Ubisoft offre Rayman Legends gratuitement sur PC

Image principale de l'article Ubisoft offre Rayman Legends gratuitement sur PC

Après avoir offert gratuitement le jeu Child of Light la semaine dernière, Ubisoft annonce que Rayman Legends sera gratuit dès aujourd’hui.

C’est via les médias sociaux officiels d’Ubisoft que la compagnie a annoncé que son jeu Rayman Legends serait gratuit sur PC jusqu’au 3 avril via son site web.

 

Pour obtenir le jeu, il suffit de visiter le site d’Ubisoft et choisir le jeu Rayman Legends. Vous allez ensuite devoir vous connecter à votre compte UPlay, et le jeu sera ajouté à votre ludothèque.

Rayman Legends est le 5e jeu de la série principale de Rayman. Le jeu, sorti en 2013, avait été très bien accueilli par les critiques pour son gameplay et son design de plateformes.

Voici la bande-annonce pour vous donner un aperçu!

 

Visitez ce lien pour obtenir le jeu gratuitement. Vous avez jusqu’au 3 avril!

Nightwish – Human. :||: Nature. : premières impressions

Cinq ans, presque jour pour jour. Voilà le temps qu’il aura fallu à Nightwish pour revenir sur le devant de la scène avec un nouvel album. Cinq ans mis à profit pour promouvoir Endless Forms Most Beautiful, célébrer vingt ans de carrière, se concentrer sur d’autres projets et, surtout, de l’aveu même de Tuomas Holopainen (dont l’interview ne devrait pas se faire attendre trop longtemps), retrouver l’inspiration nécessaire à ce neuvième opus.

https://i0.wp.com/www.radiometal.com/wp-content/uploads/2020/03/Nightwish-Human-Nature.jpg

Cinq ans, c’est long (*choisit d’ignorer les haussements de sourcils indignés des fans de Tool*), mais à l’échelle de l’humanité, et plus encore de la planète, c’est à peine un battement de cœur. Human. :||: Nature. reprend donc l’histoire exactement là où Endless Forms Most Beautiful s’était arrêté et la poursuit de façon encore plus emphatique, plus saisissante, plus théâtrale – plus TOUT. Petit tour d’horizon d’une œuvre qui devrait immanquablement marquer l’histoire du metal symphonique.

01. Music (7’23)

Dans ce qui est presque une continuation directe de « The Greatest Show On Earth », titre final de Endless Forms Most Beautiful, « Music » s’ouvre sur des sons de nature et des bruits d’animaux. Les percussions et le chant tribaux, associés aux cornemuses et flûtes de Troy Donockley, renforcent immédiatement l’impression de continuité avec le précédent album. Le premier couplet est d’ailleurs très doux, presque acoustique, avant le retour du Nightwish grandiloquent que l’on connaît. Marco Hietala et Troy sont très présents sur le refrain, par ailleurs extrêmement accrocheur, mais la ligne de chant du couplet, véritable morceau de bravoure qui donnera du grain à moudre aux coachs vocaux de YouTube pendant des années, appartient résolument à Floor Jansen.

02. Noise (5’40)

Les titres de ces deux premières chansons suggèrent un lien direct, de même que le mixage/mastering de l’album, qui ne laisse littéralement pas une seconde de pause entre la fin de « Music » et le début de ce premier single. Pas étonnant, d’ailleurs, que « Noise » ait été le premier titre révélé, car il s’agit de la chanson la plus calibrée Nightwish de tout l’album, dans la mélodie comme dans l’utilisation de l’orchestre. Le clip et les paroles (« Now you’re a star/Vain avatar ») sont là pour critiquer, comme nous l’explique Tuomas dans une interview à venir, l’addiction de l’être humain aux smartphones et aux réseaux sociaux. La voix déformée, presque robotisée, de Floor avant le dernier refrain renforce la critique de la technologie et nous fait vraiment regretter de ne pas avoir les paroles sous les yeux pendant la session d’écoute.

03. Shoemaker (5’18)

Le monde entier semble avoir découvert récemment ce que la communauté metal dans son ensemble et Tuomas en particulier savent depuis longtemps : Floor est peut-être l’une des meilleures chanteuses du monde, tous genres confondus, et le compositeur en profite. Sur ce titre, la ligne de chant montre à nouveau à quel point Floor fait ce qu’elle veut de sa voix, même si Troy est mis en avant sur le pré-refrain (ce qui laissera au moins à la frontwoman le temps de souffler dans un contexte live). Et comme si cela ne suffisait pas, il s’agit également du seul titre de l’album à comporter la voix de tête de Floor… pendant environ trente secondes. On prend ce qu’on peut.

04. Harvest (5’13)

Si « Noise » était un premier single évident, on n’aurait pas parié sur « Harvest » pour le second, dans la mesure où Troy est ici la star incontestée de la chanson. Les harmonies de Floor et Marco font des merveilles en chœurs sur le refrain, mais la voix du multi-instrumentaliste anglais est clairement la mieux adaptée à l’aspect très folk de ce titre (qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler l’atmosphère de « Alpenglow »). Après les percussions et la guitare acoustique de la première partie de la chanson, les guitares électriques signent le retour d’une ambiance celtique presque indissociable de Nightwish depuis Dark Passion Play. Tuomas dispose d’une masse incroyable de talents dans ce groupe et sait décidément les exploiter.

05. Pan (5’18)

Changement total d’ambiance, avec un passage presque brutal du soleil à l’obscurité, de l’été à un froid inquiétant. Là où « Harvest » évoque littéralement l’attachement à la terre, « Pan » est beaucoup plus éthéré et magique, et fait la part belle à un chœur mineur angoissant, parfaitement adapté à une cérémonie d’invocation du grand dieu cornu. C’est aussi le retour de Floor au chant lead et des guitares saturées que l’on avait un peu perdues de vue depuis « Noise ».

6. How’s The Heart (5’02)

Seule chanson du premier disque à compter plus d’un mot dans son titre, « How’s The Heart », qui s’ouvre sur des battements de cœur, est peut-être aussi le titre le moins « prise de risque » de l’album. Très accrocheur et classique, beaucoup plus accessible dans la mélodie comme dans la structure que celles qui la précèdent, cette chanson avait un vrai potentiel de deuxième single avant que Nightwish ne décide de bousculer les codes et de proposer « Harvest » à la place. Là encore, les harmonies sont assurées par les trois chanteurs du groupe plutôt que par le chœur, ce qui apporte une vraie nouveauté dans la discographie du groupe.

7. Procession (5’31)

Difficile de trouver un détail marquant sur lequel se concentrer pour commenter cette « Procession »… Dans un album qui contenait jusqu’à présent de petites pépites de composition, ce titre tombe un peu à plat et ne suscite pas vraiment le même enthousiasme que le reste de la galette. Très doux sur la majeure partie, il fait clairement office de ballade du disque.

8. Tribal (3’56)

Inutile d’aller chercher plus loin que le titre, qui annonce la couleur et l’ambiance de cette chanson en toutes lettres ! Avec son couplet à l’ambiance orientale, « Tribal » est un cadeau fait à Emppu Vuorinen (guitare) et Kai Hahto (batterie). Les guitares ultra-agressives, les grosses distorsions et les vocaux à la limite de l’animalité en font le titre le plus heavy de l’album. La basse n’est pas en reste et la section rythmique s’en donne vraiment à cœur joie. Pour ceux qui auraient pu en douter, oui, Nightwish, c’est toujours du metal. Ouf.

9. Endlessness (7’11)

Si vous avez tenu le compte, après la chanson de Kai et Emmpu, la chanson de Troy et les lignes de chant féminin à décourager même les cover bands les plus enthousiastes, il ne manquait plus sur Human. :||: Nature. que la chanson de Marco. Pour faire honneur à celui qui reste la voix masculine « historique » de Nightwish, « Endlessness » ne fait baisser la jauge à heavy que d’un point ou deux et permet de conclure le premier disque sur une très bonne note, avec la présence de Floor au chant lead sur le pont.

Disque 2 – All The Works Of Nature Which Adorn The Earth

Notre intention, à la première écoute de l’album, était de traiter ce deuxième disque comme le premier, c’est-à-dire en prenant les pistes les unes après les autres pour en faire un rapide résumé et souligner leurs principales caractéristiques. Après mûre réflexion, cela n’aurait en fait aucun sens. Car, même si « All The Works Of Nature Which Adorn The Earth » est divisée en huit parties pour le confort de l’auditeur (traduisez : pour pouvoir passer à son passage préféré sans avoir à retenir un timecode), il s’agit bien d’une composition unique qui doit être abordée comme un tout.

Incroyablement graphique et évocatrice, « All The Works Of Nature Which Adorn The Earth » n’est autre qu’une visite guidée musicale de notre planète. Totalement dépourvue d’instruments amplifiés et interprétée principalement par The London Session Orchestra et The Metro Voices Choir, cette symphonie en huit tableaux dépeint tour à tour les océans (« The Blue »), les jungles et forêts (« The Green »), la beauté des paysages enneigés (« Quiet As The Snow ») et des aurores boréales (« Aurorae »), ou encore la rudesse des landes balayées par les vents (« Moors »). Glissandos liquides à la harpe et rythme hypnotique des percussions pour évoquer la mer et les vagues, cornemuses plaintives pour l’ambiance Hauts de Hurlevent, pizzicatos de harpe de haute volée figurant les lumières du Nord… Tout est fait pour faire naître des images dans la tête de l’auditeur et donner un aperçu de ce que la Terre a de plus beau en seulement une demi-heure.

Malgré ses vingt-six minutes et ses cinq parties distinctes, « The Greatest Show on Earth », conclusion épique de Endless Forms Most Beautiful, restait une chanson. « All The Works Of Nature Which Adorn The Earth », elle, est à ranger dans la catégorie des poèmes symphoniques, au même titre que L’Apprenti Sorcier de Dukas, La Danse Macabre de Saint-Saëns ou Finlandia de Sibelius. Ici, pas de parole. Aucune distorsion, aucune amplification. Disons-le clairement, Wagner a fait plus metal avec Siegfried, et à ce titre, il y a fort à parier que seuls les fans absolus du groupe et les amateurs de musique classique adhéreront à ce deuxième disque. Mais le pari orchestral de Tuomas est gagné et prouve qu’il est encore possible, en 2020, de renouveler un genre où tout semble avoir déjà été fait.

Conclusion :

À peine Endless Forms Most Beautiful sorti, les fans comme ceux qui se plaisent à accuser Tuomas et ses comparses de folie des grandeurs se demandaient déjà comment il serait possible de surpasser un album aussi grandiloquent. Le défi n’a pas eu l’air d’effrayer le plus célèbre des groupes finlandais, qui l’a relevé en conservant le même concept (notre planète reste, après tout, une source inépuisable d’inspiration), en exploitant le talent considérable des trois chanteurs dont il dispose et en balançant tous les codes du metal traditionnel aux orties avec un disque n° 2 qui fera forcément hausser plus d’un sourcil. Avec Human. :||: Nature., Nightwish s’affranchit du simple concept-album et propose une œuvre d’art dotée d’un véritable fil directeur, qui trouvera sa place sur les étagères des metalleux comme des amateurs de musique classique.

Non, le metal symphonique n’est pas mort. Nightwish évolue simplement à des années-lumière de la concurrence.

Chronique de Tiphaine Lombardelli

LEGO Ideas 21322 Pirates de Barracuda Bay est une lettre d’amour de 2 500 pièces aux pirates classiques

La révélation des LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322) a eu une réponse extrêmement positive et nous avons eu le jeu pendant quelques jours pour en faire un premier examen. L’ensemble de 2 545 pièces coûtera 199,99 $ et sera disponible à partir du 1er avril. Le contenu de la boîte comprend des sacs numérotés jusqu’à 15, des sacs non numérotés de diverses pièces, le livret d’instructions épais et un paquet pour les voiles.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)


Art de la boîte

Comme vous pouvez le voir, l’art de la boîte rend hommage au thème LEGO Pirates avec son design. Le nom de l’ensemble est dans le coin supérieur droit qui a le même style que la dénomination LEGOLAND des ensembles classiques Pirates. Le dos de la boîte montre certains détails, y compris le naufrage démonté pour construire son propre navire.


Instructions

Comme avec d’autres ensembles LEGO Ideas, le début des instructions donne un aperçu du thème LEGO Pirates ainsi qu’une interview avec le fan designer Pablo Sanchez. Les designers LEGO Milan Madge et Austin William Carlson donnent également leur avis sur la conception de Pirates of Barracuda Bay. Enfin, il y a une biographie répartie sur deux pages des figurines incluses dans l’ensemble.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)


Figurines

Il y a huit figurines dans le jeu: Captain Redbeard, Lady Anchor, Starboard, Quartermaster Riggings, Jack «Dark Shark» Doubloons, Tattooga, Port et Robin Loot.

Captain Redbeard a déjà été publié dans certains des ensembles LEGO Pirates classiques de 1989, plus récemment dans The Brick Bounty (70413), mais cette nouvelle version a une impression mise à jour. Le torse a maintenant de l’or métallique sur le devant ainsi que du dos. Comme précédemment, il a une jambe cheville sur sa jambe droite. L’impression faciale a été mise à jour avec un look plus moderne, notamment pour sa barbe rouge. Son accessoire est un coutelas.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

Lady Anchor a une tenue rouge avec des détails en or métallique pour ses perles et sa ceinture. Elle a également une ceinture bleue et blanche autour de sa taille. Son expression faciale la montre avec un sourire arrogant. Ses accessoires incluent un couteau et un pistolet à silex.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

Starboard a un débardeur blanc et bleu avec une ceinture marron et un pantalon rouge. Son sourire diabolique est couvert par sa longue moustache. Couvrant sa tête est un bandana rouge. Ses accessoires incluent un coutelas et un long fusil.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

Quartermaster Riggings a un débardeur rouge et blanc avec un gilet bleu. Sa tête lui montre un sourire diabolique et une tache sur son œil. Ses accessoires incluent un coutelas et une tuile de carte imprimée 2 × 2.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

Tattooga est certainement à la hauteur de son nom avec des tatouages ​​couvrant les deux côtés du torse. Le devant a quelques ancres et perroquets tandis que le dos en montre un avec un bateau pirate, peut-être le Black Seas Barracuda. Sa tête me rappelle Will Turner de Pirates des Caraïbes avec ses poils du visage et sa queue de cheval. Ses accessoires comprennent deux épées coutelas.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

Jack « Dark Shark » Doubloons a le même débardeur blanc et bleu que Starboard et il a de courtes pattes bleues. Son visage couvert de taches de rousseur le montre avec un sourire narquois et il porte un bandana bleu. Ses accessoires incluent un sac à bandoulière beige et un télescope.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

Robin Loot porte un gilet vert avec un pantalon marron. Elle a une tête double face avec un sourire narquois d’un côté et un sourire de l’autre avec son visage tout sale. Ses accessoires incluent deux pistolets à silex.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

Enfin, nous avons Port qui est le frère de Starboard et il a un débardeur rouge et blanc avec une corde enroulée autour de la taille. C’est l’opposé de ce que Starboard porte et il a le sourire derrière la moustache. Ses accessoires sont également le coutelas et le fusil.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)


Construire

Le premier sac de la construction est destiné à la première section de l’île. Je dirai que j’aime beaucoup les plaques bleu clair utilisées pour l’eau. La plupart des pièces sont des plaques de bronzage et des briques courbes pour le sable. D’un côté du sable, il y a une statue en pierre du roi Kahuka du sous-thème des Islanders. Près de lui se trouvent quelques cocotiers.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322) Le sac 2 vous permet d’ajouter plus à l’île. Beaucoup de zones de quai sont constituées de plaques brunes empilées au-dessus des briques grises et des pentes. Il y a aussi des escaliers qui mènent au côté du Barracuda lorsqu’il est connecté. Les autres pièces du sac 2 sont destinées à la construction initiale du Barracuda. Je sais que LEGO dit que le navire est inspiré par le Barracuda des mers noires, mais je vais l’appeler de toute façon.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

Les prochains ensembles de sacs sont utilisés pour construire l’intérieur du Barracuda. Le sac 3 est principalement utilisé pour le bar et les chambres à coucher. Le bar a quelques tables et il comprend également un baril d’alcool.

Le côté chambre a deux lits avec une table avec une bougie et un chapeau sur le dessus. À côté du mur se trouve une autre table avec une enveloppe.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322) Le sac 4 vous permet de construire le reste des zones extérieures et supérieures du bar et de la chambre. À la fin, il y a une porte avec un autocollant qui indique qu’il s’agit de Jose’s Inn. La zone du pont supérieur est faite de plaques de bronzage. Au-dessus de la porte, un panneau a des plantes et des vignes.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

Ensuite, nous avons une très petite cellule de prison qui ne convient qu’à une seule personne et dans ce cas, une cellule morte car il n’y a qu’un squelette à l’intérieur.

Le mât principal est extrêmement haut et utilise un mât dédié en haut avec beaucoup de briques rondes 2 × 2 au milieu et en bas. Ceux-ci sont sécurisés à l’aide d’un essieu transversal 32M. En bas se trouve une plaque de grille 8 × 8 suivie de quelques briques rondes 2 × 2 supplémentaires à fixer au fond du navire.

À ce stade, les voiles sont simplement enroulées et attachées à l’aide de cordes et les attaches aux essieux transversaux aux extrémités et fixées à l’aide de pièces de cône.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322) Tout en haut, vous avez votre drapeau de crâne de pirate habituel qui est une pièce imprimée et non un autocollant. Dans le haut du dos, il y a une corde qui suspend un baril.

Une fois la partie principale du navire terminée, il peut se fixer à la zone de l’île à l’aide de quelques épingles. En soi, cela peut être un petit ensemble, mais nous n’avons pas encore terminé!

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

Le sac 6 vous permet de construire une autre partie de l’île, similaire à la première. D’un côté, vous avez une zone principalement sablonneuse tandis que l’autre côté est une autre section du quai. En plein milieu se trouve une zone d’alimentation pour un porc.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322) En continuant, vous construisez plus du quai et entre le quai et la zone sablonneuse, il y a un squelette d’une garde impériale tombée qui est signifiée par le chapeau shako. Le quai lui-même a encore plus d’escaliers qui montent et la zone inférieure a des caisses remplies de fruits.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

Pour le sac 8, nous construisons la proue du Barracuda qui utilise une pièce de bateau dédiée. L’arrière de celui-ci a plus de briques rondes 2 × 2 pour soutenir le mât avant qui sera mis plus tard.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

Alors que nous passons au sac 9, le morceau de grille 8 × 8 est placé au-dessus de la colonne de briques et il y a une plaque ronde 4 × 4 avec trou pour plus d’empilement de colonnes. Ici, nous avons le cabestan qui vous permet de lever et d’abaisser l’ancre sur le côté.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322) Le reste des pièces dans le sac est utilisé pour construire le beaupré et la figure de proue. Le beaupré utilise à peu près un autre des morceaux de mât qui est attaché à une rotule à l’avant. La figure de proue a un look mis à jour et plus propre d’avant et dispose d’une tête de figurine féminine jaune.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322) Le sac 10 est dédié à la construction du mât avant qui est presque le même que le mât principal. Comme auparavant, il utilise le mât et le dessous qui sont une série de briques rondes 2 × 2 stabilisées par l’essieu transversal 32M. De chaque côté se trouvent quelques longs morceaux de treillis utilisés pour les haubans. La voile sur le mât avant est à nouveau enroulée avec une corde. Une fois l’avant du Barracuda terminé, il peut se fixer au segment d’îlot à l’aide de rotules.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322) Alors que nous nous dirigeons vers le sac 11, nous allons construire les zones arrière du Barracuda. La base est une pièce de bateau et à l’intérieur se trouve le coin cuisine. Ici, nous avons un poêle rempli d’une poêle chaude. Il y a aussi des tables de chaque côté remplies de pots et d’un poisson.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322) Les parties extérieures du navire sont reliées à certaines charnières, ce qui lui permet d’être légèrement incliné. Tout à l’arrière, il y a le gouvernail qui utilise des clips pour le fixer. Rien de trop compliqué à ce sujet.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322) Pour le sac 12, nous arrivons au quart de pont où nous commençons à construire la cabine du capitaine Redbeard. Il y a un côté du mur où il y a une fenêtre avec une boussole et un stylo plume assis à proximité. Il y a aussi un coffre au trésor avec un trophée en or et des gemmes.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

Ensuite, nous remplissons plus de la cabine du capitaine avec plus de détails tels que son bureau rempli de cartes et de bougies. Il y a aussi un buste de l’autre côté de la pièce. Enfin, il y a un lit qui se clipse à côté de la fenêtre et se replie, ce qui le met à l’écart s’il n’est pas utilisé.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322) Pour l’avant-dernier sac, nous complétons le look de l’arrière du Barracuda. Cela comprend un peu plus de l’extérieur, comme la porte qui va dans la cabine du capitaine et les marches qui y montent. Le boîtier arrière a quelques fenêtres supplémentaires et la section se fixe à l’aide de quelques broches. L’extérieur de ce panneau comporte également des feuilles ainsi que le volant enveloppé de chaînes.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

Cette partie du navire peut s’aligner avec la zone du quai et pour terminer la baie de Barracuda, vous pouvez pousser les deux moitiés de l’île avec le navire séparé ensemble. Malheureusement, ils ne se connectent pas ensemble avec des broches ou des rotules, mais restent assis côte à côte.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

Comme vous l’avez probablement vu dans le communiqué de presse et les images officielles de l’ensemble, vous pouvez également recréer le Black Seas Barracuda dans sa propre construction. Pour ce faire, vous devrez supprimer les sections de navire et une grande partie des éléments excédentaires comme les pièces à feuilles, les boîtes et les barils.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

De plus, il y a un sac 15 pour certaines pièces pour compléter le navire. Les voiles qui sont enroulées peuvent maintenant être attachées aux tyroliennes à l’aide des axes et pièces coniques Technic. Je noterai que les voiles qui sont enroulées peuvent être ridées car elles sont constituées d’un tissu plus dur. J’aurais préféré les plus douces mais cela a peut-être fait monter le prix encore plus. La petite voile d’avant a des trous et des fentes supplémentaires pour faciliter le passage de la corde.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

L’avant du navire est relié à la section centrale à l’aide de rotules tandis que l’arrière est connecté par les côtés à l’aide de plaques 1 × 4. Pour cette partie, cela ne semble pas trop stable mais les plaques font plutôt bien leur travail. Enfin, vous rajoutez quelques-unes des décorations comme les boîtes et les barils tout au long du pont.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)


Résultats

Dans l’ensemble, le LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322) est absolument un ensemble très amusant à construire. Il m’a fallu environ un jour et demi pour terminer parce que je prenais beaucoup de pauses entre les deux. Il pourrait certainement être achevé en une seule séance.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

J’aime la façon dont LEGO a divisé le bâtiment entre les îles et le navire pour le rendre non monotone et la façon dont le naufrage s’attache aux sections de l’île est géniale. Le détail de celui-ci correspond à ce qui était proposé dans le projet LEGO Ideas original avec quelques différences ici et là. J’aime vraiment la façon dont LEGO a incorporé leurs propres personnages Pirates dans l’ensemble comme le capitaine Redbeard.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322)

L’ajout d’avoir des parties de l’épave se transformer en navire lui-même est juste la cerise sur le gâteau parce que le projet n’avait pas cela. Deux pouces pour que LEGO pense à cette idée. J’ai le sentiment que certains fans voudront peut-être obtenir deux exemplaires de l’ensemble pour en avoir un complètement intact et un avec le navire lui-même avec les îles séparées.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322) En le construisant, j’ai continué à penser que cet ensemble était du thème des pirates, mais j’ai rapidement réalisé qu’il s’agissait en fait d’un ensemble LEGO Ideas. Je sais que les fans ont voulu que le thème des pirates revienne, mais cet ensemble leur donnera satisfaction entre-temps.

LEGO Ideas Pirates de Barracuda Bay (21322) 

Restez chez vous : des activités pour les enfants de 1 à 12 ans pendant le confinement

Pendant cette période de confinement dû au coronavirus, il n’est pas évident d’occuper les enfants avec des activités variées. C’est pourquoi les maisons d’édition jeunesse Hemma, Langue au Chat, Gründ, Les Livres du Dragon d’Or, Poulpe Fictions, Slalom et 404 éditions se sont regroupées afin de vous proposer différentes ressources gratuites qui pourront convenir aux enfants de 1 à 12 ans pour continuer l’école à la maison.

Ressources pédagogiques, chansons, recettes, coloriages… Il y en aura pour tous les goûts, mais surtout, pour tous les âges ! Suivez le guide et retrouvez notre sélection adaptée à l’âge des enfants. Cliquez sur les liens pour télécharger les ressources ou les visualiser.

Activités à partir d’1 an

La playlist pour redécouvrir les chansons et comptines classiques.

Activités à partir de 3 ans

Les éditions Gründ proposent des vidéos de lecture à voix haute de quelques-uns de ses albums coups de coeur.

Activités à partir de 4 ans

Les éditions Langue au Chat ont extrait quelques recettes de cuisine de son livre Mes recettes fastoches à confectionner en famille ! 

Les Livres du Dragon d’Or mettent à disposition des activités autour des héros préférés des enfants :

Les éditions Gründ proposent un livret d’activités à partir de 4 ans réunissant des coloriages et des activités Montessori.

Activités à partir de 6 ans

Les édiions Gründ ont préparé un livret d’activités spécialement à partir de 6 ans réunissant des coloriages et des jeux pédagogiques.

Les éditions Les Livres du Dragon d’Or aident les enfants à réaliser quelques figures avec des ficelles pour améliorer leur motricité fine et développer leur sens créatif. 

Sess, l’illustrateur de la série de BD Camille pétille (éditions Slalom) a créé des coloriages et des BD à compléter autour de son héroïne.

 

Activités à partir de 7 ans

Les éditions Gründ proposent un livret d’activités conçu pour les enfants à partir de 7 ans contenant des expériences scientifiques et des modèles d’origamis.

 

Activités à partir de 8 ans

404 éditions, l’éditeur geek, proposent un test Minecraft, pour les plus férus du jeu vidéo

Pour favoriser l’école à la maison, les éditions Poulpe Fictions proposent exceptionnellement, avec l’accord de leurs auteur.rice.s et illustrateur.rice.s 4 romans en accès gratuit avec leurs ressources pédagogiques (questionnaire, jeu, vidéos, chansons…):

  • Orphéa Fabula et le cristal d’Osiris, de Marie Alhinho
  • Opération Groenland, d’ISmaël Khelifa
  • Molière vue par une ado, de Cécile Alix
  • Poules, renards, vipères – Albin, de Paul Ivoire

De même, les éditions Slalom ont mis en ligne des fiches pédagogiques pour étudier trois romans à la maison : Mytho de Fanny Gordon, Rue des tempêtes de Fanny Gordon, et Les Koboltz de Benoît Grelaud.

Des activités à télécharger par Grund Jeunesse

À retrouver aujourd’hui gratuitement sur le site  de Grund :
➡️ Des origamis👌
➡️ Des expériences scientifiques 🧪
Rendez-vous tous les matins à 8h avec d’autres activités pour vos enfants.
Restez chez vous et prenez soin de vous ! 🤗
➡️ Toutes les activités à la maison : https://bit.ly/3dcWZai 📥

1558__desktop_Visuel_article_ressources-Grund_1.png

Batman v Superman : anecdotes, révélations… Zack Snyder commente le film DC en direct

Pour fêter ses 4 ans, Zack Snyder a commenté la version longue de « Batman v Superman » en direct sur les réseaux sociaux. L’occasion pour lui de partager quelques anecdotes et faire des petites révélations sur son projet global.

Confinement oblige, les cinéphiles sont aujourd’hui en manque de nouveauté, malgré quelques sorties VOD. Mais ils peuvent compter sur les équipes de films et séries pour voler à leur secours : alors que Matt Smith et Bill Nighy ont live-tweeté ensemble un épisode de la saison 5 de Doctor Who (« Vincent et le Docteur », où il est question de Van Gogh), Zack Snyder s’est prêté à l’exercice du commentaire audio en direct avec la version longue de Batman v Superman, pour fêter les quatre ans de sa sortie dans les salles mondiales. Une séance dont sont ressorties plusieurs anecdotes et informations sur ses intentions, pour le long métrage comme l’arc narratif de cinq films qui était initialement envisagé.

L’OMBRE DU 11-SEPTEMBRE
Warner Bros. Pictures

Ce n’était pas forcément évident dans L’Armée des morts, mais Zack Snyder est un cinéaste de l’image qui n’a pas son pareil pour iconiser un personnage ou un moment, et aime jouer sur les symboles. L’effondrement de la Tour Wayne, dans la scène d’ouverture de Batman v Superman qui nous offre un contrechamp sur le combat final apocalyptique entre l’Homme d’Acier (Henry Cavill) et Zod (Michael Shannon) dans Man of Steel, renvoie par exemple au 11-Septembre de façon consciente, de la même manière que Steven Spielberg dans La Guerre des mondes. Ce afin de générer un « traumatisme psychique » chez le public comme Bruce Wayne, qui vit là une seconde perte majeure après celle de ses parents, revisitée dans le prologue.

Comme beaucoup le pressentaient déjà au moment de la sortie, cette scène est également une réponse aux critiques émises envers le climax de Man of Steel et ses scènes de destruction massives à priori inconséquentes : « Je n’aime pas l’idée qu’il n’y ait pas de conséquence, que ces personnages puissent venir se taper dessus dans notre monde sans créer ni résoudre de gigantesques problèmes », se défend le cinéaste, façon pour lui, également, de renvoyer vers l’un des axes majeurs de son approche du genre super-héroïque , où il compare ses figures aux dieux grecs de l’Antiquité, dont les actions ont pesé sur le sort de l’Humanité, en bien comme en mal. Il s’accorde en cela avec l’essai « Un panthéon moderne » de Vincent Brunel, mais va plus loin.

HÉROS DIVIN

Dès Man of Steel, déjà, le parallèle entre Superman et Jésus, deux sauveurs descendus sur Terre, était plus qu’évident. Et Zack Snyder poursuit dans cette voie avec L’Aube de la Justice, ne serait-ce que dans la scène d’incendie se déroulant pendant le Jour des Morts au Mexique, où le sauvetage d’un enfant par le natif de Krypton conduit les personnes présentes à se prosterner devant lui. Il s’agit là du début d’une longue séquence entrecoupée d’extraits d’un débat où il est notamment question de « figure messianique », et où l’on voit le héros tracter un bateau pris dans les glaces ou porter les restes d’une fusée ayant eu des ratés, tel Atlas avec le monde : « Plus il sauve de vies, plus il accomplit de miracles, et plus des connotations religieuses sont projetées en lui », explique le réalisateur qui cherche à faire appel à l’imaginaire collectif.

« Les frontières peuvent paraître floues pour les humains normaux. Ce type qui flotte dans le ciel, comment ne pas croire en lui pour résoudre tous les problèmes du monde ? Mais ce n’est pas ce qu’il cherche. C’est juste un gamin du Kansas qui essaye de faire le Bien. » Zack Snyder précise, au passage, ne pas être uniquement focalisé sur l’imagerie chrétienne. Mais ces diverses sources d’inspirations traduisent sa sensibilité aux travaux menés par le professeur en mythologie Joseph Campbell, pour qui chaque religion serait l’expression différente d’une même vérité.

L’aspect divin de Superman n’est pas la seule notion à être auscultée par le récit, puisqu’il est aussi question de sa morale et de la perception de cette dernière lorsque des questions de guerre et de politique entrent en ligne de compte, comme dans « The Dark Knight Returns » de Frank Miller, l’une des sources d’inspiration du long métrage, où l’Homme d’Acier s’est mis au service du gouvernement américain : « Tout repose sur le fait que Superman doive faire face à ces zones d’ombres avec sa moralité propre. » Un cheminement qui l’amène notamment à témoigner devant le Congrès… et tomber dans le piège tendu par Lex Luthor, ce que beaucoup on critiqué et pris pour une naïveté étonnante : « Ça n’est pas qu’il est naïf, mais le journaliste en lui est convaincu que la vérité sera transcendante. Et c’est ce que j’aime chez Superman, cet optimisme envers l’Humanité que nous-mêmes n’avons pas », se défend Snyder.

SOLITUDE SANS FORTERESSE

Toujours au sujet de Superman, Zack Snyder explique également que sa première apparition, en Afrique, devait faire l’objet d’une plus longue scène d’action qui est finalement devenue « une entrée foudroyante », plus brève et efficace. Y aurait-il eu plus de place pour Jimmy Olsen (Michael Cassidy), tué au cours de cette séquence ? A priori non, car le réalisateur justifie cette mort en expliquant qu’il n’y avait pas de place pour lui dans la mythologie qu’ils étaient en train de bâtir, mais affirme que celle-ci était irréversible et devait avoir un impact dans le récit au long cours sur lequel il travallait : « Celui qui meurt, meurt pour une bonne raison. En espérant qu’il nous apprenne quelque chose en partant. » Une façon, pour le cinéaste, de signifier que chaque film devait paver la voie pour le suivant, et que le sacrifice de Jimmy aurait dû avoir de plus grandes conséquences, que nous ne verrons jamais.

Pas plus que la Forteresse de Solitude, représentée comme un palais de glace et de cristal dans le Superman de Richard Donner, qui est ici devenue un concept plus qu’un lieu dans lequel le héros peut se retirer. C’est notamment le sens de la scène entre Clark et son père adoptif Jonathan Kent (Kevin Costner) au sommet de la montagne enneigée : une manière « organique » de représenter cette introspection à l’issue de laquelle il comprend que « tenter de faire le Bien peut avoir des conséquences tragiques, mais que la leçon à retenir est qu’il faut essayer car c’est la bonne chose à faire. » Une scène qui trouve un écho dans celle où Bruce Wayne, dans les ruines du manoir de sa famille, réalise ce qu’il est advenu de son héritage, lié au commerce et à l’industrie.

BATMAN SANS VOIX

Concernant Bruce Wayne, Zack Snyder a notamment expliqué avoir refusé que Ben Affleck change sa voix lorsqu’il est en Batman, pour éviter la comparaison avec les autres acteurs s’étant prêté à l’exercice, et que c’est pour cette raison qu’il a opté pour une version rendue plus grave à l’aide de modulations numériques. Il est aussi dit que si l’Homme Chauve-Souris a choisi, parmi toutes les armes à sa disposition, de fabriquer une lance pour aller combattre Superman, c’est en référence à celle qui a blessé le flanc du Christ sur la croix (autre référence religieuse), et une « manifestation du fait qu’il doit physiquement [le] tuer. »

Mais l’un des passages les plus intéressants du commentaire concerne l’une des séquences les plus impressionnantes et parmi celles qui soulèvent encore quelques questions aujourd’hui : celle ci-dessus appelée « Knightmare », cauchemar de Bruce Wayne dans un futur post-apocalyptique où le grand méchant Darkseid (censé apparaître dans les suites de Justice League) a pris le contrôle de Superman et de la Terre. Selon Zack Snyder, il s’agit là d’une conséquence de la scène au cours de laquelle Flash (Ezra Miller) apparaît sous les yeux du milliardaire grâce au tapis roulant cosmique qui lui a permis de remonter le temps sans imaginer qu’il allait y ouvrir des brèches.

Prise telle quelle, cette scène paraît dénuée de sens, et c’est notamment pour cette raison qu’elle suscite, elle aussi, encore des interrogations (sans parler de ceux qui n’avaient pas reconnu l’homme le plus rapide du monde, qui faisait là ses débuts sur grand écran). Son origine devait en réalité intervenir plus tard, dans un autre film, avec un passage au cours duquel Bruce Wayne et Cyborg (Ray Fisher) auraient débattu du moment où renvoyer Flash afin d’être sûr d’éviter la mort de Lois Lane (Amy Adams). Prévu à la fin de Justice League, ce décès aurait permis à Darkseid de posséder Superman, et ainsi donner naissance à la version « Knightmare » du monde. Laquelle devait être au cœur de la seconde suite du film sorti en 2017, si l’on en croit les plans de Zack Snyder dévoilés par Kevin Smith.

DE LA SUITE DANS LES IDÉES

Une trilogie que nous ne verrons à priori jamais, même si Zack Snyder n’a pas manqué de rappeler ses plans pour un arc narratif étendu sur cinq longs métrages et initié avec Man of Steel. Apparu sous les traits du Général Swanwick dans ce dernier, Harry Lennix aurait dû revenir dans Justice League, et il aurait été révélé que son personnage n’était autre que J’onn J’onzz, extra-terrestre plus connu sous le nom de Martian Manhunter (actuellement incarné par David Harewood dans la série Supergirl). Révélée par des extraits de story-boards il y a quelques temps, cette information est revenue sur la table car le réalisateur a laissé entendre que l’acteur savait, dès sa première apparition, qu’il devait jouer un alien déguisé en humain.

Est-ce pour répondre ceux qui ont reproché à l’ex-DC Extended Universe de naviguer à vue ? Pour générer davantage de regrets chez les fans ? Ou tout simplement faire en sorte que ceux-ci aident une suite à voir le jour, sous une forme ou sous une autre, en ajoutant avec un sourire ironique qu’il serait intéressant de voir ce que les personnages sont devenus ensuite ? Le mystère reste, pour le moment, entier, mais le réalisateur n’exclut pas non plus de voir un jour une vraie adaptation de « The Dark Knight Returns » : « Ce film n’annule pas [la possibilité] de faire The Dark Knight Returns car [il s’agit], pour moi, du plus grand comic book jamais écrit (…) Cela peut être amusant. Quelqu’un devrait le faire. Je pense que ce serait génial, et que cela reste à faire. »

DE SUPERMAN A WONDER WOMAN

En attendant de voir ce qu’il va advenir de Batman et Superman sur grand écran, leur rencontre a eu une influence sur les débuts de Wonder Woman au cinéma. La présence de l’Amazone incarnée par Gal Gadot avait été révélée bien avant la sortie de L’Aube de la Justice, mais c’est grâce à ce film qu’il a été décidé que ses premiers pas en solo se dérouleraient pendant la Première Guerre Mondiale, avec la photo que trouve Bruce Wayne. A l’époque où le cliché a été conçu, les scénaristes du film de Patty Jenkins songeaient à la Guerre de Crimée (1853 – 1856) et la Guerre Civile Américaine (1861 – 1865), avant de se rabattre sur le conflit qui s’est étendu de 1914 à 1918.

 

Peu importe l’époque retenue, Wonder Woman serait quand même restée la plus expérimentée (et la seule à avoir déjà combattu des monstres) des trois héros qui font face à Doomsday dans le climax du film. Et c’est pour bien marquer cela que Zack Snyder a tenu a mettre l’Amazone au premier plan de l’image représentant la Trinité de DC Comics, dévoilée dans l’une des bandes-annonces de L’Aube de la Justice. Une longue séquence qui s’achève par la mort de Superman dont le cri, et la façon dont il résonne, est bien ce qui a activé les « Mother Boxes » que l’on retrouve au coeur de Justice League, et fait comprendre à Steppenwolf (Ciaran Hinds) qu’il pouvait se risquer sur Terre sans risquer de tomber nez-à-nez avec le natif de Krypton.

Durant ce commentaire, Zack Snyder a également rappelé la nature cyclique de son récit, qui débute et se termine par une mort : celle des parents de Bruce Wayne, synonyme de désespoir pour ce dernier, puis celle de Superman, qui va paradoxalement faire naître de l’espoir en même temps qu’un groupe de super-héros, désireux de protéger la Terre suite au sacrifice de l’Homme d’Acier. Un parallèle que l’on peut, ou non, trouver trop appuyé, au même titre que les liens entre Bruce, Clark et Lex Luthor (Jesse Eisenberg) et leurs pères respectifs. Ou la célèbre scène dite de « Martha ».

L’EFFET MARTHA

Il s’agit là aussi de l’une des scènes les plus souvent évoquées parmi celles du film. Mais rarement de façon positive : alors qu’il a pris le dessus sur Superman et s’apprête à le tuer, Batman réalise que la mère adoptive de ce dernier s’appelle Martha. Comme la sienne, tuée sous ses yeux alors qu’il était enfant. Pour beaucoup, c’est parce qu’il a pris conscience de ce point commun que l’Homme Chauve-Souris baisse les armes, et il faut reconnaître la maladresse de l’échange. C’est sans doute pour cette raison que Zack Snyder a tenu à re-préciser son idée directrice : suite à cette révélation, Bruce renoue avec sa propre humanité en même temps qu’avec celle de Superman, alors qu’il sombrait dans le côté obscur et devenait de plus en plus proche des méchants qu’il traque à Gotham City.

Il n’épargne donc pas son adversaire pour une simple histoire de prénoms, mais parce que cette similitude lui permet de reconnaître Superman comme quelqu’un qui a une mère, donc un humain (qui a des origines extra-terrestres, certes). Cela n’enlève évidemment rien à ce que l’on peut penser de l’exécution de cette idée, mais a au moins le mérite de clarifier les intentions d’un réalisateur qui n’aura pas pu aller au bout de son projet global : des critiques mitigées sur L’Aube de la Justice (grandement réévalué depuis), une volonté des dirigeans de la Warner de se calquer sur le modèle plus léger de Marvel et Disney, des soucis de production et un drame personnel auront en effet eu raison de lui et, pour le moment, de son avenir dans l’univers DC sur grand écran, si bien que la version de Justice League sortie sur grand écran fin 2017 est davantage dûe à Joss Whedon, qui a signé les reshoots du film, qu’à lui-même.

Nul doute que le réalisateur risque de susciter davantage de regrets chez les fans avec ce commentaire disponible en intégralité sur YouTube. Surtout qu’il n’a pas répondu à LA question qui agite les réseaux sociaux depuis plus de deux ans, au point d’être une source d’espoir pour certains : la mystérieuse Snyder Cut de Justice League, version longue montée par ses soins avant d’être quasi-intégralement modifiée, existe-t-elle vraiment ? Est-elle terminée et montrable ? Alors que les acteurs sont montés au créneau il y a quelques mois et que les déclarations de divers membres de l’équipe technique viennent parfois se contredire, le mystère reste entier. A moins que le cinéaste n’attende les 5 ans de Batman v Superman, en 2021, pour faire une révélation.

Sonic : une scène d’intro alternative avec le look original du personnage

A l’occasion de la sortie digitale de « Sonic le film », les 8 premières minutes du long métrage ainsi qu’une scène d’intro alternative (dans laquelle on peut voir le look original du personnage) viennent d’être dévoilées.

À quoi aurait pu ressembler le petit hérisson bleu dans la version initiale de Sonic le film, avant que les fans n’interviennent en masse pour demander son relooking digital ? Même si la toute première bande-annonce du long métrage mise en ligne l’année dernière nous avait déjà donné une idée très précise de cette première ébauche, on peut désormais en observer un nouvel aperçu dans une scène coupée du film, dévoilée aujourd’hui à l’occasion de la sortie digitale américaine.

 

Dans cette séquence d’introduction alternative, on peut en effet observer Baby Sonic dans son design original, plus athlétique, moins fidèle au jeu original, et en tout cas bien loin de celui qui a finalement été conservé. Autre différence notable avec la version définitive du film : dans cette scène, au lieu d’être téléporté sur Terre par la chouette Longclaw pour échapper aux indigènes de son île natale, le petit hérisson traverse le portail avec elle, et cette dernière l’élève donc sur notre planète, dans la forêt.