À la folie, pas du tout – 5 novembre 2020 de M. J. ARLIDGE

Sept heures du matin. Alors que le soleil se lève dans un ciel rouge sang, une femme est retrouvée morte sur une route de campagne. Mais qui a bien pu tuer cette mère de famille et épouse aimée ?

Achat : https://amzn.to/3lFXfCv

Chronique : M.J. Arlidge a créé un autre merveilleux roman pour séduire son large éventail de fans, dont beaucoup vont sûrement s’extasier devant ce septième épisode. Helen Grace est de retour dans un thriller qui donne un nouveau sens à la « course contre le temps ». Alors qu’elle se rend au travail, l’inspecteur Helen Grace est presque heurtée par un véhicule et tombe ensuite sur une victime apparente de carjacking, une femme ayant reçu deux balles à bout portant. Ce n’est qu’à ce moment que Grace réalise qu’elle a peut-être vu le tueur, au volant et s’éloignant à toute vitesse de la scène. Appelant son équipe, l’inspecteur Grace commence une enquête pour déterminer ce qui s’est passé et qui pourrait être derrière cet acte odieux. Pendant ce temps, les deux jeunes en trench-coat ont une deuxième cible en tête lorsqu’ils descendent chez un chimiste. Une confrontation à ce moment-là entraîne une plus grande effusion de sang, bien que les tueurs soient moins soucieux d’être identifiés lorsqu’ils laissent une victime derrière eux. L’inspecteur Grace reste déterminée à trouver les tueurs et un indice permet d’entamer la poursuite, mais ces tueurs sont un peu trop sournois et ont toujours une longueur d’avance. Alors que les minutes se transforment en heures, la journaliste Emilia Garanita refuse de laisser passer cette nouvelle, d’autant plus qu’elle n’a pas beaucoup de marge de manœuvre pour avoir mené à la machination de DI Grace. Trouvant un moyen d’aborder l’histoire de son propre point de vue, Emilia est rapidement prise au milieu d’une situation qui évolue et pourrait devenir la prochaine victime. Lorsque tous les regards se tournent vers une école locale, DI Grace sait qu’elle n’a pas le temps de réfléchir aux prochaines étapes, même si des réponses rapides entraînent parfois des erreurs dramatiques. Deux tueurs ne font bientôt plus qu’un et la chasse est ouverte, avec suffisamment de miettes de pain pour prédire où le tueur ira ensuite. Mais qu’est-ce qui alimente ce déchaînement d’un jour et l’inspecteur Grace pourra-t-il l’arrêter avant que quelqu’un d’autre ne soit tué ? Arlidge s’appuie sur les défauts des personnages des romans précédents pour construire une histoire merveilleusement sombre qui entraîne l’inspecteur Helen Grace dans toutes les directions et bien au-delà de son point de rupture. Merveilleux pour les fans de la série mais probablement pas un bon point de départ pour ceux qui sont curieux de connaître Helen Grace. Il vaut mieux commencer là où tout a commencé et travailler jusqu’à ce point culminant explosif.

Je me souviens d’avoir lu la série Helen Grace l’été dernier et d’avoir été fasciné par la construction des personnages tout au long de la série. Cette histoire a un aspect intéressant qui diffère considérablement des autres romans de la série, et qui mérite une discussion dans un instant. Arlidge continue à développer la série Helen Grace après son incarcération, car elle est obligée de se résoudre à l’arrestation, à la peine de prison et à l’éventuelle exonération pour avoir été piégée. Pendant ce temps, d’autres personnes autour d’elle sont obligées de se réadapter, de voir Helen sous un nouveau jour ou d’essayer de revenir à ce qu’elles ressentaient avant, bien que l’odeur de la prison rende cela difficile. Le style de ce livre laisse peu de temps à la croissance d’Helen, mais la vie du tueur est explorée dans le récit, de telle sorte que le lecteur peut s’attirer une forte affinité avec le chasseur. En parlant de l’unicité du livre, la plus grande partie se déroule en une seule journée, à la Jack Bauer et la série télévisée « 24 ». La course est toujours en cours et l’histoire se développe sur de petites périodes de temps. Bien que certains lecteurs aient déploré cette approche, je ne saurais trop l’applaudir, car les courts chapitres demandent ce petit passage du temps. Le récit reste vif au fil des minutes et l’histoire se développe au fur et à mesure que le lecteur tourne la page (qui devient heureusement répétitive). Brillamment conçu et puissant dans sa présentation, Arlidge met le lecteur au défi de poser le livre

NOTE : 9,5/10

ISBN-10 : 2365695507 ISBN-13 : 978-2365695503 Éditeur : Les escales éditions (5 novembre 2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s