Larkia – 24 mars 2021 de Ingrid Chabbert & Patricio Angel Delpeche

La société a implosé. Les années, en passant, ont transformé les villes en cimetières où seul règne le silence.

Achat : https://amzn.to/3dHlIoc

Chronique Avec cette bd nous sommes immergés dans une atmosphère où la mélancolie qui nous touche immédiatement. On baigne dans quelque chose de presque lyrique, comme suspendu dans le temps et dans l’espace,  Un univers gothique dans sa plus noble définition, à la fois sombre, mais d’une richesse incomparable. La magie en fait partie intégrante, nous faisant voir de la féerie dans tout ce qui nous entoure. Les paysages dessiné par Patricio Angel Delpeche sont notamment d’un réalisme époustouflant, nous faisant littéralement rêver. Mais le côté obscur est tout aussi fascinant, nous faisant part d’un portrait du futur tout à fait unique. Ingrid Chabbert nous délivre une histoire tout simplement magnifique, son écriture est magnifiquement soignée, chaque mot étant choisi avec une efficacité redoutable. Nous voyageons entre rêves et réalités, la frontière basculant sans cesse. Les épreuves s’enchaînent pour notre héroïne qui va devoir surmonter des instants terribles. Les personnages sont tous très bien travaillés l’auteur nous emmène dans une intrigue très passionnante grâce à toutes les créatures mais surtout au mystère autour de chacun des personnages.
Cette bd a tous les ingrédients pour plaire. Tout d’abord, le lieu choisi pour l’intrigue parfait pour ajouter un peu plus de mystères qui sont toutes bien détaillées et travaillées.

Note : 9,5/10

Éditeur : Glénat BD (24 mars 2021) Langue : Français Relié : 112 pages ISBN-10 : 2344037004 ISBN-13 : 978-2344037003

Le Moine Mort – Tome 01: Le manuscrit condamné – 24 mars 2021 de Jean-David Morvan & Scietronc

Stolin est un jeune homme de 16 ans placé dans le monastère de Nariamar par des parents incapables de le prendre en charge.

Achat : https://amzn.to/3dNnUKX

Chronique : Quelle claque ! Une saga qui commence sur des chapeaux de roues . Les dessins de Scietronc sont i splendides et envoûtant et donnent une certaine dimension à cette histoire. Ils sont pleins de vie et retransmettent à merveilles les émotions des personnages. La précision des traits lors des zooms sur les visages donne presque l’effet d’une photographie.
Quant au scénario en lui-même, il risque fort de soulever bon nombres de critiques aussi bien positives que négatives. L’histoire s’assombrit et la violence, la passion et la cruauté sont maître mots de ce volume.
Le récit est puissant et touche le lecteur au plus profond de lui-même. Jean-David Morvan nous mène dans les plus sombres recoins de l’âme humaine et de la folie à travers des personnages tous plus monstrueux les uns que les autres.
Morvan mélanges les thèmes de l’amour et de la haine, la passion et la folie avec une efficacité surprenante et nous offre une bd sensationnel.
Une lecture dont nous ne ressortons pas indemne et dont on souhaite deja connaitre la suite.

Note : 9,5/10

Éditeur : Glénat BD (24 mars 2021) Langue : Français Relié : 48 pages ISBN-10 : 2723490955 ISBN-13 : 978-2723490955

Sirènes et Vikings T4: La Vague invisible – 24 mars 2021 de Nicolas Mitric , Maria Francesca Perifano &Francesco Trifogli

Modeste marchande de poisson, Lydveig a-t-elle hérité des talents de pisteurs de son père  ? C’est ce que pense le cruel roi Hardeknud, qui la contraint à retrouver la sirène responsable de la mort de son fils aîné. Accompagnée par le prince héritier en quête de reconnaissance, Lydveig mène l’enquête. Il lui faudra redoubler d’ingéniosité pour retrouver la trace d’une sirène si insaisissable qu’elle en paraîtrait presque invisible

Achat : https://amzn.to/2PJbGe6

Chronique : Lydveig, une Modeste marchande de poisson,voit un jour, jeté sur son étal, la tête de son père Aasbjorn le pisteur. Le sanguinaire roi Hardeknud l’a fait quérir, pour ce faire, il a mandaté ses soldats du clan de l’ouest. Lydveig n’a pas le choix, les guerriers ont blessé sont mari et la menace de tuer sa fille si cette dernière ne les accompagne pas auprès de leur monarque.

Mine de rien, cette série reste assez surprenante. Car loin de se cantonner à des stéréotypes, elle brosse le portrait de deux communautés peut-être plus subtiles qu’il ne pourrait y paraître !

Cette fois, c’est à nouveau une histoire de femme qui est mise en avant. La fille d’un célèbre pisteur doit prendre la relève de son père pour enquêter sur la mort du fils du roi. Mais très vite elle doit surtout s’imposer dans un mon

de d’hommes pétris de préjugés, qui ne pense qu’en terme de force, de virilité et de baston. Alors bien sur, on devine très vite qu’il va se développer une entraide féminine, mais le cadre médiéval est parfait pour accentuer cette vision machiste du rapport homme/femme afin de mettre en avant une héroïne forte et décidée !

Graphiquement, c’est là aussi du bon boulot. Le trait est dynamique et expressif, les cadrages aussi, on se laisse facilement emporter au cœur du récit !

Note : 9/10

Éditeur : Les Humanoïdes Associés (24 mars 2021) Langue : Français Relié : 56 pages ISBN-10 : 2731692324 ISBN-13 : 978-2731692327

Partir un jour / 24 mars 2021 / de Manu Boisteau

Comment quitter son job (ennuyeux) pour réaliser son rêve (écrire un roman) sans passer pour un crétin irresponsable ? Partir un jour, sans retour…

Achat : https://amzn.to/3swulsg

Chronique : Ecrit avec l’ambition de traiter d’un sujet grave avec humour d’une part et d’aider les lecteurs dont le parcours entrerait en résonance avec le sien, Partir un jour aborde de manière drôle et délicate le sujet de la crise de la quarantaine. Cette bd est écrit de manière simple et accessible . Elle ne se lit pas tant comme un guide utile mais d’un sentiment que l’auteur Manu Boisteau nous fait resentir , et j’ai adoré la façon dont les choses ont été maintenues professionnelles et pourtant très…chaleureuses et on à le sourire tout le long du récit. Ce que je préfère dans ce Bd, ce sont les illustrations . Elles ont contribue à donner une impression agréable tout au long du recit et ont évité que les choses ne deviennent trop ennuyeuses. Les différentes polices de caractères et les dessins utilisés tout au long du livre ont contribué à rendre la lecture très agréable !

Partir un jour est un livre important que je n’hésiterais pas à recommander – il connaît ses limites, et c’est précisément pour cela qu’il fonctionne. Il ne change peut-être pas la vie, mais il a tout le potentiel pour donner un coup de pouce dans la bonne direction, et n’est-ce pas justement ce dont nous avons tous besoin parfois ?

Note : 9,5/10

Éditeur : CASTERMAN (24 mars 2021) Langue : Français Relié : 128 pages ISBN-10 : 2203211490 ISBN-13 : 978-2203211490

Olwen, fille d’Arthur – Tome 02: La Corne de Vérité Relié – 24 février 2021 de Olivier Legrand & Annabel

Olwen, la princesse qui voulait être chevalier, se prépare à affronter l’ultime épreuve de sa quête : défier le malfaisant Prince Écarlate afin de conquérir la Corne de Vérité, qu’elle a promis de rapporter à sa tante, l’enchanteresse Morgane..

Achat : https://amzn.to/3v90kjH

Chronique : L’aventure fantastique « Olwen, fille d’Arthur » est une publication mûre et de grande qualité. Visuellement, l’histoire est vraiment réussie.

La bande dessinée retrace les aventures de Olwen et qui mélange son histoire avec les matériaux  d’une épopée fantastique classique tirée à la fois de la mythologie nordique et d’histoires de type du Roi arthur ou Game of Thrones. Dans toute sa simplicité, le dessin de Annabel est agréable et les couleurs fonctionnent bien.

Le point de focalisation de Olwen, fille d’Arthur est un peu de réflexion mais le dialogue a été écrit avec un langage cru et  plutôt frénétique et des images assez sanglantes tirées dans les scènes de bataille.

Note : 9,5/10

Éditeur : Vents d’Ouest (24 février 2021) Langue : Français Relié : 48 pages ISBN-10 : 2749309018 ISBN-13 : 978-2749309019

L’Arche de Néo – Tome 02: Remède de cheval de Stéphane Betbeder et Paul Frichet | 10 février 2021

Néo et les siens sont toujours en quête de la terre promise de Pig Island, où l’on prétend que les animaux peuvent vivre en paix, loin de la folie des hommes.

Achat : https://amzn.to/3epY2Hd

Chronique : Une bande dessiné dur sur la maltraitance des animaux, un sujet d’actualité mais sans jamais le rendre compliqué et impossible à suivre cette arche de Néo de Stéphane Betbeder et Paul Frichet a de multiples portes d’entrée. On peut l’aborder sous l’angle de la filiation et des transmissions de savoir et savoir-être qui passent de génération en génération. Les auteurs prennent des personnages  qui pourrait penser comme des humaine et surtout n’importe lequel d’entre nous, ce qui fait qu’on s’y identifie facilement  au cochon, a la poule,au mouton et à la vache avec un sentiment d’abandon, maltraitance et culpabilité qui sont les thèmes abordés et qui portent en nous l’immense présence d’un être fort qui nous a appris la vie et nous transmet des valeurs et que l’on croyait invincible où le lecteur se replonge quelques décennies en arrière. Des moments beaux et touchants, un amour et une complicité, l’histoire d’une complicité intergénérationnelle. Un très beau moment de lecture magnifiquement écrit et dessiné dont on à hâte de lire le tome trois.

Note : 9,5/10

Éditeur : Glénat BD (10 février 2021) Langue : Français Relié : 64 pages ISBN-10 : 2344035478 ISBN-13 : 978-2344035474

La Sève – 24 février 2021 de Chéri

Alors que Charlène se rend chez son amie Cathy pour prendre le thé, elle la surprend en pleine séance de plaisir solitaire. Irrésistiblement attirée par la scène, elle s’approche et découvre que cette coquine est même une véritable femme fontaine.

Achat : https://amzn.to/3vbw4EZ

Chronique : Attention cette Bd n’est pas pour tout le monde, mais si parler et voir des images de sexe, de seins ne vous dérange pas je ne peut que vous conseiller ce superbe livre.

Que dire de ce roman graphique que ces histoires sont osé tant à l’écriture que graphiquement. Cette lecture est donc un moyen de découvrir ce récit divisé en 3 parties qui est un vrai bijou. Le style est tout simple, tout en retenue et colle parfaitement au traitement du sujet qui n’est pas de la nymphomanie mais plutôt les troubles provoqués par le désir. Le manque d’amour provoque des désastres, c’est bien connu. L’addiction au sexe n’en n’est pas une.
En lisant ce roman graphique on à un peu peur de la représentation que l’on y trouvera mais tout est juste et le lecteur se sent compatissant pour les personnages on a envie de les aider, tout en ce demandant comment est-ce possible. Chéri met en images dans un style dur mais très expressif et vivant ce qui nous entraîne dans ses récits et nous fait vivre cette réalité et nous offre un roman graphique étrange et dérangeant qui ne plonge jamais dans le graveleux et traitant ce sujet qu’on pourrait croire scabreux avec finalement beaucoup de pudeur et de démonstration, décrivant tous les tourments dont n’importe quel personne pourrait être victime, hommes où femmes.

Note : 9,5/10

Éditeur : Glénat BD (24 février 2021) Langue : Français Relié : 176 pages ISBN-10 : 2344037683 ISBN-13 : 978-2344037683

NO WAR – Tomes 5 et 6 – 3 mars 2021 de Pastor Anthony

De retour à la capitale, Run et Jo se lancent à la recherche de Vork, ancien sorcier Kivik, responsable de la mort de Luka, le grand frère du jeune homme.

Achat : https://amzn.to/3queWqx

Chronique: Voici la fin de cette superbe saga et si vous ne connaissez pas c’est l’occasion de la découvrir en entier.Tout d’abord vient son cadre : un petit archipel de l’Atlantique Nord répondant au nom de Vukland. Un archipel qui n’est pas sans rappeler l’Islande d’avant la crise bancaire mais créé de toutes parts par Anthony Pastor. L’artiste dote au passage cet archipel d’une culture quasi-chamanique défendue par une peuplade ancestrale de l’Ile. Tout est donc réuni pour, petit a) nous dépayser, petit b) nous placer dans un contexte encore d’actualité, petit c) nous intriguer.

Et franchement, c’est très réussi. A un point tel que j’ai vraiment cru à l’existence de ce Vukland, jusqu’à chercher à en savoir plus sur cet archipel et sur la culture des Kiviks.

Ensuite vient l’intrigue. Elle mêle habilement une enquête policière et une dimension fantastique dans un contexte reprenant quelques grands thèmes d’actualité. Politique, écologie, économie, médecine, droits sociaux : voilà autant de thèmes abordés par cette série… mais sans que rien ne soit lourdingue car ces éléments demeurent le décors de l’intrigue. Ce pays au bord de la guerre civile, à la tête duquel un régime d’extrême-droite a pris le pouvoir -lors d’élections controversées à l’origine des manifestations violentes qui perturbent la capitale-, face à des choix économiques, écologiques et culturels -cristallisés autour d’un projet de barrage soutenu par les politiciens au pouvoir et les industriels les plus influents au mépris des habitants du lieu- ce pays est on ne peut plus en résonance avec notre propre actualité. Les camps fermés, les manifestations sanglantes, le musellement de la presse, tous ces sujets qui, malheureusement, sont chaque jour au coeur de nos infos quotidiennes trouvent leur place dans ce théâtre sombre et réaliste.

Viennent se greffer à cela des personnages, nombreux et charismatiques. Il n’y a pas ici de super-héros mais un florilège de personnages rongés par des sentiments contradictoires. Au plus la série avance, au plus ces personnages dévoilent des facettes différentes, les rendant plus humains, plus complexes. Et jusqu’à présent, seul le responsable de la sécurité du territoire, grand méchant de ce récit, demeure dans la caricature -une caricature qui se vérifie malheureusement aussi souvent dans la réalité, de Jan Jambon en Belgique à Sándor Pintér en Hongrie, en passant par bien d’autres. Franchement, j’ai eu le sentiment d’être dans une très bonne série nordique, genre Millenium, mais avec une dimension supplémentaire.

Les dialogues sont nerveux et sonnent de manière naturelle. L’action est constamment au rendez-vous dans ce pays en plein chaos. les rebondissements sont multiples et bien amenés.

Enfin vient le dessin. Anthony Pastor change totalement de style par rapport à ses dernières œuvres pour nous livrer un trait brut ciselé dans un bloc de granit à coups de haches… qui convient en fait merveilleusement à l’esprit de ce récit. Le trait est gras, la colorisation est réduite au strict minimum -juste suffisant pour faire ressortir les personnages de décors chaotiques- mais les personnages sont parfaitement typés, facilement identifiables. Les décors m’ont immergé dans cet univers parfois urbain, parfois aride (on voyage entre la ville et une île volcanique faiblement peuplée). Un final juste parfait.

Note : 9,5/10

Éditeur : CASTERMAN (3 mars 2021) Langue : Français Relié : 232 pages ISBN-10 : 2203198230 ISBN-13 : 978-2203198234

La Grande Peste – tome 1 Le quatrième cavalier – 25 février 2021 de Eric Stalner & Cedric Simon

Certaines nuits peuvent vous changer à jamais.
Celle que Baldus vécut avec ses frères hospitaliers en ce mois de septembre 1347 était de ces nuits-là..

Achat : https://amzn.to/3v91ziV

Chronique : Dans  ce récit proche de notre pandémie les auteurs nous livre une sublime récit tout au long de cette bd que nous suivons des personnages vraiment intéressant.
Cette saga se lit facilement et avec ce tome un sur deux l’histoire de cette époque arrive sur la fin. Le récit agrémenté d’un jeu d’ombres et de couleur magnifiques dans lequel harmonie et simplicité fusionnent à un point que c’en est jubilatoire. Une telle stylisation est assez inhabituelle pour ce type d’histoire, qui généralement est plus associée à un dessin d’un réalisme académique. Le tout, porté par un cadrage cinéma. Cette BD est soignée aux dessins efficaces.  L’atmosphère et la tension dramatique sont bien rendues. avec l’impressionnante documentation  afin de rester et de ressembler le plus fidèlement au contexte de l’époque.

Note : 9,5/10

ASIN : B08NR9QX9W Éditeur : Les Arènes (25 février 2021) Langue : Français Broché : 113 pages ISBN-13 : 979-1037502858

Dessiner encore – 11 mars 2021 de Coco

Seule dans le cabinet du psycho-thérapeute, j’essaie de mettre des mots sur l’indicible. L’attentat terroriste du 7 janvier 2015 tourne en boucle dans ma tête. La prise d’otage.
Les tirs. Le silence. Les images. Comment expliquer l’effroi ?

Achat : https://amzn.to/3qzyHg6


Chronique : C’est sombre à souhait et glauque d’autant, cru et cette Bd est juste superbe.
Ni naïf ni putassier, les grands thèmes chers aux dystopies bien sanglantes sont ici exploités. Des illusions aux rêves brisés, de la propagande heurtant avec fracas la réalité pour la pulvériser, jusqu’aux masses grouillantes excitées par la violence spectacle et tenues en laisse par la peur même de participer à ce spectacle… Tout y est pour créer une ambiance anxiogène au possible.
Mais cela reste une introduction partielle, parce qu’à trop se concentrer sur la représentation visuelle de la violence, le scénario prend son temps pour démarrer.
Visuellement, c’est très, très beau, il n’y a rien à redire là dessus. Le récit graphique bouleversant d’un voyage intérieur, pudique et authentique. Dessinatrice de presse à Charlie Hebdo, scénariste et auteure de bandes dessinées, Coco – de son vrai nom Corinne Rey -, rescapée du massacre dans les locaux de Charlie Hebdo, succède dans quelques semaines à Willem pour les caricatures publiées dans Libération et nous offre un recit brut et juste.

ASIN : B08QSQDD2R Éditeur : Les Arènes (11 mars 2021) Langue : Français Broché : 352 pages ISBN-13 : 979-1037502834

Extrait :