Vivants de Isaac Marion

Résumé : R est un zombie. Il n’a pas de nom, pas de souvenirs, pas de pouls. Mais il rêve. Dans les ruines d’une ville dévastée, R rencontre Julie. Elle est vivante, palpitante. C’est un jaillissement de couleurs dans un camaïeu de gris. Et sans vraiment savoir pourquoi, R choisit de ne pas la tuer. C’est le début d’une étrange relation, à la fois tendre et dangereuse. Ce n’était jamais arrivé. R bafoue les règles des Vivants et des Morts. Il veut respirer de nouveau, il veut vivre, et Julie va l’aider. Mais leur monde ne se laissera pas transformer sans combattre. Une émouvante parabole sur notre époque et la nostalgie d’une vie pleine.

Chronique : Les zombies. Vous pensez avoir tout vu et tout lu sur cette mode littéraire et cinématographique ? Cet ouvrage paru en 2011 risque de vous faire changer d’avis.

Conter une histoire de monde post-apocalyptique envahi de mort-vivants teinté d’une romance originale est pour le moins un exercice délicat. Hors Isaac Marion s’en sort admirablement bien, les différents ingrédients de l’intrigue sont bien dosés.

Le style est fluide, traversé de fulgurance poétique, et parsemé de références à la culture pop, surtout aux Beatles en fait. En trois cents pages l’auteur parvient à créer un récit au cœur palpitant d’émotions.

Les personnages sont consistants, si vous me permettez l’expression, aussi bien les ceux qui ont encore une chaleur corporelle que ceux qui voient leurs chairs pourrir sur place. On a là une belle galerie de personnages, certes, une fois dépassé le concept de base, il n’y a pas vraiment d’originalité. Tous correspondent à un moule bien connu des amateurs de romance fantastique. On a donc deux héros, opposés à l’ordre établi dans chacun de leurs camps et les personnages secondaires sympathiques qui vont les épauler dans leur quête. Le schéma est connu mais reste bien traité.

La romance entre nos deux héros, qui pourrait peut-être en rebuter certains, est tissée avec finesse et une poésie discrète mais juste. La complicité entre R et Julie prend corps sous nos yeux et devient petit à petit le cœur vibrant du récit.

Derrière le ton léger du récit, la première partie est teintée d’un humour à froid très plaisant, l’auteur nous offre une critique sur le danger de l’homogénéité et ce que risque une société qui se focalise sur la survie en banissant la culture.

On pourra regretter une fin un peu précipitée et brouillonne mais qui garde intacte jusqu’à la fin le charme de cette fable de fin du monde.

À noter que le film a été adapté au cinéma en 2013 par Jonathan Levine, avec Nicolas Hoult (la série skins, mad max fury road) dans le rôle de R et Teresa Palmer (numéro quatre, tu ne tueras point) dans celui de Julie. L’adaptation est tout à fait correct, avec une fin plus orienté action, mais elle parvient à conserver tout le sel de cette romance hors-norme.

Éditeur Bragelonne
Date de publication 19 avril 2013
Langue Français
Longueur du livre 320
ISBN-10 2352946999

Les Royaumes de Feu en Bande Dessinée Tome 2 : La Princesse Disparue de Tui T. Sutherland, Mike Holmes| 5 septembre 2019

La princesse Tsunami découvre son royaume, le monde aquatique des Ailes de Mer. Mais son bonheur est de courte durée : entre intrigues de palais, ennemis redoutables et secrets de famille, elle ne pourra compter que sur l’aide de ses amis les dragonnets du Destin pour éviter les pièges mortels.

Chronique :  Dans ce deuxième opus, Les Royaumes de Feu nous présentent un tout nouveau décor fantasy, celui des Ailes de Mer, incroyable et spectaculaire.
Nous suivons maintenant les aventures d’une nouvelle héroïne, Tsunami, qui découvre son peuple, sa culture ainsi que sa famille et les « joies » qui l’accompagne.
Grâce à elle, l’histoire prend une dimension plus psychologique, plus profonde. Il n’est plus seulement question de guerre, mais de stratégie. Quant à nos héros, ils grandissent, s’affirment, s’investissent pour devenir les porteurs de la prophétie.
Au niveau du style, l’auteure nous propose un récit fluide et agréable qui s’imprègne tout naturellement de la personnalité de sa nouvelle héroïne.  Cette adaptation en bd est juste somptueuse. Une intrigue qui se passe à la cour, et en plus dans un univers de dragons, que demander de mieux ? J’ai aussi adoré découvrir Tsunami sous un nouvel angle, être plus profondément dans ses pensées. Je me suis beaucoup attachée à elle et je suis pressée de lire la suite, même si nous allons suivre un autre dragonneau !

Note : 9,5/10

 

  • Album : 224 pages
  • Tranche d’âges: 8 – 13 années
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (5 septembre 2019)
  • Collection : GRAND FORMAT LI
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2075132453

514TftYPl6L._SX352_BO1,204,203,200_.jpg

 

Cursed: La rebelle de Thomas Wheeler, Frank Miller| 3 octobre 2019

Le sang coule lors des massacres perpétrés par les fanatiques Paladins Rouges. La jeune Nimue leur échappe de justesse, grâce à l’épée que vient de lui confier sa mère et qui fait d’elle la Sorcière Sang-de-Loup, une combattante féroce.

Achat du livre : https://amzn.to/389NbLQ

Chronique : Ok……qui d’autre est attiré par les livres/romans graphiques qui ont ce joli autocollant « Bientôt une série Netflix » ou autre ?

Bien que je déteste l’autocollant sur la couverture du livre , J’arrive en courant à chaque fois que je vois ces étiquettes, mais je suis ma règle qui est que je dois lire le livre avant de regarder une adaptation télévisée. Ensuite, je comprends les personnages et je peux me joindre à eux pour me plaindre de ce qu’ils ont changé ou laissé de côté et de toutes les huées sur les effets spéciaux, le casting, la génialité.

J’ai été à la fois follement diverti et complètement déçu dans ma quête pour les adaptations de livres et de films les plus impressionnantes.

J’ai aimé ce livre. Et j’ai hâte qu’il arrive chez Netflix en 2020 !

Cursed est un revirement sur la légende du roi Arthur. La Dame du Lac devient plus qu’une main argentée qui apparaît en brandissant une épée. Ce conte lui raconte son point de vue. Nimue fait l’expérience de la brutalité du monde à un très jeune âge….tout son village est massacré et sa mère meurt. Mais ce n’est pas son destin. Son destin est entrelacé avec une épée magique, Merlin et Arthur.

Je soupçonne que cette histoire a été écrite pour la télévision. L’histoire se lit comme un scénario étoffé. L’histoire est une belle mise à jour des légendes traditionnelles d’Arthur….tous les personnages principaux sont là…faisant une nouvelle version de ce qu’ils font habituellement. Il a juste cette impression d’un scénario de film avec quelques détails livresques et le flux ajouté, plus de belles illustrations.

Ce livre aurait pu porter sur n’importe quoi et je l’aurais acheté et j’en aurais adoré l’enfer à cause de l’art et de l’implication de Miller. Et il ne déçoit pas. Beaucoup peuvent trouver l’art laid comme ils le font dans son travail 300 ou Sin City, mais c’est une question d’opinion. Son art pour ce livre convient mieux que n’importe quoi d’autre. Ses images simples, en noir et blanc, transmettent assez pour que les mots eux-mêmes comblent les lacunes. C’est aussi une façon étonnante de lire un livre, excité pour l’histoire, mais encore plus excité qu’à n’importe quel tournant de la page il y aura de l’art de Frank Miller que je n’ai jamais vu de ma vie.
J’adore ce livre. J’adore les légendes arthuriennes. J’ai hâte que des générations de jeunes lecteurs le découvrent et que leur monde s’élargisse avec l’arrivée du roi Arthur et, surtout, de Nimue, la Dame du lac.

Note : 9/10

Extrait :

cursed miller wheelercursed-9781534425330.in05dsc_0356

 

  • Broché : 512 pages
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (3 octobre 2019)
  • Collection : GRAND FORMAT LI
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2075130175

51YUo74e4bL._SX343_BO1,204,203,200_.jpg

 

 

Arkane, T2 : La Résurrection de Pierre Bordage | 11 septembre 2019

Après le massacre de son clan, Oziel, fille de la maison du Drac, a réussi à fuir dans les bas-fonds de la cité labyrinthique d’Arkane.

Achat du livre : https://amzn.to/2D1BZ5z

Chronique : Après un premier tome flamboyant qui mettait en place un univers captivant, animé de complots, secrets, mystères et personnages aussi complexes qu’attachants, l’auteur nous livre ici la conclusion de son récit.
Dans ce second volet Pierre Bordage nous rajoute également Matteo, le frère d’Oziel dont on a entendu parler sans jamais le croiser. Avec lui nous découvrons l’enfer du bagne d’Arkane et la terrible réalité du sort de la ville, que je vous laisse bien évidemment découvrir par vous-même.

Les deux personnages principaux, Oziel et Renn nous paraissent de plus en plus profonds. Oziel qui subit de plein fouet les conséquences physiques et psychologiques de la mécrose qu’on lui a inoculée « pour l’aider ». Elle ne lit plus que dégoût et crainte de la contagion dans le regard des autres. Cette mécrose sera à la fois sa force et sa faiblesse. Elle pourra cependant s’appuyer sur l’indéfectible dévotion des jumeaux Arjo et Jifar, frères de la Désolation pour l’un, de la Résurrection pour l’autre. Deux castes religieuses antagonistes d’Arkane.

Et Arkane dans tout cela que l’on continue à découvrir aux côtés d’Oziel. La gigantesque, l’énorme, l’incroyable Arkane. Où chaque étage est dédié à une activité mais est régi quasiment comme une ville. Avec sa caserne, sa milice, son légat, sa guilde des torcherons attribués au labyrinthe de passage d’un étage à l’autre. Avec ses quartiers riches et aisés vers les remparts et qui s’appauvrissent plus on se rapproche du socle porteur de l’étage du dessus. Et la même chose lorsque l’on descend les niveaux…
Lorsque Renn, approchant d’Arkane dit qu’il ne voit plus le ciel, on comprend la démesure de la construction… C’est vraiment un univers incroyable que nous a inventé là Pierre Bordage
. Un plaisir de retrouver nos héros dans la suite de leurs aventures…
Au passage, c’est le 1er roman que je lis de Pierre Bordage contenant autant de personnages nus et faisant autant d’allusions au sexe… Inhabituel de sa part mais ça se lit très bien !

Note : 9/10

 

  • Relié : 426 pages
  • Editeur : Bragelonne (12 septembre 2018)
  • Collection : Fantasy
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 979-1028110826

51Mp9LwV0EL._SX321_BO1,204,203,200_.jpg

 

 

La Loi du millénaire, T2 : L’Ange des Tempêtes de Trudi Canavan | 13 novembre 2019

Tyen est devenu professeur de magie mécanique dans une école respectée à travers les mondes. Or on chuchote que le Raen, sorcier le plus puissant de son époque et responsable de l’interdiction de la pratique de la magie, est de retour après une longue absence…

Achat du livre : https://amzn.to/35hrDL0

Chronique : L’Ange des Tempêtes est le deuxième livre de la série La Loi du millénaire. Ce livre a vraiment une bonne construction du monde, raconter des histoires et la magie ainsi que  la capacité de voyager entre les mondes. La première moitié du livre a été plus lente que ce à quoi je m’attendais, mais elle a repris en deuxième moitié.

Rielle est calme et créative, naïve et veut plaire aux gens, mais ce livre montre qu’elle a appris à prendre ses propres décisions et à découvrir qui elle est. Tyen est idéaliste, aime découvrir plus de connaissances et est intelligent, il n’est pas violent, il déteste trahir les gens et veut protéger les autres. Cependant, contrairement à la plupart des livres de Canavan, j’avais l’impression que les personnages secondaires manquaient dans les livres de Raen et de Baluka, je n’avais pas vraiment l’impression d’avoir appris à connaître quelqu’un ou de m’intéresser à eux. De plus, je n’avais pas l’impression que Vella faisait autant partie de ce livre que la première et qu’elle me manquait un peu.

Je suis heureux que l’histoire de Tyen et Rielle semble avoir plus d’influence sur la vie de l’autre que le livre précédent.

L’auteure passe un temps démesuré à discuter des événements comme un monologue intérieur pour l’un de ses personnages. Elle le fait avec des détails atroces en passant en revue chaque étape de la raison pour laquelle le personnage ressent ce qu’il ressent, pour ensuite refaire presque la même discussion intérieure quand elle se présentera à nouveau . Trudi Canavan le fait dans tous ses livres, mais dans ce livre, j’ai trouvé cela particulièrement frustrant.

Trudi Canavan prend un grand risque en abandonnant les mondes qu’elle a formés dans le premier livre, au profit d’un sens de l’échelle et de la progression de l’histoire et des enjeux. En cela, elle réussit de façon fantastique. Les personnages, les mondes et l’histoire regorgent de couleurs et de sens et j’ai développé un attachement certain aux personnages principaux. L’univers est plein de mystère et d’émerveillement, mais se sent aussi enraciné. Raen brille comme un personnage que l’on peut à la fois respecter, aimer et mépriser et Tyen reçoit enfin le traitement qu’il mérite dans le premier livre. Alors que Rielle est un peu sous-développée et que certains aspects de l’histoire sont consacrés aux descriptions, Canavan écrit avec une telle finesse que j’en ai été absorbé. C’est un monde vivant qui mérite toute l’attention qu’il mérite et mérite d’être approfondi.

Note : 9/10

 

  • Broché : 720 pages
  • Editeur : Bragelonne (13 novembre 2019)
  • Collection : Fantasy
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 979-1028105044

51J6VKawbhL._SX307_BO1,204,203,200_.jpg

 

Celle qui n’avait pas peur de cthulu

Résumé :

Qu’est-ce qui est vert, pèse 120 000 tonnes, pue la vase, n’a pas vu le ciel bleu depuis quarante siècles et s’apprête à dévaster le monde ?
Ingrid n’en a aucune idée.

Et elle s’en fout.

Autant dire que lorsque des hurluberlus lui annoncent qu’elle est le Centre du pentacle et que la résurrection de Cthulhu est proche, ça la laisse de marbre.

Jusqu’à ce que les entités cosmiques frappent à sa porte…

Chronique : ouvrir un livre de Karim Berrouka c’est la promesse d’une histoire déjantée, aux personnages hauts en couleurs et à l’humour omniprésent. L’auteur s’attaque aux grands mythes de la littérature fantastique pour mieux les déconstruire et les désacraliser. Après les fées et les zombies il s’attaque au mythe lovecraftien dans un récit en demi-teinte.

Le premier problème vient du personnage d’Ingrid, présenté comme une jeune branleuse je m’en foutiste dans les premiers chapitres, elle fait cependant preuve d’une bienveillance et d’une curiosité envers le bestiaire lovecraftien qui arrange bien l’intrigue. Ainsi cette jeune héroïne prometteuse se révèle au final bien fade, elle aurait pu faire preuve d’une gouaille à toute épreuve pour faire face aux profonds et autres bestioles tentaculaires mais ses répliques, bien qu’empreint d’un air bravache, restent souvent un peu plates.

Le rythme pose également problème. Lintrigue démarre rapidement avec des airs de thriller mais s’embourbe vite dans une routine paresseuse qui a bien du mal à nous captiver. À défaut de s’approprier le mythe de Lovecraft Berrouka en propose une relecture multi-référencé mais un peu bancal.

Toutefois j’ai apprécié la réflexion sur les religions et le final explosif avec un doigt d’honneur final au mythe de cthulu mais je regrette que le potentiel de l’œuvre ne soit jamais exploité.

Note : 6/10

La maison de madame M de Clotilde Perrin | 17 octobre 2019

Un livre pop-up grand format pour une visite guidée qui fera frissonner les plus courageux !
​Clotilde Perrin nous offre avec ce nouvel album animé (plus de 25 flaps, des tirettes et d’autres surprises !) sa version de la maison hantée !

Achat du livre : https://amzn.to/2NDPG0J

Chronique : À tous les amateurs d’horreur ce livre est pour vous et vos enfants, fonctionne bien sûr son principe et nous entraine dans une quête sur l’angoisse.
Les images sont très bien travaillées et feront peut-être un peu peur au plus petit.
Les interactions sont aussi traites bien fait grâce à ses flaps à relever qui attirent toute notre attention et qui nous offrent des petites astuces pour faire peur. Lors des toutes premières lectures il y a un petit effet surpris qui nous est proposé mais on veut y retourner voir ce que l’on a pu rater. Super.

Note : 9/10

Extrait :

23

 

  • Album : 10 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 12 années
  • Editeur : Seuil jeunesse (17 octobre 2019)
  • Collection : Livres animés
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 979-1023512847

1