Thin Air (11 mars 2020) de Richard Morgan

Hakan Veil est un ex-agent de sécurité haut de gamme, dont le corps équipé de technologies militaires fait de lui une véritable machine à tuer.

Chronique : Tout comme « Altered Carbon », celui-ci est un grand mélange de détective noir et de cyberpunk dans un monde dystopique. Au lieu d’envoyer un détective sur des planètes lointaines en transportant une personnalité numérique dans un corps récepteur, la future technologie mise en scène ici sur une Mars coloniale et terraformée est dans le domaine de la bio-ingénierie, des implants d’intelligence artificielle et des nanotechnologies. Au lieu de Tak dans la série précédente, notre héros similaire ici est Hak, diminutif de Hakan Veil, et il est une arme incarnée.

Veil a été génétiquement modifié pour augmenter ses capacités physiques (comme la vision nocturne et les modes de combat à haut indice d’octane) et a été implanté dès son enfance avec une IA de niveau militaire embarquée avec laquelle il peut dialoguer en interne et interagir grâce à des écrans analytiques projetés sur sa rétine. Cet investissement a été réalisé par une méga-corporation, Blond Vaisutis, spécialisée dans la sécurité des entreprises, une sorte de Haliburton du futur. Pendant vingt ans, Veil a travaillé pour eux en tant qu' »agent de contournement », un agent polyvalent pour l’espionnage, les opérations secrètes et les contre-mesures violentes à toute menace de pirates, d’insurrections ou de gouvernements locaux arrogants à l’encontre des entreprises rentables. Mais il a commis une erreur coûteuse qui a fait des morts et a exposé l’entreprise à une exposition politique défavorable, pour laquelle il a été licencié et exilé sur Mars. Là-bas, il lutte contre la pauvreté pour utiliser ses talents dans le cadre de contrats privés.
Sa constitution cybernétique exige que Veil soit en hibernation pendant quatre mois sur un an. Il a pu acheter une ancienne nacelle de sauvetage avec unité d’hibernation installée dans un bloc vivant de nacelles pour les pauvres de la métropole Bradley (un peu comme la nacelle de Bruce Willis dans le film « le 5eme Élément »). Lorsqu’il est ranimé, il court « à chaud », ou sur un déclencheur à cheveux, pour trouver des solutions violentes, ce qui fait partie de sa programmation pour une action décisive comme lorsqu’un vaisseau de société est attaqué. Ainsi, notre super-héros déchu prend un aspect un peu caricatural à la Hulk. Son IA à bord, « Ris », tente de l’orienter vers un comportement plus stratégique et plus sûr, avec des provocations sarcastiques et des harcèlements ironiques, mais « sa » conception militaire.

Notre première expérience avec Veil au réveil de l’hibernation est le meurtre audacieux d’une figure du crime organisé qui a tué une femme qu’il avait sauvée des dommages collatéraux lors de son dernier travail. Peu de temps après, il se détend en faisant l’amour avec une voisine dans sa résidence de « Pod-Park Heaven ». La violence d’une vengeance grossière et le fait de se vautrer dans le sexe brut nous met sur un chemin tortueux vers quoi ? La phase suivante m’a rapidement fait pousser les « ucks » et les « icks » et m’a fait décoller pour un tour de « wow ». Comme dans les romans policiers noirs de James Ellroy à Los Angeles après la guerre, j’avais envie de prendre une douche à la fin de la course, mais je devais néanmoins courir à travers les pages.

L’élément cyberpunk gibsonien satisfaisant du récit provient de la froideur de notre héros face à toutes les factions corrompues auxquelles il doit faire face et de la reproduction du « Sprawl » de son prédécesseur, le ventre urbain richement détaillé et multiculturel d’un monde de chien-mangeur dans un avenir de haute technologie. Un agréable retour dans la jungle humaine a si bien capturé la prise du film « Blade Runner » de P.K. Dick. A découvrir

Note : 9,5/10

 

  • Broché : 640 pages
  • Editeur : Bragelonne (11 mars 2020)
  • Collection : Bragelonne SF
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 979-1028111564

Thin air par Morgan

 

La guerre uchronique : Edition intégrale de Fritz Leiber| 31 janvier 2020

Deux peuples vivant à l’échelle galactique, les Araignées et les Serpents, se livrent d’une guerre secrète sans merci à travers les siècles à coups de modifications temporelles et d’uchronies qui déterminent la destinée de l’humanité. Greta Forzane, originaire de Chicago, a été recrutée par les Araignées et travaille désormais dans une station de récupération, un « Lieu » hors du Temps, sorte de cabaret dédié au repos des soldats temporels.

Achat : https://amzn.to/37blsZq

Chronique : Première édition intégrale en France de ce cycle consacré aux voyages dans le temps et à l’uchronie. Traduction entièrement revue. Textes inédits. Le roman « L’hyper-temps ». Le roman court « Nul besoin de grande magie ». Toutes les nouvelles du cycle. Préface & glossaire. Etude conséquente consacrée à l’oeuvre de Fritz Leiber « Quelques motifs d’une toile de maître » par Timothée Rey.

– « L’Hyper temps » Llauréat du prix Hugo, est non seulement un roman agréable et mémorable, mais aussi un roman dérangeant. Il est né, en partie, de la conception que Fritz Leiber avait du voyage dans le temps et de la nature du passé. Il ne croyait pas du tout à « L’effet papillon » ; non, il pensait que le passé était plus déterminé, plus résistant. Si vous vouliez vraiment changer l’avenir, pensait Lieber, vous deviez revenir en arrière… encore, et encore, et encore.

Pendant la « Guerre du changement », deux groupes de combattants – dirigés par des chefs de file de l’ombre connus sous le nom d' »Araignées » (l’Ouest) et de « Serpents » (l’Est) – se battent et mènent des opérations clandestines, dans le passé comme dans l’avenir, afin de modifier l’histoire en leur faveur. Le roman se déroule dans une station de récupération, où notre narratrice Greta travaille comme « amuseuseur » – une sorte de travailleur du sexe, d’infirmière ou de thérapeute du TSDT – dont le travail consiste à remettre les soldats traumatisés en forme et à les préparer à retourner au front.

Au début, cela m’a rappelé une pièce de théâtre de la Première Guerre mondiale (des soldats en permission, se disputant amicalement, entourés de mademoiselles, ainsi qu’un film typique de la Seconde Guerre mondiale à Hollywood (une situation tendue qui exige l’unité, avec tous les groupes ethniques possibles de G.I. représentés). Sauf que, dans ce cas, les soldats vont du G.I. de la Seconde Guerre mondiale, commandant nazi, et Tommy britannique de la Première Guerre mondiale, à un Centurien romain, un Lunan sous forme octopoïde, et une Amazone de l’ancienne Crète. Mais, alors que tout le monde semble s’amuser, quelqu’un pose une bombe nucléaire sur la valise et l’équipe de la station de récupération doit résoudre le mystère de sa propre pièce fermée à clé pour survivre.

C’est un roman surprenant, inventif, plein de dialogues aigus et spirituels, avec des jeux de mots et des allusions littéraires multilingues. Mais il a aussi un côté sérieux. Alors que nous apprenons les nombreux changements que la « guerre du changement » a entraînés dans le temps – notamment la prise de contrôle de l’Amérique par les nazis pendant des siècles et la destruction des œuvres de Platon – nous commençons à ressentir le grand gaspillage et les dégâts encore plus importants que les Araignées et les Serpents ont causés.

– « Nul besoin de grande magie » Une suite (bien que cela n’y ressemble pas au premier abord) à L’Hyper temps. Nos intrépides joueurs sont de retour, narrés à nouveau par l’excentrique Greta, qui a perdu la mémoire. Dans L’Hyper temps, Greta est au courant, très en amont avec le lecteur, de la guerre du changement, des allées et venues des soldats qu’elle et les autres divertissent, du médecin, du service, etc. pour garder le moral.

Dans L’Hyper tempsc, elle est perdue, confuse, et lit certainement comme si le reste du monde était devenu fou autour d’elle (ou peut-être juste qu’elle est devenue folle…). C’est une histoire qui tourne autour d’un seul acte de la pièce écossaise dans une Angleterre élisabéthaine aussi exacte que possible (oui, Greta, c’est un anachronisme), et elle reconstitue soudainement les morceaux de sa mémoire.

La construction de l’action est lente par moments, parfois douteuse, surtout si on la compare à L’Hyper temps, mais elle se lit comme un classique de Leiber. C’est sa voix qui nous donne les histoires de Fafhrd et de Mouser qui sont étonnamment bizarres, et c’est une voix que j’adore. Tant de choses, au retour de la mémoire de Greta, sont dites en si peu de temps, que je trouve toute ma tête bourdonnante avec elle.

– « Nouvelles » Fritz Leiber est un nom légendaire dans la science-fiction et le fantastique, là-haut parmi les étoiles avec des personnages comme Isaac Asimov, Arthur C. Clarke et autres.  Grace à ce livre vous pouvez le découvrir.   L’auteur utilise le monde du futur et les avancées scientifiques imaginées comme un accessoire pour accrocher ses histoires, qui sont pour la plupart des fantasmes.

Certaines histoires sont des vignettes surréalistes, troublantes dans leur sombre intensité. Il est intéressant de noter que, selon Leiber, ces deux histoires « se sont presque écrites toutes seules ». L’homme qui n’a jamais grandi jeune est l’histoire d’un éternel dans un monde où le temps recule : tout autour de lui, il voit les gens grandir jeunes et retourner dans le ventre de leur mère, mais il est destiné à vivre pour toujours. Dans Mariana, le monde de l’imaginaire est amené à sa conclusion logique – ce qui est (terriblement !) ridicule.

Ces histoires couvrent la période allant de la fin de la Seconde Guerre mondiale dans les années quarante à la période de la guerre froide au début des années soixante-dix : et beaucoup de ces histoires reflètent les préoccupations de l’époque dans leur contenu et leur intention. La santé mentale et la recherche : Un Ennemi est un ennemi qui se préoccupe sans détour de la guerre et de la domination du monde. Ce sont essentiellement des histoires moralisatrices sur la guerre.

Un superbe ouvrage pour découvrir où redécouvrir cette artiste.

  Note : 10/10

 

  • Broché : 555 pages
  • Editeur : Mnémos Editions (31 janvier 2020)
  • Collection : INTEGRALE
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2354087535

51oUF126k5L._SX330_BO1,204,203,200_

 

Rétrograde (1 janvier 2020) de Peter Cawdron

Liz Anderson est l’une des cent vingt personnes vivant au sein de la colonie martienne Endeavour. Entourée de ses collègues représentant les principaux pays du monde, et sous la direction de quatre agences spatiales travaillant de concert, Liz s’est engagée pour une mission de dix ans sur la planète rouge. Mais la camaraderie martienne vole en éclats lorsque, sur Terre, le feu nucléaire pleut sur plusieurs grandes villes.

Achat du livre : https://amzn.to/36UYC9i

Chronique : Bien que plusieurs livres aient été écrits sur les gens piégés sur Mars (le plus récent étant  » The Martian  » d’Andy Weir), Cawdron a adopté une approche légèrement différente, en plaçant un important contingent de colons sur Mars, puis en faisant en sorte qu’un incident se produise sur Terre, ce qui signifie qu’ils sont seuls puisque la Terre est perdue pour eux. Comment survivent-ils sans leur soutien ? Il y a ensuite une autre histoire qui se passe sur la colonie de Mars qui crée ce livre étonnant que vous ne pouvez pas vous empêcher de lire.
Cawdron a écrit un livre étonnant ici, en entrant dans les détails incroyables sur la colonie de Mars, comment elle devrait être créée pour que les gens puissent réellement survivre, en utilisant la recherche réelle (il cite plusieurs sources dont la NASA), pour créer cette histoire qui est incroyablement réaliste, détaillée et authentique. En lisant cette histoire, vous obtenez une véritable éducation sur ce qui sera réellement nécessaire pour vivre sur Mars, comment une colonie fonctionnera, et ce dont ceux qui y vivent auront besoin pour survivre. En plus de cet incroyable thriller de science-fiction qu’il a écrit, il y a une sorte de documentaire détaillé intégré à l’histoire qui ne fait qu’ajouter à cette histoire exceptionnelle.
L’histoire est racontée du point de vue de l’un des colons américains, Liz, et comment, après qu’un incident majeur sur Terre ait coupé le contact avec la colonie, cela a un impact sur chacun des principaux acteurs. Il y a 4 modules principaux dans la colonie, le module chinois, le module américain, le module russe et un module eurasien qui est composé de Japonais, de Britanniques, d’Espagnols, d’Australiens et de quelques autres nationalités. A travers les yeux de Liz, nous pouvons voir comment les événements qui se sont produits sur Terre affectent chacun des autres colons, chacun des autres personnages du livre, qu’ils soient majeurs ou mineurs. C’est une façon très intelligente d’écrire l’histoire, permettant à un seul personnage de nous raconter l’histoire, mais en même temps, nous obtenons aussi les perspectives de plusieurs autres personnages, ainsi qu’une idée de la taille et de la population de la colonie, et un concept de ce que c’est que de vivre dans la colonie, pas seulement pour Liz et le contingent américain, mais aussi pour chacune des autres nationalités. C’est encore un autre exemple de l’exceptionnelle qualité d’écriture de Cawdron.
Il y a des personnages fascinants dans cette histoire, du commandant américain qui est un astronaute autodidacte, qui a appris tout seul en combattant comme soldat des Forces Spéciales. Son 2IC, Harrison, est bruyant, odieux, mais a un centre plus doux, si vous prenez le temps de le trouver. Le contingent chinois est d’une grande beauté, avec Doi, l’aînée des commandants, mise sur ses chemins, Jaiyun, la meilleure amie et l’amante de Liz. Les Russes ont quelques caractères standard, Vlad, très intelligent, aime boire, et il y a la belle Dr Anna, dont tout le monde tombe amoureux au premier regard. Bien sûr, elle est aussi l’une des personnes les plus intelligentes de la station.
C’est un regard approfondi sur la survie sur Mars, un thriller avec de multiples sous-intrigues qui se déroule après que les événements sur Terre aient eu lieu et bien sûr, c’est juste une histoire exceptionnelle de personnages de science-fiction.
Les interactions entre chacun des personnages sont intelligentes et granuleuses, réalistes, Cawdron a consacré beaucoup de temps et d’efforts à s’assurer que les conversations sur le front de la science-fiction sont exactes en demandant conseil à la NASA, il a fait ses recherches sur la construction d’une colonie sur Mars, à tel point que quelqu’un devrait l’engager pour faire partie d’un comité chargé de concevoir les plans de la prochaine base là-haut.
Et tout cela avant que les véritables rebondissements de l’histoire ne s’installent et que vous ne réalisiez que vous n’êtes pas encore entré dans la vraie histoire. Comme je l’ai dit, il y a beaucoup d’intrigues et de sous-intrigues pour en faire un thriller exceptionnel qui vous laissera assis à la fin en faisant  » Huh  » pendant que vous mettez tout cela en place.

Note : 9/10

 

  • Broché : 368 pages
  • Editeur : Folio (1 janvier 2020)
  • Collection : Folio. Science-fiction
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2072876761

416e6tKLkOL._SX302_BO1,204,203,200_

 

 

Pyramides de Romain BENASSAYA | 9 janvier 2020

2182, des colons fuient la Terre devenue stérile dans une vingtaine d’immenses vaisseaux pour un voyage de deux cents ans. Toutes prennent la direction de Sinisyys, une autre planète bleue, dans le système 82 Eridani. Une seconde chance pour l’humanité. Mais à leur réveil d’un long sommeil en biostase, les occupants du Stern III ne se trouvent pas sur le nouvel Éden tant souhaité. Ici, point de voûte étoilée, et l’IA du vaisseau en panne ne peut leur donner aucune indication.
Les seuls indices que les passagers ont sont l’extraordinaire évolution de la forêt qui sert de poumon au vaisseau, et des Jardiniers – des pucerons génétiquement modifiés devenus scarabées. Combien de temps ont-ils bien pu passer en stase pour qu’une telle chose soit possible ? Et quel est cet environnement froid et noir, ressemblant à un tunnel aux proportions dantesques ?

Achat du livrehttps://amzn.to/2T7Xv1O

Chronique :Qu’on put ressentir les explorateurs d’antan lorsque, après un long voyage, ils découvrent qu’ils ne sont pas parvenus à destination et surtout que le lieu où ils se trouvent leur est complètement inconnu ? C’est sur ce sentiment étrange, mélange de peur et d’incompréhension, que l’auteur base son récit.

Il n’est pas tant question de science-fiction dans cet ouvrage que de nature humaine. Les détails ayant trait à la science-fiction sont exposés de manière claire et concis, le récit se concentre sur les réactions des naufragés qui doivent appréhender un environnement inconnu et aux proportions gigantesques. Le récit se transforme alors en fable ethnologique nous montrant comment un groupe d’humains livré à lui-même peut se livrer aux pires comportements comme aux meilleurs. Les tensions se créent vite et certains personnages tombent rapidement dans les extrêmes, en étant fermés au dialogue et prêt à tout pour imposer leurs points de vue. C’est le seul reproche que je pourrais faire au livre, il manque une transition entre la naissance des différents groupes et le durcissement des opinions. On a l’impression qu’il manque une étape dans le basculement psychologique des personnages. Le manque de caractérisation des personnages secondaires n’aide pas.

Cependant l’auteur parvient à nous conter la création d’une société humaine sans être jamais ennuyeux malgré le nombre de pages conséquents. Le mystère entourant leur présence dans ce tunnel mystérieux reste finalement au second plan, l’auteur préférant se concentrer sur les passions humaines. Les détails épars distillés par l’auteur suffisent à maintenir la curiosité du lecteur tout au long de l’œuvre.

Le final apportera autant de réponses que de questions mais offrira de belles fins aux arcs narratifs des principaux personnages.
Pyramides offrent donc un récit captivant, une fable sur la nature humaine et ses travers, mais aussi sur sa force et sa capacité d’adaptation. On pourrait retenir que la morale de l’histoire est que la providence sourit aux téméraires.

Note : 8/10

 

  • Poche : 624 pages
  • Editeur : Pocket (9 janvier 2020)
  • Collection : Science-fiction
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2266292617

71vjykr5otl1165564673.jpg

 

 

Lou après tout tome deux La communauté de Jérôme Leroy (3 octobre 2019)

Résumé : Épuisée, Lou revient vers la mer afin de se laisser mourir sur la plage où Guillaume lui a appris à nager. Marchands d’esclaves, pillards, Entre-Deux… avec son lot d’horreurs, la vie d’après le Grand Effondrement mérite-t-elle que l’on se batte encore pour elle ?
Plusieurs rencontres inattendues amènent Lou à continuer, malgré tout. Chez les Wims, elle découvre une communauté harmonieusement organisée sous l’autorité d’un Délégué. Et puis, il y a Amir… Une promesse d’apaisement, enfin.
Lou le savait pourtant bien : c’est au moment précis où l’on baisse la garde que surviennent les pires dangers.

Chronique : Après un premier tome qui posait les bases de ce monde apocalyptique, Jérôme Leroy nous revient avec le deuxième volume de sa trilogie sur la fin du monde.

Le premier volume introduisait le duo touchant composé de Guillaume et de Lou. Le monde en ruine décrit par l’auteur n’avait rien d’original mais avait le mérite d’être suffisamment captivant pour nous tenir en haleine. La force du récit tenait surtout à la complicité entre les deux protagonistes. Mais ce postulat de départ ayant volé en éclat, l’auteur peut-il encore nous intéresser à son récit ?

Le style est toujours aussi fluide, les mots s’echouent sur les pages comme les vagues sur la plage. Pour tous les amateurs de récits post-apocalyptique le récit ne propose rien de bien original. On y retrouve les thèmes chers à ce genre : l’homme est un loup pour l’homme, la difficulté de survivre face aux hordes innombrables de morts-vivants, le groupe de survivants très bien organisés à la tête de laquelle se trouve un despote qui rappellera forcément un certain gouverneur. Les thèmes sont vus et revus certes mais ils sont mis en scène de manière efficace. En choisissant de situer son récit sur le littoral du nord de la France rend le récit encore plus vivant. Une certaine poésie se dégage de ces paysages ravagés par l’homme et qui retrouvent lentement leurs états sauvages.

Lou, la jeune guerrière solitaire, incarne l’âme du livre. Son portrait est finement dressé, jamais trop aguerri car elle reste une jeune fille dans un monde sans foi ni loi, mais jamais trop naïve non plus car les épreuves qu’elle a traversées on fait d’elle une véritable amazone prête à relever tous les défis. Son amour pour l’odyssée d’Homère et la poésie d’Apollinaire font d’elle un pont culturel entre la civilisation disparue et ce nouveau monde barbare ainsi que la preuve que l’humanité n’a pas encore complètement sombré dans la bestialité.

Portée par une héroïne solide et extrêmement attachante, cette trilogie offre une variante qui manque peut-être d’originalité mais qui offre mine de rien un récit épique. Il ne reste plus qu’à espérer que le troisième et dernier volume nous offre une conclusion à la hauteur de nos attentes.

Note : 8/10

Éditeur Syros Jeunesse
Date de publication 3 octobre 2019
Langue Français
Longueur du livre 432
ISBN-10 2748526449

Les 15 meilleurs livres de 2019 à ajouté à votre liste de lecture ou à offrir :)

Si vous avez besoin d’un nouveau livre à ajouter à votre liste de lecture, ne cherchez pas plus loin que ce tour d’horizon des meilleurs livres qui sont sortis cette année. Nous avons été gâtés avec des lectures incroyables ces derniers temps, donc si vous êtes à la recherche d’un tourne de pages où d’un livre à offrir voici la sélection de 2019.
(Par Geoffroy)

1 – Midi pile de Rébecca Dautremer  (Sarbacane)

Achat du livre : https://amzn.to/2MOb3L1

Chronique : « Midi pile », est un superbe album jeunesse sorti chez Sarbacane signé Rebecca Dautremer sur ce qui peut ce passer AVANT un rendez-vous. Un livre, véritable trésor de délicatesse à mettre entre les mains de tous les enfants à partir de six ans. Rébecca Dautremer propose ici un album ciselé tant dans la tendresse de son propos que dans le détail et l’aboutissement du graphisme.  La couverture donne immédiatement envie d’aller voir plus loin et de feuilleter l’album avant de le lire. Les illustrations sont originales et extrêmement variées tout en gardant une belle unité. Rebecca Dautremer  offre ici un album sublime et découpé par la magie du laser.

412WSyed8rL._SY329_BO1,204,203,200_.jpg

2 – La Prisonnière du temps de Kate MORTON  (Presses de la Cité )

Achat du livrehttps://amzn.to/2M5D1T3

Trouvez votre coin de lecture préféré, prenez la boisson de votre choix (en fait, ce serait le livre parfait pour lire devant une cheminée, enveloppé dans un édredon, regardant la neige ou la pluie tomber, mais je n’avais pas le choix) et laissez Kate Morton vous transporter. Oui, elle a écrit sur une autre maison, une maison qui a été témoin d’un grand amour et d’une perte insupportable, une maison qui est le dépositaire de nombreux secrets. Une lecture immersive et séduisante, bien que lente. Un conte gothique, où le passé et le présent se rencontrent, où il y a quelqu’un qui a tout vu, incapable de partir.

3 – L’étoile du nord de D.B. John (Les Arènes)

Lien achat du livrehttps://amzn.to/36HMTdC

Ce livre a un tel impact, mais le paragraphe qui expliquera le plus pourquoi il a affecté mon calme mental et émotionnel est le suivant : « La famine s’est aggravée, et sa quête de nourriture n’a pas suffi. Le jour où elle a vu des enfants dans le village ramasser de la merde de boeuf à la recherche de graines non digérées à manger, quelque chose à l’intérieur d’elle a changé en permanence ». C’est frais – stimulant intellectuellement – enrichissant les connaissances – parfois exaspérant – avec une atmosphère tendue.
Écrit de façon sensationnelle !

41ffbj8UzTL._SX355_BO1,204,203,200_.jpg

4 – Anatomik de Serge Brussolo (Bragelonne)

Achat du livre : https://amzn.to/358UuAZ

Brussolo n’utilise pas une surabondance de mots dénués de sens. Il réussit à évoquer l’émotion et à la capacité de raconter une belle histoire en utilisant le minimum de mots, ce qui permet un style de narration rapide. Brussolo incorpore également un style d’humour noir de potence dans le livre, ce qui convient à la tonalité sombre de l’ensemble.L’écriture est réellement créative et jamais ennuyeuse ; la construction tant du récit que de l’univers est sans faillesDe la science-fiction certes mais politique. Un livre à lire de toute urgence par les fans de science-fiction, et par ceux qui dénigre ce genre littéraire d’une originalité et d’une force rare.

51fvMdpKQKL._SX331_BO1,204,203,200_

5 – Le Château des animaux : Tome 1 de Félix Delep et Xavier Dorison (Castermann)

Achat du livre : https://amzn.to/336NQdq

Un véritable coup de coeur, cette bande dessinée dur rend hommage au chef-d’oeuvre de George Orwell, la ferme des animaux avec un sujet d’actualité mais sans jamais le rendre compliqué. Les auteurs : Félix Delep et Xavier Dorison abordent sous l’angle de la filiation et des transmissions de savoir des êtres qui passent de génération en génération. Des moments beaux et touchants, un amour et une complicité, l’histoire d’une complicité intergénérationnelle qui fait réfléchir sur l’évolution politique de nos sociétés actuelles. Un très beau moment de lecture magnifiquement écrit et dessiné.

1.jpg

6 – Cahier de Dessin Animé – Le Petit Nicolas  (Cahier de dessin animé)

Achat du livre : https://amzn.to/2PsNutK

Si vous ou votre enfant en avez marre des coloriages, pourquoi ne pas se tourner vers le « cahier de dessin animé », une collection de livres publiée par les Éditions Animées, fondées en 2015 par Claire Faÿ . Ici le titre consacré au célèbre écolier : Le petit Nicolas, et l’expérience est réussie. Le livre se présente dans un format à l’italienne afin de faciliter la procédure nécessaire à l’animation des dessins qui est très bien pensé pour le coloriage. Sur la page face au dessin, Le texte intégral de Goscinny.

519UmecwsnL._SY338_BO1,204,203,200_

7 – Un ours à la mer ! de Christine Schneider et Herve Pinel(Seuil Jeunesse)

Achat du livre : https://amzn.to/2rUHp0m

Un livre pour les enfants qui ne comprendront pas à première fois la nuance du recit sur l’amour qu’a un enfant et son doudou ainsi que ça séparation. Mais peut-on se séparer sans peine ? Pourquoi la séparation fait-elle naître en nous un sentiment d’abandon ? Qu’est-ce que le travail de deuil, et est-il jamais terminé ? À quoi servent les souvenirs ? Sommes-nous vraiment nostalgiques de cette fusion première avec notre doudou? Avec ce livre qui ici répond avec de la chaleur et de l’humanité une grande empathie pour les enfants nous qui tendant ainsi un miroir où chacun retrouvera ses interrogations et ses appréhensions face à la séparation

51-errdf0ul._sx492_bo1,204,203,200_

8 –  Le cycle de Mithra de Rachel Tanner (Mnemos)

Achat du livre : https://amzn.to/35wDeGu

Sans mièvrerie ni moralisme, comme en fait foi le splendide portrait des deux concubines d’un patricien. Sans misérabilisme non plus, mais avec réalisme quant à la misère et l’injustice, à la douleur et aux blessures, ou à l’exploitation, y compris sexuelle, y compris celle des enfants, ceci avec une authentique sensibilité, de celles qui font cogner fort, et droit à l’estomac. Et avec, en fait, une attention constante aux choses et aux gens, et une volonté de parler du passé non tel que le mythifient les adeptes du « bon vieux temps » mais tel qu’on peut le connaître, quitte, à partir de là, à le modifier et à le rêver, mais dans ses dégueulasseries et son humanité mêlées. Avec cette intégrale de Rachel Tanner les lecteurs auront fort envie de se le procurer.

https://culturevsnews.files.wordpress.com/2019/05/51uddtxtwl._sx358_bo1204203200_.jpg 

9 – Nos éclats de miroir de Florence Hinckel (Nathan)

Lien achat du livre : https://amzn.to/2YW9Rel

Ce livre nous emporte à travers le sentiment et réactions de Cléo sur ce carnet. Les adultes peuvent être mieux à même de comprendre les adolescents d’aujourd’hui. Ces préoccupations sont en partie les mêmes que celles de leurs parents au même âge, mais le contexte sociologique et technologique est bien différent (place des échanges virtuels…). Cette lecture est très agréable et on lit le roman d’un traite.

10 – Le Gène Atlantis de A.G. Riddle (Bragelonne)

Lien achat du livre : https://amzn.to/33qt7Sl

Si vous aimez la science-fiction/thrillers, vous aimerez probablement ce livre. Parce qu’il s’agit du premier livre d’une série, ne vous étonnez pas qu’il ait une fin ouverte un peu comme le font les séries télévisées. Certains critiques se sont plaints de la fin, mais je pense qu’ils ne comprennent tout simplement pas que le twist est conçu pour aiguiser suffisamment la curiosité du lecteur pour acheter le prochain livre de la série. Un roman qui vaut le détour et qui vous accompagnera en voyage avec grand plaisir.

51ZLIXPCAhL.jpg

11 –  Horrifikland de Lewis Trondheim et Alexis Nesme (Glénat)

Achat du livre : https://amzn.to/38JuTBo

Alexis Nesme, dans un graphisme hors d’âge, offre un écrin sur mesure à cette histoire horrifiquement drôle. Il apporte une patte très personnelle au graphisme des personnages tout en respectant les codes de leurs personnalités et de leurs attributs. Les décors touffus donnent à voir dans tous les coins faisant de l’album un livre qui peut se lire et se relire sans lassitude. Là est la richesse du média bande-dessinée. Les en-têtes chapitrant l’histoire nous invitent dans les années 30 comme dans les plus beaux cinémas-théâtres de l’époque. Un des meilleurs épisodes de la série.

11 – Toto Ninja chat et l’évasion du cobra royal de Dermot O’Leary et Nick East (Gallimard Jeunesse)

Achat du livre : https://amzn.to/2EsUSzb

Parfait pour les lecteurs réticents ou les jeunes lecteurs. L’intrigue est passionnante et rythmée et les personnages sont hilarants. Les illustrations sont superbes et aident à engager et à briser l’histoire pour que les enfants n’aiment pas trop la lecture. Il y a aussi beaucoup de vocabulaire nouveau dans ce livre.

12 – Vorrh de B. CATLING ( Outre Fleuve)

Achat du livre : https://amzn.to/35BpXwE

Il s’agit d’un livre spectaculaire, comme un scintillement de lumière qui rend les autres livres fades et monochromes. Je vous le recommanderais si vous aspirez secrètement à quelque chose qui vous sortira du classicisme de la lecture, quelque chose qui ouvrira votre subconscient et brouillera les frontières entre la prose et la poésie… et les rêves.

51O-1FzDKSL._SX340_BO1,204,203,200_.jpg

13 – Ninie ! de Michaël Escoffier (KALEIDOSCOPE )

Achat du livre : https://amzn.to/38PZ3mr

On sait que la répétition est essentielle à l’épanouissement cérébral et affectif et ce livre permet d’anticiper les rituels et de les rejouer à l’infini afin de leurs expliquer au mieux leurs quotidiens.Ninie incarne l’enfant qui grandit, indécis, audacieux plein de fantaisie et d’imagination. Douceur, respect et bienveillance qui est écrit et illustré avec beaucoup de douceur ce livre aborde habilement des problématiques rencontrées par des tout petits en proposant des histoires courtes et originale qui laissent place à l’imaginaire.

14 – L’Incroyable histoire de la littérature française de Catherine Mory et Philippe Bercovici (Les Arénes)

Achat de la bd : https://amzn.to/2JwxL9P

Le trait caricatural de Bercovici se prête à merveille à ce projet. Grâce à son trait de crayon irrévérencieux il redonne vie et stature humaine à des grands noms tels que Victor Hugo, Émile Zola ou Albert Camus. Dense, passionnant d’une époque à l’autre, souvent drôle, cet ouvrage pourrait peut-être plus se voir comme une boîte de chocolats dans laquelle le lecteur est invité à piocher à sa guise pour découvrir à chaque bouché de nouvelle saveurs.

817ys87bbal1875384335.jpg

15 – L’étrange histoire du collectionneur de papillons de Rhidian BROOK (Fleuve)

Achat du livre :https://amzn.to/38QP1Sm

Voyage dont on voudrait prolonger la durée tant il représente une bulle de respiration dans le récit avant que celui-ci ne prenne une tournure plus tragique. Le dernier tiers du livre prend en effet une tournure plus sombre. Les enjeux se font plus graves et les masques tombent, et c’est là que l’auteur en profite pour lancer son troisième sort. La transition entre l’atmosphère plus légère du road trip et l’aspect tragique est certes un peu brutale mais nécessaire. Il s’agit pour l’auteur de redistribuer les cartes pour la dernière partie de l’histoire, l’heure n’est plus à la bravade ni au grand discours. La tension s’installe très vite et on sent bien que l’on est passé à une autre étape du récit, celui où tout va se dénouer pour le meilleur ou le pire. L’auteur nous livre ici une véritable épopée moderne tantôt drôle tantôt tragique toujours finement maîtrisée avec un Ulysse bien souvent dépassé par les événements, traversé par une galerie de personnages haut en couleur.

 

 

 

Nous sommes Bob, T3 : Tous ces mondes (13 mars 2019) de Dennis E. Taylor

Le quotidien d’un vaisseau interstellaire intelligent devrait vraiment être plus fun. Pourtant, depuis qu’ils se sont éparpillés dans l’espace, Bob et ses clones ont toujours des ennuis.

Certes, ils ont établi assez de colonies extrasolaires pour empêcher l’extinction de l’humanité. Mais les querelles politiques ont la vie dure, et des sondes brésiliennes essaient encore d’éliminer toute concurrence. Sans parler du conflit avec une espèce extraterrestre technologiquement plus avancée, dotée d’un grand appétit et d’un caractère explosif.

Désormais les Bob doivent se préparer à une bataille décisive pour défendre les leurs. Ils vont avoir besoin de toute l’aide possible… or deux Bobs de la huitième génération ont fait une trouvaille dans l’espace profond. Une découverte qui pourrait sauver la Terre et peut-être l’humanité tout entière…

Achat du livre : https://amzn.to/344jmJn

Chronique : Et nous revoilà avec le troisième et dernier volume de la trilogie geek de Dennis E. Taylor. L’auteur parvient-il à conclure dignement sa saga spatiale ? C’est ce que nous allons voir.

Ce troisième volume se veut plus terre à terre que les précédents. L’exploration spatiale laisse place aux multiples colonisations par les humains des planètes découvertes par les Bob. Les intrigues se font plus humaines, plus sentimentales aussi, et cela n’est pas pour me déplaire. J’ai toujours trouvé que l’auteur s’en sortait mieux dans les interactions de Bob avec les humains que dans les scènes se déroulant dans l’espace. N’allez pas croire pour autant que l’on s’ennuie à la lecture de cet ultime tome. On a droit à une rébellion sur une planète aquatique, l’évacuation des derniers terriens et les premières guerres claniques. Les réunions de Bob et sa multitude de clone, les fameux grands raouts, sont toujours un délice de lecture. L’auteur conclue ici les intrigues débutés dans le premier volume tout en développant la mentalité des Bob, I. A. immortels destiné à survivre à cette humanité qu’il a sauvée de l’extinction.

Le côté space-opéra de la saga refait surface de manière plus sporadique, à l’occasion d’une bataille contre un ennemi de la première heure mais surtout face aux grand ennemis que sont les Autres, cette race insectoide qui moissonne les mondes pour piller les matières premières. Contrairement au précédent volume où je trouvais les batailles spatiales plutôt brouillonnes, celles décrites dans ce tome apparaissent beaucoup plus lisible et mettent toujours en avant l’ingéniosité des Bob.

En trois tomes l’auteur à livrer une saga qui est un hommage à la culture geek. Bob et son bataillon de clones, qui ont surmonté tous les obstacles avant tout avec leurs cerveaux, sont les équivalents de ces icônes pop immortelles, issues du cinéma ou de la bande dessinée, qui ont bercé, et continue à bercer, notre imaginaire.

Note : 8/10

 

  • Broché : 351 pages
  • Editeur : Bragelonne (13 mars 2019)
  • Collection : Bragelonne SF
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 979-1028106973

71rv6ef8+3l2120366112..jpg