L’étrange ronflement de André Bouchard | 14 août 2019

D’où viennent ces bruits que Camille entend depuis sa chambre ? Il semblerait que tout ce tohu-bohu vienne de la bouche grande ouverte de son père endormi dans le salon ! Rââââh ! Hooorrrrk. Ké, ké. Voilà de bien étranges et curieuses sonorités… Une enquête minutieuse s’impose. Camille, Adèle, Hortense, Paul et Hugo vont mener l’enquête. Pour les aider, ils auront besoin d’un grand détective… Et ce détective vous le connaissez très bien, cher lecteur, puisque c’est vous !

Chronique : Ce livre est vraiment très beau avec des illustrations colorées et très riches, beaucoup de choses à observer.
L’histoire demande à l’enfant d’aider la petite troupe qu’est  Adèle, Hortense, Paul, Camille et Hugo à trouver  ce ronflement du père de Camille ; du « cherche et trouve » c’est très interactif. Pour retrouver le détenteur, André Bouchard fait tout un parcours qui l’entraine à poser des questions sur les différentes
solution des plus farfelus.
Humour et suspens sont au rendez vous.

Note : 9,5 / 10

 

  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Seuil (14 août 2019)
  • Collection : ALBUM JEUNESSE
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1023512588

IMG_20190822_081309.jpg

 

Voltaire Trés Amoureux de Clément Oubrerie | 21 août 2019

Après vingt ans de déceptions sentimentales, pensant être arrivé au terme de son existence, Voltaire croise Émilie du Châtelet. Surdouée fantasque et mathématicienne, coquette volage aimant les jeux d argent, elle n a pas son pareil en fanfreluches et en métaphysique.
Une rencontre électrique !

Chronique : Il y a de nombreuses autres raisons de ne pas ignorer cette œuvre graphique Clément Oubrerie avec cet tome 2 qui surpasse son prédécesseur tant au graphisme que au niveau de l’écriture où l’on voit que l’auteur est incroyablement documenté et que le texte fourmille de références picturales ou littéraires avouées ou plus ou moins cachées, d’anecdotes étonnantes, d’un album à l’autre. Tout y est et les personnages sont bien campés, presque caricaturés par un dessin expressif, et les situations tellement rocambolesques que les uns et les autres semblent sortis d’un roman; et pourtant tout est authentiquement vrai. Tout s’agence admirablement pour se matérialiser finalement dans un roman graphique à part entier original et captivant. Voltaire est à la fois drôle et sensuel et on va aimer le découvrir sous un jour différent… Super à lire et relire avec plaisir. Et merci à Clément Oubrerie pour cette belle illustration.

Note : 9,5/10

IMG_20190822_081119

  • Album: 253 pages
  • Editeur : Les Arènes (21 août 2019)
  • Collection : AR.HORS COLLECT
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 978-2-7112-0145-7

51NI274AEAL._SX364_BO1,204,203,200_.jpg

 

Test Blu-ray : Le Parc des merveilles (Wonder Park) Sortie le 21 Aout 2019 de Dylan Brown, David Feiss avec Brianna Denski, Marc Lavoine

Le Parc des Merveilles raconte l’histoire d’un parc d’attractions fabuleux né de l’imagination extraordinaire d’une petite fille appelée June.
Un jour, le Parc prend vie…

Chronique :La jeune June Bailey est précoce avec une imagination débridée. Avec l’aide de sa mère , June crée un parc d’attractions imaginaire appelé Le Parc des merveille qui est géré par ses animaux en peluche qui construisent et exploitent les manèges. Lorsque sa mère tombe malade et s’en va se faire soigner, elle perd tout espoir et détruit les plans du parc. Son père envoie June au camp de mathématiques pour l’occuper, mais June s’échappe et se retrouve bientôt dans un parc d’attractions délabré géré par une variété d’animaux colorés qui lui semblent trop familiers ! Si vous êtes un adulte qui s’attend à quelque chose d’amusant pour les enfants qui est aussi génial pour les adultes, Le Parc des merveille n’est pas un film Pixar. Vous n’allez pas trouver ça ici. Celui-ci est conçu à 100% pour les plus jeunes dans la pièce. Il n’y a pas de blagues sournoises pour adultes qui passent au-dessus de la tête des petits. Il n’y a pas vraiment de leçon de vie profonde qui te fera pleurer. Tu pourrais passer un bon moment avec ça si c’était quand même le cas. Ce n’est pas que Le Parc des merveille n’est pas divertissant. C’est très amusant dans des endroits où l’exécution est très créative et où la voix des animaux rebelles. Et il y a un beau message sur la façon de stimuler l’imagination et de faire face aux périodes de tristesse. Là où le film ne marche pas pour moi, c’est la disparition plutôt étrange de la mère de June. Tout ce qu’on dit, c’est qu’elle est tombée malade et qu’elle est partie se rétablir. Malade de quoi ? Cancer ? Quelque chose de potentiellement mortel ? Mais pourquoi n’est-elle pas quelque part à proximité où sa fille peut la voir et faire partie du processus de rétablissement et ne pas flipper l’enfant ? J’ai honnêtement pensé qu’avec la façon dont l’intrigue s’est retournée soudainement, la mère était morte. À toutes fins utiles, c’est ce qui s’est passé. La façon dont June gère la situation ressemble davantage à un enfant en deuil et qui ne s’inquiète pas. Quand June détruit les plans du Parc des merveille et donne naissance à l' »obscurité » qui sert de méchant central abstrait, il est plus logique que la mère soit morte – mais ce film n’est pas assez courageux pour gérer l’idée qu’un parent puisse mourir inopinément. À la fin de la journée, pour le simple plaisir de se divertir, Le Parc des merveille sera certainement divertissant pour les petites créatures à la maison. Ce n’est certainement pas le meilleur film jamais offert au public enfantin, mais c’est loin d’être le pire. Avec le style visuel et certains des décors d’action, j’aurais vraiment aimé que ce film soit proposé en Blu-ray 3D. Bien que ce ne soit pas le film le plus imaginatif, j’ai apprécié la voix et il y a de bonnes blagues. John Oliver, un porc-épic timide et amoureux, est un grand moment fort et j’ai apprécié le film qui souligne l’importance de l’imagination – même si les cinéastes eux-mêmes n’étaient pas très imaginatifs.

Note : 8,5/10

Wonder Park

Vidéo : Bien que j’aurais aimé voir ce film en 3D, Le Parc des Merveilles bénéficie d’un transfert 2.39:1 1080p clair, coloré et détaillé. Bien que l’animation des personnages humains ne soit pas trop détaillée, les personnages animaux sont un grand moment. L’épineux Steve le porc-épic de John Oliver, l’ours narcoleptique bleu Boomer de Ken Hudson Campbell et le sanglier rose Greta offrent une animation très détaillée des personnages. Lorsque des séquences d’action entrent en jeu, l’image prend une profondeur et une dimension incroyables – en particulier le point culminant. Vous pouvez dire que les animateurs ont vraiment conservé un sens de l’ampleur et de l’échelle pour donner à l’image la pop tridimensionnelle désirée qui est même évidente en 2D. Les couleurs sont robustes avec beaucoup de jaunes, bleus et rouges primaires brillants. Les niveaux de noir sont parfaits avec de superbes noirs profonds et des ombres fortes. Libre de tout problème de compression, c’est une image souvent splendide et belle.

Wonder Park

Audio : Le Parc des Merveilles bénéficie d’une vie et d’une immersion extraordinaires grâce à son mix Dolby TrueHD 7.1. Le dialogue est clair comme de l’eau de roche, sans aucun problème. La musique de Steven Price remplit le mélange et garde l’action et l’émotion captivantes. Les effets sonores sont placés de façon agressive pour maintenir les enceintes en place pratiquement en tout temps. Alors que les premiers instants du film sont un peu plus calmes, il y a beaucoup de petits effets sonores parsemés à travers les canaux pour maintenir un grand sens de l’atmosphère. Quand June atteint le pays des merveilles délabré et est attaqué par les mignons et câlins mais diaboliques Chimpanzombies, l’environnement sonore passe à la vitesse supérieure. Encore une fois, la meilleure performance est la conception sonore pour le point culminant qui aurait été incroyable à voir en 3D. Alors qu’un mix avec un peu plus d’action centrée sur les frais généraux aurait été génial, cette piste 7.1 rend l’action vivante et excitante.

Wonder Park

Bonus :

Les bonus sont le matériel de base d’un film comme celui-ci. Non destinés aux adultes, ce sont des suppléments que vous mettez sous tension pour que vos enfants puissent profiter de quelques instants de distraction supplémentaires.

Chantez avec June – The Pi-Song (HD 1:13)

Gus le castor jodleur Scène supprimée (HD 00:53)

La chaîne Wonder Chimp (HD 5:04)

Faire du bruit, c’est en fait un travail ! (HD 4:14)

Guide du pays des merveilles du mois de juin (HD 2:00)

L’équipe d’accueil de juin (HD 2:34)

Comment dessiner Boomer et les Chimpanzés Merveilleux

 

 

  • Réalisateurs : Dylan Brown, David Feiss
  • Audio : Néerlandais (Dolby Digital 5.1), Polonais (Dolby Digital 5.1), Anglais (Dolby TrueHD), Portugais (Dolby Digital 5.1), Cantonais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1), Espagnol (Dolby Digital 5.1), Néerlandais belge (Dolby Digital 5.1)
  • Sous-titres : Portugais, Arabe, Hindi, Polonais, Grec, Néerlandais, Français, Néerlandais belge, Cantonais, Malayalam, Espagnol, Islandais
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 2.40:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Paramount Pictures
  • Date de sortie du DVD : 21 août 2019
  • Durée : 85 minutes

71mZXaMkTzL._SY445_.jpg

 

Test Blu-ray : Simetierre (Pet Sematary) Sortie le 21 Aout 2019 de Kevin Kölsch, Dennis Widmyer avec Jason Clarke, Amy Seimetz

Le docteur Louis Creed, sa femme Rachel et leurs deux jeunes enfants quittent Boston pour s’installer dans une région rurale du Maine. Près de sa maison, le docteur découvre un mystérieux cimetière caché au fond des bois. Peu après, une tragédie s’abat sur lui. Creed sollicite alors l’aide d’un étrange voisin, Jud Crandall. Sans le savoir, il vient de déclencher une série d’événements tragiques qui vont donner naissance à de redoutables forces maléfiques.

Chronique : Après Shinning, Carrie au bal du diable et son remake, La ligne verte, Christine, La tour sombre et Çà, c’est un nouveau chef d’oeuvre du King qui s’ouvre à nous. Comme pour les précédents, les bases se mettent en place en nous découvrons nos héros imaginé.   Tension, climat stressant et surnaturel sont maîtres mot. Le numérique et mécanique sont excellent et nous offre une très bonne vision de ce roman horrifique. L’idée avoir imaginé un cimetière pour animaux ou humain un peu plus loin et de leur permettre presque de revenir à la vie mais sous une forme bien plus différente fut franchement bien penser. Étude du comportement, psychologie et conscience, deuil quasi impossible comme nous l’ai prouver les actes du personnage principal sont également au registre de ce film. Le jeu de notre petite héroïne est superbement exécuter lors de son retour à domicile. Stephen King montre, prouve et le fera toujours jusqu’à son ultime souffle, qu’il est le maître incontesté de la littérature horrifique, du thriller et du fantastique. Les sujets abordés (le deuil, le rapport avec la mort, les questions des enfants sur ce sujets…) le sont avec finesse et l’ambiance est très pesante. Quelques jumpscares, mais très souvent bien placés, et très efficaces. Les acteurs jouent brillamment leurs rôles. Bonne adaptation.

Note : 8,5/10

Vidéo : Le remake d’horreur débute sur Blu-ray avec un superbe encodage MPEG-4 1080p/AVC, présentant une définition nette pour la majorité du temps d’exécution du film. Mis à part quelques parties légèrement plus molles éparpillées, probablement en raison du style de la photographie, les lignes fines et les fils des vêtements sont aiguisés au rasoir, chaque feuille et chaque brin d’herbe du feuillage environnant est distinct, et le grain du bois est très détaillé. Les informations de fond sont clairement visibles, exposant chaque recoin et recoin à l’intérieur des deux maisons, et les teints du visage semblent naturels et sains, révélant la plus petite ride, pore et imperfection négligeable dans l’ensemble du casting. La cinématographie de Laurie Rose se caractérise par un contraste et un équilibre de luminosité modérément faibles, qui complètent l’histoire d’un aspect intentionnellement grisâtre et plutôt neutre. Malgré cela, l’action est assez vive avec des blancs nets et nets. Quelques intérieurs mal éclairés et quelques séquences nocturnes peuvent sembler obscurs et plats, mais dans l’ensemble, les niveaux de noir sont vrais et encrés avec de forts détails d’ombre dans les coins les plus sombres. Présentée dans son format d’origine de 2,39:1, la palette de couleurs globale semble être quelque peu affectée par le design visuel des cinéastes, mais les primaires restent richement saturés de rouges, en particulier, ce qui leur donne un aspect particulièrement accrocheur tandis que les teintes secondaires sont rendues avec une variation sensible et précise.

Audio: L’un des meilleurs aspects de cette conception basée sur l’objet est sa nuance et sa subtilité, fournissant une bonne partie du temps d’exécution avec divers effets d’ambiance tout en réservant les bruits les plus forts pour quelques moments bien faits pour les cheveux. Le bruissement des feuilles, le chant des oiseaux, le chant des grillons ou le hurlement du vent se répandaient dans les environs et au-dessus de la zone d’écoute, créant un environnement très satisfaisant et immersif. Les moments les plus dramatiques et les plus impressionnants sont les visions effrayantes de Rachel de sa sœur, que l’on peut entendre ramper et piétiner à travers le plafond. Générant un champ sonore hémisphérique d’une étrangeté impressionnante, c’est une écoute impressionnante, car chaque bruit sourd et grinçant du bois se déplace distinctement à travers les rétroprojecteurs.

Comme il s’agit d’un film d’horreur avec beaucoup de dialogues, une grande partie de l’action effrayante se poursuit à l’écran avec beaucoup d’activité en arrière-plan et des mouvements convaincants hors de l’écran dans les trois canaux avant et sur les hauteurs avant. L’imagerie est continuellement spacieuse et expansive avec une netteté et une superbe définition dans le milieu de gamme, montrant de superbes détails et une séparation pendant les segments les plus bruyants et les plus perçants pour les oreilles. Le mur sonore du demi-dôme, très engageant, offre également des voix précises et intelligibles, affichant une excellente inflexion et une intonation émotive, même dans les conversations plus intimes et murmurées. Le bas de gamme n’est pas particulièrement remarquable ou remarquable, mais il n’en est pas moins assez puissant et robuste, offrant un poids palpable qui passe en dessous de 30 Hz en quelques endroits.

Bonus :

Le matériel bonus n’est disponible que sur le disque Blu-ray fourni avec l’appareil.

Au-delà de la chute morte (HD) : Un ensemble de quatre courts métrages portant sur divers aspects de la production, comme l’adaptation du roman original à un public contemporain, la conception de la production et les lieux de tournage, le casting et les personnages, et des entrevues sur les thèmes de l’intrigue.
Chapitre Un : Résurrection (17 min)
Chapitre deux : Le lieu de repos final (13 min)
Chapitre trois : La route de la tristesse (14 min)
Chapitre quatre : La mort revient à la maison (18 min)
Fin alternée (HD, 9 min)
Terreurs nocturnes (HD, 5 min)
Le conte de Timmy Baterman (HD, 3 min)
Scènes supprimées et étendues (HD, 17 min)
Papa est nerveux aussi.
Vos enfants ont de la chance
Je voulais qu’elle meure
Elle n’est pas revenue quand même.
Ce n’est pas réel
Je pars demain matin
Je t’ai manqué, Judson ?

 

  • Acteurs : Jason Clarke, Amy Seimetz, John Lithgow
  • Réalisateurs : Kevin Kölsch, Dennis Widmyer
  • Audio : Italien (Dolby Digital 5.1), Allemand (Dolby Digital 5.1), Portugais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1), Espagnol (Dolby Digital 5.1), Anglais
  • Audio description : Anglais
  • Sous-titres : Espagnol, Danois, Portugais, Norvégien, Néerlandais, Français, Allemand, Suédois, Finnois, Italien
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 2.39:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Paramount Pictures
  • Date de sortie du DVD : 21 août 2019
  • Durée : 100 minutes

1.jpg

 

Vaste comme la nuit de Éléna PIACENTINI | 22 août 2019

La capitaine Mathilde Sénéchal n’aurait jamais imaginé retourner sur les lieux de son enfance, un petit village non loin de Dieppe. Mais quand Lazaret, son ancien chef de groupe, lui fait parvenir une lettre sibylline, elle comprend qu’elle va devoir rouvrir une enquête vieille de trente ans. Qu’elle le veuille ou non, le passé ne meurt jamais. Il a même des odeurs, ces odeurs qu’elle sait identifier comme personne et qui sont aussi son talon d’Achille. Il est temps pour elle de sonder sa mémoire défaillante et d’affronter la vérité.

Chronique : De chapitre en chapitre, Élena PIACENTINI a choisi de nous emmener dans des endroits différents introduisant tour à tour de nouveaux personnages. La plume est élégante, parfois pleine de poésie, belle à vous élever l’âme! Et ce style sert parfaitement l’intrigue policière. La mise en place des personnages, leur profondeur psychologique, leurs failles donne envié de les retrouver dans une nouvelle enquête pour en savoir plus sur eux, notamment sur le passé de Mathilde, voir évoluer les interactions entre les membres de l’équipe. Une écriture subtile qui crée une atmosphère et donne corps aux personnages. L’auteur nous livre ce récit, vif et extrêmement bien écrit dans une intrigue très bien ficelée, les rebondissements et le suspens sont permanents et je dois dire que je ne m’attendais pas du tout à ce final, parfaitement inattendu.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 312 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (22 août 2019)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2265144118

51IudzOhTIL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

 

La Vie secrète des champignons de Robert Hofrichter | 21 août 2019

Ils sont omniprésents dans nos corps et notre environnement. Sans eux, nos forêts, notre climat et même l’histoire de notre espèce ne seraient pas les mêmes. La médecine et la gastronomie s’intéressent à leurs vertus et à leurs méfaits depuis plus de treize mille ans. Ni animaux ni végétaux, les champignons forment un règne à part, un univers fascinant de plus de 100 000 variétés. Robert Hofrichter nous dévoile l’écosystème le plus mystérieux du vivant.

Chronique : Robert Hofrichter nous fait part de ses vastes connaissances en mycologie, sans pour autant submerger le lecteur avec des termes techniques.
Il nous étonne souvent et surprendra certainement beaucoup de lecteurs avec ce livre.
vous donnent envie de visiter à nouveau la forêt et les champs. Le langage et la structure du livre ne correspondent pas toujours à l’objectif ambitieux fixé par l’auteur, qui n’a peut-être pas eu une idée complète de la forme de ce livre .  En vérité, je n’ai pas beaucoup appris sur les champignons – à part un peu plus de connaissances que j’ai acquises au cours de mon tristement célèbre profil en biologie-chimie à l’école secondaire – et ce livre est un si bon premier pas pour m’intéresser davantage à eux ! C’est un très bon début et même s’il n’approfondit pas beaucoup les sujets des chapitres, il donne suffisamment d’informations et de conseils pour que vous puissiez facilement en chercher plus par vous-même. Il y a très longtemps que je n’ai pas lu quelque chose sur les étagères de la science populaire, mais ça en valait la peine. Si vous vous intéressez à la biologie et que vous aimez approfondir vos connaissances, je vous recommande ce livre !  Un hommage à la nature et un appel à sa préservation.

Note : 8,5/10

 

  • Editeur : Les Arènes (21 août 2019)
  • Collection : AR.ENVIRONNEMEN
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2711200191

51Bak4kfGqL._SX327_BO1,204,203,200_

 

Les sciences naturelles de Tatsu Nagata, L’écureuil / 22 Aout 2019

Une découverte humoristique de la vie et des moeurs de l’écureuil.

Chronique : Tatsu Nagata est un scientifique japonais totalement farfelu qui va aujourd’hui s’intéresser à l’écureuil. En abordant, avec une grande simplicité, le mode de vie de cette animal , mine de rien, les enfants apprendront beaucoup . Lieu de vie, organisation, morphologie, prédateurs… voilà de quoi devenir un petit expert en la matière !Les illustrations sont dans la même veine simples et amusantes.  Les images illustrent bien le texte en apportant la touche d’humour qui donne l’ambiance de la collection et qui correspond au personnage de Tatsu Nagata.

Éditeur(s) : Seuil Jeunesse
Série(s) : Les sciences naturelles de Tatsu Nagata
Collection(s) : Documentaire
2355568_medium.jpg