Le rêveur (04 janvier 2018) de Ian McEwan

«Quelle merveille que de se déguiser en chat ! Peter se mit sur le dos et enfila les bras dans les pattes de devant de Guillaume. Puis il glissa tant bien que mal ses jambes dans les pattes de derrière et sa tête épousa parfaitement les contours de celle du chat. Il se redressa et fit quelques pas. Il pouvait voir ses moustaches jaillissant de part et d’autre de son visage et sentait sa queue boucler derrière lui…»Peter est un rêveur. Et vous trouverez dans ce livre quelques-unes des aventures étranges qui lui arrivèrent…

Chronique : McEwan écrit avec ce roman une prose libre, ludique et méditative dans ce livre pour les enfants et les adultes qui méditent sur ce que cela signifie d’être un enfant et sur ce que cela signifie de perdre l’enfance, mais pas de perdre son imagination. Chaque chapitre est centré sur la relation entre l’enfant solitaire et les autres personnes et créatures. La solitude, la perception et les sauts imaginatifs amènent l’enfant à combler le fossé entre lui-même et les autres. Au lieu de soupçonner que la socialisation est ce qui nous fait reconnaître les autres êtres et les autres, McEwan fait implicitement le contraire, c’est-à-dire que la compréhension des autres subjectivités est toujours un saut imaginatif, une spéculation, de sorte que l’approfondissement de l’accès à la fantaisie, aussi superficiellement isolé qu’il puisse paraître, approfondit aussi la profondeur d’un lien avec les autres l’auteur s’intéresse à notre responsabilité envers les autres et à notre désir inopportun mais inévitable de les diriger (un désir le plus évident chez un enfant qui n’ a pas appris à atténuer cette impulsion). McEwan traite également notre exploration du contrefactuel comme une forme d’accès à d’autres consciences auxquelles il pourrait être difficile de céder le contrôle ou la primauté. Cet accès à une autre conscience, qu’il s’agisse d’un chat, d’une brute de l’école ou d’un bébé, fait que le moi narcissique s’apaise en faveur de la compassion et de l’émerveillement. Les deux histoires les plus puissantes sont celle du chat et celle de l’été. McEwan nous rappele ce que c’est que de jouer sur la plage quand on est enfant, et il ne se concentre pas seulement sur la perte, mais qu’il nous rappelle aussi les merveilles et les aventures que l’âge adulte réserve à l’adulte avec son pot au noir du monde du travail. Un livre simple avec beaucoup de chaleur et de compréhension philosophique.

Note : 9,5/10

 

  • Poche: 128 pages
  • Tranche d’âges: 10 – 13 années
  • Editeur : Folio Junior
  • Collection : Folio Junior

51E7CBrmdjL._SX346_BO1,204,203,200_.jpg

 

Mordicus un Jour, Mordicus toujours (7 juin 2017) de Lévy Didier et Novion Marie

Cet été-là, le Grand Méchant Mordicus emmène son arrière-petit-fils Félix en vacances au bord d’un lac, à Saint-Amour-les-Clapotis. Tout va à peu près bien, malgré la peur qu’inspire le vieux Loup grincheux aux vacanciers. Mais un matin, Fanette, la jolie biche de l’épicerie, a disparu… C’est forcément un coup du grand Méchant Loup ! La rumeur va bon train, d’autant que Mordicus lui-même ne dément pas. Félix, déçu et meurtri, en vient à douter de son propre aïeul. Alors ? Grand Méchant Loup invétéré ? Ou coupable désigné ?

Chronique : Un bel album qui sort de l’ordinaire, abordant les thèmes de la filiation et de la mixité avec justesse sans être pesant; les illustrations sont une invitation à l’imagination.  Cet album est assez original. Ce Mordicus est surtout bourru, têtu et sans doute est-ce là la véritable histoire de sa légendaire méchanceté. La traduction de la mixité est amusante et surtout que ici on part sur une enquête.
Le propos est chaleureux, les illustrations charmantes, on se sentirait presque invité avec eux sur les côtes irlandaises, de quoi ajouter au charme d’une légende revisitée.Cette familiarité avec le monde que nous connaissons contraste avec le fond de la forêt sauvage que va traverser Modicus et Felix.

Note : 9/10

 

  • Album: 32 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : SARBACANE (7 juin 2017)

61pVb9oX5pL._SX377_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Le roman d’Ernest et Célestine (23 mars 2017) de Daniel Pennac

Un ours et une souris amis ? Jamais ! Scandaleux ! Absolument interdit !
– C’est compris, Célestine ?
– Ernest, c’est compris ? Pourtant, personne ne pourra empêcher Ernest et Célestine de devenir les meilleurs amis du monde.

Chronique : « Le roman d’Ernest et Célestine », écrit par Daniel Pennac d’après les albums de Gabrielle Vincent ce lit  d’ une traite. Ce livre recèle plein de tendresse, d’amour, de bonne humeur, de courage, de passion… de gentillesse, et d’humour! Dans ce petit roman, il n’y a pas que le narrateur qui nous conte l’histoire… nous avons aussi les commentaires d’Ernest, de Célestine, de l’auteur, et même du Lecteur! et de quelques personnages vers la fin… C’est une vraie petite pépite. Ce qui est admirable dans cette aventure, c’est que l’on s’ennuie jamais. Toutes les virgules sont perlées, pour sourire, que l’on soit souris ou que l’on soit né ours. Une merveilleuse histoire qui porte à une réflexion sur la paix des ménages et la coexistence pacifique des peuples. Fabuleuse aventure, à lire aux petits même si ça décale par rapport aux dessins animés mais ça rapproche de notre humanité, c’est plein de tendresse, de finesse. Les grands ne perdent pas leur temps à le lire.

Note : 9,5/10

  • Broché: 201 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 11 années
  • Editeur : Folio  Junior (23 mars 2017)

1540-1.jpg

Mamie Denis: Évadée de la maison de retraite (25 janvier 2017 de CHRISTOPHE NGALLE EDIMO et DANNGAR ADJIM

Mamie Denis, vieille parisienne procédurière, contestataire et raciste, choisit de finir sa vie en Afrique après avoir fugué de la maison de retraite qui
l’héberge. Car Mamie Denis veut vivre sa vie, malgré les aléas de la vieillesse. Et cela ne lui était plus possible à Paris 9ème, du fait de la pression des services sociaux qui, aiguillés par Pat, le cupide neveu, ont fait d’elle une personne entièrement dépendante.

Chronique : Après « Les tribulations d’Alphonse Madiba dit Daudet » un nouvel album de Christophe N’Galle Edimo tout aussi fort et aussi rigolo. Ce livre parle d’un thème universel et grave, l’immigration et perception des autres et comment faire face à une telle situation quand on y a pas été préparé? Mamie Denis tant habituer à la vieille France n’arrive pas s’habituer à ce que des personnes « de couleur » de nationalité français débarquent dans son quartier, ce qui change s vie et souhaite revenir à son ancienne. Est-ce facile d’assumer la différence et de l’accepter dans la société actuelle ? Et jusqu’où est-on capable de faire pour y arriver à retrouver sa tranquillité . Une superbe BD, drôle et rocambolesque, Dessin et couleur magnifique, histoire très touchante.

Note: 9/10

 

  • Album: 110 pages
  • Editeur : Harmattan BD (25 janvier 2017)
  • Collection : HA.BD AFRICAINE

51mh6ehipl-_sx353_bo1204203200_

 

Un amour sur mesure (19 janvier 2017) de Roland Fuentès et Alexandra Huard

Garganton, le géant minuscule, n’était guère aimé des autres géants et Mimolette, la naine immense, était rejetée par ses congénères, les nains. Un jour, le géant tout petit et la naine très grande se rencontrèrent…

Critique : Dans ce livre, nous faisons la connaissance de mimolette la naine immense et Garganton le géant minuscule. Ils sont différents des autres et sont donc rejetés par les habitants de leurs royaumes respectifs. Un jour, Garganton se rend dans le royaume des nains pour trouver l’amour mais le roi ne le trouve pas assez nain. Pareille pour mimolette, elle se rend dans le royaume des géants mais comme Garganton elle n’est pas assez géante pour le roi du royaume. Tellement tristes tous les deux qu’ils partirent et finirent par se rencontrer, ils deviennent amis, voyagent ensemble… Puis un jour, ils se retrouvent dans un endroit où les différences n’existent pas…
Un album qui aborde la différence et montre que chacun au droit au bonheur que l’on soit grand ou petit, mince ou gros.
Un livre qui est rempli de tendresse avec de l’émotion auquel le lecteur va être touché de voir ces deux personnes rejetées parce qu’ils sont différents et qu’ensuite ils sont devenus amis.
Les illustrations accompagnent bien l’histoire pour mieux la magnifier dans un esprit de blancheur et de couleur douce, on entre dans ce conte pouvoir y retourner un tour.

Note : 9,5/10.

 

  • Relié: 32 pages
  • Editeur : Nathan (19 janvier 2017)
  • Collection : ALBUMS NATHAN

61qaV-QwNhL._SX407_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Le Crocodile de l’Ecole (31 août 2016) de Marianne Barcilon et Christine Naumann-Villemin

Aujourd hui, il y a un nouvel élève à l école : c est un tout petit minuscule riquiqui petiot titi crocodile ! Mais il ne sait ni jouer, ni dessiner, ni manger proprement. Qu à cela ne tienne, les enfants vont lui montrer. Et c est bien connu, apprendre fait grandir. Aïe, vous avez dit un GRAND crocodile ? A partir de 3 ans.

Critique :  Un très belle album pour la rentrée avec un beau format adapté au petite mains et où l’histoire de ce petit conte est que un tout petit minuscule riquiqui petiot titi crocodile qui est si petit qu’il y a beaucoup de chose qu’il ne sait pas faire. Alors, ses camarades vont lui montrer comment jouer, dessiner, faire du vélo, manger proprement … Petit à petit titi crocodile devient un beau et grand crocodile. Avec de superbe dessin qui nous font craquer sur le crocodile l’histoire  permet aux enfants de constater qu’en apprenant, on grandit et que étre nouveau et différant n’est pas si grave et que on peut s’aider entre tous.Une belle leçon d’humanité.

Note : 9,5/10

 

  • Album: 40 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : KALEIDOSCOPE (31 août 2016)

41CxK4VaAYL._SY402_BO1,204,203,200_.jpg

 

Test Blu-Ray: Un homme à la hauteur

Jean Dujardin (Acteur), Virginie Efira (Acteur), Laurent Tirard (Réalisateur)

Diane, une avocate, fraîchement célibataire, reçoit un appel d’Alexandre, charmant architecte qu’elle n’avait jamais rencontré, et qui vient de retrouver son téléphone égaré. Lorsqu’ils se rencontrent, le rendez-vous prend un tour inattendu..

Critique  Film :Ce film sur la rencontre d’une très belle femme (Virginie Efira) et d’un homme mesurant 1m36 (Jean Dujardin) n’aurait pu être qu’un simple divertissement un peu excessif et surjoué par les deux acteurs. Eh bien, pas du tout. Le spectateur en sort ému, parce que derrière cette histoire d’amour, il y a un message. Celui d’accepter la différence et de ne pas s’attacher au fameux « regard des autres », qui peut vous pourrir la vie et vous faire passer à côté des belles choses qu’elle vous offre.
Jean Dujardin et Virginie Efira sont crédibles, émouvants et à aucun moment, ce film ne tombe dans la caricature et les excès que l’on aurait pu craindre. Laurent Tirard a su faire de cette histoire drôle et légère, un film plus profond qu’il n’y paraît.

Note : 8/10

  • Format : PAL
  • Audio : Français (Dolby Digital 2.0), Français (Dolby Digital 5.1)
  • Audio description : Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 2.40:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Gaumont
  • Date de sortie du DVD : 7 septembre 2016

51yUb1KJk8L.jpg