999, A l’aube de rien du tout – Tome 01 (7 juin 2017) de Claude Daubercies et Denis-Pierre Filippi

An 999, à l’aube de rien du tout. Trois enfants vivent près d’une abbaye. Il y a Sylvain qui est l’ami des arbres, Séretta dont on a tous été amoureux à 12 ans et enfin Titène, qui nage très bien et très longtemps sous l’eau, ce qui est normal, puisqu’ il a des ouïes à la place des oreilles. Mais lorsque ce dernier recueille un chat agonisant au bord de la rivière, le destin des trois orphelins bascule. Capable de communiquer avec eux par la pensée, Turolde, le félin philosophe, les conduira pour un voyage vers la liberté, à travers un Moyen Âge crasseux où les ecclésiastes constituent le pire danger pour une bande d’enfants vagabonds…

Chronique : Laissez-vous emporter par les aventures trépidantes de trois jeunes héros à la veille de l’an mille. Une longue route les mènera au-delà d’eux-mêmes après leur découverte de l’amour et de la beauté du monde, et de la folie des hommes. Le dessin de Marco Bianchini impose et le fantastique. Entre les deux, le respect par la population de la chose religieuse et le spectre de la sorcellerie sont comme des passerelles qui permettent au lecteur de glisser, dans le contexte, vers l’acceptation du côté fantastique du récit. Ce côté fantastique est introduit par certaines capacités qu’ont les enfants héros, notamment Titène qui se montre à l’aise comme personne sous l’eau. Mais c’est surtout Turolde, le chat philosophe aux pensées duquel on accède, qui donne son aura de fable au récit.

81I3Hbr10QL

Dans ce tome 1 nous sont présentés le décor et le contexte social. On y fait la connaissance des héros du récit, aussi, qui sont soumis d’entrée à quelques rudes épreuves. L’action est ensuite déclenchée par la découverte du trésor et par l’exil auquel ses découvreurs vont être forcés puis va prendre rapidement des airs de voyage initiatique puisqu’on a affaire à de jeunes gueux qui vont devoir se débrouiller tous seuls dans un monde relativement hostile dont ils n’ont pas les clés.

Note : 9/10

 

  • Album: 48 pages
  • Editeur : GLENAT (7 juin 2017)
  • Collection : Grafica

61jMYBLEaYL._SX373_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Atlas de la France médiévale: Hommes, pouvoirs et espaces, du Ve au XVe siècle (17 mai 2017) de Antoine Destemberg

Dix siècles, du Vème au XVème durant lesquels le royaume des Francs devient la France : cet atlas propose une nouvelle histoire en 70 cartes de cette période, longtemps perçue à tort comme sombre et uniforme.
Déterminer le début de la période et date la naissance de la France font encore débat chez les historiens. Mais c’est bien avec le royaume des Francs, puis les Mérovingiens et les Carolingiens qu’elle trouve ses origines.

Chronique :   Deuxième édition de cette ouvrage des Editions Autrement qui permet de mieux connaître la France médiéval  et donc de situer d$les événements de cette époque. Les cartes sont claires et très bien réalisées. Le livre est agréable à feuilleter. Cet atlas est d’autant plus réussi et il permettent de comprendre au mieux les reconfigurations politiques incessantes du monde de l’époque.
Cet atlas constitue sans conteste une excellente porte d’entrée au monde médiéval, et viendra appuyer de ses cartes la lecture de tout ouvrage plus complet sur la question.
Indispensable pour tous les amateurs d’histoire ancienne.

Note : 9/10

  • Editeur : Editions Autrement (17 mai 2017)
  • Collection : Atlas/Mémoires

51ZkLXz29EL._SY346_

Les Docs emboîtés : Les Animaux de la ferme & Le Château fort (9 février 2017 de Philippe Jalbert

Cette toute nouvelle collection, ludique et originale, propose aux enfants des images en relief pour découvrir le monde avec les yeux mais aussi du bout des doigt.

Chronique : Une nouvelle collection de chez Seuil Jeunesse créée par Philippe Jalbert qui donne du relief aux premiers savoirs. Les deux premiers titres sont superbes, c’est une sorte de documentaire, imaginer en relief, les enfants vont adorer les découpes et développe le toucher . C’est une série ludique avec des illustrations simples mais pleines de couleurs et qui permettent de se poser des questions comme : comment s’appelle la femelle du cochon ou les petits des lapins? À quoi sert un donjon ? Philippe Jalbert aide aux enfants à repeindre à leurs questions.

Note : 9/10

 

  • Album: 12 pages
  • Tranche d’âges: 3 – 5 années
  • Editeur : Seuil jeunesse (9 février 2017)
  • Collection : DOCS EMBOITES

 

Sénéchal (2 février 2017) de Grégory Da Rosa

« Sénéchal, la ville est assiégée ! »
Telle est la phrase que l’on m’a jetée sur le coin de la goule. Depuis, tout part à vau-l’eau. Oui, tout, alors que ce siège pourrait se dérouler selon les lois de la guerre, selon la noblesse de nos rangs, selon la piété de nos âmes. Nenni.
Lysimaque, la Ville aux Fleurs, fière capitale du royaume de Méronne, est encerclée et menacée par une mystérieuse armée. Et pour le sénéchal Philippe Gardeval, ce n’est que le début des ennuis. Suite à l’empoisonnement d’un dignitaire de la cité, il découvre que l’ennemi est déjà infiltré au sein de la cour, dans leurs propres rangs ! Sous quels traits se cache le félon ? Parmi les puissants, les ambitieux et les adversaires politiques ne manquent pas ; le sénéchal devra alors faire preuve d’ingéniosité pour défendre la ville et sa vie dans ce contexte étouffant d’intrigues de palais.

Chronique : Merci à « Mnémos » pour ce roman, reçu et lu en quelques heures nous voila dans un livre intense avec des mystères qui nous révèle un auteur qu’est Grégory Da Rosa et qui sait nous tenir en haleine face à un premier roman de Fantasy où les faux-semblants et rebondissement sont là pour le plus grand plaisir du lecteur. L’histoire est en réalité le journal du grand sénéchal Philippe Gardeval, ami et conseiller du roi dont la capitale est assiégée par une armée impressionnante souhaitant les asservir en provoquant une guerre sainte avec des religieux et des anges déchus. On va suivre à la première personne, l’histoire de Philippe Gardeval qui se déroule durant les trois premiers jours du siège. On est dans un univers proche à la Game of Throne mais l’auteur et sa force d’écriture sont qu’il sait se démarquer et arrive avec grandeur de faire cohabiter des royaumes humains, angéliques et démoniaques. Le style d’écriture à la Tolkien nous propose pour ce type de récit un vocabulaire riche et une belle maitrise de la langue française avec un personnage fatigué par sa charge et son âge et qui doit faire face à bien de déboires. Le seul point négatif est la fin un peu brute qui s’arrête sur un moment clef mais pour connaître la suite il faudra attendre le deuxième volume qu’on a déjà hate de lire.

Note : 9/10

  • Broché: 320 pages
  • Editeur : Mnémos Editions (2 février 2017)
  • Collection : Icares

511euzhlrl-_sx354_bo1204203200_

Le royaume rêvé : Le chant des épines (18 août 2016) de Adrien Tomas

Ils sont les héritiers des clans nordiques.
Ils rêvent d’unifier et de pacifier leurs terres.
Cet espoir se transformera-t-il en cauchemar ?
Voici la geste des jeunes héritiers des clans du Nord et de leurs compagnons. Voici la geste des princes otages, de celles et ceux qui ont pour projet d’unifier les marches du Gel pour en faire leur royaume rêvé, puissant, sûr et juste, gouverné avec sagesse.

Critique :  Un énorme coup de cœur en matière de fantasy où tout fan de ce genre va adorer. On y retrouve tous les clichés comme l’aspect médiéval; l’armement, les moyens de transport, les coutumes et tout sont même posés jusque dans la composition d’une équipe, un groupe construit pour affronter les périls de ce dangereux et incertain royaume. En vrai hommage au Seigneur des anneaux Adrien Tomas nous offre un vrai roman de fantaisie pur et dur. le roman suit cinq héros qui sont tous attachants et extrêmement bien écrits, avec chacun leur personnalité. On suit leurs aventures et leurs relations avec beaucoup de plaisir et on apprend avec eux ce qui se trame au-delà des petites guerres de clans. Au fil du récit, les personnages s’approprient l’histoire, un chapitre à la fois et l’histoire se déroulent peu à peu, chacun apportant sa petite contribution à l’œuvre.
Les péripéties vont amener leur lot d’émotion et de suspens, tandis que la trame prend forme. Le mystère est savamment entretenu grâce à des personnages nuancés, et des intrigues parallèles se succèdent donc donnent de la richesse et du dynamisme au récit. le mélange est savoureux, emballant avec une belle écriture, des combats contre les mandragores et pleins de suspens et de rythme, on sent aussi l’angoisse et le malaise qui monte doucement dans les épreuves qu’ils traversent tout s’enchaine bien et nous amène vers une fin qui ouvre de beaux horizons..

Note : 9,5

  • Broché: 332 pages
  • Editeur : MNEMOS (18 août 2016)
  • Collection : Icares

51qTlFxn-mL._SX334_BO1,204,203,200_.jpeg

 

La reine du Tearling (2 novembre 2016) de Erika Johansen

Après la mort de sa mère la Reine Elyssa, Kelsea Raleigh a grandi en exil, loin des intrigues du Donjon royal où son oncle diabolique a pris le pouvoir. Le jour de ses dix-neuf ans, une garde dévouée l’escorte de son repaire à la capitale, où elle devra reconquérir la place qui lui revient de droit et devenir Reine du Tearling.

Critique : Avec un superbe titre et une couverture ce roman attire le regard et vous ne serez pas déçu. L’univers est original avec une histoire et des personnages très bien ficelés et travaillés. L’action met du temps à arriver, il faut attendre au moins la moitié du roman- pour autant la première partie est très intéressante. Dès les premiers chapitres on est  immergé dans le récit,  Erika Johansen nous offre une histoire très riche sans pour autant que l’on soit perdu.Si l’histoire nous montre le point de vue de différents personnages, nous suivons principalement, Kelsea une jeune reine de dix-neuf ans qui grandi depuis toujours en exil après le décès de sa mère. Un physique pas vraiment avantageux avec des kilos en trop et dont personne ne prend vraiment au sérieux. Mais qui saura s’affirmer et grandir au fil des pages en s’imposant en tant que Reine.Ce qui est surprenant est  l’absence de romance; l’histoire est assez fournis en intrigues pour que le lecteur se focalise sur l’essentiel.« La Reine du Tearling » qui est très bien écrit avec une héroïne attachante qui nous embarque dans une véritable épopée.

Note : 9/10

  • Broché: 480 pages
  • Editeur : JC Lattès (2 novembre 2016)
  • Collection : Romans étrangers

51iceo5tzel-_sx310_bo1204203200_

Robin des Bois T03 : La flèche magique & T04 Le loup-garou de Sherwood(16 novembre 2016) de Rose Duménil

T03 : Dans La flèche magique, Marianne, agacée de ne pas arriver à atteindre la cible au tir à l’arc, jette un sort à sa flèche. Mais cette flèche ensorcelée pourrait bien s’avérer dangereuse pour Robin. Oups !Robin qui aura également fort à faire dans Le château hanté !

T04: Panique à Nottingham : Un redoutable loup-garou semble s’en prendre aux paysans de la région. Chacun de leur côté, Robin et le prince se lancent sur la piste du prédateur. Mais qui est vraiment ce monstre mystérieux, si friand de tarte aux fraises ? Pigeon en recommandé : Rude journée pour Robin ! Entre un voleur de recette de gâteau à démasquer, les malversations du Prince Jean à déjouer et un embrouillamini qui pourrait coûter cher à Marianne, pas simple tous les jours d’être un justicier au grand coeur !

Critique : Pour qui aime les histoires médiévales, les justiciers… ce livre est fait pour vous. On redécouvre Robin des bois pour les plus jeunes. Le texte est simple, le livre pas très long ce qui encourage les enfants à lire, l’histoire est simple mais amusante et chaque tome se termine en suspens : on attend donc la suite avec impatience.

Note : 8,5/10

 

  • Poche: 96 pages
  • Tranche d’âges: 6 – 9 années
  • Editeur : GLENAT (16 novembre 2016)
  • Collection : Glénat poche