La ligne de sang de DOA et Stéphane Douay | 15 mai 2019

Lyon, automne 2003. Banal accident de la route à la Croix-Rousse. Les officiers de police Marc Launay et Priscille Merse rendent sur les lieux. Un motard, Paul Grieux, est dans le coma. Aussitôt, la victime les intrigue. Aucune adresse à son nom. Aucun proche à avertir. Et surtout son ex-compagne, Madeleine Castinel, a disparu ce soir-là et reste introuvable.
Commence alors une enquête troublante sur fond d’ésotérisme et de magie noire, qui va plonger les policiers dans l’horreur.

Chronique : Madeleine Castinel n’en peut plus de son amant, Paul Grieux, trop souvent alcoolisé, violent et exigeant avec elle, squattant un peu trop son appart’ à son goût. Elle préfère rompre et lui demande de lui rendre ses clés. C’est semble-t-il en sortant de chez elle que Marc Grieux a un accident de moto et sombre dans le coma. Priscille Mer et Marc Launay, du SRPJ de Lyon, vont enquêter sur ce qui n’est en apparence qu’un banal accident de la route, doublé quand même d’une étrange disparition, car Madeleine reste introuvable.

Et puis peu à peu, on bascule dans l’enfer. Un monde sombre de magie noire, d’occultisme, de pédophilie, de violence extrême, un monde dont il est souvent difficile de cerner les limites entre hallucinations ou fantastique. L’intrigue est très prenante, on est complètement happé par le récit et ses dessin de Stéphane Douay qui sont réussis et épouse bien le récit, agrémenté d’un jeu d’ombres et de couleur magnifiques dans lequel harmonie et simplicité fusionnent à un point que c’en est jubilatoire. Une telle stylisation est assez inhabituelle pour ce type d’histoire, qui généralement est plus associée à un dessin d’un réalisme académique. Le tout, porté par un cadrage cinéma et plus on approche de la fin, plus cela devient carrément flippant. A ne pas lire le soir juste avant de s’endormir !

Mieux vaut prévenir les âmes sensibles, certains passages sont vraiment insoutenables. Pour autant, ils ne sont pas gratuits, ils tiennent totalement aux personnages mais l’horreur à peine dicible découverte par les deux policiers est difficilement supportable.
Il faut dire qu’avec un tel pseudonyme (DOA signifie Death on arrival), on pouvait en effet s’attendre à une telle noirceur humaine. Mais au milieu de ce monde bien concret, arrivent des événements étranges, subtils, impossibles à analyser ni à saisir totalement : Rêve, réalité ou hallucinations ?

Note : 9/10

Extrait :

123456

 

  • Album: 103 pages
  • Editeur : Les Arènes (15 mai 2019)
  • Collection : AR.ROMAN GRAPH.
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2711201015

41VBLqdJuCL._SX337_BO1,204,203,200_.jpg

 

Le Petit Nicolas – La bande dessinée originale de René Goscinny et Jean-Jacques Sempé | 21 mars 2019

Une bonne blague, une superbe gaffe ou une sacrée bêtise ? Assurément, elles sont signées le Petit Nicolas. Alors que Papa paye les pots cassés, Maman répète qu’il faut être bien sage, le voisin Monsieur Blédurt en voit de toutes les couleurs, et Alceste… est dans le coup bien sûr !

Chronique : Comme il est expliqué dans le livre, René Goscinny et Jean-Jacques Sempé se sont rencontrés au printemps 1954 à Paris, alors que Goscinny revenait de New York où il avait notamment travaillé avec Harvey Kurtzman. Ce n’est qu’en septembre 1955 que commence à paraître, dans le magazine hebdomadaire « Le Petit Moustique » en Belgique, leur série de gags en une page consacrée à leur nouveau personnage du « Petit Nicolas ». La série ne durera qu’une saison et le temps de 28 planches. Ces oeuvres de jeunesse étaient restées inédites depuis lors.
Cet album parvient aux 48 pages réglementaires grâce à deux préfaces, dont une de Sempé, plus les biographies des deux auteurs, et leurs bibliographies respectives, et en plus la reprise de deux récits illustrés, mis en regard de deux planches sur le même thème, respectivement le vélo et la plage.
Le « Petit Nicolas » du premier essai des deux jeunes auteurs (Goscinny a 29 ans et Sempé 23) n’est pas déjà celui des histoires illustrées plus tardives. C’est un garnement entre Pim, Pam, Poum et Dennis la Malice, qui cause bien des ennuis, souvent graves, à son papa volontiers gaffeur de toutes façons, et à son voisin. Goscinny et Sempé se prêtent très bien à l’exercice du gag en une page (Goscinny y reviendra plus tard, avec d’autres auteurs, dont me semble-t-il Franquin pour Modeste et Pompon), avec un découpage de la page au cordeau : 12 cases, façon gaufrier, dont celle du titre. L’effet comique est garanti à chaque fois, mais il ne s’agit à l’évidence que d’un rodage pour les deux talentueux auteurs, appelés à d’autres sommets, ensemble et chacun dans sa voie. Sempé devenant particulièrement célèbre… à New York, pour ses dessins dans le New Yorker !

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 96 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 13 années
  • Editeur : Folio Junior (21 mars 2019)
  • Collection : Folio Junior
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2075126887`

417mVaVM7IL._SX346_BO1,204,203,200_.jpg

 

Irena – Tome 04: Je suis fier de toi de Jean-David Morvan, Séverine Tréfouël| 6 mars 2019

Nous sommes en 1983 à Yad Vashem, au mémorial de la Shoah à Jérusalem. Irena a enfin été autorisée par les autorités communistes Polonaises à venir planter son arbre dans l’allée des Justes parmi les nations. 18 ans après avoir été honorée. C’est ici qu’elle rencontre une jeune femme qu’elle a sauvée, et sa petite fille. Irena leur raconte son histoire, son retour de l’enfer de la torture en 1944, à Varsovie, la fin de la guerre… et le début d’un autre combat.

Chronique : Irena est une très jolie bande dessinée, adressée autant aux enfants qu’aux adultes, et qui retrace le parcours d’une Juste de Varsovie. Irena Sendlerowa a vraiment existé, pendant la seconde guerre mondiale elle sauva 2500 enfants du ghetto.Ce tome se conclue par la prise du ghetto de Varsovie. Irena tient bon.. Une tragédie que le dessin de David Evrard rend palpable à travers un trait rond et expressif qu’accompagne agréablement la mise en couleurs de Walter. Les émotions sont transcrites avec justesse et dénotent une grande humanité. En outre, les cadrages sont variés et le découpage assure une bonne lisibilité qui nous offre de beaux moment d’émotion que  vous aurez encore envie,  de découvrir la suite du parcours de cette femme courageuse et altruiste.Ce n’est pas le numéro de trop qui nous offre un récit rempli de beaucoup de tendresse qui émane de cette série.

Note : 9,5/10

Extrait :

123

 

  • Album: 72 pages
  • Editeur : Glénat BD (6 mars 2019)
  • Collection : Tchô !
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2344031111

51kZkgcu4LL._SX373_BO1,204,203,200_.jpg

 

L’Arche de Néo – Tome 01: À mort les vaches de Stéphane Betbeder et Paul Frichet | 6 mars 2019

Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité », parait-il. C’est même inscrit dans la loi. Il ne leur manquait que la parole et c’est désormais chose faite. Stéphane Betbeder plonge ses personnages à quatre (et deux) pattes dans une odyssée animalière que n’auraient pas renié les plus grands héros du genre humain.

Chronique : Une bande dessiné dur sur la maltraitance des animaux, un sujet d’actualité mais sans jamais le rendre compliqué et impossible à suivre cette arche de Néo de Stéphane Betbeder et Paul Frichet a de multiples portes d’entrée. On peut l’aborder sous l’angle de la filiation et des transmissions de savoir et savoir-être qui passent de génération en génération. Les auteurs prennent des personnages  qui pourrait penser comme des humaine et surtout n’importe lequel d’entre nous, ce qui fait qu’on s’y identifie facilement  au cochon, a la poule,au mouton et à la vache avec un sentiment d’abandon, maltraitance et culpabilité qui sont les thèmes abordés et qui portent en nous l’immense présence d’un être fort qui nous a appris la vie et nous transmet des valeurs et que l’on croyait invincible où le lecteur se replonge quelques décennies en arrière. Des moments beaux et touchants, un amour et une complicité, l’histoire d’une complicité intergénérationnelle. Un très beau moment de lecture magnifiquement écrit et dessiné dont on à hâte de lire le second tome.

Note : 9,5/10

Extrait :

123

 

  • Album: 64 pages
  • Editeur : Glénat BD (6 mars 2019)
  • Collection : 24X32
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2344027033

51cd1WtWgPL._SX373_BO1,204,203,200_.jpg

 

La Bande à Picsou – Tome 01 | 6 mars 2019

Culte. Voilà des années que Picsou ne parlait plus à Donald… Jusqu’au jour où son neveu lui demande surveiller Riri, Fifi et Loulou en son absence. Au contact des trois jeunes canards, le multi-milliardaire sent à nouveau retentir en lui l’appel de l’aventure et décide de repartir en quête de trésors perdus. Pendant ce temps, Riri, Fifi et Loulou, avec l’aide de Zaza, la petite-fille de la gouvernante de Picsou, vont découvrir les raisons de sa longue dispute avec Donald…

Chronique :  Les volumes de cette série suivent la continuité de l’émission de télévision , mais vous n’avez pas besoin de regarder l’émission pour lire les livres ou vice versa. Les auteurs font du bon travail. Les histoires sont des aventures qui rappellent beaucoup les bandes dessinées d’aventure de Barks (avec une touche moderne, bien sûr). Il s’agit d’un ensemble d’histoires amusantes pour les fans de Picsou de tout âge, et bien qu’il se déroule dans l’univers de l’émission 2017, il n’est pas nécessairement lié à des épisodes, vous pouvez donc lire ceci sans une connaissance en profondeur de l’émission. Les scripts regorgent de petits jeux de mots subtil et bien placé . Il y a aussi une bonne idée de la façon dont ces personnages sont réinterprétés pour le nouveau dessin animé, avec Riri, Fifi et Loulou montrant des personnalités plus clairement définies qu’auparavant. L’équipe artistique réussit également à capturer l’esthétique plate et relativement stylisée du dessin animé et à injecter beaucoup d’énergie loufoque à lire pour le plus grand plaisir.

Note : 9/10

Extrait :

1234

 

  • Album: 96 pages
  • Editeur : Glénat Disney (6 mars 2019)
  • Collection : Divers
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2344034986

51fmk2cW72L._SX346_BO1,204,203,200_.jpg

 

 

Curse Words – Tome 01: Le Diable de tous les diables de Charles Soule et Ryan Browne | 20 février 2019

Un magicien fait son apparition dans les rues de New York. Il s’appelle Wizord et prétend venir d’un autre monde pour nous sauver des forces maléfiques qui veulent notre destruction. Il serait même le plus grand magicien de tous les temps ! Ou peut-être pas… Peut-être que Wizord ment depuis le début et que c’est lui, la force maléfique. Ou peut-être qu’il est juste venu pour passer du bon temps dans notre monde, beaucoup plus agréable que le trou d’où il vient. Véritable magicien ou charlatan, où est la vérité ?

Chronique : Ainsi, un sorcier super-puissant nommé Wizord avec une barbe magique vient à New York avec son koala parlant pour détruire le monde. Au lieu de cela, il décide qu’il aime New York et qu’il veut y vivre. Il y a des sorciers farfelus dans le monde d’où il vient, beaucoup de hijinks absurdes, et une bataille vraiment drôle à Paris impliquant la Tour Eiffel.

C’est « Curse Words » et c’est l’une des choses les plus délicieusement absurdes que j’ai lues depuis un bon moment. J’avoue que j’ai un sens de l’humour particulier, mais cela vaut vraiment la peine d’être lu. Le dialogue a des moments inattendus – rejetant le discours plus archaïque que les sorciers utilisaient souvent dans la fantaisie et alimentant ainsi le ton enjoué de ce volume. L’art aussi est excellent – coloré, maniaque et amusant à regarder.

Je peux généralement apprécier une histoire qui va juste pour elle et embrasse sa bizarrerie, et c’est l’une des forces de « Curse Words ». L’histoire d’un sorcier au milieu de New York – l’histoire évoque des batailles magiques, des utilisations odieuses de la magie et des fantaisies en ligne – tous basés sur un événement fantastique, mais qui, à leur cœur, touchent aux tendances encore visibles aujourd’hui.

Et au milieu de tous ces plaisirs farfelus, l’histoire de Wizord se penche sur les questions d’appartenance, d’identité et de découverte de la magie dans le monde qui nous entoure.

Ce comics est absurde, mais avec intention. C’est épique dans sa portée, mais concentré. Il a du coeur. Mais surtout, c’est très amusant à lire. Je me suis retrouvé à rire tout le temps. Ce n’est pas un volume parfait, mais ce qu’il fait – il fait bien. Lisez-le. Je doute que vous ayez déjà vu ça avant, et je vous garantis que vous ne vous ennuierez pas.

Note : 9,5/10

Extrait :

1234

 

  • Album: 160 pages
  • Editeur : Glénat Comics (20 février 2019)
  • Collection : Comics
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 234403191X

51q0MZPbE0L._SX324_BO1,204,203,200_.jpg

 

Folk, Tome 1 : de Iris | 15 mars 2019

L’auteure Iris nous présente Folk, avec une série en 3 tomes ! Après un soir de beuverie, Jug accepte un pacte avec un fantôme : il a 100 jours pour se rendre de l’autre côté du continent pour enregistrer un disque au mythique studio Delta. Il deviendra un virtuose de la guitare mais devra s’entourer de musiciens les plus talentueux de tous…

Chronique  : Un excellent premier tome qui installe la quête et les personnages avec ce  road-trip  de style western décapant dont le caractère désinvolte et bad boy du personnage principal Jug et les péripéties abracadabrants rendent l’histoire savoureuse à suivre. C’est le premier livre d’une trilogie, donc l’histoire n’a pas encore pris vie, mais les prémisses…. ! Quand on ferme le livre on est tellement intrigué sur la suite que on à déjà hâte.  Et puis il y a tout le charme du monde créé par Iris, un monde qui a une histoire, des légendes, jusqu’à présent seulement esquissées, sur lesquelles j’espère revenir dans les prochains livres, et le protagoniste « négatifs » , mais que l’on s’attache immédiatement ! Et je ne parle pas des dessins et des couleurs, parce qu’en bref…. vous pouvez juger par vous-même à partir de la couverture ! (Mais vous pouvez aussi juger l’ensemble du livre par la couverture, dans ce cas ) un superbe premier tome.

Extrait:

12345

Note : 9,5/10

  • Album: 93 pages
  • Editeur : Editions de la Pastèque (15 mars 2019)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2897770449

51Przx1UhBL._SX354_BO1,204,203,200_.jpg