est bien entouré par deux séduisantes actrices ( Camille Cottin, et Alice Isaaz)….C’est un film d’intrigue, se déroulant à Crozon, dans le Finistère, qui bénéficie de décors naturels, habilement filmés, avec un réel souci de la mise en scène….Pour les puristes ou les « gens » du coin, on constatera que beaucoup de scènes ont été tournées dans le tout petit village de Landévennec ( vues marines, cimetière, église, rues, promenades en vélo…C’est une vraie prouesse à mon avis, car’ le village est minuscule…..Les dialogues aussi sont très vivants et porteurs…Basé sur le roman de David Foenkinos, ce film garde l’esprit du livre. Le côté petite bibliothèque avec section des histoires non publiées a un côté très authentique. Fabrice Luchini est exceptionnel en critique littéraire qui se transforme en enquêteur littéraire, les autres acteurs / actrices apportent leur touche de contraste dans l’approche « profiter-du-phénomène-pourquoi-chercher-la-petite-bête »: l’équilibre et l’alchimie prend très bien. Des touches d’humour en finesse. Un très bon moment.

Note : 9/1041r9IuAm3hL._SX679_.jpg

Vidéo : Dès le début, le transfert affleure avec des couleurs vives, des détails et de la profondeur. Les tons chair sont homogènes même pendant les séquences nocturnes en extérieur. Le grain du film est apparent et bien résolu sans devenir trop épais. Certains des segments de 16 mm sont un peu plus prononcés que d’autres, mais rien n’est trop distrayant. Les niveaux de noir sont assez forts, bien qu’il y ait eu quelques séquences où ils pourraient apparaître gris clair / noir et plus flou que d’autres, ce ne sont que de brefs plans et pas un problème grave. Les contrastes peuvent également devenir un peu nets avec les blancs et les fenêtres lumineuses, en particulier, qui se dirigent vers la floraison. Encore une fois, les petits pois qui ne posent pas vraiment de problèmes, mais qui méritent d’être catalogués. Sinon, c’est un sacré transfert presque sans faille .

AUDIO : Le mélange de ce film contient une riche gamme de subtilités actives qui le rendent vivant, engageant, avec une activité surround quasi constante qui ne se fait pas remarquer ou qui ne ressemble pas à un gadget. Le mélange maintient une atmosphère réaliste tout au long avec un grand sens de l’espace.  Le dialogue est limpide, sans aucun problème. Même dans les scènes les plus animées où se produisent de nombreux effets d’arrière-plan, le dialogue reste sur les canaux avant / centre et ne faiblit jamais. Il s’agit d’un mixage audio efficace, actif et immersif.

51WyxYEXfmL._SX679_.jpg

Bonus :  Un court making of de 13 min réalisé à partir d’images et d’entretiens avec les acteurs et l’équipe de tournage sur l’intrigue, ses thèmes, les performances et d’autres aspects de la production. Sympathique.

Acteurs : Fabrice Luchini, Camille Cottin, Vincent Winterhalter, Anne Mercier, Alice Isaaz
Réalisateurs : Rémi Bezançon
Format : Couleur, Plein écran, Cinémascope, PAL
Audio : Français (Dolby Digital 2.0), Français (Dolby Digital 5.1)
Audio description : Français
Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
Région : Toutes les régions
Nombre de disques : 1
Studio : Gaumont
Date de sortie du DVD : 10 juillet 2019
Durée : 97 minutes

61r3cpVfneL._SY445_.jpg

 

Fog de James Herbert | 3 juillet 2019

Cela commença par un tremblement de terre. Dans la confusion, au milieu des cris des victimes, personne ne prêta vraiment attention à ce brouillard jaunâtre qui s’échappait de la terre éventrée et que le vent eut tôt fait d’emporter vers la campagne anglaise. Puis des massacres inexplicables, déments, furent signalés sur le passage de la nappe de brouillard. Elle se mit à croître, progressant inexorablement vers les zones les plus peuplées d’Angleterre…

Chronique : Ce livre commence par un coup d’éclat et, heureusement, il déclenche une série de coups de plus en plus forts et violents. Pour un livre publié en 1975, il était étonnamment frais. Il y avait quelques scènes qui semblaient datées et, bien sûr, 40 ans plus tard, la technologie va être dépassée, mais tout cela n’a que peu d’importance, et je ne l’ai presque pas remarqué. ,Les deux premiers actes de ce livre m’ont rappelé un roman de John Wyndham plus horrible, tandis que le troisième acte m’a rappelé 28 jours plus tard. The Fog est un excellent roman d’horreur, habilement avec le style de James Herberts qui ne fait qu’ajouter à l’horreur dans ses pages. Le style d’écriture de l’auteur ne laisse rien à l’imagination du lecteur, mais choisit plutôt de décrire des scènes horribles en détail. Fog est l’histoire d’une contagion faite par un homme qui rend les gens fous. Dans les mains d’un auteur de moindre importance, cela pourrait être considéré comme un facteur de choc horrible, mais ce n’est pas le cas dans ce roman, les scènes sont choquantes, mais les lecteurs peuvent sympathiser avec beaucoup de personnages, beaucoup d’entre eux mineurs, car on nous fournit scène après scène horrible de la façon dont le brouillard affecte certaines personnes. Les lecteurs trouveront dans ces scènes une grande profondeur de caractère qui n’empiète jamais sur l’intrigue globale du roman, dans certains cas ils se sentent presque comme des nouvelles individuelles concernant le désastre qu’est le brouillard. L’une d’entre elles, concernant une femme suicidaire, est un moment d’horreur et d’empathie. La seule critique que les lecteurs modernes peuvent trouver dans ce roman est que les relations sont stéréotypées par rapport au type de relations dont on a parlé à l’époque de l’histoire, particulièrement en ce qui concerne le personnage principal, Holman, et son partenaire, Casey. Le rythme est vif et les nombreux intermèdes servent à briser même la simple apparence de monotonie. Il y a très peu de temps d’arrêt et Herbert s’assure de maintenir le lecteur méchamment diverti tout au long de la lecture. Il vous berce parfois dans un faux sentiment de sécurité et s’en prend ensuite à la gorge. La fin en est un parfait exemple.
L’atmosphère et le ton créés sont si sombres, sombres et impitoyables. Herbert fait un excellent travail en créant une histoire qui excite, terrifie, et provoque une sorte d’agitation intérieure. Ce livre m’a touché de multiples façons et c’est dire quelque chose. C’est rempli de suspense et de tension. J’applaudis la maîtrise par Herbert du concept de ce qui terrifie et de ce qu’est vraiment l’horreur..
L’intrigue n’est peut-être rien de nouveau par rapport aux normes d’aujourd’hui, mais pour l’époque, je suis sûr que c’était un concept assez nouveau et je l’ai énormément apprécié.

Note : 9,5/10

 

  • Poche: 384 pages
  • Editeur : Bragelonne (3 juillet 2019)
  • Collection : Terreur
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1028104450

41LLyxoKA7L._SX307_BO1,204,203,200_.jpg

 

Opération Requiem de Stanislas Petrosky | 11 juillet 2019

Quand Requiem, le plus déjanté des curés, agent secret du Vatican décide de prendre la défense des animaux, et qu’il se retrouve confronté aux Yakuza, ça donne un polar sans temps mort, avec des répliques toujours aussi ciselées.

Chronique :  Après « Ils étaient vingt et cent…  » Stanislas Petrosky nous reviens avec son personnage de Requiem pour une histoire sur la défense des animaux..  et il y arrive à nous sensibiliser sur les espèces en danger, et aux gestes de l’homme qui ont conduit à faire disparaître les espèces d’animaux . D’autant qu’il nous pose certaines questions qui  ne sont pas si simples : quand il y a tant à faire, quels animaux sauver en priorité : les beaux ? et les moches alors ? Les plus ou les moins menacés ? grâce à cette enquête Petrosky a écrit un mystère fascinant et saisissant, avec un prétexte qui sert de personnage central à part entière, exerçant son propre sens de la menace effrayante avec ses secrets enfouis. Ensuite l’histoire est vraiment bien vue avec une intrigue originale qui évite les ressorts éculés des polars  et meurtres en série. Enfin les personnages qui sortent là encore des stéréotypes habituels et chacun à ses propres zones troubles et n’est pas en tous les cas pas le héros de roman habituel (si ce n’est déja pas encore fait lisez les autre Requiem). Quant au rythme, il est intense et soutenu tout au long du récit : on ne s’ennuie pas une seule seconde. Tous les ingrédients pour faire un bon thriller sont réunis, avec en prime des personnages hors du commun. .

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 201 pages
  • Editeur : French Pulp Editions (11 juillet 2019)
  • Collection : Polar
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1025104767

1.jpg

 

L’Amour de ma vie de Clare Empson| 13 juin 2019

Catherine ne parle plus. Ni à son mari, ni à ses enfants, ni aux médecins, pas même à sa meilleure amie. Elle a été témoin d’une scène terrible et depuis plus un mot. Pourtant, du fond de sa bulle, Catherine se souvient… Elle se souvient de Lui, Lucian, l’amour de sa vie rencontré à la fac. A cette époque, elle s’était laissé entraîner dans son cercle d’amis, privilégiés et hédonistes. Difficile d’oublier leur rupture, aussi : en une nuit, tout a volé en éclats. Elle l’avait quitté, détruisant leur vie à tous les deux. Sans qu’il n’y comprenne rien. Elle se souvient surtout de leurs retrouvailles, quatre mois plus tôt : le hasard les a réunis, comme pour leur offrir une seconde chance. La passion a ressurgi immédiatement. Toutefois, impossible d’éviter la question essentielle : pourquoi ? Pourquoi Catherine s’était-elle enfuie, cette nuit-là ? Une plongée sombre au coeur du silence, des secrets et des non-dits d’une histoire d’amour.

Chronique : Wow ! Je ne m’y attendais vraiment pas quand j’ai lu le livre. Je m’attendais à un thriller d’une sorte ou d’une autre, mais en fait, ce que j’ai eu était une histoire si puissante de manipulation, de chagrin d’amour, de perte, de temps perdu, d’amitié et d’amour. Je ne voyais vraiment pas comment cela allait se terminer, et quand j’ai réalisé qu’il était trop tard. Je voulais retourner dans ma bulle mais c’était trop tard, beaucoup trop tard, ce que j’avais lu ne pouvait pas être invisible !

La vie de Catherine et de Lucian vous est montrée à travers de multiples récits, le présent, il y a quinze ans, quatre mois et quatre mois, Catherine et Lucian. J’aimais le style du récit comme s’il s’agissait d’entrées de journal intime l’une à l’autre, sans jamais se référer l’une à l’autre par son nom, juste à Toi. J’étais accro depuis le début, Catherine dans le maintenant est devenue muette, un événement dans sa vie il y a quatre mois l’a rendue ainsi mais pourquoi ? Quoi ? Je criais sur le livre pour me dire pourquoi ! Pour me dire ce qui se passait. Au lieu de cela, Mme Empson vous a rendu plus accro à Catherine et Lucian et au cercle d’amis de l’époque universitaire. La collecte et la consignation des différentes échéances m’ont permis de m’investir et d’avoir hâte de savoir ce qui se passait. Pourquoi Catherine et Lucian étaient-elles séparées depuis quinze ans ? Les sentiments dans ce livre sont si bruts et si réels qu’il est difficile d’imaginer que ce n’est pas réel. Les actions et les réactions de chacun d’entre eux sont réalistes.  Le mode de vie des riches et des célébrités, des gens qui n’ont jamais grandi, contraste avec celui des humbles et des gens de marque. Il y a quatre mois, vous voyez Lucian et son ami en train de revoir leurs choix de vie quand Catherine est de retour sur les lieux. Les manières alcoolisées ne semblent plus aussi amusantes. Tout ce qui compte vraiment, c’est pourquoi Catherine est de retour ? Pourquoi est-elle partie il y a tant d’années ? Ce livre vous fera vivre des montagnes russes d’émotions et pendant tout ce temps, vous serez désespéré de savoir ce qui est arrivé à Catherine.
On nous donne un aperçu des pensées de Catherine et vous avez vraiment des sentiments pour elle et ceux qui l’entourent.
J’aimerais bien vous dire ce qui se passe, mais je ne vais pas vous gâcher la chose, car vous devez profiter de chaque chapitre, car le livre mène régulièrement à ce qui s’est passé.
C’est une lecture captivante et je la recommande fortement si vous aimez les thrillers de mystère avec une histoire d’amour au cœur.

Note : 9/10

 

  • Broché: 448 pages
  • Editeur : Denoël (13 juin 2019)
  • Collection : GRAND PUBLIC
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 220714058X

41dHF5MJKwL._SX339_BO1,204,203,200_.jpg