L’Incroyable histoire du Canard Enchaîné (3E ED) de Didier Convard et Pascal Magnat | 20 novembre 2019

Le palmipède le plus célèbre de France revient dans  une nouvelle édition. Il faut dire que, pour lui, l’année  a été chargée.
Cette édition augmentée de 32 nouvelles pages revient sur les deux années tumultueuses de la macronie. Car si cela fait plus de 100 ans que Le Canard enchaîné distribue ses coups de bec, l’actualité récente prouve que la presse libre, impertinente et irrévérencieuse a encore de beaux jours devant elle. Créé 1916, pendant la Première Guerre mondiale, le journal traverse les années 1930, la Seconde Guerre mondiale, trois Républiques et 15 présidents (de Raymond Poincarré à Emmanuel Macron) ! Véritable fil rouge du livre, la mascotte nous guide à travers les péripéties de notre histoire publique et politique. Et aussi des nombreuses affaires que l’hebdomadaire a révélées au grand jour : Stavisky, Salengro, Boulin, Bokassa, Fillon, Benalla, Balkany…

Chronique  : Cette BD pleine d’intelligence revient sur l’histoire qui fit le Canard enchaîné depuis la Première Guerre mondiale jusqu’à nos jours. Les vignettes reviennent sur les grands moments de ce journal corrosif et irrévérencieux cherchant toujours la petite bête aux dirigeants de notre pays. Didier Convard sait rendre l’esprit de ce journal si français à travers un enchainement chronologique qui fonctionne de bout en bout et dans l’esprit du « canard ». I l s’avère que, depuis très longtemps, C’est le seul journal qui est de plus en plus indépendant même si son format n’était pas des plus pratiques, mais quelle richesse d’informations, au point que souvent on annonce à la télévision « Comme le canard enchaîné l’a annoncé Le canard serait-il en voie de devenir le seul organe de presse à faire du journalisme d’investigation ? On le pense de plus en plus, ici le dessin est très réussi et expressif de Pascal Magnat qui fait vraiment un travail remarquable.

Note : 9,5/10

 

  • Album : 240 pages
  • Editeur : Les Arènes; Édition : 3e édition (20 novembre 2019)
  • Collection : AR.HORS COLLECT
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2711201996

1.jpg

 

Publicités

Le Château des animaux : Tome 1, Miss Bengalore de Félix Delep et Xavier Dorison | 18 septembre 2019

Les hommes sont partis. Dans le château, il ne reste plus que les animaux : poules, chèvres, ânes et moutons s’épuisent à la tâche pour le prestige du Président Silvio et sa cruelle milice de chiens. La dictature et la terreur règnent… A moins que certains animaux ne décident d’entrer en résistance.

Achat du livre : https://amzn.to/336NQdq

Chronique : Un véritable coup de coeur, cette bande dessinée dur rend hommage au chef-d’oeuvre de George Orwell, la ferme des animaux avec un sujet d’actualité mais sans jamais le rendre compliqué. Les auteurs : Félix Delep et Xavier Dorison abordent sous l’angle de la filiation et des transmissions de savoir des êtres qui passent de génération en génération. Les personnages qui pourraient penser comme des humaines et surtout n’importe lequel d’entre nous, ce qui fait qu’on s’y identifie facilement avec un sentiment d’abandon, maltraitance et culpabilité qui sont les thèmes abordés et qui portent en nous l’immense présence d’un être fort qui nous a appris la vie et nous transmet des valeurs et que l’on croyait invincible où le lecteur se replonge quelques décennies en arrière. C’est ainsi que le rat Azélar, la chatte Bangalore, le lapin César et le canard Ruck partent tous ensemble en croisade contre le Grand Capital et la bête immonde, ces deux faces de la même pièce. La tâche et rude, le chemin est longue et remplie d’embûches, et comme chacun le sait la voie menant vers l’enfer est pavée de bonnes intentions… Parviendront-ils à destituer le président taureau Silvio et sa garde canine. Des moments beaux et touchants, un amour et une complicité, l’histoire d’une complicité intergénérationnelle qui fait réfléchir sur l’évolution politique de nos sociétés actuelles. Un très beau moment de lecture magnifiquement écrit et dessiné dont on a hâte de lire le second tome.

Note : 9,5/10

Extrait :

 

  • Album : 72 pages
  • Editeur : CASTERMAN (18 septembre 2019)
  • Collection : ALBUMS
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2203148888

1.jpg

 

Dans les forêts de Sibérie de Virgile Dureuil et Sylvain Tesson | 13 novembre 2019

L’adaptation en bande dessinée du best-seller de Sylvain Tesson. Peut-on se détacher complètement du monde des hommes ? Quitter la ville et son quotidien pour aller vivre au bout du monde, tel est le défi que s’est donné Sylvain Tesson.

Achat du livrehttps://amzn.to/2O205Uf

Chronique : N’ayant pas lu le roman de Sylvain Tesson , je ne pourrais pas faire le parallèle entre la bd et le roman, mon seul avis sera donc sur cet ouvrage, c’est un livre qui nous fait penser au film Into The Wild de Sean Penn : se retirer dans la nature, sans les « commodités » modernes, et jouer un rôle de médiateur sur la beauté de la nature et sa place dans l’univers.

Le lac Baïkal est un véritable « étang » ; en fait, grâce à sa profondeur, c’est la plus grande étendue d’eau douce du monde, 700 km de long, 80 km de large et un kilomètre et demi de profondeur. Dans ce récit le personnage principal n’est autre que l’écrivain Tesson, et de février à juillet 2010, Tesson avait un siège  » de première ligne  » sur le lac : une cabane de trois mètres sur trois, construite (approximativement) par des géologues dans les années 1980. Le chalet fait maintenant partie d’une réserve naturelle. L’amélioration principale de Tesson : deux fenêtres modernes a double vitrage. Il a vu le lac Baïkal pour la première fois en 2003 et a réalisé son rêve de vivre au bord du lac pendant trois des saisons, sept ans plus tard.

Tesson ne s’assoit pas seulement dans sa cabine et regarde son nombril. Il sort et se promène, avec ses raquettes à neige, obligatoire dans les premiers mois de son séjour. Début mars, alors qu’il fait -30°C, il a marché 130 km de sa cabane jusqu’à l’île d’Ouchkany, au milieu du Baïkal gelé. Il marchait environ 30 km par jour, jusqu’à la prochaine cabane habitée. Dans l’ensemble, c’était un voyage de 10 jours, dont deux jours sur l’île. Il escaladait régulièrement les 1000 mètres de montagne derrière sa cabine. En été, il utilisait son kayak. C’est un naturaliste à part entière, avec de belles descriptions du monde naturel, y compris les oiseaux qui lui tenaient compagnie pendant l’hiver.

Les aperçus ironiques et sardoniques sur la condition humaine abondent. Il fait l’éloge du linoléum dans la cabine, notant à quel point la plupart des aspects de la vie sont laids et minables en Russie, faisant remarquer que l’esthétique était considérée comme un déviationnisme réactionnaire en URSS. Tesson, dans son isolement (relatif), critique à plusieurs reprises une de mes bêtes noires personnelles : la surpopulation. L’auteur raconte son expérience de vivre complètement seul dans une forêt au bord du lac Baïkal où il réfléchit sur la pureté de la nature, loin de la dévastation que les humains créent par leur manque de respect pour notre belle Terre. La philosophie avec laquelle il écrit le texte est très inspirante et cette adaptation l’est. Le dessin est soigné par Virgile Dureuil , les détails fourmillent dans chaque planche. C’est une histoire simple mais c’est si bien raconté que ça en est  secondaire. Chaque image fourmille d’informations et de petits clins d’œil qui en disent long sur l’histoire et les personnages. Un moment de douceur, d’émotion. A lire.

Note : 9,5/10

Extrait :

23456

 

  • Album : 96 pages
  • Editeur : CASTERMAN (13 novembre 2019)
  • Collection : ALBUMS
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2203198826
  • ISBN-13 : 978-2203198821

1

 

 

SIMON’S CAT: QUELLE VIE DE CHIEN! de Simon TOFIELD | 14 novembre 2019

Alors qu’il patrouille sur son territoire, Simon’s Cat découvre la vie de nombreux chiens de son quartier, avec notamment au programme : des caniches fous, un bouledogue amoureux et un groupe de chiots espiègles.
Dans le style et l’esprit qu’on lui connaît dans ses illustrations, Simon Tofield capture remarquablement bien les habitudes drôles et décalées des différentes races de chiens, ainsi que les rencontres avec leurs homologues félins.

Achat du livre : https://amzn.to/2rHnGkm

Chronique : C’est ainsi que nous arrivons à la dernière édition de Simons Cat – maintenant je suis le premier à admettre que ces livres ne sont guère difficiles à lire sans mots et sans caricatures simples d’une seule page ou même d’un seul volet – mais quiconque a possédé (ou appartient) un chat reconnaît instantanément de nombreux traits et personnalités représentés dans ces pages.

Mais cette fois-ci, il y a un rebondissement – maintenant Simons Cat explore le monde des chiens avec tous leurs différents plans, personnalités et interactions avec les chats. Ce que vous avez ici est un regard jovial et léger sur la vie des chiens (et comment les chats les gouvernent).

J’ai suivi Simons cat dans toutes ses nombreuses histoires et ça m’étonne toujours qu’il y ait des histoires nouvelles et amusantes à raconter – mais encore une fois quand je regarde mon chat et je réalise que chaque jour le potentiel pour que quelque chose de nouveau et d’étrange arrive est juste là à mes pieds…

Note : 9,5/10

  • Album : 128 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (14 novembre 2019)
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2265144290

51NoSuz0+RL._SY387_BO1,204,203,200_.jpg

Forçats de Bedouel et Perna (6 novembre 2019)

Résumé : Eugène Dieudonné lutte pour sa liberté. Albert Londres contre l’injustice. Ensemble, ils vont changer l’histoire du bagne.

Chronique : La sortie en intégrale de cette œuvre magistrale est l’occasion pour tous ceux qui l’avaient loupé, comme moi, de rattraper leur retard.

Forçats revient non pas sur une mais bien sur deux pages noires de l’histoire française, à savoir le procès à charge d’Eugène Dieudonné et le bagne de Cayenne.

Les dialogues ciselés ramènent à la surface un passé que beaucoup voudraient oublier. Le langage soutenu qu’emploie Eugène Dieudonné pour raconter son calvaire éclaire d’une lumière crue le sort des bagnards.

Si j’ai été déçu au départ que les auteurs ne se penchent pas plus sur l’errance de Dieudonné dans la jungle ou sur son séjour au Brésil, j’ai fini par comprendre que le but n’était pas de livrer un parcours exhaustif de la vie de cet homme courageux mais de donner un aperçu de sa vie, de son combat.

L’absence de colorisation n’est pas anodine. La balance entre les blancs et ses grands aplats de noirs nous rappelle qu’aussi sombre et sordide qu’elle a été, cette histoire est aussi celle d’un homme qui ne s’est jamais avoué vaincu.

Soulignons les dessins élégants et les traits expressifs qui renforcent l’attrait de cette œuvre qui représente un véritable devoir de mémoire.

Enfin il est à noter le magnifique travail des éditions Les arènes sur cette intégrale. Avec son papier glacé et sa couverture rigide d’un noir ténébreux, elle est l’écrin parfait pour ce qui est plus qu’une simple BD.

Note: 10/10

Éditeur Les Arènes

Date de publication 6 novembre 2019

Langue Français

Longueur du livre 116
ISBN-10 271120183X

Bram Stoker Dracula de Georges Bess | 16 octobre 2019

Pour la bande dessinée, l’immense Georges Bess s’attaque aujourd’hui à nous donner sa version du mythe tout en s’attachant à retranscrire au plus près l’âme du roman. Armé du brio graphique qu’on lui connaît, il fait le choix du noir et blanc, dans des planches à la beauté ténébreuse, pour mettre en valeur la puissance de son trait et lui conférer un souffle gothique assez inédit chez lui.

Achat du livre : https://amzn.to/2Jz02wj

Chronique : Cette édition graphique de « Dracula » de Bram Stoker de Georges Bess, est conçue pour plaire à tout le monde et de s’ouvrir à la littérature classique. C’était agréable de voir Dracula dans un autre média, après avoir lu le roman plusieurs fois, écouté le livre audio au moins deux fois, et vu une demi-douzaine de versions cinématographiques ou plus. C’est un grand roman du célèbre écrivain d’horreur Bram Stoker, ce que j’aime dans ce livre, c’est qu’il a un beau dessin, une belle utilisation du langage. Illustrer une grande image de Dracula, la plus brutale et mystérieuse de l’histoire de l’humanité. Ce qu’il y a de bien avec le dessin dans un roman, c’est d’aider le lecteur à comprendre, même s’il n’a aucune idée de ce qui se passe. Histoire d’un jeune homme ont un emploi dans un endroit très loin de sa maison, il l’accepte et de travailler là-bas, quand il est venu ici, il a déjà remarqué qu’il se passe quelque chose d’étrange ici que les gens ici ont vraiment peur de propriétaire qui sont diables à la forme humaine. Il travaille là-bas et il veut s’évader tout de suite parce qu’il se passe beaucoup de choses terribles ici et qu’est-ce qu’il vous faut découvrir en lisant ce livre. Une très belle découverte.

Note : 9,5/10

Extrait :

123

 

  • Album : 208 pages
  • Editeur : Glénat BD (16 octobre 2019)
  • Collection : Hors Collection
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2344038604

41oPHchlefL._SX365_BO1,204,203,200_.jpg

 

Follow me – Tome 01: Le Livre du succès de Maskey et Malec | 16 octobre 2019

Steeve est un loser égocentrique qui, comme tant d’autres, rêve de percer sur le web (sauf que lui le mérite, il le sait). Dénué de talent et surtout de scrupules, il a tout pour devenir un influenceur, mais les portes de la gloire 2.0 lui restent pourtant obstinément fermées…

Achat de la bd : https://amzn.to/2JwPGxd

Chronique : Maskey, connu pour le masque noir qui dissimule son visage, publie depuis plusieurs années sur Youtube des vidéos de vulgarisation sur le rap. Suivi par 1,33 million d’abonnés, on l’a vu aussi à la télévision, dans Le Gros Journal de Mouloud Achour. Le YouTubeur raconte dans Follow me les aventures loufoques de Steeve, un loser égocentrique qui rêve de devenir une star sur Internet. Tout en glissant quelques références à sa propre chaîne, il critique les dérives des réseaux sociaux.Cette bd est une lecture pour se détendre et rire et il est fait pour ne pas être pris au sérieux ! Il y a de l’autodérision et surtout les lecteurs de ce livre vont se retrouver dans certaines situations ! Cette bd plaira à ceux et celles qui ont besoin d’une bonne dose de rire et qui ne veulent pas se prendre la tête ! Il se lit très vite.

Note : 9/10

  • Album : 48 pages
  • Editeur : Glénat BD (16 octobre 2019)
  • Collection : Hors Collection
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 234403403X

51vA7xzYgmL._SX365_BO1,204,203,200_.jpg