TEST Blu-ray : Au Revoir Là-haut (28 février 2018) de Albert Dupontel avec Nahuel Perez Biscayart, Albert Dupontel

Novembre 1919. Deux rescapés des tranchées, l’un dessinateur de génie, l’autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des années folles, l’entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire..

Chronique : Avec « Au revoir là-haut », l’horreur donne rendez-vous à la magie, un tour de force que signe là Albert Dupontel avec éclat et sensibilité, en adaptant ce prix Goncourt de Pierre Lemaître! Une réussite époustouflante où la terrible guerre des tranchées, montrée sous un réalisme unique et saisissant, arrive à côtoyer des instants merveilleux de grâce et de délicatesse ! Tout sera dit avec un simple échange de regards, doublé de quelques très beaux croquis à l’aquarelle et ensuite les bombes et l’horreur, jusqu’à être enseveli vivant… On suivra ensuite les aventures de ce duo de rescapés, composé d’Albert Dupontel et de Nahuel Pérez Biscayart, tous deux déglingué pour l’un ou gueule cassée pour l’autre, avec énormément de tendresse et de passion, tant ce qu’ils vivront et rencontreront nous touchera avec une grande pudeur, et un véritable flot d’émotion ! Quelle audace d’avoir su nous plonger dans cet univers farfelu, pétillant d’inventions où la poésie d’un sourire de papier saura à lui seul, créer un effet enchanteur et incroyable, un univers qui fourmille de petits bricolages, de belles trouvailles où notre âme d’artiste se réveillera et s’ouvrira à coup sûr ! Car d’artiste avec cet Edouard Péricourt, il sera vraiment question ! Un magicien des idées et des couleurs, qui malgré la douleur de son traumatisme et avec la complicité de son ami comptable Albert Maillard, saura toujours nous cueillir juste là où il faut, avec beauté, malice et même un humour servi sur la pointe des pieds… Pour preuve, rien que sa collection de masques, tous révélateur de l’humeur du moment, fait frémir quand on songe à sa première utilité, tout en étant à la fois superbe et énigmatique… Et à travers leur histoire mutuelle de bidouillage lucratif, on croisera toute une panoplie de personnages qui iront du cynique pervers (Laurent Lafitte) au zélé et intègre (Michel Vuillermoz), en passant par un père terrible d’une présence irradiante étonnante (Niels Arestrup)… On ne peut être que comblé par toute cette palette de sentiments et d’émotions que nous réserve tel un présent ce cinéaste décidément plus que doué, un sacré bonhomme vraiment… Un véritable festival qui sait savamment osciller du drame profond à une légèreté apparente et bienfaisante, et dont rien que la scène finale d’une intensité et d’une tension à couper le souffle, vaut à elle seule le coup d’être découverte !

Note : 10/10

71n0FEjmeGL._SL1000_.jpg

Test Blu Ray :

Vidéo: Des décors somptueux et des emplacements luxuriants ajoutent une touche de splendeur et ce transfert de la part de Gaumont, magnifiquement vif et éclatant, les met en valeur. Les scènes extérieures éclatent avec des couleurs vives et un sens prononcé de la profondeur, tandis que le contraste et la clarté de haut niveau soulignent les détails fins. Les niveaux de noir sont riches et d’encre, les blancs sont brillants mais ne fleurissent jamais, et les tons de chair restent stables et naturels tout au long. La délimitation de l’ombre est assez bonne, les gros plans montrent chaque pli et ride dans le visage de Dupontel et de Nahuel Perez Biscayart, et pas une seule entaille ou marque souille le matériel source impeccable. Les valeurs de production impeccables définissent souvent les films d’époque, et ce transfert formidable nous permet de les apprécier pleinement.

Audio Bien que l’activité surround soit largement limitée à la partition musicale, une séparation stéréo palpable entre les canaux avant élargit agréablement le paysage sonore. Les atmosphères comme le vent et la pluie saignent doucement dans les haut-parleurs arrière, et une échelle dynamique expansive gère tous les hauts et les bas sans aucune distorsion. Sans surprise, les fréquences basses sont un peu faibles, mais une excellente fidélité et une profondeur tonale accentuent l’impact de la musique de Christophe Julien. Tout le dialogue est bien hiérarchisé et facile à comprendre, et aucune imperfection ne vient obscurcir le mélange. Bien que loin de la qualité de référence, c’est une piste forte qui contribue à renforcer l’attrait du film.

Bonus :

9 modules making of (29′) : Les vidéos des coulisses et les remarques de Dupontel , et de ses acteurs mettent en évidence cette « featurette » révérencielle qui célèbre l’amitié réelle entre les stars du film, ainsi que la relation intense et stimulante sur le plan intellectuel entre avec cette adaptation de roman.

 

  • Acteurs : Albert Dupontel, Nahuel Perez Biscayart, Laurent Lafitte, Niels Arestrup, Emilie Dequenne
  • Réalisateurs : Albert Dupontel
  • Format : Couleur
  • Audio : Français (DTS-HD 2.0), Anglais
  • Audio description : Français
  • Sous-titres : Anglais
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 2.40:1
  • Nombre de disques : 2
  • Studio : Gaumont
  • Date de sortie du DVD : 28 février 2018
  • Durée : 117 minutes

61Ja6gm9hgL._SL1000_

 

Test DVD : Patients ( 5 Juillet 2017) de Grand Corps Malade, Mehdi Idir avec Pablo Pauly, Soufiane Guerra

Se laver, s’habiller, marcher, jouer au basket, voici ce que Ben ne peut plus faire à son arrivée dans un centre de rééducation suite à un grave accident. Ses nouveaux amis sont tétras, paras, traumas crâniens…. Bref, toute la crème du handicap. Ensemble ils vont apprendre la patience. Ils vont résister, se vanner, s’engueuler, se séduire mais surtout trouver l’énergie pour réapprendre à vivre. Patients est l’histoire d’une renaissance, d’un voyage chaotique fait de victoires et de défaites, de larmes et d’éclats de rire, mais surtout de rencontres : on ne guérit pas seul.

Chronique Film : En 1997, à l’âge de 20 ans, Fabien Marsaud est un jeune homme passionné de sport et particulièrement doué pour le basket. Lors d’une colonie de vacances dans laquelle il est animateur, un plongeon dans une piscine au niveau d’eau trop bas va le mener dans un centre de réadaptation où il se verra diagnostiquer une probable paralysie à vie. Heureusement pour lui, les sportifs ont des ressources ! Alors qu’il est devenu, depuis 2006, une vedette du slam sous le nom de Grand Corps Malade, il décide en 2012 de raconter son séjour dans le centre de réadaptation dans un livre qu’il va intituler « Patients » et, dès le début de l’écriture, il envisage que ce film puisse faire l’objet d’une adaptation cinématographique. Cette adaptation, il va en écrire le scénario avec Fadette Drouard et il va réaliser le film avec Mehdi Idir, le réalisateur de ses clips. En prenant connaissance du thème de Patients, il n’est pas interdit de craindre un film complètement plombé par un côté pathos exacerbé ou, au contraire, par la dureté des rencontres avec tous ces jeunes gens aux corps très fortement abimés. Heureusement, on s’aperçoit très vite que ces craintes sont complètement infondées : Patients est certes un film très frontal dans l’approche du handicap mais qui, surtout, s’avère tout à la fois chaleureux, touchant et drôle. Très bien documenté, le film retrace le quotidien des patients, avec leurs inquiétudes et leurs souffrances, les hauts et les bas, mais ces jeunes gens, malgré tout, n’ont pas perdu leur sens de l’humour et se vanner entre eux fait autant partie de leur quotidien que les séances de kiné ! Sur un sujet difficile, Grand Corps Malade et Mehdi Idir proposent un film très réussi, un film qui montre l’inextinguible soif de vivre de jeunes individus aux corps abimés, la patience et le courage qu’il faut à ces êtres pour arriver à renaître petit à petit. Un film qui montre aussi le dévouement et la compétence des équipes soignantes qui s’occupent de ces patients. Un film qui devrait permettre à toutes celles et à tous ceux qui ont la chance d’être valides de renforcer leur aménité dans le regard qu’ils peuvent porter sur ces grands traumatisés.

Note : 9,5/10

61-xj+wjCFL._SL1000_

Test DVD :

Image : Gaumont faits un super travail sur ce dvd avec des détails supérieurs, des couleurs vives, un fort contraste et une absence de bruit, des bandes Ou d’autres artefacts. Des portions substantielles se jouent dans des intérieurs sombres, non seulement dans l’hôpital, mais aussi les peu d’extérieurs. Alors que le manque d’illumination dans de telles scènes peut provoquer des plaintes erronées d’écrasement, un examen minutieux révèle que l’absence de détail dans certaines parties du cadre est intentionnelle. L’éclairage révèle les éléments essentiels du design visuel d’une scène, en utilisant la noirceur et l’ombre à la fois pour diriger l’oeil et pour créer de l’atmosphère. La séquence extérieure dans la forêt comporte de la lumière et des tons riches en terre.

Son : Le mixage audio 5.1  sans perte, continue de profiter pleinement de la matrice surround, ce qui place l’environnement et les effets spécifiques dans les canaux arrière pour une immersion complète dans cette hôpital même si ce film n’a pas de scène d’action la gamme dynamique est large, l’extension des graves est profonde et le dialogue est clairement rendu.

Bonus : Premier bonus un making off qui nous parle du film avec ses réalisateurs de sa création, ses ambitions, les inspirations et les différents rôles des personnages puis un clip et une bande annonce.

Making of
Clip Espoir Adapté
Bande-annonce

  • Acteurs : Pablo Pauly, Soufiane Guerrab, Moussa Mansaly, Dominique Blanc, Nailia Harzoune
  • Réalisateurs : Grand Corps Malade, Mehdi Idir
  • Format : PAL
  • Audio : Français (Dolby Digital 2.0), Français (Dolby Digital 5.1)
  • Audio description : Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 2.39:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Gaumont
  • Date de sortie du DVD : 5 juillet 2017
  • Durée : 107 minutes

717AZcvanNL._SL1000_

Test Blu-ray : Un Sac De Billes (24 mai 2017) de Christian Duguay avec Dorian Le Clech, Batyste Fleurial

Dans la France occupée, Maurice et Joseph, deux jeunes frères juifs livrés à eux-mêmes, font preuve d’une incroyable dose de malice, de courage et d’ingéniosité pour échapper à l’invasion ennemie et tenter de réunir leur famille à nouveau.

Chronique Film:  « Un Sac de Billes » tiré et adapté du best seller de Joseph Joffo paru en 1973, lui-même témoignage de son histoire vraie, démarre d’abord comme une très belle carte postale… Un peu surpris par l’aspect léger et un peu mélo de cette toile de fond, presque en décalage avec le climat anxiogène de cette époque plus que troublée, le film prend enfin et petit à petit de la densité par les événements historiques qui poussent cette famille juive à se séparer pour espérer mieux se retrouver ensuite… On quitte alors cette bienveillance feutrée, pour entrer dans le drame de l’éclatement familial avec tout ce qu’il comporte comme décisions, nouvelles règles ou habitudes et bien sûr comme dangers à venir… La caméra se focalise alors sur les deux plus petits de cette fratrie de quatre garçons, afin de suivre leur voyage jusqu’à la zone libre. Le plus jeune des deux, Joseph après un début qui faisait craindre le pire, finit par prendre une certaine épaisseur qui fait que l’on s’attache à cet enfant de mieux en mieux interprété par Dorian Le Clech, alors que son frère plus âgé (Batyste Fleurial) lui apporte toute sa protection et son amour. Certains moments sont même d’une extrême gravité et le basculement dans le néant face à la barbarie ambiante, n’est jamais loin pour ces enfants, au point de nous faire frémir d’une minute à l’autre… L’émotion est alors au cœur des faits montrés à l’écran, pour mieux nous rappeler l’horreur vécue à travers cette guerre sans nom. Les acteurs sont tous à la hauteur, de Patrick Bruel très touchant et juste au plus petit et héros de l’histoire qui ne cesse de grandir, de mûrir et de se responsabiliser ! Alors un film utile dont la reconstitution de ces années 40-45 est par ailleurs fidèle et superbement filmée. Cette deuxième adaptation, cette fois par Christian Duguay est donc malgré son aspect un peu trop beau et léché dans sa forme, à découvrir pour le fond historique tout simplement essentiel !

Note : 9,5/10

71C4H4ztCIL._SL1000_.jpg

TEST BLU-RAY :

IMAGE : Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Les décors sont parfaitement bien travaillés pour nous plonger dans l’univers de ce périple au sein de la France . Tout est parfaitement dosé et les contrastes offrent une belle profondeur à l’ensemble. Le support donne tout son volume au film.

SON : Une piste DTS-Hd Master Audio 5.1, totalement en accord avec le film et avec ses besoins. La répartition est minutieuse, et les voix ne sont pas trop en retrait par rapport aux effets sonores qui entourent le film. La dynamique de l’ensemble permet une belle immersion surtout dans les effets sonores qui servent à créer l’ambiance plus palpable, comme dans la scène d’arrestation au sein de l’Hotel de Nice.

BONUS :  Côté Bonus, le making of est intéressant est s’intéresse surtout à l’auteur Joffo  ce qui nous permet de découvrir ses impressions de l’histoire et un autre module sur la musique qui est bien mais rapide.

« Sur les traces d’Un sac de billes » : documentaire (53′)
Making of de la musique (5′)
Bande-annonce

  • Acteurs : Dorian Le Clech, Batyste Fleurial Palmieri, Patrick Bruel, Elsa Zylberstein, Bernard Campan
  • Réalisateurs : Christian Duguay
  • Format : Couleur
  • Audio : Français (DTS-HD 2.0), Français (DTS-HD 5.1)
  • Audio description : Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 2.35:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Gaumont
  • Date de sortie du DVD : 24 mai 2017
  • Durée : 101 minutes

71AboM2i14L._SL1100_

Test DVD : Glacé ( 3 mai 2017) avec Charles Berling, Julia Piaton

Un cadavre de cheval sans tête est découvert au sommet d’un téléphérique dans les Pyrénées. Non loin du lieu est emprisonné un tueur en série, déjà interpellé dans le passé par l’un des enquêteurs…
(D’après le best-seller de Bernard Minier)

Chronique : Adaptation du livre de Bernard Minier  »glacé », cette série nous mets doucement mais assez vite dans l’intrigue elle même, qui se divisera plus ou moins selon les épisodes et selon ou veut nous emmener le réalisateur. On se doute qu’il n’y aura pas X saison, mais pour un épisode d’entrée. On entre au cœur de la chose rapidement. Nous amenant donc interrogation… Là ou habituellement les enquêtes policières ne se passe rarement voir même jamais dans des lieux tel que la montagne (idem pour la 1ère découverte). Des moments un peu plus troublant que les autres, sans jamais trop en montrer ou en dire. La saison n’a que 8 épisodes et elle a de quoi tenir le public en haleine même si le public est habitué à des productions US vu et revu. Pour le coup, cela change un peu et puis nous voilà en hiver. Utilisé ce coin de montagne est une idée judicieuse, et les éléments que l’on découvre au fil des épisodes également montrant que l’on peut faire des séries qui change au lieu de faire du copié collé comme beaucoup fond. Ce n’est pas la série immanquable mais le réalisateur s’en sort bien et au niveau de la psychologie des acteurs ou on commence à ressentir que le passé n’ait pas en rien avec les problème survenu. En plus de son ambiance de thriller de montagnes, le casting de la série Glacé est l’autre attrait de cette série. En effet, dans le rôle de Martin Servaz, le capitaine de la police judiciaire expérimenté mais tourmenté par une précédente affaire, c’est l’acteur Charles Berling  qui lui apporte toute sa complexité. Face à lui, c’est Julian Hirtmann, le serial killer qui a bouleversé la vie de Martin Servaz car c’était son meilleur ami et le parrain de sa fille. Incarné par un Pascal Greggory des grands jours, cet homme semble très vite être à l’origine des tragiques événements qui vont se dérouler dans la région. Pourtant, il est enfermé  dans un hôpital psychiatrique où il est surveillé par deux psychiatres.  A découvrir.

Note : 9/10

425069.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

TEST DVD :

Image : L’image est belle et donne à la série intrigante. Les couleurs sont un peu délavés mais prennent un éclat surprenant et bien dosé dès lors que l’on rentre dans l’action. Les ambiances sont parfaitement retranscrites et le support se révèle d’une grande efficacité. Les contrastes donnent un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble

Son : Les effets sonores du film envahissent les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique. Par contre, les dialogues manquent parfois de volume et se laissent déborder par des effets sonores parfois envahissants.

Bonus : Côté Bonus, les making of sont intéressants ce qui nous permet de découvrir de l’intérieur la création du film, les difficultés du réalisateur et surtout ses impressions au fur et à mesure que le tournage progresse. Du très bon travail

Bonus DVD :  – L’univers de Glacé
– L’histoire de Glacé
– Les personnages vus par les comédiens
– Zoom sur les effets spéciaux
– Bande-annonce

  • Acteurs : Charles Berling, Julia Piaton, Nina Meurisse, Pascal Greggory
  • Réalisateurs : Laurent Herbiet
  • Format : Couleur, PAL
  • Audio : Français
  • Région : Toutes les régions
  • Nombre de disques : 2
  • Studio : Gaumont
  • Date de sortie du DVD : 3 mai 2017

71XzIhJPQLL._SL1250_

Test DVD : Le Coeur en braille ( 3 mai 2017) de Michel Boujenah avec Alix Vaillot, Jean-Stan du Pac

Marie est une adolescente passionnée de violoncelle et très douée à l’école. Victor est un garçon sympathique, dynamique, mais qui connaît quelques difficultés scolaires. Ignorant que Marie est en train de perdre la vue, Victor tombe amoureux d’elle. Et petit à petit, à sa grande surprise, Marie se met à l’aider… Lorsque Marie lui révèle son secret, un pacte est conclu entre les deux adolescents : Victor l’aide à cacher son état afin qu’elle puisse passer le concours d’entrée au conservatoire. Une amitié indéfectible va naître de ce duo improbable, prêt à tout pour faire front face au reste du monde.

Chronique Film:  Michel Boujenah à de vrai qualité de raconteur d’histoires à travers ses spectacles emplis d’une infinie tendresse et d’humanisme, mais aussi de poésie, tout en étant marqués par une certaine férocité dans les propos dénonciateurs, il paraît difficile de résister à aller voir sa troisième réalisation. Il est difficile de résister parce qu’il met en scène deux adolescents en proie à des problèmes qui leur sont propres, et que certains spectateurs reconnaîtront. « Le cœur en braille » a beau être une adaptation du roman éponyme De Pascal Ruter mais on peut remarquer qu’on retrouve le même fond que dans « Intouchables » ou « La famille Bélier » : le handicap et les difficultés qui vont avec. D’autant plus que le handicap est traité de la même façon que dans les deux films précédemment cités, à savoir que la pitié est un sentiment que réfutent les personnes touchées par ces handicaps. C’est là que « Le cœur en braille » trouve sa véracité pour porter sur le devant de la scène l’un de ses messages. La palme d’interprétation revient aux pères : d’abord à Pascal Elbé dans la peau d’un gars désœuvré et avec un jeu tout en finesse, superbe de subtilité. Puis ensuite à Charles Berling qui joue avec ses tripes un père divorcé mais qui veut décider ce qui semble être le plus approprié pour sa fille envers et contre tout. Ce qui caractérise les deux hommes, c’est leur maladresse, et c’est par eux qu’arrive le second message du film : savoir être à l’écoute de sa progéniture. On peut donc affirmer que « Le cœur en braille » est un spectacle adressé à tous, jeunes et moins jeunes. Et c’est bien grâce à ces deux acteurs chevronnés que le spectateur ne va pas rester indifférent. La réalisation est classique mais arrive à apporter une sorte d’humilité poétique à cette belle histoire.

Note : 9/10

61D21+rPZ1L._SL1000_

TEST DVD :

Image :Une image au piqué affuté, extrêmement détaillée et aux couleurs profondes. Belle tenue des noirs.  Les ambiances sont parfaitement retranscrites et le support se révèle d’une grande efficacité. Les contrastes donnent un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble

Son : Le son bénéficie d’une grande qualité sonore et il est parfait. Les effets sonores du film envahissent les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique.

Bonus : Côté Bonus, les making of sont intéressants ce qui nous permet de découvrir de l’intérieur la création du film, les difficultés du réalisateur et surtout ses impressions au fur et à mesure que le tournage progresse. Du très bon travail

Bonus DVD :  – Les essais des comédiens :
Alix Vaillot ¿ Marie
Jean-Stan Du Pac ¿ Victor
Antoine Khorsand ¿ Haicam

– Making of de la musique
– Bande-annonce

  • Acteurs : Alix Vaillot, Jean-Stan Du Pac, Charles Berling, Pascal Elbé, Vincent Taloche
  • Réalisateurs : Michel Boujenah
  • Format : PAL
  • Audio : Français (Dolby Digital 5.1)
  • Audio description : Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
  • Région : Toutes les régions
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Gaumont
  • Date de sortie du DVD : 3 mai 2017
  • Durée : 85 minutes

612QLBVFqCL._SL1000_.jpg

Test Dvd : Ballerina (14 avril 2017) de Eric Summer, Eric Warin avec Camille Cottin, Malik Bentalha

Félicie est une jeune orpheline bretonne qui n’a qu’une passion : la danse. Avec son meilleur ami Victor qui aimerait devenir un grand inventeur, ils mettent au point un plan rocambolesque pour s’échapper de l’Orphelinat, direction Paris, ville lumière et sa Tour Eiffel en construction ! Félicie devra se battre comme jamais, se dépasser et apprendre de ses erreurs pour réaliser son rêve le plus fou : devenir danseuse étoile à l’Opéra de Paris…

Chronique Film: Excellent film d’animation qui, en dépit d’un budget « léger » pour le secteur (ce qui se voit tout de même sur l’animation et les textures, moins élaborées que sur les derniers Disney et consort), parvient tout de même, à force d’inventivité, à un rendu de grande qualité. On peut notamment apprécier que le manque de moyen technique ait été intelligemment compensé par un important travail de recherche, que se soit sur la danse, admirablement chorégraphiée par Aurélie Dupont (directrice du ballet de l’opéra de Paris), ou sur le Paris de la fin du XIXème, très précisément rendu.  Ballerina invite à la persévérance, ce conte initiatique qui ne manque ni d’âme ni de cœur, lorgne du côté de Billy Elliot, l’animation en plus. Ballerina enchante les cœurs et les corps.

Note : 9,5/10

61TX3SxoZCL._SL1000_

Test DVD :

Image : Une image splendide piquée, très équilibrée en colorimétrie et fourmillant de détails . Malgré les nombreux décors de la cette perfection visuelle est particulièrement saisissante.

Son : Une piste sonore splendide, riches en détail, spatialisées au laser et dotées d’une dynamique hors norme. Une perfection avec une richesse, une limpidité et un impact hautement satisfaisants pour les scènes de danse.

Bonus : Pas de bonus pour l’édition dvd ce qui est dommage pour un tel film.

 

  • Acteurs : Camille Cottin, Malik Bentalha
  • Réalisateurs : Eric Summer, Eric Warin
  • Format : PAL
  • Audio : Français (Dolby Digital 2.0), Français (Dolby Digital 5.1)
  • Audio description : Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 2.35:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Gaumont
  • Date de sortie du DVD : 14 avril 2017
  • Durée : 86 minutes

719bsyBK8QL._SL1000_.jpeg

 

Test DVD : Arès (1 avril 2017) de Jean-Patrick Benes avec Ola Rapace, Micha Lescot

Dans un futur proche, l’ordre mondial a changé. Avec ses 10 millions de chômeurs, la France fait désormais partie des pays pauvres. La population oscille entre révolte et résignation et trouve un exutoire dans des combats télévisés ultra violents où les participants sont dopés en toute légalité et où tous les coups sont permis.
Reda, dit Arès, est un ancien combattant qui vit de petits boulots de gros bras pour la police. Tout va changer lorsque sa soeur se fait arrêter et qu’il doit tout mettre en oeuvre pour les sauver : elle et ses filles.

Chronique Film  : « Arès », magnifique film noir dont le titre évoque le Dieu de la guerre, est  un bon film d’anticipation  sur notre monde vu sous un angle totalement désenchanté et déshumanisé. Privilégiant une ambiance de noirceur dans un Paris embourbé dans la misère où les rues sont envahies d’abris de fortune cette vision apocalyptique de notre société victime du capitalisme galopant est ici terrifiante ! Ce qui pourrait bien être un film visionnaire en étant un aperçu de ce qui nous attend, tant les similitudes avec quelques signaux actuels sont évidemment plus que palpables…Notre environnement urbain est à la fois magnifiquement filmé avec des plans d’ensemble et des éclairages superbes, alors que malgré tout, le danger est omniprésent en transformant chaque timide sortie en véritable épreuve de force ! Au milieu de tout cela, Arès Kowalski essaie de survivre, de se faire une place pour lui, en préservant aussi sa sœur et ses enfants, tandis qu’en tant que seul espoir d’étude du groupe , il verra petit à petit tout basculer autour de lui ! L’intrigue qui s’en suivra vaut d’ailleurs franchement le coup par l’engrenage dans lequel est piégé le héros, et la portée de l’histoire y trouve cruellement son compte par la similitude de quelques faits divers dramatiques déjà bien connus sur quelques cobayes rémunérés pour cela et récemment décédés. Pas parfait par manque de budget mais du très beau cinéma inspiré et intelligent de Jean-Patrick Benes, dont les acteurs dont Ola Rapace est très convaincant dans cet univers de désolation, sont tous impressionnants de réalisme. Fan film futuriste vous ne serait pas déçu et en plus c’est Français.

Note : 8,5/10

51T+0XgXfLL._SL1000_

Test DVD:

Image :Une image au piqué affuté, extrêmement détaillée et aux couleurs profondes. Belle tenue des noirs.  Les ambiances sont parfaitement retranscrites surtout lors des scénes de combats et le support se révèle d’une grande efficacité. Les contrastes donnent un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble

Son : Le son bénéficie d’une grande qualité sonores.Les effets sonores du film envahissent les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique.

Bonus :  Côté Bonus, le making off est intéressant ce qui qui nous permet de découvrir de l’intérieur la création de ce film et le point de vue du réalisateur et nous apprend qu’un des producteur n’est autre que Louis Leterrier le réalisateur des Transporteur, Danny the dog et Hulk.

  • Acteurs : Ola Rapace, Micha Lescot, Thierry Hancisse, Hélène Fillières, Ruth Vega Fernandez
  • Réalisateurs : Jean-Patrick Benes
  • Audio : Français (DTS-HD 2.0), Français (DTS-HD 5.1)
  • Audio description : Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 2.40:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Gaumont
  • Date de sortie du DVD : 1 avril 2017
  • Durée : 80 minutes

71DLoRQ2nwL._SY500_.jpg

Test DVD – Un Petit Boulot (2 janvier 2017)de Pascal Chaumeil Avec Romain Duris et Michel Blanc

Jacques habite une petite ville dont tous les habitants ont été mis sur la paille suite à un licenciement boursier. L’usine a fermé, sa copine est partie et les dettes s’accumulent. Alors quand le bookmaker mafieux du coin, lui propose de tuer sa femme, Jacques accepte volontiers…

Critique Film: Romain Duris et Michel Blanc sont très bons dans cet au style proche d’un Bertrand Blier avec un scénario et les dialogues de la part Michel Blanc qui a réadapté ici un livre qui se passe aux Usa sur le sol français et les tous est bien écrit avec les ingrédients qui sont là pour un très bon divertissement. Humour, suspense, rebondissements .Le film dépeint la société dans laquelle nous vivons .Les personnages sont des personnes du quotidien sauf qu’ils sont toujours à côté de la plaque ce qui accentue ce côté décalé et amusant. Le film est également porté par un très bon Romain Duris qui forme un excellent duo avec Michel Blanc qu’il est plaisant de retrouver à ce niveau. Une très belle surprise

Note : 8,5/10

TEST DVD:                                                                                                                                                       Image : L’image est belle et granuleuse ce qui donne au  film un aspect dur avec des contrastes qui donnent un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble.

Son : Les effets sonores du film envahissent les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique avec des dialogues au mieux de l’audition et qui ne sse font pas noyer dans la musique.

Bonus : Côté Bonus, c’est une déception , juste une bande annonce

  • Réalisateurs : Pascal Chaumeil
  • Format : PAL
  • Audio : Français (Dolby Digital 2.0), Français (Dolby Digital 5.1)
  • Audio description : Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 2.39:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Gaumont
  • Date de sortie du DVD : 2 janvier 2017
  • Durée : 96 minutes

61SmcIeHC-L._SL1000_.jpg

Test Blu-Ray: Un homme à la hauteur

Jean Dujardin (Acteur), Virginie Efira (Acteur), Laurent Tirard (Réalisateur)

Diane, une avocate, fraîchement célibataire, reçoit un appel d’Alexandre, charmant architecte qu’elle n’avait jamais rencontré, et qui vient de retrouver son téléphone égaré. Lorsqu’ils se rencontrent, le rendez-vous prend un tour inattendu..

Critique  Film :Ce film sur la rencontre d’une très belle femme (Virginie Efira) et d’un homme mesurant 1m36 (Jean Dujardin) n’aurait pu être qu’un simple divertissement un peu excessif et surjoué par les deux acteurs. Eh bien, pas du tout. Le spectateur en sort ému, parce que derrière cette histoire d’amour, il y a un message. Celui d’accepter la différence et de ne pas s’attacher au fameux « regard des autres », qui peut vous pourrir la vie et vous faire passer à côté des belles choses qu’elle vous offre.
Jean Dujardin et Virginie Efira sont crédibles, émouvants et à aucun moment, ce film ne tombe dans la caricature et les excès que l’on aurait pu craindre. Laurent Tirard a su faire de cette histoire drôle et légère, un film plus profond qu’il n’y paraît.

Note : 8/10

  • Format : PAL
  • Audio : Français (Dolby Digital 2.0), Français (Dolby Digital 5.1)
  • Audio description : Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 2.40:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Gaumont
  • Date de sortie du DVD : 7 septembre 2016

51yUb1KJk8L.jpg