Les Années rouge et noir tome 4 : Simone de Pierre Boisserie (Auteur), Didier Convard (Auteur), Stéphane Douay (Illustrations) | 22 janvier 2020

Mai 68. La révolte éclate. Mécontentement populaire, manifestations, barricades, grèves : la France est paralysée. Agnès Laborde évolue désormais dans les hautes sphères du pouvoir. Elle n’a qu’un seul but : se débarrasser d’Aimé Bacchelli, le collabo qui la fait chanter depuis la fin de la guerre. Curieusement, Simone Baroux, journaliste à L’Objectif, commence à recevoir des informations sur les activités crapuleuses de ce dernier. Les deux femmes parviendront-elles à neutraliser Bacchelli et à se libérer du passé ?

Achat : https://amzn.to/2NLc1cr

Chronique :  Dans  cette saga « les années rouge et noir » Pierre Boisserie (Auteur), Didier Convard (Auteur), Stéphane Douay (Illustrations)nous livre une longue saga Tout au long du roman nous suivons des personnages vraiment intéressant.
Cette saga se lit facilement et avec ce tome 4 l’histoire de cette époque arrive sur la fin. Avec un art consommé de l’intrigue et un sens aigu du suspens cette saga « noir » pour démonter les mécanismes qui ont permis à une bonne partie de l’extrême droite de sortir du ghetto et de se construire une respectabilité loin des dérives fascistes des années 1940.
Les auteurs décortique également avec subtilité les tiraillements au sein de la gauche et des syndicats, notamment lors des grandes grèves à Renault Billancourt, en 1947, menées par des militants trotskystes de la future Lutte Ouvrière et échappant aux permanents staliniens. L’impact de l’insurrection à Budapest contre l’URSS, ainsi que celui du soutien au FLN lors de la guerre d’Algérie, sur les militants communistes français, sont également traités avec une jolie maîtrise du sujet. À chaque fois, ces profonds débats qui ont traversé l’ensemble de la société française, sont abordés par le prisme de la vie au jour le jour d’individus qui pourraient être tout le monde. Un point commun les lie pourtant : ils refusent d’être de simple spectateur des événements et veulent en être des acteurs…
Une saga de 4 tome tout aussi ambitieuse que bluffant, qui se lit d’une traite. C’est sans doute sce dernier tome le meilleur. En tout cas, une belle preuve que la bd  est au sommet de sa forme lorsqu’elle nous raconte le monde dans lequel nous vivons.

Note : 9,5/10

 

  • Broché : 56 pages
  • Editeur : Les Arènes (22 janvier 2020)
  • Collection : AR.HORS COLLECT
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 979-1037500588

51F+iEOblqL._SX366_BO1,204,203,200_

 

 

Hilda, Tome 6 : Hilda et le Roi de la montagne de Luke Pearson | 8 janvier 2020

Transformée en… Troll ? ! Mais comment Hilda va-t-elle pouvoir se sortir de ce mauvais pas ? D’autant plus que le bébé Troll croisé dans la Forêt de pierres, a pris sa place chez Maman. Une course contre la montre s’engage pour conjurer le mauvais sort et il faut faire vite, car à Trollsbourg, on est bien décidé à faire le ménage des créatures envahissantes en essayant une nouvelle arme secrète et redoutable.

Achat de la BD : https://amzn.to/2ujknRF

Chronique : Pour une grande partie du livre, je ne savais pas si je l’aimais ou non, il y avait de grands éléments, l’idée de changeurs, de trésors, de gens qui tirent d’abord et remettent en question ensuite, la politique des murs, qui semblait trop disparate et déconnectée, et puis ça a fait tilt. L’amour des mères, l’attention entre le parent et l’enfant, tout a fonctionné et l’équilibre entre la civilisation et la nature a été trouvé. On se concentre plus sur les grands événements que sur les relations et les personnages (comme c’est généralement le cas dans la série), mais c’est tout à fait approprié ici. Mon amour pour Hilda et ses parents (humains, animaux ou magiques) continue de grandir.

Pearson continue d’offrir charme, aventure, mystère et terreur aux lecteurs de tous âges. C’est le point culminant de toute la série et… peut-être le dernier volume ? Il pourrait certainement l’être, du point de vue de l’histoire, bien qu’il ne soit pas nécessaire qu’il le soit si Pearson veut continuer à faire cette série. Je suis heureux que cela se termine ici et qu’il passe à d’autres projets.

Si vous ne connaissais pas la serie animé est disponible sur Netflix.

Note : 9,5/10

 

  • Album : 80 pages
  • Editeur : CASTERMAN (8 janvier 2020)
  • Collection : ALBUMS
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2203097558
  • ISBN-13 : 978-2203097551

51F-Lhu3LvL._SX356_BO1,204,203,200_.jpg

 

 

Ki & Hi – tome 5 Le dragon céleste (5 décembre 2019) de Kevin Tran et Fanny Antigny

« Ki et Hi ont rejoint l’île Eternelle, mais s’ils veulent sauver Mamie Dang, ils devront avant tout retrouver la dernière perle divine ! Sur Terre, les Barkiens sont passés à l’attaque, et seule Mi semble pouvoir se dresser sur leur chemin à l’aide de ses redoutables inventions. Une seule chose est sûre : le Royaume Panda n’a jamais été aussi proche de la chute, et il n’est pas garanti que nos deux héros préférés survivent… »

Achat du livre : https://amzn.to/2M4ZVdn

Chronique :  Les livres écrits par des youtubeurs sont rarement les choses qui m’inspirent le plus confiance. En règle générale, c’est assez mal écrit et franchement barbant. Mais cette fois-ci ce Ki & Hi  est franchement trés bon et je me suis fait les tome de de Kevin aka LeRireJaune.

Ki & Hi raconte l’histoire de deux frères inséparables et très opposés. L’un est grand, goinfre et se fout un peu de tout ce qui se passe. L’autre est petit et très attentionné de tout ce qui l’entoure. Dans ce premier tome, on découvre leurs folles aventures dans leur village, pas si paisible que ça

Ki est très sincèrement le personnage qui m’a fait le plus rire dans ce premier tome. Il a un humour décapant et qui est totalement naturel. J’ai beaucoup aimé ce personnage de par son naturel et certaines de ses réflexions qui sont parfois de vrais piques bien lancées. C’est le genre de personnage qui se fout littéralement de tout, qui ne donne de l’importance à rien, mais qui prend autant soin qu’il le peut des personnes qui l’entourent. J’ai aimé son côté bienveillant et en même temps jemenfoutiste. Il est diamétralement opposé à son petit frère, Hi.

Hi, lui, est un peu plus sérieux. Beaucoup plus jeune aussi, il fait preuve d’une grande maturité par moment. C’est assez marrant d’ailleurs de voir ces deux adolescent qui sont diamétralement opposés, mais qui sont, au final, assez proche. Son côté enfantin est bien évidemment ce qui le rend adorable, mais certaines de ses expressions m’ont aussi fait mourir de rire. Il a un petit côté ingénu, totalement innocent, alors qu’en réalité il est aussi fou que son grand frère Ki.

Ki & Hi est un tope cinq rempli d’humour. Dès le début, l’auteur nous met dans l’ambiance avec un humour frais et ça fait du bien. Pas besoin de réfléchir tout le long de la lecture. Ça se lit à une vitesse hallucinante (en même pas 35 minutes, c’était terminé !) et les dessins sont agréables à regarder. Il y a un vrai travail derrière tout ça et qu’on le veuille, ou non, c’est vraiment une bonne histoire. Évidemment, il y a quelques points négatifs comme le langage par exemple. Par moment, il est tout de même très très familier et je pense que l’auteur pourrait faire un petit effort là dessus. Mais en lisant, j’ai eu l’impression d’écouter Kevin parler du coup on comprend un peu ce langage familier. En tout cas ce qui est sûr, c’est qu’on est loin des livres niant-niant que d’autres Youtubeurs , ses livres feront un super cadeaux en dessous du sapin de Noël.

Note : 9/10

 

  • Editeur : Michel Lafon; Édition : Michel Lafon (5 décembre 2019)
  • Collection : Bd
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2749932742

512tdGs-1eL._SX343_BO1,204,203,200_.jpg

 

Les Royaumes de Feu en Bande Dessinée Tome 2 : La Princesse Disparue de Tui T. Sutherland, Mike Holmes| 5 septembre 2019

La princesse Tsunami découvre son royaume, le monde aquatique des Ailes de Mer. Mais son bonheur est de courte durée : entre intrigues de palais, ennemis redoutables et secrets de famille, elle ne pourra compter que sur l’aide de ses amis les dragonnets du Destin pour éviter les pièges mortels.

Chronique :  Dans ce deuxième opus, Les Royaumes de Feu nous présentent un tout nouveau décor fantasy, celui des Ailes de Mer, incroyable et spectaculaire.
Nous suivons maintenant les aventures d’une nouvelle héroïne, Tsunami, qui découvre son peuple, sa culture ainsi que sa famille et les « joies » qui l’accompagne.
Grâce à elle, l’histoire prend une dimension plus psychologique, plus profonde. Il n’est plus seulement question de guerre, mais de stratégie. Quant à nos héros, ils grandissent, s’affirment, s’investissent pour devenir les porteurs de la prophétie.
Au niveau du style, l’auteure nous propose un récit fluide et agréable qui s’imprègne tout naturellement de la personnalité de sa nouvelle héroïne.  Cette adaptation en bd est juste somptueuse. Une intrigue qui se passe à la cour, et en plus dans un univers de dragons, que demander de mieux ? J’ai aussi adoré découvrir Tsunami sous un nouvel angle, être plus profondément dans ses pensées. Je me suis beaucoup attachée à elle et je suis pressée de lire la suite, même si nous allons suivre un autre dragonneau !

Note : 9,5/10

 

  • Album : 224 pages
  • Tranche d’âges: 8 – 13 années
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (5 septembre 2019)
  • Collection : GRAND FORMAT LI
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2075132453

514TftYPl6L._SX352_BO1,204,203,200_.jpg

 

Les Royaumes de Feu en bande dessinée Tome 1 : La prophétie de Tui T. Sutherland, Mike Holmes| 5 septembre 2019

Une terrible guerre divise les royaumes de Pyrrhia. Selon une mystérieuse prophétie, seuls cinq jeunes dragons nés lors de la Nuit-la-plus-Claire pourront mettre fin aux combats et apporter la paix. Mais les élus, Argil, Tsunami, Gloria, Comète et Sunny, rêvent de liberté plutôt que d’accomplir leur destin.

Chronique : Alors que la guerre fait rage Une prophétie annonce que 5 dragonnets rétabliront la paix. Ces 5 dragonnets élevés à part du monde rêvent de liberté. Mais il est difficile d’être libre dans un monde ravagé par la guerre.
Nous avons là une mignonne histoire de dragons, d’amitié, de loyauté. Ou Chacun se révèle différent vis à vis de ce qu’on attend de lui. Ayant lu les romans l’adaptation y est fidèle.
J’ai trouvé cette lecture facile pour un enfant. Il y a beaucoup de personnage, la mise en place de l’intrigue est assez complexe, et je pense que c’est un bon moyen d’initier les enfant à la lecture. L’écriture est agréable sans être merveilleuse, et l’humour disséminé par-ci par-là plait beaucoup aux enfants. Il y a des scènes de violence, des combats de dragons à mort, des meurtres et des exécutions, mais après tout, on est dans le monde des dragons, pas des bisounours…
A chaque tome, le lecteur adopte le point de vue d’un dragon différent: c’est tout l’intérêt du livre de dévoiler tour à tour le regard de chaque héro sur l’aventure, ses doutes, ses questionnements, ce qui le pousse à agir de telle ou telle manière, et les relations qu’il entretient avec les autres dragonets. Je recommande chaudement.

Note : 9,5/10

 

  • Album : 224 pages
  • Tranche d’âges: 8 – 13 années
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (5 septembre 2019)
  • Collection : GRAND FORMAT LI
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2075132402

1.jpg

 

La Guerre des Lulus, Tome 6 : Lucien de Hardoc, David Périmony| 13 novembre 2019

Novembre 1918 : Les armes se sont tues mais le combat des Laina pour leur propre survie continue. Hospitalisé à Troyes, Lucien se souvient de son arrivée à l’orphelinat de Valencourt et de sa rencontre avec ceux qui allaient devenir ses meilleurs amis. A cette époque, la Grande Guerre n’avait pas encore ravagé l’Europe et les moments de joie et d’insouciance étaient fréquents. Pourtant, la douleur, le danger et les vexations fraisaient déjà partie du quotidien des Lulus…

Achat de la bdhttps://amzn.to/2XZdQpR

Chronique : Fantastique bande dessinée de Lucien de Hardoc et David Périmony qui réussissent et épouse bien le récit, agrémenté d’un jeu d’ombres et de couleur magnifiques dans lequel harmonie et simplicité fusionnent à un point que c’en est jubilatoire. Une telle stylisation est assez inhabituelle pour ce type d’histoire, qui généralement est plus associée à un dessin d’un réalisme académique. Le tout, porté par un cadrage cinéma. Cette BD qui est déjà au tome 6 est soignée aux dessins efficaces.  L’atmosphère et la tension dramatique sont bien rendues. avec l’impressionnante documentation  afin de rester et de ressembler le plus fidèlement au contexte de l’époque.

Note : 9,5/10

Extrait :

2345

 

  • Album : 64 pages
  • Editeur : Casterman (13 novembre 2019)
  • Collection : ALBUMS
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 220315926X

1.jpg

 

Blake & Mortimer – tome 26 – Vallée des Immortels de Sente Yves, Berserik Teun, et al. | 22 novembre 2019

Inquiets pour Mortimer qui a été kidnappé par les hommes du général Xi-Li, le capitaine Blake, accompagné de l’agente nationaliste chinoise Ylang Ti, se lance à la recherche de son ami.

Achat de la Bd : https://amzn.to/2OScIQO

Chronique : …Et voilà la fin du début de la vallée des immortels! Mortimer d’un coté ,Blake de l’autre, finiront comme prévu par se rejoindre et terminer l’aventure ensemble! Cette histoire à pour une fois fois une fin mitigé .D’une part la chine deviendra bien communiste ,mais de l’autre ,les efforts de Mortimer, qui croisera les chemins de l’immortalité , pour récupérer et sauver les parchemins concernant l’authenticité du premier empereur de l’empire du milieu ne seront pas récompensés! L’histoire manque d’action,voir de relief :l’immortalité est elle une chimère ou une réalité? On a l’impression de voir Mortimer comme spectateur ,et non comme acteur de ses aventures….Souvent l’histoire donne à penser que tintin pourrait apparaître ,tant les similitudes avec « le lotus bleu » sont omniprésentes ,ainsi que le personnage du père Odilon qui ressemble au père blanc dans « tintin au congo ».Reste le dessin qui ,comme dans le tome 25,est « fait » par messieurs Berserik & Van Dongen,qui à quelques exception prés ,ont réussi a « apprivoiser » le style de Jacobs. Par contre,pour ce qui est du dessin de couverture ,c’est un ratage complet!( le dragon du tome 1 des « trois formules du professeur sato « est plus réaliste que les deux « espèces de gros lézards  » qui figurent sur cette couverture). Pourquoi ne pas avoir gardé la couverture de l’édition « bibliophile »?Il serait bon que Sente arrete de vouloir scénariser ,car il en arrive à se parodier lui même,tant les aventures se ressemblent d’albums en albums…En espérant que « huit heures à berlin » (titre provisoire) de Fromental,Bocquet & Aubin ,qui sortira en 2020,nous permette de retrouver nos héros tel qu’on les aime, c’est à dire aventureux et plein d’humour à 100%

Note :  9/10

Chronique de rory richards

 

  • Album : 56 pages
  • Editeur : Blake Mortimer (22 novembre 2019)
  • Collection : Blake & Mortimer
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2870972814

61fHkpqYHbL._SX382_BO1,204,203,200_.jpg