Anna Z42: Margaux-grenouille a disparu (27 avril 2017) de Gerlach,Aurélie et Pauwels,Jess

Depuis que ses parents sont séparés, Anna Z42 partage son temps entre la planète Terre, où habite son papa, et Aquatix, où vit sa maman. Elle y va en voiture-bulle et y retrouve sa grande amie, Margaux-Grenouille. Le jour où Anna décide d’emmener le batracien sur Terre pour faire un exposé avec son copain Karim, les vrais ennuis commencent…

Chronique : Premier  livre des aventures d’Anna Z42, qui nous emmène sur les traces d’une enfant d’un humain et d’une extraterrestre et qui partage sa vie entre la terre et Aquatix. On retrouve dans cette très bonne série de Science fiction pour enfant  des personnages attachants, ayant chacun son caractère, ses qualités et ses défauts comme Karim et la grenouille Margaux; le lecteur est happé vers ces aventures rythmées et très bien illustrées par Jess Pauwels qui nous offre des images proche d’une BD muette . Le suspense mis en place par Aurélie Gerlach est bien distillé pour qu’on accroche et qu’on veuille lire la suite et sais abordé les thèmes comme la navigation entre deux univers ce qui parlent au enfants où les parents sont séparer et la force du récit est aussi son humour. Un deuxième tome arrive à l’automne 2017 et on à hâte de le découvrir.

Note : 9/10

  • Poche: 64 pages
  • Tranche d’âges: 8 – 11 années
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (27 avril 2017)
  • Collection : ROMAN CADET

51cPeMmrxpL._SX353_BO1,204,203,200_

Joyeux Anniversaire Maman ! (23 mars 2017) de Satoe Tone

Cinq frères poussins partent à la recherche d’un cadeau pour leur maman. Un spécial, un unique, … Oui mais lequel ?

Chronique : Un vrai coup de cœur pour ce si joli livre. Satoe Tone nous offre une merveille histoire d’humour, de tendresse et de sensibilité. Sur le thème du choix du cadeau d’anniversaire, l’auteur le rend comique d’un point de vue de petits poussins. Ce qui rend le livre pour les enfants encore plus rigolos vus qu’ils vont s’identifier et s’y reconnaître. Tant l’écriture est rapide et on lit les pages comme un petit suspens de savoir ce qui se déroule la page suivante et le dessin est simple mais d’une beauté dans sa simplicité et son trait proche de petits tableaux avec ce qui faut de couleur. Un petit livre remplit de tendresse. À lire et relire.

Note : 10/10

unnamed

  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Balivernes Editions (23 mars 2017)
  • Collection : Petites Sornettes

51zEf7YpYML._SY373_BO1,204,203,200_.jpg

Saint-Pétersbourg & Rome / Escapades littéraires (23 mars 2017)

Pour approcher, visiter, comprendre une ville, qu’y a-t-il de mieux que de découvrir ce que les grands auteurs ont pu en dire ? Laissez-vous surprendre par les textes consacrés aux plus belles cités du monde, puisés dans les récits de voyage, correspondances et autres carnets de route des écrivains-voyageurs.

  • Voltaire, Diderot, Dumas, Zola, Casanova, Mérimée… Saint- Pétersbourg a fait couler beaucoup d’encre. Et, des grands de ce monde aux modestes voyageurs, l’avis est unanime : la ville étonne. Ces palais époustoufl ants sont-ils faits de bois ou de marbre ? Survivront-ils aux années ? Si certains s’interrogent, d’autres préfèrent simplement admirer..
  • L’Italie a toujours charmé les gens de lettres, mais ce n’est qu’au XIXe siècle que le voyage d’écrivain a trouvé sa véritable expression, offrant aux lecteurs de divines pages de promenades littéraires. Stendhal, Chateaubriand, Zola… Tous ont puisé leur inspiration dans les ruines, jardins et ruelles de Rome, l’ont décrite pour mieux faire éclater leurs souvenirs, leurs rêveries, leurs méditations…

Chronique : Très belle idée de la part de Robert Laffont de cette escapade littéraire; ici en Russie et en Italie accompagné d’auteurs classiques. Vous allez vivre un voyage avec les grand auteurs afin de visiter avec eux ses villes que sont St Petersbourg et Rome avec des descriptions des monuments remarquables et des paysages; commentaires historiques ; études psychologiques et physiques au grès des rencontres ses auteurs nous narrent un voyage dans deux villes  romantique.Que de connaissances chez ses auteurs de l’époque! A lire avec gourmandise.

Note : 9/10

  • Poche: 128 pages
  • Editeur : Robert Laffont (23 mars 2017)
  • Collection : Pavillons poche

La Baleine et l’Escargote (9 février 2017) de Donaldson,Julia et Scheffler,Axel

L’escargote de mer rampait sur son rocher en contemplant les flots et les bateaux à quai. Et elle regardait et elle gémissait et elle soupirait :  » La mer est profonde et la terre est ronde… Oh ! j’aimerais tant découvrir le vaste monde !  » Voici la belle histoire de l’escargote qui voulait voir du pays et de son amie, la baleine gris-bleu, qui l’emmena faire un tour du monde sur sa queue.

Chronique :  Donaldson et Scheffler les deux créateurs du Gruffalo nous entraine dans une histoire irrésistible remplie d’aventure et d’amitié avec une véritable incitation à la découverte et au voyageComme les précédents livres du duo l’histoire est simple mais assez riche pour être exploitée pour les enfants. Le vocabulaire est répété, certaines phrases aussi, ce qui permet de jouer l’histoire ou de travailler certains sons. Le livre est coloré et agréable, un vrai bonheur.

Note : 9/10

  • Broché: 32 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (9 février 2017)
  • Collection : L’heure des histoires

51y6jInbmYL._SX354_BO1,204,203,200_.jpeg

Le pays du soleil rouge (8 février 2017) de Elizabeth Haran

Angleterre, 1941. Accusée d’avoir agressé le père d’un de ses élèves, Lara Penrose, une jeune enseignante, choisit pour éviter la prison de partir enseigner en Australie. Quand elle arrive à Shady Camp, bourgade reculée au nord de l’île continent, c’est le choc. D’abord, il n’y a pas d’école. Et puis la région est infestée de crocodiles. Mais Rick va régler le problème. Dès leur première rencontre, Lara est séduite par cet homme, éconduisant le Dr Jerry qui lui faisait jusque-là une cour assidue…
Des paysages exotiques et envoûtants, une héroïne qui doit lutter contre l’adversité pour trouver le bonheur et sa place dans la société… Sont ici réunis tous les ingrédients qui ont contribué au succès des sagas de Tamara McKinley, Sarah Lark ou Colleen McCullough.

Chronique : Un roman d’évasion qui ce lit comme un livre d’aventures mêlant à merveille romance, drame. Il y a beaucoup de choses : de l’émotion, de l’action, de l’humour, des valeurs, une vraie histoire ancrée dans la réalité… Et pour commencer l’écriture nous envoie dans la magie des paysages où le lecteur y est transporté avec une histoire très bien racontée. On ne sent pas les 500 pages et ça veut dire que ça marche. Et ça grâce à des personnages charismatiques qui vont vifs de vraies aventures : une femme qui veut fuir ses problèmes et va rencontrer Éric et le Dr Jerry… Même s’il y a quand même du classicisme avec l’histoire d’amour qui est très belle et convaincante. Mais il n’y a pas que ça, le livre est rempli de valeur et traite pas mal de sujet : la différence, l’amour, la jalousie, les traditions, la recherche d’identité… Elizabeth Haran sait écrire ses personnages qui transmettent des émotions on est dans une fresque une plus belle et captivante qu’on a hâte qu’un jour ce livre se retrouve sur le grand écran.

Note : 9,5/10

  • Broché: 500 pages
  • Editeur : Archipel (8 février 2017)
  • Collection : Grand roman

51gJqViMJWL._SX315_BO1,204,203,200_.jpg

La fille qui tomba sous Féérie…(8 novembre) 2016 de

Septembre rêve de repartir en Féérie. Car rien n’a changé depuis son retour : la guerre continue et son père combat toujours en Europe, sa mère doit travailler de longues journées à l’usine et surtout, personne n’est venu la chercher de toute l’année pour l’emmener en Féérie. Jusqu’à ce jour où, couchée dans un champ, une barque voguant sur les herbes la dépasse. Lancée à sa poursuite, elle trébuche sur un muret et tombe… en Féérie. Mais très vite, elle découvre que bien des choses ont changé : la magie de Féérie (du dessus) s’épuise alors que les habitants perdent leurs ombres désireuses de se retrouver à Féérie (d’en dessous). Et ce monde du dessous a une nouvelle reine : Halloween, qui n’est autre que l’ombre perdue de Septembre. Elle n’a pas du tout l’intention de laisser partir les ombres qui profitent de leur liberté et s’amusant dans les Festoiements donnés là en bas. Septembre retrouvera ses anciens amis (mais pas tout à fait eux non plus) et s’en fera de nouveaux dans ce monde étrange : Aubergine, le dodo de la nuit, la Vice-Reine du Café… Septembre se sent responsable de la situation et ne veut pas que Féérie disparaisse, mais les ombres veulent rester libres aussi…

Critique : Dans ce deuxième épisode, la jeune fille de 13 ans arrive à Féerie près d’un an après son retour au Nebraska et apprend qu’une chose de terrible s’est produite: les ombres de ses créatures ont disparu comme leur magie. « Les cœurs des adolescents sont crus et nouveaux, rapides et féroces, et ils ne connaissent pas leur propre force », affirme l’auteur du conte, qui est chanceux pour Féerie, comme Septembre décide d’essayer de rétablir l’ordre, vu que sa propre ombre, Halloween est en quelque sorte impliqué dans l’existence du déséquilibre. L’auteur utilise une recette semblable au tome 1 pour produire une histoire capricieuse et habilement complétée de descriptions fantastiques (p. 27), «cette saveur était encore meilleure: comme une citrouille mais une sorte de citrouille très douce et mélancolique qui Étaient devenus de bons amis avec des pommes vertes fraîches et des poires froides d’hiver; «C’était un sentiment étrange, comme soudainement prendre conscience de la gravité d’une manière sociale, assis à thé avec elle et l’apprentissage de son histoire familiale»; et des personnages bien développés à la fois familiers et nouveaux, dans lequel on se retrouvera.
Quiconque aime les contes de fées avec le ton d’Alice au pays des merveilles aimeront voyager avec septembre, à travers le côté sombre de féerie.

Note : 9,5/10

 

  • Relié: 296 pages
  • Editeur : Balivernes Editions (8 novembre 2016)
  • Langue : Français

51u9zDundlL._SX319_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Les fabuleux navires du capitaine squid (21 octobre 2016) de Eric Puybaret

Les fabuleux navires du capitaine Squid ».
« Tu vois, petit, ce bateau est fabuleux. Mais je rêve
d’un navire mille fois plus beau et je sais qu’il existe.
Il est là, quelque part, comme un refuge
au milieu des tempêtes. La vie y est douce
et l’on y chante jour et nuit. »

Critique : Un superbe livre sur les navires illustré comme des tableaux , ce qui rend l’album des plus intéressant et qui va passionné les plus petits. Le récit est également très bien écrit, il n’est pas réserver qu’a l’enfant il fait aussi plaisir à l’adulte qui va s’immerger dans ce récit tout en finesse et poésie. Un album à lire et relire.

 Note : 9/10

  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Editions Margot (21 octobre 2016)
  • Collection : JEUNESSE

51A-NGZObVL._SX349_BO1,204,203,200_.jpg

 

La véritable histoire des contes de fées (8 juillet 2016) de Julie Grede

Dans les vrais contes, ceux dont s’inspirent régulièrement Walt Disney et ses successeurs, les happy end ne sont pas du tout systématiques. Les morales sont plus sèches, cruelles. Et si Disney (là-haut) avait décidé de passer en revue ses longs métrages inspirés de contes et de les comparer aux uvres originales ? Il ne l’a pas fait, ce livre le fait pour lui. Les contes cruels écrits pour préparer les enfants à un monde difficile sont devenus sous son regard des contes de fées pour endormir nos enfants.  La petite sirène n’épouse pas le prince Éric, chez Andersen, elle devient écume plutôt que de tuer celui qu’elle aime.La Blanche-Neige du conte n’a que 7 ans et si sa belle-mère désire ses poumons, et non son c ur, c’est pour s’en goinfrer.Quant à La Belle au Bois dormant, elle n’est pas embrassée mais violée par son prince dans son sommeil. De cette union naîtra des jumeaux… que la belle-mère du prince tentera de dévorer.Les belles-s urs de Cendrillon sont encore plus déterminées que dans la version de Walt Disney puisqu’elles n’hésitent pas à se mutiler les pieds, à se couper les orteils, à l’aide d’un couteau de boucher afin de les faire rentrer dans la pantoufle de vair.Pinocchio, lui, n’est pas vraiment un gentil garçon : il laisse Gepetto se faire emprisonner pour maltraitance sur enfant et n’hésite pas à ôter la vie à Jiminy Cricket à l’aide d’un maillet.

Critique:  Avec « Ceci (n)’est pas qu’ une comédie romantique » voici un autre livre de Julie Grede où le lecteur va se retrouver dans un véritable échange entre Walt et son auditoire. Dans cette lecture, nous nous retrouvons au paradis en compagnie de Walt Disney qui va nous dispenser une série de cours. Ce sera notre professeur tout au long de notre lecture. On va y découvrir les contes qui ont bercé notre enfance ainsi que les dessins animés qui en découlent. L’auteur va nous fait voyager entre Blanches neige, la belle au bois dormant, Peter Pan, la petite sirène est bien d’autres, encore en exploitant à chaque fois le conte en lui-même et le dessin animé. Un réel parallèle est alors effectué entre les deux afin de démontrer les différences et similitudes de chacun. Chaque contes sera réparti par heures de cours et donc vraiment bien étudié et approfondi où Disney va nous raconter comment il part des frères Grimm pour en arriver au dessin animé. Chaque conte est approfondi et lorsque l’auteure nous parle d’un auteur, elle parcoure réellement sa vie. Les parallèles entre les contes d’antan, les Disney et les adaptations de nos jours sont bien trouvés. Une belle expérience de lecture si vous aimez l’univers de Disney vous en sortirait avec beaucoup d’informations.

Note : 9/10

  • Broché: 251 pages
  • Editeur : La boite à pandore (8 juillet 2016)
  • Collection : CURIEUSES HIST
  • Prix : 17,90 euros

51khyYFHA+L._SX316_BO1,204,203,200_.jpg

 

La bataille de New York (7 juillet 2016) de Geoff Rodkey et Lilas Nord

Je m’appelle Claudia, j’ai 12 ans, et je tenais absolument à rétablir la vérité sur la chasse au trésor à laquelle toute ma classe a participé à travers New York. Les rumeurs d’émeute et de kidnapping sont totalement exagérées. Tout ce qui s’est passé est uniquement la faute des Cyberpestes, cette bande de filles odieuses qui a voulu tricher ! C’est vrai que mon père, coach de l’équipe de mon frère Reese, n’a pas assuré ; mais quand on voit les débiles qu’il avait… Les filles de mon équipe vous diront qu’avec Jens, on n’était pas gâtées non plus, mais ne les écoutez pas : ce n’est pas parce qu’il est trop mignon que je lui trouve des circonstances atténuantes.

Critique: Ce roman graphique devrait plaire à tous les jeunes enfants : c’est ludique et bon enfant, un livre qui se laisse facilement lire, même par les enfants qui répugnent à lire des livres.
Reese et Claudia sont deux jumeaux de 12 ans, totalement différents dans leur manière d’être et d’appréhender la vie. Bien qu’ils s’aiment énormément, ils ne font que se disputer pour des futilités. Chaque dispute est suivie d’une vengeance personnelle, plus ou moins méchante.
Raconté sous forme de journal intime – avec Claudia qui raconte, mais qui laissent son frère Reese, ses parents, ainsi que la nounou qui les garde s’exprimer à tour de rôle -, ce roman incorpore également de nombreuses images. C’est cela qui rend réellement vivant le récit : le texte est entièrement imagé, de façon plus ou moins drôle. Je trouve que c’est un bon moyen de faire apprécier à de jeunes enfants la lecture.
Cette petite histoire se lit rapidement – en une matinée, je l’avais bouclée -, elle est simple et très drôle à lire. Geoff Rodkey nous montre bien que derrière les rivalités fraternelles, se cache quand même un amour inconditionnel. C’est beau, très touchant… ça donne envie de faire un câlin à son frère/sa soeur. Les enfants, retenez-bien ceci : réfléchissez avant d’agir. Sinon, vous ne vous rendrez compte que trop tardivement à quel point vous avez pu vous conduire bêtement.
De plus, loin d’être un simple petit roman pour enfants, Geoff Rodkey aborde le thème du voyage, ici New York .
En somme, ce petit livre est agréable à lire, avec une écriture rythmée par l’alternance d’images et de narrateurs. C’est ludique, mais en même temps, l’auteur nous prodigue une petite morale, qui vient nous faire réfléchir quant à la teneur de nos actes. Les enfants devraient beaucoup apprécier.

Note : 9/10

 

  • Relié: 272 pages
  • Editeur : Nathan (7 juillet 2016)
  • Collection : GF JUMEAUX TAPP
  • Prix: 12,95 euros

51TQrZXeFFL._SX328_BO1,204,203,200_.jpg

 

Tous en bateau ! (13 juillet 2016) de France Cottin et Charlotte Roederer

Arthur et Chloé font une excursion en bateau jusqu’à une île voisine, mais vont-ils pouvoir aller visiter le phare qui est au sommet ?

Critique : Ce titre de la nouvelle collection « Papoti, Papota » a pour ambition d’aider les enfants à parler, pour développer leur vocabulaire, raconter leurs émotions, laisser libre cours à leur imagination à partir de situation de la vie réelle. Dès la première page on embarque avec Papoti et Papota, deux animaux, un chat et un lapin, qui sont les amis-complices de l’enfant. Ces derniers accompagnent l’enfant dans l’observation des images. Ainsi, à chaque double page, l’un fait un commentaire et l’autre pose une ou plusieurs questions à l’enfant. Ce qui est bien est le fait de partir d’une situation de la vie quotidienne avec des personnages réels.

Note : 9/10

 

  • Album: 24 pages
  • Editeur : Nathan (13 juillet 2016)
  • Collection : PAPOTI PAPOTA

5185jz5VVOL._SY498_BO1,204,203,200_.jpg