Why Women Kill sur M6: que vaut la nouvelle série du créateur de Desperate Housewives ?

Après « Desperate Housewives » et « Devious Maids », Marc Cherry est de retour sur M6 ce jeudi avec « Why Women Kill », une série sur trois femmes prêtes à en découdre après les infidélités de leurs maris à trois époques différentes. Vaut-elle le détour ?

De quoi ça parle ?

Les vies de trois femmes vivant à trois époques différentes alors qu’elles font face à l’infidélité dans leur mariage respectif. Si le rôle des femmes a évolué dans la société, leur réaction est toujours la même : un profond désir de vengeance. Dans les années 60, Beth Ann, femme au foyer, attend sagement son mari le soir alors qu’il la trompe avec une serveuse. Dans les années 80, Simone, une working girl, découvre que son mari la trompe… avec un homme. De nos jours, Taylor, bisexuelle, s’essaye au couple libre non sans difficultés…

Créée par Marc Cherry (Desperate Housewives, Devious Maids, American Beauty). Réalisée par Marc Webb (500 jours ensemble, The Amazing Spider-Man).

Tous les jeudis soirs sur M6. 10 épisodes vus sur 10.

A quoi ça ressemble ?
Why Women Kill - saison 1 Bande-annonce VF

C’est avec qui ?

Après Marcia Cross, Teri Hatcher, Felicity Huffman et Eva Longoria, Marc Cherry se devait de frapper fort. Et c’est sur deux bonnes actrices, qui sortent de près d’une décennie sur la même série, qu’il a mis son grappin : d’abord Lucy Liu, la Watson d’Elementary et Ling d’Ally McBeal, vue au cinéma dans Charlie’s Angels; ainsi que Ginnifer Goodwin, la Blanche Neige de Once Upon A Time, révélée en épouse mormone dans Big Love sur HBO. La 3e femme de la bande est une jeune révélation. Très demandée, Kirby Howell-Baptiste s’est faite remarquer dans The Good Place et Killing Eve, et vient d’apparaître dans la saison 4 de Veronica Mars. A ses côtés, Alexandra Daddario, star des films Percy Jackson, San Andreas et Baywatch, passée par la case True Detective en télé.Chez les hommes adultères, on retrouve Sam Jaeger, le papa parfait de Parenthood, croisé dans la saison 3 de The Handmaid’s Tale; l’anglais Jack Davenport, vu dans Smash et Flash Forward; et Reid Scott, qui sort tout juste de sept ans dans Veep.

ça vaut le coup d’oeil ?

Desperate Housewives vous manque ? Les rediffusions en boucle sur M6  -en ce moment même- vous lassent ? Why Women Kill a clairement été conçue pour vous combler. Elle saura assurément répondre à vos désirs de plaisirs coupables, comme l’avait déjà fait en son temps l’autre succulente série de Marc Cherry trop sous-estimée, Devious Maids. Il va sans dire que ceux qui n’accrochent pas à cet univers entre la fable et la farce n’y trouveront à nouveau pas leur compte. Dès le générique façon bande dessinée, il ne fait aucun doute que Wisteria Lane et ses femmes au foyer désespérées ne sont pas loin.

Si l’action se situe à Pasadena en Californie, le petit quartier américain caractéristique qui sert de lieu à l’action en est une copie conforme, voisins (trop) curieux compris. La différence majeure, c’est que les trois héroïnes ne se croiseront (presque) jamais puisqu’elles vivent à trois époques différentes dans la même demeure luxueuse. Les transitions entre les périodes sont d’ailleurs mises en scène avec fluidité. Les petites musiques typiques de Desperate Housewives sont de retour, pour nous indiquer en toute subtilité quand on doit se marrer et quand on doit être attendri. 15 ans ont passé mais il faut reconnaître à cette recette de n’avoir pas perdu en efficacité, elle ne nous émerveille juste plus autant. A noter que grâce à une diffusion sur la plateforme de streaming CBS All Access aux Etats-Unis, la série peut se permettre d’aller un peu plus loin que sur une chaîne traditionnelle. Les « fuck » sont donc au rendez-vous, mais la nudité reste très légère en revanche.

Là où Desperate avait du mal à tenir sur la longueur, Why Women Kill bénéficie d’une narration resserrée sur 10 épisodes. On sent que les scénaristes savent très exactement où ils vont, sans trop de gras et de sous-intrigues inutiles, quoique les passages d’interviews façon Modern Family ne semblent pas primordiaux. En filigrane, derrière les dialogues ciselés et les rebondissements bien ficelés, la série tente de dépeindre l’évolution de la condition féminine des années 60 à nos jours, en dépassant les clichés. Mais c’est bien le mystère qui nous tient en haleine tout du long : comment ces femmes qui n’ont pas l’air d’être des psychopathes en puissance vont se retrouver à tuer leurs maris, tôt ou tard ? La réponse s’avère plus complexe et plus inattendue que prévu.

On ne peut que saluer les prestations des actrices, à commencer par celle de Lucy Liu, qui semble tout droit sortie de Dynastie -la version originale- et qui nous régale de piques bien senties dont Marc Cherry a le secret. L’actrice semble s’éclater, loin du format corseté d’Elementary. Son intrigue lorgne en revanche un peu trop du côté de Gaby et du jardinier. Le sentiment de déjà vu est inévitable. Ginnifer Goodwin, en pré-Bree Van De Kamp, offre la performance la plus émouvante  avec une intrigue plus classique mais qui devrait nous réserver de belles surprises. Le personnage nous montre dès la fin du pilote qu’il est prêt à en découdre avec le patriarcat ! En ce qui concerne la 3e héroine, moderne et bisexuelle, on est un peu plus perplexe mais elle a le mérite de ne pas aller exactement là où on l’attend malgré une mise en place un peu ronflante.

Why Women Kill a donc beaucoup de fun à revendre, un charme indéniable, un équilibre entre drame et comédie trouvé, et un léger parfum de scandale qui ne peut que donner envie de la dévorer. Restez bien jusqu’au bout, le dernier épisode est un petit bijou de mise en scène !

Bloodride une anthologie d’horreur / Netflix

Une anthologie d’horreur norvégienne ? On peut dire que Netflix a le don pour dénicher les projets les plus inattendus. Pour autant cette randonnée sanglante tient-elle toutes ses promesses ?

Composée de six épisodes entièrement indépendants, l’anthologie propose une compilation de petites histoires courtes, pas plus d’une demi-heure par episodes, à la qualité inégale mais qui demeure toujours assez jouissive à regarder, à condition d’aimer l’horreur bien sûr.

Une horreur qui reste tout de même assez gentille et propre malgré le titre évocateur, il n’y a pas tant de scènes gores. Le principe des épisodes repose sur un twist scénaristique final plus que sur la terreur pure. Un principe qui rappelle celui d’une autre anthologie célèbre, la quatrième dimension, mais bloodride n’a pas la prétention qualitative de cette dernière et se révèle être un honnête divertissement mais sans rien de plus.

Le cadre norvégien aurait mérité d’être vraiment mis en avant, en l’état les épisodes pourraient se dérouler n’importe où en Occident, c’est quand même dommage de ne pas mettre plus en avant les légendes de ce grand pays nordique possédant une Histoire riche.

Les deux premiers épisodes sont aussi les moins mémorables, surtout la deuxième avec ce twist vu et revu. Le troisième récit reste la proposition la plus audacieuse tandis que celui sur les rats de laboratoire reste plaisante si l’on parvient à faire abstraction des nombreuses incohérences. Les deux dernières histoires sont prévisibles mais suffisamment distrayantes pour oublier le manque d’originalité.

En ces temps d’incertitudes où beaucoup d’entre nous sont cloîtrés chez eux cette anthologie pourrait faire passer le temps à ceux qui trouvent le temps long. Cependant on peut regretter l’absence de prise de risque et le côté aseptisé de l’ensemble.

Note: 6/10

Depuis 2020 / Epouvante-horreur
Nationalité Norvège

Aj and the queen saison 1

Synopsis : Ruby Red, célèbre drag queen New-yorkaise, s’apprête à réaliser son rêve ouvrir son propre bar mais rien ne va se passer comme prévu et il va bientôt se retrouver sur les routes dans son vieux camping car avec un passager clandestins.

Basé sur le thème bien connue du duo improbable la série de la star des drag queen américaines offre un show plaisant et flamboyant.

Précisons d’emblée que le show n’offre pas grand chose d’original, mis à part une plongée dans l’univers drag la série valide toutes les balises de ce genre de série. Un duo improbable d’étrangers qui n’ont rien à faire ensemble et qui embarquent pour un road trip haut en couleur c’est un pitch que l’on retrouve dans nombre de films. C’est même un genre à part dans le cinéma hollywoodien, le buddy movie. Ajoutons à cela un ton naïf qui va en repousser certains et un nombre d’incohérences qui s’accumulent d’épisodes en épisodes on pourrait penser que l’on fait face à un nouveau programme Netflix bancal et oubliable comme la plateforme en sort une dizaine par mois.

Mais il n’en est rien la série fonctionne malgré, ou grâce à, ses défauts. Le duo formé par AJ et Robert nous offre de bons moments de complicité et de scènes burlesques qui nécessitent une suspension de crédibilité de la part du spectateur pour être apprécié pour ceux qu’elles sont, de purs moments de comédie où RuPaul déploie tout son talent de performeur. Le ton est volontairement naïf, les bons sentiments sont légion et les situations se règlent un peu trop facilement mais le but de la série est d’apporter des paillettes, rouges de préférence, dans les yeux des spectateurs et non de brosser un portrait réaliste de l’Amérique profonde.

Un duo qui trouve rapidement son rythme

Chaque épisode est l’occasion de découvrir un aspect du monde des drags queen, les représentations dans les bars miteux, la concurrence entre drags, mais aussi l’entraide et même les concours de beauté. RuPaul offre une prestation unique à chaque épisode, mention spéciale à l’infirmière antillaise, et nous montre ainsi que l’univers des drags n’est pas uniquement composé de glamour et de play-back maîtrisé.

Les performances de RuPaul sont souvent bluffantes

Les seconds rôles trouvent également leurs places entre deux prestations de la divine Ruby Red. Damien, l’escroc pas si cupide, régalera les yeux des téléspectatrices mais pas uniquement. La perfide Danger tient le rôle de la garce flamboyante et Louis, le colocataire aveugle de Robert, aura l’occasion de prouver qu’il n’est pas qu’un ressort comique.

Le reste du casting qui tient la route

La série aurait gagné à soutenir un rythme plus resserré, mais c’est un reproche que l’on pourrait faire à nombre de série Netflix, mais elle offre un divertissement léger et émouvant pour tous ceux qui sont prêts à grimper dans un camping qui affiche six zéros à son kilométrage.

Depuis 2020 / 60min / ComédieDe RuPaulMichael Patrick KingAvec RuPaulIzzy G.Michael-Leon WooleyNationalité U.S.A.

Le Voisin (El Vecino) avec Quim Gutiérrez, Clara Lago sur Netflix

Un homme coincé entre son travail et sa vie amoureuse voit son quotidien bouleversé lorsqu’un extraterrestre le dote de super-pouvoirs.

Chronique :   Netflix a une nouvelle série originale espagnole dans son catalogue à partir du 31 décembre 2019. C’est El vecino, une comédie romantique avec Quim Gutiérrez et Clara Lago comme personnages principaux, dans laquelle la formule déjà bien connue est habillée avec des éléments d’humour qui parodient le Superman de Richard Donner.

Le matériel qui sert de base aux dix épisodes qui composent la première saison est la bande dessinée du même nom de Santiago García et Pepo Pérez, publiée par Astiberri.

L’intrigue de la série Le Voisin tourne autour de Javier, un jeune homme qui n’arrête pas de trébucher : son commerce de t-shirts aux phrases décourageantes ne fonctionne pas, il doit donc subvenir à ses besoins avec un emploi précaire dans le bar d’un ami, dont il profite de tout ce qu’il peut jusqu’à son licenciement.

De plus, sa relation avec sa petite amie, Lola, n’est pas au mieux de sa forme. Quand Javier pense que sa vie ne peut pas être pire, un  » gardien cosmique  » lui tombe dessus et lui donne ses pouvoirs avant de mourir : un médaillon qui lui permet de se transformer en Titan et quelques pilules rouges qui lui permettent de voler.

De cette façon, Javier devient un vrai super-héros, bien que les choses ne semblent pas aller beaucoup mieux qu’avant… Il ne sait pas quoi faire de ses pouvoirs, et il ne peut pas garder son secret longtemps.

Un des éléments qui a le plus attiré l’attention dans Le Voisin a été l’implication du réalisateur Nacho Vigalondo dans ce film. Rappelons qu’il a dans sa filmographie des films aussi intéressants que Los cronocrímenes, Open Windows ou Colossal, avec lesquels la série semble avoir une certaine affinité de ton en combinant réalité surnaturelle et fiction. Cependant, son implication ne va pas au-delà des deux premiers épisodes de la série et il n’a pas participé à l’élaboration du scénario de la série, donc ne vous attendez pas à trouver une grande empreinte d’auteur dans le produit final.

El Vecino - Imágenes del rodaje

Les autres ont été réalisés par Paco Caballero (Perdre l’Est), Victor Garcia Leon (Vote Juan) et Ginesta Guindal (Perfect Life). Le scénario est de Miguel Esteban (Chapitre 0, La fin de la comédie) et Raúl Navarro (L’entracte, Bataille d’Espagne) et est, de loin, l’un des points faibles de la série car il est assez atone : Il manque de rythme et le sens de l’humour au point que les épisodes qui sont d’environ 25 minutes, sont souvent rendus lourds pour sa lenteur et les quelques apparitions du super-héros costumbrista et désastreux qui est un peu poivre de la recette (bien que, comme nous l’avons dit, n’ont pas réinventé la roue, est juste une itération parodique de Superman comme il était à son époque Superlópez). Il est vrai que la formule, avec ces derniers instants de chaque épisode qui nous laissent perplexes, encourage la série à se consommer en marathon.

El vecino

La production espagnole de Netflix laisse encore beaucoup à désirer… non pas à cause de sa finition finale, car en fait les effets spéciaux sont parmi les points forts de la série, mais parce qu’elle reste à mi-chemin de son désir d’être hilarante ou, du moins, originale. Nous verrons si dans les prochaines saisons le parcours est corrigé et alors, oui, il décolle comme Titan.

Note : 8,5/10

 

Le Voisin : Affiche

 

The Mandalorian- Saison 1 Épisode 08 (Final) (Avec Spoiler) sur Disney +

La première saison du Mandalorian a malheureusement pris fin après seulement huit courts épisodes. La finale de la saison d’aujourd’hui a été la plus longue du peloton, même si elle dure encore un peu plus de 40 minutes.

C’est bien sûr, bien sûr. Ce n’est pas la durée d’un épisode qui compte, c’est la façon dont l’histoire se déroule et la façon dont les créateurs utilisent le temps. Ils en font (surtout) une utilisation brillante ici. Ce fut une finale de saison formidable avec une énorme révélation à la fin, et juste une poignée de choses qui m’ont dérangé.

L’épisode s’ouvre là où s’est arrêté la semaine dernière. Nos héros sont coincés à l’intérieur de la cantine explosée avec Moff Gideon (Giancarlo Esposito) et son bataillon de stormtrooper brillant à l’extérieur, désespérément en infériorité numérique. Les hommes de Gédéon déploient une nouvelle arme qu’ils appellent un «e-web» ou quelque chose du genre, et il leur donne jusqu’à la tombée de la nuit pour se rendre. Il connaît tous leurs noms, y compris la véritable identité de Mando: Din Djarin. Il sait tout cela parce qu’il était un officier instrumental de la destruction de Mandalore et du peuple mandalorien. Mais il sait aussi qui sont les compagnons de Mando.

Pendant ce temps, les deux éclaireurs qui ont tué Kuiil (Nick Nolte) la semaine dernière (ces salauds) se sont arrêtés juste à l’extérieur de la ville pour attendre les ordres. Celui à qui ils parlent sur le comlink leur dit d’attendre – Gideon vient de tuer toute une unité de ses propres hommes, et il y a évidemment une certaine confusion sur ce qui doit être fait.

Alors les deux soldats, exprimés par Jason Sudeikis et Adam Pally, se prélassent et attendent. Quand l’enfant fait du bruit, ils le frappent. Plus tard, quand il mord l’un d’eux, ils le frappent à nouveau. À ce stade, nous savons qu’ils sont faits, nous ne savons tout simplement pas comment.

C’est une scène amusante autre que la maltraitance des enfants, qui faisait bouillir mon sang. Ils tirent à tour de rôle sur des ordures à proximité et ratent chaque tir. C’est une autre grande fouille de l’objectif moche de Stormtroopers, bien que cela soulève quelques questions plus tard dans l’épisode.

Puis IG-11 (Taika Waititi qui a également réalisé) se présente et exige qu’ils remettent l’enfant. C’est un droïde infirmier maintenant, et c’est sa principale directive pour protéger bébé Yoda. Les soldats scouts lui disent de le battre et il en tue la merde. Ils n’ont jamais eu de chance.

De retour dans la cantine, Mando (Pedro Pascal) tente à nouveau de s’emparer de Kuiil mais n’obtient rien. . . jusqu’à ce que nous entendions le cri joyeux de l’Enfant à l’autre bout. Nous voyons IG-11 accélérer à travers les plateaux de lave avec le bébé Yoda niché devant lui.

« Qu’avez-vous fait? », Demande Mando d’un air accusateur.

«J’ai rempli ma directive principale», répond IG-11.

« Lequel est? »

«Pour protéger l’enfant», répond le droïde, et nous le voyons accélérer non pas vers la crête du rasoir, mais vers la ville. Il passe devant les gardes à la porte, puis descend sur les Stormtroopers involontaires dans les rues. C’est une séquence d’action passionnante. Cara Dune (Gina Carano) regarde à l’extérieur de la cantina et voit des explosions dans la rue. La légion de Stormtroopers se retourne pour faire face à cette nouvelle menace.

Nos héros en profitent pour passer à l’offensive. Cara, Mando et Greef Karga (Carl Weathers) commencent à tirer. Mando et Karga quittent le bâtiment tandis que Dune les couvre de l’intérieur. IG-11 accélère dans le carré et saute du speeder, le laissant exploser au milieu des Impériaux. Le bébé Yoda étant toujours attaché à lui, le combat commence sérieusement.

Moff Gideon prend tout cela dans la foulée. Il regarde calmement ses hommes se faire tuer autour de lui. (Note: pourquoi les Stormtroopers prennent-ils la peine de porter une armure?) Puis il vise et frappe Mando dans la tête. Cela ne fait que le faire reculer d’un pas ou deux. Gideon entraîne donc son blaster sur le bloc d’alimentation «eweb» et tire. Il explose et envoie Mando au sol.

Dune se bat pour sortir de la cantina et ramène Mando en sécurité. IG-11 et Karga suivent, et encore une fois, ils sont coincés à l’intérieur. Alors que l’IG-11 brûle à travers la grille d’égout, Gideon envoie un pompier pour les brûler hors du bâtiment. Il met le feu à la cantina, puis passe par la porte, entraînant son lance-flammes sur nos héros.

C’est le moment de briller de bébé Yoda. Il plisse les yeux, lève ses minuscules petites mains et arrête le feu. Karga et Cara Dune regardent avec émerveillement. L’enfant jette ensuite le feu sur le soldat et il se met à boum.

IG-11 passe à travers la grille et Cara Dune essaie de faire partir Mando avec eux, mais il lui dit de le quitter. Il est fini. Il peut les acheter un peu de temps. Alors IG-11 lui donne le bébé et lui dit qu’il restera avec Mando. Les autres s’échappent dans les tunnels ci-dessous et IG-11 va enlever le casque de Mando. C’est le seul moyen pour lui de le guérir, car il saigne de la tête.

Mando lui dit que s’il l’essaie, il le tuera. Il a fait le vœu de ne jamais laisser un autre être vivant voir son visage. «Je ne suis pas un être vivant», lui rappelle IG-11, et le casque s’en va. On voit enfin l’homme derrière le masque. Pedro Pascal arrive enfin à montrer au public son visage ensanglanté, ne serait-ce qu’un instant.

IG-11 le guérit, mais il dit qu’il lui faudra des heures pour récupérer complètement, et les deux rencontrent Cara Dune et Greef Karga, ainsi que l’enfant, ci-dessous.

Ils traversent les tunnels et arrivent finalement au Mandalorian Covert, seulement pour trouver un tas de casques Mandalorian et l’endroit désert. Le seul survivant est l’armurier (Emily Swallow) qui leur dit que les Impériaux sont apparus après le combat avec les chasseurs de primes et les ont anéantis. C’est là que je me retrouve à avoir quelques chicanes sur l’épisode, parce que les choses ne s’additionnent tout simplement pas.

  • Comment les Impériaux ont-ils vaincu autant de Mandaloriens? Nous avons déjà vu à quel point ils sont inefficaces contre Mando et son minuscule équipage. J’ai du mal à comprendre comment ils seraient pris à plat. Et si les Impériaux sont venus en nombre et en force suffisante pour vaincre tout le secret mandalorien, pourquoi ne sont-ils pas restés sur Navarro?
  • Comment l’Armurier a-t-il survécu alors que les autres Mandaloriens ont été tués? On dirait qu’ils seraient tous morts, à moins qu’elle ne fasse ses courses ou quelque chose du genre.
  • Pourquoi les Impériaux n’ont-ils pas emporté avec eux tout cet acier inestimable de Beskar? S’ils les anéantissaient tous, ils n’auraient aucune raison de ne pas tout rassembler.

Donc tout ça m’a dérangé, mais pas tellement que je n’ai pas pu profiter du reste de l’épisode. J’ai d’autres problèmes que j’aborderai plus loin. Pour l’instant, je souhaite juste qu’ils aient géré cela différemment. Peut-être que les Mandaloriens venaient de partir, à l’exception de l’Armurier. Peut-être qu’ils se sont dispersés après le combat et se sont mis à créer leur fort ailleurs.

Mando parle avec l’armurier et nous en apprenons plus sur son histoire à travers des flashbacks. Nous voyons, encore une fois, ses parents le cacher dans le monde d’où il vient. Il s’avère qu’il n’est pas né à Mandalore et ce n’est pas un flash-back de la destruction de cette planète. Ses parents le cachent et le droïde de bataille est sur le point de le tuer quand il sera détruit. Un Mandalorien apparaît et invite Mando – ou Din à ce stade – à l’accompagner. Il le fait, et à l’extérieur, nous voyons tout un groupe de Mandaloriens affronter les droïdes impériaux, secourant les habitants de la ville. Celui qui sauve les jetpacks de Mando avec lui.

«J’étais un enfant trouvé», dit Mando. L’armurier lui dit que l’enfant est également un enfant trouvé, et qu’ils sont maintenant liés ensemble, qu’il est maintenant le père de bébé Yoda, au moins jusqu’à ce qu’il puisse le réunir avec son propre genre. L’Armurier lui dit qu’elle connaît son espèce – une tribu de sorciers connus sous le nom de Jedi qui a autrefois combattu le grand Mandalore.

L’armurier donne à Mando son tout premier jetpack et sa chevalière, un Mudhorn. Elle lui dit que lui et l’enfant sont maintenant un clan de deux.

Et donc notre deuxième saison est configurée. Mando est en quête de trouver le peuple de l’enfant, soit plus de son espèce, soit peut-être d’autres Jedi. Cela ouvre des possibilités et des aventures fascinantes.

Mais les Impériaux arrivent toujours, alors nos héros réussissent à s’échapper, en suivant les tunnels jusqu’à la rivière de lave où ils trouvent un engin d’apparence ancienne perché au-dessus de la lave en fusion avec un droïde de ferry brûlé qui ressemble beaucoup à R2-D2 assis en elle.

Ils parviennent à faire bouger le vaisseau et le droïde clignote, puis se lève. C’est comme R2-D2 mais avec de longs bras et jambes, et un grand long poteau pour pousser le ferry sur la rivière de lave avec. Il y a de la lumière au bout du tunnel, mais Mando – à l’aide de ses casques de vision spéciale aux rayons X – aperçoit des Stormtroopers en embuscade.

Un peloton entier, dit-il, et voici mon deuxième gros problème:

  • Il y a peut-être deux douzaines de Stormtroopers qui attendent dehors en embuscade. C’est moins que ce que nous avons rencontré dans la ville, et pourtant Mando et les autres voient tous le combat à venir comme désespéré. N’ont-ils pas vu à quel point un Stormtrooper tire mal? Ce ne devrait pas être un combat si difficile.
  • Et pourtant, IG-11 va de l’avant et s’autodétruit, faisant exploser beaucoup d’entre eux, bien que ce ne soit pas les probabilités écrasantes que la série veut que nous croyions. Ils auraient dû inclure beaucoup plus de Stormtroopers ou un autre danger, car je n’étais pas du tout convaincu.

IG-11 meurt donc une deuxième fois et cela ne semble pas juste. Là encore, il était un peu surpuissant. Cela fonctionne dans une scène de combat amusante ou deux, mais cela aspirerait le plaisir assez rapidement s’il continuait à détruire tout sur son passage.

Ils sortent du tunnel de lave seulement pour voir le TIE Fighter de Moff Gideon approcher rapidement. Son premier assaut échoue, mais il revient en arrière pour un autre. «Nos blasters sont inutiles», s’écrie Cara. « Dites-lui de faire les mains magiques! » Dit Karga, et fait le signe « mains magiques » au bébé Yoda, qui lui sourit et lui fait un signe de la main.

«J’ai un plan», explique Mando. Il n’est pas encore complètement entraîné avec un, mais il attache néanmoins le jetpack à son dos, et il s’en va, éclatant après le TIE Fighter une fois qu’il effectue sa deuxième passe (et manque encore).

Il utilise son grappin pour se verrouiller sur le TIE Fighter, puis s’enroule et essaie de se frayer un chemin à travers l’écoutille. Gideon incline brusquement le TIE Fighter et Mando perd presque son emprise. Il parvient à coller un explosif sur le bras qui relie le cockpit à l’aile du TIE Fighter avant de tomber.

Gideon se rend compte de sa situation trop tard et la bombe explose, envoyant le méchant impérial s’écraser au sol.

Et donc nos héros l’emportent. Greef Karga décide de rester sur Navarro pour relancer la guilde des chasseurs de primes, et il accueille à nouveau Mando à bras ouverts. Cara Dune décide de rester également, espérant éponger toute la présence impériale sur la planète. Karga lui propose un emploi.

Mando et l’Enfant retournent à leur vaisseau et décollent à la recherche du peuple de bébé Yoda. Mando avait donné à Cara Dune son collier mandalorien quand il a essayé de les envoyer avec lui, et il découvre que l’Enfant le porte, suçant la petite pièce d’acier Beskar comme le fait le bébé. C’est le symbole du crâne du Mythosaure, les créatures géantes sur lesquelles les Mandaloriens ont déjà roulé.

« Pourquoi ne vous accrochez-vous pas à cela », dit Mando, et maintenant bébé Yoda a deux jouets.

Bien sûr, ce n’est pas la fin. Nous savons que Moff Gideon ne peut pas encore être mort. Pas si vite et pas si facilement. Et bien sûr, nous nous retrouvons sur le site du crash. Les Jawas sont déjà en train de nettoyer le TIE Fighter quand soudain nous voyons quelque chose traverser le cockpit du navire. Ça a l’air. . . comme un sabre laser.

Moff Gideon émerge tenant une lame noire rougeoyante. Ce n’est pas un sabre laser, après tout. C’est le Darksaber! Il y a une longue et longue histoire du Darksaber, qui a été créé par Tarre Vizsla, le premier Mandalorien à être intronisé dans l’Ordre Jedi. Il a changé de mains plusieurs fois, tombant même en possession de Dark Maul à un moment donné. Son dernier propriétaire connu était une femme mandalorienne, Bo-Katan Kryze. D’une manière ou d’une autre, il est maintenant entre les mains de Moff Gideon.

Voilà tout un moyen de mettre fin à la première saison du premier spectacle Star Wars en direct! Je veux dire, pensez à combien de choses cool se sont passées dans cette courte saison de huit épisodes. Nous suivons un chasseur de primes mandalorien qui veut juste faire son travail mais tombe sur un bébé Yoda dans le premier épisode! À la fin de la finale, nous apprenons que le nouveau Big Bad est en possession de l’une des épées les plus cool et les plus fascinantes de tout l’univers de Star Wars . En fait, nous pouvons voir un Darksaber en direct! À quel point cela est cool?

Cet épisode a eu quelques faux pas, que j’ai détaillés ci-dessus.  Mais dans l’ensemble, c’était un épisode passionnant et plein d’action avec encore une autre révélation incroyablement cool.

La saison 2 a été mise en place, mais je ne sais pas si Mando sera vraiment libre et à l’abri des chasseurs de primes puisque Gideo est toujours très vivant. Je souhaite que Cara Dune, à tout le moins, soit restée avec Mando dans sa quête. C’est un grand personnage et ce serait bien si certains de ces personnages restaient plus d’un épisode ou deux. Tant pis.

 Commence maintenant la très longue et douloureuse attente de la saison 2.

Critique Série TV : Rick et Morty Saison 4 Episode 5 (Avec SPOILERS)

Il semble qu’il y ait eu des troubles au cours de la quatrième saison de Rick et Morty au sein de la base de fans. J’ai vu de nombreux commentaires et j’ai eu des conversations avec des fans qui ont trouvé les épisodes jusqu’à présent ennuyeux, stupides ou ennuyeux et stupides. Killjoy critique que je suis, je me suis retrouvé dans la position rare de me sentir comme si j’avais peut-être été plus indulgent envers la série que le fan moyen.

Donc, juste pour clarifier les choses: je ne pense pas que cette saison a été Rick et Morty à son meilleur. De plus, je suis entièrement d’accord pour dire que le complot est parfois devenu si compliqué qu’il a été tout simplement ennuyeux . Et, oui, pour quelque raison que ce soit, la saison quatre a jusqu’à présent poursuivi de manière agressive des histoires stupides et loufoques presque exclusivement au lieu de développements majeurs de personnages ou des tournures sombres et dramatiques de l’histoire que nous nous attendons à ce qu’elles tirent sporadiquement.

Cependant, j’ai été généreux en marquant ces épisodes parce que le fait demeure que, même lorsque l’intrigue se coince dans le cul, c’est une merveille de narration que tout s’enchaîne et fait sens. Il serait plus facile d’écrire Rick et Morty s’il y avait des tonnes de séries aussi complètes avec une écriture aussi ambitieuse, mais il n’y en a vraiment pas. Dan Harmon reste l’écrivain le plus performant de la sitcom et, même lorsque les épisodes ne débarquent pas complètement, il est toujours étonnant de voir les tournures de l’engrenage complexe de la production d’une pièce d’écrivain aux commandes de Harmon.

Quant aux épisodes vraiment stupides, eh bien, j’ai beaucoup ri d’eux et c’est difficile de se plaindre quand on rit.

« Rattlestar Ricklactica » est le meilleur épisode de la saison quatre à ce jour. Cela dit, ce n’est pas particulièrement un écart par rapport aux quatre épisodes précédents. L’intrigue toujours croissante est folle, allant dans cinquante directions différentes que vous ne voyez jamais venir, et tout cela est finalement accessoire car il n’y a pas de croissance ou de changement de personnage significatif. Rick est, comme d’habitude, cynique et a bien fini avec tout. Morty est, encore une fois, un cœur saignant incurable, qui est, une fois de plus, le catalyseur de tout le conflit. Et Jerry est un crétin têtu.

En fait, la façon dont l’épisode est divisé entre une intrigue de Rick et Morty et une intrigue de Jerry se sent immédiatement semblable à la dynamique de l’épisode de la semaine dernière. Je suppose que vous ne pouvez pas reprocher à la chambre de l’écrivain de se replier là-dessus. Après tout, Rick et Morty font des trucs de science-fiction tandis que Jerry se débat au hasard par lui-même est sans aucun doute le modèle de narration le plus fiable de la série.

Ce qui rend « Rattlestar Ricklactica » meilleur que toute autre chose cette saison, c’est qu’il ne s’embourbe pas avec un seul concept. Le pire épisode jusqu’à présent, « One Crew Over the Crewcoo’s Morty » était tellement obsédé par la critique des films de braquage qu’il est rapidement devenu une note. Une grande partie de «Rattlestar Ricklactica» est un résumé du voyage dans le temps et de la façon dont il peut être bâclé et insatisfaisant en tant qu’intrigue, mais il ne vous bat pas la tête avec ce message.

Le gadget de voyage dans le temps n’apparaît même qu’à mi-chemin de l’épisode, date à laquelle il y a eu une longue digression sans dialogue sur un astronaute de serpent et suffisamment de temps passé sur Jerry pour que je pense brièvement que l’épisode a attiré un appât et- commutateur et que Jerry allait être le véritable centre d’intérêt. En d’autres termes, l’intrigue zigs et zags si étrangement et de manière inattendue (et pourtant, comme toujours, tient toujours) que la narration se sent aérée et sans effort, plutôt que laborieuse comme elle l’a fait avec d’autres épisodes cette saison.

C’est aussi toujours drôle. Il y a un certain nombre de fantastiques doublures dans les intrigues de Jerry et Rick et Morty (« Pouvez-vous reconnaître le bruit du pantalon d’un homme qui se remplit de pluie? » « J’espère … un jour? »). Et l’épisode prend son temps en se concentrant sur de longues blagues de science-fiction, comme le morceau d’astronaute de serpent susmentionné, et une séquence inspirée où Rick fabrique rapidement (et par la suite assassine) une abomination grotesque de la tête de Jerry juste pour la faire poser comme Jerry dans un appel téléphonique à Beth. De plus, j’ai vu tous les Terminator film, donc j’apprécie Rick et Morty   appelant la franchise pour ne plus avoir aucun sens.

Si vous n’avez pas été à bord de ce que la saison quatre vend, « Battlestar Ricklactica » ne vous incitera probablement pas à ressentir différemment. Comme les épisodes précédents, il a toujours une intrigue sci compliquée et maladroite sans conséquence majeure. Cependant, contrairement à certains de ces épisodes, l’intrigue ne lutte pas sous son propre poids et ne nuit pas à la comédie. « Battlestar Ricklactica » ne peut évidemment pas se démarquer comme un épisode exceptionnel pour cette saison particulière, mais c’est un solide Rick et Morty qui se compare bien à certaines des sorties moins dramatiques de la série globale.

Résultat de recherche d'images pour "rick et morty saison 4 ep 5 review"

The Mandalorian- Saison 1 Épisode 07 (Avec Spoiler) sur Disney +

Le Chapitre Mandalorien 7

L’avant-dernier épisode de la première saison de The Mandalorian se termine par une tragédie. Mais pas avant un épisode tendu et bourré d’action qui a ramené de nombreux personnages du début de la série.

Mando (Pedro Pascal) s’est vu accorder la clémence par Greef Karga (Carl Weathers), le chef de la guilde des chasseurs de primes de Nevarro. Le client (Werner Herzog) a apparemment réprimé, imposant une forme de domination impériale sur la ville et rendant très difficile pour Karga et ses chasseurs de primes de faire des affaires.

Alors Karga offre un contrat à Mando: revenez et sortez le client et vous pourrez garder l’enfant et faire nettoyer votre dossier dans la guilde. Karga gère les affaires comme d’habitude, et Mando peut arrêter de fuir le client et les myriades de chasseurs qu’il a envoyés après lui.

La question est, Mando peut-il faire confiance à Karga pour tenir sa fin du marché? Serait-ce un piège? « Je n’ai pas le choix », dit Mando à Cara Dune (Gina Carano) quand il retourne à Sorgan pour lui demander son aide. Elle n’aime pas l’idée, mais quand elle apprend qu’il veut retirer un fonctionnaire impérial, elle dit qu’elle est dedans.

Mais ils doivent trouver quelqu’un pour aider à regarder The Child. Ils décident cela après qu’il ait presque écrasé le Razor Crest tandis que Mando et Cara Dune sont en dessous des ponts. Je ne suis pas tout à fait sûr, mais j’ai l’impression que l’Enfant ne voulait pas retourner à Nevarro et faisait une crise de colère. Soit ça, soit il était juste un tout-petit curieux.

Alors Mando retourne à Arvala-7 où il a trouvé le bébé Yoda en premier lieu. Il veut embaucher Kuiil (Nick Nolte / Misty Rosas) pour aider à protéger l’enfant et le convainc finalement de venir. Mais Kuiil ne le fera que s’il peut amener IG-11 (Taika Waititi / Rio Hackford) avec lui. Et ses Blurgs.

Kuiil a retrouvé la coque en ruine de l’IG-11 là où Mando avait laissé le droïde pour mort. Parce qu’il est un homme gentil et ingénieux, Kuiil a réparé le droïde et l’a reprogrammé et a essentiellement fait de la physiothérapie avec lui jusqu’à ce qu’il soit de nouveau en forme de combat – seulement maintenant il n’est plus du tout un droïde chasseur et sert Kuiil paisiblement dans sa vallée nouvellement paisible.

Hélas pour Kuiil, il accepte de laisser la paix derrière lui et d’aller aider Mando à protéger l’Enfant. Ils sont partis – Mando, Cara Dune, Kuiil, IG-11, trois Blurgs et un bébé Yoda. Quand ils arrivent à Nevarro, Mando insiste pour que l’IG-11 reste sur le navire, un appel discutable qui a ses conséquences. Son aversion pour les droïdes a été évoquée à plusieurs reprises, mais au lieu d’admettre qu’il n’aime pas tous les droïdes, Mando insiste sur le fait que c’est juste celui-ci en qui il n’a pas confiance. Nous savons mieux.

Ils rencontrent Greef Karga et trois de ses chasseurs sur Nevarro, et vous pouvez dire que Karga est un peu surpris que Mando ait apporté son propre muscle (et ses bêtes). Il leur dit qu’ils camperont en dehors de la ville et se rendront à la rencontre (et tueront) le Client au premier jour.

« Rien ne peut aller mal », dit Karga au-dessus du feu, tout comme une énorme créature ailée descend du ciel et entaille le bras de Karga. De plus en plus de bêtes ailées descendent de l’obscurité. Ce sont des bêtes puissantes – on soulève un Blurg du sol et s’envole avec. L’un des chasseurs de Karga est également pris avant qu’ils ne parviennent à chasser les créatures ressemblant à des dragons avec des blasters et le lance-flammes de Mando.

Karga est gravement blessée. Son bras est entaillé presque en lambeaux, et Cara Dune se déplace rapidement pour soigner la blessure. Le vrai danger est le poison, cependant, et il se propage. Personne n’a d’antidote.

Et c’est là que nous voyons l’approche Child. «Sortez ce truc d’ici», dit Cara Dune, alors que le bébé Yoda lève le bras vers la blessure. « Attendez! », Insiste Kuiil. L’enfant pose sa main sur la plaie et un Karga délirant crie: «Il essaie de me manger!»

Le visage de l’enfant se transforme en un regard de concentration intense et le regard de douleur de Karga disparaît. Il en va de même des entailles sur son bras. Tout le monde regarde avec émerveillement.

Je suis presque sûr que c’est la première fois que nous voyons Force Healing à l’écran, bien qu’il fasse partie de l’univers étendu de Star Wars , et maintenant même si les livres ne sont plus canon, Force Healing l’est encore une fois grâce à son inclusion ici. C’est un moment assez incroyable et une utilisation beaucoup plus puissante de la Force que la lévitation du mudhorn de bébé Yoda.

C’est aussi un geste suffisamment puissant pour que Greef Karga change d’avis. Alors qu’ils regardent la ville occupée par les impériaux le lendemain, nous voyons ses deux chasseurs restants sortir leurs blasters derrière Mando et ses compagnons.

Karga est devant, et il se retourne brusquement, deux blasters tirés. Il fait le travail de ses propres hommes et revient net. C’était un piège depuis le début, mais maintenant il veut aider Mando à aider l’enfant. Il ne peut pas laisser bébé Yoda aller voir un monstre impérial.

Kuiil ramène donc l’Enfant sur son Blurg à la crête du rasoir tandis que Mando, Cara Dune et Greef Karga prennent un berceau flottant vide dans le ventre de la bête. La ville grouille de Stormtroopers et d’autres ex-troupes impériales. Ils rencontrent le Client à la cantina.

Werner Herzog reste absolument effrayant comme l’enfer, raillant Mando à propos de son acier Beskar et demandant pourquoi les Mandaloriens n’ont pas simplement cédé à la domination impériale. L’Empire, dit-il, rend chaque système qu’ils occupent meilleur, plus pacifique et plus prospère. Comparez cela à l’anarchie que nous avons maintenant, dit-il à notre héros. Mando, assez caractéristique, n’a pas de réplique pleine d’esprit. Le Client demande à voir le bien, mais Karga lui dit qu’il dort — une excuse plutôt boiteuse qui devrait immédiatement éveiller les soupçons.

Mais alors, le client reçoit un appel. C’est de (enfin!) Moff Gideon (Giancarlo Esposito) et le client, que nous découvrons travaille en fait pour cet homme, lui dit qu’ils ont le bien mais qu’il dort. «En êtes-vous certain?», Répond Gideon, puis les blasters commencent à exploser. Un gros trou apparaît au milieu de la poitrine du client. Les Stormtroopers de la cantina sont rapidement éliminés, mais Mando et compagnie découvrent rapidement que les chances sont encore pires que ce à quoi ils s’attendaient.

À l’extérieur de la cantine explosée, nous voyons une rangée de Stormtroopers tout en noir. Ils sont rapidement rejoints par des dizaines de Stormtroopers réguliers. Puis un chasseur TIE apparaît, atterrissant lentement à l’extérieur de la cantine et Gideon émerge de l’intérieur.

Juste avant que le chasseur TIE n’apparaisse, Mando appelle Kuiil par ce lien de communication et lui dit de se précipiter vers le navire et de le verrouiller. Mais deux des soldats scouts à l’extérieur interceptent le message et décollent à leur poursuite. Malheureusement, les vélos plus rapides sont beaucoup plus rapides que les Blurgs.

Gideon émerge de son navire et dit à Mando qu’il n’a aucune idée à quel point il veut l’actif ou ce que l’Enfant signifie réellement dans le plus grand schéma des choses. Nous non plus, bien sûr, mais nous avons une idée.

Plus tôt dans l’épisode, Mando et Cara Dune se disputent les bras, et le pauvre bébé Yoda pense que son père est en difficulté. Il pense qu’ils sont en train de se battre et, voulant peut-être seulement arrêter le combat, force Dune à s’étouffer. C’est un peu choquant, mais si vous y réfléchissez, cela a également un certain sens. Ce n’est qu’un tout-petit, et bien qu’il ait des capacités innées de Force, il ne sait pas vraiment quand les utiliser correctement. Une minute, il pourrait guérir un ennemi et la prochaine Force étoufferait un ami. C’est un pistolet chargé, à bien des égards, si c’est aussi le pistolet chargé le plus adorable que vous ayez jamais vu.

Imaginez ce que les pratiquants du Côté Obscur de la Force pourraient faire avec l’Enfant. Pourraient-ils le transformer du côté obscur puisqu’il est si jeune, le modelant à leur gré? À tout le moins, ils pourraient le détruire, empêchant une autre puissante figure de type Yoda d’émerger dans le futur.

Quoi que Gideon veuille avec The Child, ça ne peut pas être bon. Et c’est ce qui rend la fin de cet épisode si douloureuse. Nous voyons Kuiil atteindre le navire et la passerelle s’ouvre. Mando siffle dans le lien de communication « Kuiil copiez-vous? » Nous voyons les soldats scouts à leur poursuite.

Ensuite, nous voyons l’Enfant, emmailloté de bleu, allongé seul sur le sable. Un soldat éclaireur accélère et ramasse la créature. La caméra panoramique sur Kuiil, presque certainement morte avec son Blurg, a explosé juste avant qu’il ne puisse atteindre la sécurité.

Mando, Karga et Cara Dune sont coincés dans la cantina avec une force écrasante d’ennemis à l’extérieur dirigés par un nouveau chef méchant formidable. Le bébé Yoda a été capturé. Kuiil est mort. Le rôle de crédits et maintenant nous devons attendre neuf jours entiers pour voir ce qui se passe.

Verdict

Une chose que j’ai adorée dans cet épisode, c’est la façon dont cela a lié les choses à ce qui était avant. Kuiil n’est pas seulement abandonné après les premiers épisodes, il revient – tragiquement – pour rendre service à son ami et au bébé Yoda.

Cara Dune, que Mando trouve se battre pour de l’argent sur Sorgan, ne semblait pas être un personnage d’un épisode. Pour tous les soucis que cette émission soit trop procédurale, nous avons maintenant Mando qui revient pour trouver l’aide des amis qu’il s’est fait en chemin.

Et maintenant, nous sommes repoussés directement dans l’intrigue globale de cette saison. Mando ne peut plus courir et continue de courir, se rend-il compte. Ils continueront juste à venir pour lui. Il doit donc prendre des risques et combattre les Imps de front. C’est juste un plan qui ne s’est pas très bien passé jusqu’à présent.

Je vais être honnête, Moff Gideon devra retirer tous les bouchons de méchanceté pour surpasser The Client. Le méchant de Herzog suintait juste le méchant. Il va être difficile à suivre.

Je dirai également que je n’ai heureusement aucune idée de ce qui va se passer dans la finale de la saison, à part que je devienne super déçu que c’est fini car Lord sait combien de temps. The Mandalorian a été un régal surprise, avec The Child émergeant comme l’une des choses les plus adorables que j’ai jamais vues à la télévision, cependant, comme l’épisode d’aujourd’hui nous l’a appris, non sans son propre type de danger.

Comme je l’ai noté la semaine dernière, cela ne me dérangeait pas les épisodes autonomes des dernières saisons. Nous avons rencontré de nouveaux personnages intéressants, nous nous sommes retrouvés dans de nouveaux endroits intéressants et Mando a fait face à une sorte de nouvelle menace chaque semaine qui a conduit à des séquences d’action cool et à un lien croissant entre le chasseur de primes et son nouveau bébé.

Mais je suis très heureux que cette semaine soit revenue à une histoire plus large et ait donné plus de sens à ces épisodes passés dans le processus. Maintenant, nous avons juste besoin de Mando pour ramener tout ce qu’il a et puis certains pour récupérer l’Enfant.

Ceci est le chemin.