Les dossiers de l’Agence 13 : Le jardin des guerriers – Première partie (12 octobre 2017) de Serge BRUSSOLO

Quand on travaille pour une agence immobilière spécialisée dans les anciennes  » scènes de crime « , mieux vaut s’attendre au pire… Mickie Katz, secouée par les découvertes faites tandis qu’elle s’occupait du manoir de Savannah Warlock, a dû faire appel à une psychologue, Zoey Walden, pour remonter la pente. Lorsque celle-ci la recontacte pour lui proposer de redécorer un centre de recherches où sont regroupés des enfants surdoués, Mickie ne voit pas comment refuser. Dès son arrivée, elle est surprise par le climat oppressant et l’obsession du secret qui pèsent sur les lieux. L’autorité tyrannique dont fait montre le scientifique en charge du projet n’arrange rien ! Très vite, elle comprend que la psychologue compte en réalité sur elle pour l’aider à faire évader deux jeunes garçons. L’ennui, c’est qu’ils en savent trop, désormais, pour qu’on puisse envisager de leur rendre la liberté ! Commence alors une cavale éprouvante qui va mener les fuyards jusque sur la côte Est, dans un coin perdu du Maine…

Chronique : Serge Brussolo est un auteur assez célèbre qui a écrit de nombreux livres dont des romans pour la jeunesse.
Il mélange le fantastique et le policier . Il fait preuve d’une très grande imagination et d’un remarquable talent de conteur.
Dans ce roman, nous sommes face à une histoire se présentant comme une série TV. On suit les aventures de nos personnages : Mickie Katz,…. A la fin de cette partie nous sommes suspendus dans l’attente de la suite; est ce utile. Malheureusement non. Le livre étant très bon c’est dommage de stopper la lecture d’un coup sec. On aurait préférer un livre plus cher et l’avoir en entier que en deux tomes ce qui casse un peu le récit mais qui ce rattrape pour nous offrir un bon final; ce qui est encore décevant c’est que le roman est court et on le lit en quelques heures.  Ce roman de Brussolo est très original de par son intrigue mais aussi de par le choix de la protagoniste incarnée par Mickie Katz. Dans ce roman, redécorer un centre de recherches où sont regroupés des enfants surdoués et Brussolo
nous emporte dans des aventures qui finissent par nous plonger dan des rebondissements, faits étranges, rumeurs, rencontres, liens énigmatiques et sait nous tenir en haleine mais mais quel sadisme de couper ce récit en deux et de nous laisser ainsi sur un cliffhanger. Quels secrets mortels nous attendent-ils dans la suite de ce roman ?

Note : 9/10

 

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 4008.0 KB
  • Nombre de pages de l’édition imprimée : 96 pages
  • Editeur : 12-21 (12 octobre 2017)

515Vf-hkmQL.jpg

 

Le tour du monde de Sherlock Holmes en 80 énigmes & LES INCROYABLES ÉNIGMES DE SHERLOCK HOLMES(20 septembre 2017) de Sandra Lebrun et Loïc Audrain et Gérald Guerlais

Des ouvrages où le lecteur suit Sherlock Holmes et son cher Watson dans leurs enquêtes , les aident à les élucider en résolvant énigmes et casse-tête.

Chronique : Observation, logique, ingéniosité et raisonnement sont mis à rude épreuve dans ces ouvrages qui contiennent 80 énigmes amusantes et variées réparties en catégories.
Les illustrations colorées et vivantes sont pleines d’humour et de détails.
Les solutions des énigmes sont données en fin de recueil.
De quoi ravir les férus d’enquêtes qui trouveront un réel plaisir à rentrer dans ces belles aventures.Plein d’astuces et de techniques décrites Bien pour expérimenter ces techniques. Très ludique pour les enfants.

Note : 9,5/10

 

  • Relié: 96 pages
  • Editeur : Larousse (20 septembre 2017)
  • Collection : Cahiers de jeux

 

Chéloïdes chroniques punks (19 octobre 2017) de Morgane Caussarieux

Colombe est maquilleuse sur des pornos gay. Malik est punk, et vit dans la rue. Alcool, drogue et soirées destroy, tout semble les réunir, mais les jeunes gens ont chacun leurs démons. Commence alors une inévitable descente aux enfers.

Chronique: C’est un livre sur la drogue qui décrit ce monde avec le plus grand réalisme. Comment quelques jeunes peuvent basculer dans le monde des paradis artificiels, comment l’entrainement peut aussi être un des ressorts qui peut l’expliquer. Morgane Caussarieux nous montre aussi les conséquences sur le physique des jeunes drogués, sans parler de l’accoutumance, des effets du manque et des effets de la drogue sur le psychisme des jeunes. Et sur ce que les jeunes sont obligés de faire pour se procurer la drogue et cela sans aucun fard. C’est un livre qui peut être aussi lu par les parents car la drogue concerne de plus en plus de jeunes, y compris ceux qui nous sont proches et que nous ne pouvons même pas soupçonner. Cru, vrai, toujours juste, Morgane Caussarieux possède une aptitude rare à décrire chaque ressenti. L’alternance de point de vue, proche du témoignage, fait de ce roman une peinture réaliste d’une génération perdue en manque de sensations fortes.
Du sexe aux drogues dites « douces » en passant par les substances les plus dangereuses, l’auteur nous entraîne dans les émois, les ébats, les errances d’une bande de jeunes à la recherche de… de quoi d’ailleurs? La réponse n’est pas, en tout cas, dans ces paradis artificiels…
Attachants de par leur vulnérabilité et leur leurre à contrôler leur quotidien, on ne sait si l’on doit les plaindre, les blâmer ou les prendre en affection. On pourrait croire ces personnages soudés et parés contre les coups durs, mais leur amitié, fragile, est prête à se dissoudre au moindre coup d’éclats.

Note : 9,5/10

 

  • Editeur : L’atelier Mosésu (19 octobre 2017)
  • Collection : ROMAN

51G8NR0h7tL._SX319_BO1,204,203,200_.jpg

 

Le tanneur (19 octobre 2017) de Borya Zavod

Un futur proche, trop proche… Elle a pris le pouvoir, elle a ruiné la France. Le pays est sous la tutelle de la Russie. Plus de police, ou si peu. Il ne reste que les gangs de motards pour faire régner un semblant de loi. Dans ce monde post-apocalyptique, Tonton tanne. Il tanne la peau humaine, prélève les « patchs ». Jusqu’au jour où un drôle de zig vient lui proposer un marché : tanner une pièce de collection. Une œuvre magistrale. Mais d’autres gangs sont aux aguets pour s’approprier la pièce unique. À côté de Borya ZAVOD, Mad Max c’est un Bisounours sur un karting.

Chronique :  Voici un roman d’anticipation hors norme mais juste magnifique dans une ambiance du film à la Seven, voir le silence des agneaux avec un peu de Mad Max . Tout est un symbole. L’exploitation qui en est faite par Borya Zavod dit Stanislas Petrosky qui n’est pas à sont premier coup d’essai nous emmène sur des chemins métaphysiques. Avec ses faux airs de ressemblance avec des films et d’autres auteurs, avec ce roman vous n’allez pas l’oublier pas une fois refermée. Plusieurs raisons à cela, d’abord la structure très bien construite et qui vous tient en haleine à chaque page qui en distillant des bribes de solutions qui s’avèrent parfois justes et d’autres fois qui vous mènent sur une fausse piste. Ensuite l’histoire est vraiment bien vue avec une intrigue originale qui évite les ressorts éculés des polars et des film futuriste. Enfin les personnages qui sortent là encore des stéréotypes habituels et chacun à ses propres zones troubles et n’est pas en tous les cas pas le héros de roman habituel. Pas d’hésitation, à lire d’urgence !

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 160 pages
  • Editeur : L’atelier Mosésu (19 octobre 2017)
  • Collection : Slash

51CNuB+H2TL._SX318_BO1,204,203,200_.jpg

 

Dans ma maison de poupée (19 octobre 2017) de Olivia Sage et Lucile Placin

Pour jouer à la poupée encore et encore, un magnifique coffret avec un livre de contes, une maison pop-up et des petites figurines !

Chronique :Cette étui coffret est des plus magnifiques. Quand vous l’ouvrez, à l’intérieur vous trouvez :
– un petit fascicule qui retrace les histoires de quatre héroïnes : (Vassilissa, la belle ; Le prince et la poupée ; Yaci et sa poupée de maïs ; La poupée qui mord)
– 1 maison pop-up à monter de + de 20 cm de haut. Chambre, cuisine, salle à manger, salon, véranda… tout y est. Et c’est sans compter la foule de détails disséminés ici et là par l’illustratrice.
– 10 petites figurines à jouer, dont les 4 poupées des contes qui s’impatientent de vivre de nouvelles aventures sous les mains habiles des petites lectrices.
La maison est très facile à monter (environ 20 minutes), les pièces sont très solides.
Les enfants vont adorer car ils peuvent faire vivre les personnages comme bon leur semble et surtout si ils aiment vraiment inventer leurs histoires.

Note : 10/10

 

  • Album: 40 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 12 années
  • Editeur : De la Martinière jeunesse (19 octobre 2017)
  • Collection : LIVRES ANIMES

51H2AK1QLsL._SY347_BO1,204,203,200_.jpg

 

La Dispute (18 octobre 2017) de Alain Laboile et Victoria Scoffier

Nil et son chat Matou Cachou sont les meilleurs amis du monde. Dehors, ils vivent
mille et une aventures. Un jour pourtant, une dispute éclate. La petite fille et le chat
vont devoir apprendre à vivre l’un sans l’autre. Heureusement, les disputes ne durent jamais longtemps…
Riches en émotions, les photographies d’Alain Laboile parlent d’une enfance sauvage
mais bien réelle : ce sont ses enfants qui figurent dans ses images, toujours prises
sur le vif et jamais posées.
Victoria Scoffier, journaliste pour 6Mois, s’est emparée de ses images et en a tissé une
histoire pour les petits.

Chronique : Magnifique livre superbement illustré par Alain Laboile, il faut dire que ces photos sont quasiment toutes en noir et blanc. C’est comme si ce qui était sur la photo prenait un tout autre sens, que l’on découvrait une autre facette d’un objet, d’une personne ou d’un lieu. L’émotion qui s’en dégage est alors beaucoup plus forte, et Alain Laboile sait très bien faire ressortir ces émotions. Victoria Scoffier arrive dans cette album à ce que le lecteur ne s’ennuie pas, c’est le moins que l’on puisse dire. Nil et son chat Matou Cachou sont débordants d’énergie, si bien que les situations que l’on découvre respire la joie de vivre et aussi cette communion avec la nature que beaucoup de nous n’ont pas eu la chance de connaître ou qui l’ont tout simplement perdu. Tantôt joueurs, espiègles, tranquilles, aventuriers, Nil et son chat Matou Cachou nous font découvrir leurs univers et leurs vies. On sourit, on rit, on s’émeut devant le portrait de Nil et son chat Matou Cachou.

Note : 9/10

 

  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Les Arènes (18 octobre 2017)
  • Collection : AR.HORS COLLECT

51PxkBgFqXL._SX437_BO1,204,203,200_.jpg

 

 

Brune et Rose (18 octobre 2017) de MIJO BECCARIA et Nicole Claveloux

Brune et Rose sont deux princesses absolument insupportables. Insolentes, désobéissantes, intrépides, curieuses, effrontées, impertinentes… Elles multiplient les bêtises et n’en font qu’à leur tête.
Un jour, elles se glissent en catimini hors du château et s’en vont découvrir le vaste monde…
Un récit aux mots choisis, illustré à la perfection par les dessins drôles et grinçants de Nicole Claveloux.
Déjà un classique !

Chronique : Une très bonne idée de la part de MIJO BECCARIA et Nicole Claveloux pour faire découvrir au enfant un conte décalé  dans un très beau livre où les illustration de sont magnifiques. Rien à dire niveaux texte avec un coté à la Roald Dahl si bien écrit et présenter pour que les enfant y ont accès, Les illustrations qui accompagne donc ses texte sont de teintes claire mais soutenues et sont absolument magnifiques avec ces personnages de fillettes. Elles créent un univers à part entière qui contribue à nous laisser porter par les mots et à nous inciter à la rêverie. Un bel objet livre qui fait voir la vie de toutes les couleurs…

Note : 9/10

 

  • Tranche d’âges: 6 – 9 années
  • Editeur : Les Arènes (18 octobre 2017)
  • Collection : AR.HORS COLLECT

616lPMvonML._SY467_BO1,204,203,200_.jpg

 

La Famille Cochon, L’Intégrale (18 octobre 2017) de Marie-Agnès Gaudrat-Pourcel et Colette Camil

La Famille cochon, série iconique d’histoires parues dans le journal Les Belles histoires de Pomme d’Api de Bayard, puis rééditées en albums et en poche, a été vendue à plus de 200 000 exemplaires.

Chronique : Toutes les histoires de la famille Cochon sont merveilleuses de tendresse, le quotidien y est décrit avec les yeux de l’enfance. Un moment de bonheur à partager avec ses enfants. Il a, pour chaque double page, une page de dessin, et une page de texte.
Les images de Colette Camil sont très bien faites, et on les commente avec les enfants pour aller plus loin dans le récit. Cette intégrale est un vrai trésor de tendresse, à la ligne claire et aux couleurs douces. Un régal pour les enfants  qui peuvent facilement s’identifier à cette famille. De belles histoire à (re) recouvrir en famille pour le plus grand bonheur de tous. Juste Parfait.

Note : 10/10

 

  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Les Arènes (18 octobre 2017)
  • Collection : AR.HORS COLLECT

61kwoG9jL8L._SX444_BO1,204,203,200_

 

 

Force noire (14 Octobre 2017) de Guillaume Prévost

Alma, comme beaucoup d’adolescentes, déteste les récits de guerre. Un jour, elle rencontre un ancien soldat de 14-18, Bakary Sakoro. Né au Mali, il s’est engagé à dix-sept ans. Autour du cou, il porte Force noire, le talisman de son grand-père. Mais la magie peut-elle le sauver de la folie des hommes ?Versé dans les bataillons d’Afrique, Bakary fait partie des sacrifiés, promis aux missions suicides et à l’enfer des tranchées. Seuls l’amitié des trois tirailleurs et l’amour de la belle Jeanne vont lui permettre de survivre. Mais Jeanne est blanche, et son père général… Peu à peu, Alma se passionne pour ce destin hors du commun. Jusqu’à découvrir qu’un lien secret l’unit au vieil homme…

Chronique :Cette histoire est destinée principalement à des lecteurs ados de 12-14 ans. L’histoire d’une rencontre entre une jeune ado et un ancien tirailleur sénégalais (en fait du Soudan , colonie A-OF – Afrique occidentale française-devenu plus tard le Mali) est très réaliste de plus la partie récit de guerre est très juste – pas une seule erreur. Ce roman formaté « ado » peut convenir à un adulte, il est un hommage aux troupes noires combattantes venues défendre un « pays » qu’ils ne connaissaient pas et qui les considérait comme des animaux peu évolués. Il s’est très vite créé une empathie entre les deux personnages principaux et moi , de plus la fin très surprenante m’a ravi et ému. C’est à la fois très dur, sensible mais jamais mièvre avec une fin émouvante où l’auteur  nous livre un destin hors norme, raconté en toute simplicité, entre émotion, nostalgie et spontanéité. Et même si le récit comporte quelques envolées “fleur bleue”, il ne perd pas de vue la place essentielle à accorder aux oubliés de la Grande Guerre, soit les « Tirailleurs sénégalais », dont le courage et le sacrifice n’ont jamais démenti.

Note : 9/10

 

  • Poche: 256 pages
  • Editeur : Folio Junior (14 septembre 2017)
  • Collection : Folio Junior

51+b53lKKmL._SX344_BO1,204,203,200_

 

 

Stasi Block (19 octobre 2017) de David YOUNG

Dans les rues sans nom, les disparitions ne laissent pas de traces.

Chronique : Lors de l’été 1975, dans ce qui se veut une ville pionnière de la République Démocratique Allemande, la disparation de jumeaux nés prématurés est signalée. L’enquête semble délicate puisque les autorités la confie à une jeune inspectrice, Karin Müller, que l’on fait venir spécialement de Berlin-Est.
Toutefois la jeune femme n’a pas les coudées franches pour enquêter : chacun de ses déplacements est surveillé par un membre de la Stasi, elle doit assister impérativement aux réunions du Parti et respecter scrupuleusement la hiérarchie entre toutes ces polices (du Peuple, de l’Etat..).
Un quartier entier de la ville lui est interdit d’accès. Mais c’est sans compter sur la détermination de la jeune inspectrice qui fera preuve d’énormément de ressources et de courage physique pour découvrir la réalité.
Ce roman, en plus de l’intrigue, dévoile aussi un aspect de l’Histoire de l’Allemagne de l’Est : à l’arrivée des troupes russes, de très nombreuses jeunes femmes ont été victimes de viols collectifs. Beaucoup ont eu recours à des avortements ou des abandons d’enfants. Mais l’Etat, qui surveille et enregistre tout, a dressé des listes nominatives de ces femmes. Trente ans plus tard, ces listes tomberont dans des mains malveillantes.
L’auteur décrit de manière parfaite l’ambiance , l’emprise de la propagande sur la population et la volonté de la maintenir dans une parfaite ignorance de ce qui se passe réellement. Tout est fait, y compris l’architecture de la ville nouvelle, pour que chaque individu se sente écrasé par le poids de l’Etat.

Note : 9/10

 

  • Poche: 416 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (19 octobre 2017)

513GWH43hNL._SY346_.jpg