Marlène Jobert raconte (6 septembre 2017) de Marlène Jobert

Avec la fantaisie et la sensibilité qu’on lui connait, Marlène Jobert raconte dans cette collection les plus beaux contes du monde. Ces récits captivants, où se mêlent le merveilleux et l’aventure, enchanteront l’imaginaire des enfants tout en leur transmettant des valeurs essentielles comme la justice, la générosité, le courage, la persévérance, la tolérance… des clés fondamentales pour vivre en harmonie.

Chronique : Excellente idée de cadeau pour les enfants. Ils vont être scotchés par la voix suave de Marlène Jobert, et par l’intonation très juste qu’elle emploie dans la narration tout en faisant découvrir aux enfants les contes . Les histoires peuvent être lue par les enfants qui lisent déjà bien, peuvent être écoutée et lue en même temps, pour aider les premières fois et elle peut être juste écoutée si l’enfant ne sait pas lire ou préfère s’endormir en l’écoutant le soir
L’intérêt vient aussi du fait que l’enfant découvre par un cd les contes lues par Marlène Jobert. Un superbe livre et les choix des histoires sont magnifiques; Un livre ludique qui permet à l’enfant de se cultiver tout en s’amusant.

Note : 9/10

  • Album: 32 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : GLENAT (6 septembre 2017)
  • Collection : Marlène Jobert raconte

La cueillette magique & Les fruits du ciel(6 septembre 2017) de Mato

Les Popumomos sont de retour ! En grand format et en couleur !
Bienvenue au pays des Popumomos… un adorable petit peuple créé par la jeune et talentueuse artiste japonaise Mato.
L’amitié de ces drôles de créatures se mérite et, pour pouvoir les rencontrer, il faut avant tout traverser le p assage secret à travers la forêt…

Chronique : Voici les Popumomos  mais qui sont ils ? Nous allons suivre un petit garçon sur les traces de ce petit peuple et pénétré dans un monde fabuleux où l’auteur Mato nous embarque dans son imaginaire tel un Miyazaki et va aborder les thèmes du quotidien, tels que l’amitié, la tolérance, la différence et la peur de l’inconnu. Chaque ouvrage propose un univers graphique différent, en fonction de l’histoire, les dessins font voyager grâce à un univers graphique et fabuleux. Esquissés avec rondeur et tendresse par Mato, ce peuple apprend l’altérité, la solidarité et la confiance en soi au jeune narrateur qui s’empresse dès que possible de retrouver ses nouveaux amis.

Note : 9/10

  • Album: 32 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : GLENAT (6 septembre 2017)

Notre univers & Les Vikings (6 septembre 2017) de Jon Richards

  • Si vous vous êtes déjà demandés ce qui maintient l’univers en marche, vous avez choisi le bon livre ! Avec son infographie attrayante et dynamique, découvrez les incroyables mécanismes de la création de l’Univers : comment naissent les étoiles, qu’est-ce qu’une comète, pourquoi le Soleil brille, etc
  • En route pour explorer l’époque des Vikings ! Ce peuple légendaire de guerriers étendit sa puissance vers l’Europe et l’Amérique du Nord, entre le VIIIe et le XIe siècle. Grâce à l’infographie colorée et attractive, les enfants découvriront leur mode de vie, leurs croyances, leur organisation sociale et politique, les guerres et les conquêtes des territoires… Tout pour devenir incollable sur le sujet !

Chronique :  : Avec GRAPHIDOC, c est une nouvelle manière excitante et originale d apprendre ! Voici donc une belle collection des éditions Glénat qui nous offre avec ces deux nouveaux livres  que sont l’univers et les Vikings une belle exploration avec une infographie attrayante et dynamique qui décrit les processus fondamentaux qui se mettent en place derrière chaque planètes et comment un peuple à put être si fort.
Une bonne interaction proposée pour chacun des sujets. Les explications brillent par leur simplicité, leur clarté et peuvent donc intéresser des enfants de moins de six ans.
Les illustrations joignent ont  une tonalité gaie, attractive et très colorée ce qui est très ludique pour éveiller la curiosité et répondre ainsi aux questions des enfants .

Note : 9/10

  • Broché: 32 pages
  • Editeur : GLENAT (6 septembre 2017)
  • Collection : GRAPHIDOC

Titeuf, Tome 15 : À fond le slip ! (31 août 2017) de Zep

Que ce soit en classe, dans la cour de récré, à la maison ou dans la rue, Titeuf est très attentif au monde qui l’entoure. Mais en ce moment il est carrément perdu ! Entre les manifs contre les déchets nucléaires qui puent du slip comme les couches de Zizie et les gens qui descendent dans la rue contre les IVGétariens, il a l’impression qu aujourd’hui il faut avoir un avis sur tout. Mais pô facile de faire le bon choix dans un monde qui devient de plus en plus compliqué ! Heureusement qu’il reste les copains et les vidéos sur internet pour tout nous expliquer.

Chronique : À fond le slip! C’est le titre du quinzième album des aventures de Titeuf, dont la sortie coïncide avec la date de son 25ème anniversaire. Dans A fond le slip!, Zep, qui s’est toujours refusé à intégrer dans l’univers de Titeuf ordinateurs et téléphones portables, fait entrer son personnage culte dans la modernité. Migrants, nucléaire, dangers des réseaux sociaux… Depuis le dernier album es choses se sont calmées. Les cheveux ont repoussé. Nadia perpétue la tradition en lui collant trois baffes, mais c’est pour Ramatou que le cœur de Titeuf bat on est revenu à ce qui nous plaisait tant dans Titeuf. Thérèse, la fille aux cheveux mauves avec un petit pois dans la tête prend de l’importance ce qui renouvelle aussi ce nouvel album mais Titeuf ne s’est ni assagi ni anémié.S’il a évolué graphiquement, il reste ce gosse qui pose un regard naïf et curieux sur le monde. Son univers est inchangé, les parents, la petite sœur Zizie, les copains Manu et Hugo, la maîtresse d’école…  Titeuf témoigne sans fléchir des mutations de l’époque. Lors d’un test d’orientation, il se plaint de la difficulté de choisir un métier qui existera encore dans dix ans. Il assiste à une manif anti-IVG. Il a affaire à un cyberpédophile. Il se sert d’un drone pour passer un billet doux. Il a parmi ses camarades de classe des enfants de réfugiés, un intégriste musulman et un adepte de la théorie du complot. Il se prend pour un terroriste en plantant un pétard dans une déjection canine. Super, les adultes et enfants vont aimer ce nouveau tome .

Note : 9,5/10

  • Broché: 48 pages
  • Editeur : GLENAT (31 août 2017)
  • Collection : TCHO ! LA COLLE

51ZSd7hmwXL._SX365_BO1,204,203,200_

La carte du ciel (23 août 2017) de Arnaud Le Gouëfflec et Laurent Richard

Vallièvre, petite commune de campagne. Il ne s’y passe jamais rien, ou presque. Mais voilà qu on prétend y avoir vu passer des OVNI ! Si tout le monde a l’air de prendre ça à la rigolade, ce n’est pas le cas de Claire, Wouki et Jules, trois potes qui se sont récemment pris de passion pour le sujet. Alors qu’ils enquêtent sur le phénomène et que l arrivée d’une nouvelle prof fait sensation au lycée, les trois inséparables découvrent que les événements étranges se multiplient…

Chronique : Au premier coup d’oeil, on est charmée par le dessin de Laurent Richard. A la lecture, l’histoire s’est révélée tout aussi empreinte de nostalgie et de fantaisie que le graphisme semble le promettre.  Le ciel peut nous dire beaucoup de notre passé et encore plus de notre futur. Claire, Wouki et Jules vivent depuis un an pour tout ce qui touche à l’astronomie, n’hésitant pas à se retrouver au soir couché pour observer le ciel avec une lunette. Dans leur désir de croire ils seront bousculés par le matérialisme de leur nouvelle professeure de philosophie pour qui toute référence religieuse ou magique empêche les hommes de passer dans l’âge adulte, bloqué par ce qu’elle nomme le Syndrome de Peter Pan ou refus de grandir. Jules sera absorbé de plus en plus par les formes de la jeune femme s’éloignant de ses amis et de Claire qui de son côté ne souhaite pas abdiquer si vite. Elle prendra pourtant un choix lourd de conséquences…

61cnYeZAEELLa jeune Claire reste attachée à la magie d’une jeunesse rassurante qui l’autorise encore de rêver. Par un jeu de circonstances elle va pourtant mettre un coup d’accélérateur à son passage dans l’âge adulte. Récit qui navigue entre nostalgie de l’enfance, fantastique et polar sombre qu’il s’agisse d’amour, d’aventure, de drogue ou de paranormal, l’adolescence demeure le temps des expériences, des transgressions, des attirances plus ou moins déviantes. Ici, la lecture de la « Carte du ciel », comprise en astrologie comme l’association symbolique du caractère d’une personne et le positionnement des planètes, se souciera du destin et des vérités – ou mensonges – incarnés par chacun des lycéens évoqués en introduction. Arnaud le Gouëfflec livre un thriller sur l’adolescence nimbé de surnaturel, qui rend autant hommage à la Nouvelle Vague qu’à l’entertainment américain des années 1980. Un pilote, un élève et une philosophe se retrouvent dans un trio meurtrier mis-en-image grâce au dessin épuré de Laurent Richard qui charge ce récit dans une ambiance atmosphérique toute particulière.

Note : 9,5/10

  • Album: 144 pages
  • Editeur : GLENAT (23 août 2017)
  • Collection : 1000 Feuilles

81Dpnuwy4+L

Wild blue yonder : Les Aventuriers du ciel (23 août 2017) de Mike Raicht et Austin Harrison

Dans un futur post-apocalyptique, les hommes ont quitté la terre pour le ciel et vivent désormais dans des forteresses volantes. Cola, jeune pilote descendant d une famille d’aviateurs, se bat tous les jours pour protéger des pirates de l’air sa cité alimentée par l énergie solaire. Car les réserves de munition et de carburant se tarissent peu à peu, et les hommes deviennent prêts à tout pour survivre. Chaque jour, le ciel s’embrase du feu des batailles entre avions et guerriers aéroportés. Et le monde sombre peu à peu dans le chaos…
Dans un univers évoquant autant le Nausicäa de Miyazaki qu une version aérienne de Waterworld, Wild Blue Yonder nous embarque pour une aventure époustouflante aux confins du ciel.

Chronique : Une histoire amusante dans un avenir où la pollution et la guerre ont rendu la plus grande partie de la terre du monde dangereuse à vivre. L’air est fortement pollué. Mais, au-dessus des nuages, l’air est encore propre. Une partie de l’humanité s’est maintenue en volant au-dessus des nuages. La plupart des navires continuent à courir sur des combustibles fossiles et doivent visiter la terre et ont une certaine base où le charbon et d’autres combustibles sont transformés pour les navires. Mais, cela ne durera pas éternellement.
L’histoire s’ouvre avec une fille qui traverse un avion et visite un pub où elle cherche une autre personne à rejoindre son navire pour un travail dangereux. Son recruteur (et le lecteur) est introduit dans son navire volant et vient découvrir qu’il est le grand navire dans le ciel qui ne sort pas de tout combustible fossile.

81eCjtzxMQL

L’auteur ne précise pas de quoi le navire est écoulé . Naturellement, ce navire est une cible d’autres qui se rendent compte qu’ils ne peuvent pas ravitailler leurs navires pour toujours.  Une histoire d’apocalypse intéressante. Comme snowpiercer mais dans le ciel avec des personnages qui sont fous, l’auteur ne développent jamais leurs personnalité mais cela ne dérange pas on est en plein dans l’action.
La narration de Zack Howard est superbe même si parfois déroutant, comme certains panneaux de combat sombres surdimensionnés. La couleur de Nelson Daniel est vraiment bonne et ajoute une valeur réelle à l’aspect général du livre. L’histoire ce lit d’une traite avec un aspect très cinématographique. Une très bonne découverte.

Note : 9,5/10

  • Broché: 192 pages
  • Editeur : GLENAT (23 août 2017)
  • Collection : Glénat Comics

91TdXM-vNnL.jpg

Compte comptines : Petits poèmes-énigmes à déchiffrer (30 août 2017) de , Renata Bueno

Combien de poissons rouges bougent dans le bocal ? Combien de pansements faudra-t-il pour recouvrir tous les petits bobos des animaux ? De quelle couleur seront les prochaines perles à enfiler sur le collier d’Olivia ?

Chronique : Très bel album qui laisse une part importante à l’imagination.
L’auteure propose sur chaque double-page une comptine très courte qui recèle une énigme à résoudre ou un mini-calcul mathématique, cet album aux couleurs vives saura stimuler les enfants de manière interactive et ludique. Faisant appel à leur sens très fin de l’observation;  les enfants vont observer et chercher sur chaque double page .  Une très bonne découverte.

Note : 9/10

  • Album: 48 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Glénat (30 août 2017)

51gHz6Mh1gL._SX491_BO1,204,203,200_.jpg

Dragon Ball Super Vol.01 (5 avril 2017) de Akira Toriyama et Toyotaro

Les mois ont passé depuis le terrible affrontement entre Goku et Majin Boo… Mais après une période de paix, une nouvelle menace s abat encore sur la Terre !! Et cette fois, les ennemis viennent de l univers 6 … Qu est-ce que ça signifie ?!
Voici enfin la suite tant attendue et totalement inédite de Dragon Ball, sur une idée originale d Akira Toriyama lui-même !!

Chronique : Le retour de nos héros préférés est jouissif. Retrouver Sangoku, Sangohan est toujours un plaisir et assure un retour en enfance certain. Les dessins sont de qualité et on peut retrouver l’humour que l’on connait. Les combats s’enchainent en 3 à 4 pages, les personnages ne sont pas développés et  tout va trop trop vite. On dirait que le manga a été écrit en résumé pour appuyer les animes. Point marquant et inévitable en comparaison avec l’animé, et bien sur la qualité des dessins absolument superbe. Là où l’animé est une grosse déception sur la majorité des épisodes, Toyotaro qui prend la relève du maître Toriyama(ici en charge du scénario), fait un travail remarquable avec des personnages superbe. Son trait est vraiment très proche de lui tout en y incorporant sa touche personnelle et c’est un véritable plaisir de retrouver ce charme d’antan qui restera à jamais indémodable. Cette édition est qualitative. Les traductions sont fidèles et les couvertures respectent celles de l’édition japonaise.

Note : 8/10

  • Broché: 192 pages
  • Editeur : GLENAT (5 avril 2017)
  • Collection : Shonen

51OFkEFLg+L._SX318_BO1,204,203,200_.jpg

La dynastie Donald Duck, Tome 23 : Perdus dans les Andes ! et autres histoires (21 juin 2017) de Carl Barks

L’avant-dernier volume d’une intégrale indispensable ! Retrouvez l’intégralité de l’oeuvre de Carl Barks, l’auteur le plus réputé et le plus talentueux des aventures de Donald. Aventure, mystère et magie sont bien sûr au rendez-vous de ces histoires, mais aussi humour, amitié et cacophonie familiale.

Chronique : En introduction, ce volume propose un appareil critique de l’œuvre de Barks et chaque histoire est précédée d’une courte fiche d’identité bibliographique permettant de la replacer dans le contexte de sa première publication.
Cette intégrale arrive sur la fin  ce volume est avec ses nouveau récit de longueurs variables dominées par l’action et les situations absurdes qui caractérisent le style de l’auteur. On y croise Balthazar Picsou, Donald Duck, les neveux Riri, Fifi et Loulou, l’inventeur Géo Trouvetou et son fidèle Filament (la petite lampe sur pattes), Daisy, Grand-mère Donald, Gontran Bonheur, les Rapetou, Gripsou, etc.

71zRTv5kFEL

Une fiche explicative introduit chaque récit illustré. Elle mentionne le titre original et la date de la première publication, les dates des rééditions successives dans les magazines américains et français (chez nous dans « le Journal de Mickey », « Picsou Magazine », « Mickey Poche » ou en albums) ! On peut parler à juste titre de classique du 9ème art. Ce livre est divertissant, bourré d’informations. Les scénarios sont excellents même si le dessin est assez simple, les histoires sont moins irréels au contraire et ce sont les meilleurs où on suit leurs aventures dans le quotidien.
En tout cas, ce fut un des meilleurs tomes qui montre que les premiers sont toujours les meilleurs.

Note : 9,5/10

 

  • Album: 384 pages
  • Editeur : GLENAT (21 juin 2017)
  • Collection : LES GRANDS MAIT

518odY9HS7L._SX350_BO1,204,203,200_.jpg

 

L’île du docteur Moreau (14 juin 2017) de Herbert George Wells et Dobbs

Unique survivant d’un naufrage, Edward Prendick est secouru par Montgomery, l’assistant d’un certain Docteur Moreau. Depuis une dizaine d’années, sur leur île isolée du monde, les deux scientifiques se livrent à de terribles expériences, greffant et modifiant génétiquement des animaux pour les rendre doués de conscience et de parole. Sur place, les « Hommes-bêtes » obéissent à un ensemble de règles bien précises, la Loi, leur interdisant tout comportement primitif, et vénèrent Moreau tel un dieu. Mais Prendick découvrira bien vite que les pulsions animales de ces créatures sont loin d’être oubliées…Interrogeant les questions de l’identité et de la dignité animale, le troublant et visionnaire L’Île du Docteur Moreau n’a rien perdu de sa pertinence.

Chronique : Edward Prendick est un naufragé qui est recueilli sur une île du Pacifique Sud, et il découvre rapidement avec fascination et répulsion qu’il s’agit d’un terrain d’expérimentation grandeur nature pour le savant Moreau ayant disparu de la circulation à cause de scandales liés à la vivisection, qui à grands renforts de transfusions et de transplantations explore ici la frontière entre l’homme et l’animal, la raison et l’instinct, la réflexion et la pulsion.
L’aspect philosophique du roman  n’a pas perdu de son intérêt,est il est quasi prophétique car le narrateur hanté par l’animalité qui resurgit en lui annonce le phénomène de brutalisation des sociétés qui a éclaté avec les guerres mondiales !
La Bd est fidèle, puisqu’il y a redondance dans les deux naufrages initiaux du narrateur, et incohérence avec le narrateur qui critique la violence et l’arbitraire de la microsociété mise en place par Moreau avant de lui substituer sa propre microsociété plus violente et plus arbitraire encore.

71dBsjdFicL

Cette relecture de l’œuvre est passionnante de bout en bout mais surtout nous livre une réflexion intéressante sur un savant qui se prend pour Dieu et qui veut modifier le cours normal de la nature.
Ici « Les monstres » sont assez pathétiques et font surgir de la compassion chez le lecteur.
Wells et Dobbs se posent en visionnaire. Cette fibre pessimiste sur les applications pratiques de la recherche se retrouve dans l’Homme Invisible, autre roman et adaptation. Le dessin et la mise en couleur sont parfaits, très esthétiques. Le découpage est lui aussi d’une grande qualité et donne un rythme au récit qui n’est ni trop lent ni trop rapide.  Le plus difficile pour les adaptations des œuvres littéraires en BD est sans doute de rester fidèle à l’ambiance de l’œuvre originale. De ce point de vue, le challenge est plus que réussi.

Note : 9/10

  • Album: 56 pages
  • Editeur : GLENAT (14 juin 2017)
  • Collection : HG Wells

51f+G9QNzCL._SX373_BO1,204,203,200_