Jefferson (1 mars 2018) de Jean-Claude Mourlevat

En ce radieux matin d’automne, le hérisson Jefferson décide d’aller chez son coiffeur se faire rafraîchir la houppette. Comment pourrait-il imaginer, alors qu’il arrive plein d’entrain au salon Défini-Tif, que sa vie est sur le point de basculer ? Accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis, le brave Jefferson, 72 cm de frousse et de courage, est jeté dans une aventure qui le mènera, pour le meilleur et pour le pire, au pays des êtres humains.

Chronique : Mourlevat nous offre avec ce récit un roman plein d’aventures, de tendresse, d’humour, d’amitiés dans laquelle l’inventivité de l’auteur est remarquable et une formidable invitation à découvrir la littérature jeunesse de qualité pour les indécis. Le ton trépidant et enlevé nous donne envie d’ aimer ….cette fable animalière et pour autant  profonde qu’elle nous touche et nous interpelle avec des thèmes universels sur la protection des animaux; drôle et féroce à la fois un livre à lire et a découvrir.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 272 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 12 années
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (1 mars 2018)
  • Langue : Français

51y68wd-KdL._SX339_BO1,204,203,200_.jpg

 

Le Rat scélérat (15 février 2018) de Julia Donaldson, Axel Scheffler

Prenez garde ! Le rat scélérat est un mauvais garçon. Il chevauche par les chemins et dérobe leurs victuailles aux voyageurs…Une aventure pleine d’action, de suspens et de drôlerie, qui captivera petits et grands.

Chronique : Voici une petite aventure de première classe pour les plus jeunes lecteurs de la plume accomplie de Julia Donaldson, avec les illustrations habituelles et charmantes accompagnées par Axel Sheffler. Donaldson et Sheffler sont maintenant devenus – comme avec: Dahl/Blake, Milne/Shephard, Wilson/Sharratt etc. – une formidable équipe, une force avec laquelle il faut compter dans la littérature pour enfants. Chacun des écrivains et illustrateurs est fort et a du succès, mais ensemble et en symbiose, ils complètent et magnifient les compétences de l’autre, créant quelque chose de plus grand et de mieux ensemble, l’ensemble étant souvent beaucoup plus grand que la somme de ses parties. Cette fois-ci, c’est l’histoire d’un rongeur prédateur, méchant et avaricieux et comme d’habitude, il y a un dénouement convenable et satisfaisant – un puits moral délivré par l’histoire. L’utilisation des sons créés dans l’histoire, impliquent le prêt à répéter et à se joindre à l’histoire. Le poème a un grand rythme de rimes , ce qui ajoute au sens de l’excitant à l’histoire. L’utilisation d’adjectifs dans l’histoire est un élément clé du niveau de la deuxième année des enfants, car ils commencent à élargir leur vocabulaire dans les mots descriptifs et les verbes, des mots. L’illustration ouvre la voie à de nombreuses autres questions, et présente une histoire d’écrivain imaginative, qui pourrait être jouée dans une pièce de théâtre où chaque enfant pourrait jouer un personnage. Pour les fans de Julia Donaldson/Axel Sheffler – c’est un événement à ne pas manquer.

Note : 9,5/10

 

  • Album: 32 pages
  • Tranche d’âges: 3 – 7 années
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (15 février 2018)
  • Collection : L’heure des histoires

6184cFho7uL._SX362_BO1,204,203,200_.jpg

 

Un petit pois pour six: Histoires des Jean-Quelque-Chose (8 février 2018) de Jean-Philippe Arrou-Vignod

Décidément, les six frères Jean n’en ratent pas une ! Au programme de cette année à Cherbourg : les mystérieux rendez-vous de Jean-A., le nouveau copain ceinture noire de Jean-B., un dimanche de pêche en famille et une fête des Mères que papa n’est pas près d’oublier… Sans compter une nuit passée dans une cabane perchée. Quoi de plus fastoche pour des aventuriers qui n’ont peur de rien… ou presque ?

Chronique :  Amateurs du Petit Nicolas, ce livre est pour vous!
L’histoire des Jean-quelque-chose c’est une famille de 5 garçons prénommés Jean-quelque-chose, à la fin des années 60. Raconté par le numéro 2 de la fratrie, les aventures de cette famille hors norme où le père à un humour décalé et peu de patience, la mère est très organisée et chaque frère doit se faire sa place. de bons moments, parfois un peu désuet mais qui nous parle d’un temps que les moins de cinquante ans n’ont pas connu. Entre Zorro, Rintintin et la piste aux étoiles, entre Eddy Merx et Poulidor, la même veine que Goscinny mais plus centrée sur la vie de famille, les bagarres entre frères les bonnes idées du père et l’igerence des grands-parents, sans oublier les cousins Fougasse!
On a perpétuellement le sourire aux lèvres.  Le ton employé par l’auteur est humoristique et on sent qu’il a pris plaisir à raconter sa jeunesse.
A partir de 9 ans si l’enfant lit seul, avant si un adulte lit l’histoire.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 176 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 13 années
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (8 février 2018)
  • Collection : ROMANS JUNIOR F

510Wa7auLmL._SX340_BO1,204,203,200_.jpg

 

Le rêveur (04 janvier 2018) de Ian McEwan

«Quelle merveille que de se déguiser en chat ! Peter se mit sur le dos et enfila les bras dans les pattes de devant de Guillaume. Puis il glissa tant bien que mal ses jambes dans les pattes de derrière et sa tête épousa parfaitement les contours de celle du chat. Il se redressa et fit quelques pas. Il pouvait voir ses moustaches jaillissant de part et d’autre de son visage et sentait sa queue boucler derrière lui…»Peter est un rêveur. Et vous trouverez dans ce livre quelques-unes des aventures étranges qui lui arrivèrent…

Chronique : McEwan écrit avec ce roman une prose libre, ludique et méditative dans ce livre pour les enfants et les adultes qui méditent sur ce que cela signifie d’être un enfant et sur ce que cela signifie de perdre l’enfance, mais pas de perdre son imagination. Chaque chapitre est centré sur la relation entre l’enfant solitaire et les autres personnes et créatures. La solitude, la perception et les sauts imaginatifs amènent l’enfant à combler le fossé entre lui-même et les autres. Au lieu de soupçonner que la socialisation est ce qui nous fait reconnaître les autres êtres et les autres, McEwan fait implicitement le contraire, c’est-à-dire que la compréhension des autres subjectivités est toujours un saut imaginatif, une spéculation, de sorte que l’approfondissement de l’accès à la fantaisie, aussi superficiellement isolé qu’il puisse paraître, approfondit aussi la profondeur d’un lien avec les autres l’auteur s’intéresse à notre responsabilité envers les autres et à notre désir inopportun mais inévitable de les diriger (un désir le plus évident chez un enfant qui n’ a pas appris à atténuer cette impulsion). McEwan traite également notre exploration du contrefactuel comme une forme d’accès à d’autres consciences auxquelles il pourrait être difficile de céder le contrôle ou la primauté. Cet accès à une autre conscience, qu’il s’agisse d’un chat, d’une brute de l’école ou d’un bébé, fait que le moi narcissique s’apaise en faveur de la compassion et de l’émerveillement. Les deux histoires les plus puissantes sont celle du chat et celle de l’été. McEwan nous rappele ce que c’est que de jouer sur la plage quand on est enfant, et il ne se concentre pas seulement sur la perte, mais qu’il nous rappelle aussi les merveilles et les aventures que l’âge adulte réserve à l’adulte avec son pot au noir du monde du travail. Un livre simple avec beaucoup de chaleur et de compréhension philosophique.

Note : 9,5/10

 

  • Poche: 128 pages
  • Tranche d’âges: 10 – 13 années
  • Editeur : Folio Junior
  • Collection : Folio Junior

51E7CBrmdjL._SX346_BO1,204,203,200_.jpg

 

C’est Noël ! (2 novembre 2017) de Tim Warnes et Tracey Corderoy

C’est bientôt Noël. Arthur est encore plus excité que jamais. Il déborde d’idées pour faire de ce Noël une journée inoubliable.

Chronique : Arthur est presque subjugué par l’excitation à l’approche de Noël. En fait, il ne peut pas contenir son enthousiasme, et ses parents font des préparations, il fait un gâchis, ajoutant plus de glaçage et de saupoudrages aux biscuits fraîchement cuits, et traînant tous les ornements pour l’arbre. Même lorsqu’il est chargé d’observer tranquillement la neige, il finit par faire un gâchis, et tous les cadeaux finissent par être mal étiquetés et vont chez les mauvais destinataires. Mais peu importe ce qui ne va pas, car Arthur a des parents et des grands-parents patients et aimants, et le fait d’être ensemble rend ce Noël très spécial. Le texte et les illustrations ne manqueront pas de faire sourire, car l’aide d’ Otto n’est d’aucune utilité. Des illustrations joyeuses et une histoire amusante et prévisible font de ce livre un excellent livre à partager avec les jeunes enfants à l’approche des Fêtes.

Note : 9/10

 

  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : MIJADE (2 novembre 2017)
  • Collection : ALBUMS

51wqAUoNMDL._SX431_BO1,204,203,200_.jpg

 

Mon frère est un super-héros (31 août 2017) de David Solomons

Je ne le crois pas ! Mon frère, Zack, le bosseur, le dingue de devoirs de maths, celui qui n’a jamais lu une BD de sa vie, est devenu un super-héros. Pendant qu’il s’amusait à faire des équations dans notre cabane, Zorbon le Décideur a surgi de son vaisseau spatial transdimensionnel : il lui a conféré des pouvoirs géniaux et une mission vitale pour l’humanité. Mon frère a été choisi pour vivre mon rêve !

Chronique : Luke Parker est un passionné de bandes dessinées et plus spécialement celles sur les super-héros. Alors, quand il s’aperçoit que c’est son frère aîné, Zack, qui reçoit des super-pouvoirs, on peut comprendre qu’il soit jaloux. Avec patience, il va essayer de montrer la voie super-héroïque à son frère. Une mission délicate alors que « Némesis est en route »
Premier roman de David Solomons, Mon Frère est un Super-Héros adopte un ton original alors que l’histoire oscille entre hommage et parodie. A la différence de nombreux mentors, voire des passionnés de pop-culture, Luke est obsédé par le genre. Il ne voit le monde qu’à travers le prisme et la différence entre monde-réel et fictif est très mince. La bonne idée est de le raconter sur le ton de l’humour. Il est montré comme un gentil garçon, enfermé dans son monde. Les clins d’oeils sont bien placé.
Le personnage maléfique du roman est aussi méchant que ridicule, tenant tête haute au personnage de super-héros.
Les deux autres aspects qui sont racontés ici sont la lutte fraternelle et l’adolescence. Luke est encore un enfant et ne comprend pas les réactions de son frère envers leur voisine. A contrario, il ne comprend pas ses propres réactions envers la soeur de la voisine. Une soeur qui a les pieds sur terre, ne comprend rien aux super-héros mais essaye de découvrir l’identité de ce nouveau héros, avec l’aide de Luke…
Au-delà de l’aspect super-héroïque, ce premier roman critique, de façon humoristique la différence monde réel/monde imaginaire et aborde l’âge de l’adolescence. Un mélange original qui plaira aux plus jeunes comme aux plus âgés.

Note : 9/10

  • Poche: 352 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 12 années
  • Editeur : Folio Junior (31 août 2017)
  • Collection : Folio Junior

512-SG-y4nL._SX347_BO1,204,203,200_.jpg

Tiago, baby-sitter des animaux, Tome 6 : C’est la classe ! (25 août 2017) de Séverine Vidal et Laurent Audouin

C’est la rentrée pour Tiago, Birblux et tous les animaux ! Au programme : chant, sport, écriture… Les petits seront bien occupés ! Mais Tiago et Birblux ont beau prendre leur nouveau rôle de professeurs très au sérieux, la catastrophe n’est jamais loin : être maîtres d’école, ça ne s’improvise pas !

Chronique :  Quelle belle surprise ! Ce petit album des Editions Magnard est intelligent dans sa manière de lire, un livre et avec des dialogues dans les bulles comme les BD.
Il s’agit d’une aventure de Tiago . Il est vraiment chouette ! Les Cp vont adorer. Rien de bête et le scénario n’est pas pauvre ou pédagogique à outrance.
Il s’agit d’un petit garçon qui adore les animaux et qui va devenir leur baby sitter et ici aborde la classe . Il a des tas d’idées et de l’imagination à revendre; c’est un personnage a l’esprit pratique.
Pour donner l’envie de lire aux enfants c’est génial. Parfait pour les CP. Un grand coup de chapeau pour les illustrations belles et amusantes. Très belle découverte.

Note : 9/10

  • Poche: 32 pages
  • Tranche d’âges: 6 – 9 années
  • Editeur : MAGNARD (25 août 2017)
  • Collection : Mes premières lectures

51VEjcV7WIL._SX376_BO1,204,203,200_.jpg