Lilou la licorne : Qui suis-je ? – 9 septembre 2021 de LILOU MACÉ (Auteur), Marie-Rose BOISSON (Illustrations)

Lilou est une petite licorne gracieuse et pleine d’énergie, mais elle se sent différente des autres animaux. Elle ne sait pas qui elle est, ni pourquoi elle est venue sur Terre. Et si une merveilleuse rencontre pouvait l’aider à découvrir qui elle est vraiment ?

Achat : https://amzn.to/3tEwJi1

Chronique : Illustrations : J’ai beaucoup apprécié les couleurs vives utilisées dans ce livre ; la palette est un mélange saisissant de violets, de verts et de bleus. Les lignes étaient également douces et courbes, ce qui a permis à l’histoire de progresser sans inquiétude avec des lignes courbes et les rimes ludiques rappellent au lecteur que tout s’arrangera à la fin.

Les mots : Cette histoire nous parle du changement, de la diversité et parvient à en faire une histoire avec un texte qui est comme une douce ritournelle, où le lecteur peut compléter le refrain qui s’allonge à chaque double page Lilou Macé y ajoute une douceur et une vraie force dans le texte qu’on est bercé par l’histoire.

Ce livre ne m’a pas déçu. LILOU MACÉ &Marie-Rose BOISSON abordent avec brio des sujets importants dans ce livre et, avec les illustrations expressives et adorables, c’est un livre formidable, écrit avec un texte rythmé et optimiste, qui se lit à voix haute et qui est également une lecture importante sur les angoisses et le bien-être mental des jeunes.

Note : 9,5/10

Éditeur ‏ : ‎ Grund (9 septembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Relié ‏ : ‎ 32 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2324028867 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2324028861

Le second souffle – 25 août 2021 de Gilles Marchand et Jennifer Murzeau

Ulysse, 16 ans, vit avec d’autres sous la coupole protectrice du Centre, dont il n’est jamais sorti. Dehors règne la Bête. L’extérieur est hostile, empoisonné. Les enfants gravement asthmatiques, à la santé précaire, sont encadrés par des médecins.

Achat : https://amzn.to/2X5qurf

Chronique: Gilles Marchand et Jennifer Murzeau ont écrit ce que je pense être l’un des romans de fiction de cette rentrée le plus fort dans l’émotion. Dans Le second souffle Ulysse et Ava.
Ulysse vit dans un centre, dans un monde qui pourrait être le notre dans quelques années. Il est asthmatique, éduqué un minimum, il subit de nombreux examens de santé au fil des années. Il n’a pas le droit de sortir du centre car l’air extérieur est vicié, une bête rode… Il a deux amis, et il s’est fait la promesse qu’un jour il partirait du centre avec eux.

Parlant ouvertement et franchement des problèmes de santé , de l’adolescence , de l’amitié et de la famille. Ce livre, cependant, intègre si bien deux intrigues. C’est un livre jumeau de tant de façons un peu abominables. De toute façon les parcelles sont construites ensemble clairement. Le lecteur sent l’accumulation qui a besoin d’une libération. Une telle journée pour tous les personnages! On est sur le point de pleurer tant de fois à cause d’émotions intenses dans l’histoire d’Ulysse, mais l’autre moitié nous touche aussi. Ce livre traitait du désordre que la vie peut être, de la valeur de soi, de l’amour, de la religion, de l’amitié, du concept de famille, des esprits et bien plus encore, un livre dur mais sublime. Ce qui étonne également, c’est la violence de l’histoire, alors qu’elle est destinée à des adolescents. Les protagonistes ont beaux être des ados rien ne leur est épargné de la cruauté et de la barbarie . L’intrigue ne cesse de monter en puissance, enchaînant les révélations et les rebondissements à un rythme effréné. Impossible pour le lecteur de rester de marbre, tant les personnages sont crédibles et attachants . L’écriture est simple, épurée et les pages se tournent sans difficulté. Ces glissements furtifs dans l’étrange n’enlèvent rien à une réflexion juste sur le difficile passage à l’âge adulte.

Note : 9,5/10

Éditeur ‏ : ‎ Rageot Editeur (25 août 2021) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 304 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 270027671X ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2700276718

Un sort si noir et éternel – 8 septembre 2021 de Brigid Kemmerer

Un soir, dans les rues de Washington, Harper, 17 ans, est témoin d’une tentative d’enlèvement. Faisant fi du danger, la jeune femme, partiellement handicapée, s’interpose. Mais le kidnappeur lâche sa première proie et, après avoir maîtrisé Harper, l’emmène avec lui…

Achat : https://amzn.to/2VqlvRh

Chronique : L’une des principales difficultés de la fantasy YA est le rythme. Soit on nous donne beaucoup trop de détails (lenteur, déversement d’informations), soit on nous laisse avec un monde vague construit sur de petits détails qui nous entraîne à un rythme effréné (toute l’action, sans pauses). A Curse So Dark and Lonely a été une bouffée d’air frais. Il n’a pas semblé précipité, ni prolongé, ni sous-développé. Au risque de ressembler à un autre conte populaire, c’était juste ce qu’il fallait.

Suivre Harper, une jeune fille atteinte de paralysie cérébrale et dont l’histoire est intrigante, et Rhen, le prince/la bête, c’était chouette. Cela aurait été une chose de suivre Harper du début à la fin – elle est amusante, je ne l’ai pas trouvée irritante ou trop clichée – mais l’introduction d’un second point de vue en la personne de Rhen a vraiment aidé ce livre à se démarquer. Les parties de Rhen étaient instructives, étonnamment drôles d’une manière morbide (les façons dont il a essayé de contourner la malédiction en mourant de manière inventive sont hilarantes), et un contrepoids agréable à la prémisse limite stéréotypée de Harper. Kemmerer a dû travailler avec le concept de « Une fille est transportée de notre monde à l’autre », et donc les quelques tropes qui devaient exister pour rendre cette intrigue viable étaient présents. Le conflit lié à la vie qu’elle a laissée derrière elle, son désarroi face à la situation, ses émotions, etc. Kemmerer fait un travail fantastique pour garder cette histoire divertissante malgré le concept fatigué, mais je dois admettre que j’ai été ravie d’avoir le point de vue de Rhen interrompant occasionnellement celui d’Harper, car cela a) a permis à l’intrigue d’avancer et b) a donné au livre un sentiment de fraîcheur et de nouveauté au sein des tropes du genre.

Autres points positifs : Grey (le commandant de la garde de Rhen et le précieux petit pain à la cannelle), les interactions saines entre Harper et les habitants du royaume d’Emberfall, la représentation de la paralysie cérébrale (et les interactions A+ des personnages qui l’entourent), la croissance de Rhen, l’implication surprenante des tactiques militaires et des intrigues de la cour, l’allusion à un triangle romantique SANS que cela ne devienne un triangle amoureux, et l’humour.

Lecture recommandée pour ceux qui aiment la fantasy YA avec un peu de tout et qui n’ont pas peur de revisiter des tropes communs, des personnages bien développés et un peu d’humour avec leur fantasy.

De plus, Grey est mon précieux et je le veux en toutes choses. Il faut espérer que le travail préparatoire de cette première série mène à la fin heureuse que je souhaite pour Grey, car OUI, cela rendrait cette histoire tellement meilleure.

La chose la plus importante que cette histoire réussit à faire est que son récit et ses conflits aient un sens. Cela semble tellement évident, mais le plus souvent, beaucoup de livres de fantasy ne sont pas à la hauteur à cet égard. Ce faux pas affecte tout, rendant difficile la compréhension des personnages et de leurs actions ultérieures. Ici, tout se tient. Par conséquent, tous les choix difficiles qui suivent sont authentiques et crédibles.

J’ai aussi particulièrement apprécié l’histoire d’amour. Beaucoup de romans jeunesse se précipitent sur cette partie, la rendant superficielle et instantanée. Mais cette histoire prend vraiment son temps. Les deux personnages principaux sont tous deux prudents, ayant été blessés et déçus de nombreuses fois auparavant. C’est une satisfaction et une joie de voir leur partenariat se développer lentement, avant de se transformer en quelque chose de plus.

Ce que j’aime le plus dans la lecture, c’est qu’on ne sait jamais comment un livre peut nous surprendre. En lisant ce livre, je savais qu’il serait amusant et excitant, voire un peu romantique. Mais il s’est avéré être bien plus que cela. Quelque chose dans cette histoire magique m’a vraiment parlé et a illuminé ma journée au moment précis où j’en avais le plus besoin.

Note : 9,5/10

Éditeur ‏ : ‎ Rageot Editeur (8 septembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 704 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2700276442 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2700276442

The last one to die – 16 septembre 2021 de Cynthia MURPHY

Elle pensait vivre le meilleur été de sa vie… ce sera peut-être le dernier.

Niamh, 17 ans, a travaillé comme une dingue pour pouvoir se payer des cours d’été dans la plus grande école d’art dramatique de Londres. Elle s’imagine découvrir une ville accueillante mais se heurte à une ambiance glaçante : de nombreuses jeunes filles, dont ses nouvelles amies, se font violemment agresser. Toutes ont le même profil, celui de Niamh… qui va se retrouver au coeur
du plus effrayant des films d’horreur !

Achat : https://amzn.to/3BU70Vr

Chronique : Niamh se rend d’Irlande à Londres pour suivre des cours de théâtre. Elle espère y apprendre de nouvelles techniques de jeu et se faire de nouveaux amis. À son arrivée, elle se lie d’amitié avec Sara et change de dortoir avec elle, mais peu après, Niamh découvre que Sara a été sauvagement assassinée dans sa chambre. Ce qui suit est une série d’attaques sinistres sur des jeunes femmes. Le fait que les victimes aient toutes un lien avec Niamh et lui ressemblent étrangement rend la situation encore plus inquiétante.

Pour se distraire, elle se consacre entièrement à son stage dans un vieux musée victorien. Le passé meurtrier et surnaturel du musée joue un rôle important pour Niamh, de même que le rôle de Jane (qui était une personne réelle), ce qui la met mal à l’aise car elle présente également une ressemblance frappante avec Niamh. Lorsqu’elle se lie d’amitié avec le mystérieux et magnifique collègue Tommy, ils s’entendent bien et la possibilité d’une romance semble être la distraction bienvenue dont elle a besoin. Les sombres secrets de Tommy l’amèneront-ils à être blessée de plus d’une manière, y a-t-il un lien surnaturel entre le tueur en série du passé et celui du présent, et le meurtrier frappera-t-il à nouveau et fera-t-il de Niamh sa prochaine victime ?

Ce livre est vraiment superbe car c’est une histoire captivante et pleine de suspense qui m’a accrochée dès le premier chapitre. J’ai aimé la disposition des chapitres qui sont relativement courts, ce qui a permis de garder le rythme et d’augmenter la tension de l’intrigue. La combinaison d’une histoire criminelle moderne, d’un tueur en série victorien et d’un contexte historique a ajouté des dimensions différentes au récit. Niamh est indépendante, forte et va au bout de ses rêves, ce qui fait d’elle un point central intéressant de l’histoire. J’ai été ravie que Niamh soit originaire d’Irlande et qu’elle ait des traits de caractère, un argot et un passé irlandais. J’ai trouvé que cela contribuait à étoffer le personnage et à donner de la profondeur à sa personnalité. Le seul inconvénient est que certains moments de danger pour Niamh semblaient se résoudre trop facilement, mais dans l’ensemble, c’est un thriller bien exécuté avec une touche de surnaturel.

Les personnages avec lesquels Niamh interagit sont tous chaleureux et, à la fin du livre, j’avais personnellement l’impression qu’ils étaient mes amis. Je leur ai fait confiance, je les ai aimés, je les ai adorés, mais aurais-je dû leur faire confiance à tous ?

De la vibrante couverture de Jamie Gregory à la toute dernière page, Le dernier à mourir est d’une qualité époustouflante ! Le récit est si complet que vous tirerez plus de profit de la lecture de ce livre que de la recherche de votre chemin dans Londres sur Google Map ! Cela renforce l’atmosphère, cruciale pour ce livre, où le folklore anglais se fraye un chemin à travers les pages !

Si vous aimez les livres captivants avec un protagoniste plein d’esprit et de force d’âme, remplis de suspense, de cliffhangers en fin de chapitre et d’un tueur rôdant sur les pages et causant plus que de simples coupures de papier, alors ce livre est fait pour vous ! La fin m’a touché à la jugulaire ! Je ne m’attendais pas à ce que le livre se termine comme il l’a fait, wow !

Note : 9/10

Éditeur ‏ : ‎ Slalom (16 septembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 272 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2375543017 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2375543016

Timoté apprend l’anglais – 26 août 2021 de Emmanuelle MASSONAUD (Auteur), Mélanie COMBES (Illustrations)

Timoté est un petit lapin qui, au fil des albums, partage sa vie avec ses copains et sa famille.
Aujourd’hui, la classe de Timoté accueille Andrew, le professeur d’anglais. Comment dit-on  » Bonjour  » en anglais ? La classe apprend ses premiers mots (couleurs, animaux…) et ses premières phrases :  » I like chicken  » ;  » The tee-shirt is blue « , mais aussi des chansons :  » Head, shoulders, knees and toes  » ou encore  » If you are happy, clap your hands « .
Une première initiation à l’anglais avec des QR codes pour répéter !

Achat : https://amzn.to/38SG7Vw

Chronique : Un Timoté est toujours une une jolie histoire à raconté au enfants. Les couleurs du livre sont à la fois vives et douces et animent des dessins tendres et ronds. Il y a des détails charmants dans les illustrations. le jeune lecteur est invité à chercher des petites choses dans la page, à faire marcher son imagination et son observation. Il y a aussi un jeu à la fin de l’album. L’album est adorable, Timoté et sa famille sont si mignons !

Note : 9/10

Éditeur ‏ : ‎ Grund; Illustrated édition (26 août 2021) Langue ‏ : ‎ Français Relié ‏ : ‎ 32 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2324027720 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2324027727

Timoté aime la planète – 26 août 2021 de Emmanuelle MASSONAUD (Auteur), Mélanie COMBES (Illustrations)

Timoté est un petit lapin qui, au fil des albums, partage sa vie avec ses copains et sa famille.
Avec sa classe, à l’occasion d’une visite à la Fondation GoodPlanet, Timoté découvre la nature pour mieux la protéger. À quoi servent les abeilles et les insectes ? Pourquoi faut-il manger les légumes et fruits qui poussent à côté des chez nous plutôt que de les faire venir du bout du monde ? Comment trier ses déchets ?

Achat : https://amzn.to/3E0PyR6

Chronique :Un livre de Timoté est toujours une une jolie histoire à raconté au enfants. Les couleurs du livre sont à la fois vives et douces et animent des dessins tendres et ronds. Il y a des détails charmants dans les illustrations. le jeune lecteur est invité à chercher des petites choses dans la page, à faire marcher son imagination et son observation.

Note : 9/10

Éditeur ‏ : ‎ Grund; Illustrated édition (26 août 2021) Langue ‏ : ‎ Français Relié ‏ : ‎ 32 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2324027739 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2324027734

L’Arbre qui ne voulait pas perdre ses feuilles – 12 août 2021 de Paul IVOIRE (Auteur), Anna GRIOT (Illustrations)

Alors qu’elle lit un album sur les animaux de la forêt, Capucine voit un arbre pousser au milieu d’une page. Intriguée, elle le touche… et bascule à l’intérieur du livre ! Elle rencontre ainsi l’écureuil Éclair, qui a besoin de son aide pour résoudre un mystère : tous les arbres ont commencé à perdre leurs feuilles, sauf un, encore tout vert en plein automne !

Achat : https://amzn.to/2VmaQah

Chronique : Ce livre est une œuvre d’art et d’émerveillement. Magnifique et amusant ! Sentiments, couleurs, mots, arbre! Tellement d’arbres. Regardez cette couverture ! Les lecteurs de tous âges parcourent les pages encore et encore pour voir les arbres grandir, rétrécir et changer. Un Livre sur les partages sont exposés sur la page avec des mots et de grandes images ludiques où tout est défini et décrit de manière à ce que les lecteurs puissent s’identifier et comprendre. Nos humeurs et nos sentiments peuvent changer d’un moment à l’autre. Ce beau livre montre que de plus d’une façon.

Note : 9,5/10

Éditeur ‏ : ‎ Poulpe Fictions; Illustrated édition (12 août 2021) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 48 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2377421598 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2377421596

Lucie et sa licorne Tome 8 : Le théâtre des licornes – 19 août 2021 de Dana SIMPSON

Au Camp Thespis, Lucie et ses amis ont du pain sur la planche : il faut écrire, produire et jouer dans leur pièce de théâtre, 100% originale ! Lucie espère passer du temps avec sa meilleure mais surprise : Rosemarie a invité sa soeur, Florence d’Infortuné Museau. Pendant ces vacances, Lucie et sa licorne vont encore vivre des aventures étonnantes, découvrir de nouvelles passions et se faire de nouveaux amis !

Achat : https://amzn.to/3l2r3tX

Chronique :Voltina est de retour ! !! Je l’ai adorée lorsqu’elle a été présentée dans Phoebe et sa licorne dans la tempête magique parce qu’elle est un dragon et, plus important encore, mon nerd préféré, Max, a enfin son propre ami/créature magique.

C’est le deuxième roman graphique de Phoebe et Marigold et cette fois, elles partent en colonie de vacances. J’ai été heureuse qu’elles ne se retrouvent pas à nouveau dans un camp de musique, car c’est là qu’elles sont toujours allées. Cette fois, ils vont dans un camp de théâtre et la sœur de Marigold, Florence, vient aussi. Il est intéressant de noter que les narines de Florence ne sont pas aussi malheureuses qu’elles l’étaient auparavant.

Phoebe est d’abord jalouse du temps que les deux sœurs licornes passent ensemble. Heureusement, Sue et Max sont également là, ainsi que Ringo le monstre du lac et Voltina ! Max est adorablement maladroit et ringard.Et chaque fois que Sue dit quelque chose de bizarre, je me rappelle pourquoi je veux qu’elle soit la vedette de son propre roman graphique.

Le transport de la licorne est aussi merveilleux que je l’avais espéré. Avec des drames sur et en dehors de la scène et quelques commentaires sur les amitiés et les sœurs, c’est très amusant et un bon retour au format du roman graphique. Je croise les doigts pour que Voltina fasse son chemin dans les collections ainsi que dans les romans graphiques.

Note : 9,5/10

ASIN ‏ : ‎ B0949BC57G Éditeur ‏ : ‎ 404 Editions; Illustrated édition (19 août 2021) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 160 pages ISBN-13 ‏ : ‎ 979-1032403730

Mes vies à l’envers de Maxime Fontaine, une aventure sans dessus-dessous

Voilà un récit jeunesse qui a compris le sens du mot aventure.

Cela fait presque deux semaines que j’ai fini le roman de Maxime Fontaine mais la photo me posait un gros souci. En effet difficile de prendre une belle photo lorsqu’on a lu l’ouvrage sur une liseuse en noir et blanc. Mon escapade dans le pays béarnais était l’occasion rêvée pour rendre hommage à ce savoureux roman d’aventures fantastique.

Si parmis vous se trouvent des parents qui veulent initier leur adolescents fâchés avec la lecture ce roman me paraît idéal. Ils pourront y suivre les déboires de ce pauvre Yohann dans un voyage inattendu qui va l’amener des tranchés de la Première Guerre mondiale jusqu’au Japon féodal en passant par la ville de Lisbonne du 18ème siècle. L’aventure commence immédiatement, le rythme est effréné et, chose de plus plus en rare, on a un personnage d’adolescents bien écrit, au caractère sensé et plein de ressources.

Et de la ressource il en aura bien besoin pour faire face au danger qui l’attend. L’attrait du récit repose sur ce jeune personnage positif et altruiste. Le rythme est parfaitement dosé entre action et passage plus posé, mention spéciale à la période où Yohann suit l’entraînement du charismatique Edmundo, le médecin royal exilé, bretteur à ses heures perdues.

L’ouvrage s’inscrit bien sûr dans le cadre du récit initiatique. S’il apparaît tout d’abord naturellement désemparé, Yohann va petit à petit développé ses capacités, son regard va s’affûter et son esprit s’ouvrir à toutes les époques qu’il va traverser. En tant que lecteur voir grandir et mûrir ce jeune homme sous nos yeux est un plaisir de lecture immense. L’attachement entre Yohann et le lecteur est une condition indispensable pour apprécier la lecture.

Un excellente lecture pour tous les jeunes qui cherchent à se réconcilier avec la lecture. Le seul passage qui m’ait fait tiquer c’est lorsque le grand ennemi de l’intrigue se dévoile, la phase explicative m’à paru trop longue et vient briser un rythme soutenu jusqu’alors mais il s’agit d’un défaut somme toute mineur et subjectif, d’autres pourront être soulagés avoir enfin toutes les réponses être dévoilées.

Résumé : Rentrant chez lui, Yohann Massart, jeune lycéen, se fait assassiner par trois personnes masquées. Parmi elles, il reconnaît sa petite amie. Mais au lieu de mourir, son esprit remonte le temps, pour atterrir dans le corps d’un simple soldat de la Première Guerre mondiale. Complètement déboussolé, Yohann déserte son bataillon pour traverser la France d’Est en Ouest, et rejoindre son village natal. La tête emplie de questions, il souhaite comprendre le pourquoi de ce voyage à l’aube du xxe siècle. Mais sur son chemin se dresse un nouveau trio d’assassins qui n’ont qu’un but : le faire disparaître.

  • Éditeur ‏ : ‎ Gulf stream éditeur (3 mai 2018)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 352 pages
  • ISBN-10 ‏ : ‎ 2354886128
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2354886127
  • Âge de lecture ‏ : ‎ 13 – 18 années
  • Poids de l’article ‏ : ‎ 500 g
  • Dimensions ‏ : ‎ 14 x 2.3 x 22 cm

La nuit des requins – 28 avril 2021 de Jean-Christophe Tixier

Une maison de famille isolée sur une île. Un soir, deux braqueurs font irruption et exigent un million d’euros du beau-père de Léo. S’il refuse, ils emmèneront Camille. Léo est le seul espoir de la famille : il doit s’enfuir et prévenir les secours pour sauver sa petite sœur. 

Achat : https://amzn.to/3fGsEo6

Chronique : Un livre de course-poursuite qui fonctionne et ce lit d’une traite avec son atmosphère si particulière. L’écriture s’adapte bien au récit et il se passe des aventures dans chaque chapitre ce qui nous fait face au destin du héros: Léo, auquel on s’attache rapidement et de nous représente un thriller en huis clos et sans temps mort tel un film d’action. Bien dosée et joliment écrit un très livre à lire.

Note : 9,5/10

Éditeur : Rageot Editeur; Illustrated édition (28 avril 2021) Langue : Français Poche : 128 pages ISBN-10 : 2700255291 ISBN-13 : 978-2700255294