Simon et Louise (3 mai 2017) de Max de De Radiguès

Simon a 14 ans, il est en vacances à Arcachon avec sa mère. Il découvre sur Facebook que sa petite amie, Louise, a changé son statut de « en couple » à « célibataire ». C’est à cause du père de Louise : il trouve qu’elle est trop jeune pour être amoureuse. Simon ne peut pas l’accepter et décide de fuguer en stop pour rejoindre Louise, sa Louise, à Montpellier où elle est en vacances. Le voyage ne sera pas aussi simple que Simon l’avait imaginé…

Chronique : Premier épisode : Simon apprend sur facebook que sa copine Louise est fraîchement célibataire, autrement dit qu’elle vient de le jeter froidement. Mais pourquoi ? lui demande l’adolescent éploré par téléphone. Réponse tiédasse : son père la trouve trop jeune pour être amoureuse..
Changement d’angle le second épisode. Focus sur Louise, la lâcheuse lâche. Ce message sur FB est en fait une blague douteuse de sa cousine Manon. Jalouse, la cousine ? Bien contente en tout cas d’être accompagnée de Louise pour aborder les garçons sur la plage. Premiers flirts pour les deux filles, premiers tourments adolescents : je l’aime, ou pas ? bisous, un petit peu plus, ou pas ? Louise fait l’expérience désagréable de l’insistance mufle d’un garçon qui n’écoute pas ses réticences.
Une bande dessinée toute en nuance et intéressante à plus d’un titre. Elle décrit avec justesse les amours de vacances et la pression que peuvent exercer nos amis sur nos choix.

71LMZCTkfbL.jpeg

Le lecteur assiste aussi à la méchanceté dont peuvent faire preuve les adolescents face à un autre adolescent comme ici Arthur, un copain d’enfance de Luca et Quentin qui se fait quotidiennement chahuté par eux. D’autre part, l’auteur touche du bout des doigts les questions qui occupent l’esprit des adolescents : est ce que je l’aime ou je l’aime bien? Est ce que je suis homosexuel ou non? Est ce que je quitte mon copain pour les vacances ?
On peut entrevoir la question des valeurs dans les questionnements et les actions des personnages ce qui peut être très positif pour les jeunes lecteurs.

Note : 9,5/10

 

  • Album: 128 pages
  • Editeur : SARBACANE (3 mai 2017)
  • Collection : BD

51kj5Kz0d6L._SX368_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Mon drôle de cheval (1 février 2017) de Didier Lévy et Matthieu Roussel

En Mongolie, tout le monde a un cheval. Sauf le père du narrateur : lui a un taxi-bus pour touristes, sorte de combi-customisé avec clim et wifi. « Il faut vivre avec son temps ! proclame-t-il. Le cheval, c’est dépassé. » Mais le petit garçon rêve quand même d avoir un cheval à lui, un de ces superbes destriers sauvages qui galopent dans la steppe. Il décide de s’en fabriquer un …

Chronique: Didier Lévy nous offre un vrai conte qui se déroule en Mongolie sur le conflit entre tradition et modernité. C’est une histoire qui traite de liberté et d’amitié entre un enfant et son cheval. Les personnages en 3D peuvent être un frein pour les parents mais ne vous y tromper pas, les illustrations de Matthieu Roussel donnent de la profondeur à l’histoire et lui donne vie pour offrir à chacun un livre drôle avec des détails humoristiques. L’idée d’avoir rendu ses personnages en trois dimensions en fait des figurines qui attire l’enfant sur la modernité du récit et de cette relation père/Fils qui se forme au long de ce très beau livre. À lire et à relire avec grand plaisir pour s’évader dans des contrées mongoles.

Note : 9/10

 

  • Album: 40 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : SARBACANE (1 février 2017)
  • Collection : ALBUMS (HORS CO

51-bleR4e2L._SX481_BO1,204,203,200_.jpeg

 

 

Course épique (4 mai 2016) de Marie Dorléans

 

Sur le terrain, les jockeys se toisent, les chevaux piaffent et… PAN ! c’est parti ! L’humour débridé accompagne cette course folle et épique jusqu’à la grande chute finale.

Critique : Un grand album mené tambour battant avec des surprises et des gages tout au long de l’album qui est d’un format course : 35 x 19,5 cm qui nous entraine à travers une narration menée au cœur de la course où l’auteur qu’est Marie Dorléans rend par le dessin cet univers masculin très marrant pour les enfants qui sont entrainés avec les coups de théâtre, les gags et les rebondissements les plus fous à travers ses personnages qui ne chevauche pas que des chevaux comme l’âne et le jouet à bascule et plein d’autres bons moments de lecture où on se demande comment elle va finir et qui nous fait rigoler. Le livre fini on en redemande et on repart dans la course

Note : 10/10

  • Editeur : Editions Sarbacane (4 mai 2016)
  • Collection : ALBUMS (HORS CO

 

41jdq+R3u1L._SY280_BO1,204,203,200_