L’étrange histoire du collectionneur de papillons de Rhidian BROOK | 22 août 2019

Llew Jones, jeune Gallois d’une vingtaine d’années, souhaite voir les États-Unis et écrire le roman de sa vie.
Installé depuis peu dans la demeure de sa tante dans les montagnes Catskills, il passe son temps à flâner, fumer de l’herbe et lire.
Un beau matin, alors qu’il est plongé dans sa lecture au bord d’une rivière, un homme étrange l’aborde. Joe Bosco, vendeur de papillons aussi charismatique qu’exaspérant, lui propose de l’accompagner à travers le pays pour développer son commerce de specimens rares.
Commence alors un voyage extraordinaire qui finit pourtant par échapper à leur contrôle, le jour où Joe disparaît. Llew se retrouve en prison et il n’a plus qu’une seule chance pour s’en sortir : convaincre tout le monde que sa version des faits est la bonne.

Chronique : Bien souvent, lorsque l’on ouvre un livre et que l’on commence à lire les premières pages on se demande encore si l’histoire va nous plaire, si les personnages vont être attachant et si l’auteur va parvenir à nous ravir de notre quotidien. C’est un sentiment que connaît chaque lecteur et puis parfois vous tombez sur une œuvre et dès les premières pages, dès les premiers mots vous savez que le charme opère. C’est précisément le cas ici avec l’ouvrage de Rhidian Brook.
L’auteur lance tout d’abord un premier sort par le biais de ces personnages, qu’il parvient à rendre vivant par le biais d’une narration dynamique et de délicieux dialogues. À l’instar du narrateur de l’histoire, qui se demande si on ne lui a pas jeté un sort, on se retrouve très vite sous le charme de cette famille exubérante et excentrique mais tellement attachante.
Nous allons vivre l’épopée de Rip Van Jones à travers ses yeux et sa voix, ce long voyage qu’il nomme son « americodyssé« l’auteur nous dépeint un personnage nonchalant, hédoniste mais néanmoins attachant de par ses défauts. Il nous servira de guide pour nous introduire dans le monde à part des représentants en papillons. Toutefois malgré le courage dont il fait preuve vers la fin de l’ouvrage et son ingéniosité pour surmonter les obstacles qui se dressent sur sa route, il reste en retrait par rapport aux membres de la famille Bosco.
Famille unique s’il en est, cette tribu remplie de caractère bien trempé est l’attraction principale du livre, entre Joe qui invente un nouveau mot tous les jours, la petite sœur qui se donne des airs de lolita mais qui dissimule une profonde blessure ou encore la mère qui use d’un langage fleuri, notre narrateur n’a pas le temps de s’ennuyer et nous non plus d’ailleurs.
Même si on peut regretter de ne pas avoir un autre point de vue au cours de l’histoire, cela permet une meilleure immersion du lecteur. Il est à noter également que même si le récit prend place durant les années 80 rien ne nous rappelle concrètement cette époque en particulier ce qui fait qu’il se dégage de l’œuvre une douce intemporalité qui lui donne des airs de conte enchanteur. Car c’est là que va agir le deuxième sort de l’auteur, sa capacité à nous faire voyager sur les routes des différents états des U. S. A . Voyage dont on voudrait prolonger la durée tant il représente une bulle de respiration dans le récit avant que celui-ci ne prenne une tournure plus tragique. Le dernier tiers du livre prend en effet une tournure plus sombre. Les enjeux se font plus graves et les masques tombent, et c’est là que l’auteur en profite pour lancer son troisième sort. La transition entre l’atmosphère plus légère du road trip et l’aspect tragique est certes un peu brutale mais nécessaire. Il s’agit pour l’auteur de redistribuer les cartes pour la dernière partie de l’histoire, l’heure n’est plus à la bravade ni au grand discours. La tension s’installe très vite et on sent bien que l’on est passé à une autre étape du récit, celui où tout va se dénouer pour le meilleur ou le pire. L’auteur nous livre ici une véritable épopée moderne tantôt drôle tantôt tragique toujours finement maîtrisée avec un Ulysse bien souvent dépassé par les événements, traversé par une galerie de personnages haut en couleur.

Note : 9/10

Chronique de Christophe.C

 

  • Broché: 528 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (22 août 2019)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2265118354

410JsvQtPLL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

 


2 réflexions sur “L’étrange histoire du collectionneur de papillons de Rhidian BROOK | 22 août 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s