Paris est une fête (4 novembre 2016) de Ernest Hemingway et Seán Hemingway

Au cours de l’été 1957, Hemingway commença à travailler sur les «Vignettes parisiennes», comme il appelait alors Paris est une fête. Il y travailla à Cuba et à Ketchum, et emporta même le manuscrit avec lui en Espagne pendant l’été 59, puis à Paris, à l’automne de cette même année. Le livre, qui resta inachevé, fut publié de manière posthume en 1964. Pendant les trois années, ou presque, qui s’écoulent entre la mort de l’auteur et la première publication, le manuscrit subit d’importants amendements de la main des éditeurs. Se trouve aujourd’hui restitué et présenté pour la première fois le texte manuscrit original tel qu’il était au moment de la mort de l’écrivain en 1961. Ainsi, «Le poisson-pilote et les riches», l’un des textes les plus personnels et intéressants, retrouve ici ces passages, supprimés par les premiers éditeurs, dans lesquels Hemingway assume la responsabilité d’une rupture amoureuse, exprime ses remords ou encore parle de «l’incroyable bonheur» qu’il connut avec Pauline, sa deuxième épouse. Quant à «Nada y pues nada», autre texte inédit et capital, écrit en trois jours en 1961, il est le reflet de l’état d’esprit de l’écrivain au moment de la rédaction, trois semaines seulement avant une tentative de suicide. Hemingway y déclare qu’il était né pour écrire, qu’il «avait écrit et qu’il écrirait encore »…

Critique : C’est de manière poétique, légère et plutôt détaillée que l’auteur relate des souvenirs qui se sont déroulés durant les années 1920. Des souvenirs qui mettent en scène de nombreuses amitiés célèbres (Gertrude Stein ou encore Francis Scott Fitzgerald), amitiés furtives ou durables, dans des lieux plus ou moins connus (Paris, Lyon, ou encore l’Autriche). Cependant, la vie d’Hemingway et de son épouse n’est pas particulièrement rose, et les débuts de l’écrivain sont plutôt difficiles: ainsi, les thèmes de la faim, du manque d’argent, voire de la souffrance du froid reviennent assez régulièrement. Mais le livre laisse au lecteur une morale plutôt optimiste : la vie se doit d’être vécue au jour le jour, de la meilleure des manières, car tout finit un jour par s’arranger. Dans un texte sensible Hemingway évoque la rencontre avec sa seconde femme et sa vie partagée entre deux femmes qu’il aime.

Note : 10/10

 

  • Poche: 352 pages
  • Editeur : Folio; Édition : édition revue et augmentée (6 septembre 2012)
  • Collection : Folio

51cDlpOjnaL._SX292_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Déserteur (17 août 2016) de Boris Bergmann

Qui se cache derrière le « je » de ce journal intime aux allures de fable postmoderne, nous l’ignorons. Il nous ouvre néanmoins les yeux jusqu’à en frôler la brûlure. « Je » est avant tout un jeune homme en quête d’engagement et d’action mais incertain quant à son ancrage dans un monde informe. Génie de l’informatique, il met son talent au service d’une pensée radicale, utilisant son clavier comme arme pour hacker les actions de l’État et de ses suppôts. Une déconvenue amoureuse va cependant le faire basculer idéologiquement : pour contrarier l’être aimé, il s’engage dans l’armée française. Son savoir-faire plaît et il se voit aussitôt confier la programmation des drones qui survolent nos conflits, les ratissant « cliniquement ». Après avoir passé quelque temps derrière un écran parisien à manier à distance les armes du futur, il est envoyé en mission sur le terrain. Le voilà alors propulsé vers une base militaire du Moyen-Orient, aux côtés de jeunes soldats dont la ferveur se fissure vite face à l’inaction de leur fonction. Les drones mènent désormais la guerre à leur place ; la chair à canon n’a plus lieu d’être. Ils errent dans l’ennui en espérant la blessure, alors que notre « je », ostracisé, pianote à l’infini la défense d’un pays qui déshumanise le combat pour mieux tuer.

Critique : Boris Bergmann a un style et sait écrire, c’est indéniable.En nous plongeant dans les entrailles d’une jeunesse aux causes floutées, Boris Bergmann nous livre un roman aussi dompté qu’agile. Une lecture ardente servie par un style vif et ingénieux qui nous transporte dans une fascinante expérience de terrain où le sol ne fait que se dérober. Déserteur signe le retour fracassant d’un jeune prodige, et l’arrivée d’un grand roman dessinant les nouveaux contours de l’engagement et de la résistance. Ainsi, les points positifs sont nombreux, c’est un sans faute concernant le scénario. Pour ce qui est de l’écriture, il n’y a aucune lourdeur, le style de Bergmann reste simple, rythmé et efficace. Aucun de ses personnages n’est stéréotypé, chacun a ses ambiguïtés, là aussi le travail est époustouflant.Quant aux décors et aux descriptions, on n’est pas déçu, on visualise les scènes.Mais ce n’est pas tout, impossible de révéler un des gros rebondissements de l’histoire, mais il nous fait basculer dans une autre dimension, tel un triller paranoïaque, il nous fait vibrer et nous questionner encore plus.Le livre est un vrai turn-over, on le dévore d’une traite, pour assécher cette soif de savoir qui nous conduit vers la fin.Un super roman à lire, où on ne s’ennuie jamais.

 Note : 9/10

  • Broché: 278 pages
  • Editeur : Calmann-Lévy (17 août 2016)
  • Collection : Littérature Française
  • Prix : 17 euros

4127HBQBJNL._SX324_BO1,204,203,200_.jpg

 

La tour Eiffel en Italie (7 juillet 2016) de Mymi Doinet et Mélanie Roubineau

La tour de Pise est d’humeur maussade. Pour la distraire, son amie la tour Eiffel lui fait voir du pays. Mais ni le Colisée de Rome, ni les pizzas de Naples n’arrivent à la réconforter. Alors, la tour Eiffel a une idée de génie : se rendre à Venise, pour le carnaval !

Critique : La collection premières lectures de chez Nathan est vraiment parfaite pour les apprentis lecteurs en CP et en CE1!
Des bulles et du texte (mélange histoire et BD) ce qui facilite la lecture des enfants en apprentissage.
Une nouvelle aventure adaptée aux jeunes lecteurs, aux illustrations douces et gaies à la fois avec des dominante de teintes pastel, c’est fascinant.A offrir sans modération ,très belle collection.

Note : 9/10

 

  • Poche: 32 pages
  • Editeur : Nathan (7 juillet 2016)
  • Collection : Premières lectures

51wV0QruQfL._SX372_BO1,204,203,200_.jpg

 

La disparue de Belleville (26 avril 2016) de PETIT CHRISTOPHE

Le détective Karbaï croise Éléanore Parvie avec qui il a eu une histoire damour et dont la sur reste introuvable. Il débute ses recherches par le Shan Fong, complexe détenu par la « 14K », mafia chinoise. En France, quarante mille disparitions par an ; trente mille sont retrouvées. Quen est-il des autres : une chute dans un ravin, une noyade ? Un suicide improvisé ou pas ? Un enlèvement ? Autant de possibilités, autant dangoisses pour les proches. Ny a-t-il rien de pire que de ne pas savoir ?

Critique :  Un petit roman policier qui ce lit très vite et où  l’auteur nous donne quelques clés dès les premières pages, il faut vraiment attendre le dénouement pour se saisir de tous les fils de l’intrigue. C’est bien mené, sans temps morts, c’est un roman policier qui répond à tous les codes du genre et qui nous fait découvrir  un nouvel auteur. On passe donc un moment agréable tout en voyageant, le seul point négatif est que le livre est bien trop court.

Note : 8,5/10

 

  • Broché: 204 pages
  • Editeur : Editions L’Harmattan (26 avril 2016)
  • Prix : 19,50 euros

51y8ZiKLPBL._SX305_BO1,204,203,200_.jpg

 

L’écureuil : Tome 1 (1 juin 2016) de Fabien Grolleau

Les Prussiens sont aux portes de la capitale, le peuple de Paris gronde.

Mais qui est donc cet étrange gamin roux qui danse ou plutôt vole littéralement de toit en toit ?
Pourquoi le terrible Hector, Empereur des bas-fonds de Paname, veut absolument « avoir sa peau » ?
Et enfin, que vient faire dans cette aventure de haut vol l’immense Victor Hugo

Critique : Un premier tome formidable qui raconte une aventure Poétique et historique sur les toits de Paris, portée par personnage attachant rempli d’aventure dans un Paris des plus poétiques et où le récit nous entraine dans une histoire à la Arsène Lupin où le lecteur rencontrera Victor Hugo et nous fera vivre à travers les toits de Paris un monde historique que les adolescents et adultes vont aimer se plonger. Le graphisme de l’album est très influencé par Sfar, Blain et le côté reconstruction de la ville est éblouissante. On a hâte d’être en mars 2017 pour la suite.

Note : 9/10

 

  • Editeur : Editions Sarbacane (1 juin 2016)
  • Collection : BD

51ma-214gvL._SX373_BO1,204,203,200_

 

90+ Ways You Know You’re Becoming by Shari Leslie Segall, Lisa Vanden Bos et Judit Halász

Tout petit et plein de pépites, illustrations aquarelles, plein d’humour, de perspicacité, de belles illustrations et de clins d’œil, il ouvre un nouveau regard sur les expatriés anglo-saxons en France et sur leurs amis, collègues, commerçants, voisins et autres Français qui les accueillent.

Critique : Avec ce livre les auteurs nous offre un brin de fraîcheur et une vue extérieure de la France.
Tracé avec de belle illustrations, ce portrait de Paris accentue les spécialités du quotidien dans la capitale: Entre cafés ( and tea of course), bières, sortes, boulot, anglais, drague … ce livre est un concentré d’humour & on ne se lasse pas des préjugés.                                    
Bravo pour cette plume légère et chatouilleuse.

Note : 8/10

 

  • Paperback: 100 pages
  • Publisher: FUSAC Editions

51Iw+f8Z2cL._SX491_BO1,204,203,200_

 

 

La stratégie des as de Damien Snyers

Pour vivre, certains choisissent la facilité. Un boulot peinard, un quotidien pépère. Humains, elfes, demis… Tous les mêmes. Mais très peu pour moi. Alors quand on m’a proposé ce contrat juteux, je n’avais aucune raison de refuser. Même si je me doutais que ce n’était pas qu’une simple pierre précieuse à dérober. Même si le montant de la récompense était plus que louche. Même si le bracelet qu’on m’a gentiment offert de force risque bien de m’éparpiller dans toute la ville. Comme un bleu, j’ai sauté à pieds joints dans le piège. L’amour du risque, je vous dis. Enfin… c’est pas tout ça, mais j’ai une vie à sauver. La mienne

Critique: Avant de faire la chronique de ce livre il faut salué la superbe couverture de Dogan Oztel.
L’histoire de ce roman est assez courte, elle est racontée à la première personne par James  qui nous donne un récit sans temps mort et focalisé sur l’action. L’univers, mélange de Fantasy et de Steampunk, se qui ce révèle intéressant à découvrir et donne envie d’en apprendre plus, même si on lui reproche un petit manque de densité. Les personnages proposés sont attachants mais l’auteur n’hésite pas à leur faire subir des horreurs.Loin d’être lisses, les héros sont pleins d’aspérités et offrent des personnages consistants et fouillés. On à l’impression de remettre les pieds dans un Paris  différant mais bien influencé.
L’écriture de l’auteur est très bonne, on est dans du turn over  où Damien Snyers emploi le flashback assez souvent  en parlant par exemple, d’une situation hasardeuse et en remontant le temps pour expliquer comment les personnages en sont arrivés là. Ici, le procédé est surtout pratique dans le récit pour donner l’envie d’en savoir plus.

Un très bon premier roman qui propose une belle galerie de personnages, une  belle intrigue et une ambiance incroyable.

Note: 8,5/10

 

  • Broché: 328 pages
  • Editeur : ACTUSF (4 février 2016)
  • Collection : Les trois souhaits

51LLSF-BGKL._SX348_BO1,204,203,200_

 

Les nouvelles aventures d’Arsène Lupin: Les héritiers de Benoit Abtey et Pierre Deschodt

Qui est-il ? D’où vient-il ? Nul ne sait. Arsène Lupin est partout mais personne ne connaît son véritable visage. Il est le plus célèbre malfaiteur de son temps, le plus distingué aussi. Seulement, on ne s’en prend pas aux puissants de la terre sans subir leur colère… En 1897, au lendemain de l’incendie du Bazar de la Charité – temple de la bonne société parisienne – Lupin disparaît. On le rend responsable du drame. Athéna, surtout, l’amour de sa vie, meurt dans le brasier. Plus rien, désormais, ne compte à ses yeux. Dix ans plus tard, un scandale éclate et le ressuscite. Lupin, changé en monstre, serait-il passé à l’ennemi ? Un quotidien, Le Patriote, l’accuse d’avoir dérobé des secrets militaires pour les vendre à l’Allemagne ! La guerre est imminente. Lupin va-t-il enfin sortir de son silence ? Une aventure trépidante, des rues sombres de Paris au désert marocain…

Critique:Voici le grand retour du plus grand gentleman-cambrioleur français : Arsène Lupin. Les plus vieux le connaisse de ses aventures de Maurice Leblanc et les plus jeune soit par les adaptation cinéma où animé.

Avec ce nouveau roman d’Arsène Lupin les auteurs nous entraine à la fin du XIXème siècle puis en 1907. Comme tous les Lupin on ne sais jamais vraiment si notre héro est là.

Le livre est composé de quatre parties avec des chapitres assez courts ce qui rend le livre comme un trun over, on ne veux s’arrêter jusqu’à la fin ce qui est vraiment agréable on reste en haleine surtout avec le combat que mène Arsène contre son pire ennemi tout le livre est une parti de chat et de souris rudement mené jusqu’à la conclusion où le twist de fin est inattendu est prenant.

Les auteurs nous font voyagé entre la France et le Maroc et autre point positif est que nous suivons d’autres personnages qu’Arsène Lupin. Il y à des personnages comme Clémenceau, Bérenger de la Motte qui sont là tout au fil du récit pour au final arrivé à cette superbe fin.

Les auteurs nous font de très belle description des personnages, on arrive bien à s’imaginer comment ils sont physiquement et leurs caractères à chacun.

Ce nouveau cru d’ Arsène Lupin est à recommander et on à hâte d’être entrainer dans une seconde aventure de la part de ses deux auteurs.

Note : 8,5/10

  • 351 pages
  • Editeur : XO (3 mars 2016)
  • Langue : Français

51qBVqE5g2L._SX319_BO1,204,203,200_