The Mandalorian- Saison 1 Épisode 04 (Avec Spoiler) sur Disney +

Mando and Baby Yoda

Bon sang, le Mandalorien est excellent. Dans le chapitre 4,’Sanctuaire’, tout ce qu’il y a de bien dans les trois premiers épisodes s’améliore encore.

D’abord, The Kid continue d’être la chose la plus adorable qui ait jamais été à la télé. Le CGI et la marionnette utilisés pour donner vie au bébé Yoda sont tout simplement remarquables. Chaque petit bruit qu’il fait est trop mignon. Je ne peux même pas le supporter. Regardons une autre photo de lui :

Baby Yoda

Ceci, bien sûr, c’est le bébé Yoda dans le village sur la planète Mando qui se dirige vers afin de trouver un refuge contre la myriade de chasseurs de primes qui le traquent.

Il s’agit d’un endroit idyllique où les fermiers récoltent les petites crevettes bleues qui entourent les huttes pointues, dans des bassins de krill. C’est « au milieu de nulle part » et un endroit parfait pour se cacher.

Avant leur arrivée au village, Mando rencontre un soldat également en fuite. Cara Dune (Gina Carano) a déserté après s’être battue contre l’Empire dans divers engagements militaires, dont Endor, avant que la politique n’ait tout gâché.

Cara Dune

Mando se prépare à partir et c’est là que deux villageois l’approchent avec un travail : Les Raiders ont pillé leur village et ils n’ont aucun moyen de se défendre. Nous le voyons dans la scène d’ouverture, lorsqu’une mère et son enfant se cachent sous un panier dans un étang de krill pendant que des maraudeurs étrangers pillent et pillent. C’est un grand moment de tension.

Mandalorian

C’est Omera (Julia Jones), l’un des deux nouveaux grands personnages féminins introduits dans un spectacle qui a été principalement masculin (autre que le fascinant Armorer, bien sûr). Je veux en savoir plus sur Omera. De tout son village, elle est la seule à lever la main quand Mando demande si quelqu’un sait tirer avec une arme. D’où lui vient cette compétence ? Je suis curieuse.

C’est aussi une romance potentielle pour Mando, et elle a failli lui enlever son casque. La conséquence du retrait du casque d’un Mandalorien devant quelqu’un est essentiellement d’être coupé de la tribu. « On ne peut jamais le remettre », explique Mando à Cara Dune. Elle répond en riant, et je paraphrase : « Vous voulez dire que vous devriez vous installer avec la veuve sexy et élever votre enfant ici en paix ? » Comme c’est affreux.

The Mandalorian

Mando ne veut pas aller aider les villageois et ils n’ont pas assez d’argent pour le payer pour un gros travail comme combattre les maraudeurs pour commencer. Mais ensuite, ils mentionnent que c’est au milieu de nulle part, et il décide qu’une ferme éloignée est une aussi bonne cachette qu’une autre.

Avant qu’ils ne partent, il demande l’aide de Cara Dune et les deux se dirigent vers le village où tous les enfants courent vers le Kid et font la fête. Et qui peut leur en vouloir ? Il est trop mignon, c’est tout.

La présence d’enfants est une autre surprise ici. Il n’y a pas eu beaucoup d’enfants dans les films Star Wars. Ici et là – les padawans dans les préquels ; les enfants esclaves dans Le Dernier Jedi. Mais dans l’ensemble, même si les enfants adorent Star Wars, il n’y a pas beaucoup d’enfants dans les films. Avoir des enfants qui viennent se nourrir et jouer avec Baby Yoda est une excellente idée.

Quoi qu’il en soit, Mando et Cara Dune partent enquêter sur la menace et trouver des traces AT-ST. Ils retournent au village et Mando dit : « Tu ne peux plus vivre ici », ce qui est plutôt hilarant. Ils reprochent aux agriculteurs de ne pas leur avoir parlé de l’AT-ST, dont ils étaient au courant. Mais les agriculteurs ne seront pas déplacés.

The Mandalorian

Ce qui suit est un peu comme Les Sept Magnifiques, bien que moins tragique. Mando et Cara Dune aident à former les fermiers avec des lances et des dynamiteurs bruts. Ils creusent une tranchée et posent un piège dans lequel l’AT-ST pénètre. Ils ont mis en place des barricades de fortune.

Puis Mando et Cara Dune se dirigent vers le campement des maraudeurs pour les provoquer à attaquer le village. Ce qui suit est une paire de grandes scènes d’action. Tout d’abord, les deux héros se bagarrent avec leurs nouveaux ennemis et font sauter l’un de leurs bâtiments. Ils fuient après l’explosion et attirent les maraudeurs et l’AT-ST au village.

La partie suivante est une bataille de vibrations d’Endor, alors que les gentils désarmés se battent contre les raiders et que l’AT-ST reste en arrière, refusant de tomber dans leur piège. Quelques héroïsmes courageux et presque mortels plus tard, Cara Dune réussit à attirer l’AT-ST vers l’avant et elle s’engage droit dans la fosse, basculant par-dessus bord. Mando s’y colle et explosif et boom ….plus d’AT-ST. Les Raiders battent en retraite, pour ne plus jamais être revus.

Et pour les prochaines semaines, Mando et Cara Dune et The Kid vivent tous en paix et en harmonie avec les fermiers, et Omera et Mando se rapprochent du point où elle lui fait presque enlever son casque.

(D’un autre côté, nous découvrons que les Mandaloriens peuvent enlever leur casque en privé à leur guise. Dormir, manger et ainsi de suite peuvent être gérés sans aucune gêne, tant qu’ils sont seuls. Mando enlève son casque pour manger cet épisode, mais nous n’apercevons pas l’homme en dessous.)

Mando dit à Omera qu’il doit partir, mais il vaut mieux que le Kid y reste avec ses amis. Omera accepte de l’élever comme l’un des siens.

C’est là que le premier chasseur de primes arrive. On le voit cibler le bébé Yoda avec un fusil sniper. On entend un coup de feu. C’est la deuxième fois que quelqu’un pointait une arme sur le Kid et qu’on l’abattait avant qu’il puisse appuyer sur la détente. La première fois que c’était IG-11, le chasseur de primes droïde, que Mando a tué.

Cette fois-ci, Cara Dune se faufile derrière le chasseur de primes et l’explose jusqu’à ce qu’il puisse tuer The Kid. Malheureusement, il est trop tard pour d’autres raisons. Mando ne pourra pas laisser le bébé Yoda avec ses amis et Omera. Ce n’est plus sûr. Ils sont donc partis dire adieu à Omera et Cara Dune, même si j’ai l’impression que ce n’est pas la dernière fois que nous allons voir l’un ou l’autre des personnages.

Je suis absolument amoureux du Mandalorien. Pedro Pescal est tout simplement phénoménal dans le rôle, capturant tant d’émotion et de tension, de violence et de tendresse, le tout sans une seule expression faciale. C’est assez remarquable à regarder.

Et bien sûr, bébé Yoda est tout simplement merveilleux. Dans cet épisode plus que tout autre, il est constamment beaucoup trop mignon. Il y a une scène il y a quelques épisodes où il mange une grenouille entière, et il commence à le faire dans cet épisode, mais tous les enfants avec qui il est en compagnie réagissent avec un tel désarroi qu’il la recrache. Trop drôle.

Les deux nouvelles protagonistes féminines, Cara Dune et Omera, sont également de grands personnages. Cara Dune est super dure et rayonne de force et de physicalité, mais elle a une personnalité amusante et espiègle. Elle est presque comme un swashbuckler des opérations spéciales. Je l’aime beaucoup et j’espère qu’elle reviendra bientôt.

Pendant ce temps, Omera est mystérieuse et gentille. Elle a une histoire sur laquelle je veux en savoir plus, et bien qu’elle n’ait pas la force physique de Cara Dune, elle semble tout aussi forte et déterminée.

Chaque épisode jusqu’à présent a été une aventure (ou plusieurs aventures), mais chacun a eu ses moments plus doux et plus émotionnels. Les créateurs de l’émission méritent d’être félicités pour avoir conçu une émission aussi bien équilibrée et pour en avoir fait autant avec si peu, surtout quand il s’agit de Mando, qui n’est pas un grand parleur, c’est le moins qu’on puisse dire.

The Mandalorian

Cet épisode a été réalisé par Bryce Dallas Howard et elle a fait un travail fantastique. Comme le reste des épisodes, il a été écrit par le créateur de l’émission, Jon Favreau, qui mérite en ce qui me concerne de nombreux autres projets Star Wars. Quoi qu’il en soit, il a vraiment capté l’esprit de Star Wars jusque dans les moindres détails, et je ne pourrais pas être plus heureux.

Note : 9/10

Critique Série TV : Rick et Morty Saison 4 Episode 3 (Avec SPOILERS)

 

Rick et Morty sont fous et compliqués avec leurs intrigues de science-fiction depuis un bon moment maintenant. Lors de la première saison de la saison 2, nous avions déjà toutes ces absurdités sur de multiples réalités potentielles. Mais je ne suis pas sûr que nous ayons eu une saison comme celle-ci qui, si tôt, est sur le point de se définir par un complot effréné. Je veux dire, je pensais que la première était dingue , mais nous en sommes à deux épisodes plus tard, avec Morty, l’équipage est à couper le souffle.

L’épisode est bon en ce sens qu’il a retenu toute mon attention; c’est tellement non-stop qu’il n’y a aucune possibilité de s’ennuyer. L’intrigue étant un jeu de passe-passe pour les films de cambriolage, elle contient un bon gag de personnages. Il y a aussi une séquence hilarante sur un gars nommé Gleer / Glar et un brillant doublure de Rick à propos de David Lynch. Il voit également le retour de Mister Poopybutthole, favori des fans, bien que je sois un peu décontenancé par la façon dont il est utilisé ici (il est également le centre de la balise des épisodes sans fin et sans but, peut-être la pire que la série ait jamais connue).

Malheureusement, il y a aussi un camée Elon Musk, qui est fondamentalement juste dans l’épisode parce qu’il a dit qu’il aimait la série et parce qu’il est Elon Musk. Son caméo arrive à un moment embarrassant lorsque les actions de la société Elon sont tombées massivement après avoir présenté une voiture ressemblant à une conception de véhicule rejeté de RoboCop . De plus, Elon a toujours été un mec pas très bon dans l’ histoire , alors son apparence ici laisse un mauvais goût dans ma bouche.

Cependant, rien de tout cela n’aurait d’importance si Elon était bien utilisé, mais l’implication de son personnage est littéralement aléatoire – le hasard étant en réalité une composante de l’intrigue – de sorte que son caméo ne donne jamais plus l’impression que ce qu’il est: une faveur envers un milliardaire. Il se trouve qu’il est également un acteur épouvantable, ce que nous savions déjà car les Simpsons l’avaient fait il y’a plusieurs années

Mais je m’égare! L’inclusion d’Elon, bien que stupide, n’est pas le gros problème de l’épisode, le gros problème est la complexité exagérée du complot, qui est à propos de complots complexes et surexploités.

Dan Harmon est un créateur d’émission si ambitieux, si peu disposé à marcher dans l’eau, que les règles de sa série sont définies, puis déchirées lors de leurs toutes premières saisons . La malédiction de cette approche est qu’une fois que vous avez divisé l’atome de votre décor et de vos personnages, les conflits de votre série doivent dépasser continuellement tout ce qui a précédé.

Rick et Morty ont un protagoniste qui peut tout faire dans un multivers de réalités infinies. Une telle configuration semblerait bien indiquer une histoire qui ne se répète jamais, mais il est également difficile de créer de nouveaux conflits satisfaisants sans pour autant qu’ils ne soient ni fous, ni fous de science-fiction. Imaginez si un méchant était plus puissant que Rick juste à cause de cela. Nous ne l’achèterions pas car nous savons que Rick est l’homme le plus intelligent du monde et qu’il a démontré à maintes reprises son imparable. Par conséquent, pour qu’un conflit entre Rick et Morty ait un poids quelconque, nous devons le transformer en cornichon , ou combattre toute une équipe de super-héros , ou faire l’ expérience de la mort à plusieurs reprises , ou faire face à un robot résistant à la planète fabriqué par Rick lui-même (c’est-à-dire cet épisode).

C’est la question qui maudira les scénarios de Rick et Morty dans un avenir prévisible et, au crédit de l’équipage, ils ont continué à le traiter suffisamment bien pour que ces épisodes restent si captivants, ce que cet épisode est définitivement. . Cependant, bien qu’il y ait de gros éclats de rire ici et là, ce n’est pas toujours drôle, et le développement du personnage est pratiquement oublié, car l’épisode se met en quatre pour expliquer et justifier son propre complot parodique compliqué sur la façon dont les complots de films hébéniques sont complotés.

L’épisode est incroyablement intelligent, mais il est peut-être trop intelligent de moitié, car je passais moins de temps à rire ou à communiquer avec les personnages, et plus de temps ahuri, à regarder tourner les engrenages de ces machinations de l’intrigue.

En outre, Elon Musk est un connard et un briseur de syndicat et je pense qu’il craint et l’aurait préféré s’il n’avait pas été dans le spectacle.

 

Résultat de recherche d'images pour "rick et morty saison 4 ep 3"

Critique série Tv: Mortel avec Carl Malapa, Nemo Schiffman sur Netflix

Dans un lycée de banlieue, Sofiane, Victor et Luisa, trois ados que tout oppose, se retrouvent liés par une force surnaturelle incontrôlable. Unissant leurs nouveaux pouvoirs vaudou pour retrouver le frère de Sofiane, le trio découvre que l’amitié au lycée est surtout un moyen de survie…

Chronique : Nouvelle série Netflix qui avait tout pour être pas mal, mais qui fonce dans le mur plus d’une fois, j’ai regardé toutes la saison, car après le premier épisode il faut avoir du courage pour lancer le deuxième, mais je me suis dit vais ça peut être bien si l’histoire avance un peu, mais je ne sais pas pourquoi la série s’obstine à aller dans les murs dans quasi chaque épisode, ça qui va pas le monde sont les personnages, oublier les adultes ici on ne voit que des ados libres de tous faire sans conséquence quasi, les adultes ou majeur ne sont quasi jamais présents nulle part, rue école maison etc. Les personnes n’ont quasi aucun charisme, pas vraiment la faut aux acteurs eux-mêmes, mais plus a la façon qu’on les fait jouer et se tenir, voire parlez, ainsi que les situations grotesques de leur vie dans la série, quant à l’histoire elle part en couille dès le deuxième épisode, elle ne suis ni les règles qu’elle tente d’instaurer, et se torche avec l’épisode suivant, aussi oublier les explications de quoi que ce soit ici ne vous aurait rien, nada, quant aux pouvoirs ils changent selon l’épisode, une fois de la manipulation type Jedi, une fois le pouvoir de repousser, D’autres d’effacer la mémoire, etc. d’ailleurs plusieurs fois les deux ados échangent leurs pouvoirs, bref je pourrais écrire des lignes sur ce qui va pas sur cette série, si saison 2 il y a espérons qu’elle soit mieux écrite et qu’elle sonnera plus juste, mais j’ai comme un gros doute, dommage car l’idée de faire une histoire type Shonen en série était plutôt bien vue, mais après faut le talent qui va avec, et ici c’est un coup dans l’eau, mais l’idée et à reprendre je trouve .

Note : 4/10

Mortel : Affiche

 

The Mandalorian- Saison 1 Épisode 03 (Avec Spoiler) sur Disney +

The Mandalorian

Le Mandalorian continue d’être l’une de mes émissions de télévision préférées en ce moment.

Dans l’épisode 3:  Mando (Pedro Pescal) ramène L’Enfant (bébé Yoda) sur la planète où il a eu la prime en premier lieu. Nous ne savons toujours pas avec certitude quel est le nom de ces planètes, car il n’y a jamais de cartes de titre ou de références vocales à leur emplacement.

Je me demandais la semaine dernière si nous étions sur Tatooine grâce aux Jawas qui, pour autant qu’on sache, étaient originaires de cette planète. Mais la description de Kuiil (Nick Nolte), l’agriculteur qui aide Mando dans les deux premiers épisodes, dit qu’il est d’Arvala-7.

Dans tous les cas, Mando et L’Enfant retournent sur la planète du chasseur de primes et Mando rapporte sa prime directement au Client (Werner Herzog) où il reçoit une prime importante en acier Beskar, l’acier spécial pris à Mandalore, que les Mandaloriens utilisent dans leur armure.

The Mandalorian

Mando prend le paiement et demande ensuite au client ce qu’il compte faire de l’enfant. Le Client lui rappelle que ce ne sont pas ses affaires. Que sa guilde n’a pas le droit de poser des questions une fois qu’ils ont accepté un contrat et qu’ils ont accepté le paiement, et donc Mando prend son argent et part.

Nous voyons L’Enfant sorti de la pièce, regardant tristement Mando en arrière et c’est déchirant.

Mando retourne au sous-sol où il a rencontré pour la dernière fois The Armorer (Emily Swallow) avec environ dix fois la quantité d’acier Beskar qu’il lui avait apportée la dernière fois. Elle décide de lui forger une cuirasse – un combo plastron et plaque dorsale – qu’il considère comme un « grand honneur ».

Elle lui confectionne aussi des sifflets à oiseaux, une petite flotte de petites fusées qui s’attachent à sa combinaison. Le Beskar restant est donné aux Enfants Trouvés, quelque chose qui tient à cœur à Mando, puisqu’il l’a lui-même été.

The Mandalorian

Mando retourne à la cantine des chasseurs de primes où il retrouve Greef Karga (Carl Weathers). Karga est le gars qui distribue les contrats et joue un rôle de leader dans la guilde des chasseurs de primes. Il est content de Mando, ayant lui-même gagné une part de l’acier Beskar.

Nous apprenons que presque tous les chasseurs de primes du parsec ont reçu la même prime pour trouver le bébé Yoda, et tout le monde est amer à Mando pour avoir attrapé la prise. Tout le monde sauf Karga qui veut fêter ça avec Mando, l’emmener dans les maisons de plaisance ou lui acheter de la drogue, ce genre de choses.

Mando veut juste une nouvelle prime, et on lui en donne une. C’est un Mon Calamar comme l’amiral Ackbar, et peut-être même son fils. (Il y a des rumeurs selon lesquelles son fils apparaîtra dans Rise Of Skywalker). Mando prend la prime, retourne à son navire et se prépare à partir, mais pas avant d’avoir demandé à Karga ce qu’ils vont faire de l’enfant. Karga lui rappelle que ça ne les regarde pas. « Défonce-toi et oublie tout ça », dit-il, bien que je paraphrase.

Mais Mando ne peut pas oublier. Il est assis là dans son bateau, et même avec son casque, nous pouvons raconter la lutte qu’il traverse, imaginant ce qu’ils font avec le gamin. Lorsqu’il remarque la petite boule sur le dessus du joystick que l’enfant avait enlevé, il se remet en marche et quitte le navire.

Ce qui suit est encore une autre séquence de recours collectif de maître. Mando retourne au bâtiment où il a laissé L’Enfant et sort une vingtaine de Stormtroopers. Il utilise une variété de méthodes : Blaster, son petit couteau vibrant, ses mains nues, son chalumeau et finalement les oiseaux siffleurs. C’est une super séquence, et c’est là que je commence à me dire : « Ça me rappelle John Wick. »

Cette comparaison ne deviendra plus forte que lorsque Mando trouvera le gamin. Il est dans une pièce avec le Dr Pershing (Omid Abtahi), le seul qui semble être une personne à mi-chemin. Il plaide pour sa vie, disant à Mando que c’est seulement grâce à son intervention que le bébé vit encore – quelque chose que Mando sait être vrai puisqu’il les a espionnés plus tôt avec son doux fusil à jumelles.

The Mandalorian

Mando prend le bébé et part, et dès qu’il le fait, tous les chasseurs de primes de la ville partent. C’est vraiment là que John Wick a cliqué pour moi. Ici, un membre de la guilde d’un chasseur de primes (un peu comme la guilde des assassins de John Wick) devient un voyou et découvre soudain que tous ses collègues professionnels le traquent. J’ai l’impression que le reste de la saison suivra cette histoire, avec Mando en fuite et de dangereux chasseurs de primes à ses trousses.

Ainsi, une grande séquence d’action devient deux, Mando faisant de son mieux pour se frayer un chemin hors de la ville jusqu’à son navire contre une chance insurmontable. Son fusil – qui vaporise tout ce qu’il touche – aide à uniformiser les règles du jeu, mais il y en a encore trop, et tout semble perdu. Karga a perdu sa bonne humeur à ce point, disant à Mando qu’ils vont le tuer et prendre la prime, et ne semblant pas trop secoué à ce sujet, non plus.

Puis les autres Mandaloriens arrivent. Nous les avons rencontrés sur la scène de l’armurier, où nous avons appris à quel point ces gens étaient amers envers l’Empire. En effet, Mando et un grand Mandalorien ont failli se battre à un moment donné, mais ils se sont tous présentés pour aider leur frère à s’en sortir, et il s’est échappé vers son navire pendant que les autres retenaient les chasseurs de primes.

Karga a failli l’avoir à ce stade, mais Mando prend le dessus sur lui et le laisse pour mort. L’acier Beskar dans la poche de la chemise de Karga lui sauve la vie, ce qui est une mauvaise nouvelle pour notre héros.

The Mandalorian

Ils s’envolent, Mando et L’Enfant, à nouveau côte à côte. L’enfant attrape le ballon et cette fois, Mando l’oblige.

Verdict :

C’était un autre épisode fantastique. J’adore la sensation d’être un western de l’espace et j’adore les similitudes avec John Wick, l’une de mes franchises d’action préférées en ce moment. Les deux sont également similaires dans leur manque de dialogue. Il n’y a tout simplement pas grand-chose à dire dans Le Mandalorien.

Au lieu de cela, la narration visuelle règne en maître. Pas seulement dans les séquences d’action, mais dans tous les petits détails et la construction du monde. La musique, aussi, reste l’une des meilleures à la télévision. En fait, je l’ai beaucoup aimé, ce qui est surprenant seulement parce qu’il m’a beaucoup plu au départ.

L’Enfant est tellement adorable, aussi. Je me suis retrouvé plus qu’un peu stressé quand Mando l’a retourné, et j’ai applaudi quand il a décidé d’y retourner même s’il savait que cela signifiait qu’il allait rompre avec la guilde et devenir un homme recherché.

C’est juste une production incroyable à tous points de vue. L’histoire du peuple mandalorien est fascinante. Les séquences d’action sont parmi les meilleures de toute production Star Wars. Et je meurs d’envie de savoir ce qui va se passer ensuite.

 

Rick and Morty saison 4 épisode 2

Pour garder son histoire fraîche, l’un des meilleurs outils dont dispose une sitcom est l’association des personnages. Tout ce que vous avez à faire pour faire bouger les choses de temps en temps est de séparer des personnages dans des configurations différentes de la norme et, si vous avez une distribution forte, des trucs amusants devraient en découler.

Résultat de recherche d'images pour "rick et morty saison 4  ep 2 review"

Pour garder son récit frais, l’un des meilleurs outils d’une sitcom est le jumelage de personnages. Tout ce que vous avez à faire pour secouer les choses de temps en temps, c’est de faire des paires de personnages dans des configurations différentes de la norme et, si vous avez une distribution forte, des choses amusantes devraient en découler.

Dans The Old Man And The Seat, nous avons un complot Summer and Beth, un complot Morty and Jerry et un complot Rick tout seul. Bien sûr, ce n’est pas la première fois qu’ils font cela, mais jusqu’à présent, la plupart des épisodes de Rick et Morty se sont appuyés sur les solides paires de personnages par défaut de l’émission : celle du titre de la série, Beth et Jerry, et, euh, Summer est assez seule, je suppose. Donc, à ce stade, c’est encore nouveau de diviser la famille Smith, de les mettre en couple, de les mettre dans des aventures de science-fiction et de voir ce qui se passe.

Ça marche très bien dans The Old Man And The Seat. L’intrigue de Rick est une longue blague de caca qui culmine étonnamment avec un moment de caractère brillant et mélancolique. L’intrigue de Morty et Jerry est plus une histoire de gags et ne va pas trop loin, mais c’est quand même amusant de voir Morty s’occuper à contrecœur de son père perdant. Beth et Summer sont les pires. Leur histoire est assez simple : Summer continue d’utiliser une application de rencontre appelée LoveFinderrz pour chasser l’âme sœur après l’âme sœur, avec Beth à sa poursuite.

En réalité, les deux n’interagissent pas tant que ça, car Beth a un pas de retard sur Summer pendant la majeure partie de l’épisode. Cependant, il souligne toujours que Summer et Beth sont les personnages les moins développés de l’émission. Ce n’est peut-être pas juste pour Summer, qui a eu beaucoup de bons moments au cours de la série, mais Beth reste juste un peu fade. La série a fait de grands pas en avant avec sa dernière saison, mais malheureusement elle tombe encore souvent dans le rôle ennuyeux de matriarche que beaucoup de mères de sitcom font.

Ce n’est pas que l’histoire de Summer et Beth est terrible. C’est juste le plus faible. Cependant, un bon moment que je noterai, c’est quand la copine de Summer, l’âme soeur de quelques minutes, dégoûte Summer quand ils montent ensemble dans un avion et qu’elle enlève immédiatement ses chaussures et commence à se gratter les pieds.

Comme nous l’avons mentionné, l’aventure de Morty et Jerry fonctionne mieux. Ils doivent travailler ensemble pour détruire l’application de rencontre LoveFinderrz, que Jerry a créée avec l’interne alien de Rick, Glootie. Glootie n’est pas trop dans l’épisode, mais, comme l’a dit Taika Waitititi, sa ligne est naturellement charmante et hilarante. L’entendre répéter : « Tu veux développer une application ? » m’a donné beaucoup de joie. C’est aussi un concept amusant que Glootie est un membre de l’espèce Monogatron qui a perfectionné les relations monogames, mais qui essaie aussi de s’emparer de la Terre parce qu’elle manque d’eau.

L’intrigue de Morty et Jerry comporte de bons arguments, Jerry foutant tout en l’air comme il a l’habitude de le faire et le duo menaçant maladroitement les Monogatron avec ses coups de poing. Il se termine par une subversion drôle et délibérée du moment de développement du personnage sensible auquel nous avons tous été entraînés à nous attendre dans les sitcoms lorsque Morty dit à Jerry : « Papa, je veux dire quelque chose. J’ai commencé aujourd’hui dégoûté et embarrassé d’être ton fils. Plus tard, j’ai cru qu’on allait mourir parce que tu es un loser. » Puis il le laisse là.

C’est bien que Jerry et Morty n’atteignent aucun développement émotionnel dans leur relation père-fils parce que c’est principalement l’histoire de Rick, et tout le pathos est empli avec lui. Ce qui est génial, c’est que le conflit de Rick commence avec l’un des prémisses les plus juvéniles que la série ait jamais fait, mais se transforme peu à peu en une histoire tragique où Rick perd un nouvel ami.

Il y a un argument à faire valoir que Rick et Morty a déjà sorti le film « Surprise ! Rick est seul et triste  » qui se termine plusieurs fois maintenant et peut-être que pour certains d’entre nous, c’est un peu paresseux. Mais je crois que The Old Man And The Seat le développe d’une nouvelle façon. Dans Auto Erotic Assimilation, par exemple, nous avons appris que Rick est un individu tellement unique et puissant qu’il ne peut être attiré que par d’autres êtres extraordinaires comme Unity, qui est un esprit de ruche collectif. Dans cet épisode, le personnage de Rick est mis de côté alors que nous découvrons qu’il rencontre occasionnellement des schlubs au hasard auxquels, pour une raison ou une autre, il s’attache et ne peut pas se résoudre à répartir sans ménagement.

La triste intrigue de Rick prend aussi de grandes tournures comiques en cours de route, comme lorsqu’il met fin par hasard, à lui seul, à une guerre entre les robots et les gens lézards. Et c’est une belle surprise que l’histoire de Rick se termine tragiquement, mais pas d’une manière qui ressent le besoin de devenir plus sombre comme le font si souvent les autres épisodes de Rick And Morty (par exemple, Auto Erotic Assimilation se termine avec une tentative de suicide de Rick). En plus, comme je l’ai dit, l’intrigue n’est qu’une grosse blague sur les toilettes et le caca, avec une séquence de rêve où Dieu déclare : « Moi aussi, je fais caca ! » Qu’est-ce qu’il n’y a pas à ne pas aimer ça ?

 

Les 13 commandements / série Netflix

Synopsis :En pleine tempête médiatique, deux enquêteurs belges traquent un tueur en série décidé à devenir célèbre en s’inspirant des Dix Commandements.

Chronique : En me renseignant sur cette série policière néerlandaise, j’ai été surpris de lire autant de critiques négatives sur son compte. Certes elle n’apporte rien d’original, que ce soit au niveau du scénario que des personnages, l’intrigue s’essouffle quelque peu sur la fin mais le tout reste de bonne facture.

J’ai apprécié l’idée d’un serial killer qui ne tue pas mais marque ses victimes à vie physiquement et psychologiquement. L’ambiance glauque colle parfaitement au récit. La série baigne dans des couleurs grisâtre, verdâtre ou bleu-gris créant ainsi une atmosphère dépressive. Il faut dire que le plat pays, et notamment la ville d’Aalst, est le lieu idéal pour mettre en place une intrigue aussi noire. On suit au plus près l’enquête de la police qui va les mener dans les tréfonds de la nature humaine. Dans ce que celle-ci peut offrir de plus sombre et de plus mesquin.

En ce qui concerne les personnages les scénaristes ont opté pour du grand classique. On a donc le flic en pré-retraite, fatigué, désabusé et à la vie de famille chaotique et la jeune flic brisée mais tenace au caractère bien trempé. Les critiques d’internautes que j’ai pu lire reproche à certains acteurs leur jeu perfectible mais, à part certains dialogues un peu maladroits, j’ai trouvé que le casting s’en sortait plutôt bien.

La série pêche sur son rythme, pas vraiment aidée par son format de 13 épisodes de 45 minutes en moyenne. Le rythme s’essouffle dangereusement vers la moitié de la saison alors qu’intervient une révélation qui dessert le récit plus qu’autre chose. Les deux derniers épisodes enchaînent les invraisemblances et la saison s’achève dans un final en demi-teinte.

À défaut de révolutionner le genre les 13 commandements propose une intrigue solide handicapé par un rythme bancal. À voir si une saison deux saura confirmer la série ou non.

Note : 7/10

Depuis 2018 / 46min / Drame, Policier
Titre original : 13 Geboden
De Ed Vanderweyden
Avec Dirk van Dijck, Marie Vinck, Karlijn Sileghem
Nationalité Belgique

The Mandalorian Saison 1 / Épisode 02 sur Disney +

Il s’est avéré que le Mandalorian était vraiment excellent, capturant l’esthétique et l’esprit classiques de Star Wars sans ressasser les récits les plus anciens, tout en élargissant l’univers et les traditions de manière très inattendue.

À la fin de l’épisode 1, nous avons été choqués de découvrir que la cible que le Mandalorian (Pedro Pescal) chasse est en réalité un bébé Yoda, un bambin de cinquante ans issu de la même espèce mystérieuse dont il est originaire. C’est une grande surprise – et surprenante, en soi, que la grande révélation n’ait jamais été gâchée auparavant.

Dans l’épisode d’aujourd’hui, Mando – je l’appelle désormais comme ça, grâce à Kuiil (Nick Nolte) – prend la situation où nous nous sommes arrêtés, ramenant le bébé à son bateau. Sur le chemin, il est tombé dans une embuscade à cause d’autres extraterrestres avec lesquels il s’est battu la semaine dernière, mais il les envoie assez rapidement.

Le véritable obstacle à la sortie de la planète se présente sous une autre forme familière: les Jawas. Les petites créatures qui ont pris en otage les droïdes R2-D2 et C-3PO dans A New Hope, puis les ont vendues à Luke Skywalker et à son oncle, sont bien préparées à démanteler le navire de Mando avant son retour.

Je suppose que cela signifie que nous sommes sur le monde natal de Tatooine – Luke – ce que je soupçonnais mais dont je n’étais pas sûr jusqu’à présent. Je ne pense pas que les Jawas conduisent leurs véhicules de la forteresse nulle part ailleurs. C’est certainement une planète désertique, et il serait approprié que Mando y trouve le bébé Yoda.

Quoiqu’il en soit, Mando fait exploser quelques-uns des petits imbéciles, mais ceux-ci s’échappent dans leur énorme dragueur de sable et il est obligé de poursuivre à pied. La séquence d’action suivante est plutôt bonne. Mando fait de son mieux pour grimper dans la forteresse piétinée, tandis que les Jawas le jettent sur lui, le zappent et le blessent avec une douzaine de rafales d’étourdissements à la fois. Il bascule jusqu’au sol, loin en dessous.

Notre héros peut certainement être battu.

Mando et le bébé Yoda retournent chez Kuiil après cela, et il propose d’emmener le chasseur de primes échanger avec les Jawas – un plan auquel Mando se moque bien car ils lui ont volé ses affaires, mais il n’y en a pas. autre choix.

Pendant ce temps, bébé Yoda se promène et mange une créature ressemblant à une grenouille et tout cela est bien trop mignon. Je ne peux pas gérer à quel point ce petit gars est adorable. Jon Favreau mérite tout particulièrement le mérite d’avoir créé le personnage le plus mignon de Star Wars depuis les Ewoks.

Alors ils partent et rencontrent les Jawas qui demandent d’abord l’armure de Mando, puis le bébé, et disent enfin qu’ils rendront les pièces s’il les récupère «l’oeuf». Il s’avère que l’oeuf en question se trouve dans une grotte sombre et menaçante.

Et ce rhinocéros monstre amusant est la mère:

Je suis presque sûr que Mando passe autant de temps à plat ventre dans la boue ou dans la boue que dans cet épisode. Le rhinocéros extraterrestre est rapide et fort et le fusil de Mando se bloque. Il peine à peine à gratter et, à un moment donné, il doit utiliser la télécommande du berceau flottant pour sortir bébé Yoda du chemin de la créature.

Mais c’est le bébé qui sauve la journée. Nous l’avons vu plus tôt dans l’épisode très bien utiliser la Force. Lorsque Mando se soigne pour soigner ses blessures avant la rencontre avec Jawa, le bébé ne cesse de sortir de son berceau et s’approche de Mando en levant la main, comme s’il essayait de le soigner, mais Mando n’arrête pas de le prendre retour.

Cette fois, le bébé Yoda lève la main et utilise la Force pour arrêter la bête avant de l’élever dans les airs. C’est une incroyable démonstration de puissance, même s’il ne peut la retenir que quelques instants avant de perdre connaissance. Pourtant, cela montre à quel point cette espèce doit être puissante avec la Force, que même un enfant en bas âge peut l’utiliser si habilement.

Mando tue le rhinocéros et récupère l’œuf – qui semble recouvert de mèches de vadrouille – et l’amène aux Jawas qui dévorent rapidement le jaune à l’intérieur. Mando secoue la tête avec dégoût.

Lui et Kuiil passent la nuit à reconstituer son navire, puis à faire leurs adieux. Je suis content que nous ayons un autre épisode avec Kuiil, car il est un si grand personnage et Nolte est tout simplement parfait dans le rôle. Je ne suis pas sûr que nous le reverrons.

Ce fut un autre épisode formidable. C’est assez fou de voir à quel point ils se sont retrouvés dans les maigres 27 minutes, mais d’une manière ou d’une autre, ça n’a pas semblé trop court. C’était juste comme il faut. Juste assez d’action, juste assez d’adorable, juste assez de suspense. La magnifique partition originale balayant tout.

Le réalisateur Rick Famuyiwa a fait un travail fantastique après la première de la saison. Ce spectacle capte vraiment parfaitement la vieille magie de Star Wars , du rythme à l’humour, en passant par le look des vieux films.

Je suis vraiment curieux de voir où cette histoire va et comment bébé Yoda est lié à l’histoire plus grande. Je me demande s’il y aura un lien avec les nouveaux films?

Ce ne sont que huit épisodes et s’ils sont tous courts comme ça, eh bien, ce n’est pas assez de temps à passer avec des personnages aussi charmants!

Qu’as-tu pensé de l’épisode 2?

Le mandalorien