Klaus – Tome 02 de Grant Morrison et Dan Mora | 30 octobre 2019

Une reine des glaces sans âge commandant une armée de bonhommes de neige robots construits en bois magique. Une société de soda voulant à tout prix faire de Noël une marque commerciale, sur l’ordre d’un double maléfique… Rien d’autre qu’une journée ordinaire dans la vie de Klaus, l’homme qui est devenu celui que l’on appelle Santa Claus : le Père Noël !

Achat : https://amzn.to/33gRYrm

Chronique : Prenez courage ! Klaus  tome 2 est si bon que tu peux le lire à tout moment de l’année ! En fait, vous devriez le lire en tout temps de l’année !  Dans la premiere partie  le Père Noël doit revenir d’une guerre sur la Lune ( ?!!?) pour sauver les enfants kidnappés par la sorcière de l’hiver. Il est clair que nous sommes entrés dans un nouveau territoire lorsque le Père Noël a commencé à combattre des monstres de glace sculptés par Geppetto (de la renommée de Pinocchio). Tout cela mène à un point culminant  à l’intérieur de l’une des vieilles usines du Père Noël avec les compétences artistiques sans précédent de Dan Mora qui s’épanouit dans de nombreuses pages.

Et ce n’est même pas le meilleur conte de cette collection ! La deuxième histoire met en scène Xmasville, une ville entièrement composée de pères Noël ayant subi un lavage de cerveau qui a permis à Pola Cola de dominer le monde. Une vision bizarre des profondeurs dans lesquelles le marketing d’entreprise ira devient encore plus bizarre lorsqu’il est révélé qu’un univers alternatif Santa a sucé l’imagination des enfants pour propulser Xmasville au pouvoir. Bientôt, le Père Noël arrive pour combattre les extraterrestres, détruire le Père Noël maléfique et sauver les enfants avant que leur créativité ne soit aspirée.

Ces deux histoires passent un temps non négligeable à étendre le monde de Klaus, de ces mentions d’une guerre lunaire aux révélations sur les multiples pères Noël qui existent. Encore et encore et encore dans ces histoires, la créativité sans fin de Grant Morrison n’a d’égal que l’art incroyable de Dan Mora. Je suis sûr de l’avoir dit dans le premier tome et je le répète ici : même si vous n’êtes pas sûr de lire les BD du Père Noël, prenez ce volume de Klaus simplement pour regarder  les belles illustrations de Mora. Et avec ce volume en particulier, il vaudrait la peine que vous preniez le temps de lire aussi.

Note : 9,5/10

 

  • Album : 128 pages
  • Editeur : Glénat Comics (30 octobre 2019)
  • Collection : Comics
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2344038655

51dlqaHAWNL._SX325_BO1,204,203,200_.jpg

 

The new teen titans volume 1 / urban comics

Synopsis :Robin, Wonder Girl, Kid Flash, Changelin : autrefois, ils étaient les jeunes assistants des plus grands super-héros de la Terre, mais aujourd’hui, devenus de jeunes adultes, ces justiciers décident de reformer leur groupe des Teen Titans avec l’aide des nouveaux venus Raven, Cyborg et Starfire.

Chronique : Longtemps la série des teen titans à fait partie chez DC comics des séries à fort potentiel mais dont les ventes décevantes ont condamné l’avenir avant même qu’il ne soit écrit. Mais dans le monde des comics un concept ne meurt jamais il attend juste que les bons auteurs se penchent dessus. Et, par chance, c’est ce qui arriva aux jeunes titans. Marv Wolfman et George Perez ont lancé une nouvelle série dédié aux jeunes sidekicks au début des années 80. Série qui connut un succès retentissant, au point que la série faisait jeu égal avec les X-men, la série rivale de la maison des idées. Malheureusement ces épisodes sont longtemps resté inédits en France, un outrage qu’urban rattrape aujourd’hui.

Malgré ma joie de retrouver les débuts de cette équipe mythique il faut avouer que la lecture des neufs premiers épisodes fut assez laborieuse. Les épisodes sont ancrés dans leur temps la narration est lourde et répétitive, les retournements de situations sont abrupts et mal amenés et les personnages sont des monuments de naïveté. La découverte des aventures de Robin et ses compagnons s’engageaient assez mal.

Heureusement la situation s’améliore à partir de l’épisode 10. Les pérégrinations de nos héros restent toujours aussi farfelues, les auteurs enchaînent les clichés proprent aux comics des années 80 avec les méchants nazi ou encore les membres de la ruche, incapable de se déplacer sans leur bure de moine. Mais la narration s’est faite plus fluide et les auteurs ont fait de la naïveté de ces héros une caractéristique de la série permettant de développer le caractère des personnages. Le scénariste Marv Wolfman a compris qu’il fallait mettre l’accent sur la vie privée de ces jeunes super-héros pour captiver les lecteurs.

Les premiers éléments de la mythologie des teen titans, qui perdurent encore aujourd’hui, se mettent en place dans ces 16 premiers épisodes. On retrouve donc l’assassin Deathstroke, les liens de changelin avec la doom patrol, la menace de trigon et d’autres encore. L’affirmation de soi et l’opposition aux adultes sont au centre des préoccupations de nos jeune héros, des thèmes bien trouvés pour une série destiné à un public d’adolescents.

Grâce à urban et leur édition toujours soigné, les lecteurs d’aujourd’hui vont pouvoir partir à la rencontre de cette série qui a marqué l’histoire de DC comics.

Note 7/10

SCÉNARISTE : WOLFMAN MARV – DESSINATEUR : PÉREZ GEORGE
Public : 12+
Collection : DC Essentiels
Date de sortie : 30 août 2019
Pagination : 464 pages
Contenu vo : THE NEW TEEN TITANS #1-16, DC Comics Presents #26

SIMON’S CAT: QUELLE VIE DE CHIEN! de Simon TOFIELD | 14 novembre 2019

Alors qu’il patrouille sur son territoire, Simon’s Cat découvre la vie de nombreux chiens de son quartier, avec notamment au programme : des caniches fous, un bouledogue amoureux et un groupe de chiots espiègles.
Dans le style et l’esprit qu’on lui connaît dans ses illustrations, Simon Tofield capture remarquablement bien les habitudes drôles et décalées des différentes races de chiens, ainsi que les rencontres avec leurs homologues félins.

Achat du livre : https://amzn.to/2rHnGkm

Chronique : C’est ainsi que nous arrivons à la dernière édition de Simons Cat – maintenant je suis le premier à admettre que ces livres ne sont guère difficiles à lire sans mots et sans caricatures simples d’une seule page ou même d’un seul volet – mais quiconque a possédé (ou appartient) un chat reconnaît instantanément de nombreux traits et personnalités représentés dans ces pages.

Mais cette fois-ci, il y a un rebondissement – maintenant Simons Cat explore le monde des chiens avec tous leurs différents plans, personnalités et interactions avec les chats. Ce que vous avez ici est un regard jovial et léger sur la vie des chiens (et comment les chats les gouvernent).

J’ai suivi Simons cat dans toutes ses nombreuses histoires et ça m’étonne toujours qu’il y ait des histoires nouvelles et amusantes à raconter – mais encore une fois quand je regarde mon chat et je réalise que chaque jour le potentiel pour que quelque chose de nouveau et d’étrange arrive est juste là à mes pieds…

Note : 9,5/10

  • Album : 128 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (14 novembre 2019)
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2265144290

51NoSuz0+RL._SY387_BO1,204,203,200_.jpg

Cervocomix de Jean-François Marmion et Monsieur B | 25 septembre 2019

l est moche, mais quel talent ! Le cerveau humain est salué comme la structure la plus complexe de l’univers.. C’est aussi impressionnant que décourageant, quand on n’est pas spécialiste. Comment faire connaissance avec lui ? En lui demandant de se présenter ! Interrogé dans une émission grand public par l’intrépide journaliste Julia Mojito, le cerveau superstar, un rien cabotin, nous fait découvrir l’étendue de ses talents.

Achat du livre : https://amzn.to/2q6f99D

Chronique :  Pour tous les férus du cerveau … et pour les autres !
Des connaissances en matière de médecine sont il nécessaires voire indispensables pour comprendre ce livre…bah…Non. Comment les acquérir Mais comment faut-il comprendre ce livre ? La psychologie du cerveau n’est pas enseignée à l’école, nous dépendons donc de nous-mêmes ; se plonger dans les manuels de psychologie est particulièrement rébarbatif, nos connaissances en psychologie sont donc médiocres, le plus souvent !
Ce manuel en bandes dessinées est voué au succès, il est drôle et toujours clair même si la matière reste aride Les notions abordées sont intéressantes, bien présentées, avec humour. Et il semble que la base scientifique et médicale derrière est solide! Il devrait être lu par tout le monde pour avoir une base de l’interaction humaine ou des émotions! Vous ne serez pas déçu!!

Note : 9/10

 

 

  • Album : 168 pages
  • Editeur : Les Arènes (25 septembre 2019)
  • Collection : AR.ROMAN GRAPH.
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2711201554

41CijYQSLEL._SX343_BO1,204,203,200_.jpg

 

Ody-C Omnibus: En route vers la distante Ithicaa de Matt Fraction et Christian Ward | 24 avril 2019

Bienvenue dans le XXVIe siècle… À la suite d’une guerre intergalactique de cent ans, Odyssia la Sage Championne et ses compatriotes entament le plus long et le plus étrange voyage jamais réalisé : le retour au bercail. Une odyssée de science-fiction libérée et psychédélique commence maintenant !

Chronique :  Ceci fait suite à une version de l’Odyssée avec des femmes au pouvoir et beaucoup de déesses et de dames au cul dur sont impliquées. Non seulement nous avons notre personnage principal de capitaine qui est très débrouillard et merveilleux, mais nous avons aussi les déesses qui lui causent TOUTES DES SORTS d’ennuis et ruinent vraiment le voyage de retour d’une guerre plutôt brutale et épique.

L’œuvre d’art à l’intérieur est impeccable. C’est parfois sanglant, c’est sûr, mais le mélange des couleurs, du style et du mash-up des mises en page était comme un barrage d’émotion. La façon dont ces couleurs ont été utilisées en fait un produit choquant, incroyable et tout simplement magnifique à parcourir. J’étais vraiment déconcerté, impressionné et enchanté par tant de tartinades et je me suis retrouvé constamment en train d’apprécier la lecture.

La formulation de ce texte est également merveilleuse avec un ton vraiment chantant et un sens de la poésie épique. Je ne pense pas qu’il s’agisse d’un poème épique en tant que tel, mais c’est vraiment quelque chose qui y revient et qui semble ne pas fonctionner avec tous les éléments technologiques futuristes et les éléments spatiaux de science-fiction, mais ça marche… si bien !

Mais le vrai triomphe ici, c’est l’art. C’est tout à fait différent de l’art de tout autre roman graphique que j’ai lu. C’est plus abstrait, évoquant la sensation d’éclaboussure de peinture sur une toile. La palette de couleurs est vibrante et fait éclater les scènes. Il y a certainement des tendances avant-gardistes dans la façon dont il est présenté. C’est beau dans tous les sens du terme. C’est probablement un des roman graphique préféré que j’ai lu, et j’attends avec impatience le prochain pour voir où va l’histoire.

Note : 9,5/10

 

  • Album: 336 pages
  • Editeur : Glénat Comics (24 avril 2019)
  • Collection : Comics
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2344035664

41bJ6LNLQ7L._SX325_BO1,204,203,200_.jpg