Intuitio – 7 avril 2021 de Laurent Gounelle

Timothy Fisher, jeune auteur de polar, mène une vie tranquille dans une rue du Queens à New York, avec son chat Al Capone. Quand deux agents du FBI se présentent à sa porte pour lui demander de les aider à arrêter l’homme le plus recherché du pays, il croit d’abord à une plaisanterie.

Achat : https://amzn.to/3uyRw5O

Chronique : Voici un superbe roman auquel j’ai tout de suite accroché au style très entrainant de l’auteur qui vous embarque dans l’aventure incroyable de Timothée, auteur à succès, qui va intégré un programme secret du FBI, à New-York : Intuitio ! On va lui apprendre à développer son intuition pour prévoir prédire les faits et geste d’un terroriste qui s’attaque à certaines grandes tours de New-York !

On donne beaucoup de réflexion sur les amitiés et le pouvoir de donner de l’argent, l’inégalité et l’injustice, voire la malveillance et l’intimidation. En lisant un livre, les événements des temps modernes ont surgi, surtout ceux qui sont au pouvoir. On y ajoute des réflexions sur l’argent, le pouvoir, ses conséquences et l’on obtient ce magnifique livre, d’une grande densité, à la sensibilité à fleur de peau qui ne peut que nous transporter, nous ramener à notre propre existence, nous questionner sur nos choix On apprécie le style d’écriture qui coule très bien et c’est un plaisir de lire.

J’ai trouvé cette aventure très prenante, le suspense super bien maitrisé et un héros  » malgré lui  » très sympathique ! Entre Nicolas Beuglet et Bernard Werber, çà a été vraiment une bonne surprise pour moi que cette lecture ultra divertissante tout en vous apportant des questionnements très intéressants sur des thématiques d’actualité , sans jamais être donneur de leçon, juste expliquer une situation ! Passionnant et divertissant !!

Note : 9,5/10

Éditeur : Calmann-Lévy (7 avril 2021) Langue : Français Broché : 400 pages ISBN-10 : 2702182933 ISBN-13 : 978-2702182932

L’Enragée – Grand Prix 404 Factory – 8 avril 2021 de Jennifer TELLIER

Le royaume de Kardamen attire toutes les convoitises. Sur le point de mourir, le roi entreprend la quête secrète et désespérée de retrouver ses héritiers, des jumeaux disparus depuis bien longtemps. La mission s’annonce périlleuse et il engage celle que l’on appelle l’Enragée, la mercenaire la plus redoutée du pays, pour accompagner ses soldats. Mais, en réalité, qui est cette guerrière froide et impitoyable, que les légendes décrivent comme une sauvage assoiffée de sang, et quels secrets a-t-elle enfouis au plus profond de son âme ?

Achat : https://amzn.to/3uDUDJL

Chronique : Voici un très bon livre à mon goût, mélangeant science-fiction et fantasy, de post-apocalyptique (même si l’apocalypse n’a pas vraiment eu lieu) et de bien d’autres choses, bref un livre assez complet, mais qui, malgré cela, est loin d’être complexe et donc on y rentre dedans très facilement.
L’histoire est intéressante, les personnages aussi et on s’attache à l’une comme aux autres assez vite. Je n’ai, personnellement, aucuns vrais reproches à lui faire, sauf peut-être le fait qu’un ou deux points restent non expliqués, alors qu’ils auraient pu l’être dès ce premier tome, mais je ne désespère pas de le voir fait dans une suite.
Dès le début du livre, nous sommes emmenés dans un tourbillon d’évènements rendant la lecture addictive. Après un replat au premier tiers du livre, l’histoire s’emballe de nouveau et nous volons de rebondissements en rebondissements. Un thriller qui se transforme en science-fiction. Par un talent magique, Jennifer TELLIER emmène son roman vers des frontières inconnues, dangereuses, oniriques, spectaculaires. Elle métamorphose l’horreur en bataille ultime surréaliste, elle construit une intrigue tentaculaire qui prend racine aux origines du monde, jongle avec les codes pour époustoufler ses lecteurs. C’est incroyable cette force d’imagination d’une scène d’accroche haletante, l’auteur nous entraîne dans des méandres d’une intrigue noire et profonde. L’ambiance est sensationnelle, où la peur vous saisit à chaque coin de pages. Elle vous étreint cette atmosphère de mystères, et vous fait perdre la notion de réalité. Il règne comme une sombre apesanteur irrespirable.
Un véritable maelström d’émotions vous attends dans ce superbe livre et vous auriez tort de vous priver de découvrir la folle aventure, qui se cache derrière l’Enragée…

Note : 9,5/10

ASIN : B08SGGXXVG Éditeur : 404 Editions (8 avril 2021) Langue : Français Broché : 368 pages ISBN-13 : 979-1032404553

A vif – 17 mars 2021 De René Manzor

Dans la forêt qui borde le village de Gévaugnac, on découvre une toute jeune fille brûlée sur un bûcher. La capitaine Julie Fraysse, du SRPJ de Toulouse, est priée de différer ses vacances et de consulter Novak Marrec, le policier qui a mené l’enquête sur des meurtres très similaires, attribués à un mystérieux « Immoleur » jamais arrêté.

Achat : https://amzn.to/2OqC1gE

Chronique : « A vif » est une sorte de départ pour René Manzor. Avec ce texte, il nous promet des intrigues, des actions et des conspirations, et il a certainement tenu cette promesse. L’histoire était extrêmement complexe, Convaincu que l’Immoleur est de retour, Novak se lance à corps perdu dans l’enquête avec Julie. Mais comment découvrir la vérité quand votre propre esprit joue contre vous ? Parviendront-ils à mettre au jour les secrets de la petite communauté de Gévaugnac ?

Le rythme est parfait, imprégné d’un air de tension et d’attente, alors que Novak devient le centre d’intérêt de ceux qui veulent désespérément mettre la main sur les preuves – des gens qui ont des sommes d’argent démesurées mais qui n’ont aucune boussole morale. Il s’est peut-être trouvé dans des situations dangereuses par le passé, mais cela s’estompe dans l’insignifiance de ce qu’il va affronter !

L’écriture est machiavélique, le style est diablement efficace avec des fins de chapitres annonçant à l’avance certains événements qui ne seront détaillés que plus tard. Les scènes d’action sont très visuelles et riches en détails nourrissant un rythme enlevé.

J’ai trouvé que l’intrigue exigeait du lecteur qu’il suspende parfois son incrédulité, mais vous savez quoi ? J’ai été heureux de le faire, pour une lecture aussi passionnante et convaincante . Il est nécessaire de suspendre l’incrédulité pour tirer le meilleur parti de ce thriller captivant. L’histoire est complexe avec une intrigue complexe et est habitée par un large éventail de personnages. Novak est un personnage central déterminé. C’est une lecture divertissante qui entraîne le lecteur avec aisance, vous voudrez savoir exactement comment tout cela se termine.

Note : 9,5/10

Éditeur : Calmann-Lévy (17 mars 2021) Langue : Français Broché : 400 pages ISBN-10 : 2702161790 ISBN-13 : 978-2702161791

Dévolution – 31 mars 2021 de Max Brooks

Bienvenue à Greenloop, près de Seattle, petite communauté écolo privilégiée permettant à des ultra-riches de vivre au plus près de la nature, mais avec une technologie de pointe. Quand un proche volcan entre en éruption, Greenloop est soudain coupée du monde, et ses habitants jetés dans une épreuve de survie au jour le jour.

Achat : https://amzn.to/3cUIytq

Chronique : C’est le pire choix de livre à lire quand on est en confinement, nerveux, anxieux, que l’on tire son meilleur soutien émotionnel d’une bonne bibine et de papiers toilettes bien remplis (je les câline, c’est pour ça que les gens les achètent autant, non ? Ils ressemblent à des ours en peluche blancs et informes et j’ai récemment essayé de les utiliser dans une recette : il suffit de les mélanger avec du lait d’amande, de la guimauve et des pépites de chocolat : mon mari m’a dit que c’était le meilleur plat que j’ai jamais préparé de toute ma vie).

Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une aventure effrayante, pleine d’action, sinistre, sombre, sauvage et dérangeante ! Vous devez réfléchir avant de décider de lire un livre de l’auteur de World War Z.
Ce que nous avons jusqu’à présent : Un grand chaos dans le nord-ouest du Pacifique éclate avec l’éruption du Mont Rainer. On nous présente alors la communauté Greenloop, composée de maisons intelligentes situées près de Ranier Park, isolées de la société.
Ils ont juste créé leur propre lieu de quarantaine sûr, clair et hautement technologique. Mais quel était ce hurlement venant des bois ? Et ces empreintes de pas ne peuvent pas appartenir à un vrai humain, n’est-ce pas ? Que diable est-il arrivé à ces animaux dans les bois ? Un massacre sanglant, moche et dégoûtant commence à terrifier la petite communauté. Peut-être qu’ils ne sont pas aussi sûrs qu’ils le pensaient, non ? Les monstres invisibles ne sont plus sous leurs lits. Ils sont réels, ils sont là dehors et ils viennent pour eux.

Je pense que les choses que j’ai le plus appréciées dans ce livre sont la caractérisation détaillée, stratifiée et divertissante et la progression addictive. Il y a d’autres narrations, mais l’histoire est principalement racontée par des entrées de journal. Le style de narration est captivant et maintient votre intérêt en éveil grâce à un mystère réaliste qui se construit lentement. Les choses deviennent plus violentes, crues et vulgaires à chaque seconde lorsque les monstres apparaissent.

Étonnamment, j’ai aussi aimé Kate (au début, elle m’irritait au plus haut point avec ses pitreries bizarres et bizarres et son comportement ultra-paranoïaque) et j’ai eu envie de frapper sa tête de je-sais-tout à plusieurs reprises, mais lorsque la crise survient, elle devient mon héroïne et la transformation de son caractère m’a rappelé d’autres super-héros de bandes dessinées : une personne qui semble ordinaire et effrayante peut être une énigme qui cache tant de potentiel en elle. Sa narration nous aide à comprendre la nature du danger contre lequel ils vont se battre, ce qui nous permet de voir plus clairement l’ensemble du tableau dans notre tête. Et son sens de l’humour noir, tragique mais aussi plein d’esprit, nous tient en haleine mais aussi curieux de savoir ce qui va se passer ensuite ! Quand la merde frappe le ventilateur, elle se transforme en une sorte de Sarah Connor avec plus de connaissances sur les monstres de la nature.

Dans l’ensemble, c’est un fantastique voyage en train que vous ferez, qui vous arrachera le coude, vous fera vibrer le cœur, vous fera trembler la terre, vous rendra fou. Il en vaut vraiment la peine, mais si vous ne pouvez pas supporter un livre qui vous fait perdre la tête, qui vous fait battre le cœur et qui vous fait monter le stress, vous n’êtes pas fait pour ce voyage complètement fou !

Note : 9,5/10

Éditeur : Calmann-Lévy (31 mars 2021) Langue : Français Broché : 270 pages ISBN-10 : 2702180752 ISBN-13 : 978-2702180754

LE CIRQUE DES ENFANTS PERDUS – 7 avril 2021 de PHILIPPE ARNAUD (Auteur), Éléonore AMPUY (Illustrations)

Un grand sac à malice d’imaginaire, où se côtoient une héroïne bègue qui parle aux animaux, un cirque maléfique et une sorcière gaffeuse, dans un texte qui chante et pétille !

Achat : https://amzn.to/3dEy68J

Chronique : Du coté de l’histoire: Balthazar, un petit polisson, est envoyé à seconde chance, dans une maison de redressement, un endroit pas trop sympathique avec deux maitresses complètement opposées. La première est belle, gentille et attentionnée avec les enfants mais malheureusement, tous les quinze jours, celle-ci disparait pour laisser la place à une autre maitresse qui est, elle, une véritable sorcière de part son apparence et par son comportement. Voilà que notre petit héros accompagné de ses nouveaux copains va mener l’enquête pour découvrir pourquoi la douce maitresse disparait pour être remplacée par cette horrible bonne femme. Une enquête et expédition des plus périlleuse va alors commencer pour le petit groupe d’amis…

Du coté de l’écriture: Quel plaisir de retrouver la plume de Philippe Arnaud, le registre est complètement différent mais on retrouve facilement son écriture addictive. Sa plume fraiche et légère nous embarque à seconde chance en un rien de temps. Avec son histoire incontestablement drôle, Philippe Arnaud arrive à aborder des sujets pas spécialement anodins pour nos enfants, comme les maisons de redressement et les enfants dit à problèmes, tout ça dans l’humour et dans un univers fantastique que nos têtes blondes affectionnent tout particulièrement et ça j’ai vraiment apprécié. Pour ce qui est des personnages, quel enfant n’a pas trouvé sa maitresse trop belle ou trop méchante selon le moment de l’année personne je pense et bien là nos petits héros on les deux réunies dans une même histoire, avec une belle touche d’enquête et de suspens, des bêtises à presque toutes les pages, un cocktail je suis sure qui va faire qu’ils vont adorer leur lecture. Les illustrations sont magnifiques et accompagnent à merveille le récit, quant à la couverture je la trouve vraiment très belle et oui elle représente à merveille le contenu du roman.

En conclusion : J’ai adoré cette petite histoire de sorcière et j’ai vraiment aimé retrouver la plume de Philippe Arnaud que j’ai redécouvert avec plaisir. C’est encore un livre de la collection Pépix que j’ai vraiment apprécié, à chaque parution de leurs romans, les éditions Sarbacane m’enchante, toutes leurs histoires sont différentes mais elles sont d’une qualité exemplaire. Si vous avez des enfants, neveux, nièces, petits voisins, n’hésitez pas quand ils sonneront pour avoir des bonbons le soir d’Halloween à leur mettre ce livre entre les mains je suis sure qu’ils seront ravis de lire les aventures de Balthazar et ses petits copains.

Note : 9,5/10

Éditeur : SARBACANE (7 avril 2021) Langue : Français ISBN-10 : 2377316018 ISBN-13 : 978-2377316014

Et ma petite main dans la tienne – 11 mars 2021 de Louison NIELMAN (Auteur), Maud LEGRAND (Illustrations)

Une première histoire tendre dans un format adapté aux tout-petits, pour renforcer la complicité entre parents et enfant !

Achat : https://amzn.to/3fP5Ra8

Chronique : Utile pour les enfants comme pour les parents pour apprendre à porter un regard sans jugement sur les autres. Apprendre à écouter son cœur en maintenant la qualité de la relation. Une histoire qui met à la portée des enfants des outils pour :
-améliorer sa relation à l’autre,
-désamorcer les conflits,
-éviter les suppositions pour découvrir la réalité de l’autre,
– s’accepter tel que nous sommes parce que le regard que les autres ont sur nous sera toujours différents et dépendra de l’endroit d’où ils nous regardent, de leur façon d’appréhender la réalité,
-Prendre confiance en soi…

Magnifique.

Note : 9,5/10

Éditeur : Langue au Chat (11 mars 2021) Langue : Français Relié : 22 pages ISBN-10 : 2806311101 ISBN-13 : 978-2806311108

Petit sage du monde – Ubuntu – L’extraordinaire voyage au pays du partage – 25 mars 2021 de Anna GRIOT & Erine Savannah

Il n’est jamais trop tôt pour ouvrir les enfants à la philosophie ! Les petits contes, Petit sage du monde, aux illustrations colorées, sont racontés simplement afin d’être accessibles à tous.

Achat : https://amzn.to/3msqKZV

Chronique : Dans une ère où l’individualisme et l’égoïsme tend à prendre le dessus ce livre nous permet de nous remettre en question.
Il nous ouvre les yeux sur les fondamentaux de la vie, le bien-être, le partage la tolérance, le vivre ensemble etc… Une pure perle permettant aux plus septiques de s’éveiller. Il y a des défauts dans l’impression qui donne du charme a cette « philosophie » venue d’Afrique, cependant cela ne gâche nullement la lecture et la compréhension pour les plus jeunes.

Note : 9,5/10

Éditeur : Langue au Chat (25 mars 2021) Langue : Français Relié : 14 pages ISBN-10 : 280631108X ISBN-13 : 978-2806311085

Je suis moi ! – Je suis un chaton ! – 11 février 2021 de Céline PERSON (Auteur), Lili LA BALEINE (Illustrations)

Un grand album d’histoire très original avec, à la fin, 2 pages cartonnées épaisses détachables avec des masques prédécoupés à colorier.

Achat : https://amzn.to/3cW9QQj

Chronique : Cet album, tendre et poétique, permet d’évoquer l’importance de partager ses envies . Ici, Céline PERSON met en avant la relation entre un petit garçon déguisé en chat et sa classe.
L’affection, la camaraderie sont partis prenants au début du livre pour expliquer toute l’amour que les enfants doivent montrer.
Les illustrations de Lili LA BALEINE sont magnifiques, colorées et lumineuses. et un petit cadeau se cache à la fin du livre pour chaque enfant qui rêve encore.

Note : 9,5/10

Éditeur : Langue au Chat (11 février 2021) Langue : Français Relié : 34 pages ISBN-10 : 2806311055 ISBN-13 : 978-2806311054

Les mystères du trône de fer volume 2 d’Aurélie Paci et Thierry Soulard, la clarté du propos et la richesse du sujet

Ce n’est pas toujours évident de déterminer précisément pourquoi telle saga va vous plaire et faire de vous un fan inconditionnel. Les personnages, l’intrigue, l’univers tout ça se mélange parfois à tel point qu’il nous est parfois difficile de dire pourquoi on s’attache à un récit. Sans oublier la frénésie de lecture qui s’empare de nous dès qu’un nouveau volume de notre saga préférée apparaît sur les étales des librairies. Heureusement certains auteurs sont là pour nous permettre d’y voir plus clair dans notre passion.

C’est à cela que m’a servi personnellement ce nouvel essai consacré à la saga littéraire de George R.R. Martin. Car outre la somme d’informations historiques condensées dans les 500 pages nécessaires pour faire le tour des influences de l’auteur, l’ouvrage manifeste surtout la passion dévorante de Martin pour l’histoire avec un grand H. Une passion qui l’a amené à voyager, à s’immerger dans les vestiges historiques, comme le mur d’Hadrien en Écosse, pour nourrir ses influences et l’immense fresque épique qu’est la saga du trône de fer.

Un cri d’amour pour une matière qui reste l’une des plus ludiques que l’on nous enseigne à l’école. Pour peu que l’on est comme professeur un passionné, les cours d’histoire peuvent vite devenir un exutoire à l’imagination. Les leçons sur les conquêtes romaines font résonner le bruit des batailles, le fracas des épées sur les boucliers, le reflet du métal des armures au soleil tandis que les chapitres des livres d’histoire consacrés à la Grèce antique nous ramènent à une époque chargée de légendes et de mythologie tandis que l’histoire des rois et reines nous en apprend beaucoup sur la nature humaine et la folie du pouvoir. C’est cet amour pour l’Histoire que George R.R. Martin exprime dans sa saga et je crois que c’est pour ça que je l’apprécie autant, pour être parvenu à créer son propre univers à partir de références universelles.

Car avoir su réunir autant de références différentes, d’époques diverses et d’influences aussi variées tout en gardant une cohésion et une maîtrise de son œuvre, révèle déjà d’un travail formidable. Celui effectué par le tandem Aurélie Paci et Thierry Soulard n’en est pas moins impressionnant. L’ouvrage est extrêmement bien organisé, l’on passe de la préhistoire à l’antiquité gréco-romaine en passant par le tant décrier Moyen-âge, sans oublier ses chers vikings. Toutes ces influences sont replacés dans leurs contextes, les auteurs n’oublient pas de préciser que la saga du trône de fer à commencer à être rédigé durant les années 1990 et que la manière d’étudier l’histoire a changé depuis. Ils nous démontrent comment l’auteur s’est emparé d’un élément historique pour le remplacer dans son œuvre, avec des encarts spécialement réservés à la série télévisée. Un même personnage, citée ou arc scénaristique du trône de fer peut être donc un patchwork de multiples références historiques.

La première partie s’accentue sur les rapports ambigus entre le genre littéraire de la fantasy et l’Histoire. Il ne s’agit pas seulement d’une introduction au propos générale du livre mais aussi d’une réflexion sur comment raconter une histoire, comment créer un univers fantastique sur la base d’éléments historiques. Le sujet de la fantasy historique, qui réécrit l’histoire en y incorporant des éléments fantastiques ou la popular history, un genre littéraire qui romance les grands moments de notre histoire, y sont abordés. L’Histoire n’a pas fini d’inspirer nombre d’auteurs.

Cette partie est également l’occasion de se pencher sur la narration malicieuse de Martin dont certains des récits annexes au trône de fer sont narré par des mestres, qui sont des personnages à part entières de son récit, dans une réflexion autour de la notion de conteur et d’historien. À travers leur étude exhaustive de l’œuvre de Martin le tandem Paci-Soulard nous montre que l’auteur est parvenu à intégrer cette problématique à sa saga et à densifier l’histoire de celle-ci par des mystères historiques et des sources contradictoires, rendant sa saga encore plus riche et passionnante. Le duo d’auteur parvient à illustrer de manière claire et concise ces éléments introductifs aux propos principals.

La guerre des deux roses, un immense morceau de l’histoire anglaise, est également évoquée au cours d’un chapitre dont la lecture m’a paru plus laborieuse que les précédents. Je pense qu’il est nécessaire de s’aventurer dans cette partie en ayant déjà une certaine connaissance des événements de cette période trouble de l’Angleterre. Les multiples renvoie au récit de Martin ont parasité ma lecture et perturbé ma compréhension de cette guerre de succession. Il faut dire qu’il y a un nombre impressionnant de personnages concernés, que ce soit dans l’histoire véritable que dans le récit de Martin, et le duo n’a pas forcément le temps de tous les introduire correctement

Mis à part cette partie dont la lecture fût plus ardue que le reste. Cet essai se révèle être, pour qui veut encore plus explorer l’univers du trône de fer, une mine d’informations intarissables sur la saga de George R.R. Martin. Un ouvrage qui se veut comme un passeur de savoir, qui permet de rajouter une nouvelle brique à l’édifice gigantesque dont Martin a entrepris la construction il y a de cela maintenant une trentaine d’années.

Quatrième de couverture: Passionné d’histoire, George R.R. Martin a parsemé Le Trône de Fer de références à notre monde, créant une saga culte aux contours familiers. De la guerre des Deux-Roses (1455-1485) à la guerre des Cinq Rois, de l’Anarchie anglaise (1135-1153) à la Danse des Dragons, de la guerre de Cent Ans (1337-1453) aux rébellions Feunoyr, en nous contant ses conflits inventés, George R.R. Martin nous entraîne dans les couloirs de l’histoire. Si le Moyen Âge est au coeur de son imaginaire, il est loin de s’y limiter : Préhistoire, Antiquité, Renaissance ou période des « grandes découvertes » nourrissent également son inspiration. Comment George R.R. Martin s’inspire-t-il de l’histoire ? Quelles sont ses sources ? À partir de quelles figures historiques a-t-il modelé Jon Snow, Daenerys Targaryen, Tyrion Lannister ? Comment utilise-t-il l’histoire pour renforcer ses intrigues ? Les réponses à ces questions et à bien d’autres sont dans cet ouvrage, incontournable pour décrypter Le Trône de Fer, les livres dérivés de cette saga, et les séries télévisées (Game of Thrones, House of the Dragon) qui en sont tirées

  • Éditeur : PYGMALION (17 février 2021)
  • Langue : Français
  • Broché : 384 pages
  • ISBN-10 : 2756431117
  • ISBN-13 : 978-2756431116
  • Poids de l’article : 660 g

Chronique d’un abandon: le livre des martyrs tome 1 les jardins de la lune, froides étreintes

Je t’ai d’abord remarqué en parcourant les différents blogs et groupes de lectures virtuels, tu semblais être la nouvelle coqueluche des amateurs de fantasy. Tu m’as tout de suite attiré, la promesse d’une saga dense aux scénarios complexe avec une myriade de personnages couplé à un univers sombre avait déjà suffi à attiser les braises du désir mais lorsque ton chaperon, les éditions Leha, ont entamé une opération commerciale en baissant ton prix d’achat à 10 euros, je n’ai pas pu me retenir et je me suis précipité sur toi.

Je t’ai ramené chez moi mais j’ai décidé de reporter à plus tard les étreintes de la découverte, occupé que j’étais avec d’autres lectures. On s’observait mutuellement, toi coincé dans les rayonnages de ma bibliothèque moi me pavanant avec d’autres lectures. Puis enfin le moment arriva où nous partîmes à la découverte l’un de l’autre.

Et ce fut une véritable douche froide. J’avais beau faire bruisser tes 600 pages de papiers fins, parcourir ton interminable liste de personnages, lire et relire les mêmes phrases pour tenter d’en dégager la saveur du style de ton créateur mais il n’y avait rien à faire, tout en toi me laisser froid. Notre étreinte tant désirée se révéler stérile de tout plaisir.

Seul certains dialogues parvenaient à susciter de l’intérêt même si la plupart se révélaient être purement factuels. Je n’y retrouverais pas cette ironie douce amère, ce jeu des faux-semblants que l’on peut savourer dans les dialogues d’autres sagas. Avec toi tout est constamment grave, dramatique alors certes c’est la guerre mais un peu de second degré et d’humour noir serait le bienvenu.

Tu es une lecture exigeante mais tu as confondu exigence et accessibilité. Ta volonté de nous plonger dans ton vaste univers sans nous en donner les clés est louable à condition de nous faire accompagné par un personnage qui serait un compagnon de découverte de ton monde rude et lugubre. Il y a pléthore de personnages certes mais aucun qui se détache du lot, tous ne font que prendre part au vaste jeu de pouvoirs qui semblent se mettre en place sans y apporter son grain de sel personnel. Tu donnes l’impression de suivre des pièces d’échec dépersonnalisé et sans aucune aspérité, c’est fort dommage.

Tu t’échines à rendre dramatique chaque situation, chaque dialogue mais cela crée l’effet inverse, lorsque tout est grave plus rien ne l’est au final. Et c’est lorsque j’ai compris ça que mes mains t’ont lâché, à mon grand regret. J’aurais aimé vibrer avec tes récits de combats homériques, sentir la décrépitude de ton univers poisseux et m’inquiéter de la prochaine malversation divine mais il n’y avait rien à faire, plus j’essayais de m’accrocher à ton récit plus celui-ci me fuyait et notre étreinte s’acheva avant même d’avoir commencé. Crois-moi j’en fus le premier malheureux.

Tu me vois dans le regret de te reposer définitivement, en ayant péniblement atteint la moitié de tes 600 pages. Je suis persuadé que toi et moi ne parlons pas le même langage ni la même manière de raconter une histoire. Ta narration inutilement alambiquée m’a refroidi d’emblée et ta manière d’amener les enjeux de ton histoire ne m’a guère convaincu. Je n’éprouve aucune rancœur envers toi, tu n’étais pas fait pour moi tout simplement et je te souhaite le meilleur dans tes futures rencontres de lecteurs et lectrices qui seront plus conquis que moi par ton style sans concessions. Je me console en me disant que des étreintes qui m’emporteront dans un tourbillon fantastique j’en connaîtrai sûrement d’autres mais subir une telle désillusion est toujours difficile.

Résumé: Dans un monde qui a vu naître et disparaître d’innombrables races et civilisations, l’empire malazéen étend implacablement sa domination, soumettant des continents entiers les uns après les autres, grâce à la discipline de ses armées et la supériorité de ses mages de guerre.
Mais la loyauté de ses soldats, abandonnés et trahis par leur impératrice, est mise à rude épreuve. Perdus, abandonnés et déchus, les fidèles de l’empire vont devoir tenter de survivre, entre sacrifices et dangers mortels.
Un complot bien plus vaste se joue en toile de fond. D’anciennes forces terrées dans l’ombre semblent se réveiller, prêtes à tout pour regagner leur splendeur passée. Regroupés sous la coupe du jeu des dragons, dieux et ascendants, sorciers et chamans, Eleints et changeurs de formes, tirent les ficelles d’un drame qui, transcendant les conflits des simples mortels, se joue à l’échelle du temps lui-même.
Avec un enjeu de taille : la suprématie totale

  • ASIN : B079VF7Q12
  • Éditeur : LEHA (18 mai 2018)
  • Langue : Français
  • Broché : 512 pages
  • ISBN-13 : 979-1097270193
  • Poids de l’article : 800 g