Les 56 films de Cannes 2020 : Wes Anderson, Maïwenn, François Ozon, Laurent Lafitte en sélection officielle

Thierry Frémaux et Pierre Lescure ont présenté ce soir la Sélection officielle du Festival de Cannes qui prendra la forme inédite de « labels », qui permettront d’accompagner les films, parmi lesquels ceux de Wes Anderson, François Ozon et Maïwenn.

C’est au cours d’une conférence de presse d’un genre inédit pour la grand messe qu’est Cannes (sans journaliste dans la salle, mais retransmise en directe sur Canal+ et sur les réseaux sociaux) que Thierry Frémaux, Pierre Lescure et le présentateur Laurent Weil ont dévoilé la sélection de Cannes 2020, qui prendra la forme de labels cette année, en raison de l’annulation du Festival sous sa forme habituelle en raison de la crise du Covid.

Thierry Frémaux, délégué général du Festival l’a dit d’emblée, cette sélection ne sera pas structurée comme chaque année : »on ne voulait pas jouer à », « ne pas s’amuser à ne ce qu’elle ne peut pas être cette année », indique-t-il face à Pierre Lescure et Laurent Weil. Les films ne seront donc pas exceptionnellement différenciés entre la compétition, hors compétition, séance de minuit, et Un Certain Regard, comme le veut la tradition. Avant d’égrener les noms des films sélectionnés, très attendus par la planète cinéphile, Pierre Lescure a également indiqué en préambule sa réélection en tant que président du Festival de Cannes pour un nouveau mandat.

On note une plus forte présence de films français (et parmi parmi ces 21 films français, 8 sont réalisés par des femmes, et 9 sont des premiers films). On note également une forte présence de premiers films, notamment réalisé par des comédiens (Viggo Mortensen, Samir Guesmi, Laurent Lafitte…). Après les succès du Grand Bain et de La Belle Epoque, Cannes va continuer à mettre en avant des comédies (au nombre de 5 cette année, ce qui est un record). Enfin, une belle place est accordée cette année aux films réalisés par des femmes : elles seront 16 réalisatrices à présenter un film contre 14 en 2019, 11 en 2018, 12 en 2017, 9 en 2016, 6 en 2015.

Découvrez la liste des films de la Sélection officielle de Cannes 2020, sous la forme de Labels, dans l’ordre annoncé :

Il y a d’abord « des gens que (Cannes) avait déjà accueilli »

Il y aura aussi « un groupe de gens nouveaux, ou venus qu’une seule fois » :

« beaucoup de premiers films » :

3 documentaires :

5 comédies :

4 films d’animation :

Thierry Frémaux a indiqué avoir reçu un nombre record de films cette année : 2067 longs métrages reçus cette année (contre 1845 en 2019), dont 909 premiers longs métrages, chiffre en hausse par rapport aux années antérieures. Parmi eux, 258 ont été réalisés par des femmes (28,4%) et 651 par des hommes (71,6%) : « C’est aussi parce que les cinéastes étaient là, au travail, que nous ne sommes pas partis, que nous n’avons pas renvoyé tout le monde en 2021, que nous avons continué. Et nous avons bien fait : en choisissant de travailler jusqu’au bout à établir une sélection, nous avons reçu plus de 2000 longs métrages, 2067 exactement »

Pour mémoire, le Festival de Cannes 2020 devait initialement se tenir du 12 au 23 mai 2020, mais a dû être reporté, puis finalement été annulé sous sa forme traditionnelle afin de respecter les mesures de précaution sanitaire en France.

En quoi consisteront ces labels ? Thierry Frémaux a expliqué que « de nombreux autres festivals à travers le monde ont émis le désir d’accueillir les films de la sélection cannoise. » Et d’ajouter : « Le Festival de Cannes dévoilera prochainement la façon dont il déploiera son activité à l’automne prochain. Traditionnellement, les films de la Sélection Officielle sont invités par les festivals qui lui succèdent comme Locarno, Telluride, Toronto, Deauville, San Sebastian, Pusan, Angoulême (pour le cinéma français), Morelia, New York, Lyon, Rome, Rio, Tokyo, Mumbaï ou Mar del Plata et même Sundance en janvier prochain – ils le seront à nouveau, avec le soutien réaffirmé et actif de Cannes et de ses équipes. Comme l’année dernière, le Festival présentera un ou deux films en commun avec l’ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion), une des sections parallèles du Festival qui proposera également une sélection, comme la Semaine de la critique. »

D’autres annonces devraient suivre : les sélections de la compétition des courts métrages et des films de la Cinéfondation seront dévoilées dans les jours qui viennent, comme la composition du programme de Cannes Classics (avec notamment In the Mood for Love de Wong Kar-wai). L’Acid et la Semaine de la critique feront connaitre leurs labels demain.

Cannes 2020 : le replay de la sélection et de l’interview de Thierry Frémaux, à voir sur myCANAL

Face à l’annulation du Festival de Cannes 2020, Pierre Lescure et Thierry Frémaux ont créé le label Cannes 2020, attribué à 56 films. Une liste présentée ce 3 juin à 18h sur CANAL+. Si vous avez raté l’évènement, revivez-le dès maintenant en replay !

Vive le cinéma”, scandait de manière tonitruante Quentin Tarantino il y a un peu plus de seize ans, lors de l’ouverture du 57e Festival de Cannes, en 2004. Un souvenir de Croisette parmi tant d’autres pour les cinéphiles, mais qui aurait pu ne trouver aucune résonance en 2020. Pour autant, le septième art et Cannes vivent encore et toujours, et trouvent un nouveau souffle. Pas de Palme d’Or, pas de Caméra d’or, ni de catégories comme Un Certain regard, encore moins de séances spéciales, cette année, mais la naissance du label Cannes 2020 afin de valoriser la Sélection qui aurait dû rythmer cette 73e édition du Festival de Cannes. Au total, ce sont 56 longs-métrages, des comédies, des drames, des documentaires et plus encore, sélectionnés parmi les plus de 2067 films reçus par le comité. La crème de la crème des réalisations de ces derniers mois, avec une attention toute particulière pour la diversité. En témoigne les 15 premiers films qui composent la liste de 2020 contre 10 en 2019, les 16 réalisatrices présentes dans la sélection contre 14 l’année passée, les 147 pays représentés, ou encore la mise en avant de comédies ou de films d’animation. De la même manière, ce fameux label sera attribué au dernier Pixar, Soul, et au nouveau film du Studio Ghibli. Vous n’avez pas pu suivre l’évènement en direct ? Pas de panique, le replay est déjà disponible ! (Re)découvrez la sélection officielle de Cannes 2020 et l’interview de Thierry Frémaux sur myCANAL.

Netflix : 6 films à ne pas rater cet été 2020

Un film d’animation une production française ou encore une comédie musicale… quels sont les films à ne pas rater cet été sur Netflix ?

Da 5 Bloods (le 12 mai)

De quoi ça parle ? L’histoire de quatre vétérans afro-américains qui retournent au Vietnam pour y retrouver la dépouille de leur chef et un hypothétique trésor enfoui.

Ce qu’il faut savoir : Après avoir réalisé quelques épisodes de la série Nola Darling n’en fait qu’à sa tête pour Netflix (l’adaptation de son long-métrage), Spike Lee collabore avec la plateforme pour sortir son premier film avec eux. Samuel L. Jackson, Giancarlo Esposito et Don Cheadle devaient à l’origine tenir les rôles principaux mais ont été remplacés au pied levé par Chadwick Boseman, Delroy Lindo et Jean Reno. Ce dernier n’est d’ailleurs pas le seul Français à rejoindre la distribution puisque Mélanie Thierry sera aussi de la partie. Attention, Da 5 Bloods a une durée de 2h35 (!).

Da 5 Bloods Bande-annonce VOST

A Whisker Away (le 18 juin)

De quoi ça parle ? L’histoire prend place dans la ville de Tokoname située dans la préfecture d’Aichi. Nous y suivons le quotidien de Miyo Sasaki, une collégienne amoureuse de son camarade de classe nommé Kento Hinode. Malgré tous les efforts de Sasaki pour se faire remarquer, Hinode ne fait pas attention à elle. Un jour, elle découvre un étrange masque lui permettant de se transformer en un chat nommé Tarō. Grâce à cet objet, elle peut se rapprocher de celui qu’elle aime. Cependant, à force de l’utiliser, elle pourrait bien ne plus retrouver sa forme originelle…

Ce qu’il faut savoir : Nakitai Watashi wa Neko o Kaburu en VO est un film d’animation japonais co-réalisé par Junichi Sato (Sailor Moon) et écrit par Mari Okada (Jun, la voix du cœur).

Balle perdue (le 19 juin)

De quoi ça parle ? Petit génie de la mécanique, Lino est réputé pour ses voitures-bélier. Jusqu’au jour où il se fait arrêter pour un braquage qui tourne mal. Repéré par le chef d’une unité de flics de choc, il se voit proposer un marché pour éviter la prison. 9 mois plus tard, Lino a largement fait ses preuves. Mais soudain accusé à tort de meurtre, il n’a d’autre choix que de retrouver l’unique preuve de son innocence : la balle du crime, coincée dans une voiture disparue.

Ce qu’il faut savoir : Il s’agit du nouveau film français produit par Netflix. Balle perdue arrive peu après La Terre et le Sang, autre production tricolore réalisée cette fois par Julien Leclercq.  Ce premier long de Guillaume Pierret s’offre un casting plutôt alléchant, composé de Alban Lenoir, Nicolas Duvauchelle, Ramzy Bedia, Rod Paradot ou encore Stéfi Celma.

Balle perdue Teaser VF

Eurovision Song Contest : The Story of Fire Saga (le 26 juin)

De quoi ça parle ? Deux musiciens en herbe, Lars Erickssong et Sigrit Ericksdottir, ont l’opportunité de représenter leur pays, l’Islande, à l’Eurovision.

Ce qu’il faut savoir : Ce film s’annonce comme l’OVNI de cet été netflixien. Et pourtant, le premier clip à découvrir ci-dessous nous donnerait presque l’eau à la bouche. Eurovision Song Contest devait sortir sur la plateforme en mai dernier, pour coïncider avec la diffusion du véritable évènement. Mais face à l’annulation de ce dernier à cause de la pandémie, le géant américain a dû décaler la mise en ligne d’un mois. Il faudra donc patienter un peu pour découvrir la nouvelle comédie de Will Ferrell. Rachel McAdams, qui joue une chanteuse dans le film, a été doublée pour l’occasion.

Eurovision Song Contest: The Story Of Fire Saga CLIP VO "Volcano Man"

The Old Guard (le 10 juillet)

De quoi ça parle ? Une petite bande soudée de mercenaires immortels, dirigée par la redoutable Andy, se bat depuis des siècles pour protéger les humains. Mais tandis que le groupe est engagé pour une mission des plus périlleuses, ses pouvoirs hors du commun sont soudain révélés au grand jour. C’est alors qu’Andy et Nile, tout dernier soldat à avoir rejoint l’équipe, doivent tout mettre en œuvre pour neutraliser leurs ennemis. Car ces derniers ne reculeront devant rien pour détourner les pouvoirs des immortels à leur profit.

Ce qu’il faut savoir : Adapté d’un roman graphique, The Old Guard est LE blockbuster de cet été sur Netflix. Son casting, international, vaut la aussi le détour : Charlize Theron, KiKi Layne, Matthias Schoenaerts, Marwan Kenzari, Chiwetel Ejiofor… ils sont tous à l’affiche de ce film SF réalisé par Gina Prince-Bythewood (Love & Basket-Ball).

The Old Guard Bande-annonce VO

Clint Eastwood a 90 ans : saviez-vous qu’il avait failli mourir dans un accident d’avion à 21 ans ?

Alors que Clint Eastwood fête aujourd’hui ses 90 ans, voici 5 anecdotes étonnantes sur la carrière du légendaire cinéaste…

Clint Eastwood va devoir fêter son anniversaire et n'aime pas ça

Alors que Clint Eastwood – monstre sacré du cinéma, légende du western et réalisateur multi-oscarisé – fête aujourd’hui ses 90 ans, retour sur 5 anecdotes qui ont marqué sa vie et sa carrière avec notre épisode spécial de Give Me Five. Saviez-vous par exemple qu’Eastwood n’avait jamais lavé son poncho de la trilogie du dollars, qu’il ne disait jamais « action » sur ses tournages ou encore… qu’il avait failli mourir à l’âge de 21 ans ?

La scène se passe en octobre 1951. Clint Eastwood passe son service militaire et l’avion dans lequel il se trouve – un bombardier de la Seconde Guerre Mondiale – survole l’Océan Pacifique, au large de San Francisco. C’est là que survient l’accident : les communications se coupent, l’oxygène aussi, et l’appareil se retrouve à court de carburant.

Le pilote de l’avion n’a donc plus le choix et doit tenter un atterrissage en urgence sur l’océan, dans une eau glacée et… infestée de requins (ainsi que Clint Eastwood l’apprendra quelques années plus tard). Heureusement, les squales ne lui ont pas rendu visite ce jour-là, et son diplôme de maître nageur lui a permis de regagner la côté après deux ou trois heures de brasse.

Godzilla vs Kong : la sortie du film repoussée à 2021 ?

Attendu pour la fin de l’année, le blockbuster « Godzilla vs Kong » pourrait voir sa sortie être repoussée à 2021 alors que le coronavirus continue d’impacter fortement l’industrie du divertissement américaine.

Le choc des titans n’aura pas lieu, tout du moins cette année… Le flm Godzilla vs Kong, censé opposer pour la première fois dans une production américaine deux des plus célèbres monstres géants du cinéma, pourrait être repoussé à 2021, bien que sa date officielle de sortie du 20 novembre prochain n’ait pas encore été modifiée par les studios Warner. Nos confrères américains du site CBM notent en effet que l’artbook The Art of Godzilla vs. Kong a vu sa sortie être repoussée de quelques moins, sa nouvelle date de parution ayant été fixée au 21 mai 2021.

Tout laisse donc à penser que le long métrage d’Adam Wingard empruntera la même voie, d’autant que la date du 21 mai n’est pas si innocente que cela, puisqu’il s’agit de la date de sortie de Matrix 4 dont l’interruption du tournage – supposé reprendre dès le 6 juillet prochain – entraînera vraisemblablement un report de la sortie du film, 50 % des prises de vues ayant pu être achevées avant le début de la quarantaine. Au-delà de ce changement de date, ce report laisse par ailleurs entendre que les studios ne misent désormais plus sur l’année 2020 pour dévoiler leurs grosses productions, et nul doute que de nouveaux changements d’agenda nous seront communiqués au cours des prochains semaines.

Godzilla vs Kong, suite directe de Godzilla 2 – Roi des monstres et de Kong : Skull Island, réunira notamment les comédiens Kyle Chandler ainsi que Millie Bobby Brown, l’Eleven de Stranger Things.

Captain Tsubasa (Olive et Tom) : une date de sortie pour le jeu vidéo Rise of New Champions

La société Bandai Namco a annoncé que le jeu vidéo « Captain Tsubasa Rise of New Champions », adapté du célèbre manga « Captain Tsubasa » (Olive et Tom), serait disponible sur consoles et PC dès le 28 août prochain !

Alors que certains championnats européens de football reprennent leurs droits après une interruption de plusieurs mois, les héros de Captain Tsubasa donnent, quant à eux, rendez-vous à leurs fans dès le 28 août prochain pour la sortie événement du jeu vidéo Rise of New Champions ! Proposant d’incarner dans des parties endiablées les protagonistes japonais mais également internationaux du célèbre manga signé Yoichi Takahashi, ce jeu d’arcade s’annonce comme le compromis parfait pour satisfaire les amateurs de football et ceux ayant grandi avec la célèbre série animée Olive et Tom.

De la feuille morte de Tsubasa au Tir du tigre de Hyûga, en passant par le Fire Shot du canonnier allemand Karl-Heinz Schneider et les exploits dans les cages des gardiens de but Genzô Wakabayashi et Ken Wakashimazu, Captain Tsubasa Rise of New Champions, dont nous avions pu tester une première copie de travail, permettra à ses utilisateurs de recourir aux plus célèbres techniques spéciales du manga, avec comme garantie qu’aucun match ne pourra se terminer par un score nul et vierge !

Plusieurs éditions du jeu seront par ailleurs proposées en magasin et sur le site Bandai Namco Entertainment : l’Edition Deluxe (jeu + Season Pass), l’Edition Collector (Edition Deluxe + Figurine Exclusive Tsubasa Ozora + Illustration exclusive + Cartes de collection + Steelbook + Badges Brodés), l’Edition Champions (Edition Collector + un maillot personnalisé), l’Edition Légende (Edition Champions + un baby-foot Tsubasa haut-de-gamme fabriqué par René Pierre).

Captain Tsubasa Rise of New Champions sortira le 28 août prochain exclusivement sur PlayStation 4, Nintendo Switch et PC !

The Wretched, le film d’horreur qui fait le plein dans les drive-in aux États-Unis

Sorti le 1er mai sur douze écrans à travers tout le pays et en vidéo à la demande, le film d’horreur « The Wretched » des frères Pierce est devenu le phénomène des drive-in pendant la crise sanitaire du Covid-19.

Lorsque Brett Pierce et Drew T. Pierce, deux frères scénaristes et réalisateurs, ont sorti The Wretched le 1er mai dernier, ils étaient loin de se douter que leur second long métrage allait devenir un véritable phénomène. Distribué par IFC Midnight, une société de production spécialisée dans les films d’horreur indépendants, ce succès surprise a envahi les drive-in américains après la fermeture des cinémas suite à la pandémie du Covid-19. Dès son premier week-end d’exploitation, du 1er au 3 mai, le film, projeté sur douze écrans seulement, avait déjà rapporté plus de 65 000 dollars. Depuis, le nombre de copies ne cesse d’augmenter, passant de douze à quarante-cinq écrans ce week-end du 22 mai, et les recettes avec. The Wretched, classé numéro un du box-office, a désormais récolté pas moins de 548 609 dollars.

Interrogé par le magazine Entertainment Weekly, l’un des réalisateurs du film, Drew T. Pierce, explique : « Nous n’étions qu’un petit film du Michigan. Nous avons toujours visé la Lune, mais avec un film indépendant, vous vous vous dites : « Nous allons sortir dans quelques cinémas, on va être joué pendant une semaine, et peut-être que dix personnes iront le voir. La plupart des gens le regarderont en streaming à un moment donné. » Mais chaque semaine, ça prend de l’ampleur. C’est une chose impensable. On va devenir une question de Jeopardy (un jeu télévisé américain, NDLR) un jour, parce qu’on va être le film à petit budget qui aura rapporté le plus d’argent. »

Plébiscité par le public… et la presse

Bien sûr, un tel succès s’explique par l’absence de grosse concurrence. La totalité des blockbusters de la saison ont été repoussés à une date ultérieure, comme Black Widow, laissant aux films plus confidentiels, comme The Wretched, la voie libre pour occuper le haut du podium. Au-delà de la faible programmation, le film – dont le budget demeure inconnu – bénéfie également d’un excellent bouche-à-oreille. En plus d’être un succès commercial, il a également reçu de bonnes critiques de la part de la presse américaine, comme le New York Times et The Hollywood Reporter, qui saluent sa qualité et son ingéniosité. Sur le site Rotten Tomatoes, The Wretched obtient un bon score de 73%.

Sur le compte officiel Instagram du film, les réalisateurs profitent de l’engouement autour de leur long métrage pour partager d’intéressantes images du tournage. L’occasion de voir à quoi ressemble le plateau d’un film à petit budget et les moyens qui ont été déployés. Toujours non daté en France, The Wretched raconte comment un jeune adolescent, bouleversé par le récent divorce de ses parents, découvre que sa voisine est en réalité une sorcière âgée d’une centaine d’années.