Winterwood – La forêt des âmes perdues – 21 octobre 2020 de Shea Ernshaw

Certains disent que les bois de Wicker Woods sont magiques. Hantés, mêmes.
Nora Walker, héritière d’une longue lignée de sorcière, sait à quoi s’en tenir : toutes les femmes de sa famille partagent un lien particulier avec la forêt. Et c’est ce lien qui met Oliver Huntsman sur sa route.

Achat : https://amzn.to/3oaOEJO

Chronique : Regardez cette couverture sombre et magnifique qui vous donne envie de vous perdre dans ces bois hantés a sa propre âme vivante pour punir les gens qui ne respectent pas son existence.

Il était une fois une fille qui retrouva un garçon perdu dans les bois. Elle touche son âme et le réchauffe, l’aidant à trouver ce qu’il cherchait et, entre-temps, elle découvre le but de sa vraie vie. Mais leur rencontre fera ressortir le danger, la malédiction et la mort dans leur vie !

Survivront-ils au danger et se protégeront-ils du papillon de nuit qui les suit comme un signe de « mort » partout ? Les pouvoirs hérités de Nora les aideront-ils à se sauver ?

Il y a un garçon mort dehors… Et un tueur se promène dans les bois. Le blizzard de la tempête menace leur vie. Ils sont piégés. Nulle part où aller… Tick, tick, thud…

Cette histoire est d’une beauté obsédante, d’un mystère enchanteur et d’une beauté surnaturelle. c’est un voyage magique qui vous fera croire à l’inexplicable et admirer l’inattendu. je pense que ce livre m’a jeté son propre sort parce que je ne peux honnêtement pas comprendre à quel point le lien entre Nora et Oliver est envoûtant.

Certains aspects de l’histoire m’ont semblé prévisibles, mais la prévisibilité vient du fait que j’ai eu l’impression d’avoir intelligemment saisi les subtiles allusions de l’auteur, et non pas parce que l’auteur était évident. et c’est certainement dû à l’écriture. l’écriture est exquise et si parfaite sur le plan de l’atmosphère. elle donne le ton et l’ambiance parfaits pour l’ensemble du livre.

Winterwood est un livre si magique, mais aussi un livre qui donne des frissons en lisant. J’ai été très surpris, voire choqué, par la tournure des événements à la fin du livre. Bien que ce livre ait eu quelques défauts comme la formulation répétitive, qui m’a un peu ennuyé et quelques trous d’intrigue évidents. J’ai vraiment apprécié ce livre, c’était une lecture merveilleuse.

Note : 9/10

Broché : 400 pages ISBN-10 : 2700275551 ISBN-13 : 978-2700275551 Dimensions du produit : 14.5 x 2.6 x 21 cm Niveau de lecture : 12 et plus Éditeur : Rageot Editeur (21 octobre 2020)

Les Fables de La Fontaine – 21 octobre 2020 de Quentin Blake (Dessins), Denis Podalydès (Lecteur)

Ce recueil inédit rend hommage au génie du fabuliste Jean de La Fontaine à l’occasion du 400e anniversaire de sa naissance. 50 fables illustrées par Quentin Blake et lues par Denis Podalydès, sociétaire de la Comédie-Française.

Achat : https://amzn.to/31vvVPA

Chronique : Les Fables de la FONTAINE sont souvent associée au monde de l’enfant. Qui n’a jamais appris, alors qu’il était tout petit, le Corbeau et le Renard, le Chêne et le Roseau ou encore le Lièvre et la Tortue ! Bien sur, ces fables contiennent une morale facile à comprendre pour des enfants ! De plus, ce sont des animaux le plus souvent qui campent les personnages principaux, mais la plupart du temps, le fond et la forme ne sont pas bien comprises.

Ses fables critiquent, dénoncent, mettent en garde, et se veulent avant tout moralisatrices. Ses personnages d’animaux sont les personnages célèbres du XVII qu’il dénonce sans les pointer du doigt, mais on comprend parfaitement où il veut en venir. Un exemple : le Lion est associé au Roi. La FONTAINE aime à critiquer le Roi et sa Cour, l’Eglise et les grands Seigneurs, il dénonce leurs abus et leur irrespect.

Les Fables, ce sont aussi des tonalités différentes où le comique est présent dans les 2/3 des poèmes. Mais il emploie également les tonalités dramatiques et tragiques. Ces 3 tonalités majeures sont exprimées grâce à cinq styles différents : le burlesque, le héroï-comique, le style simple et réaliste, le style épique et le style lyrique.

Dans son recueil, la FONTAINE prêche l’amitié, le bonheur. Il met en évidence les vices des humains en les transposant sur les animaux. Pour lui, l’homme est cruel, vaniteux, fou, brutal et c’est un voleur ! Il aimerait plus de douceur envers la nature et les animaux. Le pauvre, s’il voyait ce qui se passe en ce moment !! Il fait également référence à la bible dans son ouvrage et à la mythologie.

Bref, vous aurez compris que le sens donné aux fables n’est pas à la portée de tous les enfants. C’est vrai qu’elles sont jolies à apprendre et qu’elles apportent une bonne morale mais le fond de la pensée du fabuliste est tout autre que le récit de gentils petits animaux. Le sens est plus profond et mieux compris avec l’étude de son siècle.

Qui ne se rappelle pas des premiers vers du « Corbeau et le Renard » ou bien de la dernière phrase de « La Cigale et la Fourmi » que beaucoup d’entre nous ont dû probablement apprendre à l’école ? Les Fables de la Fontaine sont un des plus grands monuments de la littérature française et elles sont en effet bien loin d’être réservées uniquement aux enfants.

Quelques-une ont un peu vieilli et j’ai eu un peu de mal à comprendre certaines mais la plupart restent encore d’actualité, la nature humaine ne change pas vraiment à travers les siècles. Elles sont de plus très divertissantes et amusantes, c’est véritablement un réel plaisir de les lire et de les découvrir car l’œuvre de la Fontaine ne se limite pas aux quelques fables connues de tous bien au contraire.

Les leçons que nous donnent les fables de La Fontaine sont connues depuis toujours. La Fontaine lui-même n’a rien inventé, reprenant des récits largement connus à l’époque et les mettant en vers.

Dans ce recueil dessiné par Quentin Blake nous offre de superbes illustrations qui sont rugueuses et détaillées., on reconnait sont style et si amusant et distinctif et bonus le cd avec les fables dites par Denis Podalydès ajoute un grand plus à cette œuvre à ajouter à votre bibliothèque. Un vrai coup de cœur.

Note : 10/10

ISBN-13 : 979-1037502513 Dimensions du produit : 18.7 x 2.5 x 24.7 cm Éditeur : Les Arènes (21 octobre 2020) Niveau de lecture : 6 – 9 ans

Défense d’entrer! T01: Réservé aux gars – 5 avril 2017 de Caroline Héroux

Pour Lolo, 11 ans, écrire, c’est pour les filles (trop nul) comme sa demi-soeur Amélie, qui cache son journal intime sous son oreiller. LOOOOSER ! Sauf que, quand Lolo ne peut pas jouer avec ses amis parce qu’il est encore en « punitence » dans sa chambre, il ne trouve rien d’autre à faire que de raconter sa vie injuste dans son carnet (PAS UN JOURNAL !). Au cours de l’année scolaire, Lolo accumule les punitions, ce qui lui permet de consigner dans ce carnet les disputes, les coups pendables, les exploits, et même les choses qui ne se disent pas…

Achat : https://amzn.to/3o2ekIx

Chronique : À première vue, je n’étais pas certain de trouver que ce livre était bien plus qu’un livre loufoque pour enfants, une lecture rapide sans beaucoup de substance. Mais au fil de ma lecture, les personnages et l’histoire me charmaient. Caroline Héroux à un vrai dont dans l’écriture. « Défense d’entrer ! » c’est l’histoire de Charles-Olivier dit Lolo. Il nous raconte avec beaucoup d’humour et d’authenticité son année scolaire (celle du CM2 chez nous). Il nous parle de sa grande soeur Amélie dit Mémé (« elle déteste ça, c’est pour ça » qu’il « l’appelle comme ça ») avec qui il se dispute constamment, il y aussi son petit frère et sa petite soeur, Arthur et Lucie (Tutu et Lulu) que Lolo assimile à des sangsues mais des attachantes sangsues (des fois). Son père lui, lui tape sur les nerfs « solide » et sa mère est carrément poche (nulle) et en plus elle a des pouvoirs magiques (c’est une sorcière c’est sûr) « elle voit vraiment tout » et « elle entend tout ». Lolo nous raconte tout dans son carnet : ses déboires familiaux, ses conflits à l’école (notamment avec « Kevin + Con#1 + Con#2 + Con#3 »), ses activités avec ses amis et… et… Justine (« Longs cheveux bruns, assez grande, yeux clairs, regard profond, sourire, ouf… sourire à faire craquer n’importe qui. ») vous l’aurez compris il aimerait bien être son « chum » (petit copain). Caroline Héroux est un auteur qui connaît clairement son public et se lit très bien comme le flot de conscience d’un élève et de ses tracas jusqu’à ses désirs et finalement toutes ses mésaventures . Tout est très peu séquentiel, mais l’esprit d’un collégien l’est aussi. Les pensées de Lolo présentées dans ce livre sont facilement reconnaissables par les lecteurs d’âge moyen, qui sont capables d’imaginer leur grand héroïsme mais ils sont également capables de percevoir des peurs irrationnelles . De plus ce livre est drôle! Les situations dans lesquelles Lolo se trouve sont assez humoristiques par elles-mêmes, mais les illustrations renforcent l’hilarité de façon exponentielle, dans la mesure où les enfants (et les adultes) risquent de se mettre à rire aux éclats de dessins animés

Note : 9/10

Otage de la nuit – 24 septembre 2020 de J. A. White

Alex, 11 ans, a toujours aimé écrire des histoires d’épouvante – et en a honte. C’est pour les détruire qu’il sort de chez lui une nuit, et se retrouve attiré dans l’appartement voisin… où réside une sorcière. Pour ne pas mourir, une seule solution : la divertir en lui lisant ses histoires, nuit après nuit. Avec l’aide de Yasmine, une autre prisonnière, il lui faut trouver un moyen de s’échapper avant qu’il n’arrive au bout de son cahier…

Achat : https://amzn.to/2IKyWVF

Chronique : Ce serait cool de vivre dans un appartement qui a une bibliothèque magique avec des milliers et des milliers de livres ? Le rêve devient réalité, n’est-ce pas ? Faux ! Pas cet appartement et pas cette bibliothèque ! Un soir, Alex se faufile dehors pour détruire un livre de ses écrits qu’il aime tant, mais en chemin, il se fait piéger pour entrer dans un appartement de son immeuble, l’appartement d’une sorcière nommée Natacha. Il y a là un autre enfant, Yasmin, qui lui dit qu’il ne peut pas s’échapper de l’appartement enchanté et que son seul espoir de survie est de raconter des histoires effrayantes à Natacha. Il a toujours ses propres histoires d’horreur qu’il a écrites, mais elles sont trop pénibles à lire. Natacha l’installe dans sa bibliothèque magique et lui donne un crayon et du papier pour écrire d’autres histoires. Alex se laisse distraire en regardant tous les livres. Lorsqu’il est confronté à un avertissement d’un ancien enfant qui était là, Alex a maintenant l’espoir de s’échapper. Alex et Yasmin peuvent-ils trouver d’autres messages pour les aider à s’échapper de l’appartement ? Ou bien Alex va-t-il manquer d’histoires et de temps avant que Natacha ne le fasse disparaître ? Lisez cette histoire incroyablement effrayante sur les histoires d’horreur et l’amitié !

J’ai absolument adoré cette histoire ! Les enfants de ma bibliothèque sont toujours à la recherche d’histoires de plus en plus effrayantes. J’ai hâte de leur mettre celle-ci entre les mains. Qui n’aimerait pas un livre sur les sorcières, les chats magiques, les histoires effrayantes et l’amitié ! Ne manquez pas celle-ci !

Note : 9,5/10

D’ombre et de vengeance – Tome 2 – 8 octobre 2020 de Tomi Adeyemi

Zélie a ramené la magie à Orïsha, mais elle a aussi donné des pouvoirs puissants à ses ennemis. La guerre entre la monarchie, représentée par le prince Inan, et les rebelles maji, menés Zélie et son amie Amari, est sans pitié.

Achat : https://amzn.to/2TdkDut

Chronique :D’ombre et de vengeance est la suite captivante de De sang et de Rage. Je l’ai appréciée dans son ensemble, bien qu’elle ait souffert d’un peu du « syndrome du second livre ». L’histoire a atteint de nouveaux sommets et les conséquences de leurs actes étaient plus graves que jamais.

Après la conclusion bouleversante du livre précédent, Orïsha était dans un grand état de bouleversement. Bien que le rituel ait mal tourné, Zélie a atteint son objectif de rendre la magie aux mages mais elle l’a aussi réveillée accidentellement dans la noblesse. Elle finit par créer un nouveau type de manieur de magie appelé tîtans qui, contrairement aux mages, n’ont pas besoin d’incantations pour que leur magie s’écoule. Cela a ajouté une nouvelle dimension à l’histoire et a fait monter les enjeux encore plus haut qu’ils ne l’étaient déjà. L’ironie de l’histoire est qu’elle donnait à ses ennemis plus de pouvoir à utiliser contre son peuple et bien que la noblesse détestait les mages pour leur magie, la plupart d’entre eux se sentaient justifiés de l’utiliser eux-mêmes. Les mages et les titans repoussèrent les limites de leur magie au-delà de toute croyance, accomplissant des prouesses stupéfiantes et l’utilisant de manière créative. Bien que je ne pense pas que la façon dont ils utilisaient leur magie ait été très bien expliquée, c’était quand même passionnant à lire.

Dans de nombreux livres qui présentent le trope du « retour de la magie », il semble que ce soit une force pour le bien, mais dans celui-ci, le retour de la magie a rendu Orïsha plus divisée que jamais. Zélie et Amari voulaient tous deux réparer ce qu’ils avaient fait et unir les gens, mais ils ont fini par avoir des manières très différentes de s’y prendre.

Amari voulait prendre le trône et apporter la paix, mais sa mère était déterminée à se mettre en travers de son chemin (si vous pensiez que le père d’Amari était mauvais, attendez de rencontrer sa mère). C’était une tîtane puissante et elle voulait utiliser son pouvoir pour le bien. Elle a fini par rejoindre les mages avec Zélie mais ils étaient déterminés à faire d’elle une paria. Son besoin désespéré de prouver sa valeur et de mettre fin à la guerre, ainsi que les paroles de son père qui la hantaient encore, « Frappe Amari », lui ont fait prendre des décisions très discutables. Sa quête de la paix lui a fait penser que tout sacrifice en valait la peine et je pense qu’elle s’est un peu perdue dans ce livre.

Zélie a été détruite par tout ce qui lui était arrivé dans le livre précédent. Elle avait l’impression d’en avoir fait assez et elle voulait s’enfuir le plus loin possible de tout. Mais peu à peu, elle a trouvé sa lumière dans les autres mages et c’était agréable de la voir s’ouvrir à nouveau. Ma principale préoccupation était la dégradation de sa confiance en Amari. Leur amitié était l’une des parties que je préférais dans De sang et de Rage et, soudain, dans ce livre, ils semblaient se retourner l’un contre l’autre à chaque obstacle, ce qui était, à mon avis, extrêmement hors de leur caractère. Pourquoi ne pouvaient-ils pas simplement avoir une amitié saine et solide ?

Cependant, j’ai apprécié la camaraderie de Zelie avec ses élèves, surtout son second. J’ai également apprécié sa relation avec Roën, même si elle était un peu précipitée parce qu’ils vont bien ensemble. Pour la plus grande partie, je n’étais pas sûr de pouvoir faire confiance à Roën ou pas, mais je les expédiais à la fin. Je voulais vraiment que Tzain développe davantage son personnage parce qu’il était moins présent dans ce livre et c’était dommage. Cela aurait été bien d’en apprendre plus sur lui et de voir sa relation frère-soeur avec Zélie se développer davantage.

Je pense que les thèmes principaux de ce livre étaient les dangers de la haine. Les deux camps étaient aveuglés par leur haine mutuelle qui n’avait aucun sens, ni ne voyait que leurs actions alimentaient les flammes de la guerre sans y mettre fin. Leur haine engendrait encore plus de haine et les poussait à utiliser leur pouvoir pour détruire et non pour construire. La haine aveugle de Zelie envers Inan et envers elle-même pour avoir encore des sentiments pour lui l’empêcha de chercher la paix alors qu’il l’offrait vraiment. Bien que, pour être juste, je n’étais pas sûr qu’Inan se serait tenu à un quelconque accord de paix de toute façon. Il ne pouvait pas s’en tenir à ses propres décisions et croyances et je voulais juste qu’il se fasse une raison – il était plus ennuyeux que jamais.

Je pense que le point faible de ce roman était l’intrigue. J’avais l’impression qu’elle tournait en rond à certains moments et qu’elle ne progressait pas vraiment. Le rebondissement de l’intrigue à la fin était complètement inattendu. À l’époque, c’était passionnant et cela m’a beaucoup choqué. Mais à la réflexion, c’était un peu trop soudain, comme si on l’avait jeté là-dedans pour créer une intrigue suffisante pour un autre livre.

Dans l’ensemble, j’ai aimé D’ombre et de vengeance. Certaines parties étaient plus fortes que dans le premier livre, d’autres non et il n’a peut-être pas répondu à toutes mes attentes, mais c’était quand même une aventure fantastique agréable et diversifiée avec la construction d’un monde riche et je veux lire le dernier livre de la trilogie pour voir comment tout cela va se terminer.

Note : 9/10

Clara l’extraterrestre – À quoi servent les humains ?– 24 septembre 2020 de Martin PAGE (Auteur), Coline PIERRÉ (Auteur), Sandrine BONINI (Illustrations)

Clara l’extraterrestre est envoyée sur Terre pour étudier les humains avec son chat Zbloublou. Elle envoie régulièrement des rapports à sa planète, expliquant comment les Terriens se comportent. Mais elle a surtout beaucoup de questions. Pourquoi se baignent-ils dans un récipient ovale ? Combien de repas prennent-ils chaque jour ? Et en fait, à quoi servent-ils ?

Achat : https://amzn.to/37iUXF7

Chronique : L’histoire est très simple et très amusante.On sourit en se disant que les enfants ont vraiment beaucoup d’imagination. Cette dernière les pousse à surprotéger leur idée jusqu’au bout et le texte de Martin PAGE et Coline PIERRÉ n’a rien d’extraordinaire, mais la surprise reste entière jusqu’au bout le tout accompagné de superbe illustration de Sandrine BONINI
Les personnages sont vraiment attachants. Un texte drôle, richement illustré, avec le code couleur de la couverture, et plein de tendresse.

Note : 9/10

Vampyria, livre 1 : La Cour des Ténèbres – 15 octobre 2020 de Victor DIXEN

En l’an de grâce 1715, le Roy-Soleil s’est transmuté en vampyre pour devenir le Roy des Ténèbres. Depuis, il règne en despote absolu sur la Vampyria : une vaste coalition à jamais figée dans un âge sombre, rassemblant la France et ses royaumes vassaux. Un joug de fer est imposé au peuple, maintenu dans la terreur et littéralement saigné pour nourrir l’aristocratie vampyrique.

Achat : https://amzn.to/3j4qSeK

Chronique : Et si Louis XIV continuait à gouverner ? Le Roi Soleil devient le Roi des Ténèbres suite à une transmutation. Avec ce livre nous sommes immergés dans une atmosphère où la mélancolie qui nous touche immédiatement. On baigne dans quelque chose de presque lyrique, comme suspendu dans le temps et dans l’espace,  Un univers gothique dans sa plus noble définition, à la fois sombre, mais d’une richesse incomparable. La magie et les ténèbres en fait partie intégrante, nous faisant voir de la féerie dans tout ce qui nous entoure. Les paysages sont notamment d’un réalisme époustouflant, nous faisant littéralement rêver. Mais le côté obscur est tout aussi fascinant, nous faisant part d’un portrait vampirique tout à fait unique. Des vampires exceptionnels à mes yeux, différents de tous ceux que l’on a pu connaître. Deux styles de vampires se détachent, chacun d’eux ressentant une certaine nostalgie de leur condition humaine perdue, mais pendant que l’un voudrait mettre fin à cette vie, l’autre en profite cruellement.
Ce roman a tous les ingrédients pour plaire. Tout d’abord, le lieu choisi pour l’intrigue et les créatures fantastiques, parfait pour ajouter un peu plus de mystères avec des descriptions sont toutes bien détaillées et travaillées. un début de saga où Victor Dixien nous offre un récit puissant et touche le lecteur au plus profond de lui-même. Dixien nous mène dans les plus sombres recoins de l’âme humaine et de la folie à travers des personnages tous plus monstrueux les uns que les autres et mélanges les thèmes de l’amour et de la haine, la passion et la folie avec une efficacité surprenante et nous offre un diptyque sensationnel.
Une lecture dont nous ne ressortons pas indemne et dont la suite arrive en mai 2021

Note : 9,5/10

livres
livres
livres
livres
livres

Les Robots et l’intelligence artificielle – 3 septembre 2020 de Pierre-Yves OUDEYER (Auteur), Didier ROY (Auteur), Laurent Bazart (Illustrations)

Est-ce qu’un robot a un cerveau ? Y a-t-il de l’intelligence artificielle dans un robot ? Les robots peuvent-ils sauver des vies ? Qui a inventé le premier robot ? Peut-il être dangereux ? Comment vont évoluer les robots ?

Achat : https://amzn.to/316dGju

Chronique : Très bon condensé sur les robots et l’ IA, un ouvrage pédagogique permettant de le connaitre (ou mieux) cette technologie.
Il est constitué de 14 questions avec des réponses simples et claires.
De belles illustrations, des anecdotes, des encarts rendent ce documentaire ludique et très instructif.
De qualité, la couverture et les pages ajoutent un plaisir de lecture supplémentaire.
Le contenu est facilement assimilable et simplifié, ce qui permet de ne pas décourager les lecteurs.
C’est une excellente manière d’apprendre, de comprendre, de se cultiver.
Cette série est une valeur sûre que nous vous conseillons vivement de découvrir.
Un panel de thèmes et de personnages est proposé, c’est un excellent support pour enrichir ses connaissances et faire aimer l’avenir.

Note : 9/10

Opération Shark – Julia – Tome 2 – de Christelle Chatel et Vincent Roché | 17 septembre 2020

Depuis que les agents Gulliver ont réussi à contrer les plans de l’organisation Shark qui avait conçu un jeu vidéo pour décérébrer les adolescents du monde entier, le danger semble écarté. Même si Amos n’a toujours pas recouvré la mémoire et que son ordinateur a été piraté.

Achat : https://amzn.to/319GjfI

Chronique : Concernant l’histoire, elle est vraiment drôle et sympathique à suivre. Les deux personnages principaux sont des têtes brûlé qui se retrouvent dans des situations cocasses et se découvrent de véritables dons en matière d’espionnage. On va de rebondissements en rebondissements. Le récit est agrémenté d’illustrations pour ravir les plus jeunes. le tout à un prix plus qu’abordable, je vous le recommande vivement !

Note : 9/10

Témoins à abattre – 14 octobre 2020 de Olivier Gay

Alors qu’ils font du vélo en montagne, Yan et Pauline sont témoins d’un meurtre. Pris en chasse par les tueurs, ils parviennent de justesse à s’échapper. Les preuves qu’ils ont récoltées dans l’urgence sont inexploitables, et au poste de police, personne ne les croit. Bientôt, la traque reprend… Ils doivent fuir.

Achat :https://amzn.to/34WwCSX

Chronique : Voici un superbe livre des Éditions Rageot qui est un véritable coup de cœur, une histoire toute simple mais interactive dans cette course poursuite . Et chacun se pose la question de comment vont t’il y arriver et Yan et Pauline vont il arriver à s’enfuir, ce qui nous fait rentrer dans une surenchère d’action de la suspens de ce magnifique livre de Olivier Gay où la conclusion nous ouvre  sur une moralité bien faite à partager.

Note : 10/10