Dans ma maison de poupée (19 octobre 2017) de Olivia Sage et Lucile Placin

Pour jouer à la poupée encore et encore, un magnifique coffret avec un livre de contes, une maison pop-up et des petites figurines !

Chronique :Cette étui coffret est des plus magnifiques. Quand vous l’ouvrez, à l’intérieur vous trouvez :
– un petit fascicule qui retrace les histoires de quatre héroïnes : (Vassilissa, la belle ; Le prince et la poupée ; Yaci et sa poupée de maïs ; La poupée qui mord)
– 1 maison pop-up à monter de + de 20 cm de haut. Chambre, cuisine, salle à manger, salon, véranda… tout y est. Et c’est sans compter la foule de détails disséminés ici et là par l’illustratrice.
– 10 petites figurines à jouer, dont les 4 poupées des contes qui s’impatientent de vivre de nouvelles aventures sous les mains habiles des petites lectrices.
La maison est très facile à monter (environ 20 minutes), les pièces sont très solides.
Les enfants vont adorer car ils peuvent faire vivre les personnages comme bon leur semble et surtout si ils aiment vraiment inventer leurs histoires.

Note : 10/10

 

  • Album: 40 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 12 années
  • Editeur : De la Martinière jeunesse (19 octobre 2017)
  • Collection : LIVRES ANIMES

51H2AK1QLsL._SY347_BO1,204,203,200_.jpg

 

La Dispute (18 octobre 2017) de Alain Laboile et Victoria Scoffier

Nil et son chat Matou Cachou sont les meilleurs amis du monde. Dehors, ils vivent
mille et une aventures. Un jour pourtant, une dispute éclate. La petite fille et le chat
vont devoir apprendre à vivre l’un sans l’autre. Heureusement, les disputes ne durent jamais longtemps…
Riches en émotions, les photographies d’Alain Laboile parlent d’une enfance sauvage
mais bien réelle : ce sont ses enfants qui figurent dans ses images, toujours prises
sur le vif et jamais posées.
Victoria Scoffier, journaliste pour 6Mois, s’est emparée de ses images et en a tissé une
histoire pour les petits.

Chronique : Magnifique livre superbement illustré par Alain Laboile, il faut dire que ces photos sont quasiment toutes en noir et blanc. C’est comme si ce qui était sur la photo prenait un tout autre sens, que l’on découvrait une autre facette d’un objet, d’une personne ou d’un lieu. L’émotion qui s’en dégage est alors beaucoup plus forte, et Alain Laboile sait très bien faire ressortir ces émotions. Victoria Scoffier arrive dans cette album à ce que le lecteur ne s’ennuie pas, c’est le moins que l’on puisse dire. Nil et son chat Matou Cachou sont débordants d’énergie, si bien que les situations que l’on découvre respire la joie de vivre et aussi cette communion avec la nature que beaucoup de nous n’ont pas eu la chance de connaître ou qui l’ont tout simplement perdu. Tantôt joueurs, espiègles, tranquilles, aventuriers, Nil et son chat Matou Cachou nous font découvrir leurs univers et leurs vies. On sourit, on rit, on s’émeut devant le portrait de Nil et son chat Matou Cachou.

Note : 9/10

 

  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Les Arènes (18 octobre 2017)
  • Collection : AR.HORS COLLECT

51PxkBgFqXL._SX437_BO1,204,203,200_.jpg

 

 

Brune et Rose (18 octobre 2017) de MIJO BECCARIA et Nicole Claveloux

Brune et Rose sont deux princesses absolument insupportables. Insolentes, désobéissantes, intrépides, curieuses, effrontées, impertinentes… Elles multiplient les bêtises et n’en font qu’à leur tête.
Un jour, elles se glissent en catimini hors du château et s’en vont découvrir le vaste monde…
Un récit aux mots choisis, illustré à la perfection par les dessins drôles et grinçants de Nicole Claveloux.
Déjà un classique !

Chronique : Une très bonne idée de la part de MIJO BECCARIA et Nicole Claveloux pour faire découvrir au enfant un conte décalé  dans un très beau livre où les illustration de sont magnifiques. Rien à dire niveaux texte avec un coté à la Roald Dahl si bien écrit et présenter pour que les enfant y ont accès, Les illustrations qui accompagne donc ses texte sont de teintes claire mais soutenues et sont absolument magnifiques avec ces personnages de fillettes. Elles créent un univers à part entière qui contribue à nous laisser porter par les mots et à nous inciter à la rêverie. Un bel objet livre qui fait voir la vie de toutes les couleurs…

Note : 9/10

 

  • Tranche d’âges: 6 – 9 années
  • Editeur : Les Arènes (18 octobre 2017)
  • Collection : AR.HORS COLLECT

616lPMvonML._SY467_BO1,204,203,200_.jpg

 

La Famille Cochon, L’Intégrale (18 octobre 2017) de Marie-Agnès Gaudrat-Pourcel et Colette Camil

La Famille cochon, série iconique d’histoires parues dans le journal Les Belles histoires de Pomme d’Api de Bayard, puis rééditées en albums et en poche, a été vendue à plus de 200 000 exemplaires.

Chronique : Toutes les histoires de la famille Cochon sont merveilleuses de tendresse, le quotidien y est décrit avec les yeux de l’enfance. Un moment de bonheur à partager avec ses enfants. Il a, pour chaque double page, une page de dessin, et une page de texte.
Les images de Colette Camil sont très bien faites, et on les commente avec les enfants pour aller plus loin dans le récit. Cette intégrale est un vrai trésor de tendresse, à la ligne claire et aux couleurs douces. Un régal pour les enfants  qui peuvent facilement s’identifier à cette famille. De belles histoire à (re) recouvrir en famille pour le plus grand bonheur de tous. Juste Parfait.

Note : 10/10

 

  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Les Arènes (18 octobre 2017)
  • Collection : AR.HORS COLLECT

61kwoG9jL8L._SX444_BO1,204,203,200_

 

 

Force noire (14 Octobre 2017) de Guillaume Prévost

Alma, comme beaucoup d’adolescentes, déteste les récits de guerre. Un jour, elle rencontre un ancien soldat de 14-18, Bakary Sakoro. Né au Mali, il s’est engagé à dix-sept ans. Autour du cou, il porte Force noire, le talisman de son grand-père. Mais la magie peut-elle le sauver de la folie des hommes ?Versé dans les bataillons d’Afrique, Bakary fait partie des sacrifiés, promis aux missions suicides et à l’enfer des tranchées. Seuls l’amitié des trois tirailleurs et l’amour de la belle Jeanne vont lui permettre de survivre. Mais Jeanne est blanche, et son père général… Peu à peu, Alma se passionne pour ce destin hors du commun. Jusqu’à découvrir qu’un lien secret l’unit au vieil homme…

Chronique :Cette histoire est destinée principalement à des lecteurs ados de 12-14 ans. L’histoire d’une rencontre entre une jeune ado et un ancien tirailleur sénégalais (en fait du Soudan , colonie A-OF – Afrique occidentale française-devenu plus tard le Mali) est très réaliste de plus la partie récit de guerre est très juste – pas une seule erreur. Ce roman formaté « ado » peut convenir à un adulte, il est un hommage aux troupes noires combattantes venues défendre un « pays » qu’ils ne connaissaient pas et qui les considérait comme des animaux peu évolués. Il s’est très vite créé une empathie entre les deux personnages principaux et moi , de plus la fin très surprenante m’a ravi et ému. C’est à la fois très dur, sensible mais jamais mièvre avec une fin émouvante où l’auteur  nous livre un destin hors norme, raconté en toute simplicité, entre émotion, nostalgie et spontanéité. Et même si le récit comporte quelques envolées “fleur bleue”, il ne perd pas de vue la place essentielle à accorder aux oubliés de la Grande Guerre, soit les « Tirailleurs sénégalais », dont le courage et le sacrifice n’ont jamais démenti.

Note : 9/10

 

  • Poche: 256 pages
  • Editeur : Folio Junior (14 septembre 2017)
  • Collection : Folio Junior

51+b53lKKmL._SX344_BO1,204,203,200_

 

 

Stasi Block (19 octobre 2017) de David YOUNG

Dans les rues sans nom, les disparitions ne laissent pas de traces.

Chronique : Lors de l’été 1975, dans ce qui se veut une ville pionnière de la République Démocratique Allemande, la disparation de jumeaux nés prématurés est signalée. L’enquête semble délicate puisque les autorités la confie à une jeune inspectrice, Karin Müller, que l’on fait venir spécialement de Berlin-Est.
Toutefois la jeune femme n’a pas les coudées franches pour enquêter : chacun de ses déplacements est surveillé par un membre de la Stasi, elle doit assister impérativement aux réunions du Parti et respecter scrupuleusement la hiérarchie entre toutes ces polices (du Peuple, de l’Etat..).
Un quartier entier de la ville lui est interdit d’accès. Mais c’est sans compter sur la détermination de la jeune inspectrice qui fera preuve d’énormément de ressources et de courage physique pour découvrir la réalité.
Ce roman, en plus de l’intrigue, dévoile aussi un aspect de l’Histoire de l’Allemagne de l’Est : à l’arrivée des troupes russes, de très nombreuses jeunes femmes ont été victimes de viols collectifs. Beaucoup ont eu recours à des avortements ou des abandons d’enfants. Mais l’Etat, qui surveille et enregistre tout, a dressé des listes nominatives de ces femmes. Trente ans plus tard, ces listes tomberont dans des mains malveillantes.
L’auteur décrit de manière parfaite l’ambiance , l’emprise de la propagande sur la population et la volonté de la maintenir dans une parfaite ignorance de ce qui se passe réellement. Tout est fait, y compris l’architecture de la ville nouvelle, pour que chaque individu se sente écrasé par le poids de l’Etat.

Note : 9/10

 

  • Poche: 416 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (19 octobre 2017)

513GWH43hNL._SY346_.jpg

 

La face cachée de Ruth Malone (19 octobre 2017) de Emma FLINT

1965. Une vague de chaleur déferle sur le Queens, banlieue ouvrière de New York, et plonge ses habitants dans un état léthargique. Un matin ordinaire, Ruth Malone, mère célibataire aux allures de star hollywoodienne, constate la disparation de ses deux enfants.
Peu après, le corps de la petite Cindy est retrouvé abandonné sur un chantier, son doudou encore à la main. Lorsque, quelques jours plus tard, la dépouille de son fils, Frankie Jr, est découverte dans des conditions similaires, des voix accusatrices s’élèvent contre Ruth.
De la voisine qui a toujours eu des doutes aux médias avides de scandale, tout le monde semble avoir quelque chose à lui reprocher.
Mais qui est Ruth quand personne ne la regarde ?
Cette  » mère  » dont les amants entrent et sortent de sa vie depuis des années et qui ne verse pas une larme devant les corps sans vie de ses enfants.
Alors que presse, opinion publique et tribunaux condamnent Ruth avant l’heure, un seul homme va tenter de découvrir qui est vraiment cette femme : nouvelle Médée monstrueuse ou victime innocente ?

Chronique : C’est un roman très noir, d’une ambiance étouffante traitant d’un sujet grave : un infanticide.
L’action, basée sur des faits réels, se passe à New York, en été ce qui rajoute à la touffeur et au milieu des années soixante.
Un jeune journaliste Pete ne croit pas à la responsabilité du suspect principal et va tenter de trouver la faille dans l’enquête menée par des flics machos à la probité douteuse. La psychologie de Ruth disséquée me semble-t-il au-delà du nécessaire, ne retire rien à l’ambigüité de cette mère séparée, serveuse de bar la nuit et aux liaisons hasardeuses mais rémunératrices.
Pete n’en ressortira pas indemne, il perdra son travail, son argent, hanté par son amour muet pour Ruth.
La narration de cette intrigue ne m’a pas vraiment convaincue mais je retiens l’ambiance bien rendue de cette époque, avec sa morale rétrograde et ses clichés sur les femmes.

Note : 9/10

 

  • Broché: 432 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (19 octobre 2017)

41toTtzw8QL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

 

Islanova (12 octobre 2017 de Jérôme CAMUT

Rien n’avait préparé Julian Stark à une telle vision ce matin-là.
Alors qu’il rentre chez lui pour évacuer sa maison menacée par un incendie de forêt, il trouve Charlie, sa fille de seize ans, au lit avec son beau-fils Leny.
Certaine que son père va les séparer, Charlie persuade Leny de fuguer, direction le Sud-Ouest. Son idée : rallier la ZAD (zone à défendre) de l’Atlantique, située sur l’île d’Oléron. Là-bas, ils seront en sécurité le temps que Julian se calme. Là-bas, surtout, se trouve Vertigo, un homme charismatique dont elle écoute la voix sur les ondes depuis des mois. Vertigo, le leader de l’Armée du 12 Octobre, groupe d’écologistes radicaux.
Ce que la jeune fille ignore, c’est que la ZAD abrite des activistes prêts à tous les sacrifices pour défendre leur cause, et qu’en s’y réfugiant, elle précipite sa famille dans une tragédie qui les dépasse tous.

Chronique : 2025, dix ans après les attentats de Paris, Julian aime Vanda. Ils forment avec leurs enfants respectifs une famille recomposée harmonieuse jusqu’à la fugue des ados, attirés par le charisme d’un gourou de l’écologie, à l’autre bout de la France qu’ils vont traverser, pour se mettre au service d’une quasi secte aux pratiques extrêmes.
Certes c’est la face visible de cet iceberg car ce thriller est beaucoup plus que ça … la confrontation de l’Utopie à la réalité, …
Une intrigue dense et complexe, distillée au fil de ses 677 pages, pour la version numérique, à la lecture desquelles on ne s’ennuie pas une seule seconde. Les auteurs nous installent dans ce qui pourrait être une (presque) banale manifestation bobo pour un monde écolo, qui dérive avec ses protagonistes « ultras » voulant assurer la sécurité de leurs adeptes, vers une dictature et une apocalypse.
Jusqu’où est-on prêt à aller pour défendre la vie, la nature, ses valeurs ? C’est dans ce que nous entraîne ce duo d’auteurs qui a déjà douze romans à son actif,  Leur posture se confronte donc ici avec la dure réalité …

Note : 9/10

 

  • Broché: 784 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (12 octobre 2017)

516MA9JKnCL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

 

À jamais tu obéiras (14 septembre 2017) de Koethi ZAN

Julie a tout pour elle : jeune, jolie et brillante, sa vie est une réussite sur toute la ligne. Jusqu’au jour où elle se fait kidnapper sur le parking de la gare.
Son ravisseur est le type même de psychopathe dont on découvre régulièrement les exploits macabres dans les journaux. Mais il n’agit pas seul.
À côté de lui, solide comme un roc, il y a sa femme, Cora.
Celle dont la vie ressemble à un cauchemar depuis toujours : un père alcoolique, un mari violent et un terrible secret. Sauf que Cora n’est pas là pour apporter du réconfort aux victimes de celui qu’elle ne quitte pas des yeux. La fonction de Cora est tout autre…
Soumises toutes les deux aux abus d’un homme machiavélique et pervers, Julie et Cora deviennent l’une pour l’autre un objet de haine et de fascination. Mais parviendront-elles pour autant à s’unir contre le mal ?

Chronique : Un soir, Julie se fait kidnapper sur le parking de la gare. Ses ravisseurs, un couple persuadé d’être les élus d’une puissance supérieur, sont convaincu qu’elle est le chaînon manquant pour que la révélation qu’ils ont eu se réalise. Mais ce couple machiavélique cache un secret qu’ils comptent bien protéger des curieux. Adam, quant à lui, flic en « congé » forcé, tente de résoudre depuis 3 ans une affaire non élucidée de meurtres et d’enlèvement qui le conduit petit à petit vers ce couple hors norme. S’engage alors un contre-la-montre où folie et vengeance deviennent plus fort que l’envie de s’en sortir vivant. Mais Julie n’a pas le choix, elle doit essayer de s’enfuir au plus vite, son temps est compté.
À jamais tu obéiras, est le troisième roman de l’auteure. Il s’agit d’un thriller psychologique qui met en avant le fonctionnement de l’endoctrinement et nous fait découvrir comment une personne qui souhaitait une vie tranquille et calme, a été malgré elle embarquée par deux fois dans de sombres histoires sans pouvoir fuir comme elle l’aurait voulu. L’histoire aurait pu très bien fonctionner, mais le décalage qu’il y a entre la quatrième de couverture et le roman, a transformé l’excitation de découvrir ce roman en une déception. En effet, le résumé nous parle d’un homme machiavélique, de sa femme complice et de cette jeune femme, Julie, qui va se faire kidnapper et vivre l’enfer avec ses bourreaux. Je m’attendais donc à un huis clos sombre et terrifiant entre ces trois personnages. En réalité, James, le « psychopathe machiavélique » ne fait quasiment pas partis de l’histoire. Je peux compter sur les doigts d’une main le nombre de fois où il apparaît. Et lors de ces rares fois, il n’y a aucune interaction avec Julie, sa captive. Ce roman est en fait centré sur Cora, la femme de James. C’est elle que l’on va suivre, alternant passé et présent, la découvrant de son adolescence à aujourd’hui. James et Julie ne semblent être que des personnages secondaires.
Pourtant, l’histoire n’est pas dénuée d’intérêt et le récit est assez bien écrit. Dommage que le lecteur n’a pas été prévenu dès le départ que ce roman retraçait la vie de Cora et non la captivité d’une jeune femme maltraitée par un homme et sa femme comme le résumé le laissait supposer.

Note : 8,5/10

  • Broché: 408 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (14 septembre 2017)

51nbkaq7mmL._SX309_BO1,204,203,200_.jpg

Âme animale (12 octobre 2017) de Pablo Salvaje

Un album pas comme les autres, une déclaration d’amour à la beauté des animaux et à l’incroyable imagination de la nature, tout en images.

Grands et petits mammifères, oiseaux migrateurs, poissons des profondeurs, insectes minuscules, marsupiaux, créatures marines, ils sont venus de tous les milieux du globe nous donner en spectacle leur majestueuse beauté, leur diversité et nous faire comprendre ce qui nous relie, nous tous êtres vivants sur la planète : l’âme animale, l’essence de la vie qui nous anime.
Amour, mouvement, survie, métamorphose, cohabitation, eau, trésors : sept chambres des merveilles sont à découvrir dans cet album magique.

Chronique :Ce formidable livre nous emmène en voyage autour de la planète à travers le rythme des animaux. Pablo Salvaje, l’auteur et illustrateur qui sort ici son premier livre, utilise une technique unique de gravure en relief sur tampon de caoutchouc : chaque dessin est imprimé sur papier à la main à partir d’autant de tampons gravés que de couleurs. Chaque estampe est unique et raconte une histoire, avec une immense sensibilité.
Ce livre est un régal pour les yeux : j’ai été époustouflée par les illustrations et le nombre d’heures de travail que cela doit représenter ! L’ensemble est émouvant, il faut prendre le temps de regarder chaque image pour percevoir tous les détails et être emporté dans l’univers de cette fameuse « âme animale ». Les textes sont touchants, poétiques.

Note : 10/10

  • Album: 72 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 12 années
  • Editeur : Nathan (12 octobre 2017)
  • Collection : ALBUMS DOCUMENT

index.jpg