Le manteau de neige de Nicolas Leclerc, il manque une épaisseur à ce manteau…

Il manque une couche d’épaisseur à ce manteau…

Il m’a manqué quelque chose pour être complètement emporter par ma lecture. Le style de l’auteur m’a paru convenu et pataud. Les dialogues sont poussifs et mécaniques. Les personnages m’ont irrité au début du récit. Katia et sa mère souffraient de stéréotypes m’empêchant de ressentir de l’empathie pour leur drame familial.

Heureusement cela s’arrange lorsqu’elle commence à se prendre en main et à affronter les ténèbres qui cherchent à s’emparer d’elles. Les personnages prennent enfin un peu d’épaisseur.

L’intrigue est plaisante mais sans réelle surprise. Une fois l’élément fantastique établi elle suit son cours de manière somme toute classique à ce genre de thriller fantastique. Cependant, malgré quelques scènes où l’atmosphère se fait pesante, le récit ne se pare jamais de se voile lyrique qui distingue les scénario de téléfilms des véritables récits littéraires.

Je reconnais à l’auteur un certain don pour instaurer une ambiance glauque, notamment à la fin de l’ouvrage mais cela ne suffit pas pour faire de son manteau de neige une couverture suffisante pour réchauffer mon corps de lecteur.

Résumé: Katia est haptophobe : elle ne peut supporter aucun contact physique. Ses parents ont tout tenté depuis son enfance, médecins, psys, guérisseurs, rien n’y fait. Mais le malaise de Katia prend une ampleur plus inquiétante lorsque son grand-père est sauvagement assassiné par sa femme. Un détail cloche cependant : cette dernière était dans un état végétatif depuis 30 ans…

  • Éditeur ‏ : ‎ Le Seuil (6 février 2020)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 352 pages
  • ISBN-10 ‏ : ‎ 2021426904
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2021426908
  • Poids de l’article ‏ : ‎ 380 g
  • Dimensions ‏ : ‎ 14.1 x 2.6 x 22.5 cm

Truth seekers saison 1 sur Amazon prime video, Youtubeur fais mois peur

Le duo Simon Pegg et Nick Frost ont égaillé le début des années 2000 avec la fameuse trilogie cornetto mise en scène par le réalisateur Edgar Wright. Les trois films qui composent la trilogie, Shaun of the dead, Hot Fuzz et le dernier pub avant la fin du monde ont su s’imposer comme des références en matière d’écritures et de mise en scène. Les deux compères reviennent avec une série baptisée truth seekers disponible sur Amazon prime video.

Le premier rôle échoit cette fois-ci à Nick Frost tandis que Simon Pegg nous fait l’honneur de nous éblouir dans un second rôle, capillairement hilarant, qui n’a pas encore livré tous ses secrets. Au reste du casting on retrouve le légendaire Alex d’orange mécanique, Malcom McDowell qui vole presque la vedette aux rôles principaux. Emma D’Arcy, Samson Kayo et Suzan Wokoma complètent le casting.

Ces deux-là mériteraient une série à eux seuls

La série s’intègre dans le genre de la comédie horrifique. Un genre très difficile à manipuler car il nécessite de maîtriser l’équilibre fragile entre l’humour et le frisson. À ce jeu d’équilibriste il faut bien reconnaître que la série penche majoritairement vers l’humour tant par l’écriture de ses personnages que par ses dialogues, souvent savoureux. Le frisson se retrouvera relégué à quelques scènes peu convaincantes. L’intérêt de cette histoire de technicien du câble à la poursuite de spectres en campagne anglaise se situe ailleurs.

Les personnages et leurs écritures sont les piliers de cette série qui n’a d’autres prétentions que de vous faire passer un bon moment. Le duo formé par Gus et Elton fonctionne à merveille, l’alchimie entre les deux acteurs est palpable. Le reste du casting vient gentiment épauler ces deux baroudeurs de l’extrême. La série se sert avec parcimonie des nouvelles technologies pour émailler les épisodes de jolies trouvailles d’écritures, comme lors de cet échange à cœur ouvert entre les cinq personnages principaux lors d’un live youtube.

Oui ce sont bien eux les meilleurs chasseurs de fantôme anglais

Le rythme de huit épisodes de trente minutes est parfait pour capter l’attention du spectateur sans prendre le risque de laisser de côté des aspects du scénario. La faiblesse principale de la série vient de la volonté des auteurs d’écrire un complot qui prend, peu à peu, de plus en plus d’importance au fil des épisodes. Une sous-intrigue poussive et inutilement alambiquée qui a bien plus de mal à convaincre que l’écriture des personnages. La série aurait gagné en efficacité en se concentrant sur des intrigues indépendantes à chaque épisode.

Malgré ce défaut qui gâche quelque peu les derniers chapitres de cette première saison, Truth seekers est une série rafraîchissante avec à sa tête un duo de créateurs iconiques de la culture pop, un casting étincelant et un humour malin qui laisse place à des moments d’émotions subtiles. Ces ghostbusters du dimanche vont vous faire passer un bon moment à défaut de vous faire vraiment peur.

Simon Pegg et sa tête de démarcheur à domicile

Synopsis: Installateur pour le plus grand fournisseur d’accès internet de Grande-Bretagne, Gus Roberts s’intéresse de près en parallèle aux affaires paranormales. Il embarque dans ses flippantes aventures Elton John, la nouvelle recrue qu’il doit former. Alors qu’il filme des lieux prétendument hantés, le duo ne tarde pas à découvrir l’existence d’un complot qui pourrait menacer la race humaine tout entière.

Depuis 2020 / 30min / Comédie, Epouvante-horreur, Fantastique

Nationalité Grande-Bretagne

Chaîne d’origine