Ma vie avec John F. Donovan (The Death and Life of John F. Donovan) 04 septembre 2019 de Xavier Dolan avec Kit Harington, Natalie Portman

Dix ans après la mort d’une vedette de la télévision américaine, un jeune acteur se remémore la correspondance jadis entretenue avec cet homme, de même que l’impact que ces lettres ont eu sur leurs vies respectives.

Chronique : Sans être le meilleur long-métrage du prodige canadien, Ma Vie Avec John F. Donovan s’avère être un très bon film qui ne mérite pas toutes les critiques négatives qu’il a pu recevoir. Au fond, ce qui a peut-être manqué pour beaucoup dans cette histoire c’est le manque de surprise. Xavier Dolan a pour habitude de réaliser des films dont on ne connaît pas vraiment tous les tenants et les aboutissants alors qu’avec ce dernier long-métrage rien ne vient réellement surprendre. Cependant, la fluidité du récit et la capacité qu’a Dolan aidé par Jacob Tierney à écrire des histoires simples, attractives et intrigantes est toujours bel et bien présente. L’ennui n’existe pas dans cette histoire, on se plaît à en suivre les différentes parties et s’interroge sur leurs symbolismes. On pourrait peut-être y voir une représentation de la vie de Dolan poussé sur le devant de la scène très vite, voire peut-être même une certaine représentation de la célébrité que Kit Harington a du affronter ces dernières années. Dans tous les cas, il n’y a pas de vraies fausses notes dans cette histoire et le mélange des lignes temporelles se fait avec facilité et subtilité. Mais la plus grande force du film réside dans son casting. Abandonnant quelque peu ses origines canadiennes ici, Dolan s’entoure d’un casting anglo-américain qui, à l’exception de Kathy Bates peut-être, sait nous transporter tout au long de cette histoire. Kit Harington, Jacob Tremblay, Susan Sarandon, Nathalie Portman, Michael Gambon, Thandie Newton, Chris Zylka, Ben Schnetzer ou encore Katy Breier, les grands noms qui sont présents au générique de ce film ne font que nous émouvoir, nous emmener dans leur voyage avec toute la simplicité que cela mérite. Les jeux alambiqués et intellectuels ont disparus, comme dans les autres films de Dolan c’est la simplicité et l’universalité des personnages et des caractères qui prédomine et que l’on retrouve à chaque instant ici. De même, la réalisation du canadien est toujours aussi intéressante. Qu’elle soit crue ou d’une grande subtilité, chaque seconde est pensée avec intérêt, que ce soit les scènes de fêtes ou les scènes de la vie courante, on retrouve toujours la patte du réalisateur. Et cette vision artistique se retrouve d’autant plus dans ses choix musicaux. Usant quelque peu du stratagème qui avait poussé la bande originale de Mommy au sommet, le choix est fait ici de remettre au goût du jour des morceaux actuels, que ce soit Adele ou encore Florence and the Machine dans une sublime scène. Sans être au niveau des standards auxquels Xavier Dolan nous avait habitué, Ma Vie Avec John F. Donovan reste malgré tout un très bon film qui continue à transporter le spectateur dans la filmographie du jeune prodige.

Note : 8,5/10

2.jpg

Video : La clarté du film  est juste magique et avec un contraste exceptionnels ait ressortir les délicats tissages de costumes des acteurs, rehaussent la profondeur et mettent en valeur les intérieurs. Bien qu’il n’y ait pas de point de grain visible, l’image dégage une merveilleuse sensation de film qui rappelle les films de la période historique. Les couleurs sont un peu atténuées pour refléter la nature désastreuse de la situation, mais des éclaboussures de paysages verts verdoyants et des éclats de neige  sont luxueusement riches, les blancs sont brillants mais ne fleurissent jamais, et les tons de chair restent naturels et constants tout au long. Les détails sautent de l’écran, tandis que des gros plans pointus soulignent les lignes, les rides et les taches sur les visages des personnages âgés.

3.jpg

Audio :  Bien que les accents surround soient faibles, la fidélité supérieure et la profondeur tonale permettent à l’audio d’obtenir une sensation d’enveloppement fluide. Une séparation stéréo plus distincte est visible à l’avant, car des transitions douces élargissent bien le paysage sonore. Le bruit d’un bouchon de champagne et le tic-tac d’une horloge sont merveilleusement croquants. Les basses fréquences sont puissantes et une large gamme dynamique gère tous les hauts et les bas sans aucune distorsion. La musique jouit d’une belle présence et remplit  avec aisance . C’est une piste beaucoup plus intéressante que ce à quoi on pourrait s’attendre, et l’excellent rendu accentue son impact.

 

  • Acteurs : Kit Harington, Natalie Portman, Emily Hampshire, Sarah Gadon, Jacob Tremblay
  • Réalisateurs : Xavier Dolan
  • Format : PAL
  • Audio : Anglais (Dolby Digital 2.0), Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 2.0), Français (Dolby Digital 5.1)
  • Sous-titres : Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
  • Région : Région 2
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : TF1 Studio
  • Date de sortie du DVD : 4 septembre 2019
  • Durée : 118 minutes

1.jpg

 

Mais vous êtes fous (4 septembre 2019) de Audrey Diwan avec Pio Marmai, Céline Sallette

Roman aime Camille, autant qu’il aime ses deux filles. Mais il cache à tous un grave problème d’addiction, qui pourrait mettre en péril ce qu’il a de plus cher. L’amour a-t-il une chance quand la confiance est rompue ?

Chronique : Intéressant premier film, que je trouve assez courageux en s’attaquant aux ravages collatéraux de la drogue chérie des intellos, la coke, qui permet aux managers d’être plus performants, aux créatifs d’être plus créatifs, et qui, comme tout le monde le sait, ne crée pas de dépendance….. Un certain nombre d’invraisemblances, mais un vrai regard sur la société.   Roman et Camille forment un couple parfait. Très amoureux encore bien qu’ils doivent avoir une dizaine d’années de vie commune. Couple urbain bobo qui aime bien faire la fête de temps en temps. Elle travaille beaucoup; lui aussi mais en tant que dentiste il peut se permettre de rentrer plus tôt le soir et de s’occuper des deux filles, deux adorables petites chipies à qui il cuisine avec conscience de bons petits plats de légumes. Jusqu’au jour où la plus jeune fait une crise d’épilepsie en pleine nuit, l’hôpital diagnostique un empoisonnement à la cocaïne. Les analyses montrent que les trois femmes de la maison ont des cheveux saturés de coke de la racine jusqu’au pointes. Roman doit bien avouer: oui, il se drogue, depuis longtemps, et à doses massives. Il en prend le soir, même, alors qu’il sait que cela va l’empêcher de dormir. Est ce plausible que sa compagne ne se soit aperçue de rien? Invraisemblance. Ça me paraît bizarre (rien que de le voir danser comme un possédé sur une musique disco débile… à la place de Camille je m’interrogerais….) mais bon, je ne suis pas spécialiste des effets des drogues. Pourquoi se drogue t-il? Camille était trop bien pour lui, il ne se sentait pas à la hauteur, justification foireuse….  Pio Marmai et Céline Sallette sont formidables! Et, porté par leurs talents, le film malgré ses petites imperfections, est passionnant. On devrait le présenter dans les lycées (disons en terminale). A voir, donc.

Note : 9/10
51E8YycE-2L._SX679_.jpg

Vidéo : Dès le début, le transfert affleure avec des couleurs vives, des détails et de la profondeur. Les tons chair sont homogènes même pendant les séquences nocturnes en extérieur. Le grain du film est apparent et bien résolu sans devenir trop épais. Certains des segments de 16 mm sont un peu plus prononcés que d’autres, mais rien n’est trop distrayant. Les niveaux de noir sont assez forts, bien qu’il y ait eu quelques séquences où ils pourraient apparaître gris clair / noir et plus flou que d’autres, ce ne sont que de brefs plans et pas un problème grave. Les contrastes peuvent également devenir un peu nets avec les blancs et les fenêtres lumineuses, en particulier, qui se dirigent vers la floraison. Encore une fois, les petits pois qui ne posent pas vraiment de problèmes, mais qui méritent d’être catalogués. Sinon, c’est un sacré transfert presque sans faille .

61Duf1quw0L._SY445_.jpg

AUDIO : Le mélange de ce film contient une riche gamme de subtilités actives qui le rendent vivant, engageant, avec une activité surround quasi constante qui ne se fait pas remarquer ou qui ne ressemble pas à un gadget. Le mélange maintient une atmosphère réaliste tout au long avec un grand sens de l’espace.  Le dialogue est limpide, sans aucun problème. Même dans les scènes les plus animées où se produisent de nombreux effets d’arrière-plan, le dialogue reste sur les canaux avant / centre et ne faiblit jamais. Il s’agit d’un mixage audio efficace, actif et immersif.

Bonus :

Entretien avec Audrey Diwan (20′) : Très belle entretien qui nous offre plus de carté sur le projet et de l’intention de la réalisatrice sur son film.
Entretien avec Pio Marmaï et Céline Sallette (23′) :  Deuxième entretiens avec un belle aspect de complicité des deux acteurs.

  • Acteurs : Pio Marmaï, Céline Sallette, Carole Franck, Jean-Marie Winling, Lola Rosa Lavielle
  • Réalisateurs : Audrey Diwan
  • Format : PAL
  • Audio : Français (Dolby Digital 5.1)
  • Région : Région 2
  • Rapport de forme : 2.35:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Wild Side Video
  • Date de sortie du DVD : 4 septembre 2019
  • Durée : 91 minutes

517oOp6IiWL._SY445_.jpg

 

L’Illusion verte (The Green Lie) 3 septembre 2019 de Werner Boote avec Manu Payet, Jessie Lambotte

Aujourd’hui, les industriels investissent beaucoup de temps et d’argent à « verdir » leur image : voitures électriques, huile de palme labellisée bio, ou encore produits issus du commerce équitable… tout est fait pour nous déculpabiliser et expliquer que nous pourrions sauver le monde en consommant ces produits. Une pratique dangereusement populaire nommée greenwashing ou éco-blanchiment. Mais si à défaut de sauver le monde, ces achats responsables ne faisaient qu’enrichir les multinationales ? Werner Boote et Kathrin Hartmann parcourent le monde pour révéler l’envers du décor.

Chronique : Idée originale du réalisateur autrichien Werner Boote (connu pour ses films Plastic Planet et Alles Unter Kontrolle ) et de Kathrin Hartmann, écologiste allemande et experte en matière de développement durable, L’Illusion verte révèle les vérités amères qui se cachent derrière l’environnement le consumérisme et désigne le consumérisme éthique comme le dernier type de lavage de cerveau, à savoir le «greenwashing». Le film a été financé par l’Institut autrichien du film, le Vienna Film Fund et l’organisme de radiodiffusion de service public autrichien ORF. Avec son approche narrative humaine à la première personne, il a été créé pour plaire au public du cinéma d’art et à la majorité des consommateurs contemporains. Semblable à son financement, son auditoire sera large et englobant. À juste titre.

Structure de l’entreprise

Contrairement à son vaste sujet, le film a une structure dramatique fixe avec deux piliers principaux. L’un est le protagoniste qui subit un changement sérieux pendant le film. L’autre est la narration, structurée en contrastes. Le portrait du protagoniste – un consommateur européen éclairé et attentionné qui, au tout début, se définit comme quelqu’un qui a eu une enfance heureuse, a appris à être un bon garçon, à être poli, à éviter les disputes et, en général, La lutte pour l’harmonie est décrite dans les contrastes de ses adversaires: Kathrin Hartmann, sa collègue femme, environnementaliste et co-auteur du film, et d’autres experts que le couple rencontre au cours de leur exploration et qui aident progressivement Hartmann à dévoiler le fond déplaisant de Boote croyances consuméristes confortables.

En raison de cette structure narrative solide et de l’excellente cinématographie de Dominik Spritzendorfer et de Mario Hoetschl, les exemples de greenwashing sélectionnés pour le film sont étroitement liés aux dialogues entre Boote et Hartmann et à leurs entretiens avec des experts, des activistes et des protagonistes pour un voyage informatif autour du monde.

Ces exemples sont également présentés dans des contrastes. Au cours de l’exploration sur le terrain des plantations de palmiers à huile en Indonésie, le protagoniste, transportant des bonbons au chocolat M & M dans sa poche, est stupéfait par la terre stérile et noire, où la forêt tropicale a été brûlée pour faire de la place pour la plantation de ingrédient clé dans ses bonbons. Alors que le militant explique comment des certificats d’huile de palme produite de manière durable sont utilisés pour «nettoyer» l’huile produite sur cette terre dévastée, lors d’une conférence sur l’industrie du palmier à huile, les enfants et les personnes âgées en costume traditionnel dansent sur la musique traditionnelle, créant centre de bien-être exotique.

Images contrastées

L’enquête sur l’industrie pétrolière commence par l’histoire de BP et de son investissement de 200 millions de dollars US dans une opération de relations publiques pour changer son nom de British Petroleum à Beyond Petroleum. Il est accompagné de plans d’une vaste plage de sable fin et de plans de gigantesques flammes rouges, documentant comment, le 20 avril 2010, un puits de pétrole a explosé dans le golfe du Mexique, tuant neuf personnes et le faisant brûler pendant 87 jours consécutifs.


Une voiture électrique comme alternative au véhicule à carburant fossile traditionnel devient un contraste avec elle-même. Le plaisir de Boote à la conduire, en tant qu’expérience vécue de consommateur, contraste avec les faits réels. Vous ne voyez pas de gaz sale en sortir, vous n’entendez pas de bruit, il n’y a pas de pollution et vous pouvez continuer à profiter de la consommation. Cependant, vous ne pouvez le faire que si vous oubliez qu’il faut une énorme quantité d’énergie pour construire une voiture électrique, que le lithium est extrait dans des zones écologiquement sensibles et que la quantité d’eau consommée est telle qu’il ne reste plus rien pour les agriculteurs et les populations autochtones. Alors qu’une voiture électrique se déplace silencieusement le long de la route à deux voies, un paysage harmonieux de champs verts, de mer bleue et de ciel clair se transforme progressivement en son contraire: un paysage ravagé de terre crue brun grisâtre, avec des flaques d’eau sale et de résidus secs de la saleté jaunâtre sur les côtés. Dans cette plus grande mine de charbon à ciel ouvert d’Allemagne, le charbon nécessaire à la production d’électricité (nécessaire à la gestion de voitures écologiques) est extrait. La description de la contamination causée par la poussière de charbon, des maladies respiratoires à l’augmentation du taux de cancers, s’accompagne de la publicité faite pour le propriétaire de la mine RWE, qui montre un énorme géant vert en train de réparer le monde.


Le vert est juste une couleur

Le point de départ, à savoir que la plupart du temps, les consommateurs acceptent trop rapidement les solutions proposées par l’industrie («Le vert n’est qu’une couleur», explique Hartmann), est élaboré par les experts. Raj Patel défend les consommateurs qui disposent de toutes sortes d’informations, mais qui reçoivent souvent trop d’informations et ne savent pas comment décider. Les décisions telles que de ne pas exploiter les enfants, de ne pas tuer les dauphins ou de ne pas porter atteinte à l’environnement ne doivent pas être réduites à des décisions de consommation individuelles. De même, Noam Chomsky plaide pour un changement institutionnel qui éliminera la nécessité des mensonges écologiques en plaçant les systèmes électriques sous le contrôle de la population. Ce n’est en aucun cas sans espoir, mais le changement ne viendra pas tout seul.

Ainsi, tout au long du film, le consommateur poli, évitant les disputes, subit un changement. Dans la scène paisible des deux cinéastes voyageant en train, le consommateur commence lui-même à discuter de la peur de changer et conclut que les gens doivent être disposés à faire des changements sinon rien ne se passera. Nous voyons ici que la structure, qui donnait aux deux cinéastes des rôles opposés, donnait la possibilité de présenter des idées critiques sous différents angles, de montrer la nécessité d’être inclusif, de lever les doutes, les peurs et les opinions opposées. Le film fournit une solution plus concrète à la fin, mais selon ce commentateur, le plus grand aperçu fourni par L’Illusion verte est le suivant: quelle que soit la solution, elle doit être inclusive.

 L’Illusion verte est donc un excellent documentaire, mais aussi un message d’alerte opportun, un appel aux consommateurs éclairés du monde occidental qui, déterminés à protéger la planète commune, lui font souvent du mal sans le savoir. Y at-il quelque chose comme la consommation éthique? Ou avons-nous besoin, si nous voulons cesser de causer des dommages, d’abandonner complètement le consumérisme?

Note : 9/10

 

  • Format : Couleur, PAL
  • Audio : Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1), Allemand
  • Sous-titres : Français
  • Région : Région 2
  • Rapport de forme : 1.85:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : L’Atelier d’Images
  • Date de sortie du DVD : 3 septembre 2019
  • Durée : 97 minutes

61EpkKTxiPL._SY445_.jpg

 

90’s (Mid90s) 3 septembre 2019 de Jonah Hill avec Sunny Suljic, Katherine Waterston

Dans le Los Angeles des années 90, Stevie, 13 ans, a du mal à trouver sa place entre sa mère souvent absente et un grand frère caractériel. Quand une bande de skateurs le prend sous son aile, il se prépare à passer l’été de sa vie…

Chronique : Quand vous pensez à Jonah Hill, vous pouvez vous rendre dans un endroit de Judd Apatow comme Superbad , ou peut-être dans The Wolf of Wall Street , où Hill est peut-être en train de recueillir des éclats de rire de ses dents et de ses dialogues décalés. Mais Hill est un acteur aux talents multiples, tel que nous l’avons vu au fil des ans. Il passe maintenant derrière la caméra pour diriger son premier long métrage, 90s , qui ressemble à un documentaire vidéo à la maison sur un groupe d’enfants de la mi-saison. Années 1990. Ces quelques années, il y a une vingtaine d’années, nous rappelleront des souvenirs nostalgiques et amusants pour beaucoup d’entre nous avec de la musique grunge, du skateboard et des sorties avec des amis.

Le film suit un jeune garçon nommé Stevie (Sunny Suljic), qui vit avec sa mère célibataire et son frère aîné, Ian (Lucas Hedges), à Los Angeles. Tout n’est pas soleil et chiots dans le monde de Stevie, cependant, comme son frère aîné n’est pas vraiment gentil avec lui et que sa mère n’est jamais vraiment là pour les choses importantes. Stevie se lie d’amitié avec un groupe d’enfants de la planche à roulettes dans le quartier, qui à première vue vous effraient, mais au fond, à travers tous les excès ce nouveau groupe que Stevie rejoint se cherche à sa manière.

Ils ont même des noms hilarants. Alors que Stevie pense que sa vie familiale n’est pas bonne, il réalise peu à peu que ses nouveaux amis l’aggravent encore plus et, à travers le film, nous découvrons lentement les problèmes auxquels ces jeunes enfants sont confrontés alors qu’ils travaillent ensemble pour les aider à améliorer leur vie. un peu mieux. Hill et ses collaborateurs montrent les nuances subtiles de chaque personnage tout en explorant l’universalité de trouver un groupe d’amis qui vous soutiendront à tout prix.

Il est également rafraîchissant de voir un film qui ne vous frappe pas à la tête avec une tonne d’émotions profondes et de grandes houles dans la musique, mais se concentre plutôt sur des choses aussi petites qu’un coup d’angoisse chez les adolescents. Hill navigue dans le récit avec beaucoup de cœur pour gagner la confiance et les émotions de ce personnage. Lucas Hedges, bien sûr, réalise une grande performance, comme il le fait toujours, mais le nouveau venu Sunny Suljic brille de mille feux dans ce film et a une carrière très prometteuse devant lui.

Note: 9/10

 

Vidéo : 90s est proposé avec un transfert HD 1080p et est présenté dans un rapport de format de 1,33: 1 avec des barres de boxe noires sur les côtés gauche et droit de votre téléviseur. Situé à une époque où il n’y avait pas encore de télévisions à écran large, le format d’écran 1,33: 1 offre une dose de nostalgie. Sur le plan stylistique, le film a toujours une apparence plus ancienne, comme il a été tourné il y a plus de vingt ans, en plus du tournage en Super 16 mm.

Avec ces faits, vous pouvez vous attendre à une présentation très filmique sans que le gloss ne s’installe sur l’image. Une grande partie du film se déroule sous le soleil de Los Angeles. Cependant, en raison de choix stylistiques, certaines des palettes de couleurs à l’extérieur peuvent être délavées et un peu floues. Ces scènes extérieures ensoleillées ont une teinte jaune plus intense, mais encore une fois, je pense que ceci est un choix de style et non un problème de transfert. Quand à l’intérieur cependant, l’image devient beaucoup plus froide avec les bleus et les verts qui ressortent davantage.

Le détail est net, dans l’ensemble, mais peut donner un aspect quelque peu plat avec son image filmique. Il y a pas mal de gros plans et les éléments des visages des acteurs apparaissent de manière très détaillée, tels que l’acné, les poils du visage, les rides, etc. Les niveaux de noir sont profonds, même dans les scènes faiblement éclairées et les tons chair semblent naturels. Enfin, il n’ya eu aucun problème de baguage, de repliement du spectre ou de débris de film.

 

Audio : 90s est livré avec une piste DTS-HD MA 5.1 sans perte et très lourde qui utilise rarement toutes les enceintes disponibles à l’exception de quelques instants. Il y a des effets sonores ambiants de la ville, des véhicules qui passent et des planches à roulettes qui roulent dans la rue, ainsi que des personnes qui parlent en arrière-plan et qui sonnent à fond dans les environs. Mais, comme je l’ai dit, c’est assez lourd devant.

L’impact audio le plus important provient de la partition musicale de Trent Reznor et Atticus Ross, qui sonne parfaitement et respire parfaitement les années 1990. Le dialogue est clair et facile à suivre et peut encore être entendu parfaitement sur les scènes musicales plus grandes du film. Il y a toujours un grave discret, mais la basse passe à la vitesse supérieure pendant les scènes où tous les amis se retrouvent. Il n’y avait pas de bruit, fissure, sifflement ou strident ici non plus.

 

BonusPas beaucoup ici vraiment. Jonah Hill est plutôt sec et ce n’est pas l’homme drôle attendu ici dans ce commentaire et les scènes supprimées ne sont pas particulièrement mémorables non plus.

  • Commentaire audio – Jonah Hill et le directeur de la photographie, Christopher Blauvelt, discutent du film avec leurs expériences communes. Ils parlent de tournages sur le terrain, dans les coulisses, d’inspirations et plus encore.
  • Scènes supprimées (HD, 3 minutes) – Il reste quelques scènes brèves dans la salle de montage, aucune n’ajoute de l’amusement au film.

 

  • Acteurs : Lucas Hedges, Katherine Waterston Sunny Suljic
  • Format : Couleur, Plein écran, Cinémascope, PAL
  • Audio : Anglais (Dolby Digital 2.0), Anglais (Dolby Digital 5.1), Français
  • Sous-titres : Français
  • Région : Région 2
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Diaphana
  • Date de sortie du DVD : 3 septembre 2019
  • Durée : 84 minutes

61YABfFQ3IL._SY445_.jpg

 

Test Blu-ray : Le Parc des merveilles (Wonder Park) Sortie le 21 Aout 2019 de Dylan Brown, David Feiss avec Brianna Denski, Marc Lavoine

Le Parc des Merveilles raconte l’histoire d’un parc d’attractions fabuleux né de l’imagination extraordinaire d’une petite fille appelée June.
Un jour, le Parc prend vie…

Chronique :La jeune June Bailey est précoce avec une imagination débridée. Avec l’aide de sa mère , June crée un parc d’attractions imaginaire appelé Le Parc des merveille qui est géré par ses animaux en peluche qui construisent et exploitent les manèges. Lorsque sa mère tombe malade et s’en va se faire soigner, elle perd tout espoir et détruit les plans du parc. Son père envoie June au camp de mathématiques pour l’occuper, mais June s’échappe et se retrouve bientôt dans un parc d’attractions délabré géré par une variété d’animaux colorés qui lui semblent trop familiers ! Si vous êtes un adulte qui s’attend à quelque chose d’amusant pour les enfants qui est aussi génial pour les adultes, Le Parc des merveille n’est pas un film Pixar. Vous n’allez pas trouver ça ici. Celui-ci est conçu à 100% pour les plus jeunes dans la pièce. Il n’y a pas de blagues sournoises pour adultes qui passent au-dessus de la tête des petits. Il n’y a pas vraiment de leçon de vie profonde qui te fera pleurer. Tu pourrais passer un bon moment avec ça si c’était quand même le cas. Ce n’est pas que Le Parc des merveille n’est pas divertissant. C’est très amusant dans des endroits où l’exécution est très créative et où la voix des animaux rebelles. Et il y a un beau message sur la façon de stimuler l’imagination et de faire face aux périodes de tristesse. Là où le film ne marche pas pour moi, c’est la disparition plutôt étrange de la mère de June. Tout ce qu’on dit, c’est qu’elle est tombée malade et qu’elle est partie se rétablir. Malade de quoi ? Cancer ? Quelque chose de potentiellement mortel ? Mais pourquoi n’est-elle pas quelque part à proximité où sa fille peut la voir et faire partie du processus de rétablissement et ne pas flipper l’enfant ? J’ai honnêtement pensé qu’avec la façon dont l’intrigue s’est retournée soudainement, la mère était morte. À toutes fins utiles, c’est ce qui s’est passé. La façon dont June gère la situation ressemble davantage à un enfant en deuil et qui ne s’inquiète pas. Quand June détruit les plans du Parc des merveille et donne naissance à l' »obscurité » qui sert de méchant central abstrait, il est plus logique que la mère soit morte – mais ce film n’est pas assez courageux pour gérer l’idée qu’un parent puisse mourir inopinément. À la fin de la journée, pour le simple plaisir de se divertir, Le Parc des merveille sera certainement divertissant pour les petites créatures à la maison. Ce n’est certainement pas le meilleur film jamais offert au public enfantin, mais c’est loin d’être le pire. Avec le style visuel et certains des décors d’action, j’aurais vraiment aimé que ce film soit proposé en Blu-ray 3D. Bien que ce ne soit pas le film le plus imaginatif, j’ai apprécié la voix et il y a de bonnes blagues. John Oliver, un porc-épic timide et amoureux, est un grand moment fort et j’ai apprécié le film qui souligne l’importance de l’imagination – même si les cinéastes eux-mêmes n’étaient pas très imaginatifs.

Note : 8,5/10

Wonder Park

Vidéo : Bien que j’aurais aimé voir ce film en 3D, Le Parc des Merveilles bénéficie d’un transfert 2.39:1 1080p clair, coloré et détaillé. Bien que l’animation des personnages humains ne soit pas trop détaillée, les personnages animaux sont un grand moment. L’épineux Steve le porc-épic de John Oliver, l’ours narcoleptique bleu Boomer de Ken Hudson Campbell et le sanglier rose Greta offrent une animation très détaillée des personnages. Lorsque des séquences d’action entrent en jeu, l’image prend une profondeur et une dimension incroyables – en particulier le point culminant. Vous pouvez dire que les animateurs ont vraiment conservé un sens de l’ampleur et de l’échelle pour donner à l’image la pop tridimensionnelle désirée qui est même évidente en 2D. Les couleurs sont robustes avec beaucoup de jaunes, bleus et rouges primaires brillants. Les niveaux de noir sont parfaits avec de superbes noirs profonds et des ombres fortes. Libre de tout problème de compression, c’est une image souvent splendide et belle.

Wonder Park

Audio : Le Parc des Merveilles bénéficie d’une vie et d’une immersion extraordinaires grâce à son mix Dolby TrueHD 7.1. Le dialogue est clair comme de l’eau de roche, sans aucun problème. La musique de Steven Price remplit le mélange et garde l’action et l’émotion captivantes. Les effets sonores sont placés de façon agressive pour maintenir les enceintes en place pratiquement en tout temps. Alors que les premiers instants du film sont un peu plus calmes, il y a beaucoup de petits effets sonores parsemés à travers les canaux pour maintenir un grand sens de l’atmosphère. Quand June atteint le pays des merveilles délabré et est attaqué par les mignons et câlins mais diaboliques Chimpanzombies, l’environnement sonore passe à la vitesse supérieure. Encore une fois, la meilleure performance est la conception sonore pour le point culminant qui aurait été incroyable à voir en 3D. Alors qu’un mix avec un peu plus d’action centrée sur les frais généraux aurait été génial, cette piste 7.1 rend l’action vivante et excitante.

Wonder Park

Bonus :

Les bonus sont le matériel de base d’un film comme celui-ci. Non destinés aux adultes, ce sont des suppléments que vous mettez sous tension pour que vos enfants puissent profiter de quelques instants de distraction supplémentaires.

Chantez avec June – The Pi-Song (HD 1:13)

Gus le castor jodleur Scène supprimée (HD 00:53)

La chaîne Wonder Chimp (HD 5:04)

Faire du bruit, c’est en fait un travail ! (HD 4:14)

Guide du pays des merveilles du mois de juin (HD 2:00)

L’équipe d’accueil de juin (HD 2:34)

Comment dessiner Boomer et les Chimpanzés Merveilleux

 

 

  • Réalisateurs : Dylan Brown, David Feiss
  • Audio : Néerlandais (Dolby Digital 5.1), Polonais (Dolby Digital 5.1), Anglais (Dolby TrueHD), Portugais (Dolby Digital 5.1), Cantonais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1), Espagnol (Dolby Digital 5.1), Néerlandais belge (Dolby Digital 5.1)
  • Sous-titres : Portugais, Arabe, Hindi, Polonais, Grec, Néerlandais, Français, Néerlandais belge, Cantonais, Malayalam, Espagnol, Islandais
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 2.40:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Paramount Pictures
  • Date de sortie du DVD : 21 août 2019
  • Durée : 85 minutes

71mZXaMkTzL._SY445_.jpg

 

Test Blu-ray : Simetierre (Pet Sematary) Sortie le 21 Aout 2019 de Kevin Kölsch, Dennis Widmyer avec Jason Clarke, Amy Seimetz

Le docteur Louis Creed, sa femme Rachel et leurs deux jeunes enfants quittent Boston pour s’installer dans une région rurale du Maine. Près de sa maison, le docteur découvre un mystérieux cimetière caché au fond des bois. Peu après, une tragédie s’abat sur lui. Creed sollicite alors l’aide d’un étrange voisin, Jud Crandall. Sans le savoir, il vient de déclencher une série d’événements tragiques qui vont donner naissance à de redoutables forces maléfiques.

Chronique : Après Shinning, Carrie au bal du diable et son remake, La ligne verte, Christine, La tour sombre et Çà, c’est un nouveau chef d’oeuvre du King qui s’ouvre à nous. Comme pour les précédents, les bases se mettent en place en nous découvrons nos héros imaginé.   Tension, climat stressant et surnaturel sont maîtres mot. Le numérique et mécanique sont excellent et nous offre une très bonne vision de ce roman horrifique. L’idée avoir imaginé un cimetière pour animaux ou humain un peu plus loin et de leur permettre presque de revenir à la vie mais sous une forme bien plus différente fut franchement bien penser. Étude du comportement, psychologie et conscience, deuil quasi impossible comme nous l’ai prouver les actes du personnage principal sont également au registre de ce film. Le jeu de notre petite héroïne est superbement exécuter lors de son retour à domicile. Stephen King montre, prouve et le fera toujours jusqu’à son ultime souffle, qu’il est le maître incontesté de la littérature horrifique, du thriller et du fantastique. Les sujets abordés (le deuil, le rapport avec la mort, les questions des enfants sur ce sujets…) le sont avec finesse et l’ambiance est très pesante. Quelques jumpscares, mais très souvent bien placés, et très efficaces. Les acteurs jouent brillamment leurs rôles. Bonne adaptation.

Note : 8,5/10

Vidéo : Le remake d’horreur débute sur Blu-ray avec un superbe encodage MPEG-4 1080p/AVC, présentant une définition nette pour la majorité du temps d’exécution du film. Mis à part quelques parties légèrement plus molles éparpillées, probablement en raison du style de la photographie, les lignes fines et les fils des vêtements sont aiguisés au rasoir, chaque feuille et chaque brin d’herbe du feuillage environnant est distinct, et le grain du bois est très détaillé. Les informations de fond sont clairement visibles, exposant chaque recoin et recoin à l’intérieur des deux maisons, et les teints du visage semblent naturels et sains, révélant la plus petite ride, pore et imperfection négligeable dans l’ensemble du casting. La cinématographie de Laurie Rose se caractérise par un contraste et un équilibre de luminosité modérément faibles, qui complètent l’histoire d’un aspect intentionnellement grisâtre et plutôt neutre. Malgré cela, l’action est assez vive avec des blancs nets et nets. Quelques intérieurs mal éclairés et quelques séquences nocturnes peuvent sembler obscurs et plats, mais dans l’ensemble, les niveaux de noir sont vrais et encrés avec de forts détails d’ombre dans les coins les plus sombres. Présentée dans son format d’origine de 2,39:1, la palette de couleurs globale semble être quelque peu affectée par le design visuel des cinéastes, mais les primaires restent richement saturés de rouges, en particulier, ce qui leur donne un aspect particulièrement accrocheur tandis que les teintes secondaires sont rendues avec une variation sensible et précise.

Audio: L’un des meilleurs aspects de cette conception basée sur l’objet est sa nuance et sa subtilité, fournissant une bonne partie du temps d’exécution avec divers effets d’ambiance tout en réservant les bruits les plus forts pour quelques moments bien faits pour les cheveux. Le bruissement des feuilles, le chant des oiseaux, le chant des grillons ou le hurlement du vent se répandaient dans les environs et au-dessus de la zone d’écoute, créant un environnement très satisfaisant et immersif. Les moments les plus dramatiques et les plus impressionnants sont les visions effrayantes de Rachel de sa sœur, que l’on peut entendre ramper et piétiner à travers le plafond. Générant un champ sonore hémisphérique d’une étrangeté impressionnante, c’est une écoute impressionnante, car chaque bruit sourd et grinçant du bois se déplace distinctement à travers les rétroprojecteurs.

Comme il s’agit d’un film d’horreur avec beaucoup de dialogues, une grande partie de l’action effrayante se poursuit à l’écran avec beaucoup d’activité en arrière-plan et des mouvements convaincants hors de l’écran dans les trois canaux avant et sur les hauteurs avant. L’imagerie est continuellement spacieuse et expansive avec une netteté et une superbe définition dans le milieu de gamme, montrant de superbes détails et une séparation pendant les segments les plus bruyants et les plus perçants pour les oreilles. Le mur sonore du demi-dôme, très engageant, offre également des voix précises et intelligibles, affichant une excellente inflexion et une intonation émotive, même dans les conversations plus intimes et murmurées. Le bas de gamme n’est pas particulièrement remarquable ou remarquable, mais il n’en est pas moins assez puissant et robuste, offrant un poids palpable qui passe en dessous de 30 Hz en quelques endroits.

Bonus :

Le matériel bonus n’est disponible que sur le disque Blu-ray fourni avec l’appareil.

Au-delà de la chute morte (HD) : Un ensemble de quatre courts métrages portant sur divers aspects de la production, comme l’adaptation du roman original à un public contemporain, la conception de la production et les lieux de tournage, le casting et les personnages, et des entrevues sur les thèmes de l’intrigue.
Chapitre Un : Résurrection (17 min)
Chapitre deux : Le lieu de repos final (13 min)
Chapitre trois : La route de la tristesse (14 min)
Chapitre quatre : La mort revient à la maison (18 min)
Fin alternée (HD, 9 min)
Terreurs nocturnes (HD, 5 min)
Le conte de Timmy Baterman (HD, 3 min)
Scènes supprimées et étendues (HD, 17 min)
Papa est nerveux aussi.
Vos enfants ont de la chance
Je voulais qu’elle meure
Elle n’est pas revenue quand même.
Ce n’est pas réel
Je pars demain matin
Je t’ai manqué, Judson ?

 

  • Acteurs : Jason Clarke, Amy Seimetz, John Lithgow
  • Réalisateurs : Kevin Kölsch, Dennis Widmyer
  • Audio : Italien (Dolby Digital 5.1), Allemand (Dolby Digital 5.1), Portugais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1), Espagnol (Dolby Digital 5.1), Anglais
  • Audio description : Anglais
  • Sous-titres : Espagnol, Danois, Portugais, Norvégien, Néerlandais, Français, Allemand, Suédois, Finnois, Italien
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 2.39:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Paramount Pictures
  • Date de sortie du DVD : 21 août 2019
  • Durée : 100 minutes

1.jpg

 

Test Blu-ray : Dumbo (Achat digital le 25 Juillet 2019 & Vidéo le 23 aout 2019) de Tim Burton avec Colin Farrell, Danny DeVito

Les enfants de Holt Farrier, ex-artiste de cirque chargé de s’occuper d’un éléphanteau dont les oreilles démesurées sont la risée du public, découvrent que ce dernier sait voler…

Chronique : Qu’ils portent des pulls en angora ou des ciseaux pour les mains, les inadaptés colorés et les parias tragiques sont au centre de nombreuses histoires présentées à l’écran par Tim Burton. Et dans son dernier effort, le réalisateur s’inspire d’un classique animé de Disney pour redonner vie à l’un des plus adorables outsiders du cinéma. Une expansion bien intentionnée et réussie , cette nouvelle prise de vue en direct de Dumbo élève l’éléphant vers de nouveaux sommets.

Basé sur le film d’animation de 1941, l’histoire s’étend considérablement sur son matériau d’origine, mettant davantage l’accent sur une distribution humaine de personnages cette fois-ci. De retour de la première guerre mondiale, Holt Farrier (Colin Farrell) retrouve ses enfants, Milly et Joe (Nico Parker et Finley Hobbins), au cirque où ils travaillent tous. Lorsqu’un bébé éléphant naît avec des oreilles anormalement grandes, Holt et les enfants sont chargés de s’occuper de lui. Bientôt, les enfants découvrent que le petit Dumbo peut utiliser ses oreilles souples comme ailes pour voler. Mais lorsqu’un homme d’affaires malfaisant nommé V. A. Vandevere (Michael Keaton) s’intéresse à l’animal inadapté et l’emmène dans son parc à thème élaboré, la vie du pauvre Dumbo est bouleversée.

S’il est compréhensible que le cinéaste ai besoin de développer davantage l’histoire originale , les humains s’avère particulièrement intéressant et l’intrigue élargie est bien plus complexe que le dessin animé. Bien sûr, le méchant de Michael Keaton et l’excentrique propriétaire du cirque de Danny DeVito vole la vedette à Colin Farell qui reste très bon.

Burton réussit à insuffler de son flair visuel dans les procédures, créant une atmosphère de cirque animée avec des costumes et des designs de production impressionnants. Le parc d’attractions Dreamland de Vandevere est particulièrement frappant, remplissant l’écran d’un merveilleux mélange de décors réels et d’ornements CG pour créer un riff merveilleusement exagéré sur Coney Island. D’autres éléments stylistiques, comme quelques prises de vue déformées destinées à se dérouler dans la perspective innocente et déconcertante de Dumbo, ajoutent également de l’éclat à l’expérience.

Le film est le théâtre de moments déchirants et réconfortants offrent un impact auquel on pourrait s’attendre comme la séparation de Dumbo de sa mère qui est toujours pénible et ses envolées majestueuses garce à la musique entraînante de Danny Elfman,  ces rythmes nous offre une nouvelle œuvre de la part de Tim Burton.

Dumbo lui-même s’avère être une création plutôt engageante, qui suscite souvent un lien plus palpable avec le public que ses homologues humains. L’éléphant fait preuve d’une solide personnalité et son regard expressif parvient à exprimer une véritable émotion. Stylisé juste ce qu’il faut sans être trop exagéré, le personnage équilibre bien le réalisme avec les accessoires de bande dessinée. En fait, l’éléphant se débrouille si bien que on aurai aimer le voire bien plus.

Ce Dumbo de Tim Burton  s’élève face à son classique et arrive à le surpasser avec des touches visuelles impressionnantes ici et là, et le thème sous-jacent du film, lié à l’acceptation de nos différences, est bien intentionné et nous touche, là où le cinéaste nous avez pas autant ému depuis un petit moment.

Note : 9,5/10

Vidéo :Le film est fourni avec un transfert vidéo HDR10 HDR10 HEVC H.265 2160p au format 1,85:1 le film s’oriente vers une apparence douce et sans éclat, mais les textures de la peau de Dumbo sont finement rendues et les gros plans des personnages révèlent des traits nets. De même, la scène d’arrivée de Dreamland s’avère être un véritable point culminant, avec tous les dessins de production exquis parfaitement visibles à l’écran. Les couleurs et le contraste  du disque est un peu terne dans plusieurs scènes.  Un ciel pourpre dans une scène est également plus riche et plus varié en saturation, tandis que d’autres utilisations clés de la couleur, comme les éléphants roses sur la scène de la parade et à peu près n’importe quelle photo de Dreamland, ont un peu plus de punch et de profondeur. Le contraste est également amélioré et plus équilibré dans l’ensemble, corrigeant les prises de vue isolées qui semblaient relativement délavées et plates sur le grand écran Les reflets spéculaires sont également un peu plus intenses, apportant un supplément d’énergie aux couchers de soleil et aux levers de soleil qui brillent à travers les objets, les lumières scintillantes dans Dreamland et les flammes explosives pendant l’apogée du film. Les noirs sont également bien réalisés, mais les scènes sombres sont nettement plus sombres ici  Cela crée une plus grande distance entre les éléments brillants et les ombres, mais cela peut aussi obscurcir légèrement certains détails.

Audio : Le dialogue est propre, mais il peut être juste un cheveu trop bas pour mes goûts à certains moments. L’environnement sonore général est un peu chargé en amont et ne donne pas beaucoup de caractère aux lieux de cirque au départ. Pour être honnête, j’ai d’abord été un peu sous-estimé par le mélange mais, heureusement, les choses commencent vraiment à s’améliorer après l’effondrement de la tente et Dumbo se rend compte de sa pleine capacité de vol. Bien que ce ne soit pas aussi prononcé qu’on pourrait s’y attendre, les oreilles battantes de l’éléphant s’étendent jusqu’à la hauteur des haut-parleurs à des moments clés, ajoutant un peu plus d’immersion à l’expérience. Les débris qui tombent, les montagnes russes qui descendent en piqué et la belle partition de Danny Elfman ont également atteint les hauteurs et les arrières, donnant aux morceaux du décor une présence audio solide. L’image est lisse et la directivité est forte pendant ces scènes plus vivantes, ce qui permet aux effets de Dumbo de s’envoler vers le haut, vers l’avant et vers l’arrière de l’auditeur pendant son showcase apothéose. Les feux explosifs offrent quelques basses décentes.

Bonus : Disney a inclus un assortiment décent de making off.

  • Les acteurs – (HD, 8 min) – Ce making off comprend des entrevues avec les acteurs et l’équipe de tournage, ainsi que des séquences en coulisse sur les acteurs, les personnages et les vedettes du cirque du film.
  • Les secrets de Dumbo – (HD, 6 min) – Ici, l’accent est mis sur le développement de l’aspect du CGI Dumbo , ainsi que sur quelques séquences plutôt amusantes de l’acteur remplaçant du Motion Capture utilisé comme référence pour le tournage des scènes.
  • Conçu pour émerveiller (HD, 8 min) – Les conceptions de production, les visuels et les costumes du film occupent le devant de la scène en coulisses, offrant un aperçu décent du processus de création de l’univers du film.
  • 9 scènes coupées (HD 8 min) – Neuf scènes supprimées sont visibles séparément ou ensemble. Bien qu’il n’y ait rien de particulièrement remarquable ici, nous avons quelques moments supplémentaires amusants avec le personnage de Danny DeVito.
  • Les références – (HD, 4 min) – Ce bonus souligne certaines des références du film au film d’animation original de Disney.
  • Clowneries (HD, 2 min) – Il s’agit d’une brève bobine de bêtises et de prises.
  • « Baby Mine » Performed de Arcade Fire (HD, 3 min) – Un clip vidéo pour la version d’Arcade Fire de « Baby Mine »

 

  • Acteurs : Colin Farrell, Danny DeVito, Michael Keaton, Eva Green, Alan Arkin
  • Réalisateurs : Tim Burton
  • Audio : Anglais (DTS-HD 7.1), Castillan (DTS 5.1), Néerlandais belge (Dolby Digital 5.1), Français
  • Audio description : Anglais
  • Sous-titres : Français, Néerlandais, Castillan
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 1.85:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Walt Disney France
  • Durée : 111 minutes

71+4Hbn91sL._SX342_.jpg