Lili et la louve (24 mai 2017) de Elise Fontenaille et Alice Bohl

Pour ses sept ans, Lili découvre qu’elle a un don incroyable et magnifique : parler le langage des animaux. .

Chronique : À l’âge de sept ans, la petite Lili découvre qu’elle possède un don extraordinaire : celui de parler le langage des animaux. Du bonheur de pouvoir tout partager avec son chien Neige, aux côtés de qui elle a grandi, Lili passe à l’effroi lorsque l’ourse Caramelle lui apprend qu’une louve rôde dans les parages. Comment réagir alors face à cette inconnue qui les terrifie ? Baigné de lumière et d’incroyables aquarelles fauves, le dernier album des éditions Grasset Jeunesse détonne autant par son histoire en forme de plaidoyer pour la tolérance, que par ses couleurs éblouissantes.

Note : 9,5/10

  • Album: 32 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Grasset Jeunesse (24 mai 2017)
  • Collection : Lecteurs en herbe

51oBAjN4m4L._SX369_BO1,204,203,200_.jpg

Le souffle de l’été (24 mai 2017) de Anne Cortey et Anaïs Massini

Le souffle de l’été, la chasse aux étoiles filantes, la plongée sous-marine, le grand vent…
Au fil de quatre histoires d’amitié, de petits et grands bonheurs d’été, Kimi et Shiro renforcent leur relation faite de petits rires, d’attente, de promesse, de jeux, de partage. La force de l’amitié qui les lie est aussi magique que les étoiles filantes, la danse des cerfs-volants les jours de grands vents, ou le palais du facteur cheval qu’ils construisent sur le sable…

Chronique : Kimi et Shiro ont bien grandi, le format de leur nouvelle histoire aussi ! Après Les petits jours de Kimi et Shiro, les deux lapins sont de retour dans un grand album intitulé Le souffle de l’été, une chronique de bord de mer imaginée par Anne Cortey et illustrée par Anaïs Massini. Au fil de quatre histoires et de petits bonheurs d’été faits de jeux et de partage, Kimi et Shiro renforcent leur amitié aussi magique que les étoiles filantes, la danse des cerfs-volants les jours de grand vent ou le palais du facteur cheval que les deux lapins construisent sur le sable… Une belle petite histoire à amener avec soi en plage, ou pour se sentir les pieds dans le sable jusque sur le bitume du retour de vacances.

Note : 10/10

  • Album: 40 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Grasset Jeunesse (24 mai 2017)
  • Collection : Lecteurs en herbe

51kgBJgXmXL._SX359_BO1,204,203,200_

Reconnaître le fascisme (19 avril 2017) de Umberto Eco

L’auteur mêle ici souvenirs personnels de sa jeunesse sous le fascisme et analyse structurelle des 14 archétypes du fascisme primitif et éternel.

Chronique : Un joli discours qui tente de proposer une définition du fascisme éternel,  dans les nombreux travers anachroniques. le livre évoque une diatribe contre les partis populaires traités de populistes, tout en associant  certains aspects du discours politique avec le fascisme, notamment l’appel aux classes moyennes. Le flot textuel dans le livre, en amont par une ubuesque mise en scène des rapports humain nous aide à déceler les signes imperceptibles de la montée du fascisme ….à méditer en pensant au FN . Brillants comme toujours Eco parle de l’émergence de la dictature en utilisant un vocabulaire positif pour mieux tromper. Superbe.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 56 pages
  • Editeur : Grasset (19 avril 2017)
  • Collection : Essais Etranger

412o++q43CL._SX329_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Les aventures inter-sidérantes de l’ourson Biloute, épisode 2 : Les mutants de la Mine Noire (26 avril 2017) de Julien Delmaire et Reno Delmaire

C’est dimanche. Sans surprise dans le Nord de la France  : il pleut. L’Ourson Biloute et sa petite famille se rendent au musée de la mine pour visiter les anciennes galeries de charbon. Au fond de la fosse, l’ambiance tourne au cauchemar. Les extra-terrestres de la Galaxie Fantôme, ont installé un laboratoire secret où mijote l’infâme sauce Z  ! Biloute se retrouve pris au piège, face à des monstres plus terrifiants les uns que les autres. Notre héros en peluche semble perdu  ! À  moins qu’une aide aussi précieuse qu’inattendue ne le sauve de ce sombre traquenard…

Chronique : Episode 2 :  Les aventures inter-sidérantes de l’Ourson Biloute est un roman idéal pour les jeunes lecteurs. Le texte est bourré d’humour et les illustrations très colorées dégagent une énergie débordante. L’ensemble donne un roman décapant, loufoque et vraiment original.
L’humour est omniprésent, de la présentation des auteurs au glossaire, en passant par le texte qui, tout en restant abordable pour un enfant, est de qualité.
La richesse textuelle tient aussi dans l’ajout d’expressions tirées du patois du Nord de la France séduira sans doute d’avantage les ch’ti mais qui ne doit surtout pas rebuter les lecteurs de tout horizon qui passerait à côté d’un roman/album qui se veut unique en son genre.

Note : 9/10

  • Broché: 48 pages
  • Tranche d’âges: 6 – 9 années
  • Editeur : Grasset Jeunesse (26 avril 2017)
  • Collection : Lecteurs en herbe

61JXB7mIAqL

Les Aventures inter-sidérantes de l’Ourson Biloute, épisode 1 : La baraque à frites de l’espace (22 mars 2017) de Julien Delmaire et Reno Delmaire

L’Ourson Biloute et la Baraque à Frites de l’Espace
Dans un petit village du Nord de la France, jusqu’ici tout va bien. Il pleut. Les frites sont chaudes, les grenouilles croassent tranquillement. Mais une redoutable menace plane sur ce paisible tableau… Le terrible Blast Ador, commandant en chef de la Galaxie Fantôme, a décidé d’envahir la planète Terre et d’empoisonner les frites avec l’ignoble sauce Z !
L’Ourson Biloute, un ours en peluche pas ordinaire, doté d’un fichu caractère, se dresse courageusement face aux envahisseurs. Grâce à l’aide de Lemmy, le rockeur au grand cœur, Biloute combat sans relâche les hordes d’extra-terrestres.

Chronique : Une nouvelle série d’albums pour les 8/12 ans; ici le premier tome qui est une grande réussite tant dans l’histoire que dans les dessins qui se lisent tel un récit rocambolesque . On se retrouve embarqué dans une épopée futuriste et sociale ancrée dans le nord de la France . Dans ce livre qui n’a rien à envier aux comics et à la culture ch’ti ; les coups de théâtre et rebondissements vont vous faire aimer ce monde avec tout plein de mystère à résoudre et le tout avec de l’humour et des personnages comme Lemmy le rockeur au grand cœur plus drôle que nature. Un premier tome qui met la barre haute pour cette nouvelle série à prendre aux seconds degrés et qui nous donne envie de patienter jusqu’au tome 2 déjà prévus pour le 24 avril 2017 avec le titre : les mutants de la mine noire.

Note : 8,5/10

  • Broché: 48 pages
  • Tranche d’âges: 6 – 9 années
  • Editeur : Grasset Jeunesse (22 mars 2017)
  • Collection : Lecteurs en herbe

61x57mHnpjL._SX384_BO1,204,203,200_.jpg

Les animaux de l’arche (1 mars 2017) de Kochka et Sandrine Kao

Ce nouveau texte de la collection du Yark, de La Boulangerie de la rue des dimanches, Vladimir et Clémence et Le Destin (presque) timbré d’Etienne Durillon parle avec poésie, douceur et espoir du quotidien d’une famille et de voisins réfugiés dans le sous-sol de leur immeuble pour se protéger de la guerre, dehors (Kochka a grandi au Liban). Une institutrice met tout le monde à contribution pour dessiner sur les murs et ainsi mettre à l’abri tous les animaux de la création…

Chronique : Kochka et Sandrine Kao nous offre un livre fort sous fond de guerre. Cet album est déjà un classique et un gros coup de cœur Kochka réussit le tour de force d’expliquer la guerre aux enfants avec des images à la fois fortes, et très simples. En effet, la guerre ne peut être réellement finie lorsqu’on l’annonce… Trop de souffrances, de peur, de trahison, finalement trop de sentiments sont en jeu pour qu’elle disparaisse quand on l’a décidé. La solution serait l’espoir et l’amour car eux seuls peuvent guérir les blessures et peut-être réussir à réunir les populations et le désarroi qui nous prend lorsque l’on doit éclairer les mots de l’auteur afin d’expliquer aux enfants ce qu’est la guerre… Un album facile à lire et à comprendre, aux illustrations poétiques : un chef d’œuvre, donc, à mettre entre toutes les mains.

Note : 10/10

 

  • Broché: 96 pages
  • Tranche d’âges: 6 – 9 années
  • Editeur : Grasset Jeunesse (1 mars 2017)
  • Collection : Lecteurs en herbe

5119UWy+PAL._SX362_BO1,204,203,200_.jpeg

 

L’Expérience Utopia (19 octobre 2016) de Robert Ludlum

Lorsque les entreprises Dresner présentent le Merge, un dispositif destiné à révolutionner le monde et à rendre tout smartphone obsolète, le Colonel Jon Smith de l’unité Covert-One, un groupe clandestin créé par le Président pour pallier l’impuissance des agences de renseignements ravagées par les luttes intestines, a pour mission d’évaluer son potentiel militaire. Il découvre alors une technologie proche de la perfection – vision améliorée, suivi des batailles en temps réel, sécurité inviolable, habileté au tir hors-norme – qui va à tout jamais changer le visage de la guerre

Critique : Une histoire très réaliste où l’auteur a mis beaucoup de soin dans le développement du cadre, tant au début de l’histoire qu’au fur et à mesure de l’action. La situation politique du livre est logique et vraisemblable. de plus, Ludlum réussit à exposer ces éléments essentiels sans nous perdre dans des explications complexes ou ennuyantes.
Le style d’écriture,se marie parfaitement au genre du roman, avec des phrases simples, ce qui permet, d’une part, de bien véhiculer l’action et, d’autre part, de ne pas surcharger un sujet qui pourrait facilement devenir compliqué. Une autre stratégie utilisée dans ce but a été de modifier le narrateur quelques fois au fil du récit. La division du texte en chapitres et en paragraphes aide aussi dans ce sens.
Un livre agréable à lire avec beaucoup de de fausses routes et de rebondissements, une bonne recherche historique.

Note : 9/10

 

  • Broché: 448 pages
  • Editeur : Grasset (19 octobre 2016)
  • Collection : Grand Forma

516fv5SUoBL.jpeg

 

Alice et les orties: illustré par Robin Feix (5 octobre 2016) de Julie Bonnie

« Alice est envahie par son histoire, une sale histoire dont elle voudrait tant se débarrasser. Parce que le silence tue, que la honte étouffe, Alice se met en quête des mots pour écrire son récit, puis le brûler, l’évincer une fois pour toutes de sa vie. Comment trouver les mots qui racontent l’indicible ? Sur le chemin d’Alice, on croise des monstres, des morts, des personnages loufoques. Tous vont l’aider à comprendre enfin ce qui lui est arrivé : très jeune, elle a croisé le chemin d’un garçon perturbé qui l’a agressée sexuellement.

Critique : Alice et les orties un texte poétique fantastique, un toboggan de mots sensuels et piquants.Accompagnée de ses personnages  avec l’impression qu’ils nous sauve quand on est rongé par un terrible d’histoire.Cette auteure nous emporte dans sa sensibilité, dans ses écrits gracieux. En se frottant au conte, elle nous transmet une histoire qui dérange. Sous l’apparence d’un méli mélo , elle fait apparaître des êtres étranges, des rencontres loufoques tout comme une certaine autre Alice…
Son intention de se faire imaginative pour parler d’un sujet difficile, de faire de la création pour dénoncer cet acte immonde , de donner de la force aux victimes pour faire exploser cet empoisonnement est très bien  trouvé ainsi que les illustrations simples et aérienne de Robin Feix ajoute plus de poids à leurs démarches de libération

Note : 9/10

 

  • Broché: 160 pages
  • Editeur : Grasset (5 octobre 2016)
  • Collection : Littérature Française

51yrsc9uy-l-_sx315_bo1204203200_

 

Mademoiselle Belle (5 octobre 2016) de Truman Capote

Récemment découvertes dans les archives de la New York Public Library, ces quatorze nouvelles écrites par le jeune Truman entre ses 15 et 19 ans forment un recueil d’une impressionnante maturité. Elles permettent d’observer son style en puissance, sa fascination pour l’intimité des gens ordinaires et la place centrale du Sud des États-Unis dans son œuvre. Truman Capote élabore d’intenses personnages – l’insaisissable Mademoiselle Belle vivant retirée dans son domaine de Rose Lawn, Lucy à la magnifique voix teintée de Blues qui arrive à New York pour travailler au service d’une famille blanche ou Sally, la rêveuse, qui fait défiler ses vies fantasmées pendant les cours de mathématiques –, il affine ses registres, crée des univers éphémères dans lesquels il plonge ses lecteurs avec brio. Les nouvelles inédites regroupées dans ce recueil dessinent un parcours à travers les racines de l’œuvre de Truman Capote, révélant les contours de son premier roman débuté à l’âge de 19 ans, La traversée de l’été, mais aussi les prémices de ses futurs grands classiques : Petit déjeuner chez Tiffany et De sang-froid.

Critique : Mademoiselle Belle est un recueil de quatorze nouvelles de jeunesse écrites par le jeune Truman Capote quand il avait entre onze et dix-neuf ans.Cela console. Il avait fallu renoncer à avoir la suite de Prières exaucées, son roman inachevé. Truman Capote nous réservait quand même une surprise posthume. Des nouvelles de jeunesse, pour la plupart inédites (certaines avaient paru dans le journal de son école). L’auteur les a écrites quand il avait entre onze et dix-neuf ans, récits exhumés ces dernières années, on y retrouve cette âme du sud, magnifique. A lire !

Note : 10/10

 

  • Broché: 180 pages
  • Editeur : Grasset (5 octobre 2016)
  • Collection : Littérature Etrangère

41sXlQ4oNVL._SX348_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Les nouveaux amants (12 octobre 2016) de Alexandre Jardin

Un homme rencontre une femme.
L’homme ? Oscar, 42 ans, marié avec une actrice, Anne. Auteur de théâtre à succès, cet homme comblé ignore, au début du roman, qu’il va vivre – et non plus seulement écrire –  la pièce la plus turbulente de sa vie. Ce sera, pour lui, une comédie risquée, une anthologie de douleurs, une foire aux ivresses, un malheur merveilleux…
La femme ? Ce n’est pas son épouse, bien sûr. Elle se nomme Roses de Tonnerre, 25 ans, une fille très « fête en larmes », une orgie de contradictions, un merveilleux danger. Cette Roses ne respecte que l’imprévu et les jeux sans règles. Elle est, de plus, sexuellement très curieuse et d’un haut voltage sensuel…
Oscar + Roses : un mélange explosif et charmant.

Critique :  À la lecture de Les nouveaux amants on sait que c’est Alexandre Jardin qui écrit tant on sait apprécier la plume de cette auteur. Le souhait de traiter d’une relation virtuelle est tout à fait compréhensible en cette période où le numérique prend une si grande place,on ce retrouve avec un départ difficile et ça part dans tous les sens.
Un peu comme le fond de cette histoire mais la vie c’est un peu comme ça et l’auteur maitrise bien son sujet ce qui fait que l’on passe un très bon moment avec son héroïne qu’est Roses qui a accès à la totalité de sa personnalité. Elle est complètement contradictoire. Et c’est ce qui crée le suspense à l’intérieur du roman: on ne sait jamais jusqu’où elle va aller, ce qu’elle va faire face à Oskar, le dramaturge qui en devient tout affolé. La chute est bien pensée et nous fait bien sourire.

Note : 8/10

 

  • Broché: 342 pages
  • Editeur : Grasset (12 octobre 2016)
  • Collection : Littérature Française

411ia3zsmyl-_sy346_