Test DVD : BlacKkKlansman – J’ai infiltré le Ku Klux Klan ( 09 janvier 2019) de Spike Lee avec John David Washington, Adam Driver

 

Au début des années 70, au plus fort de la lutte pour les droits civiques, plusieurs émeutes raciales éclatent dans les grandes villes des États-Unis. Ron Stallworth devient le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department, mais son arrivée est accueillie avec scepticisme, voire avec une franche hostilité, par les agents les moins gradés du commissariat. Prenant son courage à deux mains, Stallworth va tenter de faire bouger les lignes et, peut-être, de laisser une trace dans l’histoire. Il se fixe alors une mission des plus périlleuses : infiltrer le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions

Chronique : « BlacKkKlansman » nous glace les sangs du début à la fin ! C’est en effet une véritable bombe que Spike Lee fait exploser là avec à la fois la montée du Ku Klux Klan, doublé de cette histoire vraie sous forme d’un biopic/thriller qui nous met cet incroyable Ron Stallworth sous les feux de la rampe ! Et malgré le côté débonnaire ou même fanfaron de cet infiltré un peu particulier au sein du KKK, on ne peut qu’être interpellé et passionné par cette association que Ron Stallworth crée avec son collègue pour arriver à ses fins, et quelles fins ! Spike Lee est pour le moins cette fois sacrément inspiré car sa recette osée et teintée de tragédie sans nom, d’humour caustique, et de références pop et seventies fait vraiment mouche, en nous scotchant dans nos fauteuils comme pas deux ! On reste fasciné par le culot de cet homme, premier policier noir américain, interprété avec persuasion par John David Washington, qui embarque dans son sillage son double et collègue (juif !) en visuel, sous les traits d’un Adam Driver parfait, alors que lui assure toute la communication et toute l’organisation par téléphone interposé !… Et à partir de là, tout devient franchement excellent, lancé comme sur des roulettes ! Une tension extrême, un déroulement des faits limpide, un jeu d’acteurs au charisme impressionnant (Laura Harrier en particulier !), et on en passe… Ce film est d’une maîtrise totale et de plus toutes les références portées à l’écran complètent extrêmement bien ce qui nous est montré et démontré ! C’est un véritable jeu avec le diable dans lequel s’est lancé Ron Stallworth ! Dans cette mission d’infiltration, on suit sans perdre haleine toutes les imbrications, tous les dangers qu’une moindre fausse note peut faire basculer… Quel suspens de chaque instant à couper le souffle ! Sans compter que la haine n’a jamais autant transpiré qu’à travers ces visages effrayants dont rien que Félix/Jasper Pääkkönen est le représentant le plus marqué dans cette assemblée d’individus tristement inquiétants et dangereux ! Tout ce stratagème est donc pour le spectateur une occasion incroyable de se replonger dans le monstre du KKK, ainsi que de découvrir l’histoire unique de ce policier afro américain ! Des moments d’une puissance sans pareil sont également à noter, comme cette cérémonie du KKK alors qu’en même temps, se tient une réunion pour les droits civiques, organisée par une étudiante du Black Power. Le parallèle tel qu’il est mis en scène fait alors froid dans le dos, tant on ressent toute l’incommensurable démesure entre ce qui se passe dans deux endroits. Indescriptible ! Les images récentes des émeutes de Charlottesville, projetées à la fin, ne font qu’assener un nouveau coup de marteau, pour nous laisser totalement chancelant à l’issue de cette séance de choc ! Bravo sans hésitation pour cette réalisation indispensable et nécessaire, un véritable pamphlet qui nous laisse littéralement sans voix, pour nous inciter à rester vigilant toujours et toujours, face à une barbarie menaçante plus que jamais et toujours galopante !

BlacKkKlansman_4K_Blu-ray_Spike_Lee_-_1.jpg

VIDEO :, Ce sont des moments comme celui-ci où vous appréciez vraiment les cinéastes qui tournent toujours et terminent leurs films en HD. C’est le cas de BlacKkKlansman de Spike Lee. Après avoir tourné son dernier couple de fonctionnalités et de documentaires sur le numérique, Lee est revenu à 35 mm et 16 mm et ce transfert 1080p 2,40: 1 est magnifique. Il capture les détails les plus fins tout en conservant un aspect délibérément flou pour rehausser l’apparence de la période. Les couleurs ont des couleurs primaires fortes avec des rouges et des bleus très pop, tandis que la tonalité générale du film pousse bien les jaunes dorés. Les tons chair sont précis et sains à tous les niveaux. Le grain du film est apparent et bien résolu sans devenir trop épais. Certains des segments de 16 mm sont un peu plus prononcés que d’autres, mais rien n’est trop distrayant. Les niveaux de noir sont assez forts, bien qu’il y ait eu quelques séquences où ils pourraient apparaître gris clair / noir et plus flou que d’autres, ce ne sont que de brefs plans et pas un problème grave. Les contrastes peuvent également devenir un peu nets avec les blancs et les fenêtres lumineuses, en particulier, qui se dirigent vers la floraison. Encore une fois, les petits pois qui ne posent pas vraiment de problèmes, mais qui méritent d’être catalogués. Sinon, c’est un sacré transfert presque sans faille en 1080p.

BlacKkKlansman_4K_Blu-ray_Spike_Lee_-_3.jpg

AUDIOLe mélange de ce film contient une riche gamme de subtilités actives qui le rendent vivant, engageant, avec une activité surround quasi constante qui ne se fait pas remarquer ou qui ne ressemble pas à un gadget. Le mélange maintient une atmosphère réaliste tout au long avec un grand sens de l’espace. Le film peut quitter les bureaux restreints et confinés du CSPD pour s’ouvrir magnifiquement à une salle de rassemblement remplie de centaines de voix enthousiastes, avec une gamme d’effets sonores et un score sombre, tout en maintenant la fidélité des éléments. Les effets clés tels que les sonneries téléphoniques sont plus percutants et vous permettent de faire un joli petit saut comique / suspensif en fonction de la scène en question. Le dialogue est limpide, sans aucun problème. Même dans les scènes les plus animées comme la séquence de boîte de nuit où se produisent de nombreux effets d’arrière-plan, le dialogue reste sur les canaux avant / centre et ne faiblit jamais. Ajoutez un autre résultat efficace et parfois inquiétant de Terence Blanchard et vous obtiendrez un mélange solide. Ma seule plainte minuscule était qu’il me semblait que je devais relever mes niveaux d’un cran ou deux au-dessus de la normale, mais c’est tout. Sinon, il s’agit d’un mixage audio efficace, actif et immersif.

Bonus : Je comprends que les studios ne sont pas très enthousiastes à l’idée de produire des bonus en profondeur de nos jours, ici l’édition  aurait pu faire un effort. Il y a tellement d’histoire et de terrain à couvrir entre le film lui-même et les événements réels qu’une véritable featurette aurait été formidable. Pour l’instant, il n’ya qu’un bonus réel EPK accompagné d’une bande-annonce étendue jouée par Mary Don’t You Weep de Prince.

 

  • Acteurs : John David Washington, Adam Driver, Harry Belafonte, Topher Grace, Laura Harrier
  • Réalisateurs : Spike Lee
  • Format : PAL
  • Audio : Allemand (Dolby Digital 5.1), Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1)
  • Sous-titres : Turc, Arabe, Français, Néerlandais, Allemand
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Région 2
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Universal Pictures France
  • Date de sortie du DVD : 9 janvier 2019
  • Durée : 129 minutes

715jgfKjsDL._SY445_.jpg

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s