Prédestinée de Teri Terry | 19 septembre 2019

Depuis que le Royaume-uni a quitté l’Europe et fermé ses frontières, le pays a sombré dans la crise et le mécontentement gronde. Les manifestations se multiplient et la jeunesse est pointée du doigt : dorénavant, les mineurs seront soumis au couvre-feu et privés de liberté. Ceux qui désobéissent seront jugés ; les plus virulents seront condamnés à mort.

Chronique : Prédestinée est une suite / pré quelle de la série Effacée et se déroule à l’époque où tout a commencé à changer avec la nouvelle coalition gouvernementale.Pour résumer Sam est la fille du vice-premier ministre, elle fréquente une grande école et est une bonne artiste. Mais à la suite de Brexit (j’ai adoré la pertinence de ce préquel pour l’actualité) tout au Royaume-Uni est en ébullition, car des groupes d’activistes n’aiment pas la façon dont les choses ont changé.C’est de la littérature dite de young adult mais si vous aimer ses romans comme le labyrinthe et divergent Teri Terry a écrit un livre actuel, mais qui semble fictif. Ce qui, je suppose, est tout l’intérêt. Parfaitement rythmées, les pages se tournent plus vite que je ne le souhaite. Les personnages sont exceptionnels et la façon dont l’auteur conduit l’intrigue est incroyable. Quoi qu’il en soit, si vous n’avez pas lu la série Effacée allez-y .C’ est une série qui fait souvent l’écho, de par son efficacité et son rythme effréné, de la célèbre série ‘Hunger Games’. Mais qui s’approche de l’auteur George Orwell.

Note : 9/10

 

  • Broché: 448 pages
  • Editeur : De la Martinière jeunesse (19 septembre 2019)
  • Collection : Fiction
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2732490725

51jYFjhVHjL._SX335_BO1,204,203,200_.jpg

 

Apocalypse Blues, T2 : Le Crépuscule du monde de Chloé Jo Bertrand | 14 août 2019

Matthew, Charly, Kiran, Tobias et sa meute de loups ont survécu à l’effondrement de la caldeira du Yellowstone. Leur voyage se prolonge, alors qu’ils décident de rallier New York à pied, dans l’espoir d’y retrouver les parents de Charly.

Chronique :  Bravo à Chloé Jo Bertrand pour ce super tome 2 avec cette histoire qui raconte une superbe histoire.J’ai bien aimé les personnages, et surtout l’idée centrale de famille (re)trouvée/choisie. Les relations entre les quatre garçons sont fortes et platoniques, et j’ai adoré cet aspect. En tant que personne blanche, je ne peux pas vraiment dire si la représentation des deux personnages racisés était bonne, mais j’ai pas eu l’impression que c’était super bien fait, surtout pour Kiran. Me.

L’écriture est très fluide , et la première personne présent utilisée pour les quatre personnages marche bien avec le contexte de l’histoire, mais j’ai eu un peu de mal à me mettre dedans au début.

Dans certaines parties du point de vue de Tobias, on a du « Tu » et du « On » et du « Je » mélangés et parfois c’était soit pas clair, soit très étrange. Les trucs du genre « Tu les regardes, on est bien. » me perturbent parce que « on » devrait être « vous » pour être cohérent ? Je ne sais pas, mais en tout cas ça aussi ça m’a perturbée un peu. Mais c’est aussi du chipotage.

Au final, c’était une très bonne lecture globalement. Ça me fait aussi me rendre compte que je suis aussi souvent obligé de baisser mes standards en termes de diversité/ »non-offensiveté »  avec des livres français même de genre  mais c’est aussi pourquoi il faut soutenir nos auteurs.

Note : 9/10

 

  • Broché: 603 pages
  • Editeur : Castelmore (14 août 2019)
  • Collection : Big Bang
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2362316483

41huJoDT4oL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

 

Aurora (Bragelonne SF) 14 août 2019 de Kim Stanley Robinson

Brillamment conçu et merveilleusement écrit, un roman majeur d’une des voix les plus puissantes de la science-fiction moderne. Aurora raconte l’histoire incroyable de notre premier voyage au-delà du système solaire, pour trouver un nouveau foyer.

Chronique : Il est intéressant de voir comment, l’autre jour, j’écrivais à quel point j’aime la science-fiction de la colonisation, un sous-genre fascinant qui célèbre la foi et l’ambition qui accompagnent le départ vers l’inconnu, dans l’espoir de trouver un tout nouveau foyer à la fin de ce voyage. Bien sûr, l’idée du vaisseau de la génération est étroitement liée au thème de la colonisation. Les premiers occupants d’une arche interstellaire ne vivront peut-être pas assez longtemps pour voir leur destination finale, mais ils savent que leurs descendants le verront probablement, et ce potentiel à lui seul laisse une grande place à l’esprit pionnier.

Mais que se passe-t-il si tout se passe mal ? Et si, après tout le temps et les vies investis, vous et votre groupe arriviez à la fin de votre voyage pour découvrir que votre destination n’est pas ce qu’elle semble être, et que maintenant tous vos espoirs sont anéantis, vos plans faits à la va-vite ?

C’est l’histoire d’Aurora, un livre sur un vaisseau lancé en l’an 2545, transportant deux mille des meilleurs et des plus brillants de la Terre, tous en route pour trouver à l’humanité un nouveau foyer dans le système Tau Ceti à quatorze années-lumière de là. Il faudra donc de nombreuses générations pour y parvenir, et en fait plus de 150 ans se sont écoulés depuis le début du roman.

L’histoire suit Freya, notre protagoniste principal, bien qu’il y ait ici un rebondissement qui rend Aurora spécial – presque tout le récit est raconté dans la perspective du navire lui-même, un navire équipé d’un A.I. intelligent et conscient de lui-même. Devi, la mère de Freya, l’ingénieur en chef, a chargé le navire de construire un récit historique qui décrit les vies des gens à bord, utilisant sa fille comme point central. Suivant les instructions de Devi, le navire commence à fouiller les bases de données et la littérature afin de faire le meilleur travail possible, pour finalement développer sa propre présence et sa propre personnalité en racontant cette histoire.

Mais alors que Freya est le personnage principal du livre, sa mère Devi est celle qui a tout gardé ensemble, s’assurant que tout se passe bien à l’approche de la destination finale, une lune dans le système Tau Ceti appelé Aurora. Mais le temps personnel de Devi est court, et sa fille se retrouvera à se mettre à sa place plus tôt qu’elle ne le pense. Freya, cependant, n’a rien à voir avec sa mère, qui n’a pas le don de Devi pour faire des calculs et résoudre les problèmes, mais ce que notre protagoniste a, c’est la ruse et le charisme pour gagner la confiance du peuple. Et avec ce qui les attend sur la planète étrangère, c’est peut-être ces qualités de leader dont tout le monde a besoin.

Le rapport de Freya avec les gens devient d’autant plus important quand les choses tournent mal, et en tant que groupe, ils doivent tous faire face à la dure réalité et décider de la meilleure ligne de conduite à adopter pour assurer leur propre survie. Ce qui se passe ensuite est une expérience que je ne peux décrire qu’en sentiments : exaltation à l’arrivée des passagers dans le nouveau système ; incrédulité devant ce qu’ils découvrent après avoir fait planetfall ; chagrin devant la façon dont ces nouveaux développements déchirent la communauté du navire. Je ne veux pas aller beaucoup plus loin dans l’intrigue par peur des spoilers, mais heureusement, il y a aussi l’espoir qui vient après, ainsi que l’admiration pour la force et la volonté des personnages. L’atmosphère du roman, créée par la description vivante des différents biomes du navire et du mode de vie de ses habitants, avant et après le moment décisif qui a changé le cours de leur vie, mérite également d’être soulignée.

C’est incroyable ce dont les êtres humains sont capables, quand on les pousse à bout. Quelles conclusions pourrait tirer une intelligence artificielle aussi sensible qu’un navire, après un siècle et demi d’observation de ses occupants ? C’est peut-être que l’humanité est animée par un but ; nous nous perdons et nous sommes désabusés une fois que ce but nous est enlevé, ou quand on nous présente des vérités difficiles qui nous obligent à reconstruire vers une nouvelle direction. Certains cèderont sous la pression, tandis que d’autres persévéreront. Mais quand il s’agit de survie, l’humanité peut accomplir de grandes choses en tant que groupe collectif tant qu’il y a de l’espoir.

Aurora est un roman très beau et puissant pour cette raison, provocateur et profond. Il s’agit d’une histoire de génération de bateaux très différente, imprégnée de plus de misère que d’optimisme, pour dire la vérité. Néanmoins, c’est un festin pour l’esprit, plein de merveilles descriptives, de personnalités intéressantes et de relations engageantes. Une lecture très satisfaisante.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 480 pages
  • Editeur : Bragelonne (14 août 2019)
  • Collection : Bragelonne SF
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1028107246

413n8p1U9YL._SY346_.jpg

 

Le Gène Atlantis de A.G. Riddle / 14 aout 2019

En Antarctique, des chercheurs ont mis au jour, enfouie dans la glace, une mystérieuse structure vieille de plusieurs milliers d’années. À l’intérieur, l’équipe fait une découverte qui va radicalement changer l’histoire de l’homme – mais qui pourrait également déclencher son extinction…

Chronique : Le gène de l’Atlantide m’a attiré depuis le début. Ce livre est extrêmement rapide, presque comme un film. Superbe scénario et personnages. J’ai particulièrement aimé le développement du caractère de Kate et David. Je pense que le livre fait un bon travail de révélation de l’histoire sans trop le faire. Beaucoup de livres que je lis s’enlisent dans les détails et je perds intérêt mais pas ce livre.

Je me suis surpris à chercher des détails dans le livre et j’ai trouvé que le site Web de l’auteur contenait une excellente section faits vs fiction (atlantisgene.com). Avec tous les éléments scientifiques (évolution, génétique, essais cliniques) et aussi les détails historiques intéressants. L’auteur a clairement fait ses recherches.

Les éléments d’espions du livre maintiennent l’action et l’excitation. Chaque chapitre se termine sur une bonne note. Il y a de nombreuses couches à ce livre, mais l’auteur est capable de tout enchevêtrer d’une manière qui suscite la réflexion. Ce qui semble être à l’époque des détails mineurs réapparaissent tout au long de l’histoire reliant le présent au passé.

J’essaie de ne pas gâcher le livre et de donner tout de même une bonne critique alors excusez-moi si mes mots deviennent un peu confus. Le roman concerne la cité perdue d’Atlantis, dont nous avons sans doute tous entendu parler. Cette idée d’une ville perdue s’imbrique dans l’intrigue principale de la question : « D’où viennent les humains ? puis sur les personnages dont la vie a été bouleversée par le mystère entourant la naissance de leur espèce.

Si vous aimez la science-fiction/thrillers, vous aimerez probablement ce livre. Parce qu’il s’agit du premier livre d’une série, ne vous étonnez pas qu’il ait une fin ouverte un peu comme le font les séries télévisées. Certains critiques se sont plaints de la fin, mais je pense qu’ils ne comprennent tout simplement pas que le twist est conçu pour aiguiser suffisamment la curiosité du lecteur pour acheter le prochain livre de la série. Un roman qui vaut le détour et qui vous accompagnera en voyage avec grand plaisir.

Note : 9/10

Lien achat du livre : https://amzn.to/33qt7Sl

  • Broché: 608 pages
  • Editeur : Bragelonne (14 août 2019)
  • Collection : Thriller
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1028105273

51ZLIXPCAhL.jpg

 

Le cycle de Majipoor, Intégrale volume 3 de Robert Silverberg| 18 avril 2019

Troisième et dernier volume de l’intégrale du Cycle de Majipoor, Les Légendes de Majipoor rassemblent l’ensemble des récits courts que Robert Silverberg a consacrés à ce monde phénoménal que l’imagination propre à la science-fiction peut engendrer.
Les Chroniques de Majipoor, considérées par beaucoup comme le summum du cycle, vous emporteront dans le temps et l’immense géographie de Majipoor en dix récits poétiques, aventureux, baroques ou mystérieux.

Chronique : Pour la première fois, Mnémos réunit dans une édition intégrale en trois volumes les huit tomes de la création foisonnante de Robert Silverberg : Le Cycle de Majipoor, l’une des oeuvres magistrales de la science-fiction. Ce dernier recueil rassemble l’ensemble des récits courts que Robert Silverberg a consacrés « à ce monde phénoménal que l’imagination propre à la science-fiction peut engendrer ». « Les Chroniques de Majipoor, » dix textes qui parcourent le passé de Majipoor (avant Valentin), au travers des souvenirs de quelques-uns de ses habitants. « Les Montagnes de Majipoor » est un court roman placé cinq cents ans après Valentin. Une aventure aux portes du pôle glacé de Zimroel. « Les Dernières Nouvelles de Majipoor « regroupent sept nouvelles qui clôturent l’exploration de la planète géante, des débuts de la colonisation jusqu’au règne de lord Valentin.  Mnémos adjoint à cette intégrale un glossaire complet de l’ensemble du Cycle de Majipoor qui « détaille la géographie, la faune, la flore, les peuples, leurs étranges coutumes, les trois continents et bien d’autres éléments encore ».  Pour clore cette magnifique édition nous allons faire une chronique de chacun des romans.

« Les Chroniques de Majipoor » est un recueil d’histoires vécues par le jeune Hissune de 14 à 18 ans. « Expérimenté » en ce sens qu’il ne s’agit pas vraiment d’histoires qui lui sont racontées ; il vit dans ces histoires à travers l’esprit et la mémoire de leurs différents protagonistes. Le livre est un excellent résumé de Majipoor. ce livre présente tout ce qui est si attrayant sur ce monde : sa merveilleuse diversité ; son horreur de la violence (un personnage est témoin d’un meurtre et est stupéfait – c’est quelque chose qu’il n’a lu que dans les livres d’histoire) ; son étrangeté et son mystère ; l’empathie de l’auteur ; la belle écriture qui me rappelle un Jack Vance plus chaleureux et plus humain. Mais comme il s’agit de Silverberg et non de Vance, il y a aussi une accolade à la sexualité ; bien qu’ici c’est d’une nature plus dépassée – deux qui sont étrangers/humains, un troisième un ménage avec deux frères et une sorcière – il est ainsi comme Silverberg de rendre ces scènes entièrement douces et amicales à une époque ultérieure. J’ai également apprécié l’exploration plus approfondie des Autochtones de la planète, leur guérilla contre les colons et les déplacements violents qui ont suivi, leur position éloignée et vaguement menaçante envers les gens qui les ont placés dans des réserves. Par onze nouvelles, Silverberg revient à Majipoor, la planète géante dont le théâtre avait été dressé pour Le château de Lord Valentin . Les textes sont introduits par les indiscrétions de Hissune, un archiviste qui a accès au « Registre des Ames » et peut ainsi revivre une portion de la vie de n’importe lequel des milliards d’habitants de Majipoor, dans le cours de tous les millénaires passés. L’auteur a-t-il cherché à donner de sa planète géante une image plus fouillée spatialement et temporellement qu’il n’avait pu le faire dans son précédent roman . Les personnes dont il nous raconte des tranches de vie importantes sont variés : il y a une jeune fille goûtant peu ses semblables (Thesme et le Gayrog), un officier pendant la seule guerre qu’ait traversée Majipoor et qui opposait les colons terriens aux autochtones — les mystérieux Changeformes (Le grand incendie), un marin voulant faire le tour de la planète (La cinquième année de la traversée), un artiste (Le peintre d’âme et la Changeforme), la Voleuse à Ni-Moya, enfin Lord Valentin en personne, mais pour un épisode de sa jeunesse. De la même manière, les décors sont très diversifiés (forêt, océan, ville immense, désert, labyrinthe du palais pontifical), et les époques aussi.

Les Montagnes de Majipoor est très belle addition à la série Majipoor ! Ce roman mince  est en effet très agréable. Mieux encore, vous pourriez lire ce livre sans avoir à passer par d’autres livres Majipoor, et vous ne trouveriez probablement pas trop difficile de comprendre les bases de la politique Majipoori et la planète elle-même.  En soi, cette histoire est engageante et vivante, pleine de détails riches et captivante dans son cadre et ses prémisses. Il examine la façon dont les cultures avancées traitent les peuples primitifs nouvellement découverts, et les accommodements qui en résultent. Est-il possible de négocier honnêtement dans de telles circonstances ? Comment éviter d’assumer sa propre supériorité ? Une fois de plus, la question de la fiabilité  est constamment palpable. J’ai trouvé que cette couche supplémentaire faisait ressortir d’autant plus le conflit fondamental.

Les Dernières Nouvelles de Majipoor est un recueil quelque peu inégal de sept histoires qui  se situent à des époques différentes, certaines au début de la colonisation, d’autres lors d’événements clés de l’histoire de Majipoor. D’autres sont des histoires plus intimes, et il y en a même une avec Lord Valentine.  Il y a un prologue qui donne aux nouveaux lecteurs un bref historique de Majipoor, de la colonisation qui a eu lieu malgré la présence d’indigènes, du fait que d’autres espèces exotiques se sont finalement établies sur Majipoor, et d’autres détails. L’utilisation de la magie et de la technologie n’a pas toujours semblé bien expliquée aux nouveaux arrivants, et elle peut prêter à confusion sans contexte supplémentaire. En fait, il semblait qu’à certains moments, la science-fiction et la fantaisie étaient jonglés, et aucun équilibre entre les deux n’était atteint de façon adéquate dans les histoires. Où est la technologie ? Seule la mention ou l’utilisation sporadique d’un type quelconque de technologie est mise en évidence, et ce, surtout dans l’histoire finale. Cette planète a été colonisée par des colons d’une autre planète. Diverses races extraterrestres se sont également installées sur la planète à différents moments de son histoire. Une société qui aurait dû commencer avec un avantage technologique et avoir des injections de technologie étrangère à intervalles réguliers a mis en quelque sorte 8.000 ans pour montrer beaucoup de progrès technologique à tous. (Regardez le chemin parcouru par les humains sur Terre en ce temps-là, et c’est sans les avantages que les habitants de Majipoor auraient dû avoir). La plupart des histoires avaient un côté assez fantaisiste, avec un étrange petit peu de science-fiction à certains endroits. La magie semble sortir de nulle part, et elle n’est jamais réconciliée avec l’aspect science-fiction du décor.  Ce dernier livre se lit en douceur. Il y a peu de risques réels – une histoire tourne autour de l’écriture d’un poème, et deux histoires séparées ont des disputes archéologiques au centre, et pourtant Majipoor lui-même est toujours un endroit intéressant à visiter et le style d’écriture de Silverberg est tout simplement divertissant, et son imagination intrigante.

La fresque de Majipoor est le chef-d’oeuvre de Robert Silverberg, une saga enchanteresse et profonde, Les Mille et Une Nuits de notre temps. A lire et relire .

Note : 10/10

 

  • Broché: 665 pages
  • Editeur : MNEMOS (18 avril 2019)
  • Collection : Univers
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2354087225

41j58ciTh9L._SX329_BO1,204,203,200_.jpg

 

Des rêves infinis de Karen Thompson Walker | 9 mai 2019

Dans une petite ville universitaire de Californie du Sud, la vie des habitants est soudain transformée par un mystérieux phénomène que personne ne peut expliquer ni contrôler. La population sombre dans un profond sommeil d’où nul n’arrive à sortir. Et pendant ce temps, tous rêvent… Les personnages s’entrecroisent. Mei, la première confrontée à ce mal, découvre sa colocataire endormie, et la fait hospitaliser. Sarah et Libby, deux jeunes soeurs partageant la vie de leur père atteint de catastrophisme, vont en son absence apprendre à faire face à la réalité. Ben et Annie, enseignants venus de Brooklyn avec leur bébé, tentent d’échapper à la menace en franchissant le cordon sanitaire imposé par la police. En vain. Ce récit à la puissance romanesque captivante emporte le lecteur dans un univers où se mêlent le rêve et la réalité, comme dans la célèbre comédie de Shakespeare, Le Songe d’une nuit d’été.

Chronique : Ce style narratif ! Dès le premier paragraphe, j’ai su que j’allais être ainsi entraîné dans cette histoire, quelle qu’elle soit, par l’écriture. Il y a quelque chose là-dedans, la façon dont Karen Thompson Walker raconte cette histoire. C’est un récit à la troisième personne et je me sentais à l’écart comme si je regardais ça sur film ou sur scène, mais en même temps, il y a une intimité qui permet au lecteur d’avoir un lien avec ces personnages, leurs peurs, leur solitude, leur passé, et leurs rêves de ce profond sommeil. Bien que cela m’ait semblé très visuel, je n’ai pas trouvé le langage trop descriptif. C’était clair, concis et beau.

Dans une petite ville de Santa Lora, en Californie, la maladie du sommeil, causée par un virus, frappe d’abord une résidence universitaire. Un par un, ils sont emmenés à l’hôpital, jusqu’à ce que des médecins et des infirmières tombent dans ce sommeil, et l’hôpital ainsi que le dortoir sont mis en quarantaine, puis la bibliothèque où les patients débordés sont emmenés et le gymnase où les étudiants du dortoir touché sont emmenés. C’est un sentiment étrange car Santa Lora est placée en quarantaine – personne n’entre ou ne sort. Nous voyons la crise à travers la vie d’un assez grand nombre de personnages qui ne sont pas dépeints comme de simples statistiques, mais comme de vraies personnes que nous connaissons ou que nous pourrions être. Rebecca, la deuxième victime est allongée à l’hôpital et nous apprenons quelque chose sur elle qu’elle ne peut pas savoir dans son état de sommeil avant que les rêves ne lui viennent. Mei, une étudiante solitaire de première année d’université pour qui la crise permet de nouer des liens. Sara et Libby, des filles de onze et douze ans, qui sont obligées de prendre soin d’elles-mêmes. Anne et Ben et leur fille nouveau-née, s’adapter à leur rôle de parent et faire face à la crise. Ce sont là quelques-uns des personnages que j’ai appris à connaître et dont je me soucie avec d’autres, alors que le récit alterne entre leurs points de vue, se chevauchant parfois lorsqu’ils se connectent les uns aux autres.

Une lecture apocalyptique plutôt calme (enfin, ils dorment et rêvent n’est-ce pas:-) et j’ai aimé ça. La façon dont il est écrit, calme, pas beaucoup de grande action dramatique qui est souvent vu dans les romans dystopiques, c’est un rapport calme mais aussi émotionnel d’un drame qui se déroule en Californie sur un campus étudiant. Tout à coup, les élèves s’endorment et ne se réveillent pas. C’est comme un virus qui se propage. Notre expérience dans ce monde est personnelle et différente pour tous, mais ce sont des romans  qui nous font nous sentir plus connectés à l’expérience humaine. Quand de mauvaises choses arrivent, nous essayons tous de chercher des réponses, mais en fin de compte, les réponses se trouvent en nous-mêmes et dans les gens qui nous entourent, pas nécessairement dans le monde chaotique et imprévisible dans lequel nous vivons.

Note : 9/10

 

  • Broché: 380 pages
  • Editeur : JC Lattès (9 mai 2019)
  • Collection : Littérature étrangère
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2709661942

51Sscw3w9vL._SX312_BO1,204,203,200_.jpg

 

Pierre-de-vie de Jo Walton| 23 mai 2019

Applekirk est un village rural situé dans les Marches, la région centrale d’un monde où le temps ne s’écoule pas à la même vitesse selon que l’on se trouve à l’est – où la magie est très puissante et où vivent les dieux – ou à l’ouest – où la magie est totalement absente. C’est la fin de l’été, et la vie s’écoule paisiblement pour les villageois. Mais le manoir va être mis sens dessus dessous par le retour de Hanethe, qui fut autrefois la maîtresse des lieux. Partie en Orient, elle y est restée quelques dizaines d’années. Mais, plus à l’ouest, à Applekirk, plusieurs générations se sont succédé. Ayant provoqué la colère d’Agdisdis, la déesse du mariage, Hanethe la fuit. Mais Agdisdis est bien décidée à se venger. Subtil roman de fantasy – prix Mythopoeic en 2010 -, Pierre-de-vie dresse le portrait de femmes simples et merveilleuses, d’une famille sans histoires mais singulière, confrontées à des changements qui les dépassent, dans un monde hors du commun.

Chronique : Applekirk est une petite communauté rurale, où le temps est étrange ; les mois peuvent passer ailleurs tandis que les années passent à Applekirk. Ici, les gens vont à leurs affaires, dans les fermes et dans le manoir, menant leur vie comme ils y sont soumis par leur propre mode de vie, cette partie de leur moi qui leur dit quel devrait être leur talent et leur travail dans la vie. Taveth est le cœur tranquille du manoir, le gardant en ordre comme elle garde sa famille étendue en ordre, selon son mode de vie. Elle a aussi un talent étrange : elle voit plusieurs fois à la fois, et plusieurs personnes qu’elle rencontre, leur passé, leur présent et leur futur. Quand deux nouvelles personnes viennent à Applekirk, elles perturbent l’ordre tranquille de sa routine et de la vie de ses habitants.

J’ai été frappé de joie lorsque j’ai soudainement réalisé que Walton utilisait le truc de Rumer Godden pour raconter comme si tout se passait en une seule fois, en remontant dans le temps et en remontant dans le temps. J’ai trouvé cela fascinant au tribunal chinois de Godden et je ne l’ai jamais rencontré ailleurs. Taveth le décrit ainsi : « Le temps, elle le sait, est une illusion. Les choses semblent se succéder, mais en y repensant, tout s’est passé en même temps et ce qui semblait à l’époque faire partie d’une histoire en faisait partie d’une autre… ».

Ce que j’aime dans le travail de Jo Walton , c’est sa capacité à créer une société réelle et fonctionnelle, tout en démontrant comment elle fonctionne de façon discrète. Ce livre est un exemple particulièrement bon de l’art : ce que nous apprenons sur les structures familiales, comment les gens interagissent avec les dieux, comment ils approchent le yeya, sont tous cachés dans de petites phrases et des moments, sans jamais le jeter sur votre tête.

Le terme même de mode de vie est un bon exemple : un mode de vie est le vrai travail de quelqu’un dans le monde, la chose qu’il peut vraiment bien faire, qui répond d’une certaine manière à un besoin dans le monde. L’un des personnages principaux, Taveth, a le mode de vie de l’entretien ménager : bien qu’une mère d’âge moyen, mère de jeunes enfants adultes, ne soit pas l’héroïne fantastique conventionnelle d’un long plan, cela fonctionne parfaitement dans ce contexte.

Il y a une intrigue, et des choses passionnantes se produisent, et le monde change en conséquence, mais je laisse au lecteur le soin de les lire.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 336 pages
  • Editeur : Denoël (23 mai 2019)
  • Collection : Lunes d’encre
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2207144089

41zPKig-dUL._SX337_BO1,204,203,200_.jpg