Wilder Girls de Rory POWER| 13 février 2020

Voilà bientôt dix-huit mois qu’un mal inconnu, la Tox, a frappé l’île Raxter. Dix-huit mois que le pensionnat pour jeunes filles qui en occupe la pointe a été mis sous quarantaine.

Chronique : Je ne sais même pas par où commencer quand il s’agit d’évaluer Wilder Girls.
C’était gore, détaillé et ce n’est certainement pas pour les lecteurs à l’estomac fragile, mais en même temps c’était brillant !

J’ai presque tout aimé dans ce roman, des personnages principaux aux personnages secondaires, de l’intrigue au mystère, mais ce que j’ai le plus aimé, c’est l’atmosphère effrayante qui semblait si réelle.

Le style d’écriture est excellent et je n’arrive toujours pas à croire que c’est le premier roman de Power. Je veux maintenant lire tout ce qu’elle écrira à l’avenir, c’est dire à quel point sa voix m’impressionne.

Ce livre est écrit à la première personne, selon deux perspectives : celle d’Hetty et celle de Byatt. J’ai adoré la façon dont leurs voix sont si différentes, que même s’il n’y avait pas de note sur le changement de perspective, les lecteurs s’en rendraient compte en un rien de temps.
De plus, quand l’une des filles a été droguée, cela s’est vu dans sa voix, et j’apprécie tellement ces petites choses (importantes) !

Comme je l’ai déjà dit, ce livre n’est pas pour tout le monde. Les amateurs de scènes gores vont l’adorer, mais les plus sensibles voudront probablement fermer les yeux sur certaines scènes (mais comment fermer les yeux en lisant, voilà la question !). C’était divertissant mais aussi si mystérieux qu’il me suffisait de savoir « ce qui va arriver » à nos filles et ce qui se cache derrière cette Tox qui leur a causé tous les ennuis.

J’ai adoré la façon dont tout dans ce roman était étayé par la logique et la science, et comment (à la fin) ce n’était pas trop éloigné de notre vraie vie.

La seule chose que je changerais, c’est d’ajouter un épilogue. Vous voyez, Wilder Girls à une fin ouverte, et d’habitude, elles ne me dérangent pas (en fait, je les aime beaucoup) mais cette fois-ci, je serais plus heureux si nous découvrions quel est le destin de nos personnages après le point où l’histoire s’est terminée.
La seule (sorte d’) explication qui me vient à l’esprit est que même si cela était prévu pour être une histoire indépendante, peut-être que l’éditeur a donné une chance à l’écrivain ; si les ventes étaient bonnes, elle pourrait écrire la suite (que je serai heureux de lire un jour).

Une dernière chose que je dois mentionner : ce livre est celui qui représente la communauté LGBTQ, mais en même temps ce n’est pas une histoire d’amour et il n’y a pas de romance. Il y a une certaine alchimie mais c’est tout ce qu’on obtient (ce qui est réaliste car ce sont ces conditions de vie que je suppose que l’amour et le sexe viennent en dernier lieu à l’esprit).

Note : 9,5/10

 

  • Broché : 450 pages
  • Editeur : R-jeunes adultes (13 février 2020)
  • Collection : R
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2221246780

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s