La balance: Grandeur et décadence d’un gangster de Jimmy Breslin | 12 février 2020

Père, homme d’affaires, escroc, voleur : Burton Kaplan est tout sauf un mouchard. En neuf ans d’emprisonnement, il n’a jamais craqué. Mais lorsque le procès des deux flics corrompus lors duquel il est appelé à comparaître débute, coup de théâtre : Kaplan sort du silence et déballe tout sur ses activités au sein de la mafia newyorkaise, façon Les Affranchis.
Dans ce récit passionnant, le grand journaliste Jimmy Breslin, l’un des pères du Nouveau journalisme, retrace la vie, les affaires et le témoignage de Burton Kaplan, dont l’histoire est aussi celle de l’escalade puis du déclin de la mafia aux États-Unis au cours du xx e siècle.

Chronique : L’image iconique du gangster tel que l’on se l’imagine, costume sur-mesure et verre de whisky à la main, est ancré dans la culture populaire. Des acteurs tels que Robert De Niro ont gravé dans la rétine des spectateurs cette image d’un gangster puissant et élégant. Cet ouvrage posthume du journaliste Jimmy Breslin remet quelque peu les pendules à l’heure.

L’auteur a consacré sa vie à enquêter sur les divers clans mafieux, ce qui n’a pas été sans heurts. Sa vie a été menacé à de nombreuses reprises et il a même été agressé sauvagement dans un bar. Son récit prend la forme d’un long interrogatoire d’un collaborateur historique de la mafia New-yorkaise lors du procès de deux flics ripoux doublé d’un témoignage du journaliste sur les décennies de règne des plus grandes familles mafieuses.

Le récit est âpre. Cela est dû au fait qu’il n’y a ni narration ni caractérisation des personnages. Cela donne un ouvrage difficile d’accès. L’immersion n’est pas aisée mais la lecture vaut pourtant le détour.

C’est une tout autre représentation de la mafia et de ses membres qui nous est donné à lire. Le gangster flamboyant et tout puissant dont le cliché est véhiculé par la culture populaire a fait long feu. Le récit nous démontre que ces hommes, bien qu’adeptes de la violence et des exécutions sommaires, étaient avant tout des hommes avec les mêmes problèmes que le commun des mortels. C’est-à-dire concurrence déloyale, en l’occurrence le gouvernement, la maladie et la vieillesse.

Le livre aurait pu avoir comme sous-titre « chant du cygne de la cosa nostra » vu à quel point l’accent est mis sur la déchéance de ces familles qui ont régné comme des rois pendant des décennies sur la ville de New-York. Un royaume grignoté petit à petit par les nouvelles lois anti-crime organisé et la multiplication des indicateurs.

Un témoignage troublant sur lequel tous ceux qui s’intéressent à la mafia devraient jeter un œil.

Note : 7 /10

Éditeur HarperCollins
Date de publication 12 février 2020
Langue Français
Longueur du livre 288
ISBN-13 979-1033904748

Le corbeau d’oxford de Faith Martin (13 novembre 2019)

Résumé : Oxford, 1960. Lorsque Sir Marcus Deering, un riche industriel de la région, reçoit plusieurs lettres de menace anonymes, il prend le parti de ne pas s’en inquiéter.
Mais bientôt, un meurtre est commis, et les meilleurs éléments de la police d’Oxford sont mobilisés.
La toute jeune policière Trudy Loveday rêverait de participer à une affaire aussi importante, mais ses supérieurs coupent rapidement court à ses ambitions. Écartée de l’enquête et chargée d’assister le brillant mais peu amène Dr Clement Ryder, médecin légiste, sur une affaire classée, elle se retrouve pourtant très vite au cœur d’une énigme qui pourrait bien la mener sur la piste du mystérieux corbeau d’Oxford…

Achat du livre : https://amzn.to/2Q5GHaf

Chronique : Disons-le tout net l’originalité n’est pas le point fort de ce roman. Une ambiance anglaise feutrée, un duo d’enquêteurs complémentaires, tous les ingrédients sont réunis pour un polar des plus classiques.

Le point fort du livre est le personnage principal de Trudy Loveday, ça ne s’invente pas un nom pareil, toute jeune stagiaire de police ambitieuse mais qui doit encore faire ses preuves. Mais l’action du roman se situe dans une Angleterre des années soixante où pour beaucoup la place des femmes est encore dans la cuisine en tablier et pas dans la rue en uniforme de police. Trudy se retrouve donc en butte à la misogynie ambiante qui règne dans cette société anglaise qui a bien du mal à accepter le changement.

Malgré cette ambiance hostile Trudy reste positive, avec sa mentalité combative et volontaire et juste ce qu’il faut de naïveté, elle est le personnage parfait pour nous conduire dans les rues d’oxford.

Si vous affectionnez les ambiances à l’anglaise ce polar est fait pour vous, Faith Martin, ou plutôt Jacquie Walton de son vrai nom, invoque tous les éléments qui font le charme de ces Intrigues feutrée, où la violence est absente, le langage châtié la plupart du temps, sans oublier une légère note d’humour.

Le duo incarné par Loveday et Ryder se révèle par contre un peu décevant. Certes on peut apprécier la relation maître-élève qui s’instaure très rapidement entre les deux protagonistes mais le personnage de Ryder, présenté comme un indécrottable empêcheur d’enquêter en rond, relève finalement plus de l’ours mal léché dont le bon fond se découvre trop facilement.

La toute première enquête de ce duo se laisse suivre sans ennuie, malgré une fin précipité et mal amené, mais il manque tout de même une étincelle qui rendrait l’ensemble plus palpitant.

Ce premier roman est censé lancer une nouvelle saga avec ses deux personnages en tête d’affiche. Espérons que L’auteure parviendra à étoffer leur relation et à apporter un peu d’originalité dans ses intrigues futures.

Note : 7/10

  • Broché : 352 pages
  • Editeur : HarperCollins (13 novembre 2019)
  • Collection : HarperCollins Noir
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 979-1033904151

 

Au coeur de la magie : le making- of des Animaux Fantastiques (16 novembre 2016) de Ian Nathan

Retrouvez le monde des sorciers et découvrez comment le réalisateur David Yates et le producteur David Heyman ont porté sur grand écran Les Animaux fantastiques de J.K. Rowling.
Destiné aux mordus de cinéma, Au cœur de la magie : Le making-of des Animaux Fantastiques leur fait côtoyer le magizoologue Norbert Dragonneau, ainsi que les principaux personnages du film, les lieux du tournage, les objets magiques, et bien sûr les animaux fantastiques, que le héros va retrouver dans le New York des années vingt où se déroule l’intrigue. Le livre dévoile les prouesses techniques qui se cachent derrière les pouvoirs du MACUSA, l’homologue américain du Ministère de la Magie, derrière le Bureau en cochon, lieu de réunion de de la pègre des sorciers, et aussi derrière la valise magique de Norbert.

Critique : Un magnifique livre, un régal visuel avec plein d’infos sur l’univers des Animaux FantastiquesCertains lieux sont décrits, ce sont soit les images de synthèse soient photographies du film qui sont présentées. Esquisse, illustrations, photos… Tout y est ! Ce livre permet d’aller plus loin dans la conception du film. On replonge complètement dans le film, et ça me donne des idées de cadeau pour les fans de JK Rowling
Le livre est de très bonne facture, la couverture est bien rigide. Un livre-objet qui se conserve et se montre !

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 128 pages
  • Editeur : HarperCollins (16 novembre 2016)
  • Collection : FANTASTIC BEASTS

611q7DOuOIL._SX402_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Les Animaux Fantastiques : Décors et personnages à colorier (5 octobre 2016)

Partez à la découverte du monde des Animaux fantastiques avec un large choix d’illustrations présentant une galerie de personnages et de scènes du film, ainsi que des dessins préparatoires, sous licence officielle Warner Bros Consumer Products. Des rues animées et des buildings du trépidant New-York des années vingt, aux élégants bureaux de la famille Shaw, en passant par l’appartement de Tina et de Queenie et par les prodiges du MACUSA, ce livre vous invite à mettre l’aventure à vos couleurs – jusque dans la valise de Norbert Dragonneau ! Vous y trouverez également de nombreux accessoires et objets de magie, dont des baguettes, des signes et des symboles, et peut-être même un animal fantastique.

Critique : Le livre contient à peu près 80 coloriages différents.
Il représente l’univers des décors et personnages des « Animaux fantastiques » et vous fait plonger dans l’ambiance du film.
Les pages sont de bonne qualité, assez épaisses.
Pour dessiner sur ses pages les feutres fins ne posent pas de problème à condition de ne pas appuyer comme une brute épaisse mais des crayons de couleur sont parfaits et sûrs.
Pour les couleurs, vous pouvez vous inspirer des reproductions en fin de livre, ce sont quelques photos issues du film. Vous pouvez au contraire ne pas vous laisser influencer.
Si certains dessins sont plutôt quelconques, d’autres sont particulièrement réussis et travaillés.
C’est un livre de coloriages que l’on conseille à des enfants et à des super fans.

Note : 8/10

 

  • Broché: 80 pages
  • Editeur : HarperCollins (5 octobre 2016)
  • Collection : FANTASTIC BEASTS

61NW1QC-xVL._SX390_BO1,204,203,200_.jpg

 

Les Jumelles (19 octobre 2016) de Claire Douglas

Après un accident tragique, obsédée par la mort de sa sœur Lucy, Abi s’installe à Bath dans l’espoir de reprendre pied. Mais elle y rencontre Beatrice et Ben, un couple de jumeaux qui l’attirent dans leur univers privilégié et trouble…
Invitée par Bea à vivre dans l’hôtel particulier qu’elle partage avec Ben, Abi met tout en œuvre pour satisfaire les exigences de ses amis. Aimantée par eux mais déstabilisée par leurs comportements étranges, elle est poussée vers la folie quand elle est visée ― mais l’est-elle vraiment ― par des événements inquiétants qui se produisent dans la maison.

Critique: Les Jumelles de Claire Douglas est pas tout à fait d’un thriller, même si on y retrouve certains ingrédients habilement utilisés.
L’histoire est bien construite, le style fluide et ce roman se lit facilement même si l’histoire à un peu de mal à démarrer, on entre tout doucement dans l’intimité de ce trio qui devient de plus en plus oppressant au fil de pages. entre amour fraternel, gémellaire, amour passionnel et perversité, il s’agit surtout d’un roman psychologique à suspens qui va traiter de la gémellité.Les ficelles du roman sont bien présentes et plutôt bien imaginées par l’auteur qui a habilement construit sa trame vu que tout est révélé à la fin de l’histoire, de façon un peu trop « Hercule Poirot ». Une lecture à lire à tous ceux qui aiment les romans noirs, le suspense et les thrillers psychologiques.

Note : 8 /10

  • Broché: 352 pages
  • Editeur : HarperCollins (19 octobre 2016)
  • Collection : HarperCollins Noir

51neohhlpdl-_sx309_bo1204203200_