Parfois je mens (14 février 2018) de Alice Feeney

« Je m’appelle Amber Reynolds. Il y a trois chose que vous devez connaître à mon sujet : je suis dans le coma ; mon mari ne m’aime plus ; parfois, je mens… ». Amber est inconsciente, dans un lit d’hôpital, prise au piège d’un esprit actif mais d’un corps inactif, capable d’entendre et de comprendre, mais incapable de communiquer avec les rares proches qui lui rendent visite ou le personnel soignant. Comment est-elle arrivée là ? Elle nous livre ses pensées, parfois confuses, alors qu’elle s’efforce de mettre en ordre les morceaux épars de sa vie, plongée dans son monde intérieur. Mais est-il possible de la croire alors qu’elle se déclare elle-même être un menteuse ? Un thriller psychologique aux rebondissements époustouflants.

Chronique :  Amber Reynolds se réveille à l’hôpital, mais pour tous les autres, elle est dans le coma. Elle ne peut pas bouger ou parler. Elle peut entendre les gens qui lui rendent visite, mais ils ne le savent pas. Le récit saute entre le « Maintenant » dans la chambre d’hôpital où Amber tente de découvrir ce qui s’est passé, et  « Puis » menant à ce qui s’est passé, et les journaux intimes de l’enfance d’il y a des décennies. Tout commence avec une intrigue très intriguante, mais cela semble aussi être un mystère standard. Amber sait que son mari est impliqué dans ce qui lui est arrivé, mais elle ne se rappelle pas pourquoi. Par son récit, nous devons reconstituer la vérité. La vérité telle qu’Amber la voit. Ou la vérité qu’elle nous donne. « Parfois je mens » est fascinant, mais il traîne malheureusement un peu trop longtemps sur le non savoir dans les chapitres précédents, à travers des hallucinations et des séquences de rêves.  Si vous comprenez tous les rebondissements, vous devez être un sacré bon lecteur.  L’auteur met en place un suspens à la perfection, encadrant les secrets narratifs de façon à ce que on est même pas tout à fait compris les questions que on devais poser, peu importe les réponses. Il y a des parties qui nous laissaient sans voix en état de choc. L’épilogue laisse l’histoire ouverte pour une suite. On est intéressé de voir ce que l’auteur en fera; j’espère seulement que c’est vraiment nécessaire, vu que tous les secrets semblent avoir été révélés dans ce livre. Mais qui sait? Peut-être que l’auteur a encore plus de surprises dans sa manche.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 368 pages
  • Editeur : Marabout (14 février 2018)
  • Collection : Marabooks

51lujflYCpL._SX324_BO1,204,203,200_.jpg

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s