Que valent les premières séries TV d’Apple?

Ce n’est pas tous les jours que sort un produit Apple pas cher. Depuis vendredi, le géant de l’informatique a ouvert son service de vidéo en ligne, gratuit une semaine, puis seulement 6 francs par mois. Si l’on souscrit pour une année, on a une petite ristourne, le total est alors de 60 francs. Il faut changer le choix dans les réglages. Afin de jouer sur sa force de frappe dans les appareils, Apple offre une année d’Apple TV + lors de tout achat d’un téléphone ou une tablette.

Sur une Apple TV, l’apparition des fictions TV maison se révèle discrète: celles-ci sont noyées dans l’ensemble, et il faut même farfouiller un peu pour atteindre le bouton d’abonnement. Trois épisodes sont proposés par série, le reste viendra en diffusion hebdomadaire. L’outil se révèle assez fruste: on ne peut éviter ni génériques ni récapitulations.

Désormais, la firme à la pomme entre dans le cercle, qui s’agrandit, des robinets à images produisant du contenu, secteur pour l’heure dominé par Netflix. Que dire de ses premières propositions?

«The Morning Show»: on peut être déçu en bien

La tête de gondole est sans conteste la série coproduite et interprétée par Jennifer Aniston et Reese Witherspoon. Alex (l’ex-Friends, excellente) anime le Morning Show, institution télévisuelle depuis quinze ans, avec son collègue Mitch. Un matin alors qu’elle arrive au studio, elle apprend que celui-ci a été licencié pour harcèlement sexuel. Alex va devoir composer avec une direction de chaîne qui veut aussi la pousser dehors, et une jeune et remuante journaliste que la même direction pousse sous les projecteurs. Le feuilleton a été démoli aux Etats-Unis, on peut se montrer plus nuancé. La bonne idée réside dans le choix d’une narration en continu, chaque journée qui suit le licenciement de l’accusé. Cette temporalité donne une certaine densité au récit. Mais The Morning Show souffre du fait qu’elle risque de ne pas être une grande série sur le monde de la TV, pas plus que sur la question du harcèlement et de l’ère #MeToo.

«For All Mankind»: l’intrigante uchronie de Ronald R. Moore

La plus originale. Ronald R. Moore, qui avait piloté la saisissante Battlestar Galactica des années 2000, se pose la question: que se serait-il passé si les Russes avaient mis les premiers le pied sur la Lune, en 1969? Par ce postulat original, l’auteur développe une uchronie subtile, car sans grands retournements historiques. L’enjeu est d’abord de rattraper le regard, puis de reprendre la main dans la bataille spatiale. Le feuilleton constitue aussi une chronique des vies des astronautes et autres ingénieurs de la NASA, avec femmes et enfants, dans ces années 1960-1970. Agréable saga, mais à ce stade, on se demande toujours ce que Ronald R. Moore veut vraiment raconter.

«Dickinson»: Nouvelle-Angleterre puritaine et rap

L’essai paraît bancal, il énerve même parfois, mais il y a au moins une proposition. La scénariste Alena Smith esquisse une biographie de la poétesse Emily Dickinson lorsqu’elle a 18 ans et s’oppose toujours plus fortement à son milieu. La jeune femme vive et créative est dépeinte comme féministe avant l’heure, toujours en avance sur son époque. Cette ligne donne un caractère assez intempestif au propos. Le choix de séquences accélérées avec rock et rap d’aujourd’hui renforce le caractère plutôt agaçant de l’ensemble.

«See»: rhaaa, worf, plouf

Elle était fort attendue, c’est la pire de l’offre. Dans un futur assez lointain, à la suite d’un virus, il ne reste que 2 millions d’humains vivant dans les bois, et, surtout, devenus aveugles. Le curieux suit les batailles et déplacements d’une tribu poursuivie par l’armée d’une reine qui se masturbe en priant et qui entretient des torches dans son bastion, alors que tout le monde est non-voyant. Ça grogne, ça beugle et ça brame sans fin dans ce post-apocalyptique ennuyeux animé par de ridicules singeries. La seule intrigue qu’inspire cette ânerie consiste à comprendre ce que Steven Knight, le créateur de la singulière Peaky Blinders, compte faire dans ces marécages.

L’offre des débuts comprend également un documentaire animalier et quelques programmes pour enfants, dont un sympathique Snoopy dans l’espace, ou quand le petit chien fait tout pour devenir astronaute. En somme, pour aller chez Ronald D. Moore, le monde d’Apple est petit.

Au fond, même si elles n’ont aucun rapport entre elles, les premières fictions d’Apple ont un point commun clair: elles semblent écrites en roue libre, sans forte tension ni arcs structurés. Il leur manque, en fait, un caractère, de vraies personnalités d’auteurs.

Chronique de Nicolas Dufour

Rick & Morty / Saison 4 – Épisode 1 sur Adult Swim

Le retour de la série après une interruption de deux ans renforce certains de ses plus grands succès, prouvant que « Rick and Morty » valait la peine d’attendre.

Rick et Morty Saison 4 Premier Edge de Tomorty

Dans quelques années, lorsque quelqu’un rattrapera « Rick et Morty » au cours d’un après-midi de frénésie la première de la saison 4 constituera un arrêt curieux. Tout comme la première de la saison 3 furtive, abandonnée le jour du poisson d’avril 2017 dans un cas extrême d’ engagement , il est difficile de séparer cet épisode du contexte dans lequel il se produit.

Le dernier épisode « Rick and Morty » est arrivé il y a 25 mois et il est facile de voir ce retour dans les airs à la fois comme un signe de tête pour les fans de la part de fans de l’année passée et comme une sorte de réinitialisation provoquée par ce temps perdu. Cette idée, main dans la main, vient tout en haut de «Edge of Tomorty: Rick Die Repeat», comme Rick proclame qu’il va récolter les cristaux de la mort auprès de Forbojolon Prime, et Beth insiste pour que Morty ait son mot à dire quant à savoir s’il aurait dû ou non à suivre.

près que Morty ait donné un accord enthousiaste, la paire a atteint son objectif déclaré assez rapidement. En plus de la poignée de braconniers expédiés avec une série de tirs au laser brutalement efficaces, Morty rentre chez lui avec l’un des cristaux lui montrant une vision de sa mort pacifique avec sa longue bien-aimée Jessica à ses côtés. Déterminé à faire de cette version des événements une réalité, Morty enchérit chaque action pour suivre les visions kaléidoscopiques du cristal.

Sa première erreur envoie Rick à travers le pare-brise de son navire, l’empalant sur une stalagmite extraterrestre. «Rick et Morty» semble se surpasser en surpassant son propre grotesque, mais il y a une couche nouvelle dans la façon dont Morty traite de manière réaliste la vue du cadavre mutilé de Rick tout en écoutant les instructions de Hologram, Rick, sur la façon d’utiliser l’ADN pour le ramener vivre. Certes, Morty est entraînée par un désespoir désespéré, mais la série laisse encore une place pour démontrer à quel point le pauvre type est devenu insensible.

Tandis que Morty ignore ses protestations face à cette réalité, le subconscient de Rick tente de le ramener à la forme physique, le réanimant dans des cuves clones situées dans d’autres dimensions. Un petit problème: toutes ces réalités alternatives sont coincées dans les griffes du fascisme, qu’il s’agisse de variétés humaines, de crevettes ou d’ours en peluche. Pendant ce temps, Morty continue d’intensifier ses efforts pour assurer un avenir rempli de Jessica, finissant par utiliser les inventions de Rick pour devenir une super-entité guidée par des cristaux prête à détruire tout ce qui est vivant sur son passage.

« Rick et Morty » n’a jamais manqué de magie visuelle. Le design de Pickle Rick, chargé de logistique, ou la création d’un lieu comme Froopyland dans le monde coloré par Skittles ne se réalisent pas sans une attention méticuleuse aux détails qui inonde tant de cadres de la série. «Edge of Tomorty» est un rappel utile, car la série peut toujours livrer une histoire fascinante, même en sourdine. Hologram Rick marchant avec désinvolture devant le cockpit d’un navire en mouvement, la caverne de subsistance fluide de Morty et le tableau vraiment horrible à la fin de la bataille finale de l’épisode enflamment l’idée que des possibilités infinies ont souvent un prix, même si Rick et Morty obtiennent s’éloigner de l’épave relativement intact.

Rick et Morty Saison 4 Premier Edge de Tomorty

Et il est toujours satisfaisant d’entendre les performances du spectacle s’aligner sur cette idée. La saison 3 a eu une poignée d’épisodes qui se sont vraiment mués en morceaux énormes de gags autoréférentiels qui ont distrait (et d’une certaine manière ont nui) aux démarches entreprises ailleurs pour faire de cette expérience une série complète. «Edge of Tomorty» maintient l’impulsion devant lui en évitant de se cogner dans le dos pendant des moments comme l’approche dangereusement calme de Rick pour échapper aux braconniers («Une mort certaine, une mort certaine…»), les introductions des différents Ricks («Guêpe Morty a été sur des babillards de messages fous »), ou le frisson parfait que Chris Parnell met dans la prononciation de Jerry du mot« anime ».

L’équipe de la série, composée notamment de la réalisatrice d’épisodes Erica Hayes et de l’écrivain Mike McMahan, a clairement voulu revenir en arrière dans cette saison avec d’autres idées familières. «Les humains se retrouvent coupés en cubes» fait son retour, et cet épisode reprend l’idée de « Keep Summer Safe » ( Gardez l’été en sécurité ) et donne aux personnes restantes leur propre jeu de jambes. M. Goldenfold est encore une fois la victime cruelle des circonstances, cette fois le repas hurlant d’une famille de Wasp Smith. (Brandon Johnson n’obtient pas assez de crédit pour la part qu’il a prise dans ces camées. «Run, my babies!» Doit être l’une des lectures de ligne les plus étrangement tragiques des 32 épisodes de la série à ce jour.)

Ce n’est certainement pas la première fois qu’une décision de Morty a rapidement fait boule de neige dans une série d’événements qui condamneront la planète, et ce n’est certainement pas la première fois que «Rick et Morty» soutiennent que les nazis sont mauvais. Le fait que ces éléments ne se sentent pas comme des plaques de rechapage complètes est un accomplissement, et cela est principalement dû à la manière dont il introduit la suggestion de trucs bien plus horribles au-delà du cadre. (Où sont ces pieds cubes en cours d’exécution? Y a-t-il une larve, Mme Goldenfold, qui était au menu la nuit précédente?)

La première de la saison 4 ajoute une autre couche de compréhension au-delà de la vision clinquante. Les obstacles à la manière de Rick et Morty sont les intimidateurs, les autoritaristes et les attentes paralysantes de devoir mener une histoire jusqu’à son terme. Il est difficile de ne pas y voir une réponse directe à tout ce qui est projeté dans l’émission depuis son ascension fulgurante au sein de la culture. Avant la pause de la série, la composante vocale de la base de fans était devenue un fléau pour la réputation de la série, faisant des demandes et des lectures délibérées de la série avec une fréquence dominante.

Ainsi, la façon dont ces éléments familiers de la série – les Meeseeks, les cuves clonées, voire Gearhead – sont remixés dans «Edge of Tomorty» donne l’impression de ressembler, comme Morty, à une série affirmant qu’elle a son mot à dire là où elle se trouve. aller et combien de temps il faut pour y arriver. Rick and Morty est tellement basé sur l’orgueil de Rick qu’il est toujours plus intéressant de voir comment un jeune Morty, non oculaire, peut toujours trouver des moyens de suivre le rythme.

Note : 9,5/10

rick and morty saison 4

Test DVD : The Deuce (14 février 2018) avec James Franco, Maggie Gyllenhaal

L’essor de l’industrie pornographique du début des années 70 au milieu des années 80. Dans les magasins spécialisés, un autre cinéma se vend sous le manteau. Des films pornographiques un peu cheap, tournés à la chaîne, avec de minuscules moyens. Mais bientôt, tout cela va changer… Aux premières loges de cette révolution culturelle, deux frères jumeaux propriétaires de bars servant de couverture aux mafieux du coin, Vincent et Frankie Martino et Candy, prostituée en quête de liberté, visionnaire courageuse à l’écoute des évolutions de son époque.

Chronique : Dans un New York des seventies magnifiquement reconstitué, The Deuce est la nouvelle merveille des auteurs de « The Wire ». (Simon et Pellecanos). Entre violence et drames, The Deuce narre la vie des habitants d’un quartier de New York. Mais pas n’importe quel quartier Cette première saison nous plonge dans l’univers de la 42ème rue (the deuce), ses maquereaux, ses prostituées, ses sex shops, ses peepshow, sous fond de début du cinéma porno. James Franco, en tenancier de bar qui s’acoquine avec des affranchis tout en essayant de canaliser son frère jumeau dingo, livre une prestation de très haute volée. Il passe aussi de l’autre côté de la caméra, et c’est très bien. Le fil directeur est parfois un peu lâche, certaines scènes sont parfois sordides, mais la qualité des personnages et de l’écriture en général, l’excellente réalisation, l’humour salvateur et le talent de tous les acteurs font pencher la balance vers le chef d’oeuvre.

Note : 9,5/10

61npO7HGLNL._SX522_.jpg

TEST DVD :

Vidéo: La première saison complète est livré avec un excellent transfert et est présenté en format 1,78: 1. Ce spectacle est impressionnant d’être une série grincheuse qui se déroule dans la Big Apple des années 1970. HBO livre toujours de superbes présentations vidéo et celle-ci n’est pas différente avec des détails exceptionnels et des couleurs vives qui mettent en valeur l’époque. Les couleurs dans les armoires sauvages sont vives et audacieuses, en particulier sur les différents manteaux et costumes de proxénète. Les vêtements révélateurs des prostituées parviennent également à se démarquer. Les enseignes au néon à Times Square illuminent toujours l’écran tout comme les intérieurs des bars et des cinémas crasseux. Dans certaines scènes extérieures, un léger filtre bleu est appliqué alors que dans certains des endroits intérieurs bien éclairés, un filtre ambre clair diffuse le contraste de la chaleur et du froid de la société dans les années 70. Cela fonctionne bien ici et accentue chaque couleur primaire sur chaque acteur. Les niveaux de noir sont constamment profonds et d’encre et les tons de peau sont tous naturels ici. Les détails sont vifs et vifs, ce qui révèle des poils faciaux individuels dans les barbes et même des cicatrices, des rides et des blessures bien sur tout le monde. D’autres pores du visage, des taupes et des vergetures peuvent être facilement observés ainsi que le corps de tout le monde est exposé à un moment donné. Les plans plus larges du Times Square, recréé dans les années 70, sont remarquables avec des détails dans les bâtiments à l’aspect trash, ainsi que des coutures individuelles dans les vêtements en dentelle et les manteaux de fourrure. Il n’y a également aucun problème avec les bandes, les alias ou le bruit vidéo, laissant cette présentation vidéo filmique, mais propre.

Audio: Cette version est livrée avec un fantastique mélange DTS  sans perte et capture parfaitement la période avec la musique iconique des années 70. La liste des chansons et le score sont la clé de tous les éléments de la série qui, heureusement, se révèle aussi robuste et complet dans chaque transition et grande scène. Ça ne surpasse jamais non plus. Les effets sonores sont également musclés dans la vie de la grande ville lorsque les véhicules circulent avec leurs vieux moteurs cliquetis, qui font un peu de bruit au son. Les coups de feu sont forts, tout comme les coups de poing et les coups de pied que les prostituées endurent. Tout semble réaliste. Les basses grondent lorsque la bande sonore rugit et les bruits ambiants des bars bondés, des immeubles d’appartements et des promenades dans les rues sonnent tous excellents avec une directionnalité incroyable. Vous pouvez sentir l’immersion pendant les scènes bondées, ce qui est agréable. Le dialogue est clair et facile à suivre avec et est libre de tous les pops, fissures, sifflements, et des aigus.

Bonus :

Commentaires audio – Il y a deux pistes de commentaire ici. Une piste est sur Ep. 1 et l’autre est sur Ep. 8, mettant en vedette David Simon, James Franco, Maggie Gyllenhaal, et divers autres membres d’équipage. Les morceaux consistent en des discussions sur comment donner vie aux années 1970 en construisant réellement les décors, leurs recherches sur l’industrie du sexe, les histoires vraies sur lesquelles ces personnages sont basés, et plus encore.

Dans les épisodes (HD, 15 minutes) – Chaque disque contient une petite pièce promo de type EPK sur chaque épisode où les acteurs et l’équipe parlent de faire l’épisode spécifique. 

Le New York des années 1970 (HD, 12 mins.) – Ici, nous avons les acteurs et l’équipe qui parlent de New York dans les années 1970 et comment ils ont recréé ces jours et ces lieux. Des images d’époque sont également montrées tout au long de la période.

Le Point sur The Deuce (HD, 8 Mins.) – Voici d’autres interviews avec les acteurs et l’équipe qui discutent de la période, de la culture à l’époque, et plus encore.

 

  • Acteurs : James Franco, Maggie Gyllenhaal, Gbenga Akinnagbe, Chris Bauer, Gary Carr
  • Format : PAL
  • Audio : Anglais (Dolby Digital 5.1)
  • Sous-titres : Français
  • Région : Région 2
  • Nombre de disques : 3
  • Studio : HBO
  • Date de sortie du DVD : 14 février 2018

710ABlP04OL._SY445_

 

Test DVD : Riverdale Saison 1 (23 Aout 2017) avec K.J. Apa, Lili Reinhart

Sous ses airs de petite ville tranquille, Riverdale cache en réalité de sombres secrets. Alors qu’une nouvelle année scolaire débute, le jeune Archie Andrews et ses amis Betty, Jughead, et Kevin voient leur quotidien bouleversé par la mort mystérieuse de Jason Blossom, un de leurs camarades de lycée. Alors que les secrets des uns et des autres menacent de remonter à la surface, et que la belle Veronica, fraîchement débarquée de New York, fait une arrivée remarquée en ville, plus rien ne sera jamais comme avant à Riverdale…

Chronique série : Riverdale est une très bonne série, à partir du moment où vous ne la comparez pas avec le Comics. L’intrigue  simple c’est évident mais très intéressante, car tout au long de la série, tous les éléments et événements se forment à partir de cette intrigue; on ne demande non plus une intrigue trop compliquée qui serait de toute façon plus ennuyeuse qu’autre chose car il faudrait pouvoir suivre. C’est une série Drama adolescente classique, rien de plus, rien de moins et on ne s’ennuie que rarement, car les éléments s’enchaînent et ont du sens donc on suit l’histoire sans grands efforts mais tout en gardant l’œil attiré vers l’écran. Riverdale est une série très complète qui joue surtout avec nos nerfs parce que malgré le fait que l’on pense qu’elle est prévisible elle arrive toujours à nous surprendre. Agrémentée de musiques entraînantes et les rebondissements sont très nombreux et parfois tellement inattendu que l’on se retrouve totalement halluciné et au final grâce à son casting efficace, son scénario bien ficelé et surtout bien orchestré et une photo magnifique ! Il y à un côté rétro des personnages et de la ville mais également les couleurs rendues qui sont absolument magnifiques. En effet, la lumière mais aussi les couleurs sont très bien mises en avant et sont importantes pour appuyer justement certains passages.  De très bons épisodes avec une fin qui nous laisse un certain suspens quant à l’avenir de l’un des personnages.

Note : 8,5/10

422535.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Test DVD :

Image : L’image  est agréable, bien définie dans l’ensemble, avec des couleurs naturelles, soigneusement étalonnées. Une légère brume apparaît dans certains contrejours : voulu ou non, cet artifice s’accorde à l’ambiance mystérieuse de la série.

Son : Le son Dolby Digital 5.1 de la version originale, avec une bonne dynamique et une large bande passante, ne sollicite que discrètement les voies surround pour l’ambiance, mais donne une bonne présence à la musique qui occupe une place non négligeable dans la série, tout en restituant clairement les dialogues.

 

Bonus : En supplément, des scènes coupées (16’), puis Retour à la normale (8’) où le créateur Roberto Aguirre-Scasa se souvient de son attirance, dans les années 70 et 80, pour la collection de bandes dessinées Archie Comics et leurs personnages, les lycéens de Riverdale. C’est sur une suggestion de Greg Berlanti que l’adaptation fut délibérément rendue plus sombre que la source qui l’a inspirée pour donner à la série une ambiance de film noir. Deux clips vidéo, extraits de la série, I Got You (1’) et Every Moment I Remember (2’), deux chansons interprétées par Archie, accompagné par le trio Josie and the Pussycats et un bêtisier (5’).

Riverdale au Comic-Con 2016 (8’) rassemble, face aux fans de la série, Roberto Aguirre-Scasa, le PDG d’Archie Comics, Jon Goldwater, la productrice Sarah Schechter et les acteur K.J. Apa, Camila Mendes, Lili Reinhart, Luke Perry, Madelaine Petsch, Cole Sprouse et Ashleigh Murray. Roberto Aguirre-Scasa rappelle que son premier pas fut de chercher l’appui de Greg Berlanti avec l’intention de faire de Riverdale une sorte de Twin Peaks pour adolescents. Le casting s’est étalé sur six mois.

Riverdale, le péché ultime (9’) : le créateur Roberto Aguirre-Scasa et le scénariste Michel Grassi exposent le thème, celui du passage à l’âge adulte. Mais c’est la découverte, dès le pilote, du meurtre d’un lycéen qui va différencier la série des nombreuses autres impliquant des adolescents. Si le meurtrier est découvert à l’épisode 12, l’épisode 13 permet d’exposer les répercussions de cette découverte sur les personnages qui serviront de matériau pour le démarrage de la saison 2.

 

  • Acteurs : K.J. Apa, Lili Reinhart, Camila Mendes, Cole Sprouse, Marisol Nichols
  • Réalisateurs : Lee Toland Krieger, Mark Piznarski, Jesse Warn, Steven A. Adelson, Allison Anders
  • Format : PAL
  • Audio : Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 2.0), Castillan (Dolby Digital 2.0)
  • Sous-titres : Castillan, Danois, Néerlandais, Norvégien, Suédois, Français, Finnois
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Région 2
  • Rapport de forme : 1.78:1
  • Nombre de disques : 3
  • Studio : Warner Bros.
  • Date de sortie du DVD : 23 août 2017
  • Durée : 520 minutes

91YHrwTyqfL._SY500_

 

Test DVD : Les 100 Saison 3 ( 7 Juin 2017) avec Eliza Taylor, Paige Turco

Dans la saison trois, les survivants retrouvent une planète visiblement en paix. Mais cet état de grâce est de courte durée : leurs existences sont sur le point de basculer pour toujours. Préparez-vous pour 16 aventures épiques où d’anciennes et nouvelles menaces mettent à l’épreuve la fi délité des survivants, repoussent leurs limites et les obligent à remettre en question le véritable sens de l’humanité.

Chronique série : Comme la saison précédente, The 100 saison 3 se construit en deux intrigues parallèles, la première partie voit monter en puissance Pike en prenant la direction d’Arkadia dans le but de vaincre les natifs de la Terre. De son côté, Clarke essaye de dissuader Lexa d’entrer en guerre, pendant que Jaha et A.L.I.E. réfléchissent au meilleur moyen de recruter tout le monde dans la cité de la lumière, devenant l’ultime menace à combattre à la fin de la saison.
Une fois encore, nous sommes entrainés dans une histoire plus adulte où les enfants agissent en prenant leurs propres décisions. La saison 3 confirme cette maturité à travers des storylines bien plus sombres où nos héros font face à des épreuves encore plus difficiles. La guerre et les tensions entre le peuple du Ciel et les natifs de la Terre n’ont jamais été autant au cœur de l’intrigue. De plus, les scénaristes ont pris le risque d’éliminer des personnages principaux, aimés du public, entrainant la mort de deux d’entre eux. Nous regrettons la polémique autour de la mort de Lexa qui entache cette saison exceptionnelle. En effet, il peut sembler cruel d’avoir tué ce personnage au moment où Clarke et Lexa arrivent enfin à s’avouer leur amour, après s’être apprivoisées pendant quelques épisodes. Cependant, malgré la colère des fans et en particulier celle de la communauté LGBT plus ou moins justifiée, le décès de l’ancienne commandante aurait pu être néfaste à la qualité des histoires, notamment pour le personnage de Clarke.Le scénario est assez bien ficelé dans son ensemble. Nous semblons dépaysés lors des deux premiers épisodes puisque nous découvrons de nouveaux peuples sans connaître réellement les connexions avec celui de Lexa. Toutefois, on arrive à voir où les scénaristes veulent en venir par la suite, en réussissant à créer différentes intrigues complexes, mais fluides dans la compréhension de l’histoire globale.
Ainsi, cette troisième saison se renforce dans sa dramaturgie, dans sa mythologie en rejoignant les croyances des natifs à la science d’A.L.I.E. connectée au peuple du Ciel, à l’origine de la destruction du monde 100 ans plus tôt. Par conséquent, il est assez ingénieux de voir que toutes ces intrigues que l’on suit sont liées les unes aux autres.

The-100-saison-3-episode-12

Test DVD:

Image : La Warner Archive Collection a réparti les seize épisodes uniformément sur quatre disques Blu-ray encodés AVC de 1080p avec des détails supérieurs, des couleurs vives, un fort contraste et une absence de bruit, des bandes Ou d’autres artefacts. Des portions substantielles de la Troisième saison se jouent dans des intérieurs sombres, non seulement dans la capitale Grounder de Polis, mais aussi dans les structures nouvellement érigées d’Arkadia. Alors que le manque d’illumination dans de telles scènes peut provoquer des plaintes erronées d’écrasement, un examen minutieux révèle que l’absence de détail dans certaines parties du cadre est intentionnelle. L’éclairage révèle les éléments essentiels du design visuel d’une scène, en utilisant la noirceur et l’ombre à la fois pour diriger l’oeil et pour créer de l’atmosphère. Les séquences extérieures dans les forêts et les champs comportent de la lumière et des tons riches en terre. Et, bien sûr, les scènes de la City of Light sont aussi brillantes que ce que le nom l’indique.  Du super travail.

Son : Le mixage audio 5.1 , encodé dans le DTS-HD  sans perte, continue de profiter pleinement de la matrice surround, ce qui place l’environnement et les effets spécifiques dans les canaux arrière pour une immersion complète dans le mélange distinctif des 100 du futuriste et Le féodal. La saison trois ne contient pas de scènes de combat comparables à celles de la saison précédente, mais elle présente plusieurs nouveaux lieux avec des signatures distinctives qui ne peuvent être décrites sans spoilers. Comme dans la saison précédente, un retour à la station spatiale dans un flashback prolongé rappelle le son omniprésent de la saison un du voyage spatial. La gamme dynamique est large, l’extension des graves est profonde et le dialogue est clairement rendu.

Bonus : Premier bonus du coffret, il s’agit d’une vidéo des acteurs réalisée lors du Comic-Con 2015 un bonus très sympathique dans lequel Jason Rothenberg, le créateur de la série, Matthew Miller, producteur exécutif et des acteurs ( Eliza Taylor, Thomas McDonell, Marie Avgeropoulos,Henry Ian Cusick,Isaiah Washington ) nous parlent de la série, de sa création, ses ambitions, les inspirations et les différents rôles des personnages. sinon ce ont des modules d’interviews des acteurs, des producteurs et techniciens des effets spéciaux sur l’univers de la série. Des making-of très intéressant pour voir l’envers du décor.

Arkadia : de la destruction au salut
La Nation des Glaces : violente et féroce
Wanheda : le voyage de Clarke
Polis – La capitale
Aperçu des cascades
Une victoire de courte durée : à la découverte de l’épisode final de la saison 3
Bêtisier
Scènes coupées
Les 100 : panel du Comic-Con 2015

 

  • Acteurs : Eliza Taylor, Paige Turco, Bob Morley, Devon Bostick, Christopher Larkin
  • Réalisateurs : Dean White, Mairzee Almas, Antonio Negret, Ed Fraiman, Tim Scanlan
  • Format : PAL
  • Audio : Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 2.0), Castillan (Dolby Digital 2.0)
  • Sous-titres : Français, Suédois, Finnois, Danois, Norvégien, Néerlandais, Castillan
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Région 2
  • Rapport de forme : 1.78:1
  • Nombre de disques : 4
  • Studio : Warner Bros.
  • Date de sortie du DVD : 7 juin 2017
  • Durée : 640 minutes

71IqFxviYlL._SL1000_

 

Test Blu-ray : Divorce (31 mai 2017) avec Sarah Jessica Parker, Thomas Haden Church

Frances, une mère de famille new-yorkaise dans la force de l’âge, décide de « recommencer » sa vie avec l’aide de ses amies Dallas et Diane, et songe même au divorce. Mais son mari ne l’entend pas de cette façon.

Chronique : Une nouvelle série HBO est toujours un petit événement mais quand celle-ci est emmenée par Sarah Jessica Parker le petit événement devient grand. Pour signer son retour sur le petit écran, la star de Sex and City a choisi une show assez loin de celui qui l’a révélé il y a quelques années. Fini le glamour et les paillettes new yorkaises et bienvenu la mère de famille travailleuse, débordée et prisonnière d’un mariage dans lequel elle n’est pas heureuse. Divorce raconte le parcours d’un couple qui après de nombreuses années de mariage et deux enfants décident de se séparer. Un choix que font des millions de couples mais qui est pour la première fois le centre d’une émissions télé. Divorce n’est pas une comédie et s’approche plutôt du drame. Très différent de ce que nous propose les autres séries de la chaîne, Divorce est un ovni qui va diviser. Une excellente série américaine sur le divorce.  Beaucoup d’humour noir et grinçant à nous faire mourir comme dans le film la Guerre des Roses.

61OlEHL6r8L._SL1000_

Test Blu-Ray :

Image : Pour une série le master intermédiaire augure obligatoirement d’un excellent résultat en terme d’image pour cette édition. Une image splendide piquée, très équilibrée en colorimétrie et fourmillant de détails .

Son : Les effets sonores du film envahissent les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique avec les dialogues que ce soit en vo et en vf donnent  du volume et  ne se laissent pas déborder par des effets sonores .

Bonus : Côté Bonus, les commentaires audio de l’actrice Sarah Jessica Parker, Paul Simms (prod. exec.), Tom Sharpling et Adam Resnick sont très bon et vous feront redécouvrir la série.

 

  • Acteurs : Sarah Jessica Parker, Thomas Haden Church
  • Audio : Allemand (Dolby Digital 5.1), Anglais (DTS-HD 5.1), Français (Dolby Digital 2.0), Castillan (Dolby Digital 2.0)
  • Sous-titres : Castillan, Allemand, Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Toutes les régions
  • Nombre de disques : 2
  • Studio : Warner Bros.
  • Date de sortie du DVD : 31 mai 2017
  • Durée : 250 minutes

61xcFXf1jZL._SL1000_