Dans ma ruelle, il y a… de Melanie Perreault et Julien Castanie | 31 décembre 2019

Il existe toutes sortes de ruelles, et chacune a sa personnalité. Celle imaginée par Mélanie Perreault et Julien Castanié est rocambolesque, pleine de surprises et abrite une foule d’habitants attachants. Explorez le côté jour où les enfants reviennent de l’école, puis le côté soir où petits et grands s’amusent lors d’une fête de quartier. Ce leporello permettra au lecteur de ressentir les joies citadines avec gaieté et nostalgie.

Chronique : Une frise  pour les enfants avec ce livre des éditions 400 coups au recto verso  qui est cartonné, très coloré, facile à manipuler. L’enfant va pouvoir créer sans fin ses propres histoires, développer son imaginaire et enrichir son vocabulaire avec une idée de base un livre ludique qui permet à l’enfant d’associer les éléments envers un autre. Superbe.

Note : 9,5/10

 

  • Tranche d’âges: 6 – 8 ans
  • Editeur : 400 Coups jeunesse
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2895407789

51+ANlHirQL._SX355_BO1,204,203,200_

 

Grandir avec Nathan/Des idées pour occuper (intelligemment !) vos enfants

Avec l’épidémie de Coronavirus et la décision de confinement, Nathan à réorganisé ses meilleures idées pour faire l’école à la maison, bricoler avec ce que l’on a sous la main, faire de la gym et se détendre en famille.
Le site sera mis à jour régulièrement avec de nouveaux contenus, comme des coloriages à imprimer, n’hésitez pas à y revenir et à le partager !

Vous trouverez :

–          Les meilleures idées pour faire l’école à la maison

–          Des activités manuelles à faire avec ce que vous avez sous la main

–          Des jeux simples à partager en famille

–          Des occupations à faire en toute autonomie… pour laisser travailler les parents

–          Des petits exercices de gym et des positions de yoga adaptés aux enfants pour se détendre

–          Comment s’organiser et bien vivre ensemble en famille

–          Et encore plus de surprises pour les enfants jusqu’à 10 ans.

Et bien évidemment, tout est gratuit et disponible pour tous.

http://www.grandiravecnathan.com/

image005

Et ta vie m’appartiendra (19 mars 2020) de Gaël Aymon

À la mort de sa grand-mère, Irina reçoit un étrange héritage : une peau, sorte de talisman censé exaucer tous ses désirs…

Achat : https://amzn.to/2WsDrbZ

Chronique : Gaël Aymon reprend le  roman De Balzac « La peau de chagrin » pour le modernisé et avec ce livre va poser différentes questions  : le bonheur réside-t-il dans la richesse, dans l’avoir ou ne va-t-il pas plutôt se nicher dans l’être ? Posséder, l’argent mais aussi l’autre, ou exister ? Est-ce que l’amour s’achète ?
On retrouve aussi la différence entre être et paraître, les biens terrestres et les biens spirituels, et Aymon nous pousse à réfléchir sur la nature et l’origine du bonheur tous en nous faisant réfléchir aussi sur la place de l’homme dans la nature, la nécessité d’une communion entre les deux, l’homme étant en interdépendance avec la nature.
J’aime l’écriture Aymon, même si parfois, il nous noie sous les détails. Elle est fluide, aérienne. On a l’impression de voir la scène sur un écran, justement grâce à ces détails. On a le son et l’image. On peut rêver.
le personnage de Irina est plus simple, elle n’est pas calculatrice, attendant exigeant tout des autres comme le fait Halima. L’une est naturelle parfois même nunuche par sa sincérité alors que l’autre est dans le virtuel, dans l’apparence, personnifiant ainsi ce que l’auteur veut faire passer comme message (l’être et le paraître, la réalité et le virtuel, le principe de réalité et le principe de plaisir .
Il décrit de belle manière, la superstition, l’obsession par une idée, une pensée qui l’envahit, un livre déroutant mais qui nous fait réfléchir.

Note : 9/10

 

  • Broché : 352 pages
  • Editeur : Nathan (19 mars 2020)
  • Collection : GRAND FORMAT DIVERS
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2092591452

CVT_Et-Ta-Vie-MAppartiendra_9591

 

Sueurs froides de Nadia Coste

Résumé : Des ricanements dans les conduits d’aération, des empreintes de mains ensanglantées, des objets qui changent de place… Les jeunes hockeyeurs en son persuadés : la patinoire de Greilles est hantée par le fantôme de Thomas Grimbert, mort sur la glace 30 ans plus tôt.
Moins superstitieux, plus concentrés, les patineurs artistiques décrochent la place très convoitée de l’ouverture au gala du club. La rivalité coutumière entre les athlètes s’accentue : coups bas, insultes, intimidations… Et lorsqu’un lycéen est retrouvé pendu dans les vestiaires, les accusations se multiplient. Suicide ? Règlement de compte ? Et si Thomas était de retour pour se venger ?

Chronique : Sueurs froides se révèle être un récit prenant impossible à lâcher. C’est un savant mélange entre fantastique, slasher et thriller le tout sur fond de compétition sportive qui exacerbe les tensions.

Le récit repose énormément sur les dialogues et ceux-ci sonnent juste. L’auteur est parvenu à retranscrire les états d’âme des adolescents sans verser dans le ridicule. La plupart des personnages nous sont présentés avec une psychologie solide et des caractères bien affirmés. Il n’y a que le personnage de Maureen qui, avec sa psychologie grossière, fait un peu tâche parmi ce groupe d’adolescents.

L’intrigue s’avère palpitante et, même si n’importe quel lecteur averti devinera rapidement les dessous du mystère entourant cette patinoire maudite, celle-ci réserve tout de même un petit retournement que personnellement je n’avais pas vu venir.

La thématique de l’homosexualité et de l’homophobie abordée de manière intelligente apporte un surcroît d’intérêt à l’ouvrage. Alors que l’histoire principale s’achève de manière douce-amère les parcours psychologiques de Hugo et Antoine est convaincant. En outre cela permet de mettre en avant l’épineux problème de l’homosexualité dans les milieux sportifs.

Un roman que tous les jeunes amateurs de mystères et d’enquêtes sanglantes pourront dévorer d’une traite.

Note : 7/10

Éditeur Gulf stream éditeur
Date de publication 19 mars 2020
Langue Français
Longueur du livre 304
ISBN-10 2354887817

Se taire ou mourir ? de Karen M. McManus | 9 mars 2020

La petite ville est connue pour avoir été le théâtre de deux meurtres inexpliqués en 20 ans, dont la tante des jumeaux. À Echo Ridge, chacun semble avoir ses secrets…

Chronique : L’histoire est très dense, l’intrigue est là, les personnages sont aussi nuancés que vous le souhaitez dans un thriller, et vous continuez à deviner jusqu’à la fin.

Ellery et son frère Ezra retournent dans la ville natale de Sadie (leur mère), un endroit qu’elle avait hâte de quitter. En partie à cause de son sentiment d’être piégée, mais aussi à cause des souvenirs de sa soeur qui a été enlevée et n’a jamais été retrouvée. Des années plus tard, la fille de la baby-sitter préférée de Sadie est également retrouvée assassinée, et la ville acquiert une sombre et sordide réputation

Le dicton dit que « deux personnes peuvent garder un secret si l’une d’entre elles est morte », mais il n’est pas mentionné que les secrets aiment être partagés. c’est dans leur nature même et Karen Mcmanus le comprend parfaitement. ce livre est plein de secrets qui meurent d’envie d’en sortir !

Et même si je ne pensais pas que ce livre était aussi bon que « l’un de nous ment », il ne ressemble pas du tout à un roman de deuxième année. il est rapide, intelligent et carrément mystérieux. en fait, je n’ai pas trouvé cela prévisible, ce qui est le cas de la plupart des thrillers de YA, donc c’était passionnant pour moi. j’ai apprécié la façon dont mon opinion de tout et de tous changeait constamment au fil de l’histoire, et je pense que c’est un signe de bonne narration.

Par exemple, un chapitre se termine en plein milieu d’une scène/situation. Le lecteur est ensuite informé de la suite de l’histoire par de petits flashbacks introspectifs grâce à un personnage principal du chapitre suivant, qui commence à la moitié de la journée suivant la scène/situation.

C’est divertissant, discret, et tout ce que j’attends . Si vous avez apprécié « l’un de nous ment », alors vous devez vraiment lire ça.

Note : 9,5/10

 

  • Broché : 400 pages
  • Editeur : Nathan (9 mars 2020)
  • Collection : GRAND FORMAT DIVERS
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2092590448

 

Wilder Girls de Rory POWER| 13 février 2020

Voilà bientôt dix-huit mois qu’un mal inconnu, la Tox, a frappé l’île Raxter. Dix-huit mois que le pensionnat pour jeunes filles qui en occupe la pointe a été mis sous quarantaine.

Chronique : Je ne sais même pas par où commencer quand il s’agit d’évaluer Wilder Girls.
C’était gore, détaillé et ce n’est certainement pas pour les lecteurs à l’estomac fragile, mais en même temps c’était brillant !

J’ai presque tout aimé dans ce roman, des personnages principaux aux personnages secondaires, de l’intrigue au mystère, mais ce que j’ai le plus aimé, c’est l’atmosphère effrayante qui semblait si réelle.

Le style d’écriture est excellent et je n’arrive toujours pas à croire que c’est le premier roman de Power. Je veux maintenant lire tout ce qu’elle écrira à l’avenir, c’est dire à quel point sa voix m’impressionne.

Ce livre est écrit à la première personne, selon deux perspectives : celle d’Hetty et celle de Byatt. J’ai adoré la façon dont leurs voix sont si différentes, que même s’il n’y avait pas de note sur le changement de perspective, les lecteurs s’en rendraient compte en un rien de temps.
De plus, quand l’une des filles a été droguée, cela s’est vu dans sa voix, et j’apprécie tellement ces petites choses (importantes) !

Comme je l’ai déjà dit, ce livre n’est pas pour tout le monde. Les amateurs de scènes gores vont l’adorer, mais les plus sensibles voudront probablement fermer les yeux sur certaines scènes (mais comment fermer les yeux en lisant, voilà la question !). C’était divertissant mais aussi si mystérieux qu’il me suffisait de savoir « ce qui va arriver » à nos filles et ce qui se cache derrière cette Tox qui leur a causé tous les ennuis.

J’ai adoré la façon dont tout dans ce roman était étayé par la logique et la science, et comment (à la fin) ce n’était pas trop éloigné de notre vraie vie.

La seule chose que je changerais, c’est d’ajouter un épilogue. Vous voyez, Wilder Girls à une fin ouverte, et d’habitude, elles ne me dérangent pas (en fait, je les aime beaucoup) mais cette fois-ci, je serais plus heureux si nous découvrions quel est le destin de nos personnages après le point où l’histoire s’est terminée.
La seule (sorte d’) explication qui me vient à l’esprit est que même si cela était prévu pour être une histoire indépendante, peut-être que l’éditeur a donné une chance à l’écrivain ; si les ventes étaient bonnes, elle pourrait écrire la suite (que je serai heureux de lire un jour).

Une dernière chose que je dois mentionner : ce livre est celui qui représente la communauté LGBTQ, mais en même temps ce n’est pas une histoire d’amour et il n’y a pas de romance. Il y a une certaine alchimie mais c’est tout ce qu’on obtient (ce qui est réaliste car ce sont ces conditions de vie que je suppose que l’amour et le sexe viennent en dernier lieu à l’esprit).

Note : 9,5/10

 

  • Broché : 450 pages
  • Editeur : R-jeunes adultes (13 février 2020)
  • Collection : R
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2221246780

 

La Divine de Gwladys Constant | 16 janvier 2020

L’itinéraire d’une adolescente passionnée, qui dépassera le stade de groupie pour accéder à celui de muse, avant d’ouvrir ses propres ailes.

Chronique : D’une écriture vive l’auteur nous emporte dans cette histoire les ados peuvent s’identifier à Lison. Gwladys Constant sait penser ado et analyser les travers de notre société où l’on a vite fait de juger et de moquer…Il n’est pas nouveau que les auteurs d’aujourd’hui écrivent sur l’ornière de la vie quotidienne. Gwladys Constant cependant, décrit le monde de son personnage à sa manière. Elle garde le lecteur avec elle en donnant plus d’informations sur son passé  Cette information ne vient pas seulement des souvenirs mais Gwladys Constant est un auteur créatif qui étonnera le lecteur jusqu’à la fin de son roman. De plus, le style ludique de Gwladys Constant est un atout majeur du roman et la raison pour laquelle le roman reste fascinant jusqu’à la fin.

Note : 9,5/10

 

  • Broché : 140 pages
  • Editeur : Alice (16 janvier 2020)
  • Collection : Le chapelier fou
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2874264148