Qui ne tente rien de Jeffrey ARCHER| 9 juillet 2020

En entrant à la London Metropolitan Police Force, William Warwick réalise enfin le rêve de sa vie et se voit vite confier sa première affaire à haut risque : retrouver un Rembrandt inestimable qui vient d’être dérobé. Mais rien ne se passe comme prévu…

Achat : https://amzn.to/3gDLKZs

Chronique : Ayant adoré les chroniques des Clifton de Jeffrey Archer, j’ai été heureux de voir cette nouvelle série qui enthousiasmera tout autant les autres fans. Ceux qui se souviennent de Harry Clifton et de sa prodigieuse carrière d’écrivain se souviendront des romans de William Warwick qui étaient le pain et le beurre de l’auteur. Archer a décidé de les mettre en lumière en écrivant une série de romans sur l’homme qui a gravi les échelons des services de police. Dans cette première série, William a décidé de ne pas suivre les traces de son père et refuse de lire le droit. Il choisit plutôt la voie de l’histoire de l’art avant de s’inscrire à l’école de police. Après avoir réussi ses examens d’entrée, Warwick est envoyé sur le terrain, où il acquiert une expérience indispensable sous la tutelle d’un cuivre chevronné. Lorsqu’il a la possibilité de passer l’examen de détective, il s’envole et est rapidement affecté à l’art et aux antiquités, en mettant à profit son souci du détail et ses expériences universitaires passées. Warwick a beaucoup à apprendre, mais il est également mis à la porte pour jongler avec un certain nombre d’affaires, qui l’emmènent toutes dans des directions différentes et lui font rencontrer des faussaires de livres, des comploteurs de devises, et même des trafiquants d’œuvres d’art volées. Bien qu’il ne soit pas entièrement convaincu par les choix de son fils, Sir Julian Warwick QC peut en voir les avantages et travaille avec lui sur un projet parallèle. Il semblerait que la femme qui a attiré l’attention du jeune DC William Warwick ait un secret qu’elle a essayé de garder elle-même. Cependant, alors que Warwick s’attache à Beth Rainsford, il ne peut pas lutter contre l’envie d’élucider un autre mystère. Brillante rampe de lancement de ce qui sera, je l’espère, une série sensationnelle, Archer ne déçoit pas les lecteurs avec cet article. Il est vivement recommandé à ceux qui aiment le style d’écriture de Lord Archer, ainsi qu’aux lecteurs qui aiment une série légère et rapide sur les procédures policières, avec des touches artistiques.

Dans ma carrière de lecteur, je peux dire que j’ai longtemps aimé chaque occasion que j’ai eue de me lover dans un roman de Jeffrey Archer. Sa capacité à garder l’histoire simple et pourtant passionnante est sans égale, tout en développant des personnages forts et une intrigue qui donne envie au lecteur d’en savoir plus. Comme je l’ai mentionné plus haut, il s’agit d’un projet intéressant, dans lequel Archer joue presque le rôle de Harry Clifton dans l’élaboration de ces histoires. William Warwick est un merveilleux protagoniste dont l’ascension précoce en tant qu’officier de la loi est documentée ici. De sa passion pour le travail policier sur le terrain à son intuition et sa capacité à trouver des indices là où d’autres échouent, Warwick est à la fois en phase avec son environnement et un personnage digne de l’attention du lecteur. Le roman dépeint à la fois son côté personnel et professionnel, insufflant à chacun la passion nécessaire pour développer un individu bien équilibré qui enrichit l’ensemble de l’histoire. De nombreux fils sont encore en suspens, qu’Archer espère pouvoir relier ou compléter dans les prochains romans de la série. D’autres enrichissent l’histoire et l’intrigue, complétant Warwick dans la mesure du possible, mais aussi en développant des sous-intrigues qui pourraient émerger dans de futurs romans. L’histoire est forte et présente au lecteur ce personnage des plus formidables. Les romans de Warwick sont indépendants de la série précédente, bien que je sois sûr que les fans inconditionnels de Clifton verront des liens entre les deux séries lorsque Harry mentionnera les romans tout au long de son séjour en tant que protagoniste dans l’œuvre antérieure d’Archer. Un mélange de chapitres courts et longs, ainsi que l’utilisation par Archer de thèmes tirés de romans antérieurs – l’art, la police, les procédures judiciaires – permettent à cette première série d’être une série qui suscitera certainement beaucoup de discussions et d’anticipation entre les romans. Pour ma part, je suis impatient de voir comment William Warwick va gravir les échelons jusqu’au sommet de sa carrière.

Note : 9,5/10

 

  • Broché : 320 pages
  • Editeur : Les escales éditions (9 juillet 2020)
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2365695191

51ne715diML

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s