Récits de la Bible (8 juin 2017) de Pierre-Marie Beaude

Adam et Ève au jardin d’Éden, la vengeance de Caïn contre Abel, Noé construisant son arche pour échapper au Déluge, Moïse qui écarte les eaux de la mer Rouge, David tuant Goliath avec sa fronde… Traduits de l’hébreu et adaptés par Pierre-Marie Beaude, quinze récits extraordinaires, à la portée de tous, pour découvrir l’Ancien Testament.

Chronique : Excellent ouvrage pour ceux qui veulent comprendre l’ancien testament au-delà du texte brut. P.M.Beaude est un exégète reconnu par ses pairs, davantage connu du public par ses livres pour la jeunesse. Le livre est tout à fait fidèle à la Bible pour autant, le texte, bien que très simplifié, est fluide, avec des transitions et de proche en proche, l’enfant apprend ainsi sa langue maternelle et enrichi son vocabulaire en reprenant et en testant de nouveaux mots dans ses phrases. Parfois cela est cocasse et donne lieu aux « mots d’enfants » qui nous font sourire
Par contre elle doit se lire par passages isolés, aléatoirement ou au fil de ses interrogations.

Note : 9/10

 

  • Poche: 176 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 14 années
  • Editeur : Folio Junior (8 juin 2017)
  • Collection : Folio Junior Textes classiques

514RZ5wQkJL._SX346_BO1,204,203,200_.jpg

 

L’imagerie de la Bible (13 janvier 2017) de Colette Hus-David et Isabella Misso

Cette nouvelle imagerie reste un livre à 100 % ; mais en téléchargeant l’application gratuite pour tablette tactile et smartphone, la couverture et les neuf pages de fin vont s’animer et s’enrichir de jeux, d’interactivité et de vidéos, pour permettre à l’enfant de découvrir et d’apprendre encore plus, tout en s’amusant.

Chronique : Un excellent livre pour faire découvrir la Bible aux enfants, même très jeunes;  tout en étant destiné aux jeunes enfants,le livre est tout à fait fidèle à la Bible. Il est normal qu’un livre destiné aux enfants dès 4 ans fasse la part belle aux images, quitte à ce que les parents décrivent l’image et ajoutent leur commentaire, au-delà du court texte écrit par l’auteur. Pour autant, le texte, bien que très simplifié, est fluide, avec des transitions. Le fil conducteur est expliqué page 7 et 8 : « L’Ancien Testament raconte comment Dieu choisit un petit peuple pour lui apprendre à le connaître et à l’aimer. etc… ».Tous les jours, les enfants sont confrontés à des expériences nouvelles, comme des idées et des mots nouveaux. Et de proche en proche, l’enfant apprend ainsi sa langue maternelle et enrichi son vocabulaire en reprenant et en testant de nouveaux mots dans ses phrases. Parfois cela est cocasse et donne lieu aux « mots d’enfants » qui nous font sourire.  Comme toute la collection des Imageries, la qualité est excellente, les pages sont plastifiées et la couverture matelassée pour une plus grande résistance aux petites mains. Un plaisir à lire à ses enfants

Note : 9/10

  • Album: 124 pages
  • Tranche d’âges: 3 – 6 années
  • Editeur : Fleurus (13 janvier 2017)
  • Collection : Les imageries interactives

téléchargement.jpg

Mes premières histoire de la Bible (13 octobre 2016) de Virginie Aladjidi et Caroline Pellissier

Adam et Eve, L’arche de Noé, David le petit berger, Moïse, La belle histoire de Noël, Jésus et les enfants, La joie de Pâques.

Critique : Dans un très beau coffret, l’éditeur Nathan nous offrez 7 livres pour raconter aux tout petits les plus célèbres histoire de la bible avec des très belles illustration d’Héléne Chetaud qui fera regarder les enfants et aborder même avec eux la question de la spiritualité avec eux. Une très belle initiative.

Note : 9/10

 

  • Album: 70 pages
  • Editeur : Nathan (13 octobre 2016)
  • Collection : HORS COL PETITE

419TSH0DNHL._SX369_BO1,204,203,200_.jpg

 

Les plus intrigantes femmes de la Bible (22 septembre 2016) de Claude Rappe

Les femmes dans la Bible pourraient être perçues comme des soumises effacées, mères avant d’être amantes, voire prostituées ou maîtresses cruelles, intrigantes, manipulatrices et ambitieuses, sans scrupule ou franchement saintes et martyrs. Elles sont surtout le terrain fertile de fantasmes, incarnant des valeurs, elles sont l’objet de fabulations.

Critique : Un très bon livre qui nous permet de découvrir ses femmes sous un jour que peut de personnes connaissent. Claude Rappé sait écrire et il est aussi très bien documenté sur le sujet et  arrive à nous entrainer dans les avec ses mères de l’humanité,  de Ève, à sa rivale légendaire Lilith, l’une blanche, l’autre noire, en passant par l’émouvante Sara, épouse d’Abraham et mère du peuple hébreu, on ne compte plus les personnalités attachantes et charismatiques du récit biblique. Un livre qui se lit avec plaisir et auquel on le fini avec plaisir pour enrichir sa propre culture.*

Note : 9/10

  • Broché: 218 pages
  • Editeur : La boite à pandore (22 septembre 2016)
  • Collection : LES +

411aq-06pil-_sx313_bo1204203200_

 

 

 

L’homme qui brûlait d’être Dieu (11 mai 2016) de Jean-Michel Riou

« J’ai trahi, volé, tué, commis tant de fois le mal que le diable ne me trompe jamais. Je sais quand il approche. Au premier regard, j’ai compris que cette femme, Esther Stanhope, serait un danger mortel. C’était le 3 février 1809. Jusque-là, les épreuves n’avaient pas manqué, mais je les avais surmontées, et celles que j’avais connues depuis le départ de Nantes en compagnie de Simon Le Floch et Roustam n’étaient rien, eu égard à ce que moi, François Malthus de Retz, j’avais affronté avant. Pour être précis et vrai, mes manoeuvres, mes tromperies avaient produit peu d’effets malgré ce que je détenais : une résine de myrrhe qui, distillée, était devenue un remède inestimable. J’étais la preuve « vivante » que l’onguent guérissait les plaies mortelles. Mais pour que l’alchimie se répète, il fallait trouver la vallée de l’ancien royaume de Saba où prospérait le suc des arbres à myrrhe. Une expédition risquée, même si une carte d’Arabie devait m’y conduire. Alors, si ce trésor existait, la substance qui m’avait sauvé serait reproduite des centaines, des milliers de fois ― et combien encore ? De quoi soigner et soumettre n’importe qui. Mon projet se résumait donc ainsi : posséder cette substance bienfaisante par n’importe quel moyen, quitte à commettre les pires exactions. »

Critique : Un roman d’aventure très bien documenté qui respire le coté saga de sa série « Versailles », l’écriture de Jean-Michel RIOU étant très agréable à lire, il ne faut pas hésiter à démarrer cette aventure où le lecteur est vite pris dans l’intrigue à la Indiana Jones et le côté historique, biblique est plus que visuelle  dans la construction où l’auteur  mêle habilement faits réels et imaginaires. Il place son intrigue dans un contexte ayant existé et qu’il a soigneusement étudié. Les renseignements que l’auteur a rassemblés sont insérés avec intelligence au cœur des événements présentés et on croirait presque lire un documentaire historique. L’ambiance de l’époque très bien retranscrite, les lieux, les événements ont la saveur et le vocabulaire du passé. On s’y croirait tant les personnages évoluent dans une atmosphère arabique de cette période. Ce qui est parfaitement habile, c’est le fait que les situations s’intègrent dans le contexte sans qu’on le sente. L’auteur plante un décor historique  basé sur ce qu’il a glané et qu’il va petit à petit insérer des faits dans ce qu’il présente.mais la grande habilité est de démêler ce qui est de la fiction, du réel. C’est un roman  très surprenant où l’écriture complète et raffinée fait que  le style est de qualité et le contenu très complet.

Note : 9/10

 

  • Broché: 463 pages
  • Editeur : Flammarion (11 mai 2016)
  • Collection : FICTION FRANCAI

41UX0pEI64L._SX315_BO1,204,203,200_