REVIEW LEGO Super Mario : le test du nouveau concept LEGO x Nintendo

Quand Nintendo rencontre LEGO : regardons aujourd’hui de plus près la gamme LEGO Super Mario et son concept très particulier qui tente de transposer dans le vrai monde la mécanique vidéo-ludique d’un jeu qui fête ses 35 ans cette année.

REVIEW LEGO Super Mario


Video :

Le concept LEGO Super Mario

Pour ceux qui ont suivi un minimum, le concept est très simple : une figurine cubique interactive de Super Mario, un niveau à assembler avec un début et une fin, des ennemis et des bonus. Et l’objectif est de terminer le niveau en moins d’une minute (plus éventuel bonus de temps) tout en ramassant un maximum de pièces.

Toute la gamme s’articule autour du pack de démarrage 71360 Adventures with Mario (59,99€), puisque c’est le seul set qui contient Mario, mais aussi car c’est la seule boite où on obtient les pièces à scanner pour le départ et la fin du niveau. Bref, sans ce starter pack, impossible de vraiment jouer.

LEGO Super Mario 71360 starter pack

Pour continuer le parallèle avec le jeu vidéo, cette gamme LEGO Super Mario me fait penser à une logique de DLC : on paie un premier jeu (le pack de démarrage) puis on doit ressortir le portefeuille pour rajouter du contenu additionnel (les extensions ou les costumes avec des pouvoirs spéciaux). Sauf que là, le pack de démarrage tient plutôt de la démo qui permet d’offrir un premier aperçu de l’expérience de jeu pour motiver le joueur à enrichir ce niveau de départ avec les packs d’extension.

Je me demande d’ailleurs si LEGO a balancé tout d’un coup, ou si ils prévoient une seconde vague d’extensions dans quelques mois. J’ai l’impression qu’ils ont quand même déjà balayé assez large ici, même si il reste encore pas mal de personnages qui pourraient venir jouer les guest stars.

LEGO Super Mario 71362 LEGO Super Mario 71363 LEGO Super Mario 71364 LEGO Super Mario 71365 LEGO Super Mario 71366 LEGO Super Mario 71367 LEGO Super Mario 71368 LEGO Super Mario 71369 LEGO Super Mario 71376 LEGO Super Mario 71377

Concrètement, sans forcément acheter toute la gamme (580€ tout de même !), il faut clairement acheter plusieurs boites pour commencer à avoir une vraie expérience de ce que LEGO a voulu créer ici. Pour avoir quelques méchants différents à combattre et varier les techniques de progression.

Bref, il y a quand même un investissement à prévoir, difficile de se contenter uniquement du Starter Pack ci-dessous même si on sent que LEGO a essayé d’y mettre assez de variété pour pouvoir tester la figurine et avoir envie de compléter tout ça.

LEGO Super Mario Starter Pack

Au passage, il est presque dommage que les codes-barres de début et de fin de niveau ne soient disponibles que dans le pack de démarrage : cela ne permet pas de concevoir plusieurs niveaux en parallèle, alors que quelqu’un qui investit dans plusieurs extensions ou s’amuse avec son stock pourrait vouloir créer plusieurs niveaux sans avoir besoin de venir mettre ces pièces à chaque fois. D’autant plus que si on met bout à bout toutes les extensions, le niveau obtenu est impressionnant… et irréalisable en moins de 60 secondes à moins de sauter certaines portions. Certains diront que c’est volontaire, et qu’ainsi cela laisse plusieurs options possibles pour traverser le niveau et amasser des pièces.


L’appli

Cette gamme LEGO Super Mario nécessite un smartphone ou une tablette (Android ou iOS). Et comme d’habitude un modèle récent (cf. le guide de compatibilité sur le site LEGO).

LEGO Super Mario app 3

L’application sert en fait à plusieurs choses :

  • A construire les sets, parce qu’il n’y a pas d’instructions au format papier.
  • A comprendre les règles et mécaniques de jeu via des petites vidéos plutôt bien réalisées.
  • A synchroniser Mario quand on achète une nouvelle extension (en scannant un élément particulier).
  • A mettre à jour le firmware de Mario
  • A accéder à des challenges hebdomadaires
  • A prendre en photo ses propres niveaux, ce qui permet d’enregistrer ses scores et de poster tout ça sur LEGO Life si on veut. Il n’y a pas de leaderboard avec un classement mondial des meilleurs scores, puisque chacun peut faire le niveau qu’il veut et que cela ne veut donc rien dire ici.

LEGO Super Mario app LEGO Super Mario app bluetooth LEGO Super Mario app update LEGO Super Mario app sets LEGO Super Mario app 1 LEGO Super Mario app 2 LEGO Super Mario app tuto 2 LEGO Super Mario app tuto

Concernant l’absence de notice au format papier, c’est pour moi un gros point noir. Ce n’est pas la qualité de l’application qui pose problème : elle est plutôt bien faite, avec notamment la possibilité à chaque étape de tourner tout autour de la construction pour bien voir où mettre la nouvelle pièce. Mais il est frustrant de devoir se coller le nez à l’écran du téléphone pour construire son set : ce que j’apprécie dans le LEGO, c’est justement aussi de pouvoir décrocher mon nez des écrans.

Et pour les parents, cela veut dire qu’il faut fournir dès le montage la tablette ou le smartphone. Sans compter que cela bride très fortement la vitesse de la phase d’assemblage : avec une notice papier, on peut d’un coup d’œil regarder plusieurs étapes d’un coup pour voir où on va, voire griller des étapes quand on est sur des constructions basiques comme souvent ici. Avec l’application, c’est beaucoup plus laborieux puisqu’il faut à chaque fois revenir appuyer sur l’écran pour passer à l’étape suivante (et si on doit revenir en arrière parce qu’on veut vérifier quelque chose, il faut donc repasser par toutes les étapes…).

LEGO Super Mario app instructions

Et je pense à ceux qui ne vont acheter les sets que pour récupérer les personnages : ils seront quand même obligés de télécharger l’application pour pouvoir accéder aux notices (sauf si LEGO met plus tard en ligne des notices PDF ?). Il n’est heureusement pas nécessaire d’avoir la figurine de Mario pour accéder à l’application et aux instructions, on peut la lancer sans jamais connecter la figurine (même si il ne sera alors pas possible d’ajouter des sets à sa collection, puisqu’il faut justement scanner une pièce précise à chaque fois pour ça).

Contrairement à la gamme Hidden Side (qui va sortir bientôt du catalogue LEGO, le succès n’était visiblement pas au rendez-vous), l’interactivité avec l’application n’est pas totale ici. Quand on lance une partie, l’application affiche simplement un écran noir car LEGO veut que ce soit le joueur qui devienne le centre de l’attention. C’est voulu, il n’y a alors que le mini écran de Mario qui va afficher quelques informations sur ce qui se passe. On ne peut donc pas regarder une évolution virtuelle du joueur sur l’app, ou même un gros tableau de bord avec l’évolution du nombre de pièces ou les méchants qu’on élimine (même si on a ensuite un récap dans l’app).

Je ne peux m’empêcher de trouver ça dommage, je suis sûr qu’il aurait été possible d’afficher quelque chose d’intéressant sur l’écran de l’application. Pas sûr que cela change dans une future mise à jour.

Un point intéressant à noter : il est tout à fait possible de jouer sans connecter Mario à l’application ! Le compte-à-rebours se lance quand on pose Mario sur le point de départ, on peut donc faire le niveau jusqu’au bout (ou jusqu’à la fin du chrono), et l’écran sur le ventre de Mario affichera à la fin le nombre de pièces obtenues. C’est plutôt une bonne nouvelle, cela veut dire que les enfants peuvent s’amuser avec la gamme indépendamment du smartphone ou de la tablette.

LEGO Super Mario app game LEGO Super Mario app game 2

LEGO Super Mario app end

Comme d’habitude avec ce genre de gamme interactive, une interrogation majeure se présente tout de suite : combien de temps LEGO assurera-t-il le suivi de l’application ? Est-ce qu’il sera encore possible de la télécharger et de la faire fonctionner dans 10 ans ? Est-ce que cela marchera encore sur les smartphones qui sortiront dans 15 ans ou faudra-t-il garder un vieux téléphone dans un tiroir ?

Si LEGO aime mettre en avant que même vos petits-enfants pourront encore jouer avec vos sets grâce au super clutch power qui sera toujours là dans un siècle, ce n’est plus tout à fait la même histoire quand on commence à mettre de la technologie dedans…


Super Mario Bros

Coup d’œil sur la figurine de Mario, et son design très particulier lié notamment à toute l’électronique embarquée. Il n’est donc disponible que dans le Starter Pack 71360 Adventures with Mario, et on ne peut pas l’acheter à l’unité.

LEGO Super Mario

Bon, c’est un style… J’imagine que le design quasi cubique est volontaire, pour pouvoir faire passer plus facilement le design cubique des autres personnages. Et… c’est probablement plutôt une bonne idée au fond. Parce que si ils avaient fait un look tout en rondeurs à Mario, cela aurait franchement dénoté avec le reste. Et si LEGO avait dû créer des nouveaux moules ronds sur mesure pour tous les autres personnages aussi, cela aurait plutôt commencé à ressembler à une collection Kinder Surprise ou Happy Meal.

Si on déshabille Mario, voici à quoi il ressemble. LEGO utilise des round tiles 1×1 pour les oreilles et les boutons de la salopette, sacrée expérience de construction !

LEGO Super Mario Bros LEGO Super Mario Bros

Mario peut aussi être rhabillé avec différentes tenues grâce aux Power-Up Packs commercialisés 9,99€ pièce. Ces Power Up packs ne contiennent pas la figurine, mais juste la salopette et la casquette, et quelques pièces supplémentaires histoire de justifier le logo LEGO sur la boite. La figurine détecte automatiquement quelle tenue porte Mario, c’est bien pensé.

LEGO Super Mario power-up packs

Chaque costume débloque un pouvoir spécial : lancer des boules de feu (d’une certaine façon), voler, escalader les murs, ou casser des briques en tapant dessus. Ce qui permet de se débarrasser plus facilement des ennemis ou de gagner davantage de pièces.

LEGO Super Mario Power Up Packs

Mario fonctionne avec deux piles AAA (non fournies, et il faut aussi prévoir un petit tournevis), il n’y a pas de batterie à recharger par USB par exemple. Vu la vitesse à laquelle mes piles se sont vidées, pas sûr que ce soit très écolo.

Il n’y a malheureusement pas moyen de savoir où en sont les piles, donc mieux vaut en avoir quelques unes sous le coude au cas où. Lorsque les piles arrivent sur leur fin, la figurine prévient, mais c’est vraiment au dernier moment : quelques minutes plus tard, mes piles étaient complètement à plat et la figurine ne pouvait même plus s’allumer. Il serait intéressant de pouvoir savoir où en sont les piles via l’application.

Avis aux collectionneurs de figurines LEGO et/ou de Super Mario qui s’imaginaient déjà exposer Mario dans un cadre ou sur une étagère : quand il est éteint, les yeux et la bouche sont noirs. Un peu flippant et pas super esthétique à exposer.

LEGO Super Mario battery LEGO Super Mario

Les écrans présents pour les yeux et la bouche offrent un certain nombre d’expressions en fonction de ce qui se passe dans la partie, et le haut-parleur intégré rappellera des souvenirs à tous ceux qui ont déjà joué au moins une fois à Mario : musique, bruitages, compte-à-rebours, petits cris de Mario, Nintendo a visiblement fourni tout ce qu’il fallait à LEGO. Et l’écran sur le ventre affiche différentes infos, avec ici aussi de jolies petites animations parfaitement cohérentes avec le jeu vidéo d’origine. Vous pouvez voir tout ça dans ma vidéo un peu plus bas.

Bref, sur ce point, on sent un gros travail avec les équipes Nintendo pour proposer un produit qui respecte le jeu vidéo dont il s’inspire. Qu’on accroche ou non au concept, LEGO n’a pas traité le sujet à la légère et a bien soigné cette partie là. Ou bien Nintendo n’a laissé que peu de marge de manœuvre à LEGO pour s’assurer que ce Mario en plastique serait à la hauteur.

En plus du capteur de mouvement à l’intérieur qui permet à la figurine de comprendre comment on la manipule, un capteur sous les pieds éclaire et interprète le terrain en fonction de sa couleur (vert pour l’herbe, jaune pour le sable, bleu pour l’eau, rouge pour la lave) et permet de lire les codes-barres présents à différents endroits du niveau.

LEGO Super Mario LEGO Super Mario

Et des codes-barres, il y en a vraiment partout : points de départ et d’arrivée, méchants à battre en leur sautant dessus comme dans le jeu vidéo, pièces et bonus à récolter, codes-barres pour aller discuter avec Yoshi ou Toad, ou pour identifier les éléments spécifiques de jouabilité des niveaux (le nuage pour voler, le tourniquet, la bascule avec les plantes carnivores, le boss de fin, etc…).

LEGO Super Mario codes-barres

Puisqu’on en parle : les codes-barres ne sont pas tampographiés, il s’agit de stickers préappliqués, plus épais que les stickers habituels.

Compte-tenu de l’usure des pièces si on tape dessus régulièrement avec la figurine de Mario, la durée de vie des pièces tampographiées ou des stickers habituels était visiblement insuffisante. Sans compter le risque d’erreur si l’acheteur se trompe de sticker à coller. Ou si il les colle mal et/ou avec de gros doigts gras. Bref, si le code-barres n’est plus lisible, il n’y a logiquement plus d’interaction avec Mario et l’expérience de jeu en prend un sacré coup. Au moins, avec ces stickers pré-collés et plus résistants que d’habitude, le risque est un peu réduit.

LEGO Super Mario codes-barres

Et si vous avez vu l’annonce du nouveau set 71374 LEGO Nintendo Entertainment System avec sa reproduction de la console NES mythique, vous aurez remarqué que la figurine de Mario est aussi prévue pour fonctionner avec : un code-barres sur le dessus du téléviseur vintage permet d’utiliser le haut-parleur de la figurine pour jouer la musique du jeu vidéo.

LEGO 71374 Nintendo Entertainment System NES


Le jeu

Pas besoin d’avoir déjà joué à Mario pour comprendre le concept (même si ça aide un peu). Sur le papier, c’est donc très simple : aller d’un point A à un point B en moins d’une minute (ou un peu plus avec des bonus de temps) sans mourir et en récoltant un maximum de pièces.

Here we gooooo!

LEGO Super Mario start

Le jeu est purement solo : si on veut jouer à plusieurs, chacun attend son tour. Il n’est pas prévu aujourd’hui de pouvoir jouer avec plusieurs figurines interactives en même temps, ni de connecter plusieurs appareils pour organiser une compétition locale. Et regarder quelqu’un faire un niveau, c’est marrant quelques fois, mais voilà.

Visuellement, l’univers est bien respecté, c’est bien travaillé, les niveaux sont colorés, LEGO a introduit plein de nouvelles pièces qui feront plaisir aux MOCeurs. Côté expérience de montage, on est souvent à la limite du set 4+, c’est vraiment très facile à monter, le principal frein est finalement de devoir utiliser l’application pour les instructions plutôt qu’une vraie notice papier.

LEGO Super Mario extensions

Pouvoir construire ses propres niveaux plaira à certains, c’est justement toute la base de jeux comme Super Mario Maker. Et le côté modulaire des sets rend justement très facile la modification des niveaux : sur le visuel ci-dessus, LEGO a combiné quatre sets en les mettant bout à bout, mais il n’y a aucune obligation de garder une extension comme un tout indissociable. On peut répartir les différents éléments un peu partout comme on veut.

Avec quelques boites, on se retrouve rapidement avec beaucoup d’éléments qu’il suffira ensuite de relier par des plates de différentes longueur pour tracer le chemin (LEGO en fournit à chaque fois un certain nombre avec chaque extension, pour pouvoir varier les dispositions). Amusant, mais il faut de la place, ça n’est clairement pas un jeu auquel on peut jouer juste sur un coin de table.

Le principal inconvénient de ce côté très modulaire, c’est pour déplacer un niveau : il n’y a pas de plaque de base ou de base suffisamment rigide pour pouvoir tout transporter d’un coup facilement.

LEGO Super Mario segments

Ceux qui ont l’habitude des éditeurs de niveaux dans les jeux vidéos pourront toutefois se sentir limités : dans un jeu vidéo, on peut généralement partir dans des délires assez marrants, alors qu’on reste ici contraint par les briques dont on dispose vraiment. Même si il est tout à fait possible d’étendre aussi les niveaux avec son propre stock de pièces pour ajouter de la longueur ou des pièges.

Pour habiter les niveaux, on retrouve une grande variété de personnages importants de l’univers Mario, et c’est presque finalement ce qu’il y a de plus intéressant. La petite photo de famille ci-dessous vous donne un aperçu des différents méchants logiquement disséminés un peu dans toutes les boites, chacun dans son élément.

LEGO Mario villains

Ces personnages reprennent globalement un design un peu cubique, et là encore tout est tampographié. Plutôt fun, c’est clairement ce que j’ai préféré construire.

En plus des personnages présents dans les différents niveaux, LEGO a prévu dix petits personnages supplémentaires à collectionner dans des sachets du même type que les séries de minifigs à collectionner. Là aussi un code-barres permettra à Mario de venir se débarrasser du personnage pour récolter une pièce supplémentaire.

LEGO Super Mario 71361

Les dix personnages à collectionner sont un Paragoomba, un Fuzzy, un Hériss, un Bruyinsecte, un Bill Balle, un Bob-omb, un Eep Cheep, un Bloups, un Oursin et un Paltrak. Ou pour ceux qui préfèrent la VO : Paragoomba, Fuzzy, Spiny, Buzzy Beetle, Bullet Bill, Bob-omb, Eep Cheep, Blooper, Urchin et Peepa.

Vu les pièces présentes, il ne devrait pas être trop difficile d’identifier le contenu à travers les sachets.

LEGO Super Mario 71361

On retrouve aussi, comme dans le jeu vidéo, des Mystery Box qui permettent d’obtenir soit du temps supplémentaire (Extra time, 15 secondes), soit une vie en plus (1UP), soit l’invincibilité (Super Star, 15 secondes). Ou bien une pièce.

LEGO Yoshi

 

Je m’interroge davantage sur la durée de vie du jeu : à mes yeux le principal problème du concept… c’est le concept. L’expérience de jeu manque d’un vrai enjeu aux parties : construire un niveau et le parcourir en moins d’une minute, c’est (au mieux) amusant quelques heures ou quelques jours, mais ça manque clairement de challenge.

Et puis comme je le disais plus haut, l’expérience de jeu dépend aussi beaucoup des sets dont on disposera pour jouer. Le Starter pack devrait se vendre facilement, puisque de toute façon il n’y a pas le choix, c’est le seul moyen d’obtenir Mario. Mais la facture grimpe ensuite assez vite si on commence à rajouter des extensions, et je ne suis pas sûr que dépenser plusieurs centaines d’euros dans cette gamme apporte le même niveau de jeu que dans d’autres gammes. Sans compter la place que ça prend. Que ce soit sur le ratio jouabilité / prix investi, ou le ratio jouabilité / place occupée, cette gamme me semble plutôt être dans le bas du classement de ce que LEGO sait proposer.


Et en pratique, c’est bien ?

J’ai profité d’un week-end entre amis pour tester et faire tester le jeu : les adultes (AFOLs ou non) n’ont pas trop compris ce que LEGO était venu faire ici, et étaient surtout amusés de retrouver au format LEGO des personnages cultes de l’univers Mario.

Je suis d’ailleurs persuadé que beaucoup n’achèteront certaines extensions que pour les personnages qu’ils contiennent (le pack 71367 Mario’s House & Yoshi Expansion Set (29,99€) avec Yoshi devrait plutôt bien fonctionner pour cette raison). Je vous ferai un focus dans un prochain article sur tous les personnages qu’on retrouve dans cette gamme LEGO Super Mario.

LEGO Super Mario

Sur le jeu en lui-même, personne n’a donc vraiment été emballé. J’ai beau être fan de LEGO et fan de Mario, je n’ai personnellement pas du tout accroché à l’expérience de jeu proposée ici. Autant cela m’a amusé de construire les personnages et certains niveaux, autant l’expérience interactive qui transpose en LEGO le principe du jeu vidéo ne me parle absolument pas, je n’arrive pas à y trouver un intérêt ou un réel challenge une fois la phase de découverte passée.

Certains passages de certains niveaux sont plutôt réussis dans leur mécanique de jeu, là aussi les designers n’ont pas démérité, mais j’espère que LEGO trouvera une façon de cadrer un peu mieux les règles du jeu pour rendre tout ça plus intéressant.

Le regard des (jeunes) enfants était forcément assez différent de celui des adultes : ils ont plutôt bien joué avec la figurine de Mario et se sont amusés à changer les niveaux ou taper sur les méchants, même si là aussi la hype de la nouveauté retombe assez vite. Fun fact : j’ai surpris les plus petits à jouer presque de la même façon avec la figurine éteinte ou allumée, que la figurine soit interactive ou non ne changeait pas grand chose pour eux.

L’objectif de collecter des pièces a fini aussi par lasser les enfants, puisque “ça ne sert à rien en fait”. Effectivement, ça permet de départager ceux qui sont arrivés au bout du niveau pour déterminer le gagnant, mais c’est tout. Et on a senti qu’ils regrettaient que finalement il ne se passe pas davantage de choses avec l’application, le smartphone les intéressait plus que les briques.

Si il y a un point qui a amusé les enfants, c’est le principe de pouvoir taper avec un bonhomme sur d’autres trucs (surtout avec les bruitages de la figurine en parallèle). Visiblement, c’est toujours cool de taper sur des trucs, surtout quand pour une fois c’est carrément LEGO qui dit qu’il faut le faire. Ce qui m’amène quand même une question : combien de temps l’électronique embarquée dans Mario survivra à tous ces chocs ? Les enfants n’y vont quand même pas de main morte… Bientôt un nouveau motif d’appels au Service Client LEGO ?

LEGO Super Mario smartphone

D’ailleurs, les niveaux qui ont eu le plus de succès étaient ceux avec des éléments mobiles ou à taper, par exemple le niveau 71363 Desert Pokey Expansion Set (19,99€) avec son marteau pour venir dégager bloc par bloc le Pokey, ou la balançoire 71365 Piranha Plant Power Slide Expansion Set (29,99€).

Le gros château de Bowser 71369 Bowser’s Castle Boss Battle Expansion Set (99,99€) permet surtout d’obtenir le grand méchant. Si l’extension est plutôt de bonne taille, je suis moins convaincu par la mécanique de jeu, ça n’est pas forcément la plus réussie de la gamme.

Bref, cela m’a confirmé de mon côté que LEGO aurait fait un carton avec juste des personnages ou des niveaux à construire sans forcément rajouter cette surcouche d’interactivité, même si on sent qu’ils ont vraiment très bien travaillé le concept, notamment du côté technique.

LEGO Super Mario Bowser LEGO Super Mario Bowser


Verdict

En synthèse, vous aurez compris qu’il y a un sacré boulot sur la conception de cette gamme LEGO Super Mario : les marqueurs de l’univers Super Mario sont bien là, il y a un plaisir certain à assembler les principaux personnages, les animations et sons sont exactement ce qu’on peut attendre de Mario, techniquement l’application et la figurine fonctionnent parfaitement, et on y trouve de la couleur, aucun sticker à coller, et des idées intéressantes. Ça n’a clairement pas été bâclé, LEGO ne s’est pas contenté d’un truc basique en se disant que le combo Nintendo / Mario / LEGO suffirait à faire vendre.

Mais fallait-il essayer de transposer dans l’univers LEGO la mécanique du jeu vidéo ? Si l’expérience pourra éventuellement amuser un peu les plus jeunes, pour les autres le challenge et l’intérêt s’essoufflent rapidement, sans parler de l’investissement et de la place nécessaires pour pouvoir vraiment profiter de l’univers proposé par LEGO. Je reste convaincu que LEGO aurait fait un carton sans rajouter cette surcouche d’interactivité qui manque clairement de challenge pour retrouver ce qui fait le sel du jeu vidéo.

Les adultes nostalgiques de l’époque NES et les fans de rétrogaming se consoler avec la superbe console 71374 LEGO Nintendo Entertainment System qui sortira également le 1er août prochain. Et j’espère que l’histoire ne s’arrêtera pas là et que nous aurons droit à d’autres produits Super Mario, et plus largement Nintendo. Il y a encore un vrai potentiel et de la place pour proposer autre chose !

Retrouvez cette gamme LEGO Super Mario sur la boutique en ligne et en LEGO Store dès le 1er août prochain

Test Blu-ray : Live By Night (24 Mai 2017) de Ben Affleck avec Ben Affleck, Zoe Saldana

Boston, dans les années 20. Malgré la Prohibition, l’alcool coule à flot dans les bars clandestins tenus par la mafia et il suffit d’un peu d’ambition et d’audace pour se faire une place au soleil. Fils du chef de la police de Boston, Joe Coughlin a rejeté depuis longtemps l’éducation très stricte de son père pour mener une vie de criminel. Pourtant, même chez les voyous, il existe un code d’honneur que Joe n’hésite pas à bafouer : il se met à dos un puissant caïd en lui volant son argent et sa petite amie. Sa liaison passionnelle ne tarde pas à provoquer le chaos. Entre vengeance, trahisons et ambitions contrariées, Joe quittera Boston pour s’imposer au sein de la mafia de Tampa…

Chronique Film :  « Live By Night » vaut sans aucun doute le coup d’œil pour la qualité de la mise en scène, elle-même déjà gâtée par une reconstitution somptueuse aussi bien dans les décors plus vrais que nature, que dans les superbes voitures de l’époque dont une course-poursuite étonnante et pas si courante, est un véritable spectacle en soi. Ce film produit et réalisé par Ben Affleck, qui interprète de surcroît le héros à de la consistance quant au rythme et sa durée longue mais passe très rapidement rend le tout superbe à suivre. Ben Affleck compose avec grandeur son personnage de playboy élégant et impassible… Maintenant l’histoire des gangs mafieux au sein de la prohibition de Boston à La Havane, parmi lesquels Joe Coughlin essaie de garder son indépendance et la tête haute à une véritable passion et d’émotion au sein de film tiré d’un roman du de Dennis Lehane. s « Live by night » ne révolutionne pas vraiment le genre en empruntant un peu des différents styles ayant déjà existé auparavant et témoignage du réel amour d’un auteur pour Boston et le cinéma en général .

Note : 9/10

81wnxLyGelL._SL1500_.jpg

Test Blu-ray :

IMAGE : Live by Night a été mis en couleur par le chef opérateur  Robert Richardson ( JFK , The Aviator et Hugo ) sur l’Alexa 65 avec des verres anamorphériques Panavision Vintage 65. En guise de signe à l’histoire analogique du cinéma, le logo Warner d’ouverture est mis sur un fond qui a été délibérément « affligé » pour ressembler à une impression de film usée. Le Blu-ray codé par AVC 1080p de Warner capture cette combinaison de clarté numérique et Éclairage de l’époque modale avec précision et immédiateté. L’image est nettement détaillée, ce qui permet d’apprécier pleinement les costumes et les décors de l’époque méticuleusement filmées. Les noirs sont solides et profonds, ce qui est essentiel pour Richardson. Bien que l’approche cinématographique habituelle consistant à invoquer le passé consiste à adoucir l’image et à émettre une brume sémantique sur tout, Live by Night prend la touche opposée, reproduisant son tableau historique avec une viveur de tons fort. Sublime

SON : Live by Night  arrive avec son DTS-HD MA 5.1, Dans tous les cas, la piste est excellente, se différenciant subtilement entre le contexte urbain de Boston et les environnements plus expansifs des scènes de la Floride, y compris l’atmosphère caribéenne de la ville de Ybor de Tampa. Pour les grandes pièces du film (la poursuite de la voiture de vol de banque, la fusillade climatique), la piste DTS fournit une fusion de machines anciennes, des armes d’incendie, des coups de balle et des enveloppes de coquilles éjectées, et la capacité du format à placer des effets discrets à des points spécifiques Tout l’espace d’écoute est utilisé à plein avantage. Le dialogue est clairement reproduit et bien priorisé, et le doublage VF n’est pas mauvais.

BONUS  :

Les Commentaires: Acteur, écrivain, producteur et réalisateur Ben Affleck est rejoint par le designer de production Jess Gonchor et DP Robert Richardson pour cette piste de commentaires. C’est une piste très intéressante et conversationnelle au fur et à mesure que les trois individus continuent la conversation et discutent de tous les aspects du film. Il convient de noter que cela a été enregistré après la sortie du film.

Les hommes de Live by Night : (HD 8:30) Très brièvement, les acteurs masculins du film commencent à se prononcer pour jouer de l’habillement en tant que gangsters dans un film de l’époque. C’est une fonctionnalité amusante mais courte.

Les anges aux figures sales : les femmes de Live by Night : (HD 8:54) les trois principales personnalités du film ainsi que Ben Affleck et romancier Dennis Lehane discutent de la pertinence thématique de chaque personnage.

L’auteur prolifique de Live by Night: (HD 6:53) Le romancier Dennis Lehane discute d’écrire le roman et de le transformer en un film après des années de développement.

Gros plan : comment réaliser une course-poursuite : (HD 7:35) Un autre bref rendu de production, mais compte tenu que c’est un des meilleurs moments les plus excitants du film, c’est vraiment sympa.

Scènes coupées avec commentaire audio: (HD 15:36) Comme le film est déjà  long, il est facile de comprendre pourquoi ces moments ont été coupés. Le commentaire de Affleck est une bonne inclusion ici et vous donne le sens du processus d’adaptation ainsi que l’édition finale d’un film. Le  plus grand bonus est Joe et Danny Reunite car il comprend le frère de Joe, Danny, joué par Scott Eastwood, dont tout le rôle a été coupé du film.

  • Acteurs : Ben Affleck, Zoe Saldana, Elle Fanning, Sienna Miller, Brendan Gleeson
  • Réalisateurs : Ben Affleck
  • Audio : Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (DTS-HD 5.1)
  • Sous-titres : Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 2.40:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Warner Bros.
  • Date de sortie du DVD : 24 mai 2017
  • Durée : 128 minutes

71mT4nXYZnL._SL1000_

Elmer et la Course (17 août 2016) de McKee David

Quand les jeunes éléphants jouent à faire la course, ils sont parfois assez mauvais perdants. Mais grâce à Elmer, les petits tricheurs ne le restent jamais longtemps et le rire est TOUJOURS le grand gagnant ! A partir de 3 ans.

Critique : Un nouveau titre d’Elmer est toujours un plaisir pour le lecteur qu’il soit enfant où adulte le plaisir est partager. Le format est facile a prendre en main. Il est solide car cartonné. On peut le lire rapidement à tout moment de la journée mais aussi le soir. Ce nouveau titre nous offre une course haute en couleurs avec Elmer et son cousin Walter et leurs amis. Où chacun en sort gagnant, mais ou l’enfant apprend qu’il ne faut pas tricher pour gagner et que si on le fait c’est mal. Une morale simple mais un superbe livre où l’on replonge avec grand plaisir avec ses superbe dessin d’Elmer et des autres éléphants tout en couleurs.

Note : 9,5/10

 

  • Album: 32 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : KALEIDOSCOPE (17 août 2016)

51vE51bkYwL._SX436_BO1,204,203,200_.jpg

 

Cours ! (7 septembre 2016) de Davide Cali et Maurizio Quarello

Les grands champions de boxe, Ray les connaît bien. Mais devenir comme eux, même pas en rêve ! Ce qui ne l’empêche pas de se battre à tout bout de champ… Une main tendue va le mettre sur un chemin imprévu – et transformer sa vie.

Critique :  Un album surprenant qui est plus destiné au grand enfant et aux adultes avec pour fond un univers que sont la boxe et la course. On est dans une histoire ou un proviseur va donner la chance à un enfant d’éviter de faire des bêtises par le sport et où ce garçon va trouver une figure paternelle inattendue et où il va donner le meilleur de lui-même. On comprend aussi le partenariat avec Amnesty International pour ce qui est de cette narration où il se passe une vraie rédemption. Le dessin de Quarello aide à nous faire entrer dans ce beau récit de transmission.

Note : 9/10

 

  • Editeur : Editions Sarbacane (7 septembre 2016)
  • Collection : ALBUMS (HORS CO

519kwtcgupl-_sx377_bo1204203200_

 

Runner (1 juin 2016) de Patrick Lee

Tout ce dont elle se souvient,
c’est qu’elle ne doit pas s’arrêter de courir…
Une fillette terrorisée, traquée par des hommes armés aux moyens considérables.
Un ex-agent des forces spéciales à la dérive.
Deux êtres traumatisés qui n’auraient jamais du se rencontrer, propulsés dans une course-poursuite infernale dont les enjeux les dépassent.

Critique : Patrick Lee écrit ici un très bon thriller. Runner est un thriller au rythme rapide, avec des personnages qu’on aime immédiatement. Les personnages que sont Sam et Rachel vous vous émouvoir à travers ce roman, où il y a beaucoup d’action à grande vitesse, de sorte que le livre se lit très rapidement. C’est le type de roman où on n’arrive pas à le lâcher.
Runner est le début d’une incroyable série. C’est comme un film d’action qui a suffisamment de choses intéressantes pour qu’on reste accroché et qui nous donne envie de lire plus d’une histoire impliquant Sam Dryden et RachelUn très bon page-turner où l’écriture de Lee est lisse et sans artifices, et avec ce livre, il entre dans les rangs des meilleurs écrivains de thriller d’action.
Le livre parfait pour les vacances.

Note : 8,5/10

 

  • Broché: 400 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (1 juin 2016)
  • Collection : LITT.GENERALE

51el24kuI7L

 

Sam le champion de Greg Pizzoli

Sam est le meilleur à la course automobile, c’est lui qui fonce le plus vite sur les lignes droites et qui négocie le mieux les virages. Mais Maguy n’est pas mauvaise non plus et un jour elle gagne ! Sam va-t-il se laisser submerger par son désir de reprendre la première place ?

Critique :  SAM est un chiot qui est habitué à être toujours le meilleur pilote de voiture de course . Le jour de la plus grande course Sam n’est pas inquiet mais meilleur ami, Maguy va gagner!
Sam ne sait pas quoi faire. Il est le meilleur coureur, comment cela pourrait-il put se produire?
Et au cours de la prochaine course, Sam doit prendre une décision importante qui va lui faire perdre à nouveau.
Sam n’a jamais perdu auparavant? Qu’est-ce qu’il va faire? Peut-il risquer de perdre à nouveau?
Sam va enseigner à nos enfants ce qu’il est d’être bon en sport, que la victoire ne fait pas tout et si vous gagnez ou perdez, vos amis seront toujours là pour vous.
Une histoire adorable avec les illustrations des plus mignonnes ! Un livre à recommandé à tous ceux qui ont des petits (enfants d’âge préscolaire / élèves de la maternelle) et tous ceux qui adorent les livres d’images – celui-ci est sûr d’égayer votre journée et votre bibliothèque!

Note : 10/10

 

  • Album: 32 pages
  • Editeur : Ricochet (11 mars 2016)
  • Collection : ALBUMS

index