Papy raconte n’importe quoi de Sylvaine Jaoui et Marianne Barcilon | 6 mars 2019

« « Papy ! Papy ! Il y a un monstre qui veut me manger ! » Tout seul dans son lit, Eliot appelle Papy à la rescousse. Grand méchant loup ? Vilaine sorcière ? Ogre sanguinaire ? Mais QUI est donc ce monstre terrifiant ? Papy a sa petite idée… »

Chronique : Les contes de fées sont, et ont toujours été, des histoires de peur effrayante de la vie et sont encombrés de personnages maléfiques qui font des choses horribles. Un album qui traite des terreurs nocturnes car il permet à l’enfant de se dépasser et de ne plus avoir peur du noir . Le trait de Marianne Barcilon  est doux. Le cauchemar est tourné au ridicule et ainsi balayé des pensées…  garce à l’écriture de Sylvaine Jaoui et du papy , l’enfant devient acteur de sa nuit . Un petit livre livre qui mérite d’être lu avant d’aller au lit ! Ce livre est une vrai découverte et trouve sa force.

Note : 9,5/10

Extrait :

2345

 

  • Album: 32 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Kaleidoscope (6 mars 2019)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2877676161`

1

 

Hulotte de Juliette Lagrange | 6 mars 2019

Hulotte est une grande timide. Et aujourd’hui, c’est l’exposé devant toute la classe. L’angoisse absolue ! Hulotte doit prendre son courage à deux mains.

Chronique : Très douce histoire aux illustrations très belles. Sur une mise en page sobre à l’extrême, au graphisme parfaitement maîtrisé pour laisser toute la place à l’émotion, cet album ressemble à un arrêt sur image.
Le texte est neutre, ni moralisateur. Il s’efface au profit de l’illustration forte, puissamment évocatrice. A chaque page, le travail graphique se joue du point de vue, alternant contraste, flou et images hors champ comme pour préserver l’intimité de cet échange.
Un album émouvant, mais aussi pudique.
Une lecture à partager blottis bien au chaud pour tenter de répondre aux nombreuses questions qu’elle suscitera.

Note : 9,5/10

Extrait :

2345

 

  • Album: 32 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Kaléidoscope (6 mars 2019)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2877676153

1

 

Louyestu ? de Geoffroy de Pennart | 17 avril 2019

Promenons-nous dans les bois Pendant que le loup n’y est pas Si le loup y était, il nous mangerait Mais comme il n’y est pas Il nous mangera pas… LOUYÉTU ?

Chronique : Une revisite réussie de la célèbre comptine où l’on croise les différents protagonistes des contes, tels le petit chaperon rouge ou encore les sept chevreaux et les petits cochons C’est un superbe livre qui permet aux enfants de prendre à rebours la comptine « Promenons-nous dans les bois » et mettre non seulement le loup (presque) à nu, mais aussi les peurs des jeunes lecteurs.
Nul besoin d’aller chercher au-delà, dans de la psychologie de pacotille l’histoire se suffit en elle-même, est séduisante et très agréable. De quoi passer un bon petit moment avec son ou ses enfants.

Note : 9,5/10

Extrait :

2345

 

  • Album: 26 pages
  • Editeur : Kaléidoscope (17 avril 2019)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2877678628

1.jpg

 

Le Club de l’Ours Polaire, 2 de Alex Bell,| 13 juin 2019

Une île maudite peuplée de sorcières, de trolls et de loups damnés : la suite tant attendue du Club de l’Ours Polaire.Personne n’est jamais revenu vivant du Mont des Sorcières, or c’est justement là que se dirige le père de Stella… Accompagnée d’Ethan, Shay, Dragigus et de Gideon, un explorateur du Club du Chat de Jungle pas très coopératif, la jeune fille doit à tout prix lui venir en aide.

Chronique : Il s’agit du deuxième volet de la série Le Club de l’Ours Polaire

Si je devais définir ce livre en un seul mot, ce serait ceci : ADORABLE ! Les personnages du premier livre reviennent, avec leurs aventures cette fois-ci dans la fameuse Montagne des Sorcières, où peu d’explorateurs osent s’aventurer. Ces intrépides mini-explorateurs en apprennent davantage sur leur boussole morale en naviguant dans le ciel et sur les terres pour la justice. Au fur et à mesure qu’ils élargissent leurs cartes du monde, ils découvrent qu’ils ont beaucoup à apprendre sur eux-mêmes et sur ce qui se passe beaucoup plus près de chez eux dans ce processus.

Tout comme dans la série précédente, ce livre a été imprégné d’une forte dose de féminisme et était une lecture inclusive qui prêchait les dangers des jugements hâtifs et de l’acceptation des différences des autres. Je suis un fan indéfectible de ces personnages et je voyagerai avec eux dans toutes les aventures futures qu’ils entreprendront.

Si vous avez aimé le premier livre de la série, je suis certain que vous aimerez aussi celui-ci. Cette fois-ci, le roman prend la forme d’une aventure plus contrôlée, les protagonistes se dirigeant vers une montagne dangereuse dans l’espoir de sauver le père de Stella. Cependant, cela ne gêne pas du tout le rythme. L’équipe passe d’une aventure à l’autre, cette fois-ci face à des requins volants, des loups buveurs d’âme et un pique-nique d’ours en peluche en mission pour affronter la sorcière qui a assassiné les parents biologiques de Stella.

L’univers de Bell est toujours aussi fantaisiste et charmant, s’inspirant de plusieurs histoires féeriques, mais ajoutant aussi ses propres éléments créatifs. Cependant, j’ai commencé à penser que ce roman était peut-être un peu occupé cette fois-ci. Alors que la fête dans le livre précédent était gérable, dans ce livre elle passe à cinq enfants, un chameau, un morse, un dinosaure pygmée, quatre fées, un loup spirituel, un génie et un sac de grenouilles, rendant de plus en plus difficile de se rappeler comment on appelle chacun !

Pourtant, le roman était immensément satisfaisant à lire, se terminant au moment parfait pour clore cette aventure tout en laissant beaucoup de place à la suite. Le livre véhiculait également un merveilleux message sur le profilage racial, avec à la fois les attitudes que les gens adoptent envers les princesses des neiges et les sorcières qui forment l’ossature du roman. Il enseigne au lecteur à ne pas faire d’hypothèses sur les gens en raison de leur race et de leurs antécédents, ce qui est certainement un message très important à notre époque.

Les acteurs sont encore très forts et chaque personnage a une personnalité distincte, mais je ne pensais pas que ce roman les développait aussi bien que le précédent. Alors que le dernier livre donnait à chacun d’eux quelque chose à faire, ce roman mettait principalement l’accent sur Stella et les autres en quelque sorte s’estompait à l’arrière-plan. Pourtant, j’ai été ravi par l’ajout de Cadi à la distribution, car c’est formidable d’avoir une autre protagoniste féminine forte dans une histoire qui est par ailleurs très dominée par les hommes.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 400 pages
  • Tranche d’âges: 10 – 13 années
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (13 juin 2019)
  • Collection : GRAND FORMAT LI
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 207508033X

2.jpg

 

Le Club de l’Ours Polaire, 1: 1. Stella et les mondes gelés de Alex Bell | 13 juin 2019

Stella Flocus Pearl a toujours voulu accompagner sur les terres inconnues de ses voyages. Son rêve se réalise le jour de ses douze ans : partir en exploration avec le Club de l’Ours Polaire ! Aux côtés d’un chuchoteur de loups, d’un magicien snob et arrogant et d’un demi-elfe timide et maladroit, Stella se lance à la conquête des étendues polaires. Mais une catastrophe vient bouleverser l’expédition et d’inombrables dangers se dressent bientôt sur leur chemin.

Chronique : Stella Pearl est adoptée, elle vit avec son père Felix, et leur multitude de dinosaures pygmées, des licornes et un ours polaire. Stella veut être exploratrice, navigatrice pour être exacte, mais Le Club de l’Ours Polaire interdit aux femmes d’être exploratrices, mais Felix met son honneur et son rôle dans le club en jeu et Stella se retrouve bientôt dans ce club, avec son amie Beanie, et Shay. Le Club de l’Ours Polaire entreprend une mission pour trouver la partie la plus froide des glaces, mais ce n’est pas une mission en solo, et c’est ainsi qu’ils rencontrent Ethan, un garçon arrogant et égoïste qui déteste Stella, Beanie et Shay. Mais des circonstances inattendues impliquant des loups achetés à la hâte, un troupeau de mammouths laineux et un pont de glace brisé, trouvent ce jeune groupe d’explorateurs seuls dans les glaces, essayant de trouver un chemin vers la partie la plus froide en un seul morceau.

Le Club de l’Ours Polaire était le livre qu’il me fallait lire. Dès que j’ai commencé à lire, je n’ai pas arrêté, j’aime la relation que Stella et Felix ont. J’aime la façon dont Stella n’a pas peur de repousser les limites, et comment Felix ne la retient pas mais l’encourage. J’adore son aspect magique, qui ne voudrait pas d’une licorne, d’un dragon pygmée, d’un ours polaire (moins l’écrasement potentiel), ou même de mini pingouins dans un mini iglou. Même le côté le plus méchant des créatures magiques a un impact.

Le Club de l’Ours Polaire  est le livre parfait pour un enfant ou un adulte à la recherche d’aventure…ou un adulte. J’adore la facilité avec laquelle l’intrigue était facile à suivre, mais ça vous a donné envie d’en savoir plus. Au fur et à mesure que l’histoire progresse, certains secrets et passés sont révélés (un que j’ai deviné) mais voir ce qui vient de ces révélations compense pour les parties tristes.

Il y a de l’humour, du danger, du mystère et des moments vraiment réconfortants. Il y a une merveilleuse croissance des personnages, le style d’écriture est magnifique, et le monde qu’Alex Bell a créé est si unique et plein d’émerveillement .

Note : 9,5/10

 

  • Poche: 336 pages
  • Tranche d’âges: 10 – 13 années
  • Editeur : Folio Junior (13 juin 2019)
  • Collection : Folio Junior
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2075080283

51l1F-UkrnL._SX346_BO1,204,203,200_.jpg

 

T’es bonne bébé ! de Juliette KATZ et Alexia ALLET | 16 mai 2019

Un ouvrage sur l’amour de soi porté par la Youtubeuse Coucou les girls !

Juliette Katz, youtubeuse à succès de la chaîne Coucou les Girls, publie son premier livre, T’es bonne bébé !
Dans cet ouvrage intimiste et émouvant, elle aborde le sujet complexe qu’est l’amour de soi, à travers des notions telles que : le corps, l’audace, le regard des autres; la sexualité, la bienveillance, et bien sûr, l’impact d’Internet sur le regard que l’on porte sur soi.
C’est avec sincérité, naturel et sans tabou, qu’elle partage avec ses lectrices et lecteurs son expérience, ses doutes, ses questionnements, et ses conseils pour s’aimer tel que l’on est.

Chronique : L’influenceuse Juliette Katz, plus connue sous le pseudo Coucou les girls et star de la fiction Moi, grosse de France 2, qui ne manqua pas de provoquer une polémique à cause du costume de « grosse » portée par l’actrice, Juliette Katz, donc, nous propose un livre touchant qui aborde le sujet complexe qu’est l’amour de soi. L’amour de son corps, de sa sexualité, le poids du regard des autres, la nécessité de la bienveillance, la tolérance et l’acceptation, le tout très joliment illustré par la talentueuse Alexia Allet. Juliette Katz se dit se qu’elle a envie de nous faire partager. On ressent comme un journal intime qui nous est ouvert grâce aux témoignages qu’elle a rajouter.
Mélant illustration et écrit, ce livre nous accroche tant bien visuellement que thématiquement. Conseils, confessions, doutes et questionnements, l’auteur se livre sans tabou avec un texte qui sera certainement une révélation pour certain(e)s et une étape marquante vers le « mieux être ». Un magnifique ouvrage dans lequel Juliette Katz se livre mais donne aussi la parole à d’autres pour témoigner de leurs propres expériences quant à l’acceptation de soit. Un livre particulièrement touchant qui, par un jeu de question/réponse, nous permet d’une certaine manière de nous livrer et de témoigner à notre tour !

Note : 9,5/10

Extrait :

12345

 

  • Broché: 192 pages
  • Editeur : First (16 mai 2019)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2412046026

416dUGX98VL._SX359_BO1,204,203,200_.jpg

 

Apocalypse Transferts de Fabio m. Mitchelli | 20 juin 2019

Un jeu en ligne ultra violent et ultra réaliste…
Si réaliste que lorsque certains joueurs se déconnectent de la plate-forme, ils n’assurent pas leur retour à la réalité, et continuent de tuer…
Dans quel monde vivons-nous vraiment ? Sommes-nous les acteurs de nos vies ou n’en sommes-nous que les marionnettes ? Et dans ce cas, qui tire les fils de nos destinées ?
À l’heure des réseaux sociaux, de l’hyperconnexion, des drogues de synthèse, et de l’impression des armes à feu en 3D, l’adolescence est en passe de supplanter l’adulte et de prendre le contrôle…
Prix Dora Suarez du Polar 2013 et 2015

Chronique : Ce livre crée un tout nouveau genre Fabio m. Mitchelli a une imagination vive qu’il utilise pour créer une vision étonnante d’une humanité corrompue attaquée de l’intérieur et de l’extérieur. Apocalypse Transferts, et c’est un  » tissé  » à la manière d’Internet est merveilleusement imaginé. L’histoire, c’est de la dynamisation dès le départ. Le final est une course à couper le souffle d’une violence effroyable (réelle et imaginaire), de conspirations sauvages, de croix et de doubles croisements, et de paysages virtuels en évolution rapide. La plume est fluide avec un univers très complet d’une imagination naturelle, simple et extraordinaire. Un monde où l’apparence est au centre des normes sociales, implants, changements physiques,… tous plus ou moins délirants. Le monde virtuel est devenu le monde réel, et tout ceux qui ne sont pas raccordés sans à la marge du monde. Ce roman explore avec infiniment de cohérence nos dérives actuelles.Apocalypse Transferts  est très original, plein d’idées merveilleusement horribles et de personnages extraordinaires.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 304 pages
  • Editeur : French Pulp éditions (20 juin 2019)
  • Collection : Angoisse
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1025105801

1.jpg