Test DVD : SPIRIT Au galop en toute liberté – Saisons 1 et 2 (7 aout 2018)

Dans une petite ville du Far West, l’intrépide Lucky crée un lien étroit avec Spirit, un étalon sauvage, et vit mille et une aventures avec ses amies Apo et Abigaëlle.

Chronique : Entre deux volets de sa franchise phare Shrek, les studios Dreamworks avaient produit en 2002 un film d’animation intitulé Spirit, l’étalon des plaines. Le long-métrage suivait les aventures d’un cheval, un mustang sauvage, piégé par sa curiosité pour les hommes. Capturé par des militaires pour être entraîné et intégré à l’armée, Spirit est sauvé in extremis par l’indien Petit Nuage. Une belle histoire d’amitié va alors naître entre eux, permettant à l’étalon de préserver sa liberté. Si Dreamworks n’avait jamais offert de suite à Spirit, l’étalon des plaines, pourtant nommé dans la catégorie « Meilleur film d’animation » à la 75e cérémonie des Oscars du cinéma, Netflix va s’en charger à l’aide d’une série animée. Les studios et la plateforme américaine se sont ainsi associés pour produire et diffuser le spin-off Spirit Riding Free.Toutefois, plusieurs modifications ont été apportées à l’œuvre de départ. Matt Damon ne double plus le cheval et les dessins ne sont plus réalisés à la main, mais par ordinateur via la technique du CGI. Si la série animée est présentée comme un spin-off, elle opère plutôt comme un reboot avec une histoire toute fraîche. Spirit va de nouveau se faire attraper par les humains pour être domestiqué. Sa liberté lui sera cette fois octroyée par la jeune Lucky, éternelle amoureuse des chevaux. Entourée de ses deux amies Pru et Abigail, Lucky va s’épanouir en montant Spirit, parcourant l’ouest des États-Unis sur le dos de son étalon. La série animée s’adapte à son temps en incorporant un peu de girl power pour remplacer Petit Nuage et les très nombreux personnages masculins de l’œuvre initiale. Pas un chef d’œuvre mais les enfants vont aimer ses petites aventures bien sympathique.

Note : 7, 5/10

Spirit-au-galop-en-toute-liberté-lucky-abigaelle-apo-boomerang-chica-linda-1.jpg

Test DVD :

Vidéo : Le travail du détail excelle ici, provoquant l’apparition des détails les plus subtils. En fait, il est si détaillé que vous pouvez voir chaque imperfection et chaque mèche de cheveux . Mais la plupart des arrière-plans semblent beaucoup plus unidimensionnels dans un film qui a autrement une dimension incroyable. Cela crée un look très unique qui se traduit extrêmement bien en contraste avec l’animation . Les rayons de lumière sont si vifs qu’ils sont tangibles lorsqu’ils sont projetés sur les personnages sur leur chemin. Les noirs sont brillant et  révèlent une grande profondeur.

Audio : L’audio dégage l’énergie du film sans effort. La partition remplit votre champ sonore d’exubérance. Même les scènes subtiles où les personnages ont une conversation rencontrent une excellente séparation des enceintes, l’une provenant de votre haut-parleur avant gauche et l’autre de votre droite.  Les hautes, moyennes et basses fréquences sont exactement ce que nous voulons.

 

  • Format : PAL
  • Audio : Néerlandais (Dolby Digital 5.1), Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1)
  • Sous-titres : Néerlandais, Français, Anglais
  • Région : Région 2
  • Rapport de forme : 1.78:1
  • Nombre de disques : 2
  • Studio : DreamWorks Animation SKG
  • Date de sortie du DVD : 7 août 2018
  • Durée : 300 minutes

61vRfAGJ60L._SY445_.jpg

 

 

Rien ne va plus sous les étoiles (16 août 2018) de Jenny Mclachlan

Sa mère a dû s’absenter pendant dix jours et Meg doit s’occuper seule de sa petite sœur… Son grand-père est bien trop fantasque pour lui venir en aide.

Chronique : Meg, 15 ans, est une astronaute en herbe et au milieu de la préparation de sa présentation, une occasion de prendre des vacances toutes dépenses payées au siège de la NASA, lorsque sa mère à l’esprit libre part pour le Myanmar, un pays d’Asie du Sud-Est où elle viendra en aide aux communautés défavorisées. Sa mère laisse aussi derrière elle Elsa, une petite fille qui ne peut pas comprendre où se trouve sa mère et qui s’attend à ce que son père âgé supporte le fardeau de deux enfants.

Plutôt que de placer Elsa dans l’environnement dangereux de la maison de ses grands-pères, Meg décide de devenir la principale gardienne d’Elsa tout en équilibrant l’école et la préparation de sa présentation. La mère de Meg était furieuse et m’a laissé en colère. L’esprit libre est pour ceux qui n’ont pas d’obligations, sa mère a deux jeunes enfants et un père âgé qui excuse le comportement de sa fille. Bien que son grand-père soit accommodant à contrecœur, sa maison ressemble à une ménagerie insalubre et refuse d’incommoder ses jeunes petites-filles. Son grand-père est charmant, mais pourquoi un adulte responsable permettrait-il à une jeune fille de quinze ans d’accepter la responsabilité d’un frère ou d’une sœur en bas âge ?

En tant qu’adolescente préoccupée par la science, Meg et sa belle-soeur Elsa sont relativement étrangères, partageant la même mère irresponsable et peu d’autres choses importantes. Par les circonstances, les deux sœurs commencent à prendre soin l’une de l’autre. C’était merveilleux de voir Meg être soutenue par de nouveaux amis improbables dans son programme de mentorat, en particulier Annie, une étudiante autiste sarcastique et résolue. Une rivalité amicale et une amitié douce étaient les fondements d’une romance enchanteresse.

Bien qu’il était beau et incroyablement divertissant, les personnages adultes de Rien ne va plus sous les étoiles  sont irresponsables. De leur mère et grand-père à la gardienne de la garderie d’Elsa qui soupçonnait leur mère d’être absente. Comment l’établissement scolaire ne s’est-il pas rendu compte du changement de son comportement ? L’étudiant responsable et astucieux, aujourd’hui non poli et exaspéré, est passé inaperçu.

Jenny McLachlan est une auteure magnifique, une conteuse merveilleuse et un délice absolu. Amusant, divertissant et incroyablement charismatique.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 336 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 12 années
  • Editeur : De la Martinière jeunesse (16 août 2018)
  • Collection : FICTION

51nQlklAf+L._SX339_BO1,204,203,200_.jpg

 

Les Vrais amis de Melissa (16 août 2018) de Kristen Tracy

Désignée pour être la photographe de l’album du collège, Melissa, tout juste entrée en sixième, est ravie.
Mais on ne lui demande que des images des élèves les plus populaires alors qu’elle voudrait que chacun ait sa chance.
Melissa aura-t-elle le courage de se battre pour les idées qui sont les siennes ? Cédera-t-elle aux charmes des stars du collège ou défendra-t-elle ses vrais amis ?

Chronique :  Dans ce livre divertissant, engageant et réaliste, « Les Vrais amis de Melissa » de Kristen Tracy, il montre une collégienne qui aspire à devenir populaire dans le classement des écoles, mais qui éprouve des difficultés. Il montre une fille en septième année du nom de Melissa, qui essaie de devenir populaire. Mais être populaire peut avoir des conséquences. Tout au long de ce livre, il montre vraiment comment la vraie vie est et comment devenir populaire peut ruiner vos amitiés avec vos vrais amis et même parfois les gens qui se soucient de vous. Cela vous fait vraiment ressentir de la mélancolie pour Melissa, mais elle est en train de le faire à elle-même à ce stade. Le lecteur va aimer la façon dont cette intrigue est si juteuse et descriptive que on peux jouer un film dans notre tête de ce que Melissa est en train de vivre. Enfin, son amie  essaie toujours de l’arrêter et de récupérer les amis qu’elle avait autrefois, mais parfois, quelque chose change d’avis. Ce livre est étonnant et un vrai tourne-page à lire.

Note : 9/10

 

  • Broché: 288 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 12 années
  • Editeur : De la Martinière jeunesse (16 août 2018)
  • Collection : FICTION

51OQqMbIf2L._SX339_BO1,204,203,200_

 

 

Au secours mon enfant a des devoirs (16 août 2018) de Bernadette Dullin

Chaque année, la scolarité de nos chers petits engendre stress et inquiétude. Pourtant, le suivi scolaire de nos enfants peut se dérouler sans drame ni larmes. C’est possible, avec un peu d’organisation et de méthodologie.
Forte de son expérience d’institutrice et de conseillère pédagogique, Bernadette Dullin s’appuie sur de nombreux cas pratiques pour aborder tous les éléments qui vont nous permettre d’aider le mieux possible nos enfants à apprendre et retenir les leçons le plus efficacement possible.

Chronique : Un vrai coup de cœur de la part de Bernadette Dullin qui a fait une petite poésie dont on ne sort pas indemne . Ce livre est tout à fait aventureux, ludique, profondément intéressant pour l’enfanceBernadette Dullin a trouvé le moyen d’expliquer un moyen d’expliquer et de toucher les parents qui luttent pour comprendre les enfants et tout ce qui peut arriver. Tout est prudemment optimiste tout en évitant tout élément télécommandé mais sait toucher; ce qui est incroyable en termes de style d’écriture et  de stimulation.

Note : 10/10

 

  • Broché: 192 pages
  • Editeur : Hugo Document (16 août 2018)
  • Langue : Français

51kC3Eq+cbL._SX374_BO1,204,203,200_.jpg

 

Les Heures rouges (16 août 2018) de Leni ZUMA

États-Unis, demain. Avortement interdit, adoption et PMA pour les femmes seules sur le point de l’être aussi. Non loin de Salem, Oregon, dans un petit village de pêcheurs, cinq femmes voient leur destin se lier à l’aube de cette nouvelle ère. Ro, professeure célibataire de quarante-deux ans, tente de concevoir un enfant et d’écrire la biographie d’Eivør, exploratrice islandaise du xixe. Des enfants, Susan en a, mais elle est lasse de sa vie de mère au foyer – de son renoncement à une carrière d’avocate, des jours qui passent et se ressemblent. Mattie, la meilleure élève de Ro, n’a pas peur de l’avenir : elle sera scientifique. Par curiosité, elle se laisse déshabiller à l’arrière d’une voiture… Et Gin. Gin la guérisseuse, Gin au passé meurtri, Gin la marginale à laquelle les hommes font un procès en sorcellerie parce qu’elle a voulu aider les femmes.

Chronique : Ce livre peut être décrit comme un roman dystopique, mais il est tout à fait contemporain. Au lieu de créer une société dystopique lointaine, Leni Zumas s’intéresse aux tendances de notre climat politique actuel et y réfléchit. Quelles sont les conséquences de l’illégalité de l’avortement aux États-Unis ? Comment une femme qui essaie d’avoir un bébé seule peut-elle naviguer dans un monde où la fécondation in vitro est interdite et où seuls les couples mariés sont autorisés à adopter ? Comment les concepts plus larges de la femme et de la maternité entrent-ils en jeu lorsque l’on discute de la santé des femmes ?
L’auteur pose toutes ces grandes questions dans le grand schéma des choses, tout en gardant une certaine proximité avec ses quatre (discutablement, cinq) personnages principaux. Elle raconte l’histoire de femmes multiples et très différentes et tisse tous ces différents récits ensemble magnifiquement et cependant, se lit à la fois comme une étude de caractère profondément intime et émotionnel et comme un portrait très complexe d’une société proche du futur. C’est écrit avec un lyrisme incroyable et même si ce n’est pas nécessairement une lecture légère, on apprécie de le lire jusqu’au bout.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 408 pages
  • Editeur : Presses de la Cité (16 août 2018)
  • Langue : Français

41JdAqjidFL._SX309_BO1,204,203,200_.jpg

 

Harper in fall (in love) (16 août 2018) de Hannah Bennett

C’est la rentrée et Harper a plein de problèmes au lycée ! Elle cache sa relation avec Josh pour se préserver du regard de ses pairs. En famille, ce n’est pas mieux : la petite Poppy les dénonce à leurs parents dès qu’ils s’embrassent ! Bientôt une nouvelle élève Mackenzie, et son frère aîné Declan, l’incitent à toutes sortes de transgressions. Photographe, Declan est la vraie star du lycée et elle se sent, comme toutes les autres, implacablement fascinée par lui… Josh restera-t-il son petit ami ?

Chronique :Alors qu’elle partait en vacances avec sa famille et celle de son meilleur ami, Harper doit faire face à tous ces changements une fois chez elle. Entre la rentrée, sa grand-mère qui s’installe chez eux sans prévenir et sa relation avec Josh qui laisse à désirer, Harper a de quoi faire ! C’est un nouveau défi pour ce personnage unique, qui saute à pieds joints dans les joies de l’adolescence, entre ses tourments et ses changements. Ajoutez à cela une mère complètement déjantée, des voisins à moitié fous et une grand-mère accro au feng-shui, vous y trouvez un récit qui vous transportera jusqu’à la dernière page en un clin d’oeil.  L’humour est une partie essentielle du roman, comme elle est essentielle dans la vie d’Harper, qui utilise l’humour comme mécanisme de défense. Le sarcasme fait partie de ses armes préférées et, pour tout le bonheur du lecteur, c’est également le cas des autres personnages ! A lire.

Note : 9/10

 

  • Broché: 256 pages
  • Editeur : Rageot Editeur (16 août 2018)
  • Collection : Grand Format Harper
  • Langue : Français

414j1LphNdL._SX343_BO1,204,203,200_

 

Test DVD : Marie Madeleine ( 7 aout 2018) de Garth Davis avec Rooney Mara, Joaquin Phoenix

Ce biopic biblique raconte l’histoire de Marie, une jeune femme en quête d’un nouveau chemin de vie. Soumise aux moeurs de l’époque, Marie défie les traditions de sa famille pour rejoindre un nouveau mouvement social mené par le charismatique Jésus de Nazareth. Elle trouve rapidement sa place au coeur d’un voyage qui va les conduire à Jérusalem.

Chronique :  « Marie Madeleine » a le mérite de réhabiliter cette femme évoquée dans les Evangiles à sa juste place et à sa juste valeur, c’est à dire au sein même des apôtres, en tant que disciple du Christ. À l’époque des revendications à propos de l’égalité de la femme et de l’homme, ce fait historique minimisé dans les Écritures, puis carrément déformé dans le mauvais sens en la défaveur de ce personnage central, résonnera donc encore plus avec tout son sens à la clé ! Cette histoire nous est donc retranscrite dans un dépouillement assez radical, dans des décors bruts à perte de vue, et parmi des regards profonds, puissants qui donnent une grande gravité et une profonde mélancolie à cette réalisation de Garth Davis. Après l’avoir rencontré pour sa guérison, Marie sera ainsi décrite comme la plus proche fervente de Jésus et même bien plus que les 12 apôtres qui finalement plus intéressés, auront eux une autre attente. Rooney Mara se révèle lumineuse, touchante, habitée évidemment par ce rôle difficile et sensible, qui l’identifiera en définitive comme la plus proche de la parole du Christ… Tandis que Jésus incarné par Joaquin Phoenix dont cette fois le charisme indispensable à l’écran ne sera pas de taille, alors qu’on l’attendait justement pile à sa place ici ! Et ainsi, curieusement par cet écueil évident, ce film très contemplatif dans sa construction et sa réalisation, manque donc d’une réelle puissance, d’une passion indispensable et nécessaire à porter cette histoire, à saisir le spectateur qui au bout du compte se languit finalement, plus qu’autre chose !

Note : 8/10

515TqFNvciL._SL1000_.jpg

TEST DVD:

IMAGE : Marie Magdalene dispose d’un transfert HD 1080p présenté dans un rapport d’aspect de 2.40: 1. Tourné numériquement, le film a une belle image avec des détails précis et des couleurs vives dans la plupart des scènes. Le film est trempé dans le travail de l’image avec des couleurs qui sont brillantes et fluides partout. Les oranges et les rouges enflammés illuminent l’écran ainsi que les océans bleus et les eaux verdâtres ramassent les paysages. Les niveaux de noir sont profonds et d’encre et les tons de peau sont naturels dans toutes les conditions d’éclairage

SON: Cette version est livrée avec Dolby SR  sans perte avec l’intensité du paysage sonore qui permet une meilleur écoute dans les dialogueset non pas de garder les choses calmes ou dynamiques dans les moments les plus doux. Le score ajoute toujours à l’action tout en gardant les tensions élevées, et le dialogue est toujours clair et net, avec zéro pop, fissures et sifflement.

BONUS :

Le tournage et les acteur: Deux bonus  dans lequel Garth Davis et les acteurs parlent des origines et de la racine de l’histoire, intéressant mais on aurai aimer aller un peu plus loin dans le mythe sacré.

 

  • Acteurs : Rooney Mara, Joaquin Phoenix, Chiwetel Ejiofor, Tahar Rahim, Ariane Labed
  • Réalisateurs : Garth Davis
  • Format : PAL
  • Audio : Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1)
  • Sous-titres : Italien, Norvégien, Arabe, Allemand, Néerlandais, Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Région 2
  • Rapport de forme : 2.20:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Universal Pictures France
  • Date de sortie du DVD : 7 août 2018
  • Durée : 114 minutes

71SycppP3CL._SL1000_.jpg