Metanoïde (Log-In) de David Boriau et Nuno Plati

Condamné à passer le reste de ses jours en fauteuil roulant, le jeune Josh s’évade à travers les merveilles de la science. Et avec son ami Jorgen, scientifique illuminé du quartier, ils ont une passion : observer les étoiles en quête d’une forme de vie extraterrestre.

Chronique :C’est le récit un peu désorganisé d’un jeune orphelin en fauteuil roulant, un petit génie de la science qui, avec son mentor, Jorgen, découvre une existence extraterrestre en route pour la Terre. La collision entraîne la mort de Jorgen et des visions étranges à Josh, le jeune garçon, qui découvre très vite qu’il peut se transformer en une sorte de monstre gigantesque lorsqu’il est en colère. Son oncle Adam, chef d’une communauté, tente de cacher tous ses mystères, sans succès, car bientôt Josh / monstre est menacé de mort.
C’est une belle BD aux graphisme noire et blanc destiné à un public adolescent. J’ai trouvé le thème original mais l’intrigue assez décousue à cause de cases difficilement compréhensibles. On reste sur sa faim avec ce premier tome.

Note : 8/10

Merci à Myriam

 

  • Broché : 144 pages
  • Editeur : Glénat BD (8 janvier 2020)
  • Collection : Log-In
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2344031103

 

Irena – Tome 05: La vie après de Jean-David Morvan, Séverine Tréfouël, et al. | 15 janvier 2020

1983, Jérusalem. Voilà 18 ans qu’Irena a été reconnue Juste parmi les nations par le peuple d’Israël. Pour autant, ce n’est qu’aujourd’hui qu’un arbre est planté en son honneur à Yad Vashem… Une reconnaissance tardive qui vient permettre à cette femme humble de continuer le récit de sa vie héroïque. Les derniers mots de son histoire sont dédiés au docteur Janusz Korczak qu’elle a connu, médecin et écrivain polonais qui a délibérément choisi d’accompagner les enfants de son orphelinat au camp de Treblinka…

Chronique : Fin de la belle et tragique histoire d’Irena, on la retrouve après la guerre dans une Pologne désormais soviétique. Elle doit faire face aux tracasseries administratives, aux retours des camps des enfants qu’elle a parfois aidé à sauver et à la vie qui renait pour elle et pour eux. Les émotions sont transcrites avec justesse et dénotent une grande humanité. En outre, les cadrages sont variés et le découpage assure une bonne lisibilité qui nous offre de beaux moment d’émotion que vous aurez encore envie, de découvrir la suite du parcours de cette femme courageuse et altruiste et le petit plus à la fin de ce tome la biographie de cette grande héroïne qui permet d’en apprendre plus sur sa vie.

Note : 9,5/10

 

  • Relié : 72 pages
  • Editeur : Glénat BD (15 janvier 2020)
  • Collection : Irena (5)
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2344033033

 

Le Mur – Tome 01: Homo Homini Lupus de Mario Alberti et Antoine Charreyron | 15 janvier 2020

Dans un futur post-apocalyptique, le monde n’est que ruines et désolation. La civilisation n’est plus et l’humanité vit de pillages et de bidouille, s’organisant en villages de fortune ou en caravanes d’épaves vrombissantes où la brutalité fait société.

Chronique : Histoire post apocalyptique relativement classique : un jeune homme, Solal, et sa jeune sœur malade cherche à aller au delà du mur pour trouver la sécurité.
Sauf que ce mur mis en place au milieu de la Méditerranée est difficilement franchissable. Capturés par une bande qui cherche aussi à franchir ce mur, Solal va tenter le tout pour tout pour sauver sa soeur, qui n’a plus assez de médicaments. Est ce bien l’Eden qu’il va trouver?
Le mur de Trump, une catastrophe écologique devenue crédible, un méchant digne de Mad Max (le personnage de Bastard porte si bien son surnom), une atmosphère sèche et corrompue, tous les ingrédients d’un très bon post apo sont là ! L’ambiance rappelle un peu du Moebius, le dessin est parfois un peu brut, acéré mais cela colle à l’atmosphère. Le découpage est très cinématographique, les personnages attachants (Solal le petit mécano est plein de ressources). Les décors angoissants et les véhicules bricolés sont soignés : si vous êtes fans du genre, foncez d’autant que l’histoire vous réserve de beaux rebondissement set une belle surprise pour la fin de ce premier tome qui se dévore. Mario Alberti offre un dessin et une colorisation à la hauteur de son histoire pour un premier tome qui annonce une trilogie à suivre absolument !

Note : 9,5/10

Merci à Nathalie Z

 

  • Relié : 64 pages
  • Editeur : Glénat BD (15 janvier 2020)
  • Collection : Le Mur (1)
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2344033637

 

 

 

Les Naufragés hurleurs (6 février 2020) de Christian CARAYON

Martial de la Boissière vit à l’écart de la société, protégé par les hauts murs de son manoir. Quand il en sort, c’est pour assister aux réunions du Cercle Cardan, toujours prêt à démasquer ceux qui se nourrissent de l’engouement pour les sciences occultes, des charlatans sans honneur. Sa prochaine mission : assister à une représentation du nouveau médium à la mode, Collas. Accompagné de son ami Alain, Martial se rend à Paris. Mais l’expérience tourne court : en pleine séance, le médium agrippe le bras d’Alain pour lui crier de s’enfuir avant de s’effondrer en crachant de l’eau de mer.

Achat : https://amzn.to/3asyzrW

Chronique : Un excellent roman policier a l’intrigue savamment distillé.
Les différents protagonistes, y compris « les méchants », sont sympathiques. On suit pas à pas l’enquête de Martial, détective « amateur », et, à ses heures perdues, (mais pas si amateur que ça), mais, à l’âme tourmentée, et dont, on devine assez rapidement qu’il cache un lourd secret.
L’action de ce polar se déroule en 1925, mais surtout en Bretagne, et plus particulièrement à l’Ile de Bréhat.
Les descriptions de ladite île de Bréhat sont superbes, et, donne vraiment envie d’y passer ses vacances, même si l’auteur présente ce lieu des Côte d’Amor sous un jour sombre, mystérieux, sauvage, en proie aux croyances païennes, à la sorcellerie. Il se faut dire que l’intrigue se passe en plein hivers, saison propice aux tempêtes, au froid, etc, et, faisant ressurgir la peur, un certain mal être.
A lire, et/ou à découvrir si l’on apprécie les polars dans la lignée de ceux d’Agatha Christie.

Après « le diable sur les épaules  » qui mérite une visite pour ceux qui ne l’on pas lu , » les naufragés hurleurs  » nous donne le plaisir d’une écriture pleine de finesse,,avec des personnages dont il fouille la profondeur de l’ame par petites touches, et le canevas se met en place presque par devers le lecteur qui se trouve englué dans un roman qui ne veut pas sortir de ses mains ,jusqu’au final toujours très travaillé.
Il y a du travail chez c’est homme là, il y a de l’envie, il y a du plaisir ,il y a de l’érudition,,et il y a du souffle …et on va le suivre et le recommander,car le lecteur passe un très bon moment !!!

Note : 9/10

 

  • Broché : 400 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (6 février 2020)
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2265116300

5112AmMPqiL._SX331_BO1,204,203,200_

 

Aldobrando de Luigi Critone, Francesco Daniele| 15 janvier 2020

Un grand récit d’initiation picaresque, savoureux et poignant. Avant de « descendre combattre à la Fosse » le père d’Aldobrando sachant son heure venue, le confia à un mage. Celui-ci devrait le protéger et l’éduquer jusqu’à ce qu’il soit en âge de découvrir le vaste monde. Quelques années plus tard, voilà que la préparation d’une potion tourne au drame. Grièvement blessé à l’oeil par un chat qui ne voulait pas bouillir, le mage demande à son jeune protégé d’aller en urgence lui quérir l’Herbe du loup. Mais comment peut-on se débrouiller en botanique alors que l’on n’a jamais mis un pied dehors et que l’on tombe nez à nez avec l’assassin du fils du Roi de Deux Fontaines ?

Achat : https://amzn.to/37YhVz5

Chronique : Fantastique bande dessinée qui qui réussissent et épouse bien le récit, agrémenté d’un jeu d’ombres et de couleur magnifiques dans lequel harmonie et simplicité fusionnent à un point que c’en est jubilatoire. Une telle stylisation est assez inhabituelle pour ce type d’histoire, qui généralement est plus associée à un dessin d’un réalisme académique. Le tout, porté par un cadrage cinéma.  L’atmosphère et la tension dramatique sont bien rendues.

Ce livre est une œuvre graphique qui mise sur le trait des l’artiste qui suit un rythme maîtrisé . Le trait affirmé révèle une personnalité façonnée par un univers médiéval qui signe d’un cligne de l’œil par des détails disséminés çà et là. Les personnages et les décors bien fournis et la couleur bien appliquée, ni criarde, ni terne, avec des cases et des planches harmonieusement composées. A partir d’une trame anodine, ont noux mène la quête de ce garçon avec une inventivité qui trouve sa source dans les grands classiques.

Note : 9,5/10

  • Relié : 200 pages
  • Editeur : CASTERMAN (15 janvier 2020)
  • Collection : ALBUMS
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2203166673

IMG_20200204_065534

Les Années rouge et noir tome 4 : Simone de Pierre Boisserie (Auteur), Didier Convard (Auteur), Stéphane Douay (Illustrations) | 22 janvier 2020

Mai 68. La révolte éclate. Mécontentement populaire, manifestations, barricades, grèves : la France est paralysée. Agnès Laborde évolue désormais dans les hautes sphères du pouvoir. Elle n’a qu’un seul but : se débarrasser d’Aimé Bacchelli, le collabo qui la fait chanter depuis la fin de la guerre. Curieusement, Simone Baroux, journaliste à L’Objectif, commence à recevoir des informations sur les activités crapuleuses de ce dernier. Les deux femmes parviendront-elles à neutraliser Bacchelli et à se libérer du passé ?

Achat : https://amzn.to/2NLc1cr

Chronique :  Dans  cette saga « les années rouge et noir » Pierre Boisserie (Auteur), Didier Convard (Auteur), Stéphane Douay (Illustrations)nous livre une longue saga Tout au long du roman nous suivons des personnages vraiment intéressant.
Cette saga se lit facilement et avec ce tome 4 l’histoire de cette époque arrive sur la fin. Avec un art consommé de l’intrigue et un sens aigu du suspens cette saga « noir » pour démonter les mécanismes qui ont permis à une bonne partie de l’extrême droite de sortir du ghetto et de se construire une respectabilité loin des dérives fascistes des années 1940.
Les auteurs décortique également avec subtilité les tiraillements au sein de la gauche et des syndicats, notamment lors des grandes grèves à Renault Billancourt, en 1947, menées par des militants trotskystes de la future Lutte Ouvrière et échappant aux permanents staliniens. L’impact de l’insurrection à Budapest contre l’URSS, ainsi que celui du soutien au FLN lors de la guerre d’Algérie, sur les militants communistes français, sont également traités avec une jolie maîtrise du sujet. À chaque fois, ces profonds débats qui ont traversé l’ensemble de la société française, sont abordés par le prisme de la vie au jour le jour d’individus qui pourraient être tout le monde. Un point commun les lie pourtant : ils refusent d’être de simple spectateur des événements et veulent en être des acteurs…
Une saga de 4 tome tout aussi ambitieuse que bluffant, qui se lit d’une traite. C’est sans doute sce dernier tome le meilleur. En tout cas, une belle preuve que la bd  est au sommet de sa forme lorsqu’elle nous raconte le monde dans lequel nous vivons.

Note : 9,5/10

 

  • Broché : 56 pages
  • Editeur : Les Arènes (22 janvier 2020)
  • Collection : AR.HORS COLLECT
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 979-1037500588

51F+iEOblqL._SX366_BO1,204,203,200_

 

 

Hilda, Tome 6 : Hilda et le Roi de la montagne de Luke Pearson | 8 janvier 2020

Transformée en… Troll ? ! Mais comment Hilda va-t-elle pouvoir se sortir de ce mauvais pas ? D’autant plus que le bébé Troll croisé dans la Forêt de pierres, a pris sa place chez Maman. Une course contre la montre s’engage pour conjurer le mauvais sort et il faut faire vite, car à Trollsbourg, on est bien décidé à faire le ménage des créatures envahissantes en essayant une nouvelle arme secrète et redoutable.

Achat de la BD : https://amzn.to/2ujknRF

Chronique : Pour une grande partie du livre, je ne savais pas si je l’aimais ou non, il y avait de grands éléments, l’idée de changeurs, de trésors, de gens qui tirent d’abord et remettent en question ensuite, la politique des murs, qui semblait trop disparate et déconnectée, et puis ça a fait tilt. L’amour des mères, l’attention entre le parent et l’enfant, tout a fonctionné et l’équilibre entre la civilisation et la nature a été trouvé. On se concentre plus sur les grands événements que sur les relations et les personnages (comme c’est généralement le cas dans la série), mais c’est tout à fait approprié ici. Mon amour pour Hilda et ses parents (humains, animaux ou magiques) continue de grandir.

Pearson continue d’offrir charme, aventure, mystère et terreur aux lecteurs de tous âges. C’est le point culminant de toute la série et… peut-être le dernier volume ? Il pourrait certainement l’être, du point de vue de l’histoire, bien qu’il ne soit pas nécessaire qu’il le soit si Pearson veut continuer à faire cette série. Je suis heureux que cela se termine ici et qu’il passe à d’autres projets.

Si vous ne connaissais pas la serie animé est disponible sur Netflix.

Note : 9,5/10

 

  • Album : 80 pages
  • Editeur : CASTERMAN (8 janvier 2020)
  • Collection : ALBUMS
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2203097558
  • ISBN-13 : 978-2203097551

51F-Lhu3LvL._SX356_BO1,204,203,200_.jpg