Comment cela finit de Saskia Sarginson

Résumé : 1957 : la famille Delaney débarque dans une base américaine du Suffolk. Le père, Todd, vient y travailler sur un projet militaire confidentiel, accompagné de sa femme Ruby et de leurs jumeaux Hedy et Christopher, âgés de douze ans. Mais au bout d’à peine un an, cette famille si parfaite a volé en éclats… L’un d’entre eux a-t-il découvert quelque chose qu’ils n’étaient pas censés voir ? Quelques années plus tard, Hedy, jeune fille rebelle, questionne avec courage le passé familial, à la recherche de ce qui s’est réellement passé derrière les portes fermées du secret militaire. Le voyage de Hedy la conduit sur les traces de son frère jumeau, décédé mystérieusement. En essayant de finir ce que son frère avait commencé, Hedy découvre progressivement la vérité sur ce qui a anéanti à sa famille.

Chronique : Une première chronique a été publié par mon binôme mais ce livre a été un tel coup de cœur que je me devais de partager mon ressenti sur ce petit bijou de lecture.

Pourtant on ne partait pas très bien lui et moi, le titre me parressait commun et pas vraiment attractif. De plus si l’auteure possède une plume agréable et fluide il faut reconnaître qu’il ne se passe pas grand chose durant les deux cents premières pages. Cette longue introduction permet de faire connaissance avec des personnages éblouissant de justesse. Le personnage principal, Hedy, porte le récit sur ses épaules solides, et heureusement pour elle vu les épreuves qu’il l’attende.

Lorsque survient la première des nombreuses tragédies qui va frapper la famille d’Hedy, le rythme s’emballe et l’émotion ne vas plus quitter les pages du récit.

Le récit devient alors ce que je nomme un livre-destin. L’intrigue se recentre sur Hedy, on suit ce petit bout de femme supporter les épreuves que lui impose la vie et se métamorphoser en adulte qui va devoir faire face à son passé dans l’espoir de faire la paix avec elle-même.

Les scènes déchirantes s’enchaînent, notamment une discussion à cœur ouvert avec son oncle qui m’a mis ému aux larmes, sans que jamais l’auteure ne verse dans le mélo. Les années défilent et Hedy se révèle toujours aussi troublante d’émotions et courageuse, épaulée par une galerie de personnages secondaires tout aussi émouvant, Ms Rose par exemple, et finement décrit, Scott en autres.

Alors que le ciel d’Hedy se dégage enfin et que son chemin s’éclaire de réponse si longtemps désirée on pourrait regretter qu’elle n’est pas l’occasion de se confronter au responsable de ses malheurs mais ce serait oublier que la vie ne nous offre que rarement l’occasion de régler nos comptes avec les gens qui nous ont blessés.

Un bijou d’émotions qui restera longtemps dans mon cœur de lecteur.

Note : 9/10

Éditeur Marabout
Date de publication 29 janvier 2020
Langue Français
Longueur du livre 288
ISBN-10 2501138457

Les Contours de la mélancolie de Léa Herbreteau | 2 janvier 2020

Madeleine est assise dans le fauteuil de ma soeur, ses mains jointes sur les cuisses. Sourire aux lèvres. Depuis quand exactement est-elle ici ?

Chronique : Dans son roman, Léa Herbreteau  a écrit avec justesse sur la solitude contemporaine à travers les yeux d’une jeune femme: Elena . Elle exprime d’une manière spéciale la lutte entre les besoins individuels et l’attente que vous avez à traiter avec les autres. L’ornière de sa vie quotidienne et les interactions difficiles entre Elena  et les autres personnages montrent qu’elle perd de plus en plus le contrôle de sa vie. Au bon moment,  Léa Herbreteau parvient à augmenter la tension de l’histoire. Herbreteau brouille la frontière entre l’imagination et la réalité  et, à différents moments, l’écrivain nous a presque mal guidés.

Il n’est pas nouveau que les auteurs d’aujourd’hui écrivent sur l’ornière de la vie quotidienne. Il existe également de nombreux livres sur les conséquences de l’épuisement professionnel, de la dépression ou de la solitude. Léa Herbreteau, cependant, a décrit le monde de son personnage à sa manière. Elle garde le lecteur avec elle en donnant plus d’informations sur le passé et à certains moments. Cette information ne vient pas seulement des souvenirs . Léa Herbreteau est un auteur créatif qui étonnera le lecteur jusqu’à la fin de son roman. De plus, le style ludique est un atout majeur du roman et la raison pour laquelle le roman reste fascinant jusqu’à la fin.

Note : 9,5/10

 

  • Broché : 272 pages
  • Editeur : Calmann-Lévy (2 janvier 2020)
  • Collection : Littérature
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 270216904X

 

Les Pyjamasques et la momie d’Apophis (Tome 2) de Romuald | 6 juin 2019

Les Pyjamasques sont en bien mauvaise posture ! Ligotés par les bandelettes de la momie d’Apophis le serpent, les trois enfants rêvent qu’ils joueront éternellement dans une nuit infinie. Au cœur de ce profond sommeil, les animaux totems leur apparaissent : ils doivent se réveiller, au moins pour retourner à l’école ! Quand ils reviennent à eux, il est trop tard : Bastet se fait engloutir par le terrible serpent. Nos trois héros parviendront-ils à déjouer ses plans ?

Chronique : Après une super premier tome les enfants attendent avec impatience le tome 2.
L’histoire est superbe comme toujours ainsi que les dessins et celui-ci, sur le thème de l’Égypte permet de faire glisser quelques nouveaux mots aux jeunes enfants sur l’Égypte comme:
les momies, les sarcophages, les hiéroglyphes, …
C’est bien écrit (agréable à raconter!) et les illustrations super bien faites et jolies, cela peu étonnée par rapport au dessin animé et aux produits dérivés. L’histoire est bien écrite, riche en vocabulaire , une superbe suite.

Note : 9,5/10

 

  • Broché : 28 pages
  • Tranche d’âges: 3 – 6 ans
  • Editeur : Giboulées (6 juin 2019)
  • Collection : LES PYJAMASQUES
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2075118698

 

Les Pyjamasques sauvent la nature de Romuald | 10 octobre 2019

Quand la nature est menacée, les Pyjamasques entrent en scène. C’est parti pour trois aventures : • «Les Pyjamasques et Utupë» • «Le secret des Pyjamasques» • «Les Pyjamasques et le rêveur de l’arc-en-ciel»

Chronique : En voilà un trio bien sympathique. Comme chaque nuit, trois bambins revêtent leurs pyjamas, euh… leurs costumes de super héros pour vivre mille aventures. Ainsi parés, les voilà dotés de super pouvoirs : Yoyo fait des bonds extraordinaires ; Bibou, grâce à ses ailes, s’élève dans les cieux et Gluglu, comme son nom l’indique, grimpe sans aucune difficulté sur n’importe quelle surface.
Ils n’en restent cependant pas moins des enfants pour autant. Dans ces trois épisodes par exemple Gluglu est un peu la star des trois. La mission les emmène en plein cœur de la forêt imaginaire menacée par les hommes et  idées expansionnistes de leur ennemi juré, Roméo Mécano, le petit inventeur fou.
Au-delà de l’humour bien présent et de l’univers décalé (le monde des rêves et de l’imaginaire), l’auteur délivre néanmoins un message de prévention écologique en illustrant ce que serait le monde sans nature : « un endroit tout désert et tout gris ». Par leurs actions de bravoure, nos trois petits héros nous rappellent ainsi qu’il faut défendre nos idéaux, nos rêves si on veut qu’ils perdurent ! Les illustrations représentent vraiment bien la jungle et c’est un vrai régal pour les yeux. Tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment: de l’aventure, un vilain-pas-si-vilain, des garçons aux supers pouvoirs, une petite moral. Des excellentes histoires donc et surtout une série à suivre!

Note : 9,5/10

 

  • Broché : 92 pages
  • Tranche d’âges: 3 – 6 ans
  • Editeur : Giboulées (10 octobre 2019)
  • Collection : LES PYJAMASQUES
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2075134294

 

Trotro et Zaza et l’anniversaire surprise de Bénédicte Guettier | 3 janvier 2020

Aujourd’hui c’est l’anniversaire de Trotro, c’est bizarre personne ne semble s’en rendre compte, Zaza, papa et maman, les amis et même Nounours sont occupés.

Chronique : L’histoire est joliment écrite et très bien illustrée. Voici une histoire aux texte drôle et tendre sur les thématiques des plus petits avec Zaza. Mais ici c’est Trotro la star,. Cette série de petites histoires est très accessibles. La magie de Trotro c’est d’y retrouver de vrais comportements d’enfants, ça leur parle beaucoup.
Les images parlent assez pour qu’ils prennent plaisir à regarder quand ils sont seuls.

Note : 9/10

 

  • Broché : 24 pages
  • Tranche d’âges: 1 – 3 ans
  • Editeur : Giboulées (3 janvier 2020)
  • Collection : Trotro et Zaza
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2075125996

 

La ferme riquiqui de Julia Donaldson, Axel Scheffler| 3 janvier 2020

Une vieille dame vit seule dans une petite ferme avec pour seuls compagnons une table, des chaises et un vieux paillasson. Mais, ce matin, sa maison ne lui convient plus : elle s’y sent vraiment trop à l’étroit. C’est riquiqui, exigu, bas de plafond ! Un vieux monsieur passant par là lui conseille de faire entrer chez elle tous ses animaux, un par un. Une poule, une chèvre, un cochon, une vache… Est-ce vraiment la bonne solution ?

Chronique :  Un jour, une petite vieille se plaint et râle que sa maison est une courge et un pressoir. Un vieil homme sage entend la petite vieille rouspéter et rouspéter. Le vieux sage a une idée, qui comprend : une poule, une vache, un cochon et une chèvre.eLa ferme riquiqui est une autre histoire humoristique de Julia Donaldson qui amuse les enfants et les adultes jusqu’à la fin. L’histoire est répétitive et est racontée sous forme de rimes, ce qui lui donne son dynamisme. Les illustrations d’Axel Scheffler sont animées et captent brillamment l’attention du public. Le livre a également une morale dans l’histoire. La vieille dame a estimé que sa maison était trop petite pour elle, puis le vieux sage lui a dit d’y faire entrer quelques animaux, puis elle a réalisé que sa maison avec les animaux à l’intérieur était trop petite mais que pour elle, elle était parfaite. C’est un bon livre pour transmettre un message aux enfants sur le fait qu’ils doivent être reconnaissants pour ce qu’ils ont et que d’autres n’ont peut-être pas le privilège des choses qu’ils ont.

Note : 9,5/10

 

  • Broché : 28 pages
  • Tranche d’âges: 3 – 6 ans
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (3 janvier 2020)
  • Collection : Albums Gallimard Jeunesse
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2075133166

 

L’Incroyable Destin d’Edgardo Mortara de David KERTZER | 20 février 2020

Bologne, 1858. Des soldats de l’Inquisition font irruption chez un marchand juif, Momolo Mortara, pour enlever son fils, Edgardo, âgé de six ans. Les autorités ont appris que l’enfant avait été baptisé en secret par la servante de la famille. En vertu de la loi papale en vigueur, une famille juive ne peut élever un enfant catholique. Au titre de cette  » conversion « , Edgardo doit donc être placé dans un monastère pour y être éduqué.

Chronique : Ce livre a été finaliste pour le Prix national du livre, et à juste titre. L’histoire n’est pas racontée dans un style narratif simple, et ce n’est pas un roman. Certaines parties se lisent comme un roman, mais ce n’est probablement pas un livre que vous voudrez consulter si vous cherchez une histoire « folklorique » . Ce livre a beaucoup à voir avec le risorgimento, l’unification de l’Italie, et il donne un traitement historique bien documenté de l’histoire d’Edgar Mortara et de celle de ses parents, la communauté juive de l’époque, et de l’indignation qui a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase dans les yeux et l’esprit de beaucoup de gens qui demandaient la destitution du pape du pouvoir temporel et l’élimination de son territoire, les États pontificaux.

En 1858, la famille de Momolo Mortara, vivant à Bologne, répond à la porte pour trouver deux officiers de l’Inquisition à leur porte, disant qu’ils étaient là pour emmener leur garçon Edgardo, qui n’avait que 6 ans. Il s’avère que quand Edgardo était plus jeune, une servante catholique travaillant chez les Mortara pensait qu’Edgardo allait mourir pendant une maladie, et l’a « baptisé ». La loi stipulait qu’après avoir été baptisé (et la façon dont une simple fille pouvait le faire et le faire coller est une lecture fascinante avec une longue histoire), Edgardo n’était plus juif et devait être placé sous la protection de l’Église catholique. Naturellement, cela n’a pas plu à la famille d’Edgardo ; l’histoire raconte tous les efforts qu’ils ont déployés pendant des années pour récupérer leur fils. Au début, le bureau de l’Inquisition n’a même pas voulu leur dire où il était emmené ; le père d’Edgardo, Momolo, a simplement appris que le garçon allait chez « quelqu’un qui est un bon père de famille ». Avant de penser qu’il s’agissait d’un cas isolé, l’auteur note que « l’enlèvement d’enfants juifs était une pratique courante dans l’Italie du XIXe siècle ».  Ces types de baptêmes « clandestins » étaient fréquents. Mais ils étaient également punis par des châtiments corporels, mais les cas où cette loi était effectivement appliquée étaient assez rares.

L’une des parties les plus intéressantes de ce livre est le « choc de deux réalités », ou le point de vue juif sur la situation par rapport au point de vue catholique. Les comptes-rendus dans les journaux & dans les témoignages sont absolument fascinants à lire… on ne peut pas dire qui dit la vérité, bien qu’il soit facile de voir que les deux parties embellissent pour leurs propres fins. Mais ce qui est encore plus fascinant, c’est le fait que la nouvelle de cet enlèvement s’est répandue des frontières de Bologne vers l’Europe & même vers l’Amérique — là, la même polémique a recommencé, basée sur le côté de chacun dans le débat religieux. L’affaire a donné lieu à plusieurs pièces de théâtre – par exemple, l’auteur note « La Famiglia Ebrea » (La famille juive) en 1861 – dans laquelle un garçon juif a été baptisé en secret par le serviteur de la famille & élevé par des jésuites. Cependant, dans cette version, le garçon « nourrissait une haine brûlante pour ceux qui l’avaient privé de ses parents », et finit par mener le combat pour l’unification de l’Italie !

Absolument fascinant ; j’ai également trouvé une référence au témoignage d’Edgardo Mortara lui-même, une déposition prise à l’époque où Pie IX (le pape de l’époque) était considéré pour la sainteté : ici — encore une fois, il faut en quelque sorte prendre ça pour ce que ça vaut.

C’est un livre très bien documenté, et il est évident que l’auteur a une passion pour son sujet. Le lien entre l’enlèvement d’Edgardo Mortara et la chaîne d’événements qui a conduit à l’unification de l’Italie est bien établi dans ses recherches.

Très bien fait, et si vous êtes un passionné d’histoire, vous pouvez vraiment apprécier cela. Bientôt porté sur grand écran par Steven Spielberg.

Note : 9,5/10

 

  • Broché : 384 pages
  • Editeur : Cherche Midi (20 février 2020)
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2749154472