Sœur Grise: Le Livre des Anciens, T2 de Mark Lawrence

Depuis des siècles, les novices du couvent de la Mansuétude affinent leurs talents à l’abri de ses murs. Avant de quitter le couvent, la jeune Nona Grisaille doit choisir à quel ordre se consacrer…
Mènera-t-elle une vie de prière au service de l’Ancêtre, ou optera-t-elle pour la voie du poing et de la lame ?

Achat : https://amzn.to/31HVU6k

Chronique :La deuxième entrée de la trilogie du Livre des Ancêtres reprend les événements environ deux ans après la finale exceptionnelle et époustouflante de Sœur écarlate : la novice aux yeux noirs et sans ombre étudie toujours les potions, le chemin des lames, l’histoire des royaumes, le tissage de fils et toutes les autres leçons dédiées et nécessaires auxquelles une religieuse assassine potentielle devrait participer. Pourtant, elle n’est plus tout à fait la même Nona que nous avons vue auparavant.

En raison des compétences et de l’intelligence souvent imprévisibles de Nona, elle a été promue, la prochaine étape de qualification au couvent , où tous vénèrent l’Ancêtre. Elle a des problèmes à ce niveau avec des brutes potentielles, des problèmes dans certains domaines d’études, cependant, notre principale protagoniste est mortelle et elle est hantée par ses actions passées, littéralement. Lawrence est connu dans le milieu du fantastique pour posséder deux qualités extrêmement respectées dans toutes ses histoires et toutes deux sont présentées ici de manière très réussie. Il est sans doute l’un des écrivains les plus sombres et les plus brutaux qui travaillent actuellement, mais il est aussi l’auteur dont les mots, la prose et les incroyables segments de citations peuvent captiver les lecteurs en transe. Il s’engage presque comme si toute la linguistique écrite subliminale nous contrôlait pour souligner les mouvements, les moments et l’excitation qui fréquentent chacun de ses récits.

Nona est toujours la personne principale et la plus intéressante pour nous, même si elle n’est peut-être pas la plus importante dans le grand schéma des choses. L’autre point de vue scénarisé est celui de l’abbesse Glass qui est le chef du couvent. Elle est très sage, profonde et suinte la bonté mais son récit ne suit pas le genre de chemin que la description peut prédire. Ses chapitres semblent être plus courts que ceux de Nona et, pour commencer, je ne me suis vraiment souciée que lorsque Nona était là, incluse et vue du point de vue de Glass. Ils sont très importants ; cependant, vers la fin, vous voulez également voir ce qui lui arrive tout autant, et peut-être même plus, que le membre principal de la distribution des trilogies. En plus d’être des points de vue plus nombreux, j’ai trouvé les personnages dits secondaires beaucoup plus étoffés. En particulier Zole, Ara, Kettle, et une nouvelle entrée appelée Keot. Mon esprit est souvent sombre, c’est pourquoi il a été mon personnage préféré dans toute l’histoire. Puissant peut-être, définitivement mystérieux et je lis ses mots et sa voix avec une intensité rarement créée. « Ce soir, nous leur trancherons la gorge pendant leur sommeil. »

Je dois féliciter Lawrence pour la profondeur et la complexité de son monde qu’il a créé dans les murs de glace étroits, hauts de plusieurs kilomètres, qui se referment sur les villages et les villes restants du corridor. Sœur Grise regorge de religions, de races, d’arbres généalogiques, de livres archaïques exquis, de poisons bizarres, d’antidotes plus compliqués et d’une prophétie potentielle que certains personnages peuvent orchestrer puis manipuler pour tenter de détruire ou de sauver le monde.

Le rythme et l’intrigue sont bien conçus pour la majorité des lecteurs. Il y avait une section à peu près à mi-chemin, ce qui m’a empêché de la reprendre aussi souvent que j’aurais peut-être dû le faire. J’aime l’action, cependant ; en terminant le livre, j’ai vu que tout ce que Lawrence a fait a un sens absolu, c’est pourquoi il est l’auteur et pas moi. Environ 30 % du livre sont des rebondissements qui jettent tout « au vent ». Ensuite, les derniers 30 % sont géniaux et imbattables. Cette séquence de fin suit deux variantes brillantes mais très différentes des motifs des personnages. Les séquences d’action dans ces segments vraiment fluides sont du genre que j’adore et qui me laissent souvent sans voix. J’ai dû relire certains chapitres. Non pas parce que je ne comprenais pas ce qui était dit, mais parce que je voulais vraiment revivre cette scène avant de passer au point culminant, toujours plus expressif. Ces chapitres comprenaient notamment certains moments de Keot ou lorsque les personnages « marchaient sur le chemin ». Même en rencontrant les Noi-Guin, les vieux favoris comme Regol, et en entendant des rumeurs sur Yisht, il se passe tellement de choses ici que les fans de la série vont vraiment adorer.

Lorsque j’ai terminé Sœur Grise, j’ai posé le livre, pris une grande respiration et réfléchi à ce qui s’était passé à la fin pendant la demi-heure qui a suivi. Lorsqu’un livre a cet effet sur un lecteur, on sait qu’il est excellent et qu’il touche tous les bons endroits émotionnels. La finale est étonnamment bien travaillée. Ce livre est plein de déclarations élégantes et de passages profonds.

Note : 9,5/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s