Vaste comme la nuit de Éléna PIACENTINI | 22 août 2019

La capitaine Mathilde Sénéchal n’aurait jamais imaginé retourner sur les lieux de son enfance, un petit village non loin de Dieppe. Mais quand Lazaret, son ancien chef de groupe, lui fait parvenir une lettre sibylline, elle comprend qu’elle va devoir rouvrir une enquête vieille de trente ans. Qu’elle le veuille ou non, le passé ne meurt jamais. Il a même des odeurs, ces odeurs qu’elle sait identifier comme personne et qui sont aussi son talon d’Achille. Il est temps pour elle de sonder sa mémoire défaillante et d’affronter la vérité.

Chronique : De chapitre en chapitre, Élena PIACENTINI a choisi de nous emmener dans des endroits différents introduisant tour à tour de nouveaux personnages. La plume est élégante, parfois pleine de poésie, belle à vous élever l’âme! Et ce style sert parfaitement l’intrigue policière. La mise en place des personnages, leur profondeur psychologique, leurs failles donne envié de les retrouver dans une nouvelle enquête pour en savoir plus sur eux, notamment sur le passé de Mathilde, voir évoluer les interactions entre les membres de l’équipe. Une écriture subtile qui crée une atmosphère et donne corps aux personnages. L’auteur nous livre ce récit, vif et extrêmement bien écrit dans une intrigue très bien ficelée, les rebondissements et le suspens sont permanents et je dois dire que je ne m’attendais pas du tout à ce final, parfaitement inattendu.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 312 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (22 août 2019)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2265144118

51IudzOhTIL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

 

Le Gène Atlantis de A.G. Riddle / 14 aout 2019

En Antarctique, des chercheurs ont mis au jour, enfouie dans la glace, une mystérieuse structure vieille de plusieurs milliers d’années. À l’intérieur, l’équipe fait une découverte qui va radicalement changer l’histoire de l’homme – mais qui pourrait également déclencher son extinction…

Chronique : Le gène de l’Atlantide m’a attiré depuis le début. Ce livre est extrêmement rapide, presque comme un film. Superbe scénario et personnages. J’ai particulièrement aimé le développement du caractère de Kate et David. Je pense que le livre fait un bon travail de révélation de l’histoire sans trop le faire. Beaucoup de livres que je lis s’enlisent dans les détails et je perds intérêt mais pas ce livre.

Je me suis surpris à chercher des détails dans le livre et j’ai trouvé que le site Web de l’auteur contenait une excellente section faits vs fiction (atlantisgene.com). Avec tous les éléments scientifiques (évolution, génétique, essais cliniques) et aussi les détails historiques intéressants. L’auteur a clairement fait ses recherches.

Les éléments d’espions du livre maintiennent l’action et l’excitation. Chaque chapitre se termine sur une bonne note. Il y a de nombreuses couches à ce livre, mais l’auteur est capable de tout enchevêtrer d’une manière qui suscite la réflexion. Ce qui semble être à l’époque des détails mineurs réapparaissent tout au long de l’histoire reliant le présent au passé.

J’essaie de ne pas gâcher le livre et de donner tout de même une bonne critique alors excusez-moi si mes mots deviennent un peu confus. Le roman concerne la cité perdue d’Atlantis, dont nous avons sans doute tous entendu parler. Cette idée d’une ville perdue s’imbrique dans l’intrigue principale de la question : « D’où viennent les humains ? puis sur les personnages dont la vie a été bouleversée par le mystère entourant la naissance de leur espèce.

Si vous aimez la science-fiction/thrillers, vous aimerez probablement ce livre. Parce qu’il s’agit du premier livre d’une série, ne vous étonnez pas qu’il ait une fin ouverte un peu comme le font les séries télévisées. Certains critiques se sont plaints de la fin, mais je pense qu’ils ne comprennent tout simplement pas que le twist est conçu pour aiguiser suffisamment la curiosité du lecteur pour acheter le prochain livre de la série. Un roman qui vaut le détour et qui vous accompagnera en voyage avec grand plaisir.

Note : 9/10

 

  • Broché: 608 pages
  • Editeur : Bragelonne (14 août 2019)
  • Collection : Thriller
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1028105273

51ZLIXPCAhL.jpg

 

Opération Requiem de Stanislas Petrosky | 11 juillet 2019

Quand Requiem, le plus déjanté des curés, agent secret du Vatican décide de prendre la défense des animaux, et qu’il se retrouve confronté aux Yakuza, ça donne un polar sans temps mort, avec des répliques toujours aussi ciselées.

Chronique :  Après « Ils étaient vingt et cent…  » Stanislas Petrosky nous reviens avec son personnage de Requiem pour une histoire sur la défense des animaux..  et il y arrive à nous sensibiliser sur les espèces en danger, et aux gestes de l’homme qui ont conduit à faire disparaître les espèces d’animaux . D’autant qu’il nous pose certaines questions qui  ne sont pas si simples : quand il y a tant à faire, quels animaux sauver en priorité : les beaux ? et les moches alors ? Les plus ou les moins menacés ? grâce à cette enquête Petrosky a écrit un mystère fascinant et saisissant, avec un prétexte qui sert de personnage central à part entière, exerçant son propre sens de la menace effrayante avec ses secrets enfouis. Ensuite l’histoire est vraiment bien vue avec une intrigue originale qui évite les ressorts éculés des polars  et meurtres en série. Enfin les personnages qui sortent là encore des stéréotypes habituels et chacun à ses propres zones troubles et n’est pas en tous les cas pas le héros de roman habituel (si ce n’est déja pas encore fait lisez les autre Requiem). Quant au rythme, il est intense et soutenu tout au long du récit : on ne s’ennuie pas une seule seconde. Tous les ingrédients pour faire un bon thriller sont réunis, avec en prime des personnages hors du commun. .

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 201 pages
  • Editeur : French Pulp Editions (11 juillet 2019)
  • Collection : Polar
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1025104767

1.jpg

 

L’Amour de ma vie de Clare Empson| 13 juin 2019

Catherine ne parle plus. Ni à son mari, ni à ses enfants, ni aux médecins, pas même à sa meilleure amie. Elle a été témoin d’une scène terrible et depuis plus un mot. Pourtant, du fond de sa bulle, Catherine se souvient… Elle se souvient de Lui, Lucian, l’amour de sa vie rencontré à la fac. A cette époque, elle s’était laissé entraîner dans son cercle d’amis, privilégiés et hédonistes. Difficile d’oublier leur rupture, aussi : en une nuit, tout a volé en éclats. Elle l’avait quitté, détruisant leur vie à tous les deux. Sans qu’il n’y comprenne rien. Elle se souvient surtout de leurs retrouvailles, quatre mois plus tôt : le hasard les a réunis, comme pour leur offrir une seconde chance. La passion a ressurgi immédiatement. Toutefois, impossible d’éviter la question essentielle : pourquoi ? Pourquoi Catherine s’était-elle enfuie, cette nuit-là ? Une plongée sombre au coeur du silence, des secrets et des non-dits d’une histoire d’amour.

Chronique : Wow ! Je ne m’y attendais vraiment pas quand j’ai lu le livre. Je m’attendais à un thriller d’une sorte ou d’une autre, mais en fait, ce que j’ai eu était une histoire si puissante de manipulation, de chagrin d’amour, de perte, de temps perdu, d’amitié et d’amour. Je ne voyais vraiment pas comment cela allait se terminer, et quand j’ai réalisé qu’il était trop tard. Je voulais retourner dans ma bulle mais c’était trop tard, beaucoup trop tard, ce que j’avais lu ne pouvait pas être invisible !

La vie de Catherine et de Lucian vous est montrée à travers de multiples récits, le présent, il y a quinze ans, quatre mois et quatre mois, Catherine et Lucian. J’aimais le style du récit comme s’il s’agissait d’entrées de journal intime l’une à l’autre, sans jamais se référer l’une à l’autre par son nom, juste à Toi. J’étais accro depuis le début, Catherine dans le maintenant est devenue muette, un événement dans sa vie il y a quatre mois l’a rendue ainsi mais pourquoi ? Quoi ? Je criais sur le livre pour me dire pourquoi ! Pour me dire ce qui se passait. Au lieu de cela, Mme Empson vous a rendu plus accro à Catherine et Lucian et au cercle d’amis de l’époque universitaire. La collecte et la consignation des différentes échéances m’ont permis de m’investir et d’avoir hâte de savoir ce qui se passait. Pourquoi Catherine et Lucian étaient-elles séparées depuis quinze ans ? Les sentiments dans ce livre sont si bruts et si réels qu’il est difficile d’imaginer que ce n’est pas réel. Les actions et les réactions de chacun d’entre eux sont réalistes.  Le mode de vie des riches et des célébrités, des gens qui n’ont jamais grandi, contraste avec celui des humbles et des gens de marque. Il y a quatre mois, vous voyez Lucian et son ami en train de revoir leurs choix de vie quand Catherine est de retour sur les lieux. Les manières alcoolisées ne semblent plus aussi amusantes. Tout ce qui compte vraiment, c’est pourquoi Catherine est de retour ? Pourquoi est-elle partie il y a tant d’années ? Ce livre vous fera vivre des montagnes russes d’émotions et pendant tout ce temps, vous serez désespéré de savoir ce qui est arrivé à Catherine.
On nous donne un aperçu des pensées de Catherine et vous avez vraiment des sentiments pour elle et ceux qui l’entourent.
J’aimerais bien vous dire ce qui se passe, mais je ne vais pas vous gâcher la chose, car vous devez profiter de chaque chapitre, car le livre mène régulièrement à ce qui s’est passé.
C’est une lecture captivante et je la recommande fortement si vous aimez les thrillers de mystère avec une histoire d’amour au cœur.

Note : 9/10

 

  • Broché: 448 pages
  • Editeur : Denoël (13 juin 2019)
  • Collection : GRAND PUBLIC
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 220714058X

41dHF5MJKwL._SX339_BO1,204,203,200_.jpg

 

Le labyrinthe des os de James ROLLINS | 13 juin 2019

Dans les montagnes reculées de Croatie, un archéologue fait une découverte étrange : les os d’une femme cachés depuis des millénaires dans une chapelle catholique souterraine. Dans le même système de cavernes, des peintures primitives élaborées racontent l’histoire d’une immense bataille entre des tribus de Néandertaliens et de sombres créatures. Avant d’avoir pu comprendre qui était ce mystérieux ennemi, l’équipe de recherches est attaquée.

Chronique : Quand je lis des romans comme celui-ci sur les mystères de l’univers, c’est un miracle que je ne m’endorme pas avec toute la complexité des livres, même les plus fictionnels. L’empressement de James Rollin pour les informations factuelles si soigneusement construites dans ses romans m’époustoufle parfois complètement. J’ai une idée des aventures d’Indiana Jones que j’aimais tant quand j’étais plus jeune, au sentiment distinct que j’aurais pu être archéologue dans une vie antérieure, mais il y a une chose que je trouve troublante dans tous les romans que je lis avec des personnages protagonistes du monde archéologique. Environ quatre-vingt-dix-neuf pour cent de ces romans sont en effet remplis d’action, mais la fin est souvent destructrice, enterrant en fait les découvertes de ces magnifiques réponses à n’importe quelle question, que ce soit l’univers, les étoiles et sa symphonie, la lune et sa face cachée, l’intelligence et l’équilibre dont notre corps humain a besoin pour fonctionner correctement sur cette planète. En particulier sur la façon dont la force nucléaire des atomes est maintenue ensemble et le mystère des formules inventées qui gardent la terre et nos corps intacts. Un léger « off » et la terre n’existerait pas. Un petit « off » et nous n’existerions pas. Intriguant si vous voulez mon avis. La question reste donc : pourquoi poser des pièges ? Une mère célibataire de 3 enfants est-elle moins digne d’une découverte que le vrai archéologue ou prêtre qui découvre une réponse à une question vieille de 50 000 ans sur notre existence ? Pourquoi les réponses sont-elles détruites dans ces romans ? C’est peut-être la course à la révélation de soi-même et de ses secrets historiques entre pays, comme la Chine, qui se vantent de savoir qu’en fait, les Etats-Unis leur ont donné la connaissance de ces grandes découvertes. Éduquer les étrangers qui ramènent ensuite nos connaissances historiques dans leur pays d’origine pour les revendiquer comme les leurs. (J’ai choisi la Chine parce que James Rollins l’a fait). C’est exactement ce que j’ai obtenu de cette suite fantastique dans la série Sigma et peu importe la question, ou à quel point la fin destructrice est prévisible, j’aime absolument ces aventures et je les savoure pour réfléchir à ma propre place sur cette terre et au-delà.

J’ai aimé ce roman particulier dans la suite parce que si vous me connaissez assez pour connaître mon amour pour les animaux, vous saurez que j’ai particulièrement aimé Baako, le gorille mâle, génétiquement amélioré, représenté dans cette aventure. Il signe en langage des signes, vous savez. *Ricaner* et être moi-même sourd, tout ce qui a trait à la communication en langue des signes éveille toujours mon intérêt. J’aime le sentiment de familiarité de tous les personnages et j’ai investi beaucoup de temps pour apprendre à les connaître, individuellement dans certains livres.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 592 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (13 juin 2019)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 226511670X

511zjEgtbRL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

 

Apocalypse Transferts de Fabio m. Mitchelli | 20 juin 2019

Un jeu en ligne ultra violent et ultra réaliste…
Si réaliste que lorsque certains joueurs se déconnectent de la plate-forme, ils n’assurent pas leur retour à la réalité, et continuent de tuer…
Dans quel monde vivons-nous vraiment ? Sommes-nous les acteurs de nos vies ou n’en sommes-nous que les marionnettes ? Et dans ce cas, qui tire les fils de nos destinées ?
À l’heure des réseaux sociaux, de l’hyperconnexion, des drogues de synthèse, et de l’impression des armes à feu en 3D, l’adolescence est en passe de supplanter l’adulte et de prendre le contrôle…
Prix Dora Suarez du Polar 2013 et 2015

Chronique : Ce livre crée un tout nouveau genre Fabio m. Mitchelli a une imagination vive qu’il utilise pour créer une vision étonnante d’une humanité corrompue attaquée de l’intérieur et de l’extérieur. Apocalypse Transferts, et c’est un  » tissé  » à la manière d’Internet est merveilleusement imaginé. L’histoire, c’est de la dynamisation dès le départ. Le final est une course à couper le souffle d’une violence effroyable (réelle et imaginaire), de conspirations sauvages, de croix et de doubles croisements, et de paysages virtuels en évolution rapide. La plume est fluide avec un univers très complet d’une imagination naturelle, simple et extraordinaire. Un monde où l’apparence est au centre des normes sociales, implants, changements physiques,… tous plus ou moins délirants. Le monde virtuel est devenu le monde réel, et tout ceux qui ne sont pas raccordés sans à la marge du monde. Ce roman explore avec infiniment de cohérence nos dérives actuelles.Apocalypse Transferts  est très original, plein d’idées merveilleusement horribles et de personnages extraordinaires.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 304 pages
  • Editeur : French Pulp éditions (20 juin 2019)
  • Collection : Angoisse
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1025105801

1.jpg

 

Dans l’antre du monstre de Karen Rose | 19 juin 2019

À vingt-trois ans, Taylor Dawson débarque à Baltimore pour réaliser son rêve : travailler en tant qu’équithérapeuthe au centre Healing Hearts et aider les enfants victimes de traumatismes. Mais Taylor est aussi en quête de sa propre histoire. Son père, le détective Clay Maynard, qu’elle n’a jamais revu depuis qu’elle était tout bébé, travaille également à Healing Hearts.
Lorsque Taylor est amenée à s’occuper de deux fillettes dont la mère a été brutalement assassinée, elle découvre Clay sous un autre jour et fait la connaissance de Ford Elkhart, dont le regard la hante.
Mais au moment où Taylor se sent enfin prête à recommencer sa vie, une terrible menace surgit de l’ombre, lui révélant le vrai visage du mal.

Chronique :Jazzie a 11 ans. En rentrant de l’école, elle retrouve sa mère morte sur le sol… et son tueur en train de fouiller dans le placard. Jazzie fait la seule chose qu’elle peut… elle se cache derrière une grande chaise et retient son souffle.

Quelques semaines plus tard, Jazzie fait partie d’un organisme qui offre des services de thérapie équestre aux enfants victimes de crimes graves. Elle n’a pas dit un seul mot depuis qu’elle a trouvé le corps de sa mère… et elle n’a jamais dit ce qu’elle sait.

Taylor Dawson est stagiaire  dans le cadre de sa carrière de psychologue. Et pendant que Taylor fait un petit lien avec Jazzie, Taylor a ses propres secrets. Elle a posé des questions sur un homme qui travaille aussi pour l’organisation. Elle revient tout juste de Californie, alors pourquoi s’enquérir d’un homme qui habite dans le Maryland ?

J’ai toujours aimé les histoires à suspense romantique de cet auteur. Celui-ci est un suspense à 95% et le reste est romantique. L’auteure a écrit un livre rempli des personnages de certains de ses livres précédents. Bien qu’il fasse partie d’une série, il sert donc très bien en tant qu’élément à part entière.

Le lecteur apprend très tôt qui est le tueur et à quel point il est monstrueux. Il décide que Jazzie doit être réduite au silence avant qu’elle ne dise ce qu’elle sait, ainsi que son thérapeute, Taylor. Le livre est plein de suspense, excitant et plein de personnages qui ont choisi de devenir une famille. Tous ont enduré et surmonté des tragédies personnelles pour en ressortir relativement normaux de l’autre côté.

De plus, les lecteurs doivent savoir d’emblée que l’identité du tueur est révélée immédiatement. Souvent, cette tactique ne fait qu’augmenter le suspense, car j’ai l’habitude de m’asseoir sur des épingles et des aiguilles en espérant pouvoir avertir les bons, mais dans ce cas, le suspense a été quelque peu atténué. Il y a cependant des situations tendues qui aident à compenser l’absence d’une accumulation de suspense.

Pourtant, l’histoire est très captivante et suscite la réflexion. Cet article semble mettre davantage l’accent sur les liens familiaux ainsi que sur l’établissement et le développement de relations qui peuvent avoir semblé être une cause perdue, que sur les éléments criminels. Cependant, l’accent mis sur la famille a donné à l’histoire une dimension émotionnelle qui n’est pas si courante dans les romans d’amour à suspense. La fin est satisfaisante, et j’ai aimé la façon dont l’avenir se présente pour Taylor.

Note : 9/10

 

  • Broché: 496 pages
  • Editeur : HarperCollins (19 juin 2019)
  • Collection : HarperCollins
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1033903765

41MKAg2hpGL._SX339_BO1,204,203,200_.jpg