L’île interdite de James Rollins, Gare aux piqûres

On ne va pas y aller par quatre chemins pour parler de cette lecture, c’était fun, c’était divertissant, c’était tout à fait le genre de lecture de  décompression dont on a besoin lorsque l’on s’apprête à partir en vacances.

N’attendez rien du style ni de la psychologie des personnages. On lit un James Rollins avant tout pour l’action et ses intrigues pseudo scientifiques improbables mais captivantes. On en profite au passage pour glaner quelques éléments de culture générale. Dans ce volume des aventures de la force Sigma l’auteur évoque la route de l’ambre, les mines de sel de Wieliczka, un endroit qu’il m’a donné envie de visiter mais aussi les mystères entourant James Smithson et le Smithsonian.

La formule Rollins consiste à appliquer à la lettre la formule du Blockbuster hollywoodien. L’action frénétique y est juste entrecoupée de passages explicatifs, les méchants sont très méchants, voire même stupide par moments, comme le vénérable Takashi qui fait preuve de beaucoup de légèreté dans la communication de son plan diabolique, comme quoi la sagesse ne vient pas forcément avec l’âge. Les gentils sont altruistes, volontaire mais il ne faut pas trop les chercher non plus et l’intrigue est une profusion d’incohérences qui finissent par être gênantes, surtout vers le dénouement mais encore une fois la vraisemblance n’est pas ce que l’on recherche avec ce genre de lecture.

Si l’on est capable d’accepter ces défauts inhérents à ce genre de roman d’aventures on passe plutôt un bon moment. Il manque peut-être juste une pointe d’humour qui permettrait à l’intrigue de prendre un peu de recul sur cette crise mais le comic relief c’est tout un art que ne maîtrisent pas forcément les blockbuster.

Résumé: Au large des côtes du Brésil, une équipe de scientifiques découvre une île où toute vie a été éradiquée par une espèce inconnue et extrêmement dangereuse. Avant d’avoir pu rapporter leur découverte, ils sont tous éliminés par une force mystérieuse. Seul un expert des créatures venimeuses en réchappe. Mais face à une espèce qui s’adapte à son environnement au risque de devenir de plus en plus incontrôlable, le commandant Gray Pierce et son équipe vont devoir affronter leurs plus grandes peurs pour éviter que le monde que nous connaissons soit entièrement détruit.

  • Éditeur ‏ : ‎ Fleuve éditions (8 avril 2021)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 480 pages
  • ISBN-10 ‏ : ‎ 2265143952
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2265143951
  • Poids de l’article ‏ : ‎ 560 g
  • Dimensions ‏ : ‎ 15.6 x 3.1 x 22.6 cm

Mes vies à l’envers de Maxime Fontaine, une aventure sans dessus-dessous

Voilà un récit jeunesse qui a compris le sens du mot aventure.

Cela fait presque deux semaines que j’ai fini le roman de Maxime Fontaine mais la photo me posait un gros souci. En effet difficile de prendre une belle photo lorsqu’on a lu l’ouvrage sur une liseuse en noir et blanc. Mon escapade dans le pays béarnais était l’occasion rêvée pour rendre hommage à ce savoureux roman d’aventures fantastique.

Si parmis vous se trouvent des parents qui veulent initier leur adolescents fâchés avec la lecture ce roman me paraît idéal. Ils pourront y suivre les déboires de ce pauvre Yohann dans un voyage inattendu qui va l’amener des tranchés de la Première Guerre mondiale jusqu’au Japon féodal en passant par la ville de Lisbonne du 18ème siècle. L’aventure commence immédiatement, le rythme est effréné et, chose de plus plus en rare, on a un personnage d’adolescents bien écrit, au caractère sensé et plein de ressources.

Et de la ressource il en aura bien besoin pour faire face au danger qui l’attend. L’attrait du récit repose sur ce jeune personnage positif et altruiste. Le rythme est parfaitement dosé entre action et passage plus posé, mention spéciale à la période où Yohann suit l’entraînement du charismatique Edmundo, le médecin royal exilé, bretteur à ses heures perdues.

L’ouvrage s’inscrit bien sûr dans le cadre du récit initiatique. S’il apparaît tout d’abord naturellement désemparé, Yohann va petit à petit développé ses capacités, son regard va s’affûter et son esprit s’ouvrir à toutes les époques qu’il va traverser. En tant que lecteur voir grandir et mûrir ce jeune homme sous nos yeux est un plaisir de lecture immense. L’attachement entre Yohann et le lecteur est une condition indispensable pour apprécier la lecture.

Un excellente lecture pour tous les jeunes qui cherchent à se réconcilier avec la lecture. Le seul passage qui m’ait fait tiquer c’est lorsque le grand ennemi de l’intrigue se dévoile, la phase explicative m’à paru trop longue et vient briser un rythme soutenu jusqu’alors mais il s’agit d’un défaut somme toute mineur et subjectif, d’autres pourront être soulagés avoir enfin toutes les réponses être dévoilées.

Résumé : Rentrant chez lui, Yohann Massart, jeune lycéen, se fait assassiner par trois personnes masquées. Parmi elles, il reconnaît sa petite amie. Mais au lieu de mourir, son esprit remonte le temps, pour atterrir dans le corps d’un simple soldat de la Première Guerre mondiale. Complètement déboussolé, Yohann déserte son bataillon pour traverser la France d’Est en Ouest, et rejoindre son village natal. La tête emplie de questions, il souhaite comprendre le pourquoi de ce voyage à l’aube du xxe siècle. Mais sur son chemin se dresse un nouveau trio d’assassins qui n’ont qu’un but : le faire disparaître.

  • Éditeur ‏ : ‎ Gulf stream éditeur (3 mai 2018)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 352 pages
  • ISBN-10 ‏ : ‎ 2354886128
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2354886127
  • Âge de lecture ‏ : ‎ 13 – 18 années
  • Poids de l’article ‏ : ‎ 500 g
  • Dimensions ‏ : ‎ 14 x 2.3 x 22 cm

La boutique Vif-Argent: Une valise d’étoiles (4 janvier 2018) de Pierdomenico Baccalario et Iacopo Bruno

Il existe tant d’objets magiques… mais un seul endroit au monde où les cacher. Poussez la porte de la boutique Vif-Argent ! Puni pour avoir fait l’école buissonière, Finley doit remplacer durant l’été le facteur du village d’Applecross. Un jour, il porte une lettre à une étrange boutique perchée à flanc de falaise et il fait la renocntre de l’irrésistible Aiby Lily, qui le fascine. Peu à peu, elle l’entraîne dans un monde où se mêlent des événements inexplicables, des énigmes insolubles et de redoutables ennemis…

Chronique : Finley McPhee, treize ans, vit à Applecross, un minuscule village du nord de l’Ecosse où il ne se passe jamais rien. Ses parents élèvent des moutons, et les jours où il fait beau, le jeune garçon sèche l’école pour aller à la pêche avec son meilleur ami: son chien Chiffon. Jusqu’au jour où une mystérieuse boutique aux murs rouges, tenue par l’envoûtante Aiby Lily, apparaît sur la plage comme si elle sortait de nulle part… Belle histoire! Très doux, amusant et excitant et on veux en savoir plus sur le mystérieux propriétaire, M. Lily, sa fille bien sûr, et leurs clients énigmatiques. Il y a beaucoup d’aventures de contes de fées dans ce livre, à l’intervalle de chaque chapitre nous avons également droit à une illustration ainsi qu’une petite description d’un objet à la vente dans cette fameuse boutique.
Passons à l’histoire en elle même maintenant c’est donc le premier livre d’une série, qui pour une introduction n’est pas mauvaise du tout. Le livre contient assez de rebondissement pour tenir le lecteur. Les personnage assez attachant pour qu’on s’intéresse a eux. Cette histoire et certain personnage ayant droit à leur part de mystère voir beaucoup. En somme un livre qui apporte plus de question que de réponse.
Cependant on fini assez vite ce livre n’ayant que 230 pages mais on à hâte de lire la suite.

Note : 8,5/10

 

  • Poche: 224 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 13 années
  • Editeur : Folio Junior (4 janvier 2018)
  • Collection : Folio Junior

51i3aVft77L._SX346_BO1,204,203,200_.jpg

 

La vie rêvée de Joséphine Bermudes (25 août 2017) de Mim et Benoit Bajon

Hector Boulay aime sa petite routine, les choses bien rangées et travaille au Ministère des rêves, où il note et archive les rêves des gens pour leur permettre de rester les pieds sur terre. Une mission qui lui convient parfaitement. Mais ces derniers temps, il doit tout de même s’avouer qu il s’ennuie un peu…

Chronique :  Qui est Joséphine Bermudes ? C’est une petite fille normale, c’est Indiana Jones des fillettes. Elle se montre courageuse et c’est une petite fille très intelligente et extrêmement maligne, qui va être d’une grande aide à Hector.  L’intrigue est assez improbable. Elle est très amusante néanmoins, remplie de rebondissements, des jeux de mots ingénieux, et des farces et des plaisanteries.
Un bon slivre qui allie humour et aventures. dans un monde fantastique et merveilleux, où tous les rêves (et les coups) sont permis.

Note : 9/10

  • Broché: 112 pages
  • Tranche d’âges: 6 – 9 années
  • Editeur : MAGNARD (25 août 2017)
  • Collection : ROMANS PERLES

61UwacRdIhL._SX323_BO1,204,203,200_

Robot sauvage (15 juin 2017) de Peter Brown

Un cargo fait naufrage. Rozzoum unité 7134, alias Roz, échoue sur une île déserte. Pourra-t-elle survivre dans la vie sauvage ?

Chronique : L’auteur et l’illustrateur du livre Peter Brown, nous raconte un récit de rêve  pour comprendre les racines de notre humanité et essayer de concilier ce que nous apprenons avec la réalité de la vie que nous vivont. C’est une histoire de famille et de communauté; comment apprendre ce qu’est la solitude et comment la combattre; De l’interaction entre le monde humain et le monde naturel. C’est une histoire de sacrifice et où il faut surmonter la peur de l’inconnu et la différence; De changer pour ceux que vous aimez et pour vous-même (et savoir quand ne pas le faire). C’est une histoire qui nous résonne et  cela fera de profondes et belles discussions autour de ce roman.
C’est essentiellement une histoire de survie mais il ne s’oppose pas aux faits fondamentaux de la violence dans la nature (y compris les humains). Mais ce que qui est superbe est la voix unique donnée à toutes les créatures dans les bois, et à quel point l’histoire est passée d’une survivance effrayante à une histoire sur les créatures vivant en équilibre les uns avec les autres, même si elles ne le font pas se comprendre complètement. C’est un message puissant, mais doucement dit, sur les amis adoptifs et le tout superbement illustré. Un vrai coup de coeur.

Note : 10/10

WildRobot2.jpg

 

  • Broché: 288 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 14 années
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (15 juin 2017)
  • Collection : ROMANS JUNIOR

51r5Mo+8vXL._SX338_BO1,204,203,200_.jpg

 

Mabel Jones et le livre de l’apocalypse (03) (22 juin 2017) de Will Mabbitt

Le retour de l’intrépide héroïne Mabel Jones !

Après avoir sauvé sa petite sœur, Mabel Jones est restée bloquée dans le futur, où les houuu-mains ont disparu. Son objectif ? Découvrir la cause de cette mystérieuse extinction ! Aidée par ses fidèles compagnons pirates, Mabel se lance en quête du Livre de l’Apocalypse, un ancien texte houuu-main qui, elle en est sûre, détient la réponse à sa question. Mais les services secrets de deux États rivaux veulent eux aussi mettre la main sur ce précieux trésor…

Chronique :Qui est Mabel Jones ? C’est une petite fille normale, kidnappée par des pirates, parce qu’elle a osée commettre l’acte. L’acte de sortir une crotte de nez avec son doigt et de la manger. Depuis, embarquée sur le navire de l’Asticot Férosse, accompagnée de ses nouveaux compagnons pirates (des animaux étranges, hauts en couleurs), elle va se retrouver au coeur d’une énorme chasse au trésor. Une chasse au trésor qui se révélera être sa seule issue pour rentrer chez elle.
Mabel Jones, c’est la Peter Pan des fillettes. Elle est enlevée par des pirates monstrueux, mais elle n’a pas peur, bien au contraire. Elle se montre courageuse, dévouée aux tâches qui lui sont confiées et ouverte d’esprit quant aux coutumes (bien étranges et différentes des « houuumains ») de ses nouveaux compagnons. En plus de cela, Mabel Jones est une petite fille très intelligente et extrêmement maligne, qui va être d’une grande aide dans la quête des pirates.
Dans ce troisième tome il y a beaucoup d’actions, et les illustrations de Ross Collins rendent le récit encore plus dynamique, tout comme les intrusions de l’auteur, qui s’immisce dans le livre pour commenter les faits et gestes de notre jeune protagoniste. A noter aussi les jeux de l’illustrateur sur le texte, qui s’amuse tantôt à grossir les caractères, tantôt à les rapetisser, qui les adapte au récit (par exemple si la protagoniste tombe, le texte va être placé de façon à créer un effet de chute)… C’est bien pensé, c’est ludique et bon enfant.
Une bonne saga qui allie humour et aventures. dans un monde fantastique et merveilleux, où tous les rêves (et les coups) sont permis.

Note : 9/10

  • Broché: 336 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 12 années
  • Editeur : Nathan (22 juin 2017)
  • Collection : GF 8-10 ANS

51Ul+6Y+M0L._SX331_BO1,204,203,200_

 

La plage (1 juin 2017) de Marie Nimier

Une jeune femme sans nom arrive sur une île, en été. Elle traverse en autobus un paysage aride jusqu’à une plage où elle est déjà venue avec un ami. Elle se souvient d’une grotte où ils se sont aimés. Il n’y a personne sur la plage, pas un souffle de vent. La taverne est fermée. Elle se baigne nue. Est-elle aussi seule qu’elle le croit ? En quittant la plage quelques jours plus tard, elle ne sera plus la même. Jamais plus.

Chronique : Le style de Marie Nimier est bien reconnaissable dans ce court roman à trois personnages.
Le personnage principal est « l’inconnue », elle le restera durant tout le roman. Après s’être délestée en chemin, entre autre d’un sac, puis de sa montre, elle se retrouve sur une île méditérranéenne sur laquelle elle avait déjà vécu une aventure.Elle pense s’y trouver seule, mais y découvre un couple père-enfant déjà installé , elle observe le colosse, et cette petite fille bizarre. S’en suit une aventure noire, et chacun s’en retournera sans explication… Ce que nous savons, c’est que cette inconnue débarque sur une plage qu’elle connaît déjà puisqu’elle y est venue deux ans auparavant avec son ami. Cette fois, cachée derrière les rochers, elle passe son temps à observer le colosse et sa fille, prend des notes dans son carnet. D’abord irritée de leur présence, l’inconnue finit par se rapprocher d’eux. Les trois personnages se découvrent, et partagent quelques jours de vie commune. Ce sera une expérience de courte durée pendant laquelle, ils apprendront un peu plus sur eux.

On referme ce livre avec des questions qui restent en suspens et sans vraiment savoir ce que cette femme est venue chercher ni ce qu’il adviendra des personnages mais on fait un bout de chemin avec eux et on comprend que l’histoire ne s’arrêtera pas là pour l’inconnue qui reviendra l’année suivante.

Note : 8/10

 

  • Broché: 160 pages
  • Editeur : Folio (1 juin 2017)
  • Collection : Folio

index.jpeg

 

Le chasseur de rêves tome 2 Haro sur le Tigronimbus ! (7 juin 2017) de Martin Desbat

Le chasseur et son fidèle Sancho reprennent du service et fourbissent leurs armes. Cette fois, leur traque les mène aux confins du monde des rêves… En bateau, en armure ou en ballon, ils se lancent de nouveaux défis à la hauteur de leurs utopies : traquer le Kraken dans les glaces des pôles, chevaucher un Tignonimbus sous les cieux éthérés, piéger des idées noires et autres créatures imaginaires…

Chronique : Second tome  Le chasseur de rêve fait un choix doucement loufoque dans des codes connus des enfants. Le personnage central, un chasseur à mi-chemin entre Don Quichotte et Tartarin de Tarascon, fort bien secondé par le dévoué Sancho, clin d’œil manifeste à son homonyme ibérique, recherche sans cesse de nouvelles proies à ajouter à son tableau de chasse.

81IM4qgoFmL

L’âme  de Jules Verne participe de la magie poétique qui se dégage de l’ensemble. Voyage dans le temps, animaux fabuleux, mobilier animé et partie de chasse en tout genre, il y a de quoi faire ! Le trait affirmé révèle une personnalité façonné. Les personnages sont affublés de gros nez, les décors bien fournis et la couleur bien appliquée, ni criarde, ni terne, avec des cases et des planches harmonieusement composées. A partir d’une trame anodine, l’auteur mène la chasse avec une inventivité qui trouve sa source dans les grands classiques.

Note : 9/10

 

  • Album: 48 pages
  • Editeur : SARBACANE (7 juin 2017)
  • Collection : BD JEUNESSE

 

51iNreQF+xL._SX369_BO1,204,203,200_

Expédition Malopatt tome 2 Les bons plans de la jungle (7 juin 2017) de Corcal

Le Savana Bar, où les animaux vont se désaltérer à coups de cocktails à la tombée du jour ? Tout ça et bien plus, c’est le quotidien de la famille d’explorateurs la plus marrante de la planète ! Et la plus experte en zoologie barrée..

Chronique : Second tome cette bd s’adresse aux jeunes lecteurs, avec ses deux facettes : une humoristique, l’autre éducative. Dans la jungle gentiment hostile, les 5 aventuriers font en effet des rencontres et des découvertes. Tout en apprenant de la faune et la flore environnante, ils se livrent à des facéties qui concluent chaque planche par un gag. Pour le dessin, pas de révolution.

81hXGc8CIvL.jpeg

C’est du travail honorable qui donne des bouilles simplettes mais amusantes, surmontés de gros yeux qui surlignent les expressions. Les décors et la colorisation donnent à l’ensemble une chaleur enfantine qui fera mouche. Les clins d’œil aux grands classiques comme Astérix sont amenés de manière inventive. C’est amusant et ça ajoute de la fantaisie à une formule pour le moins éprouvée, celle des aventures loufoques en forêt. La couverture surglacée offre une présentation de qualité et soutient ce second album qui nous fait bien rigoler.

Note : 9/10

 

  • Album: 48 pages
  • Editeur : SARBACANE (7 juin 2017)
  • Collection : BD JEUNESSE

61cqrZ0MvFL._SX369_BO1,204,203,200_.jpeg

 

L’île aux mensonges (18 mai 2017) de Frances Hardinge

1860… Faith Sunderly est la fille d’un pasteur et éminent naturaliste. Accusé d’avoir trompé la communauté scientifique, celui-ci part s’exiler avec sa famille sur une île au large des côtes anglaises. Mais des menaces se propagent, jusqu’au drame. Que son père lui a-t-il caché ? Défiant les convenances sociales, avec toute la fougue de ses quatorze ans, Faith osera-t-elle faire surgir la vérité ? Une vérité qui pourrait se révéler fort dangereuse..

Chronique : 1860, et toutes les vraies horreurs sociales que le temps peut apporter, peuvent également être dans le temps, dans les bonnes mains de l’écrivain, qui peuvent apporter le plus grand éclairage sur tous les sujets de l’endroit d’une femme de nos jours. Frances Hardinge est vraiment un écrivain très brillant.
On peut honnêtement dire sans gâcher une chose que ce roman offre une justice merveilleuse pour les femmes et l’estime de soi.Nous pourrions apprendre tout en montrant un si mauvais exemple, et ne pas tenir compte de tous les fautes et fautes que Faith devra prendre dans le roman. On s’inquiète et on est ravi de toutes ses erreurs et de ses triomphes, alors même que on est de plus en plus préoccupé par le résultat final.
Car cela se ressent dans une véritable horreur depuis le début et jamais une fois la tension ne s’est glissée, se basant sur les détails, des caractérisations pointues et des révélations merveilleuses. On pourrait l’appeler une fantaisie sombre, bien sûr, ou une fiction historique avec un réalisme magique plié, ou même un conte de fée tellement enraciné dans la réalité qu’on ne pourrait jamais creuser assez profondément pour tuer l’arbre, mais hélas, cela fonctionne le mieux comme une véritable passionnante où L’horreur touche le merveilleux.
Est-ce que ce roman n’est pas seulement un conte parfait, mais aussi un peu le miroir au fait de sa propre écriture? Un vrai coup de coeur

Note : 10/10

 

  • Broché: 400 pages
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (18 mai 2017)
  • Collection : ROMANS ADO

51Hnia44VSL._SX342_BO1,204,203,200_.jpeg