La guitare de Django (2 avril 2014) de Fabrizio Silei et Alfred

Mais où est passé Django ? Tous les soirs, c’est la même chose : ce joueur de banjo d’à peine 18 ans est insaisissable. Pourtant, le tout-Paris des années folles l’attend ! Alors que le jeune prodige va signer son premier gros contrat, c’est le drame : sa roulotte brûle et ses espoirs avec. Il ne pourra plus jamais pincer les cordes trop dures du banjo… C’est là qu’un personnage inattendu entre en scène : une guitare, celle qui va changer sa vie et l’histoire du jazz, cadeau de son frère sur son lit d’hôpital. Elle nous raconte elle-même l’incroyable renaissance du génie…

Chronique : Cet album nous conte l’histoire extraordinaire de Django Reinhardt, l’inventeur du « jazz manouche ». Avec le film Django qui sort en salle ce 26 avril 2017 avec Reda Kateb et  Cécile de France. L’auteur a eu l’idée originale de laisser faire le récit de ce parcours hors du commun par la musique et la guitare. Elles nous racontent la renaissance du génie.La narratrice n’est autre que la guitare de Django. Elle nous parle de son musicien avec beaucoup de tendresse et de bienveillance. Les textes sont poétiques, doux et empreints d’une certaine sensibilité. Les dessins et la coloration sont emprunt de trait vif et sans fioritures. Une palette de couleurs revient dans presque chaque planche : un camaïeu de bleu, de rouge, de rose, de gris. Très bonne idée de raconter aux jeunes l’histoire hors du commun de Django Reinhardt sous forme d’un bel album aux illustrations typées.

Note : 9,5/10

 

  • Album: 34 pages
  • Tranche d’âges: 3 – 5 années
  • Editeur : Editions Sarbacane (2 avril 2014)

51iinAphESL._SX373_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Archibald tome 3 : Opération Trolls !1 mars 2017) de Kim Hyun-Min

Trois jeunes Trolls échappent à une horde de Gobelins et se réfugient chez nos héros. Ils ont
grand besoin d’aide ! Pour Monk et Archibald, nos apprentis détectives, c’est le début d une nouvelle aventure.
Alors que Monk flaire la douce odeur de l’or, ils
s’enfoncent dans les entrailles de la Terre à la
recherche d’une mine où les pauvres Trolls travaillent, sous la menace de cruels Gobelins. À leur tête règne le terrible Tounk, qu’Archibald devra affronter en combat singulier !

Chronique : Voici le retour d’ Archibald qui est un jeune garçon solitaire, amateur d’enquêtes, de monstres . Cette histoire peut ce lire indépendamment du tome 2. Avec ses mystères, Trolls, chien borgne qui parle, accessoires ensorcelés, magie, enquêtes et indices, Archibald tous les ingrédients pour les séduire: le trait cartoonesque digne des Scoubidou , des couleurs vives, avec un superbe dessin rond et expressif;  un univers peuplé de monstres et de magie, le duo atypique et bien entendu l’énigme à résoudre.           Un scénario fluide, dynamique pour un troisième tome réussi et qui on espère parti vers un quatrième.

Note : 9/10

 

  • Album: 48 pages
  • Editeur : SARBACANE (1 mars 2017)
  • Collection : BD Jeunesse

616zpIVNBAL._SX370_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Cinémonstres : L’abominable Docteur Mouche (1 mars 2017) de Stéphane Tamaillon et Laurent Audouin

Brooks, la fille du célèbre réalisateur Harry Hausen, et son ami Pikwik le ouistiti atterrissent avec toute l’équipe en Transylvanie pour tourner un film sur Frankenstein. Dès le début, l’ambiance est lugubre. En principe, c’est le professeur Peekaboo qui doit les recevoir dans son manoir… mais de Peekaboo, point. À la place, un bossu nommé Igor (sosie à pleurer de rire de Marty Feldman dans Frankenstein Junior) les entraîne dans de sombres corridors… D’étranges expériences se préparent et
Brooks va devoir sauver la situation !

Chronique : Troisième tome de Ciné Monstres  de  Stéphane Tamaillon et Laurent Audouin qui nous amène en plein dans l’horreur.Toujours remplis de références les parents reconnaîtront le film qui a inspiré cette aventure : La Mouche quant aux plus jeunes, ils auront tout simplement le plaisir de découvrir une histoire complètement folle, une jeune héroïne pleine de courage qui est de retour, des adultes colériques, trouillards et pas très débrouillards, et un bossu nu nom d’Igor et un professeur  pas net… Cette suite ravira les amateurs de mystère et d’horreur. L’écriture de Stéphane Tamaillon est efficace et énergique, les jeux de typographies et de bulles façon BD donnent encore plus de pep’s et les inventions de mots du père de Brooks enrichissent l’humour déjà bien présent de l’histoire et des personnages. Les illustrations de Laurent Audouin, riches et colorées, souvent en pleine page, se marient parfaitement. Un duo qui fonctionne à merveille et que l’on a hâte de retrouver pour un tome 4.

Note : 9,5/10

 

  • Album: 48 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : SARBACANE (1 mars 2017)
  • Collection : Cinémonstres

51j+ZaNTefL._SX372_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Qu’est-ce que tu fabriques ? (1 mars 2017) de Blanquart Audrey et Roque Justin

En une centaine de pages, des activités simples ou plus élaborées sont présentées par des enfants d’âge varié, photographiés en situation. Pour les créations les plus pointues, afin d’assurer un rendu final impeccable, des formes graphiques aux motifs flashy et modernes sont proposées sous forme de cartes détachables/paper toys : pas besoin de découper !
Autant d’idées pour se bricoler de bons moments ensemble. Et c’est facile : dès 6 ans !

Chronique : Les Éditions Sarbacane nous offrent un magnifique livre de Blanquart Audrey et Roque Justin conçu pour jouer et grandir afin d’encourager la motricité fine, l’observation et la déduction à un âge ou apprendre passe par l’action et le toucher;  ce livre leur propose d’expérimenter leur motricité en jouant à des activités simples .Grâce aux 46 cartes à détacher l’enfant pourra s’amuser à créer de nouvelles idées de bricolage et peut faire marcher son imagination et créer ce qu’il souhaite selon son désir. !Les illustrations sont très jolies et pleines de couleurs.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 88 pages
  • Editeur : SARBACANE (1 mars 2017)
  • Collection : ACTIVITES

index.jpeg

 

La Coccinelle – Haikus pour les enfants (1 mars 2017) de Patrick Gillet et Toni Demuro

C’est l’histoire d’un petit coléoptère, la coccinelle
à 7 points, la bête à bon Dieu, fameux
porte-bonheur… sous forme de 28 haïkus
drôles et accessibles, à hauteur d’enfant dès 3
ans. Une narration légère relie ces minipoèmes entre eux, illustrés de peintures à la texture fine comme de la soie.

Chronique :  Qu’est ce que le haiku ?
Suffit-il de dire que, conformément à la tradition japonaise, le haiku respecte une contrainte syllabique selon le schéma: 5/7/5 ? Que les 17 syllabes du poème le plus court du monde marquent le temps d’une respiration, d’un souffle? Que les nombres impairs y expriment la suspension et l’inachèvement? Ou encore que le Haiku suggère une saison, de façon plus ou moins implicite, au moyen d’un mot de saison (kigo) ou d’une évocation subtile?
Patrick Gillet et Toni Demuro nous offre haïkus qui va vous permettre de découvrir vous et vos enfant sur le thème de la coccinelle  de belles créations poétique  et, qui sait, partagerez peut-être le temps d’un éclair les sentiments, impressions ou images qu’y décelaient leurs auteurs. Le haiku est en effet une forme artistique que chacun pourra aborder, sans autre formation que son ouverture sur le monde et les mots.
Ne vous passez pas de ces quelques pages,et vivez mot près mot ces véritables instantanés de vie. Tout simplement.

Note : 9/10

 

  • Album: 64 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : SARBACANE (1 mars 2017)
  • Collection : ALBUMS (HORS CO

41HOWkctvJL._SX328_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Rien ni personne (1 février 2017) de Lorris Murail

La vieille dame semble avoir poussé comme un champignon, au milieu de la clairière. Quand Jeanne la trouve par hasard, elle ne
réagit pas, semble égarée. Jeanne n’a que faire d’une mamie sauvage : elle s’apprête à l’abandonner à qui voudra… et cependant, contre toute attente, elle revient sur sa décision
et l’emmène avec elle pour un temps. La voilà dans la cabane où elle s’est établie, face à la mer, avec sur les bras cette vieille
mutique qui ne lui appartient pas.
Jeanne a ses propres problèmes. En fuite, elle vise la lointaine Thaïlande, où elle espère exercer ses talents de boxeuse thaï. En
effet, elle sait pouvoir encaisser les coups : son corps ne les sent pas. À l’intérieur, c’est une autre histoire.

Chronique : Nous sommes ici face à un simple thriller mais loin s’en faut et c’est tant mieux ! Plus on tourne les pages, et plus on se rend compte que l’on est dans une autre dimension.  L’histoire de Jeanne, l’héroïne est forte et on vit avec elle, au point de trembler pour elle, et de se demander comment on réagirait en pareille situation.Immédiatement happé par les premières pages, le lecteur est plongé aux côtés des protagonistes. Le lecteur est toujours sous pression et ne peut s’empêcher de tourner les pages, se perdant de chapitre en chapitre, afin de savoir jusqu’où elle devra aller dans l’horreur, pour survivre…La construction du roman est parfaite, il s’agit d’une prouesse remarquable.Ainsi, les points positifs sont nombreux, c’est un sans faute concernant le scénario. Pour ce qui est de l’écriture, il n’y a aucune lourdeur, le style de Lorris Murail reste simple, rythmé et efficace. Aucun de ses personnages n’est stéréotypé, chacun a ses ambiguïtés, là aussi le travail est époustouflant.Quant aux décors et aux descriptions, on n’est pas déçu, malgré le peu d’horizons qui nous sont offerts. On visualise les scènes.Mais ce n’est pas tout, impossible de révéler un des gros rebondissements de l’histoire, mais il nous fait basculer dans une autre dimension, tel un triller paranoïaque, il nous fait vibrer et nous questionner encore plus.Le livre est un vrai turn-over, on le dévore d’une traite, pour assécher cette soif de savoir qui nous conduit vers la fin.Un super roman à lire, où on ne s’ennuie jamais.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 225 pages
  • Editeur : SARBACANE (1 février 2017)
  • Collection : Exprim’

51Mp5MVHAtL._SX312_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Rufus le fantôme (1 février 2017) de Chrysostome Gourio et Églantine Ceulemans

Rufus est un fantôme : à l’école où il va, il y a des zombies, des vampires, des loups-garous… Si le papa de Rufus lui a dessiné un avenir tout tracé, notre fantôme, lui, a d’autres ambitions : il veut devenir LA MORT. Oui, la Faucheuse.
C’est pourquoi, avec son copain Octave (un zombie stylé), il a entamé un stage auprès de Melchior, la Mort qui habite au fond du cimetière, pour, plus tard, intégrer la multinationale « LA MORT INC ».
Malheureusement, de nouvelles procédures ont été mises en place au sein de la compagnie, qui risquent de faire de son rêve un cauchemar. Rufus décide de réagir : il convainc Melchior et toutes les autres Morts de faire… la grève !

Chronique : La collection Pepix nous offre un nouveau bijou d’humour sorti d’outre-tombe écrit avec brio par Chrysostome Gourio avec les illustration d’Églantine Ceulemans. Les enfants et si vous aimez les romans drôles ce tinté de fantastique ce livre sont faits pour vous. On y découvre un héros espiègle et rusé qui n’a pas peur d’aller au bout de son rêve qu’est de devenir la mort. De l’humour à fond et très bien maitriser avec d’autres thèmes qui sont présents comme la difficulté et le poids de la transmission familiale, les difficultés d’intégration et une critique sociale sur le monde du travail.
L’importance d’être aimé, et de donner de l’affection sont très présentes, et Rufus malgré ses airs est bien gentil, et ses péripéties et expériences en tous genres font rire.
Les petites illustrations sont tantôt cyniques, tantôt tendres ou même émouvantes.
Avec des traits relativement simples pour ses personnages, Églantine Ceulemans réussit à faire passer tout un panel d’émotion à ses personnages. Une lecture à la fois facile, drôle, et étonnante. Un très bon voyage de la part de l’auteur et de sa dessinatrice.

Note : 9/10

 

  • Broché: 192 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 12 années
  • Editeur : SARBACANE (1 février 2017)
  • Collection : Pépix

512tahf3i2l-_sx331_bo1204203200_

 

Les abominables mini-yétis (1 février 2017) de Didier Lévy et Raphaëlle Barbanègre

Trois petites boules de poil partent à la recherche de Choubert, yack de son état qu’ils prennent pour l’abominable homme des neiges, dans l’espoir qu’il leur apprendra à épouvanter le monde. Le yack rechigne, il y a erreur sur la personne, lui, ce qu’il aime, c’est la poésie. Mais quand des machines arrivent pour transformer son paradis blanc en station de ski, Choubert panique ! Et c’est lui qui va solliciter les conseils des trois mini apprentis yétis à la langue bien pendue, pour faire fuir les ouvriers…

Chronique : Didier Lévy et Raphaëlle Barbanègre nous offrent un petit conte d’humour avec des minis yétis adorables et craquants. Une très belle histoire d’apprentissage avec un yack grognon mais attendrissant, ce livre mêle les sentiments de cette culture alpine qu’est la confiance en soir tout en faisant une approche sensible vue par les yeux de ce yack et de ses minis Yetis ce qui est attendrissant, sensible et bouleversant dans a conclusion. Les auteurs arrivent à maintenir le lecteur avec de superbes dessins pleins d’humanité en beau blanc et rouge face à une histoire qui fait réfléchir sur l’écologie . Un magnifique livre à découvrir et à lire et à relire plus d’une fois .

Note : 9/10

 

  • Album: 40 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : SARBACANE (1 février 2017)
  • Collection : ALBUMS (HORS CO

51Mcjem7csL._SX377_BO1,204,203,200_.jpeg

 

George et son ombre (1 février 2017) de Davide Cali et Serge Bloch

Un matin comme un autre… enfin, c’est ce qu’il croit George va pour prendre son petit déjeuner quand il tombe sur un monsieur attablé dans la cuisine, qui lui ressemble comme un frère. Qui êtes-vous ? s’étonne George. Ton ombre, répond l’ombre. Et de ce moment, l’ombre suit George pas à pas et refuse de retourner par terre, à sa place. D’abord agacé, George finit par s’habituer et même, par apprécier cette compagnie insolite. C’est vrai qu’à deux, on peut faire des choses qu’on ne peut pas faire tout seul : jouer à cache-cache, se lancer la balle… Mais le soir venu, l’ombre disparaît et d’ un coup, George se sent seul. Jusqu’au lendemain matin où…

Chronique : Avec Davide Cali à l’écriture et Serge Bloch au dessin on sait que le duo sera de haut niveau et ils nous offrent une merveille histoire d’humour, de tendresse et de sensibilité. Sur le thème sensible du double et l’ami imaginaire, le duo le rend comique  d’un point de vue d’un homme d’un certain âge. Ce qui rend le livre pour les enfants encore plus rigolo vus qu’ils ne vont pas s’identifier mais y voir soit leurs parents, grands-parents, ou personnes dans la rue et ce dire que les grandes personnes peuvent faire autant de bêtise que les enfants et ont également le même imaginaire. Davide Cali à l’écriture rapide et on lit les 40 pages rapidement comme un petit suspens de savoir ce qui se déroule la page suivante. Le dessin de Serge Bloch est simple mais d’une beauté dans sa simplicité et son trait proche du noir et blanc avec ce qui faut de couleur. Rester surtout jusqu’à la dernière page.

Note ; 9,5/10

  • Album: 40 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : SARBACANE (1 février 2017)
  • Collection : ALBUMS (HORS C

51lvjumirnl-_sx377_bo1204203200_

Les Mûres (1 février 2017) de Stéphane Poulin et Olivier de Solminihac

On retrouve Michao, Marguerite et le renardeau narrateur du Bateau de fortune. Après le premier jour de l’été, voici donc le dernier jour des vacances, à la montagne cette fois, le moment où on range et ferme la maison, où l’on entasse les bagages dans le coffre qui ne ferme pas, où l’on ressent déjà la nostalgie du retour. Mais les enfants sont dans le présent : Marguerite et le renardeau jouent avec insouciance, profitant pleinement des derniers instants et partent avec Michao cueillir un plein bol de mûres. C’est tout de suite une aventure, irriguée de sensations. Et à l’heure du départ, tandis qu’une cloche résonne au loin, ces mûres emportées auront la douce saveur des souvenirs de vacances.

Chronique : Un vrai coup de cœur, un album juste, beau, poétique. N’ayant lu la première partie qu’est Bateau de fortune on ne peut le comparer avec la première aventure. Nous nous retrouvons face à une montagne pleine d’enchantement où le dessin de Stéphane Poulin est tout en poésie et finesse. Chaque planche est comme un tableau et assez étrangement on dirait que c’est Olivier de Solminihac qui offre des mots à ce récit écrit tout en finesse pour nous plonger dans une musicalité rare pour la jeunesse. On se retrouve transporter à la lecture de cette cueillette les sons, les saveurs de la montagneDu grand art dans l’écriture et dans le dessin.

Note : 10/10

 

  • Album: 32 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : SARBACANE (1 février 2017)
  • Collection : ALBUMS (HORS CO

51D9+URJkbL._SX374_BO1,204,203,200_.jpeg