Je découvre la philosophie – Livre-CD (16 août 2018) de Aïda N’Diaye et Thomas Baas

Un outil simple pour inviter l’enfant à réfléchir à ce qui l’entoure, à sa vie, à sa place parmi les autres.
A travers les aventures quotidiennes de Lucie, Noé et leur doudou Biboule, le petit lecteur va découvrir le plaisir de réfléchir par lui-même et de s’interroger : Qu’est-ce que l’imagination ? Peut-on aimer plus un objet qu’une personne ? Peut-on être curieux sans être indiscret ? Les races existent-elles ? Qu’est-ce que la violence ? A-t-on parfois le droit de mentir ?

Chronique : Livre très sympa et réussi sur cette première approche de la philosophie Sur chaque double page l’enfant est mis en scène dans une situation qui parle à l’enfant sur un thème sonore  grâce au cd guidés de philosophie.
Un texte évocateur qui reprend bien l’esprit de la philosophie et bien sur des illustrations douces sur le thème. Ce livre est très facile à lire, et va vous permettre d’initier votre enfant. Il permet de se libérer de ses angoisses et de prendre confiance en soi.

Note : 9,5/10

 

  • Album: 20 pages
  • Editeur : Nathan (16 août 2018)
  • Collection : BIEN ETRE PETIT
  • Langue : Français

41cdUN854bL._SX496_BO1,204,203,200_

 

 

 

J’accueille mes émotions (6 septembre 2018) de Isabelle Filliozat et Virginie Limousin

Avec Youpirana, le petit singe joyeux, Crocoyo, le crocodile triste, Rayana, la tigresse en colère… reconnais les émotions qui te traversent.
Puis apprends à les accueillir grâce à des outils très concerts : respirer, sauter, dessiner, crier …
Un voyage poétique et ludique pour l’enfant, des conseils pour les parents.

Chronique :  Isabelle Filliozat et Virginie Limousin offre ici aux parents un outils précieux pour apprendre à l’enfant à identifier et comprendre leurs attention , leurs émotions.
Grâce aux exercices tout simples de ce livre il saura faire la différence entre joie, peur, tristesse, colère, honte, amour et dégoût et les mettre en relation avec des situations réelles. Il découvrira également, expliqués de façon très simple et de maitriser sa respiration.

Note : 9,5/10

 

  • Album: 32 pages
  • Editeur : Nathan (6 septembre 2018)
  • Collection : BIEN ETRE PETIT

51loxYXppPL._SY498_BO1,204,203,200_

 

 

Alphons Mucha (12 septembre 2018) de Valérie Mettais

Aujourd’hui, on ne conçoit plus l’histoire de l’art du xxe siècle naissant sans y accorder une place à Alfons Mucha. Affichiste, illustrateur, peintre, dessinateur et photographe, inventeur de style et inspirateur de tendance, Mucha s’exprime sur de nombreux supports. Un artiste à multiples facettes, emblématique de l’Art nouveau ! Si Mucha reste pour Paul Éluard avant tout un « poète du crayon », Louis Aragon voit l’artiste tchèque « à côté de Gauguin et de Toulouse-Lautrec, comme l’oeil le plus aigu qui se soit posé sur son temps, comme l’orienteur de sa sensibilité ».

Chronique :  Pour un « livre d’art » il est vrai que les textes sont parfois réduits à l’essentiel, mais, concernant Mucha, rien de bien génant dans la mesure où l’oeuvre graphique de l’artiste parle d’elle même et le fait qu’en partie elle ait été dédiée à la publicité la rend d’autant plus accessible au commun des mortels du XXIième qui baigne dès sa naissance dans l’univers de la réclame pour gogo. Il est vrai qu’indépendamment même de ses affiches, on connaît moins bien la contribution de Mucha aux arts décoratifs (bijoux, mobilier, etc…) . En résumé, pour ceux qui ne connaissent de Mucha que le merchandising qui refleurit à chaque saison sur des plaques émaillées réedditées à tour de bras pour les touristes, voilà une occasion de se familiariser avec l’ensemble de son oeuvre. Pour ceux qui ne comptent plus les ouvrages relatifs à Alfons Mucha qui s’entassent sur leurs étagères, autant vous dire que le présent livre est, et de loin, le plus riche en terme d’iconographie et de qualité des photos présentées: un must .Une chronologie et un glossaire viennent compléter la présentation de cet artiste qui continue de fasciner.

Note : 9,5/10

 

  • Relié 128 pages
  • Editeur : Larousse (12 septembre 2018)
  • Collection : LA.ALBUM ARTS

61RaqbvddHL._SX407_BO1,204,203,200_.jpg

 

Mythique Venise (5 septembre 2018) de Gérard Denizeau

« Je n’ai rien vu, ni à Rome, ni à Florence, ni à Gênes, que l’on puisse préférer à l’originale variété qui éclate dans les palais de Venise, ce sont de véritables tableaux dont il faut admirer le dessin, la couleur et l’expression. »
Viollet-Le-Duc

Chronique : Tout amoureux de Venise se doit d’avoir ce livre car Gérard Denizeau y sais bien y retranscrire cette belle ville. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il ne s’agit pas d’un guide touristique. C’est un ouvrage présentant un excellent survol de l’histoire de Venise au point de vue  de la peinture.
C’est une excellente approche de l’histoire de Venise où l’on apprend plein de choses sans s’ennuyer, et, surtout sans difficulté, y compris par les lecteurs découvrant Venise et son histoire .
Le tout est écrit dans un style agréable, limpide, clair.

Note : 9,5/10

 

  • Relié: 128 pages
  • Editeur : Larousse (5 septembre 2018)
  • Collection : LA.ALBUM ARTS
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2035963079

51-0LiLs6-L._SX407_BO1,204,203,200_.jpg

 

Oublier mon père (23 août 2018) de Manu Causse

– Pas la peine de chialotter, je ne t’ai pas fait mal, m’assure ma mère chaque fois qu’elle me gifle. Sud de la France, années 90. Alexandre grandit auprès d’une mère autoritaire et irascible. Elle veut à tout prix qu’il oublie l’image de son père disparu prématurément. Bon garçon, il s’exécute. Devenu photographe, Alexandre se révèle un adulte maladroit, séducteur malgré lui, secoué par des crises de migraine et la révolution numérique. A quarante ans, il échoue dans un petit village de Suède pour y classer des images d’archives. Il lui faudra un séjour en chambre noire et une voix bienveillante pour se révéler à lui-même et commencer enfin à vivre.

Chronique : Condensé de cette œuvre de génie : Traité avec justesse, l’ouvrage est d’une qualité littéraire remarquable. Manu Causse nous livre ici un condensé d’émotion de dureté entre une mère et son fils, pour préserver où non ce dernier d’une enfance meurtrie et sans horizon. Dans un esprit autoritaire la mère va déployer tout son savoir-faire avec l’énergie faire oublier à son fils: Alexandre  son père pour en faire sa « chose » Ce nouveau livre de Manu Causse est un maître de l’imagination avec ce roman il raconte une histoire simple, banale, qui pourrait concerner n’importe lequel d’entre nous, ce qui fait qu’on s’y identifie facilement avec un sentiment d’abandon, maltraitance et culpabilité sont les thèmes abordés qui portent en nous l’immense présence d’un être fort qui nous a appris la vie et nous transmet des valeurs et que l’on croyait invincible où le lecteur se replonge quelques décennies en arrière. Des moments beaux et touchants, dur et un amour. Un très beau moment de lecture.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 304 pages
  • Editeur : Denoël (23 août 2018)
  • Collection : Romans français
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2207141314

41HA-wEvV5L._SX341_BO1,204,203,200_.jpg

 

Ninn T03: Les Oubliés (22 août 2018) de Jean-Michel Darlot et Johan Pilet

En procédant au nettoyage du fanal des Grands Lointains, Ninn et son tigre de papier tombent sur une vieille sacoche oubliée ayant appartenu au Chasseur de Courants d’Air. Parmi un bric-à-brac de choses sans intérêt, Ninn extrait un vieux journal relié de cuir. Il est daté de 1924 et écrit de la main d’une certaine Éponine, aviatrice. Ce journal permettra- t-il à Ninn de reconstituer un peu plus son roman familial ?…

Chronique : Après un magnifique diptyque conclu en 2016, Ninn et ses amis reprennent du service sous la plume et les pinceaux de Jean-Michel Darlot et Johan Pilet. Le métro parisien et les Grands Lointains sont installé dans le récit, Jean-Michel Darlot  amène nos héros sur les traces de la crue de 1910 et de l’inauguration du réseau. Plus dense que la première aventure , mais avec un ton et des dialogues toujours modernes, la mise en couleur est elle aussi volontairement assez sombre et froide pour coller à l’histoire.
L’ensemble est fort et offre une belle ouverture à cette belle saga qui vaut la peine d’être lu.

Note : 9,5/10

 

  • Album: 72 pages
  • Editeur : Kennes Editions (22 août 2018)
  • Collection : KE.JEUNESSE

41e6PlhtGgL._SX374_BO1,204,203,200_.jpg