Test DVD : L’Emprise des ténèbres ( 6 septembre 2017) de Wes Craven avec Bill Pullman, Cathy Tyson

Un anthropologue de l’université de Harvard est envoyé à Haïti pour récupérer une poudre étrange qui aurait le pouvoir de ressusciter les morts. Pour retrouver ce produit miracle, le scientifique confirmé pénètre dans le monde ténébreux et mystérieux des morts-vivants, des rituels sanglants et des malédictions ancestrales. Inspiré de faits réels.

Chronique : L’Emprise des ténèbres est un film moins connu que les grands classiques de Wes Craven dans sa filmographie, mais il s’avère que c’est un métrage efficace, bien que non dénué de quelques défauts. Coté interprétation il s’appuie dans l’ensemble sur de bons acteurs. Bien sur Bill Pullman qui livre une prestation tout à fait à la hauteur. Il joue son personnage avec conviction, et lui donne un relief qui colle parfaitement avec la profondeur « historique » du film de manière général, en accentuant l’authenticité et le réalisme de son jeu. L’emprise des ténèbres surprend agréablement en jouant la carte du réalisme et de l’authenticité. Aussi c’est probablement un des métrages qui aborde avec la plus grande justesse l’origine du mythe du zombie, et le fait avec une précision qui ravira à n’en pas douter un public soucieux de singularité dans un genre un peu en manque d’originalité. L’arrière-fond historique est par ailleurs bien rendu, et est utilisé avec intelligence. La mise en scène de Wes Craven est un peu sage, mais elle il maîtrise son sujet. La photographie comme les décors contribuent très solidement à restituer l’atmosphère d’Haïti. Il y a vraiment un coté dépaysant et exotique qui est rendu là encore avec réalisme et justesse. Ce n’est pas franchement là un film d’horreur, plus un film fantastique. Enfin la bande son planante est agréable. Au final un Wes Craven plaisant. qui s’extirpe un peu du cinéma de genre pur et dur, pour proposer une réflexion plus vaste sur un sujet passionnant d’ailleurs, et n’hésite pas à se confronter à une certaine actualité d’époque. Le résultat est totalement maîtrisé cette édition permet de redécouvrir un superbe film.

Note : 9,5/10

81n25jnqw0L._SL1500_.jpg

TEST DVD :

Image : Ce nouveau master est d’une propreté absolue et  l’image met en valeur la photo de John Lindley et offre un rendu très impressionnant des séquences en extérieur. La clarté est remarquable et les détails sont à peu près aussi bons et la source peut rendre certains éléments, comme les murs à texture grossière dans le village des indigènes, mais il ne faut pas se tromper de la complexité inhérente aux textures de la peau et de l’habillement, dans des gros plans et même dans différents plans de milieu de gamme. Tous les pores, les rides et la mêlée sur les vêtements sont pris en compte et clairement visibles. Les couleurs sont agréablement neutres, contrastant quelques nuances lumineuses contre l’endroit bien éclairé et surtout sur Bill Pulman. Les niveaux de noirs sont très profonds et permettent de définir un certain nombre de scènes. Les tons de peau sont légèrement pâteux mais jamais trop loin de l’ordinaire. Un léger bruit est visible dans quelques endroits, mais globalement le transfert de Wild Side est un grand gagnant pour cette réédition.

Son : Le film dispose d’une bande sonore refaite sans perte en Master Audio 2.0 standard. Il est aussi dynamique que possible, offrant une belle gamme de signaux subtils et d’effets intensifs. La musique est impressionnante et bien définie dans toute la gamme, mais la partie basse domine certainement, et dans l’acte final en particulier. Il peut être un peu déprimé, sévère et profond par la conception, ce qui entraîne une incursion très efficace. Le support de bas niveau, cependant, est le point culminant, avec de nombreux sons divers et profonds battant. Le dialogue est un pilier et offre un front-et-centre et avec une excellente clarté et une belle hiérarchisation.

Bonus : Bel hommage rendu à Wes Craven par le cinéaste Alexandre Aja (29’)qui parle surtout de la rencontre des deux hommes le documentaire est très intéressant et on apprend beaucoup de ce cinéaste fort tristement disparu. Cette édition à aussi un livret exclusif de 60 pages, spécialement écrit par Frédéric Albert Levy (journaliste cinéma et co-fondateur de la revueStarfix), illustré de photos d’archives rares.

  • Acteurs : Bill Pullman, Cathy Tyson, Zakes Mokae, Paul Winfield, Brent Jennings
  • Réalisateurs : Wes Craven
  • Format : Couleur
  • Audio : Anglais (DTS-HD 2.0), Français (DTS-HD 2.0)
  • Sous-titres : Français
  • Région : Région B/2
  • Rapport de forme : 1.85:1
  • Nombre de disques : 2
  • Studio : Wild Side Video
  • Date de sortie du DVD : 6 septembre 2017
  • Durée : 98 minutes

71RYLD5AajL._SL1000_

Test Dvd : Bienvenue au Gondwana (30 août 2017) de Mamane avec Antoine Gouy, Mich el GohouC

Un jeune français idéaliste plongé en Afrique, des élections présidentielles controversées, un dictateur décidé à rester au pouvoir en trichant, deux hommes de main adeptes de géopolitique, un député français déterminé à vendre des asperges aux africains, une jeune et jolie révolutionnaire : Bienvenue au Gondwana !

Chronique : Contrairement à ce qu’on pourrait penser, Bienvenue au Gondwana n’est pas un film hilarant de bout en bout même s’il reste malgré tout une comédie souvent drôle. En effet, on a plus tendance à sourire qu’à rire à gorge déployée car ce film permet surtout à Mamane de dénoncer, certes sur le ton de l’humour, le manque de démocratie qui règne hélas dans la majorité des pays africains. Ainsi, le réalisateur ne part pas dans le burlesque mais reste dans un humour bon enfant afin de ne pas atténuer son message : il est d’ailleurs regrettable de devoir attendre 2017 pour voir un film grand public (si on oublie Le Crocodile du Bostwanga) dénoncer les dictatures régnant dans un continent qui est tout de même le berceau de l’humanité. Sans être un grand film, Bienvenue au Gondwana est donc un film très divertissant servi par des acteurs excellents (on retient en particulier les prestations de Michel Gohou, de Digbeu Cravate et d’Antoine Duléry) et traitant un sujet trop souvent oublié : en résumé, un film divertissant et sociologiquement important.

Note : 8,5/10

611TqQfmgYL._SL1000_.jpg

Test DVD :

Image : Wild Side fait un super travail sur ce dvd avec des détails supérieurs, des couleurs vives, un fort contraste et une absence de bruit, des bandes Ou d’autres artefacts. L’éclairage révèle les éléments essentiels du design visuel d’une scène, en utilisant la noirceur et l’ombre à la fois pour diriger l’oeil et pour créer de l’atmosphère.

Son : Le mixage audio 5.1  sans perte, continue de profiter pleinement de la matrice surround, ce qui place l’environnement et les effets spécifiques dans les canaux arrière pour une immersion complète même si ce film n’a pas de scène d’action la gamme dynamique est large, l’extension des graves est profonde et le dialogue est clairement rendu.

Bonus : Pas de bonus

  • Acteurs : Antoine Duléry, Prudence Maïdou, Antoine Gouy, Michel Gohou, Digbeu Cravate
  • Réalisateurs : Mamane
  • Format : PAL
  • Audio : Français (DTS 5.1), Français (Dolby Digital 2.0)
  • Audio description : Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
  • Région : Région 2
  • Rapport de forme : 2.40:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Wild Side Video
  • Date de sortie du DVD : 30 août 2017
  • Durée : 100 minutes

81eqjCZjEML._SL1500_

Test Dvd : Guardians (26 juillet 2017) de Sarik Andreasyan avec Stanislav Shkilnyi, Vyacheslav Razbegaev

Durant la Guerre Froide, une organisation secrète nommée « Patriot » réalise des expériences génétiques sur des cobayes humains pour créer une armée de super-héros. 30 ans plus tard, un ennemi surpuissant aux pouvoirs mystérieux surgit avec un seul objectif : contrôler le monde. Toutes ces années, ces surhumains ont dû cacher leur identité, mais les voilà de nouveau rassemblés pour combattre celui qui les a créés et sauver le monde de la destruction…

Chronique : Guardians – Защитники »(2017) est un petit film de super-héros russe assez étonnant à défaut d’être percutant.
Les personnages manquent de personnalité, ils sont mal développés et leurs capacités sous-utilisées. Ils sont à l’image de cette histoire qui est tout sauf originale et dont les enjeux sont aussi basiques qu’inintéressants. Visuellement, le film est, par contre, réussi, les effets spéciaux sont bons malgré quelques ratés, les personnages ont de la gueule et l’ensemble plutôt solide surtout pour un budget de seulement 5M. C’est vraiment dommage que le film soit si superficiel, car il y avait tout pour faire un bon film alors que là, on a juste un divertissement correct.

Note : 8/10

71RSTd9RIXL._SL1500_.jpg

TEST DVD :

Image :Une image au piqué affuté, extrêmement détaillée et aux couleurs profondes. Belle tenue des noirs.  Les ambiances sont parfaitement retranscrites surtout lors des scénes de combats et le support se révèle d’une grande efficacité. Les contrastes donnent un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble

Son : Le son bénéficie d’une grande qualité sonores.Les effets sonores du film envahissent les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique.

Bonus :  Côté Bonus, le making off est intéressant ce qui qui nous permet de découvrir de l’intérieur la création de ce film et le point de vue du réalisateur .

  • Acteurs : Anton Pampushnyy, Sanzhar Madiyev, Sebastien Sisak, Alina Lanina, Stanislav Shirin
  • Réalisateurs : Sarik Andreasyan
  • Format : PAL
  • Audio : Russe (DTS 5.1), Français (Dolby Digital 2.0), Français (DTS 5.1)
  • Sous-titres : Français
  • Région : Région 2
  • Rapport de forme : 1.85:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Wild Side Video
  • Date de sortie du DVD : 26 juillet 2017
  • Durée : 88 minutes

71CYk+-zCFL._SL1000_

Test DVD : À fond ( 4 mai 2017) de Nicolas Benamou avec José Garcia, André Dussollier

Une famille embarque dans son monospace flambant neuf, au petit matin, afin d’éviter les embouteillages pour les vacances d’été. Tom, le père, enclenche son régulateur de vitesse électronique sur 130 km/h. Au moment où une dernière bourde de Ben, le beau-père, pousse Julia, excédée, à demander qu’on fasse demi-tour, Tom s’aperçoit qu’il ne contrôle plus son véhicule. L’électronique de bord ne répond plus, la vitesse est bloquée à 130 km/h. Toutes les manoeuvres pour ralentir la voiture emballée restent sans effet. Une voiture folle, six passagers au bord de la crise de nerfs et un embouteillage monstre qui les attend à moins de deux cents kilomètres de là…

Chronique Film : « À Fond », de Nicolas Benamou, donnait a priori plus l’envie de faire marche arrière, plutôt que celle de se retrouver enfermé dans un monospace bloqué a 140 km/h sur l’autoroute mais rien ne vaut de tenter soi-même l’expérience de ce road-movie un peu particulier sur les bords ! Alors soit, le scénario ne fait pas dans la dentelle, tout comme la mise en scène y va elle aussi de ses gros sabots, José Garcia étant en tête pour l’illustrer dans son style, comme il nous le prouve déjà depuis un petit moment… André Dussolier est aussi de la partie en père et grand-père déjanté et allumé, venant perturber cette famille en clin d’œil à la célèbre référence « Little Miss Sunshine » ! Tout en étant loin de l’humour excellent de ce must incontestable, il faut reconnaître que ce presque huis-clos dans une bombe rouge roulante, devient un catalyseur de réactions en chaîne assez cocasses, aussi bien dans ce qu’il révèle dans la famille elle-même que dans tout ce qui est dommages collatéraux inévitables… Alors sans doute la subtilité que je recherche, n’est ici pas de mise, mais en compensation, les gags quelquefois bien inspirés font assez souvent mouche ! On aurait pu rêver d’une histoire plus fouillée, tout au plus moins convenue et attendue, de situations un peu plus originales débarrassées de ces clichés, mais l’ensemble est au bout du compte bien moins catastrophique que ce que on pense et c’est donc une comédie à prendre pour ce qu’elle est, avec des instants franchement impayables en dépit des défauts constatés !

Note : 8/10

51TiKt4bTJL._SL1000_

TEST DVD :

Image :Une image aux couleurs profondes. Belle tenue des noirs.  Les ambiances sont parfaitement retranscrites et le support se révèle d’une grande efficacité.

Son : Le son bénéficie d’une grande qualité sonore et il est parfait. Les effets sonores du film envahissent les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique surtout sur la route et ses effets de comédie.

Bonus : Côté Bonus, le making of de 35 min est intéressant ce qui nous permet de découvrir de l’intérieur la création du film, les difficultés du réalisateur et surtout ses impressions au fur et à mesure que le tournage progresse. Du très bon travail

  • Acteurs : José Garcia, André Dussollier, Caroline Vigneaux, Josephine Callies, Stylane Lecaille
  • Réalisateurs : Nicolas Benamou
  • Format : PAL
  • Audio : Français (Dolby Digital 2.0), Français (DTS 5.1)
  • Audio description : Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
  • Région : Région 2
  • Rapport de forme : 2.40:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Wild Side Video
  • Date de sortie du DVD : 4 mai 2017
  • Durée : 88 minutes

71uzKRSkXLL._SL1000_

Test Blu-ray : Incarnate (26 avril 2017) de Brad Peyton avec Aaron Eckhart, Carice Van Houten

Lindsay, mère célibataire, est le témoin de très inquiétants phénomènes entourant son fils de 11 ans Cameron. Persuadée qu’il s’agit d’un cas de possession démoniaque, Lindsay et une envoyée du Vatican font appel au scientifique Seth Ember pour s’en débarrasser. Cloué dans une chaise roulante après la disparition tragique de sa famille, il est capable de s’introduire dans le subconscient de la personne possédée. En pénétrant celui du jeune Cameron, Ember se retrouve confronté à un démon de son passé…

Chronique :  Premier film d’horreur pour Brad Peyton, le réalisateur de « San Andreas », qui à l’image du film catastrophe ne révolutionne rien, mais parvient à faire un film efficace. Les termes sont différents, mais on a l’impression de voir un simple film d’exorcisme avec la personne possédée qui change de voix tout ça sauf que le procédé est un peu différent, mais pas original puisque ça ressemble à celui de « Insidious » avec ici le Dr. Ember qui entre dans le subconscient pour délivrer la victime de son démon. Il n’y a pas non plus de comparaison à faire avec le film de James Wan qui a un univers bien plus développé et immersif puis surtout, c’est un vrai film d’horreur alors qu’ici, on a plutôt affaire à un thriller horrifique. Sachez que l’excellent Aaron Eckhart est le Dr. Seth Ember. Celui-ci pratique des exorcismes. Sa technique consiste à s’immiscer dans le subconscient du possédé. Un jour, il se retrouve nez à nez avec un démon de son passé. Je n’en dirai pas plus. Le réalisateur se contente du minimum, ça manque parfois d’action avec des affrontements qui tournent court et il y a des éléments mal exploités comme le deuxième démon qu’on voit enfermé, mais à part ça, c’est un bon petit film avec une histoire intéressante et des acteurs convaincants.

Note : 8/10

41rdpJVby-L

Test Blu-ray:

Image :L’image pour un film d’horreur est toujours important et ici  augure d’un excellent résultat en terme d’image pour cette édition. Une image splendide piquée, très équilibrée en colorimétrie et fourmillant de détails .

Son : Les effets sonores du film envahissent les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique avec les dialogues que ce soit en vo et en vf donnent  du volume et  ne se laissent pas déborder par des effets sonores . La musique fait vibrer l’installation et plonge le spectateur dans une certaine horreur .

Bonus : Côté Bonus il n’y a rien. Ce qui est vraiment dommage pour un tel film.

  • Acteurs : Aaron Eckhart, Carice van Houten, Catalina Sandino Moreno, David Mazouz, Keir O’Donnell
  • Réalisateurs : Brad Peyton
  • Audio : Anglais (DTS-HD 5.1), Français (DTS-HD 5.1)
  • Sous-titres : Français
  • Région : Région B/2
  • Rapport de forme : 2.40:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Wild Side Video
  • Date de sortie du DVD : 26 avril 2017
  • Durée : 86 minutes

 

Test DVD : Viral (1 mars 2017) de Henry Joost, Ariel Schulman avec Sofia Black D’Elia, Analeigh Tipton

2016. Le monde est subitement infecté par un mystérieux virus… Dans une petite ville des États-Unis, Emma et sa soeur Stacey découvrent horrifiées que les habitants contaminés se transforment en créatures féroces. Coupées du monde extérieur et prises au piège dans la ville, elles vont tenter de trouver un abri en attendant les secours. Mais le danger est partout…

Critique Film: Après avoir délaissé les phénomènes paranormaux, le duo formé par Henry Joost et Ariel Schulman à qui l’on doit « Paranormal Activity » 3 & 4, s’intéressent aux infectés dans un film qui ressemble à « Sorgenfri« . Il est facile de trouver des similitudes dans ce genre de films, car il y a la même idée de départ, mais quand même… Les infectés sont assez similaires, il y a des moments identiques et l’on retrouve le même huis clos dans un petit quartier ainsi qu’une amourette d’adolescents. Néanmoins, « Viral » est de loin meilleur et il a une maîtrise et une intensité qu’il n’y a pas dans le film de Bo Mikkelsen. La première partie du film est très bonne et l’idée du huis clos peut faire peur mais elle nous démontre que non avec de très belle idée de mise en scène avec trois personnages et nous montré les possibilités qui sont peu nombreuses. Un bon film qui passe très vite.

Note : 8/10

Test Blu-ray :

Image :  L’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. La saturation dans certaines scènes lumineuses ou d’autres plus sombres est parfaitement bien évitée

Son : La répartition du son lors du film est minutieuse, et les effets sonores sont magnifiquement mises en valeur, particulièrement lors des scènes amenant le spectateur dans une certaine ambiance pour le faire sursauter.  La dynamique de l’ensemble est suffisamment bien équilibrée pour ne pas se laisser déborder par les musiques ou les effets sonores.

Bonus : Pas de bonus ce qui est dommage pour un tel film.

Bande annonce :

 

  • Acteurs : Sofia Black-D’Elia, Analeigh Tipton, Travis Tope, Michael Kelly, Colson Baker
  • Réalisateurs : Henry Joost, Ariel Schulman
  • Format : PAL
  • Audio : Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1)
  • Sous-titres : Français
  • Région : Région 2
  • Rapport de forme : 2.40:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Wild Side Video
  • Date de sortie du DVD : 1 mars 2017
  • Durée : 89 minutes

61XEli7clRL._SL1000_.jpeg

 

 

Test DVD-Nocturama (22 février 2017) de Bertrand Bonello avec Finnegan Oldfield, Vincent Rottiers

Paris, un matin. Une poigne?e de jeunes, de milieux diffe?rents. Chacun de leur co?te?, ils entament un ballet e?trange dans les de?dales du me?tro et les rues de la capitale. Ils semblent suivre un plan. Leurs gestes sont pre?cis, presque dangereux. Ils convergent vers un me?me point, un grand magasin, au moment ou? il ferme ses portes. La nuit commence…

Critique film: Bertrand Bonello nous offre un film hors du commun. Le film avec un Paris magnifique. Dans le métro, ses couloirs, ses wagons, ses entrées et sorties, des jeunes gens, qui ne semblent pas se connaître, paraissent tous déterminés et pressés. Tout est réglé comme un ballet. Le scénario prend son temps pour dévoiler le récit, l’atmosphère devient rapidement étouffante. Nous ne sait que peu de choses sur chacun des protagonistes qui s’attaqueront à un ministère, une banque ou encore la statue de Jeanne d’Arc. Pourquoi ?  Les actes et les crimes commis augmentent le questionnement du spectateur. La mise en scène est irréprochable face à un film prémonitoire avec un coté futuriste et une réflexion sur notre temps. Avec des moments particuliers et parfaitement réussis.  Un film dur, malfaisant mais d’un symbolise fort.

Note : 9/10

Test Blu-ray :

Image : Une image splendide piquée, très équilibrée en colorimétrie et fourmillant de détails . Malgré les peu décors assez sombre cette perfection visuelle est particulièrement saisissante.

Son : Une piste sonore splendide, riches en détail et d’une limpidité et un impact hautement satisfaisants dans les dialogues.

Bonus : Un seul bonus qu’est l’entretien de 20 min avec le réalisateur mais très intéressant dans sa vision du monde.

  • Acteurs : Finnegan Oldfield, Vincent Rottiers, Luis Rego, Hermine Karagheuz, Hamza Meziani
  • Réalisateurs : Bertrand Bonello
  • Format : PAL
  • Audio : Français (Dolby Digital 2.0), Français (DTS 5.1)
  • Audio description : Français
  • Sous-titres : Anglais
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
  • Région : Région 2
  • Rapport de forme : 2.40:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Wild Side Video
  • Date de sortie du DVD : 22 février 2017
  • Durée : 130 minute

61d1DVjnqXL._SL1000_.jpg

(Test) Les Médicis, Maîtres de Florence avec Richard Madden , Dustin Hoffman de Sergio Mimica-Gezzan ( 1 Février 2017)

Florence, XVème siècle. Giovanni de Medicis, père fondateur de la dynastie, décède dans de mystérieuses circonstances… Sa colossale fortune et la banque familiale reviennent alors à son ainé Cosimo. Ce dernier a appris à la dure à mettre ses ambitions artistiques de côté pour reprendre le flambeau de l’entreprise et survivre face aux nombreuses menaces qui entourent la banque. Il va devoir déjouer les complots et les conspirations des représentants des grands pouvoirs mais aussi mener une lutte acharnée pour contenir les rivalités qui menacent de déchirer sa famille…

Critique : Voici une série historique italienne sur la dynastie des Médicis.
La 1re saison compte 8 épisodes de 52 minutes chacun environ. Son récit se voudrait plus proche du thriller que de la saga historique avec une reconstitution de Florence au 15ème siècle fascinante, avec bien entendu son lot inépuisable d’intrigues. On prend bien conscience que ces gens ont offerte à l’Italie un patrimoine historique et artistique énorme.
Là où la série prend de la force c’est au niveau de l’émotion. Certains personnages sont très bien développés qu’il était difficile de ne pas s’y attacher. Il y a une véritable profondeur humaine.
Une série où le spectacle est de qualité qui a le mérite de mettre en lumière une période foisonnante de l’Histoire de l’Italie.

Note : 9,5/10

Test :

Image : Une image bien équilibrée tant dans les plans de Florance que dans les quelques scènes nocturnes. Le rendu colorimétrique est neutre mais la copie offre du détail et de jolies lumières.

Son : Ça claque et ça tonne fort, aussi bien en VO qu’en VF. Mais la dynamique de la piste musicale et des ambiances est purement artificielle et respire le dopage numérique pas vraiment subtil. Rien de discriminant, la chose est même agréable.

Bonus :Un gentil bonus par franchement folichon pour une telle série même si on se rend compte, du travail de l’équipe pour faire une série de ces acabits.

Contenu additionnel

« Les secrets de la série » : making of (42′)

Contient l’intégrale de la série :
01 – Péché original (Original Sin)
02 – Un dôme et un toit (The Dome and the Domicile)
03 – Le fléau de Dieu (Pestilence)
04 – Le jour du jugement (Judgement Day)
05 – Tentations (Temptation)
06 – Ascension (Ascendancy)
07 – Purgatoire (Purgatory)
08 – Révélations (Epiphany)

 

  • Acteurs : Richard Madden, Dustin Hoffman,
  • Réalisateurs : Sergio Mimica-Gezzan
  • Format : PAL
  • Audio : Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 2.0), Français (DTS 5.1)
  • Sous-titres : Français
  • Région : Région 2
  • Rapport de forme : 2.35:1
  • Nombre de disques : 3
  • Studio : Wild Side Video
  • Date de sortie du DVD : 1 février 2017
  • Durée : 400 minutes

 

[Test] Comancheria avec Jeff Bridges, Chris Pine de David Mackenzie (25 Janvier 2017)

Après la mort de leur mère, deux frères organisent une série de braquages visant uniquement les agences d’une même banque. Ils n’ont que quelques jours pour éviter la saisie de leur propriété familiale, et comptent rembourser la banque avec son propre argent. A leurs trousse, deux Texas Rangers déterminés à les faire tomber…

Critique : Un film magnifique basé sur l’histoire de 2 frères qui pillent les banques et qui sont poursuivis par 2 rangers texans dans ce que ont peux appelé un western moderne, contemporain et impeccablement mis en scène. Si le fil conducteur du film est classique, il fait surtout le portrait en biais d’une Amérique exsangue qui tire la gueule devant le capitalisme omnipotent et que la crise a mis à genoux. Tout y est, sans cliché, juste avec une authenticité réelle et savoureuse. Mais le succès du film est dû aussi à la présence de deux duos distincts et hautement remarquables. D’un côté, Chris Pine et Ben Foster, dans le rôle des 2 frères braqueurs, et, de l’autre, Jeff Bridges et Gil Birmingham dans le rôle des 2 rangers texans dans ce qu’ils ont de plus authentique. L’histoire est haletante du début jusqu’à la fin, les dialogues sont savoureux surtout qu’ils sont empreints d’un humour et les paysages sont somptueux , un superbe film pour débuter 2017.

Note : 9/10

Contenu additionnel : Entretien avec l’équipe du film (20′)

Test :

Image : Une image splendide piquée, très équilibrée en colorimétrie et fourmillant de détails . Malgré les nombreux décors cette perfection visuelle est particulièrement saisissante.

Son : Une piste sonore splendide, riches en détail, spatialisées au laser et dotées d’une dynamique hors norme. Une perfection. Enfin surtout en 7.1 avec une richesse, une limpidité et un impact hautement satisfaisants.

Bonus : un seul bonus avec un making off intéressant mais on s’attendait à plus.

 

  • Acteurs : Jeff Bridges, Chris Pine, Ben Foster
  • Réalisateurs : David Mackenzie
  • Audio : Anglais (DTS-HD 5.1), Français (DTS-HD 5.1)
  • Sous-titres : Français
  • Région : Région B/2
  • Rapport de forme : 2.35:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Wild Side Video
  • Date de sortie du DVD : 25 janvier 2017
  • Durée : 101 minutes