Pourquoi le pilote de “The Night Of” est un chef d’oeuvre

Et 4 ans après, on oserait même dire : un des meilleurs épisodes pilotes de l’histoire ?

Diffusé en juin 2016 sur HBO, le premier épisode de The Night Of a marqué son empreinte dans l’histoire des séries. La minisérie de Richard Price (The Wire) et de Steven Zaillan (La Liste de Schindler, The Irishman) n’a pourtant pas convaincu tout le monde, car assez inégale dans son écriture malgré de grands moments. Mais c’est ce premier épisode qui restera gravé dans les mémoires. Un pilote de 1h18 qui aurait toutes les chances d’être boursouflé rien que par sa durée, mais qui se révèle être un slow burn prenant aux tripes jusqu’à la dernière seconde.

Dans ses premières minutes, cet épisode réussit déjà à mettre en place le personnage de Nasir Khan (dit Naz) avec économie et efficacité. On découvre son environnement familial, scolaire et amical, ce même environnement au bout de seulement 10 minutes qui l’emmènera vers un chemin sans retour. C’est le reste de la série qui nous permettra d’explorer davantage le personnage et ceux qui l’entourent, il n’est pas utile ici de faire du zèle dans l’exposition. Cette économie, on la retrouve aussi dans les dialogues, qui vont à l’essentiel, mais qui surtout sonnent vrais. La rencontre de Naz et Andrea dans le taxi emprunté à son père pour se rendre à une fête semble surréaliste, tout droit sortie d’un film de David Lynch. C’est ici le début du second acte, quand Naz décide d’abandonner ses plans pour s’enliser dans la nuit avec cette jeune femme qu’il connait à peine, mais qui semble lui faire perdre tout libre arbitre.

Cette nuit si importante sera le point d’ancrage de la série, son fil conducteur auquel on reviendra sans cesse. Comme dans tout bon polar, le déroulé des évènements, leur localisation et les témoins croisés auront leur importance jusqu’au dernier épisode. Le spectateur intériorise ces informations inconsciemment tout en apprenant à connaitre Naz, ses envies, ses doutes. Mais ce qui devait n’être qu’un heureux détour dans une soirée aux autres aspirations va vite ébranler toute son existence.

À la découverte du corps inerte de la jeune fille, la machine se lance alors que l’épisode démarre sa partie la plus procédurale, mais aussi la plus intense. La mise en scène de Steven Zaillian restera toujours focalisée sur Naz alors qu’il observe impuissant tous ces corps de métier travailler de consorts pour comprendre le déroulé des évènements : policiers, détectives, médecins légistes, police scientifique. L’absence de musique et l’usage de champ / contre champ toujours du point de vue de Nasir permet à l’acteur d’exprimer toute la détresse du personnage. Il faut dire qu’il est fascinant de voir toutes les entrailles de ce système qu’on connait peu, ses procédures, mais son facteur humain : ces hommes et ces femmes qui utilisent leur jargon et qui ne lésinent pas sur les punchlines, forcés à travailler en heures sup parce que comme toujours, le crime ne dort pas.

C’est à ce moment-là qu’on fait la rencontre de Dennis Box, incarné par le fantastique Bill Camp, un détective érudit, grinçant, et surtout délicieusement éloquent qui sera à la fois le guide de Naz dans sa nouvelle réalité d’accusé, mais aussi son ennemi juré qui fera tout pour l’inculper. Le sens du dialogue de Richard Price s’exprime ici dans toute sa splendeur, qui allie ici son art de la concision avec la verve de ses personnages.

Mais au cœur de tout ça, on ne peut que saluer la performance de Riz Ahmed, qui porte toute la montée en tension de cet épisode. On suit son cheminement mental au fur et à mesure de la soirée, toujours avec une économie de dialogue bienvenue. Lauréat d’un Emmy Award pour le rôle en 2017, c’est clairement la grande force de la série. Comme nous le disions en début d’article d’article, The Night Of n’a pas forcément transformé l’essai sur le reste de ses épisodes. Cependant, ce pilote a permis d’accrocher les spectateurs sur la longueur .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s