Les Enfants d’Eden de Chris BECKETT

La race humaine s’est étendue sur Eden, la planète sans lumière : après s’être affrontés, les partisans de John ont fini par traverser Monde-Étang tandis que ceux de David occupent le continent originel. Parallèlement, certains groupes se sont écartés des combats pour former de nouvelles petites communautés sur des îles paisibles. Parmi eux, une jeune fille, Étoile, décide de rejoindre le continent. Là, elle découvre avec émerveillement une culture bien plus avancée que la sienne, mais tombe aussi amoureuse du descendant de John Lampionrouge, Pierreverte, qui souhaite l’épouser et lui offre l’anneau d’Angela, la  » Mère d’Eden « . Un anneau extrêmement convoité. Étoile n’a aucune idée des ennemis qu’elle va se faire en l’acceptant, et ne peut encore moins imaginer que viendra un temps où elle devra choisir entre tuer ou mourir..

Critique : Voici la suite de Dark Éden qui est résolument estampillé Science-Fiction. Et on le comprend car nous sommes sur une planète différente, visitée un moment par des Terriens. On bascule carrément dans un récit quasi biblique et si vous ne vous attendiez pas à une métaphore du paradis et d’Adam et Ève, eh bien vous aurez un air surpris.
L’idée de cette suite est plus que sympa. Elle est géniale. Car cela vous donne pleins de pistes de lecture pour un seul roman. Et c’est cette richesse nous fait emporter le coup de cœur. Chris Beckett donne la parole à plusieurs personnages dans ce romance qui illustre un nouveau regard sur la société et avec leurs mots quelques situations clefs du récit. Le lecteur a ainsi un tout petit tour d’horizon de cette micro-société et ce n’est pas plus mal.
Les chapitres sont donc rédigés à la première personne du singulier ce qui, en plus de leur relative brièveté, offre un rythme de lecture et une immersion assez forte. Les pages se tournent très très vite, on est pressé de connaître le dénouement :  Cette petite société va-t-elle prendre les bonnes décisions et évoluer positivement ou s’enraciner dans ses mauvaises habitudes ?
En effet, le schéma narratif joue énormément dans ce romanCette pépite avec son vocabulaire bien particulier et à la narration franche et simple vous ravira. C’est un livre à lire, à reprendre de temps en temps et à analyser. Dans tous les cas, il vous permettra de vous évader totalement. Un chef d’œuvre.

Note : 10/10

 

  • Broché: 496 pages
  • Editeur : Presses de la Cité (7 avril 2016)

51Hhwa3GsoL._SX309_BO1,204,203,200_