Test DVD : Le Bazar de la charité (15 janvier 2020) avec Audrey Fleurot, Julie de Bona

Paris, 4 Mai 1897. Un incendie dévastateur détruit en quelques minutes le Bazar de la Charité, l’édifice abritant une manifestation caritative très courue, faisant plus de 120 morts , essentiellement des femmes de la haute société et leur personnel. À cette occasion, trois femmes, Adrienne De Lenverpre, Alice De Jeansin, et sa bonne Rose Rivière voient leur destin bouleversé. Usurpation d’identité, amours interdites, changement radical de vie, émancipation, cette mini-série nous plonge dans la société parisienne de la fin du 19e siècle, en suivant le destin romanesque de ses trois héroïnes.

Achat : https://amzn.to/2tJ4X9d

Chronique : Très bonne série ! C’est une série de fiction alors je conseille ceux qui cherchent la vérité historique d’aller regarder un documentaire à la place. Le jeu est splendide, mention spéciale à Camille Lou qui déverse sa peine au milieu des flammes. Sa sensibilité amplifiée amplifie ce qui nous fait vivre pleinement l’horreur de ce drame. Son jeu est si bouleversant qu’elle rend les « victimes inoubliables de la charité » définitivement inoubliables. Quel bel hommage à toutes les âmes disparues si brutalement… Je vais commencer par les aspects un peu plus négatif de la technique cinématographique pour revenir au positif. Pour commencer, je vais évoquer le fait qui me pose le plus de problème, c’est ce que Laura Mulvey appelle le « male gaze ». En effet, la série se prétend féministe pourtant on continue d’avoir une érotisation excessive du corps de la femme. Les femmes contrôlent l’action certes mais ça en fait une série féminine par féministe. Un autre aspect qui me pose un peu problème c’est le non respect des règles du cinéma classique. Il y a, lors de la scène de spoiler: dans l’épisode 1, une rupture de la règle des 180 degrés qui me semble non justifiée. Il y a ensuite une scène spoiler: . Dans cette scène, le réalisateur a tenté de matérialiser l’attente par un sommaire, sauf que le sommaire ne s’étend que sur deux plans alors c’est très déroutant. Pendant cette scène encore, ils ont tenté de montrer l’attente par la musique sauf que celle-ci brise l’ambiance qu’ils ont réussi à mettre en place. De plus, il n’y a pas de distanciation ici alors la musique insulte presque l’image. Voilà les quelques points négatifs. Allons maintenant vers les points positifs. A partir de l’épisode 3, la technique cinématographique est moins dans le spectacle et s’affine admirablement. L’ocularisation interne au début de cet épisode est tout à fait admirable. Alors que Rose se réveille, la caméra prend l’inclinaison de sa tête pour montrer qu’on est dans son regard. C’est vraiment ingénieux ! Dans l’épisode 4, mon épisode favoris pour l’instant, il y a une longue scène dans la chambre d’Alice Spoiler: dans l’épisode 1, une rupture de la règle des 180 degrés qui me semble non justifiée. Il y a ensuite une scène spoiler: . Dans cette scène, le réalisateur a tenté de matérialiser l’attente par un sommaire, sauf que le sommaire ne s’étend que sur deux plans alors c’est très déroutant. Pendant cette scène encore, ils ont tenté de montrer l’attente par la musique sauf que celle-ci brise l’ambiance qu’ils ont réussi à mettre en place. De plus, il n’y a pas de distanciation ici alors la musique insulte presque l’image. Voilà les quelques points négatifs. Allons maintenant vers les points positifs. A partir de l’épisode 3, la technique cinématographique est moins dans le spectacle et s’affine admirablement. L’ocularisation interne au début de cet épisode est tout à fait admirable. Alors que Rose se réveille, la caméra prend l’inclinaison de sa tête pour montrer qu’on est dans son regard. C’est vraiment ingénieux ! Dans l’épisode 4, mon épisode favoris pour l’instant, il y a une longue scène dans la chambre d’Alice. spoiler: . Vous remarquerez un mouvement admirable de la caméra puisqu’elle suit spoiler: . spoiler: . S’en suit un champ contre champ en gros plan entre le père et sa fille. Le gros plan sur Alice permet de mettre en évidence le visage défait de la jeune femme et la douceur de ses traits. A contrario, le gros plan sur son père nous fait voir un personnage grossier, violent et presque dégoûtant. Cette échelle nous permet de renforcer les sentiments que nous avons au moment même par rapport aux personnages. Dans les points positifs, je voudrais aussi parler de la scène de l’incendie. Cette scène est douloureuse, interminable. La longueur de celle-ci permet au spectateur d’éprouver l’horreur autant que les personnages. Il est témoin de chaque fait, de chaque brûlure, de chaque seconde qui passe; il est là, dans l’incendie. Alors que le spectateur se croit sauvé, le réalisateur le piège encore plus. Par exemple alors spoiler: . On aimerait sortir, la faire sortir, que l’enfer s’arrête enfin mais il ne s’arrête jamais. C’est bien ce qu’on ressenti les victimes de l’incendie du Bazar de la Charité.

Note : 9/10

 

  • Acteurs : Audrey Fleurot, Julie de Bona, Stéphane Guillon, Gilles Cohen, Aurélien Wiik
  • Réalisateurs : Alexandre Laurent
  • Format : Couleur, PAL
  • Audio : Français (Dolby Digital 2.0), Français (Dolby Digital 5.1)
  • Sous-titres : Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
  • Région : Région 2
  • Nombre de disques : 3
  • Studio : TF1 Studio
  • Date de sortie du DVD : 15 janvier 2020
  • Durée : 416 minutes

61SXsv7zinL._SY445_

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s