L’Incroyable histoire du Canard Enchaîné (3E ED) de Didier Convard et Pascal Magnat | 20 novembre 2019

Le palmipède le plus célèbre de France revient dans  une nouvelle édition. Il faut dire que, pour lui, l’année  a été chargée.
Cette édition augmentée de 32 nouvelles pages revient sur les deux années tumultueuses de la macronie. Car si cela fait plus de 100 ans que Le Canard enchaîné distribue ses coups de bec, l’actualité récente prouve que la presse libre, impertinente et irrévérencieuse a encore de beaux jours devant elle. Créé 1916, pendant la Première Guerre mondiale, le journal traverse les années 1930, la Seconde Guerre mondiale, trois Républiques et 15 présidents (de Raymond Poincarré à Emmanuel Macron) ! Véritable fil rouge du livre, la mascotte nous guide à travers les péripéties de notre histoire publique et politique. Et aussi des nombreuses affaires que l’hebdomadaire a révélées au grand jour : Stavisky, Salengro, Boulin, Bokassa, Fillon, Benalla, Balkany…

Chronique  : Cette BD pleine d’intelligence revient sur l’histoire qui fit le Canard enchaîné depuis la Première Guerre mondiale jusqu’à nos jours. Les vignettes reviennent sur les grands moments de ce journal corrosif et irrévérencieux cherchant toujours la petite bête aux dirigeants de notre pays. Didier Convard sait rendre l’esprit de ce journal si français à travers un enchainement chronologique qui fonctionne de bout en bout et dans l’esprit du « canard ». I l s’avère que, depuis très longtemps, C’est le seul journal qui est de plus en plus indépendant même si son format n’était pas des plus pratiques, mais quelle richesse d’informations, au point que souvent on annonce à la télévision « Comme le canard enchaîné l’a annoncé Le canard serait-il en voie de devenir le seul organe de presse à faire du journalisme d’investigation ? On le pense de plus en plus, ici le dessin est très réussi et expressif de Pascal Magnat qui fait vraiment un travail remarquable.

Note : 9,5/10

 

  • Album : 240 pages
  • Editeur : Les Arènes; Édition : 3e édition (20 novembre 2019)
  • Collection : AR.HORS COLLECT
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2711201996

1.jpg

 

Publicités

Le Château des animaux : Tome 1, Miss Bengalore de Félix Delep et Xavier Dorison | 18 septembre 2019

Les hommes sont partis. Dans le château, il ne reste plus que les animaux : poules, chèvres, ânes et moutons s’épuisent à la tâche pour le prestige du Président Silvio et sa cruelle milice de chiens. La dictature et la terreur règnent… A moins que certains animaux ne décident d’entrer en résistance.

Achat du livre : https://amzn.to/336NQdq

Chronique : Un véritable coup de coeur, cette bande dessinée dur rend hommage au chef-d’oeuvre de George Orwell, la ferme des animaux avec un sujet d’actualité mais sans jamais le rendre compliqué. Les auteurs : Félix Delep et Xavier Dorison abordent sous l’angle de la filiation et des transmissions de savoir des êtres qui passent de génération en génération. Les personnages qui pourraient penser comme des humaines et surtout n’importe lequel d’entre nous, ce qui fait qu’on s’y identifie facilement avec un sentiment d’abandon, maltraitance et culpabilité qui sont les thèmes abordés et qui portent en nous l’immense présence d’un être fort qui nous a appris la vie et nous transmet des valeurs et que l’on croyait invincible où le lecteur se replonge quelques décennies en arrière. C’est ainsi que le rat Azélar, la chatte Bangalore, le lapin César et le canard Ruck partent tous ensemble en croisade contre le Grand Capital et la bête immonde, ces deux faces de la même pièce. La tâche et rude, le chemin est longue et remplie d’embûches, et comme chacun le sait la voie menant vers l’enfer est pavée de bonnes intentions… Parviendront-ils à destituer le président taureau Silvio et sa garde canine. Des moments beaux et touchants, un amour et une complicité, l’histoire d’une complicité intergénérationnelle qui fait réfléchir sur l’évolution politique de nos sociétés actuelles. Un très beau moment de lecture magnifiquement écrit et dessiné dont on a hâte de lire le second tome.

Note : 9,5/10

Extrait :

 

  • Album : 72 pages
  • Editeur : CASTERMAN (18 septembre 2019)
  • Collection : ALBUMS
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2203148888

1.jpg

 

Dans les forêts de Sibérie de Virgile Dureuil et Sylvain Tesson | 13 novembre 2019

L’adaptation en bande dessinée du best-seller de Sylvain Tesson. Peut-on se détacher complètement du monde des hommes ? Quitter la ville et son quotidien pour aller vivre au bout du monde, tel est le défi que s’est donné Sylvain Tesson.

Achat du livrehttps://amzn.to/2O205Uf

Chronique : N’ayant pas lu le roman de Sylvain Tesson , je ne pourrais pas faire le parallèle entre la bd et le roman, mon seul avis sera donc sur cet ouvrage, c’est un livre qui nous fait penser au film Into The Wild de Sean Penn : se retirer dans la nature, sans les « commodités » modernes, et jouer un rôle de médiateur sur la beauté de la nature et sa place dans l’univers.

Le lac Baïkal est un véritable « étang » ; en fait, grâce à sa profondeur, c’est la plus grande étendue d’eau douce du monde, 700 km de long, 80 km de large et un kilomètre et demi de profondeur. Dans ce récit le personnage principal n’est autre que l’écrivain Tesson, et de février à juillet 2010, Tesson avait un siège  » de première ligne  » sur le lac : une cabane de trois mètres sur trois, construite (approximativement) par des géologues dans les années 1980. Le chalet fait maintenant partie d’une réserve naturelle. L’amélioration principale de Tesson : deux fenêtres modernes a double vitrage. Il a vu le lac Baïkal pour la première fois en 2003 et a réalisé son rêve de vivre au bord du lac pendant trois des saisons, sept ans plus tard.

Tesson ne s’assoit pas seulement dans sa cabine et regarde son nombril. Il sort et se promène, avec ses raquettes à neige, obligatoire dans les premiers mois de son séjour. Début mars, alors qu’il fait -30°C, il a marché 130 km de sa cabane jusqu’à l’île d’Ouchkany, au milieu du Baïkal gelé. Il marchait environ 30 km par jour, jusqu’à la prochaine cabane habitée. Dans l’ensemble, c’était un voyage de 10 jours, dont deux jours sur l’île. Il escaladait régulièrement les 1000 mètres de montagne derrière sa cabine. En été, il utilisait son kayak. C’est un naturaliste à part entière, avec de belles descriptions du monde naturel, y compris les oiseaux qui lui tenaient compagnie pendant l’hiver.

Les aperçus ironiques et sardoniques sur la condition humaine abondent. Il fait l’éloge du linoléum dans la cabine, notant à quel point la plupart des aspects de la vie sont laids et minables en Russie, faisant remarquer que l’esthétique était considérée comme un déviationnisme réactionnaire en URSS. Tesson, dans son isolement (relatif), critique à plusieurs reprises une de mes bêtes noires personnelles : la surpopulation. L’auteur raconte son expérience de vivre complètement seul dans une forêt au bord du lac Baïkal où il réfléchit sur la pureté de la nature, loin de la dévastation que les humains créent par leur manque de respect pour notre belle Terre. La philosophie avec laquelle il écrit le texte est très inspirante et cette adaptation l’est. Le dessin est soigné par Virgile Dureuil , les détails fourmillent dans chaque planche. C’est une histoire simple mais c’est si bien raconté que ça en est  secondaire. Chaque image fourmille d’informations et de petits clins d’œil qui en disent long sur l’histoire et les personnages. Un moment de douceur, d’émotion. A lire.

Note : 9,5/10

Extrait :

23456

 

  • Album : 96 pages
  • Editeur : CASTERMAN (13 novembre 2019)
  • Collection : ALBUMS
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2203198826
  • ISBN-13 : 978-2203198821

1

 

 

Mortelle Adèle au pays des contes défaits – tome collector de Mr TAN et DIANE LE FEYER | 16 octobre 2019

Mortelle Adèle se retrouve propulsée dans le pays des Contes Défaits, un monde merveilleux où tout le monde peut réaliser ses rêves ! Mais celle que tout le monde surnomme Princesse Barbecue traîne une réputation explosive qui détonne avec le calme apparent des habitants du Royaume d’Enchantement… Un caractère qui pourrait lui être utile pour survivre à la mignonnerie de ce monde étrange, où les princes se la coulent douce tandis que les petites princesses rivalisent de vacheries pour cumuler des points sourire et devenir les héroïnes de leur propre conte ! Pour Adèle, l’objectif est simple : dégommer la concurrence et écrire un conte d’un nouveau genre pour les filles ET les garçons !

Achat du livre : https://amzn.to/2Qv26K6

Chronique : Je ne vous présente plus Mortelle Adèle, cette héroïne de bande dessinée que les enfants adorent et qu’en général, les parents apprécient un peu moins en raison de son ton impertinent et son comportement subversif..

Mortelle Adèle affiche en effet un caractère bien trempé, des manières irrespectueuses et cultive à merveille l’humour acide.

La princesse Mortadelle — oups Mortelle Adèle pardon — se rend au pays des contes défaits. Dans ce monde, les princesse doivent s’entretuer — heu pardon, concourir afin d’obtenir le titre de Princesse Étoile qui leur permettra d’avoir leur propre conte ! Pour cela, il leur faudra obtenir des Points Sourires, obtenus en réalisant de bonnes actions.

Ici, la bande dessinée se moque des concours de beauté et autres téléréalités stupides basés uniquement sur le physique et la superficialité. L’égalité hommes/femmes est également très mis en avant puisque les Princes Charmants sont des benêts stupides qui eux, n’ont pas à combattre pour obtenir leur contes. Et bien entendu, c’est toute l’image que les contes donnent des femmes qui est ici remis en question.

Vous l’aurez compris, cette bande dessinée suit la vague féministe du moment. C’est très sympathique.

Malheureusement, j’ai trouvé ce hors série bien moins drôle que les bandes dessinées d’origine. Mais bon, pour une fois qu’on aborde un sujet sérieux avec un peu d’humour, on ne va pas se plaindre ^^.

Note : 9/10

 

  • Album : 112 pages
  • Editeur : Tourbillon (16 octobre 2019)
  • Collection : Globulle Mortelle Adèle
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 979-1027607747

61AKNP3UFuL._SX394_BO1,204,203,200_.jpg

 

The new teen titans volume 1 / urban comics

Synopsis :Robin, Wonder Girl, Kid Flash, Changelin : autrefois, ils étaient les jeunes assistants des plus grands super-héros de la Terre, mais aujourd’hui, devenus de jeunes adultes, ces justiciers décident de reformer leur groupe des Teen Titans avec l’aide des nouveaux venus Raven, Cyborg et Starfire.

Chronique : Longtemps la série des teen titans à fait partie chez DC comics des séries à fort potentiel mais dont les ventes décevantes ont condamné l’avenir avant même qu’il ne soit écrit. Mais dans le monde des comics un concept ne meurt jamais il attend juste que les bons auteurs se penchent dessus. Et, par chance, c’est ce qui arriva aux jeunes titans. Marv Wolfman et George Perez ont lancé une nouvelle série dédié aux jeunes sidekicks au début des années 80. Série qui connut un succès retentissant, au point que la série faisait jeu égal avec les X-men, la série rivale de la maison des idées. Malheureusement ces épisodes sont longtemps resté inédits en France, un outrage qu’urban rattrape aujourd’hui.

Malgré ma joie de retrouver les débuts de cette équipe mythique il faut avouer que la lecture des neufs premiers épisodes fut assez laborieuse. Les épisodes sont ancrés dans leur temps la narration est lourde et répétitive, les retournements de situations sont abrupts et mal amenés et les personnages sont des monuments de naïveté. La découverte des aventures de Robin et ses compagnons s’engageaient assez mal.

Heureusement la situation s’améliore à partir de l’épisode 10. Les pérégrinations de nos héros restent toujours aussi farfelues, les auteurs enchaînent les clichés proprent aux comics des années 80 avec les méchants nazi ou encore les membres de la ruche, incapable de se déplacer sans leur bure de moine. Mais la narration s’est faite plus fluide et les auteurs ont fait de la naïveté de ces héros une caractéristique de la série permettant de développer le caractère des personnages. Le scénariste Marv Wolfman a compris qu’il fallait mettre l’accent sur la vie privée de ces jeunes super-héros pour captiver les lecteurs.

Les premiers éléments de la mythologie des teen titans, qui perdurent encore aujourd’hui, se mettent en place dans ces 16 premiers épisodes. On retrouve donc l’assassin Deathstroke, les liens de changelin avec la doom patrol, la menace de trigon et d’autres encore. L’affirmation de soi et l’opposition aux adultes sont au centre des préoccupations de nos jeune héros, des thèmes bien trouvés pour une série destiné à un public d’adolescents.

Grâce à urban et leur édition toujours soigné, les lecteurs d’aujourd’hui vont pouvoir partir à la rencontre de cette série qui a marqué l’histoire de DC comics.

Note 7/10

SCÉNARISTE : WOLFMAN MARV – DESSINATEUR : PÉREZ GEORGE
Public : 12+
Collection : DC Essentiels
Date de sortie : 30 août 2019
Pagination : 464 pages
Contenu vo : THE NEW TEEN TITANS #1-16, DC Comics Presents #26

The Mandalorian Saison 1 / Épisode 02 sur Disney +

Il s’est avéré que le Mandalorian était vraiment excellent, capturant l’esthétique et l’esprit classiques de Star Wars sans ressasser les récits les plus anciens, tout en élargissant l’univers et les traditions de manière très inattendue.

À la fin de l’épisode 1, nous avons été choqués de découvrir que la cible que le Mandalorian (Pedro Pescal) chasse est en réalité un bébé Yoda, un bambin de cinquante ans issu de la même espèce mystérieuse dont il est originaire. C’est une grande surprise – et surprenante, en soi, que la grande révélation n’ait jamais été gâchée auparavant.

Dans l’épisode d’aujourd’hui, Mando – je l’appelle désormais comme ça, grâce à Kuiil (Nick Nolte) – prend la situation où nous nous sommes arrêtés, ramenant le bébé à son bateau. Sur le chemin, il est tombé dans une embuscade à cause d’autres extraterrestres avec lesquels il s’est battu la semaine dernière, mais il les envoie assez rapidement.

Le véritable obstacle à la sortie de la planète se présente sous une autre forme familière: les Jawas. Les petites créatures qui ont pris en otage les droïdes R2-D2 et C-3PO dans A New Hope, puis les ont vendues à Luke Skywalker et à son oncle, sont bien préparées à démanteler le navire de Mando avant son retour.

Je suppose que cela signifie que nous sommes sur le monde natal de Tatooine – Luke – ce que je soupçonnais mais dont je n’étais pas sûr jusqu’à présent. Je ne pense pas que les Jawas conduisent leurs véhicules de la forteresse nulle part ailleurs. C’est certainement une planète désertique, et il serait approprié que Mando y trouve le bébé Yoda.

Quoiqu’il en soit, Mando fait exploser quelques-uns des petits imbéciles, mais ceux-ci s’échappent dans leur énorme dragueur de sable et il est obligé de poursuivre à pied. La séquence d’action suivante est plutôt bonne. Mando fait de son mieux pour grimper dans la forteresse piétinée, tandis que les Jawas le jettent sur lui, le zappent et le blessent avec une douzaine de rafales d’étourdissements à la fois. Il bascule jusqu’au sol, loin en dessous.

Notre héros peut certainement être battu.

Mando et le bébé Yoda retournent chez Kuiil après cela, et il propose d’emmener le chasseur de primes échanger avec les Jawas – un plan auquel Mando se moque bien car ils lui ont volé ses affaires, mais il n’y en a pas. autre choix.

Pendant ce temps, bébé Yoda se promène et mange une créature ressemblant à une grenouille et tout cela est bien trop mignon. Je ne peux pas gérer à quel point ce petit gars est adorable. Jon Favreau mérite tout particulièrement le mérite d’avoir créé le personnage le plus mignon de Star Wars depuis les Ewoks.

Alors ils partent et rencontrent les Jawas qui demandent d’abord l’armure de Mando, puis le bébé, et disent enfin qu’ils rendront les pièces s’il les récupère «l’oeuf». Il s’avère que l’oeuf en question se trouve dans une grotte sombre et menaçante.

Et ce rhinocéros monstre amusant est la mère:

Je suis presque sûr que Mando passe autant de temps à plat ventre dans la boue ou dans la boue que dans cet épisode. Le rhinocéros extraterrestre est rapide et fort et le fusil de Mando se bloque. Il peine à peine à gratter et, à un moment donné, il doit utiliser la télécommande du berceau flottant pour sortir bébé Yoda du chemin de la créature.

Mais c’est le bébé qui sauve la journée. Nous l’avons vu plus tôt dans l’épisode très bien utiliser la Force. Lorsque Mando se soigne pour soigner ses blessures avant la rencontre avec Jawa, le bébé ne cesse de sortir de son berceau et s’approche de Mando en levant la main, comme s’il essayait de le soigner, mais Mando n’arrête pas de le prendre retour.

Cette fois, le bébé Yoda lève la main et utilise la Force pour arrêter la bête avant de l’élever dans les airs. C’est une incroyable démonstration de puissance, même s’il ne peut la retenir que quelques instants avant de perdre connaissance. Pourtant, cela montre à quel point cette espèce doit être puissante avec la Force, que même un enfant en bas âge peut l’utiliser si habilement.

Mando tue le rhinocéros et récupère l’œuf – qui semble recouvert de mèches de vadrouille – et l’amène aux Jawas qui dévorent rapidement le jaune à l’intérieur. Mando secoue la tête avec dégoût.

Lui et Kuiil passent la nuit à reconstituer son navire, puis à faire leurs adieux. Je suis content que nous ayons un autre épisode avec Kuiil, car il est un si grand personnage et Nolte est tout simplement parfait dans le rôle. Je ne suis pas sûr que nous le reverrons.

Ce fut un autre épisode formidable. C’est assez fou de voir à quel point ils se sont retrouvés dans les maigres 27 minutes, mais d’une manière ou d’une autre, ça n’a pas semblé trop court. C’était juste comme il faut. Juste assez d’action, juste assez d’adorable, juste assez de suspense. La magnifique partition originale balayant tout.

Le réalisateur Rick Famuyiwa a fait un travail fantastique après la première de la saison. Ce spectacle capte vraiment parfaitement la vieille magie de Star Wars , du rythme à l’humour, en passant par le look des vieux films.

Je suis vraiment curieux de voir où cette histoire va et comment bébé Yoda est lié à l’histoire plus grande. Je me demande s’il y aura un lien avec les nouveaux films?

Ce ne sont que huit épisodes et s’ils sont tous courts comme ça, eh bien, ce n’est pas assez de temps à passer avec des personnages aussi charmants!

Qu’as-tu pensé de l’épisode 2?

Le mandalorien

SIMON’S CAT: QUELLE VIE DE CHIEN! de Simon TOFIELD | 14 novembre 2019

Alors qu’il patrouille sur son territoire, Simon’s Cat découvre la vie de nombreux chiens de son quartier, avec notamment au programme : des caniches fous, un bouledogue amoureux et un groupe de chiots espiègles.
Dans le style et l’esprit qu’on lui connaît dans ses illustrations, Simon Tofield capture remarquablement bien les habitudes drôles et décalées des différentes races de chiens, ainsi que les rencontres avec leurs homologues félins.

Achat du livre : https://amzn.to/2rHnGkm

Chronique : C’est ainsi que nous arrivons à la dernière édition de Simons Cat – maintenant je suis le premier à admettre que ces livres ne sont guère difficiles à lire sans mots et sans caricatures simples d’une seule page ou même d’un seul volet – mais quiconque a possédé (ou appartient) un chat reconnaît instantanément de nombreux traits et personnalités représentés dans ces pages.

Mais cette fois-ci, il y a un rebondissement – maintenant Simons Cat explore le monde des chiens avec tous leurs différents plans, personnalités et interactions avec les chats. Ce que vous avez ici est un regard jovial et léger sur la vie des chiens (et comment les chats les gouvernent).

J’ai suivi Simons cat dans toutes ses nombreuses histoires et ça m’étonne toujours qu’il y ait des histoires nouvelles et amusantes à raconter – mais encore une fois quand je regarde mon chat et je réalise que chaque jour le potentiel pour que quelque chose de nouveau et d’étrange arrive est juste là à mes pieds…

Note : 9,5/10

  • Album : 128 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (14 novembre 2019)
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2265144290

51NoSuz0+RL._SY387_BO1,204,203,200_.jpg