Visions (8 novembre 2018) de S.L. GREY

raumatisés par un récent cambriolage, Mark et Steph décident de s’offrir une escapade à Paris. Quoi de mieux qu’un séjour dans la Ville lumière pour oublier cet événement sombre de leur existence ? L’appartement des Petit, un couple d’artistes sympathiques, repéré sur un site d’échange de domiciles, semble parfait.

Chronique : « Visions » de S.L. Grey n’est pas pour les faibles d’esprit. C’est définitivement un roman d’horreur, rempli d’activités paranormales, de fantômes, de suicides et de choses qui se bousculent dans la nuit. Steph et Mark ne sont plus les mêmes depuis le jour où leur appartement a été cambriolé par trois jeunes hommes masqués. Bien que personne n’ait été blessé, Mark ne peut pas continuer à rejouer l’incident et Steph ne peut s’empêcher de reprocher à Mark de ne pas en faire plus pour la protéger, elle et leur fille. Pour échapper à leurs souvenirs hantés, Steph et Mark décident de s’embarquer dans une aventure d’échange de maison à Paris. Cependant, l’appartement dans lequel ils séjournent n’a rien à voir avec la publicité – sombre, miteux, abandonné et plein de secrets. Quand Mark et Steph arrivent tôt de leurs vacances, il semble qu’une force obscure s’attarde encore avec eux et quand Mark commence à se comporter bizarrement, Steph doit comprendre ce qui est arrivé à son mari. Qu’est-ce qu’ils ont ramené de Paris et surtout, comment s’en débarrasser ?
Ce roman était captivant et addictif à tous points de vue. Semblable à Andrew Pyper ou Stephen King dans son style sombre et macabre,  ce livre est dérangeant et flippant, dans tous les bons sens. S.L. Grey écrit un thriller satisfaisant qui nous tiens dés la première page. Chaque chapitre alterne les points de vue, racontant l’histoire du point de vue de Steph et de Mark, laissant au lecteur une image complète des événements (tels qu’ils s’en souviennent).
L’écriture est parfaite et l’action ne s’arrête jamais, chaque chapitre vous entraîne de plus en plus loin dans le monde terrifiant de la douleur et de la possession. La fin est aussi très choquante et complètement inattendue. Ce roman se joue comme un film hollywoodien, avec ses scènes sombres de gore et de terreur, à ne manquer sous aucun prétexte.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 336 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (8 novembre 2018)
  • Langue : Français

41g9E+BxrxL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s