Comment cela finit de Saskia Sarginson

Résumé : 1957 : la famille Delaney débarque dans une base américaine du Suffolk. Le père, Todd, vient y travailler sur un projet militaire confidentiel, accompagné de sa femme Ruby et de leurs jumeaux Hedy et Christopher, âgés de douze ans. Mais au bout d’à peine un an, cette famille si parfaite a volé en éclats… L’un d’entre eux a-t-il découvert quelque chose qu’ils n’étaient pas censés voir ? Quelques années plus tard, Hedy, jeune fille rebelle, questionne avec courage le passé familial, à la recherche de ce qui s’est réellement passé derrière les portes fermées du secret militaire. Le voyage de Hedy la conduit sur les traces de son frère jumeau, décédé mystérieusement. En essayant de finir ce que son frère avait commencé, Hedy découvre progressivement la vérité sur ce qui a anéanti à sa famille.

Chronique : Une première chronique a été publié par mon binôme mais ce livre a été un tel coup de cœur que je me devais de partager mon ressenti sur ce petit bijou de lecture.

Pourtant on ne partait pas très bien lui et moi, le titre me parressait commun et pas vraiment attractif. De plus si l’auteure possède une plume agréable et fluide il faut reconnaître qu’il ne se passe pas grand chose durant les deux cents premières pages. Cette longue introduction permet de faire connaissance avec des personnages éblouissant de justesse. Le personnage principal, Hedy, porte le récit sur ses épaules solides, et heureusement pour elle vu les épreuves qu’il l’attende.

Lorsque survient la première des nombreuses tragédies qui va frapper la famille d’Hedy, le rythme s’emballe et l’émotion ne vas plus quitter les pages du récit.

Le récit devient alors ce que je nomme un livre-destin. L’intrigue se recentre sur Hedy, on suit ce petit bout de femme supporter les épreuves que lui impose la vie et se métamorphoser en adulte qui va devoir faire face à son passé dans l’espoir de faire la paix avec elle-même.

Les scènes déchirantes s’enchaînent, notamment une discussion à cœur ouvert avec son oncle qui m’a mis ému aux larmes, sans que jamais l’auteure ne verse dans le mélo. Les années défilent et Hedy se révèle toujours aussi troublante d’émotions et courageuse, épaulée par une galerie de personnages secondaires tout aussi émouvant, Ms Rose par exemple, et finement décrit, Scott en autres.

Alors que le ciel d’Hedy se dégage enfin et que son chemin s’éclaire de réponse si longtemps désirée on pourrait regretter qu’elle n’est pas l’occasion de se confronter au responsable de ses malheurs mais ce serait oublier que la vie ne nous offre que rarement l’occasion de régler nos comptes avec les gens qui nous ont blessés.

Un bijou d’émotions qui restera longtemps dans mon cœur de lecteur.

Note : 9/10

Éditeur Marabout
Date de publication 29 janvier 2020
Langue Français
Longueur du livre 288
ISBN-10 2501138457

Te laisser partir (22 mars 2017) de Clare Mackintosh

Une mère accablée par la mort de son enfant. Un capitaine de police déterminé à lui faire justice, jonglant entre tensions familiales et obligations professionnelles.
Une femme fuyant son passé, résolue à construire une nouvelle vie.

Chronique : Très belle découverte que ce premier roman de Clare Mackintosh, si réussi qu’il ne présente pas les défauts habituels d’un premier roman. Un soir de pluie, Jacob, petit garçon de 5 ans, est renversé par une voiture et meurt dans les bras de sa mère alors que le chauffard prend la fuite sans même s’arrêter. Malgré l’implication de Ray et de Kate, les policiers chargés des investigations, l’enquête piétine pendant plusieurs semaines avant que d’être purement abandonnée… sauf par Kate, avec l’approbation de Ray, qui vérifie toutes les pistes pouvant conduire au meurtrier.
Impossible d’en dire plus au risque de gâcher le tempo incroyable de ce thriller et les rebondissements d’une intrigue qui nous empoigne et nous donne les mêmes émotions qu’un tour de montagnes russes !
Clare Mackintosh montre une maîtrise admirable pour ce premier roman à la construction magistrale qui nous fait passer sans heurt du paysage déchiqueté du Pays de Galles à l’intimité de la famille de Ray. L’écriture nous fait profondément ressentir chaque changement d’atmosphère et ce sentiment de frayeur, d’oppression qui s’amplifie à chaque retournement de situation jusqu’aux scènes finales scotchantes. Tordue à souhait l’auteur prend bien le lecteur aux tripes.n  Il n’y a pas que l’accident du début qui est pervers, manipulateur et violent mais sachez que le sujet abordé est très sérieux et malheureusement trop souvent tu. Il est pourtant bien réel et fait souvent beaucoup de dégâts. Son aspect psychologique d’ailleurs est fort bien traité ici.
c’est un premier roman surprenant et fort bien écrit qui restera dans les mémoires pour l’uppercut asséné en son milieu.

Note : 9,5/10

  • Editeur : Le Livre de Poche (22 mars 2017)
  • Collection : Policier / Thriller

51QfrAyYLJL._SX307_BO1,204,203,200_.jpg

Disparition: Quelqu’un doit bien savoir ce qui est arrivé à son fils (31 mai 2017) de Carol Louise TAYLOR

Vous aimez votre famille. Vous lui faites une confiance aveugle.
Le devriez-vous vraiment ?
Quand Billy Wilkinson, 15 ans, disparaît une nuit de l’été 2015, sa mère Claire, est dévastée et submergée par la culpabilité. Elle n’est pas la seule. Chacun des membres de la famille de Billy se sent coupable.

Chronique  :C.L. Taylor est un écrivain merveilleux. Elle a la capacité d’écrire de l’intérieur de la tête d’une personne, même si cette personne subit une crise émotionnelle ou psychologique. Le troisième thriller psychologique de l’auteur de « L’accident » traite de la plus grande peur des parents; La disparition d’un enfant. Alors que Billy a quinze ans, et plus grande que sa mère, il est encore son bébé. La douleur ressentie par Claire est palpable, l’incertitude, la peur et les espaces vides dans sa vie quotidienne. Son mari, Mark, semble résigné au fait qu’il ne retrouvera jamais son fils et que sa déflation devient un problème au sein du ménage de Wilkinson. Le frère aîné, Jake, essaie de contrôler ses humeurs et se transforme en alcoolique pour engourdir sa douleur. Sa petite amie Kira, ne peut que regarder sa spirale lente dans la dépression. Dans l’ensemble, l’atmosphère du roman est sombre. Il y a des messages Snapchat tout au long du livre et il appartient au lecteur de décider qui sont les utilisateurs. C’est une façon intelligente de s’identifier à la situation, en dehors du ménage, en ajoutant une nouvelle perspective. Lorsque Claire commence à perdre littéralement des parties de sa journée et se trouve avec plus de questions que de réponses possibles, l’obscurité semble dépasser la portée du chagrin ou du stress. L’esprit est drôle, et le sien semble lui raconter quelque chose.
Il y a tellement de cas d’enfants disparus qui se trouvent à l’esprit lorsque vous commencez à lire ce roman. Ce livre examine ce qui se passe lorsque vous ne connaissez pas les deux sens. Comment pouvez-vous continuer votre vie quotidienne avec cette douleur douloureuse sur vous? Poursuivez-vous votre recherche, sur l’avis d’experts? Pensez-vous à vos instincts ou commencez-vous à en douter? L’auteur pose toutes ces questions, et plus encore. Brûlure lente, avec une forte protagoniste féminine, il y a de nombreux moments où vous pourriez penser que vous avez deviné la fin, puis un autre chapitre vous fait changer d’avis. Juste ce qu’un thriller psychologique devrait faire. Une autre excellente lecture de l’un des plus beaux écrivains de genre du Royaume-Uni. Superbe.

Note :9,5/10

 

  • Broché: 384 pages
  • Editeur : Marabout (31 mai 2017)
  • Collection : Marabooks

51qVQ4yNwtL._SX322_BO1,204,203,200_.jpeg

 

De cauchemar et de feu (3 mai 2017) de Nicolas Lebel

Paris, jeudi 24 mars 2016  : à quelques jours du dimanche de Pâques, le cadavre d’un homme d’une soixantaine d’années est retrouvé dans un pub parisien, une balle dans chaque genou, une troisième dans le front.
À l’autopsie, on découvre sur son corps une fresque d’entrelacs celtiques et de slogans nationalistes nord-irlandais. Trois lettres barrent ses épaules  : IRA.
Le capitaine Mehrlicht fait la grimace. Enquêter sur un groupe terroriste irlandais en plein état d’urgence ne va pas être une partie de plaisir. D’autant que ce conflit irlandais remonte un peu.

Chronique : Voici le quatrième opus du capitaine Mehrlicht et aussi le meilleur; on ce retrouve face à un superbe roman à suspens moderne; en totale immersion. Le lecteur est tout de suite dans le bain et si vous ajoutez à cette enquête qui prend des proportions inattendues le menant à un fait historique proche : un massacre mystérieux alors vous vous trouvez à ne plus pouvoir lâcher le livre. Le mélange du polar et de l’angoisse est vraiment parfait et ajoute quelque chose de très agréable à l’histoire. Le personnage principal qu’est le capitaine Mehrlicht est très fort et on s’habitue à lui avec même si il peut rebuter. Le style de l’auteur est très fort, il sait mêler habilement les genres pour le plus grand plaisir du lecteur. L’aventure est aussi passionnante par les personnages  rencontrés. Sous nos yeux se déroule l’incroyable, l’inédit, l’inconcevable. L’auteur réussit à nous tenir en joue, à nous berner avec une extraordinaire maîtrise.Un jeu diabolique et surprenant qui entraîne dans sa chute tous ces participants. Un  polar choc qui ce lit d’une traite.

Note : 9/10

  • Broché: 416 pages
  • Editeur : Marabout (3 mai 2017)
  • Collection : Marabooks

51Wx1ZY0qJL._SX324_BO1,204,203,200_.jpg

Je te vois (22 mars 2017) de Clare Mackintosh

Le jour où Zoe Walker découvre son portrait dans les petites annonces d’un journal londonien, elle décide de mener sa propre enquête. L’image floue n’est accompagnée d’aucune explication, juste d’une adresse Internet et d’un numéro de téléphone. Pour les proches de Zoe, c’est la photo d’une femme qui lui ressemble vaguement, rien de plus. Mais le lendemain et le surlendemain, d’autres visages féminins figurent dans l’encart publicitaire.
S’agit-il d’une erreur ? D’une coïncidence ? Ou quelqu’un surveille-t-il leurs moindres faits et gestes ?

Chronique  : Un nouveau thriller de l’auteur du best-seller de « Te laisser partir ». Que feriez-vous si vous découvriez une photo de vous-même utilisé pour faire de la publicité pour une entreprise dont vous n’aviez jamais entendu parler?
L’histoire alterne entre la vie personnelle de Zoe Walker (première personne) et l’enquête de Kelly Swift. Zoe est une mère célibataire qui vit avec son petit ami dévoué et ses deux enfants. Bien que l’absence d’action au cours de la première moitié nous permet de se demander si la paranoïa de Zoe est justifiée, le fait de se concentrer sur les banalités de sa vie domestique rend l’histoire très intrigante. L’autre personnage qu’est : Kelly qui s’intéresse aux annonces classées après que Zoe l’ait alertée sur un lien possible avec l’affaire sur laquelle elle a travaillé où elle doit trouver une connexion entre les annonces classées et d’autres crimes pourrait l’aider à se racheter. Il y’a quatre ans, elle a été rétrogradée de l’équipe des infractions sexuelles à l’équipe de police de quartier.
Les parties les plus effrayantes ont lieu dans le souterrain de Londres ce qui rend claustrophobe. On ne sait jamais qui pourrait se cacher au coin de la rue, surveiller nos mouvements et attendre le bon moment pour frapper. Les foules et les caméras dans les tunnels. Il y’a un faux sentiment de sécurité parce qu’il y’a tant de témoins potentiels, mais tout le monde est pris dans leur propre vie et ses gadgets, inconscients du monde autour d’eux. La popularité des médias sociaux ajoute des préoccupations supplémentaires. Quelle part de l’information que nous publions volontairement peut être utilisée contre nous? Du côté de l’enquête, Kelly doit remettre en question son approche à l’égard des victimes. La victime est-elle tenue d’assister l’enquête? Doit-on faire pression sur une victime pour qu’elle témoigne contre sa volonté?  Le livre utilise une situation exagérée pour nous rappeler les risques que nous pourrions rencontrer dans notre vie quotidienne. La paranoïa et l’anxiété augmentent au fur et à mesure que Zoe passe pour un être incertain si elle a quelque chose à craindre de se sentir suivit. C’est un rappel troublant de rester vigilant, de faire confiance à votre intuition et d’être conscient de votre environnement. L’écriture est  soignée et les dialogues apportent du rythme. Ce livre est un thriller psychologique palpitant où le lecteur se fait délicieusement mener en bateau. Il présente en outre d’autres qualités comme les connaissances de l’auteur en matière d’enquêtes. Un vrai bonheur de lecture où les pages se tournent presque seules et dont on sort à la fois satisfait et très ému. A découvrir sans hésiter.

Note : 9,5/10

  • Broché: 462 pages
  • Editeur : Marabout (22 mars 2017)
  • Collection : Marabooks

51Jw6SwPsVL._SY346_.jpg

100 recettes 5 ingrédients 10 minutes (4 janvier 2017)

Des recettes pour improviser un apéro, un dîner, un lunch, un goûter ou un dessert en 10 minutes seulement et avec panache.Linguine citron ricotta, calamars sel et poivre, pop corn au parmesan, chorizo caramélisé et haricots, salade figues épinards, haddock et couscous à la harissa… la recette avec toujours la petite touche d’assaisonnement ou l’ingrédient qui font toute la différence.

Chronique : Bravo à Ma petite cuisine Marabout pour cette excellent ouvrage ! Simple mais tellement efficace ! Les descriptions sont concises et précises, les quantités bien calculées, et les nombre d’ingrédients pas trop important (de sorte que tout puisse se trouver facilement).Les recettes sont nombreuses et variées divisé en chapitres (entrée, viandes, poissons, desserts…), il se révèle pratique. On y trouve aussi bien des recettes classiques que des recettes plus originales. Pour chaque recette, après son nom, on a le nombre de convives, le temps de préparation.  Suit la liste des ingrédients, la description des étapes de la fabrication et, parfois, le complément d’un conseil.
En somme un très utile petit livre.

Note : 9,5/10

  • Editeur : Marabout (4 janvier 2017)
  • Collection : Cuisine

51xMhl6qt8L._SX458_BO1,204,203,200_

L’année du oui (4 janvier 2017) de Shonda Rhimes

La réalisatrice et scénariste américaine (Grey’s Anatomy, Scandal, Private Practice), décrite comme la femme la plus puissante de la télé américaine, raconte à la première personne comment elle a cessé de dire non à tout pour dire oui (sauf aux « cons » et à ceux qui veulent profiter d’elle) et s’ouvrir aux autres.
Plus de 100 000 ex vendus aux US en quelques mois.

Chronique : Une belle surprise que ce livre de Shonda Rhimes. Avec un sujet pareil elle s’en sort a merveille  avec un livre qui fait du bien et  drôle; en plus elle est parfaite dans sa capacité à transmettre l’authenticité, la vulnérabilité et la confiance dans le même paragraphe.Elle est aussi méchante intelligente et sincèrement compatissante. Malheureusement ces deux traits ne voyagent parfois pas par paires mais son année de vie intrépide en en faisant entrer le lecteur dans sa vie et en disant OUI inspire parce qu’il montre que même elle Shonda Rhimes peut souffrir de la question : Qui Moi?                   Certes, Shonda a besoin de dire oui à des choses comme sortir avec l’Obama ou d’être honoré comme un chef des droits de l’homme, mais elle montre brillamment que, malgré la hauteur de sa vie, comme beaucoup d’entre nous, elle à aussi lutté pour entrer dans son droit bien mérité   de  «se tenir au soleil» sans crainte ni excuses.Et comme une petite  reine bonne et juste, elle partage son quotidien. Elle a fait plus que tout autre écrivain de la télévision elle ne parle pas que d’elle mais de toutes les expériences humaines en permettant simplement aux gens de toutes les orientations, les races et les ethnies d’être et de faire et de dire les choses humaines tel que nous sommes. De belles leçons de vie. Shonda Rhimes nous révèle son processus de changement avec beaucoup de candeur. Un plaisir…un livre à lire et à re-lire

Note : 9/10

  • Broché: 288 pages
  • Editeur : Marabout (4 janvier 2017)
  • Collection : Santé

51kvT5RyEkL.jpg

Balle perdue (1 juin 2016) de Mary-Louise Kelly

Caroline Cashion, professeure de littérature française l’université de Georgetown, apprend avec stupéfaction, lors d’une IRM, qu’une balle est logée à la base de son crâne. Comment est-ce possible, alors que Caroline n’a jamais essuyé aucun tir, et qu’elle n’a aucune cicatrice ? La jeune femme apprend alors qu’elle a été adoptée après le meurtre de ses parents biologiques, tués alors qu’elle avait trois ans. Victime d’un coup de feu, la fillette a survécu, mais la balle n’a pas pu être retirée. Une balle qui est restée dans son crâne pendant 34 ans. Caroline retourne dans sa ville natale, déterminée à découvrir pourquoi ses parents sont morts. Elle y apprendra que l’enquête n’a jamais été bouclée, et que le tueur court toujours. Caroline est en danger : la balle logée dans son cou pourrait permettre d’identifier le meurtrier, qui fera tout pour que la police ne mette pas la main dessus. Elle devra alors faire un choix : fuir et rester en vie, ou persévérer et se battre.
Un thriller aux accents de mystère médical mené d’une main de maître. « Ce livre est autant le récit d’une métamorphose qu’un thriller et il doit moins à Lee Child ou Alfred Hitchkock qu’à Albert Camus. A la fin, vous saurez qui a commis le crime et pourquoi, mais vous restera le sentiment légèrement irrésolu de ne pas savoir comment s’achèvera l’histoire de Caroline. » The Washington Post

Critique : Voici un premier roman parfaitement abouti et mené de main de maître. Si l’intrigue n’a rien d’exceptionnel, le fait que cette situation soit liée à une balle reçue dans la tête , il y a plus de trente ans, est assez extraordinaire. D’ailleurs, qui est le personnage principal : Caroline ou le projectile qu’elle a à la base de la nuque ? La jeune femme qui menait jusqu’à cette découverte, une vie linéaire et bien classique, va se retrouver confronter à l’inconnu. C’est tout un pan de son existence qui n’est plus ce qu’elle croyait. Dans l’écriture de l’auteur, on sent très bien, le mal-être de Caroline qui augmente au fur et à mesure des découvertes déstabilisantes qu’elle fait. La professeure n’a, d’un coup, plus de racines, plus de bases solides sous les pieds et c’est terrifiant pour elle. Le lecteur prend alors fait et cause pour elle tant ses questions nous interpellent. Comment aurions-nous réagi à sa place, qu’aurions-nous fait ? Lorsque ce que qu’on croit vrai depuis plus de tente ans, se révèle faux, que faire, que dire ? A peine les premières pages voir même les premières lignes on est happé et on ne peut plus s’arrêter de lire. Le style est vif, la traduction excellente. On assiste à « la destruction » de l’héroïne qu’elle était, comme si sa personnalité qui a été faussée et qu’il lui faille repartir autrement…. Et de ce fait, on la verra petit à petit, tout en souffrant, « se reconstruire » pour devenir celle qu’elle décidera d’être, au plus profond d’elle-même. Pour cela, il lui faudra du temps. Que ce soit sa famille, son médecin ou ceux qui vont apparaître dans sa vie suite à ses recherches, chacun se devra de respecter son rythme, ses silences, ses colères, son cheminement ….. Un thriller vraiment super et très bien écrit. Une histoire qui ne manque pas d’action et de rebondissements.

Note : 9/10

 

  • Broché: 374 pages
  • Editeur : Marabout (1 juin 2016)
  • Collection : Marabooks

41O-TRV5qwL._SX324_BO1,204,203,200_.jpg

 

Marlette les gâteaux: La pâtisserie bio et gourmande (3 août 2016) de Margot Caron et Scarlett Joubert

Scarlette et Margot proposent des recettes de pains, pâtisseries et apéritifs, au goût authentique et raffiné, à réaliser chez soi en toute simplicité. Pain de campagne, pains aux graines, pain spécial petit déjeuner, pain au son, crumble aux flocons d’avoine, fondant au chocolat, moelleux au son d’avoine.

Critique :  Marlette, c’est avant tout l’histoire de deux jeunes sœurs qui décident en 2010 de changer de métier. Margot est ingénieur, Scarlette travaille dans le marketing. Passionnées de cuisine et de pâtisserie, elles se rendent compte « qu’il existe peu de préparations culinaires permettant de manger sainement », explique Scarlette. Convaincues qu’elles peuvent y remédier en proposant des préparations de qualité, saines et bio, elles sillonnent les routes de leur Charente-Maritime natale à la rencontre des producteurs pour trouver des matières premières top et élaborer leurs premières recettes. Aujourd’hui, elle propose leur livre de recette. Les photos sont vraiment belles  et donnent envie de tout essayer. Les recettes dont on rêvait pour faire de la bonne pâtisserie tout en restant bio, sain et authentique… alors que les recettes classiques obligent à utiliser des ingrédients classiques (farine et sucre blanc…), sinon le résultat peut s’avérer surprenant ; avec ce livre on peut se lâcher sur le sucre de canne, la farine semi complète, le son d’avoine et le sirop d’agave… et le résultat est délicieux, ça donne envie de manger sain à défaut de manger sans gluten, de manière exclusive !

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 160 pages
  • Editeur : Marabout (3 août 2016)
  • Collection : Cuisine

51bvF0cKVXL._SX378_BO1,204,203,200_.jpg

 

Good sans gluten (3 août 2016) de Frédérique Jules

Cookies aux pépites de chocolat, cake à la banane, cheesecake, club sandwich dinde fromage & bleu, burger bœuf & cheddar, pizza californienne, quiche aux poireaux et canard, gâteau à la polenta, muffins salés et sucrés..

Critique : Un très bon livre de recette sans gluten où les photos sont jolies et les recettes ne demande pas mille et un ingrédients pour les réalisé plus qu’appréciable.Bonnes explications, recettes faciles a faire même si il faut prévoir acheter de nombreuses farines.
Mais on peut faire de la farine sans gluten soi-même grâce aux recettes ou encore l’acheter toute préparée pour réaliser tous ces bons plats.
Les muffins au chocolats sont super bon et simple à reproduire. Pour les personnes intolérantes au gluten, ce livre va vous changer la vie pour organiser vos goûters et repas!

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 160 pages
  • Editeur : Marabout (3 août 2016)
  • Collection : Cuisine

41jMERtvm3L._SX376_BO1,204,203,200_.jpg