Le cycle de Majipoor, Intégrale volume 3 de Robert Silverberg| 18 avril 2019

Troisième et dernier volume de l’intégrale du Cycle de Majipoor, Les Légendes de Majipoor rassemblent l’ensemble des récits courts que Robert Silverberg a consacrés à ce monde phénoménal que l’imagination propre à la science-fiction peut engendrer.
Les Chroniques de Majipoor, considérées par beaucoup comme le summum du cycle, vous emporteront dans le temps et l’immense géographie de Majipoor en dix récits poétiques, aventureux, baroques ou mystérieux.

Chronique : Pour la première fois, Mnémos réunit dans une édition intégrale en trois volumes les huit tomes de la création foisonnante de Robert Silverberg : Le Cycle de Majipoor, l’une des oeuvres magistrales de la science-fiction. Ce dernier recueil rassemble l’ensemble des récits courts que Robert Silverberg a consacrés « à ce monde phénoménal que l’imagination propre à la science-fiction peut engendrer ». « Les Chroniques de Majipoor, » dix textes qui parcourent le passé de Majipoor (avant Valentin), au travers des souvenirs de quelques-uns de ses habitants. « Les Montagnes de Majipoor » est un court roman placé cinq cents ans après Valentin. Une aventure aux portes du pôle glacé de Zimroel. « Les Dernières Nouvelles de Majipoor « regroupent sept nouvelles qui clôturent l’exploration de la planète géante, des débuts de la colonisation jusqu’au règne de lord Valentin.  Mnémos adjoint à cette intégrale un glossaire complet de l’ensemble du Cycle de Majipoor qui « détaille la géographie, la faune, la flore, les peuples, leurs étranges coutumes, les trois continents et bien d’autres éléments encore ».  Pour clore cette magnifique édition nous allons faire une chronique de chacun des romans.

« Les Chroniques de Majipoor » est un recueil d’histoires vécues par le jeune Hissune de 14 à 18 ans. « Expérimenté » en ce sens qu’il ne s’agit pas vraiment d’histoires qui lui sont racontées ; il vit dans ces histoires à travers l’esprit et la mémoire de leurs différents protagonistes. Le livre est un excellent résumé de Majipoor. ce livre présente tout ce qui est si attrayant sur ce monde : sa merveilleuse diversité ; son horreur de la violence (un personnage est témoin d’un meurtre et est stupéfait – c’est quelque chose qu’il n’a lu que dans les livres d’histoire) ; son étrangeté et son mystère ; l’empathie de l’auteur ; la belle écriture qui me rappelle un Jack Vance plus chaleureux et plus humain. Mais comme il s’agit de Silverberg et non de Vance, il y a aussi une accolade à la sexualité ; bien qu’ici c’est d’une nature plus dépassée – deux qui sont étrangers/humains, un troisième un ménage avec deux frères et une sorcière – il est ainsi comme Silverberg de rendre ces scènes entièrement douces et amicales à une époque ultérieure. J’ai également apprécié l’exploration plus approfondie des Autochtones de la planète, leur guérilla contre les colons et les déplacements violents qui ont suivi, leur position éloignée et vaguement menaçante envers les gens qui les ont placés dans des réserves. Par onze nouvelles, Silverberg revient à Majipoor, la planète géante dont le théâtre avait été dressé pour Le château de Lord Valentin . Les textes sont introduits par les indiscrétions de Hissune, un archiviste qui a accès au « Registre des Ames » et peut ainsi revivre une portion de la vie de n’importe lequel des milliards d’habitants de Majipoor, dans le cours de tous les millénaires passés. L’auteur a-t-il cherché à donner de sa planète géante une image plus fouillée spatialement et temporellement qu’il n’avait pu le faire dans son précédent roman . Les personnes dont il nous raconte des tranches de vie importantes sont variés : il y a une jeune fille goûtant peu ses semblables (Thesme et le Gayrog), un officier pendant la seule guerre qu’ait traversée Majipoor et qui opposait les colons terriens aux autochtones — les mystérieux Changeformes (Le grand incendie), un marin voulant faire le tour de la planète (La cinquième année de la traversée), un artiste (Le peintre d’âme et la Changeforme), la Voleuse à Ni-Moya, enfin Lord Valentin en personne, mais pour un épisode de sa jeunesse. De la même manière, les décors sont très diversifiés (forêt, océan, ville immense, désert, labyrinthe du palais pontifical), et les époques aussi.

Les Montagnes de Majipoor est très belle addition à la série Majipoor ! Ce roman mince  est en effet très agréable. Mieux encore, vous pourriez lire ce livre sans avoir à passer par d’autres livres Majipoor, et vous ne trouveriez probablement pas trop difficile de comprendre les bases de la politique Majipoori et la planète elle-même.  En soi, cette histoire est engageante et vivante, pleine de détails riches et captivante dans son cadre et ses prémisses. Il examine la façon dont les cultures avancées traitent les peuples primitifs nouvellement découverts, et les accommodements qui en résultent. Est-il possible de négocier honnêtement dans de telles circonstances ? Comment éviter d’assumer sa propre supériorité ? Une fois de plus, la question de la fiabilité  est constamment palpable. J’ai trouvé que cette couche supplémentaire faisait ressortir d’autant plus le conflit fondamental.

Les Dernières Nouvelles de Majipoor est un recueil quelque peu inégal de sept histoires qui  se situent à des époques différentes, certaines au début de la colonisation, d’autres lors d’événements clés de l’histoire de Majipoor. D’autres sont des histoires plus intimes, et il y en a même une avec Lord Valentine.  Il y a un prologue qui donne aux nouveaux lecteurs un bref historique de Majipoor, de la colonisation qui a eu lieu malgré la présence d’indigènes, du fait que d’autres espèces exotiques se sont finalement établies sur Majipoor, et d’autres détails. L’utilisation de la magie et de la technologie n’a pas toujours semblé bien expliquée aux nouveaux arrivants, et elle peut prêter à confusion sans contexte supplémentaire. En fait, il semblait qu’à certains moments, la science-fiction et la fantaisie étaient jonglés, et aucun équilibre entre les deux n’était atteint de façon adéquate dans les histoires. Où est la technologie ? Seule la mention ou l’utilisation sporadique d’un type quelconque de technologie est mise en évidence, et ce, surtout dans l’histoire finale. Cette planète a été colonisée par des colons d’une autre planète. Diverses races extraterrestres se sont également installées sur la planète à différents moments de son histoire. Une société qui aurait dû commencer avec un avantage technologique et avoir des injections de technologie étrangère à intervalles réguliers a mis en quelque sorte 8.000 ans pour montrer beaucoup de progrès technologique à tous. (Regardez le chemin parcouru par les humains sur Terre en ce temps-là, et c’est sans les avantages que les habitants de Majipoor auraient dû avoir). La plupart des histoires avaient un côté assez fantaisiste, avec un étrange petit peu de science-fiction à certains endroits. La magie semble sortir de nulle part, et elle n’est jamais réconciliée avec l’aspect science-fiction du décor.  Ce dernier livre se lit en douceur. Il y a peu de risques réels – une histoire tourne autour de l’écriture d’un poème, et deux histoires séparées ont des disputes archéologiques au centre, et pourtant Majipoor lui-même est toujours un endroit intéressant à visiter et le style d’écriture de Silverberg est tout simplement divertissant, et son imagination intrigante.

La fresque de Majipoor est le chef-d’oeuvre de Robert Silverberg, une saga enchanteresse et profonde, Les Mille et Une Nuits de notre temps. A lire et relire .

Note : 10/10

 

  • Broché: 665 pages
  • Editeur : MNEMOS (18 avril 2019)
  • Collection : Univers
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2354087225

41j58ciTh9L._SX329_BO1,204,203,200_.jpg

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s