Test DVD : Tout le Monde Debout (18 juillet 2018) de Franck Dubosc avec Franck Dubosc, Alexandra Lamy

Jocelyn, homme d’affaire en pleine réussite, est un dragueur et un menteur invétéré. Lassé d’être lui-même, il se retrouve malgré lui à séduire une jeune et jolie femme en se faisant passer pour un handicapé. Jusqu’au jour où elle lui présente sa sœur elle-même handicapée…

Chronique : « Tout le Monde debout », une petite surprise qui va piocher dans plusieurs domaines, dont celui évidemment du handicap, mais Franck Dubosc en profite aussi pour signer ici une véritable parodie de l’image du personnage qu’il représente ! Il se moque en effet du flambeur charmeur, de l’aguicheur farceur, mais aussi du menteur amuseur !… Car le mensonge chez Jocelyn est quasiment une addiction, presque une pathologie pour séduire avant tout, puis s’esquiver comme un lâche. Sauf qu’ici en se confrontant au handicap, en jouant avec, quitte à se brûler, on va bien plus loin que prévu… C’est donc et sans doute une comédie bien plus subtile et intelligente que nous signe là Franck Dubosc, d’autant plus qu’il y est parfaitement à son aise, mais surtout qu’il offre à Alexandra Lamy un rôle en or, où l’actrice dans son fauteuil roulant possède un naturel non feint, un naturel doublé d’un humour et d’une tendresse, qui nous laissent pantois ! Sans compter que bien souvent ses réparties sont d’une justesse et d’une intelligence totalement imprévues, en nous faisant ainsi partager des échanges profonds et émouvants. Alors après un début non sans lourdeurs, cette comédie vire doucement à une relation qui prend une épaisseur drôlement prenante, où le côté léger et amusant renvoie la balle à un esprit caustique, où les situations et paroles embarrassantes se confrontent à des vérités enfin bonnes à dire et à entendre ! C’est ainsi que l’on se régale plus d’une fois de ces dialogues parfaitement ciblés, parfaitement justes qui sans aucun tabou, disent les choses telles qu’elles sont et sans le moindre détour ! Ceci sans oublier les rôles secondaires qui à leur façon apportent aussi leur contribution autour de ce couple apparemment bien mal parti dans son fonctionnement basé sur une imposture de mauvais goût, que cet humoriste-cinéaste réussira cependant à dédramatiser d’un simple tour de passe-passe ! Sans doute une très bonne et premiere réalisation de Frank Dubosc, qui mine de rien s’est frotté à un sujet délicat en le traitant avec une simplicité évidente et désarmante, mais diablement efficace !

Note : 9/10c4c3ec159055c5b87e02c939f6542de2.jpg

TEST DVD :

Video : La clarté du film  est juste magique et avec un contraste exceptionnels . Bien qu’il n’y ait pas de point de grain visible, l’image dégage une merveilleuse sensation de film . Les blancs sont brillants mais ne fleurissent jamais, et les tons de chair restent naturels et constants tout au long. Les détails sautent de l’écran, tandis que des gros plans pointus soulignent les lignes, les rides et les taches sur les visages des personnages âgés.

Audio :  Bien que les accents surround soient faibles, la fidélité supérieure et la profondeur tonale permettent à l’audio d’obtenir une sensation d’enveloppement fluide. Une séparation stéréo plus distincte est visible à l’avant, car des transitions douces élargissent bien le paysage sonore.. La musique  jouit d’une belle présence et remplit  avec aisance, et même si certains dialogues sont difficiles à comprendre. C’est une piste beaucoup plus intéressante que ce à quoi on pourrait s’attendre, et l’excellent rendu accentue son impact.

 

  • Acteurs : Franck Dubosc, Alexandra Lamy, Gérard Darmon, Elsa Zylberstein, Caroline Anglade
  • Réalisateurs : Franck Dubosc
  • Format : Couleur, Plein écran, Cinémascope, PAL
  • Audio : Français (Dolby Digital 5.1)
  • Audio description : Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
  • Région : Toutes les régions
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Gaumont
  • Date de sortie du DVD : 18 juillet 2018
  • Durée : 103 minutes

b66c82895f5753e8dd5a4f2db5d901f9.jpg

 

 

Mon premier permis piéton (5 juillet 2018) de Madeleine Deny et Etsuko Watanabe

Le 1er livre pour apprendre à traverser la rue sans danger ! Un livre livre conçu comme un grand terrain de jeux pour apprendre en douceur les règles de la sécurité, de 3 à 6 ans.
Des activités simples et ingénieuses qui stimulent la curiosité des enfants, développent leur attention et les aident acquérir les bon réflexes de piéton.

Chronique : un super livre avec des jeux qui fait appel aux cinq sens pour :
– connaitre sa gauche et sa droite
– savoir regarder
– apprendre à traverser
– reconnaître les panneaux
– détecter les situations dangereuses, seul et avec ses parents
– appréhender la vitesse des différents véhicules
– les gestes de sécurité à vélo / draisienne / trottinette
– se déplacer dans la ville, à la campagne et la nuit…

Un livre qui donne envie grave à la mise en page et les jeux de typographie répondent pertinemment aux catégories – souvent drôles mais pas si farfelues – dans lesquelles se range ce joyeux bazar. Un plaisir d’observation  associé à l’intelligence des associations et de la mise en page.

Note : 9,5/10

 

  • Album: 80 pages
  • Tranche d’âges: 3 – 5 années
  • Editeur : Nathan (5 juillet 2018)
  • Collection : COMME 3 POMMES

513e4LYkBoL._SX397_BO1,204,203,200_.jpg

 

WonderPark – Darkmoor (1 mars 2018) de Fabrice Colin et Antoine Brivet

Jenn, Mervin, Zoey et Orage sont enfin arrivés à Darkmoor, le monde du redoutable seigneur Langley. Accueillis par des villageois, ils apprennent qu’Arius, le père d’Orage, est toujours vivant mais plongé dans un sommeil que seul du concentré d’élébore, un élixir rare, peut rompre.
Les enfants vont devoir trouver ce remède puis partir à l’assaut du château de Langley pour mettre leur ennemi hors d’état de nuire…

Chronique:  A chaque tome son univers entre magie, technologie, aventures, suspense, science-fiction ou dystopie, ce qui fait qu’on voyage pour chaque histoire en compagnie de nos héros et de nouveaux personnages. L’entrée en matière était excellente : un kidnapping, un parc d’attractions abandonnée, un passage vers d’autres mondes qui représentent tous un univers du parc et nous voici au tome 6 …la fin donc de ce superbe cycle qui s’arrête et qui est bien triste tant chaque tome nous fait voyager.  Ce qui est attirant dans cette série, c’est bien sûr le côté « jeunesse » qui va séduire les jeunes lecteurs et le public visé grâce à des illustrations attractives, un voyage dans différents mondes imaginaires, entre réalité et fiction et surtout grâce à une écriture efficace, alerte, fluide et dynamique. Encore une fois la fin est juste superbe, on souhaite que elle deviennent une série, un film tan tout est super. La chronique ici est neutre et le lecteur doit y entrer d’une façon à a voir lu les 5 autres tomes afin de bien cerner cette conclusion.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 128 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 12 années
  • Editeur : Nathan (14 septembre 2017)
  • Collection : WONDERPARK

514xeg5SYNL._SX329_BO1,204,203,200_.jpg

 

WonderPark – Discordia (14 septembre 2017) de Fabrice Colin et Antoine Brivet

Jenn, Mervin et leur petite sœur Zoey ont réussi à rejoindre Discordia, la ville des fous, dont la devise est « Demain est un autre jour, et nous ne savons pas lequel. » Inquiets pour Orage, qui a été enlevée par un serviteur du redoutable Seigneur Langley, les enfants ne savent pas vers qui se tourner pour les aider… jusqu’à ce qu’ils rencontrent un jeune garçon : Tom, le chef des Orpailleurs, une communauté de vagabonds. Peuvent-ils vraiment s’y fier ? Qui croire dans un monde gouverné par la folie ?

Chronique : Après quatre tomes et quatre mondes différents, il est encore possible d’innover avec ce cinquième tome, tout entier tourné vers l’action. Nous retrouvons les personnages non pas là où nous les avons laissés, mais projetés dans un nouveau monde qui défie toutes les règles du bon sens. Bienvenue à Discordia – et non pas en Absurdie, comme on aurait pu tenter de le croire. En effet, ce n’est pas tant que ce monde est absurde, c’est qu’il est changeant, et que ses habitants ne peuvent pas savoir de quoi demain sera fait. Leur impératrice elle-même, dotée de sept fils qui commandent les sept robots géants de la ville, n’est pas un modèle de sérénité.
Les enfants ont mûri au cours de leurs aventures. Ils ont appris à leur dépend qu’ils ne devaient pas faire confiance au premier venu – pas facile quand on se retrouve seul dans un monde inconnu dont on ne maîtrise pas du tout les codes. Ils font des rencontres, bien sûr, notamment celle de Tom, un jeune homme qui vit en marge d’un monde qui est déjà bien compliqué.
L’action, les rebondissements ne manquent pas dans ce cinquième tome dans lequel on prend à nouveau de la hauteur. Un monde où chaque jour est diffèrent mais où la ville est différente aussi.
Ils se rapprochent de la fin de leur voyage, si près du seigneur Langley et de peut-être retrouver les parents d’Orage.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 128 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 12 années
  • Editeur : Nathan (14 septembre 2017)
  • Collection : WONDERPARK

51hQua+UG9L._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

 

Les Chroniques de Zi : Nara – Tome 2 (5 juillet 2018) de Jean-François Chabas et Guillaume Morellec

Perdue au cœur des Monts Jaunes, la princesse Nara tente d’échapper à l’Ogre. Elle ne sait pas que Phelan et Turi se sont élancés sur ses pas pour tenter de la sauver.
Eux ignorent que la princesse est sous le coup d’une terrible malédiction, depuis son enfance : quiconque lui apportera de l’aide la condamnera à une mort certaine… Or Phelan et Turi sont prêts à tout pour l’aider !

Chronique : Les Chroniques de Zi  tome 2 est aussi bon que le 1 qui est  un agréable roman  où les chapitres  permettent un enchaînement rapide de l’histoire. Il y a de bons ingrédients permettant aux jeunes lecteurs d’apprécier cette histoire : magie, aventure et combat d’épées et récit initiatique. On peut honnêtement dire sans gâcher une chose que ce roman offre de l’estime de soi. Nous pourrions apprendre tout en montrant un si mauvais exemple, et ne pas tenir compte de tous les fautes et fautes que Nara devra prendre dans le roman. On s’inquiète et on est ravi de toutes ses erreurs et de ses triomphes, alors même que on est de plus en plus préoccupé par le résultat final.
Car cela se ressent dans une véritable horreur depuis le début et jamais une fois la tension ne s’est glissée, se basant sur les détails, des caractérisations pointues et des révélations merveilleuses. On pourrait l’appeler une fantaisie sombre, bien sûr, ou une fiction historique avec un réalisme magique plié, ou même un conte de fée tellement enraciné dans la réalité qu’on ne pourrait jamais creuser assez profondément.
Est-ce que ce roman n’est pas seulement un conte parfait, mais aussi un peu le miroir au fait de sa propre écriture?

Note : 10/10

 

  • Broché: 240 pages
  • Editeur : Nathan (5 juillet 2018)
  • Collection : GRAND FORMAT DI

51fVw0W1ECL._SX331_BO1,204,203,200_

 

 

Piège à la Bastille (28 juin 2018) de Catherine Cuenca

Un roman qui mêle suspense, tension et intrigues avec un angle original : la prise de la Bastiille vue de l’intérieur.

Chronique : Excellent ouvrage pour ceux qui veulent aller plus loin dans l’histoire de la prise de la Bastille . Catherine Cuenca arrive avec ce roman tout à fait fidèle à la ce qui c’est dérouler durant cette prise mais on va plus loin avec un texte fluide, avec des transitions  qui font que l’enfant apprend ainsi sa langue maternelle et enrichi son vocabulaire en reprenant et en testant de nouveaux mots dans ses phrases. Parfois cela est cocasse et donne lieu aux « mots d’enfants » qui nous font sourire

Note : 9/10

 

  • Broché: 300 pages
  • Editeur : Nathan (28 juin 2018)
  • Collection : GF HISTORIQUE

519uOjZH6lL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

 

Max a grandi (5 juillet 2018) de Astrid Desbordes et Pauline Martin

Max a une super voiture de course.
Mais un jour, la voiture est trop petite.
Au garage !
Mais c’est un peu triste une voiture au garage. Alors Max a une idée…

Chronique : Une histoire courte et simple mais pleine de tendresse sur ce que les adultes appellent « Bêtise ». Le ton est bienveillant, les valeurs jolies et l’ambiance intemporelle.
On sait que la répétition est essentielle à l’épanouissement cérébral et affectif et cette série permet d’anticiper les rituels et de les rejouer à l’infini afin de leurs expliquer au mieux leurs quotidiens.

Note : 9,5/10

  • Album: 24 pages
  • Tranche d’âges: 2.0 années et plus
  • Editeur : Nathan (5 juillet 2018)
  • Collection : MAX ET LAPIN

51TrtkRAh7L._SX494_BO1,204,203,200_.jpg