La patience du héron (7 septembre 2017) de Erik L’Homme et Lorène Bihorel

La rencontre exceptionnelle d’Erik L’Homme et d’une artiste de dessin sur sable.

Chronique : Une petit chef d’œuvre pour commencer la rentrée en beauté avec cette lecture avec ce conte qui à une valeur universelle mais la met en scène d’une façon originale. Erik L’Homme a réussi à trouver le bon équilibre entre une lecture très accessible au pays du soleil levant et un brin d’exotisme avec l’évocation de quelques traits de la vie dans le Japon. Le rythme dans la lecture est très bien faite et fait réflechir enfant comme adulte à ma patience.
Un livre assez unique dans la bibliographie de cet auteur plus habitué aux récits de fantasy pour adolescents, mais un plaisir à ne pas bouder, d’autant que cette lecture est accompagnée d’illustration de Lorène Bihorel qui, avec un des tableaux sur sables soigné et réaliste  style proche des enluminures donnent un relief particulier et renforcent l’exotisme de cette histoire. Un livre sublime à lire et relire et à regarder avec ses illustrations magnifique.

Note : 10/10

 

 

  • Album: 48 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (7 septembre 2017)
  • Collection : ALBUMS JEUNESSE

41mnZKNa7xL._SY345_BO1,204,203,200_.jpg

 

Les aventures de Nick Adams (11 mai 2017) de Ernest Hemingway

Dans les années 1920, un jeune homme attachant apparaît dans des nouvelles éparses sous la plume d’Ernest Hemingway : Nick Adams. Pendant une dizaine d’années, le romancier américain conta ses mésaventures d’enfance dans le Michigan, relata son expérience de la guerre, partagea des instants de sa vie de couple.

Chronique : Nick Adams est un jeune garçon qui passe d’un enfant à un adolescent à un adulte. Dans ses histoires, il exprime ses caractéristiques, ses pensées et ses émotions virtuelles à travers des expériences et des luttes qu’il partage avec son père et son oncle. Dans l’histoire du camp indien, Nick accompagne son père dans un camp où une jeune femme indienne donne naissance à un enfant. Nick doit regarder et essayer de comprendre ce qui se passe chez les femmes alors qu’elle traverse le processus pénible du travail des enfants et une opération sans anesthésie. Alors que Nick regarde, il est confus, mais il est persistant de montrer à son père qu’il est conscient et comprend la situation à portée de main. Au fur et à mesure que l’histoire progresse, d’autres obstacles se posent qui laissent des questions sans réponse pour Nick. Bien qu’il ne comprenne pas bien, il est prêt à faire paraître comme s’il le fais pour que son père le regarde comme un adulte plutôt qu’un garçon. Le concept de l’histoire elle-même est une couverture masquant les émotions de Nick et de son père et comment il travaille à l’acceptation de ses pères à différents niveaux. L’histoire est convaincante qui vous permet de comprendre le comportement humain et les significations cachées à l’intérieur.Un Chef d’oeuvre à lire et découvrir.

Note : 10/10

  • Poche: 368 pages
  • Editeur : Folio (11 mai 2017)
  • Collection : Folio

41KEV3SsUqL._SX301_BO1,204,203,200_

Test DVD : L’INCROYABLE DESTIN DE SVVA ( 30 mars 2017) de Max Fadeev

Le jeune Savva vit avec sa mère dans un village dont les habitants sont menacés par des hyènes pillardes. Alors que sa mère et tous les villageois ont été faits prisonniers, Savva parvient à prendre la fuite et se réfugie dans la forêt. Secouru par Anggee, le dernier des loups blancs, ils décident de se rendre chez un magicien au sommet d une montagne. Ils vont devoir échapper à de nombreux dangers, ainsi qu à l armée de la reine singe.

Chronique Film :  Ce film destiné davantage aux enfants mais bénéficie d’un travail d’animation époustouflant, avec cette 3D les images sont à la fois belles, poétiques, macabres, effrayantes, magiques, drôles.

Note : 8,5/10

13055025.jpg

Test DVD :

Image : La colorimétrie du dessin animé est parfaitement étalonnée et nous permet de profiter d’un très belle animé. Le piqué n’en fait pas trop mais nous fait don de certains détails indiscernables en basse résolution.

Son : La répartition du son lors de la série est minutieuse, et les effets sonores sont magnifiquement mises en valeur. L’intelligibilité des voix est exemplaire.

 

 

  • Réalisateurs : Max Fadeev
  • Format : PAL
  • Audio : Français
  • Région : Région 2
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Les films du paradoxe
  • Date de sortie du DVD : 20 mars 2017
  • Durée : 85 minutes

81PGLwZjgrL._SL1181_.jpg

Zing-zing paradis (11 janvier 2017) de Jymmi Anjoure-Apourou

En créole, Zing-zing signifie libellule. Un insecte léger, heureux… jusqu’au moment fatal où il est emporté par le tourbillon.
Gabriel Montner, 25 ans, quitte Gwada, son île natale, pour Paris. Il rêve d’être écrivain. Faisant croire à ses parents qu’il suit des études pour devenir avocat, il envoie tout valser pour se consacrer à son seul rêve et suivre la trace un peu folle et fêlée de tous les écrivains.
Ainsi commence une vie d’appétit, de partage et de solitude, où se mêlent des rencontres capitales : Janis, au visage de femme ambiguë, Grand-Velours, l’ami des bons et mauvais jours… et puis Mona. Elle lui ouvre la ville avec ses rues étroites, ses passages obscurs, et l’amour pour seule odeur.
La vie et l’écriture se rencontrent, s’entrecroisent, se confondent. Et le livre achevé, c’est le héros tout entier qui aura achevé sa métamorphose.

Critique :  Voici un livre hors du commun sur la passion de créer où le lecteur va suivre les aventures de Gabriel à travers Paris et ses ambiances. Un roman qui se lit comme une quête à travers la capitale parisienne des aventures féminines de Gabriel et surtout de sa poésie et de sa philosophie est un livre, Jymmi Anjoure-Apourou nous entraine dans un livre poétique, écrit avec douceur, tout en légèreté. C’est un livre qui détonne comme un objet difficile à définir, mais extraordinairement attrayant. Les amoureux des mots vont apprécier ce roman qui parle des mots. La fin est juste bouleversante et l’auteur sait nous transporter au-delà des mots.

Note : 9,5/10

  • Broché: 350 pages
  • Editeur : Ecriture (11 janvier 2017)
  • Collection : Littérature française

51IsKKTtCAL._SX309_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Le royaume rêvé : Le chant des épines (18 août 2016) de Adrien Tomas

Ils sont les héritiers des clans nordiques.
Ils rêvent d’unifier et de pacifier leurs terres.
Cet espoir se transformera-t-il en cauchemar ?
Voici la geste des jeunes héritiers des clans du Nord et de leurs compagnons. Voici la geste des princes otages, de celles et ceux qui ont pour projet d’unifier les marches du Gel pour en faire leur royaume rêvé, puissant, sûr et juste, gouverné avec sagesse.

Critique :  Un énorme coup de cœur en matière de fantasy où tout fan de ce genre va adorer. On y retrouve tous les clichés comme l’aspect médiéval; l’armement, les moyens de transport, les coutumes et tout sont même posés jusque dans la composition d’une équipe, un groupe construit pour affronter les périls de ce dangereux et incertain royaume. En vrai hommage au Seigneur des anneaux Adrien Tomas nous offre un vrai roman de fantaisie pur et dur. le roman suit cinq héros qui sont tous attachants et extrêmement bien écrits, avec chacun leur personnalité. On suit leurs aventures et leurs relations avec beaucoup de plaisir et on apprend avec eux ce qui se trame au-delà des petites guerres de clans. Au fil du récit, les personnages s’approprient l’histoire, un chapitre à la fois et l’histoire se déroulent peu à peu, chacun apportant sa petite contribution à l’œuvre.
Les péripéties vont amener leur lot d’émotion et de suspens, tandis que la trame prend forme. Le mystère est savamment entretenu grâce à des personnages nuancés, et des intrigues parallèles se succèdent donc donnent de la richesse et du dynamisme au récit. le mélange est savoureux, emballant avec une belle écriture, des combats contre les mandragores et pleins de suspens et de rythme, on sent aussi l’angoisse et le malaise qui monte doucement dans les épreuves qu’ils traversent tout s’enchaine bien et nous amène vers une fin qui ouvre de beaux horizons..

Note : 9,5

  • Broché: 332 pages
  • Editeur : MNEMOS (18 août 2016)
  • Collection : Icares

51qTlFxn-mL._SX334_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Métamorphose T01: Exorde (4 mai 2016) de Ericka Duflo

Adolescente rebelle et obstinée, Senna brave les interdits depuis le décès de sa mère. Elle ne fréquente plus les mêmes amis, rentre tard le soir et se fait souvent renvoyer de l’école. Ses relations avec son père se dégradent. Pourtant, Senna a d’autres inquiétudes : une marque hideuse et boursouflée s’étale sur son dos, elle entend des voix effrayantes et a parfois l’impression d’être surveillée. Ses écarts de conduite vont également l’amener à rencontrer Ian, un garçon sombre au comportement étrange. Sa vie va alors prendre une tournure inattendue.

Critique : Nous entrons dans un livre rempli de mystère, avec une héroïne comme Senna qui est une jeune fille qui a changé du tout au tout à la mort de sa mère. Elle vit désormais seule avec son père, et sa tante qui vient la voir de temps en temps. Elle aime faire la fête et des bêtises ; jusqu’à la bêtise de trop qui la fera envoyer dans un internat en Alaska. C’est alors que les choses vont évoluer pour notre héroïne qui se découvrira un bien étrange héritage. L’univers mis en place par l’auteure est très complexe et sombre avec des créatures que l’on rencontre dans tout au long de ce premier tome et qui sortent de la  mythologie grecque.
L’auteure réussi à  faire tenir le lecteur en haleine du début à la fin. Ce roman est addictif et d’une facilité de lecture incroyable et au vu de sa finalité on espère que la suite nous réserve de grandes choses et qu’elle parviendra à s’émanciper de ses consœurs car il est indéniable que sa mythologie permet d’entrevoir d’énormes perspectives.
Une super histoire qui tiens en haleine et dont on à hâte de lire la suite.

Note : 9/10

  • Broché: 384 pages
  • Editeur : Kennes Editions (4 mai 2016)
  • Collection : KE.METAMORPHOSE

41L1etbGkpL._SX331_BO1,204,203,200_.jpeg

 

NINN T01 La ligne noire (2 septembre 2015) de Johan Pilet et Jean-Michel Darlot

Ninn fut découverte tout bébé dans le métro parisien par deux ouvriers effectuant des réparations sur les voies. Aujourd’hui, Ninn a onze ans et le métro est son univers. Elle en connaît le moindre recoin et s’y sent comme chez elle. Mais en dépit de sa joie de vivre, Ninn se pose mille questions. D’où vient-elle ? Quels sont ces souvenirs lointains et incompréhensibles qui hantent ses souvenirs, elle qui n’a jamais mis le pied hors de Paris ? Pourquoi voit-elle, depuis peu, des essaims de papillons parcourir les galeries, invisibles aux yeux de tous sauf aux siens ? Toutes ces questions la taraudent, d’autant qu’une sourde menace la traque sans répit…

Critique : Mercie au édition Kennes pour cette album si sublime. L’histoire  de cette petite fille trouver dans le métro nous plonge dans une superbe histoire et il est impossible de s’en détacher grâce à des dessins sont très doux avec un coté enfantins mais qui garde un sérieux pour que tous le publics puisse le lire avec des  décors qui nous permettent de passez facilement du réel au fantastique. Portée par des dessins précis et une narration captivante, ce premier tome de Ninn est une BD prometteuse.
Ninn est charmante et pleine de vie et on s’attache rapidement à elle et nous donne des émotions ce qui ne nous ne laisse pas indifférent. On glisse au fil des pages vers le fantastique, avec en final une ouverture sur un monde imaginaire ce qui nous donne envie de lire le tome 2.
Une formidable quête de soi qui va révéler à notre héroïne ses origines et sa véritable nature. Un vrai coup de cœur.

Note : 10/10

  • Album: 72 pages
  • Editeur : Kennes Editions (2 septembre 2015)
  • Collection : KE.NINN

41nIT4vYRIL._SX373_BO1,204,203,200_.jpeg