Robogenesis (8 juin 2017) de Daniel H. WILSON

La suite de Robopocalypse. Les machines n’ont pas été anéanties. La menace est présente, et la guerre, inéluctable.
La guerre a laissé l’humanité exsangue, et le monde, dévasté. Mais Archos, l’intelligence artificielle à l’origine du soulèvement des machines, a été détruit. En apparence du moins. Il s’est en fait fragmenté en millions de pièces disséminées, qui aujourd’hui cherchent à se réunir. Implanté dans une nouvelle évolution technique, Archos prépare la bataille suivante : l’éradication des hommes, l’avènement d’un monde parfait. Mais quelques bastions de résistants sont encore en mesure de combattre. Et pour vaincre, il leur faudra utiliser les armes de leur ennemi..

Chronique : Ce livre est excellent, pour deux raisons: 1) C’est une excellente histoire, hors des sentiers battus de « robots de terminaison envoyés pour tuer des humains. Au lieu de cela, il existe une complexité pour les personnages technologiques qui sont vraiment uniques dans la littérature. 2) La technologie et les idées sont plausibles.Robogenesis est la suite du Robopocalypse ; pour ceux qui n’ont pas lu Robopocalypse depuis un moment, on vous suggère de le relire avant Robogenesis. Ce n’est pas obligatoire et vous comprendrez toujours la Robogénèse.
Si vous étiez un grand fan de Robopocalypse vous êtes vraiment réconforté. Pourquoi ? Parce que  Robogenesis est encore mieux que sa préquelle. C’est le type de livre que vous pouvez facilement dire «quelque chose se passe dans chaque chapitre».on ce  demande ce qui ce passe et  on énumère au moins 5 choses à chaque fois.
Non seulement à l’émotion brute ressentie par ces personnages, mais les expériences qu’ils ont traversées. On aime la sensation réaliste de l’histoire. Comme si on peut voir cette réalité. Ce livre a ce grand aspect de science-fiction sans sortir des sentier battue. Chacun se concentre et donne la parole à l’un des trois personnages principaux, Lark Iron Cloud, Mathilda Perez et Cormac Wallace. Cela aide à garder tout le monde en tête et à se concentrer sur ce qui se passe. Du grand spectacle pour une superbe suite.

Note : 9/10 

 

  • Broché: 496 pages
  • Editeur : OutreFleuve

51YddzNFLOL._SX327_BO1,204,203,200_

 

Chute (9 mars 2017) de Christophe NICOLAS

Thomas Cahin est l’auteur de Chute, le phénomène de cette rentrée littéraire. Ce livre lui apporte le succès, la reconnaissance, la célébrité tant désirés. Ses rêves, enfin, se réalisent.
Et pourraient se briser aussi vite. Car ce roman, il ne l’a pas écrit. C’est Christophe, son ami d’enfance, qui, comme pris de fièvre, a tapé ces phrases sur sa machine à écrire. Depuis dix ans, Thomas était le gardien de son manuscrit. En l’usurpant, il s’est aussi approprié son histoire, et ses secrets les plus sombres.

Chronique :  Ecrit tel un film Christophe Nicolas nous entraîne dans un thriller au grand suspens à l’américaine. Un roman qui se lit très vite, c’est un vrai page turner. Même si l’idée n’est pas nouvelle on ne peut qu’aimer le style d’écriture qui nous fait entrer dans le roman avec grand bonheur. Le personnage de Thomas devient progressivement paranoïaque, se questionnant continuellement sur sa santé et le lecteur va lui aussi remettre en cause toutes les affirmations de ce personnage .
L’auteur, avec tout son talent arrive à nous tenir en haleine durant tout son récit. On passe par tellement d’émotions : on a la haine, on a la crainte et la tristesse à certains moments. Mais la déception… jamais. Voici un thriller psychologique où tout est dévoilé au fur et à mesure et finit par prendre tout son sens.
L’intrigue, les personnages sont très bien développés, on est pris dans la spirale infernale de l’intrigue, alternant des moments de tension et des moments plus calmes, mais loin d’être ennuyeux. Le dénouement est surprenant, loin de ce que tout lecteur pourrait imaginer.

Note : 9/10

  • Broché: 368 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (9 mars 2017)
  • Collection : Outre Fleuve

51x13-UkqHL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg